Trouver un job: Comment trouver un travail grâce aux réseaux des autres?

Au moment où je me décide de rédiger un article lié à la recherche d’emploi, et l’anxiété que cela sous-tend, je ne peux pas m’empêcher de penser que trouver un job est aussi ingrat que d’être chercheur d’or… Et je ne peux pas ne pas faire référence à cette citation de Gaston Bachelard (philosophe – 1884 – 1962):

“Celui qui trouve sans chercher est celui qui a longtemps cherché sans trouver”

Vaste question que celle de savoir comment trouver un job aujourd’hui, dans un environnement économique et social délétère.

Je me souviens, c’était dans une autre vie, il y a des années où, quittant un job, j’en avais quasiment un autre le lendemain! Je me souviens d’une époque où les relations employeurs – employés, hors toute question de statut, étaient d’une simplicité quasi biblique.

Les employeurs se comportaient parfois de façon un peu – beaucoup? – paternalistes, il est vrai. Mais la plupart ne maltraitait pas leurs employés, et ces derniers savaient quel rôle tenir. Les objectifs étaient clairs. Chacun était à sa place.

Je me souviens d’ailleurs de cette époque comme de celle où l’on intégrait une entreprise dans un tel état d’esprit que l’on parlait de mariage entre l’entreprise et ses salariés.

La règle était assez limpide. Les employeurs proposaient un job. Au delà des seuls diplômes, si l’expérience, la personnalité, et les compétences convenaient, vous étiez recruté(e). Vous aviez le job. Et, si tout allait bien, vous aviez ce job pour longtemps. Voire plus pour le reste de votre vie. Ne se posait donc pas, ou si peu, la questionne de savoir comment trouver un job.

Çà, c’était avant le drame…

Comment trouver un job: Stress à tous les étages

Les années passent. La société évolue. Du moins, c’est ce que l’on tend à nous faire croire. Par certains côtés, elle régresse (cf. lois liberticides/Emmanuel Macron). La fameuse question de savoir comment trouver un job s’est faite jour au point de devenir pesante puis cause d’anxiété. L’argent a pris une place de plus en plus préoccupante. Le capitalisme forcené que nous connaissons aujourd’hui, et qui tisse sa toile depuis toujours, a de plus en plus étendu son pouvoir. Au point de modifier les paramètres de sociétés prospères avec un seul objectif: la rentabilité. Merci le CAC 40.

Le monde du travail est devenu une immense entreprise comptable. Une immense place financière où l’homme est relégué à la plus petite place d’outil de production. Lequel individu n’est plus respecté en qualité d’être humain doté d’émotions.

Trouver un job: La place de l'homme en milieu de travail

Cependant, il faut bien reconnaître que certains de ces mêmes êtres humains sont responsables de cette  absence de considération. De ce manque patent de respect. Pour satisfaire leurs propres besoins, certains se sont parjurés sur l’autel de la finance. Ainsi, ils ont participé, et participent encore aujourd’hui, à créer du stress pour s’éviter la question de savoir comment trouver un job. En faisant le jeu – parfois pervers – de celles et ceux qui les rémunèrent, ils sécurisent leur emploi.

A plus forte raison aujourd’hui qu’hier, trouver un job aujourd’hui relève, si ce n’est d’une gageure, à tout le moins d’un parcours semé d’embûches. Avant, pendant et après. Entre la crise sociale, la crise économique et le COVID-19, les cartes n’ont de cesse d’être rebattues. Au détriment des plus vulnérables.

Comment trouver un job: La peur du manque

Qui n’a pas de job, n’a pas d’argent. Qui n’a pas d’argent, n’a pas de quoi nourrir sa famille. Qui n’a pas d’argent, n’a pas de quoi payer un loyer. Ni de quoi se vêtir. Qui n’a pas d’argent n’a pas les moyens de se faire plaisir, d’organiser ses loisirs, ou de subvenir à ceux de ses proches. Et qui se pose la question de savoir comment trouver un job est un…

Je ne pense pas écrire une bêtise en écrivant que qui n’a pas de job n’a pas d’identité! C’est déjà ce que disait un homme interviewé par la télévision en 1960. Qui n’a pas pas d’emploi n’existe pas! Sans job, passé un certain délai, vous n’êtes rien moins qu’un looser à vos propres yeux. Comme à celui du plus grand nombre. Lequel n’hésitera pas à vous juger et vous condamner pour se rassurer.

Quand on n’en n’a pas, trouver un job est aussi angoissant que de savoir comment trouver de l’argent quand on en manque.


“COMMENT VAINCRE L’ANGOISSE DE NE PAS TROUVER UN JOB?”

LA + EFFICACE DES SOLUTIONS COMMENCE ICI

Regardez la vidéo de présentation de la méthode comportementale

Cette méthode offre un véritable espoir à celles et ceux qui pensaient ne jamais s’en sortir


Je sais, je suis pas gentil. Ni faisant. Je ne suis pas là pour écrire des articles sympas mais pour dire ce qu’il en est d’une réalité dramatique. Mais, plus que tout, je suis là pour vous proposer des solutions pour trouver un job facilement et rapidement. Comment?

Grâce à une manière inédite. Une méthode qui va éradiquer la question de savoir comment trouver un job.

Ce que je vous propose c’est de prendre acte de la réalité, aujourd’hui. Celle-ci vue avec l’œil du comportementaliste que je suis. Un seul emploi! Pas plusieurs petits boulots! Un emploi dont vous soyez fier(e). Cette solution, je l’ai transmise à des cadres il y a des années.

Comment trouver un job: Un stress contextuel

De tous temps, les difficultés économiques nationales – et internationales – aidant, tout le monde a eu peur de perdre son job. Il suffit parfois de rajouter à cette peur une incompatibilité d’humeur entre un(e) chef de service et vous pour rajouter à cette angoisse et, partant, de vous poser cette question très pénible: “J’ai peur de perdre mon emploi. Du coup, dans ce contexte, comment trouver un job?”.

Certains employeurs, et certains employés aussi, ayant statut d’encadrement ont toujours eu cette capacité toxique à malmener leurs subordonnés jusqu’à brandir la menace d’un licenciement pour obtenir de leurs employés ce qu’ils veulent.

Peut-être allez-vous rire. Ce que je vous offre dans cet article c’est de conjurer le sort et, partant, d’être maitre de votre avenir.

Situation de l’emploi: Un environnement souvent délétère

Entre les femmes isolées, le harcèlement moral ou sexuel, et les petites punitions, comme les grandes – je pense aux placards dorés dont, pour ne citer que lui, Rachid Ahrab, ancien membre du CSA (Conseil Supérieur de l’Audiovisuel), a pu en faire les frais sur France 2 -, il a toujours existé moult moyens pour obtenir du personnel ce que l’on en souhaitait.

J’ai oublié les humiliations, les relégations, même temporaires, les accrocs au contrat de travail, les retenues sur salaire pour des motifs fumeux et j’en passe. Cela s’appelle l’exercice du pouvoir à ne pas confondre avec l’autorité (un jour, peut-être, j’écrirais un article à ce sujet).

Quoiqu’il en soit, à une époque où le plein emploi régnait, ce type de stress, s’il n’était pas rare, était moindre. Somme toute, il était assez simple de répondre à la question de comment trouver un job. Il suffisait de chercher et vous trouviez. C’était l’époque du plein emploi qui faisait suite aux 30 glorieuses.

Si stress il y avait, et il y en avait surement, il était peu verbalisé. Rares étaient les personnes qui craignaient de perdre leur emploi dans les conditions sociales et économiques.

Trouver un travail: Un stress quotidien

De crises politiques, en crises économiques- je pense à la crise du pétrole en 1974 -, la situation financière et, partant, celle de l’emploi, se sont dégradées à la vitesse de la lumière. Comment trouver un job a commencé à devenir une question de plus en plus actuelle. Un problème récurrent.

Une dégradation sociale et économique progressive

En 1974, les métiers manuels commencent à faire l’objet d’une attaque en règle au bénéfice de nouveaux métiers. Ceux-là mêmes qui nécessitent des diplômes post Bac. La modernité est en marche et réclame son dû. Les petits métiers sont désertés par une majorité de la population. Celle que l’on a su convaincre que seuls les diplômes de type Master 2, ou plus, ont du panache et sont, surtout, la garantie d’un emploi pour les années à venir.

Les métiers manuels relégués au second plan. L’accent mis sur les métiers d’avenir. Il est question de valeurs, de reconnaissance sociale et de… prestige. Au passage, histoire d’être un peu cruel, n’oublions pas que beaucoup de celles et ceux qui ont fait des études supérieures se montrent incapables de changer un joint de robinet. Tout en se plaignaient du peu de plombiers en France (j’en fais partie!)… Mais cela est une autre histoire. Laquelle, d’ailleurs, et depuis peu, a évolué. La crise sans doute.

Quoiqu’il en soit, les années passant. Il y a de plus en plus de personnes – hommes et femmes – diplômées. Mais le marché du travail n’est pas extensible à loisir. La compétition a commence à être rude.


“COMMENT NE PLUS AVOIR PEUR DE NE PAS TROUVER DU BOULOT?”

LA + EFFICACE DES SOLUTIONS COMMENCE ICI

Regardez la vidéo de présentation de la méthode comportementale

16 CAS RÉSOLUS SUR 17

Cette méthode offre un véritable espoir à celles et ceux qui pensaient ne jamais s’en sortir


7% de la population mondiale possède plus de richesses que le reste du monde

Des années durant, la France a un taux de natalité insuffisant. De facto, trop de personnes se retrouvent en compétition pour un seul et même poste. Du fait de nouvelles perspectives d’évolution, la société a besoin d’une main d’œuvre qualifiée. Mais l’offre est inférieure à la demande (cf. courbe de natalité). Les employeurs ont l’embarras du choix. Embarras aggravé par des professionnels d’un conseil d’un nouveau type (à l’époque).

Pour satisfaire à une demande florissante face à une offre réduite, il faut être de plus en plus sélectif. Exigeant même. Il n’est plus question de recruter sur la seule foi des compétences. Les cabinets de conseils en recrutement commencent à fleurir comme les mauvaises herbes sur une pierre tombale – oh, pas bien -. Ce qui a pour effet de faire croître la compétition entre futurs recrutés et les exigences des employeurs auxquels on promet l’excellence. Ah, l’excellence! Vaste sujet.

C’est comme cela que, chemin faisant, le stress lié à une éventuelle perte d’emploi s’instaure et amplifie la question de trouver un job. Laquelle question, pendante d’une réponse, s’est faite de plus en plus pesante au point de devenir quasi insoluble.

Le CAC 40 au pouvoir

Aujourd’hui, la question de comment trouver un job occupe le centre des préoccupations sociales et familiales. Et, de fait, la peur de perdre son emploi est récurrente. Ne peuvent être ignorés, la crise économique de 2008, l’incurie du gouvernement de 2007 à 2012 à ce propos, comme dans les années précédentes.

Il en est de même en ce qui concerne les conséquences sociales et économiques à la suite à l’élection de François Hollande à la présidence de la République Française en mai 2012. Par exemple, le gel des investissements au lendemain des élections municipales de 2014. Ce qui a pour conséquence l’exaspération des gens comme leurs inquiétudes tant à propos de l’emploi que de leur niveau de vie (pouvoir d’achat). A ce propos, l’élection d’Emmanuel Macron aggrave la situation. N’oublions pas qu’il a été élu grâce au CAC 40 et que, depuis lors, la France est devenue un état policier aux lois liberticides.

Aujourd’hui, il semble que le capitalisme ait atteint des sommets qui fragilisent les états et les populations. Pouvons-nous ignorer qu’un(e) trader gagne – En France – plus d’1 million d’euros par an (1M€/AN)? Pour les classes moyennes, c’est toujours plus de charges. Le gel des minima sociaux. Pour les autres, moins d’emplois pour tous. Donc plus de crises, plus de maltraitances.

Pendant ce temps là, 7% de la population mondiale possède plus de richesses que les 93 % restant. Soit le reste du monde!

Perte d’emploi: Des conséquences dramatiques

Au terme du 1er semestre 2021, ce sont 5 916 900 demandeurs d’emplois (statistiques Pôle Emploi mars 2021) qui s’inquiètent de savoir comment trouver un job dans une société où de plus en plus d’entreprises sont mises en liquidation judiciaire.

Dans une société où de plus en plus de commerces de proximité mettent la clé sous la porte. Dans une société où le nombre de plans sociaux d’entreprises (PSE) est légion en plus d’aller croissants. Pour finir en beauté, les expulsions locatives ont augmenté de plus de 4% en moins de 1an.

Plus de 30 000 jugements d’expulsion sont prononcés au cours de l’année 2020/2021. 15 000 d’entre eux font l’objet d’un recours à la force publique alors que l’état se montre bien en peine de satisfaire aux lois qu’il a voté en leur temps (Droit au Logement Opposable). La faute au manque de construction de logements sociaux par manque de crédits! Pour information, il y avait moitié moins d’expulsions au cours de l’année 2019/2020.

Comme quoi se poser la question de savoir comment trouver un job est une vraie question sociale. Autant d’éléments contextuels qui vous donnent toutes les raisons d’être angoissé(e) voire anxieux. Mais, ne désespérez pas!

Dans un article à paraître, je vous propose une solution qui vous offre la réponse quant à savoir comment trouver un job. C’est très simple.

Comment chercher et trouver un job en utilisant les réseaux des autres

Je me souviens de moi, dans une autre époque, écumant les journaux d’annonces d’emplois. Rechercher, identifier. Puis écrire une lettre de motivation accompagnée d’un curriculum bien léché. Enfin, envoyer cette lettre à l’employeur en priant des dieux inconnus d’être “convoqué” pour un premier entretien. Rien que çà, c’était déjà énorme. A cette époque, c’est un rendez-vous pour 1000 lettres reçues.

Comme tant d’autres, je me suis usé à cet exercice. In fine, quand je me mettais un quête d’un emploi et que j’étais recruté, c’était toujours du fait du bouche à oreille. La fameuse co-optation.

Quand je quitte le monde salarié, je commence par m’occuper de personnes alcooliques et toxicomanes. La rémunération est moindre. Mais immense était le plaisir d’accomplir cette tâche. Un jour, une thérapeute me propose de collaborer avec elle auprès de cadres de haut niveau en recherche d’emploi.

Au début, j’ai eu du mal à comprendre l’articulation entre mon métier de comportementaliste et la conception d’une méthode pour chercher, et trouver un emploi. Or, à y regarder de plus près, ces cadres emploient tous la même méthode. Sans grand succès. Celle que je décris sommairement dans le chapitre précédent.

Recherche d'emploi: l'importance des réseaux

Trouver un job: Une méthode simple, pragmatique et trés efficace

Si je me permets d’affirmer que cette méthode est simple et trés efficace, c’est parce-que j’ai eu tout le loisir d’en vérifier les effets. Avec une petite particularité. Les femmes y réussissent mieux que les hommes. Sans doute une question d’orgueil. Combien de fois ais-je entendu ces chers mâles me répéter à l’envi qu’eu égard: à leur formation, à leurs compétences, comme à leur expérience, ils avaient droit à ces emplois.

Peut-être. Mais ce n’est pas leur orgueil respectif qui les a aidé. C’est la méthode dont je vais vous parler maintenant qui les a sorti de l’ornière. Un peu comme l’une des phrases de Nicolas Sarkozy, Président de la République française de 2007 à 2012: “Ce n’est pas l’argent qui fait le projet. C’est le projet qui fait l’argent“.

Cette méthode se conçoit en 5 points:

  1. Concevoir un projet
  2. Identifier le 1er vecteur de réseau
  3. Soutenir le projet grâce au réseautage
  4. Trouver un emploi sans le chercher (cf. point 2 🙂 )
  5. Profiter de la vie…

Je vous explique.

Trouver un job: Concevoir le projet professionnel

Vous avez des compétences. Et vous avez des idées. Vous avez déjà essayé de les valoriser auprès de certains de vos ex employeurs. Si certains vous ont écouté, vous n’avez que peu, voire pas pu, les faire passer de l’état de projet à la réalité. Du coup, vous en concevez une certaine frustration. Voire, une certaine anxiété. En effet, vous rongez votre frein en vous demandant si, un jour, vous serez enfin entendu(e) et… reconnu(e).

Vous êtes donc porteur(e) de projet. Et peu importe votre domaine de compétences. Ce qui suit fonctionne pour tous les domaines d’activité professionnelle.

Commencez par écrire votre idée. Donnez lui de la matière. Faites court. Un peu comme si vous écriviez le pitch d’un film pour le présenter à des producteurs de cinéma. Cela signifie présenter votre projet en 2 lignes. L’idée, la valeur ajoutée de votre projet, et comment vous allez procéder pour lui donner vie.

Nul n’est besoin d’avoir un bac + 12 pour réussir. Vient ensuite la partie que je qualifierai de plus importante: Identifier le 1er membre du réseau que vous allez utilisez pour initier votre démarche pour trouver un job.

L’idée centrale est la suivante: trouver un job sans le chercher!

Trouver un job: Créer un réseau dans le réseau

Quand je parle de réseau, je ne parle pas de réseaux sociaux de type Facebook ou Twitter. Pour moi, ce sont des daubes infernales. Je ne parle pas non plus de Linkedin ou du défunt site web Viadeo. Ni de je ne sais quel autre réseau professionnel genre Indeed ou pôle emploi.

Quand j’écris le mot réseau, je parle d’identifier la toute première personne à laquelle vous allez présenter votre toute première maquette de projet. Comment identifier cette personne?

Bien sur, vous pouvez utiliser les réseaux professionnels que j’ai précédemment cité. Mais surtout, il va vous falloir faire un travail de recherche systèmique. Cela signifie identifier un homme ou une femme, dont l’autorité est importante. Pas un(e) directrice de département. Visez plutôt un Directeur(trice) Général(e). Quelqu’un qui rend compte à N+1. Soit, le numéro 2 de l’entreprise ou de la collectivité.

Il faut prendre soin de choisir cette personne en fonction du type de réseau qu’elle présente. Du coup, vous pouvez vous appuyer sur Linkedin. Ou sur ce que vous savez, ou avez identifié, des entreprises qui collaborent à la société que ce(tte) DG dirige. Quel est le métier de cette société, et avec quels sous-traitants est-elle susceptible de travailler?

Ce faisant, identifiez des secteurs d’activités qui ne sont pas proches de ceux que vous visez. Pour vous rapprocher de votre cible, il faut délibérément vous en éloigner. Un peu comme: “Partir pour mieux revenir“. Ou être plus riche en rentrant qu’en partant.

Recherche d'emploi: comment trouver un job?

Vous avez identifié votre cible principale. Vous l’avez sélectionné grâce au réseau que vous lui connaissez. Ou des entreprises avec lesquelles elles travaillent. Par sécurité, essayez d’identifier une cible principale, une cible intermédiaire, et une cible de repli. En cas d’échec avec la 1ère, il vous en reste 2!

C’est fait? Désormais, vous êtes prêt(e) à passer à l’attaque.

Trouver un job: Valoriser vos compétences

Vous êtes prêt(e). Il ne vous reste plus qu’à prendre rendez-vous avec votre cible N°1. Je vous laisse le soin de faire comme vous le souhaitez. Mais sachez le téléphone et le mail me semblent être les meilleurs outils. Quand vous prendrez rendez-vous, il est trés important d’expliquer que vous souhaitez seulement avoir un entretien pour soumettre un projet et obtenir un avis quant à l’intérêt dudit projet. Ne dites surtout pas que vous cherchez un emploi. Dans le cas contraire, vous n’aurez jamais d’entretien.

Maintenant, imaginons que vous avez obtenu votre 1er rendez-vous. Vous avez su l’obtenir car vous avez spécifié ce que je viens de vous expliquer. Aussi, vus avez su valoriser la personne que vous allez rencontrer. Vous avez clairement dit qu’au regard de ses compétences, bénéficier de son analyse vous serait d’une grande aide. En plus du fait que vous ne prendrez que 5 minutes du précieux temps de cet homme ou de cette femme.

Au jour et à l’heure du rendez-vous, vêtu(e) d’une façon qui vous mette en valeur, vous vous présentez. Passées les présentations d’usage, l’expression de votre reconnaissance pour le temps consacré, vous spécifiez bien que vous ne recherchez pas de travail. Seulement l’expertise de votre interlocuteur(trice).

Vous présentez le projet. Le soutenez. Pourquoi? Comment? Quels objectifs? Les outils et moyens. Par la suite, vous demandez son avis à cette personne que vous rencontrez. Ce qu’elle pense de votre pojet. Quels points elles améliorerait. Pensez à prendre des notes. Au terme de ce rendez-vous, pensez à un élément particulièrement important. Remerciez cette personne pour avoir apporté de la valeur à votre projet. Ensuite, demandez lui à quelle autre personne qu’elle connait elle pense que vous pourriez présenter ce projet pour requérir son avis. De sa part, bien sur!

Comment trouver un job rapidement: Fin de l’offre d’emploi et effet domino

La plupart du temps, si votre projet est bon, ces personnes ont plaisir, voire s’enorgueillissent, de vous présenter leur réseau. De vous ouvrir leur carnet d’adresses. En demandant à la rencontrer, vous la valorisez. Et, coup de maitre, vous ne lui avez rien demandé. En bref, vous n’avez pas “pleuré” pour qu’une offre d’emploi vous soit dédiée. Et là, le tour est joué!

Après avoir amélioré votre projet sur la foi des préconisations de votre cible principale, contactez, de sa part, votre future cible suivante. Comme dans un jeu de domino. Jusqu’au jour du miracle.

Ce jour là, une de ces personnes vous précise qu’elle connait quelqu’un trés intéressé par un tel projet. Que, justement, elle recherche une compétence comme la votre. Vous prenez alors les coordonnées de cette personne pour la contacter au plus vite. Je vous suggère même de faire preuve de culot. Invitez votre interlocuteur à prendre rendez-vous, pour vous, en votre présence. Alors, c’est elle même qui vend votre projet à son réseau. Ce qui donne à votre projet encore plus de valeur.

Vous rencontrez cette relation professionnelle. Elle est conquise par votre projet. Elle vous fait une offre de recrutement. Vous négociez. Vous acceptez. Bravo, vous venez de trouver un job! Plus fort encore, vous avez trouvé un emploi sans le chercher.

Maintenant, profitez! Savourez votre nouvelle vie. Vous pouvez être fier(e) de vous.

Trouver un job: Recherche d’emploi et anxiété

Suivez simplement ce process et la réussite vous est acquise. Si, d’aventure, alors que vous êtes en recherche d’emploi, vous vous sentez trés ou trop anxieux(se), que vous souffrez de troubles du sommeil ou, par exemple, d’angoisse nocturne, au point de craindre ne pas être en mesure de mener ce protocole de recherche d’emploi, n’hésitez à traiter votre problème avec le programme comportemental dont je vous parle ci-dessous. Ainsi, vous pourrez pour maximiser votre réussite et être pleinement disponible pour votre projet.

Si vous avez des commentaires, ou une expérience à partager en lien avec le fait de trouver un job, je vous invite à utiliser le formulaire “Commentaires” en-dessous du présent article.


“COMMENT VAINCRE L’ANXIÉTÉ LIÉE À UNE RECHERCHE D’EMPLOI?”

LA + EFFICACE DES SOLUTIONS COMMENCE ICI

Regardez la vidéo de présentation de la méthode comportementale

16 CAS RÉSOLUS SUR 17

Cette méthode offre un véritable espoir à celles et ceux qui pensaient ne jamais s’en sortir


Article rédigé par Frédéric Arminot, coach comportemental

Qui est Frédéric Arminot, coach comportemental?Spécialisé dans le traitement des problèmes d‘angoisse, d’anxiété, de dépression, de phobie, et de toc, il exerce depuis plus de 25 ans en qualité de comportementaliste.

Ancien grand anxieux, et victime d’angoisses aux multiples conséquences des années durant, il a créé un programme de thérapie comportementale en ligne:

Le Programme ARtUS

Cette méthode thérapeutique résout 16 cas sur 17, soit + 95 % de résultats.

Pour regarder la vidéo de présentation de ce programme, vous êtes invité(e) à cliquer sur le lien ci-dessous:

“Je Souhaite Regarder La Vidéo De Présentation Du Programme ARtUS”



Frédéric Arminot

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Défiler vers le haut