TÉMOIGNAGES

Si vous le souhaitez, vous apportez vos témoignages, ou donnez votre avis, de façon anonyme.

Cela vous permet de partager votre expérience à propos de mon programme en ligne, ou de consultations de coaching comportemental.

Ces avis et témoignages sont authentiques et certifiés conformes aux originaux.

Je m’engage à publier vos avis et témoignages in extenso, à l’exclusion de tout message à caractère injurieux ou discriminatoire conformément à l’article 225-1 du Code Pénal.

Pour publier votre avis ou votre témoignage, il leur suffit de m’adresser un mail (page «Me contacter»).

.
.
Témoignages de patients de Frédéric Arminot Coach comportemental

Témoignages de personnes ayant bénéficié d’un coaching de Frédéric Arminot, Coach

Julie

Depuis bien 2 mois, je m’assume telle que je suis. Je m’affirme et jusqu’à même prendre des décisions en accord avec moi sans avoir peur des conséquences car c’était une décision dont j’avais besoin. Parler de mes limites du moment, jusqu’à dire à ma sœur on ne passera pas nos vacances ensemble vue la situation.
.
Avant je revenais sur ma décision, m’excusais alors qu’au fond je n’étais pas entendue, écoutée, respectée et je subissais finalement et du coup on ne me prenait pas au sérieux, car j’étais la gentille qui acceptait tout et n’importe quoi.
.
A l’heure actuelle je n’ai plus peur du conflit. Je ne veux plus me taire car je sais que c’est, et a été mon pire ennemi celui de taire mes émotions, ressentis, je respecte les autres, et je me respecte aussi et me fais respecter. Je n’ai plus peur de pleurer, d’être en colère. Je ne me traite plus de “anormale”.
.
A l’heure actuelle je me sens bien. Je suis enceinte. Nous vendons la maison. Je vends mon cabinet pour moins de gestion et vis au jour le jour, en confiance et sans contrôle. Je vis de manière apaisée.
.
Je tiens à vous dire encore merci, je n’ai pas fini ce programme et j’ai déjà beaucoup appris sur moi et surtout sur mon fonctionnement, ce qui m’empêchait d’être bien.”

Découvrez le témoignage encourageant de Louis qui a pu traiter les angoisses dont il était victime grâce à la vidéo de présentation du Programme ARtUS. A la suite d’un témoignage encourageant d’une telle valeur, je ne peux que vous encourager à devenir membre de ce programme en ligne, pour que, vous aussi, vous accédiez à une solution à l’angoisse, à l’anxiété, à la phobie, aux toc, comme à la dépression.

Le témoignage encourageant de Louis (Portugal)

Bonsoir,
.
Tout d’abord, je vous confirme avoir bien reçu la vídéo et vous en remercie.
.
Pour me présenter, je suis français, 51 ans et vis depuis plus de 18 ans au Portugal d’où je vous écris.
.
(…) pour moi aujourd’hui (…) lors d’un de prochain déplacement sur Paris prendre un RDV à votre bureau en fin de matinée et peut-être avoir le plaisir de vous inviter à déjeuner pour vous remercier sincèrement de ce que vous avez pu me donner à travers cette vidéo.
.
Cherchant depuis plus de 2 ans à me sortir de ces états d’angoisse matinale puissante et récurrente tout en essayant de comprendre un processus pour lequel je n’ai jamais adhéré, la persévérance a fini par vous rencontrer et vous entendre.
.
Enfin des réveils agréables qui me permettent de mieux profiter de mes journées et ce de manière beaucoup plus sereine.
.
Mille MERCI pour tout ce que vous pouvez apporter .
.
Dans l’attente de vous relire.
.
Bien cordialement. Louis.
.
Pour le coach comportemental que je suis, il est toujours très agréable de prendre connaissance de ce type de témoignage encourageant. Cela me permet de prendre acte que le travail que je réalise à votre bénéfice n’est pas vain, et qu’il vous est vraiment utile.
.
Ainsi, cela me donne l’énergie dont j’ai besoin pour vous aider à trouver des solutions à l’angoisse, à vos crise d’angoisse ou à tous les symptômes d’angoisse dont vous êtes victime (sans oublier la phobie, les toc, la dépression, et l’anxiété)..
.
J’exprime toute ma reconnaissance à Louis pour la confiance dont il m’honore en me permettant de diffuser son message sur ce Blog. Une fois n’est pas coutume – quoique -, je vous invite à m’adresser vos témoignages, vos questions, vos avis en utilisant la page contact ou en m’adressant vos commentaires. Je suis ravi de participer à votre développement personnel et encore plus ravi de vous aider à devenir acteur de votre vie en vous offrant les moyens de retrouver confiance en vous.

Valérie – Dpt 80 (Hauts de France)

“Bonjour Monsieur Arminot. Un peu de nouvelles. Voilà maintenant 1 an que je pratique le Programme ARtUS. Aujourd’hui, je tiens à vous remercier de votre travail et de votre soutien car je me sens nettement mieux. Je suis sortie de cette dépersonnalisation. Je pratique toujours l’exercice N°3, et note mes pensées quand je sens que quelque chose me tracasse et m’angoisse et me ferais repartir dans mes rêves et mes vertiges. Merci beaucoup d’être avec nous.”

Témoignage de Thierry – Toulon

“Suite à des soucis de santé en début d’année, j’ai subitement commencé à avoir des crises d’angoisses (du soir, nocturne et du matin) qui ont pris des proportions telles que mes nuits étaient devenues un véritable enfer.
.
J’en étais arrivé à avoir peur de chaque nuit à venir car je savais qu’elle allait être terrible et que la journée suivante allait être catastrophique à cause de la fatigue accumulée.
.
J’étais complètement désespéré et ne savais plus quoi faire après avoir consultés sans succès médecins, sophrologue et hypnotiseur médical.
.
J’ai consulté dans un 1er temps le site de Monsieur Arminot . J’y ai récupéré et appliqué beaucoup de ses conseils et exercices. J’ai rapidement vu quelques améliorations de mes angoisses mais elles restaient néanmoins quotidiennes.
.
J’ai donc décidé de contacter Monsieur Arminot pour suivre le programme ARtUS.
.
Il est sur que ce programme est fastidieux mais en moins d’un mois, mes angoisses ont nettement diminuées, se sont espacées, pour être à ce jour (2 mois plus tard) quasiment supprimées voire même n’être qu’un mauvais souvenir.
.
J’ai énormément apprécié la réactivité de Mr Arminot lorsque je lui posais des questions par mail (et je pense que j’en aurais certainement encore) et sa disponibilité lorsque nous avons eu des consultations téléphoniques.
.
J’ai encore parfois mais rarement quelques appréhensions ou inquiétudes les veilles de rendez-vous important mais en continuant d’appliquer certains exercices, les angoisses n’arrivent pas. Dans ces cas là, je suis juste inquiet mais je passe une bonne nuit réparatrice.
.
Par ces quelques lignes de témoignage, je tenais à remercier profondément Monsieur Arminot et encourager les personnes qui doutent encore de la méthode proposée à suivre ses conseils.”

Témoignage de Louis – Paris

“Le contenu de ce message est très sincère. Je tenais à vous dire. Les articles sur votre blog sont géniaux, brillants et plein d’humanité.
.
Je partage beaucoup de vos opinions. Cela vous a sans doute demandé énormément de travail. Votre expérience de vie et votre analyse des phénomènes sont irremplaçables et je suis sincère. Quand on est un jeune homme de 18 ans, confronté à certains soucis et qu’on tombe sur des choses comme çà, çà fait du bien. Bravo. Bonne continuation.
.
La confiance ne peut qu’être là. Je suis fier d’être votre patient.”

Témoignage de Bruno – Paris

“Je me suis dis qu’il était venu le temps des remerciements. J’ai été un peu long car lorsque j’ai voulu le faire j’ai fait une rechute assez importante.
.
Tout allait bien. J’ai été guéri en 1 mois et 25 jours exactement, à tel point que je trouvais que mes peurs étaient probablement devenues trop enfouies au fond de moi. Plus rien ne me faisait peur n’y ne m’atteignait. J’avais même réussi à parler en public devant 35 personnes sans aucune crainte… Comme dirait l’autre…”du billard”. Ceci a duré quelques mois et quelques épreuves ont fait qu’en les passant haut la main je ne faisais que renforcer ma confiance en moi.
.
Cependant, à un moment donné, lors d’une présentation, alors que tout ce passait pour le mieux, j’ai senti comme une chaleur presque brûlante qui m’envahissait la tête.
.
Cette fameuse sensation qui vous fait perdre tout contrôle et vous fait dire que vous allez surement vous enfuir en courant. J’ai réussi à la contrôler dans les secondes qui ont suivi en imaginant le pire. Mais pourtant le doute s’est installé subrepticement, insidieusement, au fur et à mesure des jours.
.

Ça va bien mieux

.
L’inquiétude m’a prise de me revoir dans la même situation que toutes ces années durant. Progressivement, toute ma force, cette sensation de bouclier qui s’était créée, s’effilochait. J’en suis revenu presque à zéro. J’ai donc repris le travail et, aujourd’hui, je n’ai pas encore retrouvé les mêmes sensations mais ça va bien mieux.
.
Je m’inquiète tout de même que cela ne revienne de façon si bête étant donné que je me sentais si solide intérieurement. Je ne sais pas si j’aurai dû ré attaquer le travail le soir même, car lorsque j’étais arrivé à terme la première fois je sentais qu’en poursuivant l’exercice du pire je commençais à faire l’effet inverse comme si mon cerveau me faisait comprendre que c’était bon et que j’allais faire pire que mieux.
.

Vous avez changé ma vie!

.
Alors voilà, je voulais vous remercier très très sincèrement. Vous avez changé ma vie. Aujourd’hui, je ne fais plus dans les …, car l’état d’esprit de l’entreprise ne me convenait plus et je leur ai dit qu’ils m’emmerdaient, (c’est aussi ça de ne plus avoir d’angoisses) mais au moins je ne quitte pas cette société à cause de mes peurs de peur de parler en public (sans s’attarder sur toutes celles que j’ai découverte en commençant votre programme).
.
Je suis malgré tout devenu Agent commercial en … Je relutte pour parler aux gens, mais ce n’est qu’une question de temps, je le sais. Merci pour tout Frédéric et, si vous avez un dernier conseil quant à ce qui m’est arrivé… je suis preneur.
.
Bonne continuation et surtout je vous souhaite beaucoup de force et de courage dans votre entreprise pour remettre en confiance tout ceux qui n’en n’ont pas, ou plus.
.
Surtout que l’exercice est périlleux car….la peur est communicative…tout comme la joie que vous m’avez apporté et qui est remarquée autour de moi.”

Je suis reconnaissant à Bruno d’avoir partagé avec nous son expérience après avoir bénéficié d’un accompagnement personnalisé (coaching) pour ne plus avoir peur de parler en public. Et comme Bruno m’y invite dans son témoignage, je lui ai fait la réponse ci-dessous.

Ma réponse à Bruno

“Je suis ravi que vous ayez tant progressé. Je pense que vous avez “rechuté” parce que vous avez du – inconsciemment – réactiver votre problème pendant votre intervention et avez sans doute essayé de le contrôler. Rien que de très normal dans votre problème. C’est dommage que vous ne m’ayez pas téléphoné, je vous aurais dit quoi faire. A ce propos, n’essayez pas de lutter avec votre nouveau public. Reprenez les exercices comme celui du pire, cela vous aidera.”

BB – Genève
La vie réserve parfois des surprises très enrichissantes sur le plan spirituel (hors toute question religieuse). Aujourd’hui, je ne peux résister à l’envie de vous présenter ce témoignage, tellement il est plein de vie.
.
Je peux vous assurer, vous tous qui me lisez, que la méthode ARtUS est Super pour les soigner angoisse, stress, dépression, prise en charge post-traumatique…
.
En 2003, et pendant + 10 ans, j’ai eu 1 sévère dépression mélancolique endogène et récalcitrante.
.
J’ai dû être hospitalisée de multiples fois mais ma souffrance n’était pas palpable. Mes proches et autres ne comprenaient pas car, pour eux, j’avais tout: 1 gentil mari, trop même, mais qui n’était pas à mon écoute, 4 beaux enfants et des petits enfants, enfin, normalement, 1 femme comblée et pour tous 1 enfant gâtée.
.
Ils s’apercevaient tout de même que j’étais éteinte, ne s’intéressant à rien. Je m’auto mutilais pour souffrir physiquement. J’ai perdu des années car je ne connaissais Frédéric Arminot, quel malheur.
.
J’ai failli mourir d’1 pb aux bronches. Depuis j’ai eu des crises d’angoisse terribles. Je ne pouvais pas fermer les yeux car les crises recommençaient, accompagnées de ruminations. Je n’en pouvais plus et JOIE, j’ai découvert Frédéric Arminot et son programme ARtUS
.
Quel bonheur! Enfin 1 solution à mes problèmes et, chose très importante pour moi, 1 écoute sérieuse et sympa. A chaque fois que je lui envoie 1 e-mail, j’ai 1 réponse super rapide alors qu’il doit être surchargé de travail, avec des conseils réconfortants.
Je n’ai qu’1 seule chose à lui dire: MERCI du fond du cœur et j’ai qu’une chose que j’ai envie, c’est d’aller à Paris le rencontrer une fois.

____________

Je ne vois rien à rajouter si ce n’est que, moi qui, parfois, me pose des questions à propos de mes activités quant à les continuer ou non, ce témoignage me ragaillardit.
.
Le témoignage de BB me fait d’autant plus plaisir que, quasiment dans le même temps, je me suis fait littéralement fait hurler dessus au téléphone par une personne particulièrement remontée. En matière de témoignage, j’ai été servi!
.
Tout en m’adressant – pour ne pas écrire en m’agonisant – ses reproches que, par ailleurs, j’entends et comprends, cette personne m’interdisait de m’exprimer, et m’intime l’ordre de m’exprimer. Ouf! Un métier plein de paradoxes que le mien. Je ne peux pas être responsable de tout, tout le temps.
.
Je suis désolé que cette personne souffre tant. Je lui souhaite d’aller mieux. Mais il est vrai que pour demeurer en accord avec ses choix, il faut savoir s’accrocher! Boudiou!

Lire le témoignage de Katia

Pour lire le témoignage de Katia, je vous invite à cliquer ICI

Hervé – Paris

“J’ai consulté plusieurs “psy” (psychologue, psychanalyste, psychiatre). Frédéric Arminot a été le seul à me proposer un traitement efficace, assorti de conseils judicieux, et surtout il n’a jamais cherché à me fourguer une idéologie, une doctrine qui m’expliquerait le monde et ce que je devrais faire, comme l’ont fait la plupart des autres. En revanche il m’a considérablement aidé à mieux « reconstruire » ma perception et mes émotions pour gagner en assurance et perdre en anxiété.”

Florence – Moulins

“Bonjour, Je viens de regarder la 2ème vidéo et je tiens à vous remercier de vos conseils qui m’aident énormément. Je faisais, en fait, tout le contraire. Je combattais mon anxiété à tel point que je savais plus comment arriver à m’en sortir et je croyais que je vivrai toute ma vie de cette façon. J’étais très fatiguée. Je ne suis pas totalement guérie car il y a aussi le fait de diminuer les dosages de médicaments (avec avis de mon médecin), pour un total sevrage. Merci.”

Témoignage de Sylvie

“Bonjour J’ai bien reçu vos trois vidéos et votre livre avec tous les conseils qu’ils apportent. Je vous en remercie pour toute cette générosité pour aider les personnes en souffrance physique et psychologique. J’ai bien mis en pratique vos conseils.

Témoignage de Dominique – Lorraine

“Bonjour, Merci pour ces vidéos. Ayant une nature particulièrement anxieuse, je dois dire que les exercices se révèlent efficaces et en très peu de temps effectivement ! La technique de la projection du “….” me fait grand bien. Les effets s’en ressentent d’ailleurs sur mes proches avec qui le dialogue est plus fluide. Je suis très heureux d’avoir pu cerner le mécanisme qui agit lors de la montée de l’angoisse et de bénéficier de ces quelques outils! Je tenais à vous le faire savoir. Bien à vous.

Eric D. – Tours

“Bonjour Frédéric, Je m’appelle Eric D. J’ai 45 ans, 3 enfants et j’habite Tours. Je suis depuis 3 mois dans une situation insupportable pour moi et mes proches. Mon père est gravement malade depuis 9 mois il est alité, je vis un stress professionnel intense et enfin mes doutes et mes angoisses sur l’aspect existentiel (depuis mon adolescence) et la peur de mourir me font perdre le contrôle de mon corps et de mes pensées. Palpitations, sueurs, insomnies, sensation d’être dans un rêve de ne pas en sortir et ce permanence.
.
Depuis 2 mois je vais chez un micro kinè et ostéopathe, un psy tous les mercredi. J’ai essayé les fleurs de Bach et potions adaptées. Maintenant je prends un 1/4 de Lexomil™ et 1/2 somnifère pour m’endormir… Et, alléluia! Je tombe sur vos vidéos. Exactement la réponse que j’attendais.
.
Du coup je ne suis plus dans le combat ou la stratégie ou dans l’excès de réflexions qui m’encombrent le cerveau. Je sens que je vais me sortir de cet situation et j’adopterai cette démarche sur “l’acceptation de soi” et de “l’absence de réponse à des questions qui n’ont pas de sens”. Merci pour votre aide et ce gratuitement et pourtant je paierai cher pour guérir… non en fait je ne suis pas malade mais je fais fausse route et cette désagréable expérience me fera grandir j’en suis sur… Merci Frédéric.”

Hervé – RP

“Bonjour Frédéric, Tout d’abord, je vais plutôt bien. Je continue les exercices avec profit en dépit du scepticisme de certains à propos de vos méthodes (ma mère est toutefois un peu obligée de constater mes progrès, mais elle est tentée, pour calmer ses propres angoisses, de vouloir me materner encore et encore.
.
Je lis un bouquin de Watzlawick et Weakland sur les changements et qui m’explique brillamment en quoi m’opposer à ce problème pourrait très bien l’aggraver, alors je continue la lecture et j’essaie de trouver avantage au problème, à faire en sorte que le problème devienne une solution, on verra bien).
.
Mais si je vous écris c’est pour vous signaler qu’après m’être inscrit je ne parviens pas à laisser de commentaires sur votre blog. Non pour vous louer ou vous blâmer mais je n’ai pas de doute sur le fait que vous connaissiez bien votre « job ».
.
J’ai connu une excellente psychologue durant ma formation professionnelle, et qui comprenait très bien mes problèmes. Elle ne disposait malheureusement pas du temps nécessaire pour accomplir un travail de fond avec moi, à l’époque. Votre thérapie m’a appris plusieurs choses, parmi lesquelles : tout le monde a des problèmes, et vous n’échappez pas à la règle.
.
Je vous souhaite de continuer à aider les personnes souffrant d’anxiété parce que, croyez-moi, j’ai connu quelques personnes bien moins douées que vous dans ce domaine ; il serait dommage de baisser les bras. Et vous aviez “raison”: il ne faut pas se précipiter, pas toujours, les événements souhaités arrivent souvent d’une façon imprévue et par des chemins qu’on n’aurait pas songé à emprunter au premier abord. Il n’existe pas une seule méthode pour tous les problèmes, comme votre approche théorique et votre pratique vous l’ont amplement confirmé. Bon courage.”

Sophie – Evry

“Bonsoir Monsieur Arminot, Je vous écris pour annuler le rendez-vous du jeudi à 18h car depuis notre dernière rencontre les choses ont évolué de manière positive, je n’ai pas eu d’attaques de panique depuis ce jour juste des crises d’angoisse que j’arrive à maîtriser rapidement. Je prendrai un nouveau rendez-vous si le besoin s’en faisait sentir. Je tenais aussi à vous remercier pour votre aide, votre écoute et vos conseils, j’espère réussir à m’en sortir complètement en démarrant dès que possible une autre activité professionnelle. Merci pour tout. Cordialement.”

Olivier – Paris

“J’ai contacté M. Arminot dans un état de détresse profonde. Dépression, obsessions, épuisement. J’étais au fond après un an et demi de souffrance. J’avais déjà “mangé du psy” et même fait un séjour de 6 mois dans une clinique psychiatrique renommée dont je suis ressorti fortement médicalisé, debout physiquement, détruit mentalement. Je croyais avoir utilisé ma dernière cartouche et j’étais complètement découragé. A quoi bon toutes ces thérapies qui n’aboutissent pas?
.
Ce qui m’a attiré dans le site internet de M. Arminot, c’est la mention de sa totale reconversion suite à sa propre souffrance personnelle passée: un thérapeute qui a souffert peut réellement mieux comprendre la douleur de ses patients. Et bien sûr les mots magiques: “Thérapie Brève”. Attention, bref ne signifie pas instantané! Je me souviens lui avoir laissé un message vocal un dimanche dans le but de discuter avant une consultation éventuelle. Première surprise, il me répond le même jour!
.

Je commence à parler futur

.
En 6 mois d’écoute, de dialogue, de chaleur humaine, de soutien, de disponibilité indéfectible de sa part, de discernement des fondamentaux de mes comportements, de compréhension de ceux de ma sphère affective, mais aussi de travail acharné de ma part, mon état s’est grandement amélioré, je commence à parler futur, projets. Mes rapports avec mes proches ont changé, je me suis affirmé. Le tout sans médicament.
.
Pas de miracle, M. Arminot ne vous refile pas la pilule magique du bonheur, elle n’existe pas! Il vous fait bosser sur vous même, vous secoue, en catalysant vos ressources, votre responsabilité, votre liberté de choix, il vous aide à trouver la solution qui ne peut être qu’en vous. Mais il le fait avec une telle humanité, une telle intelligence du cœur au service d’une méthode thérapeutique efficace, même si déroutante au début, mais surtout avec une telle implication au service de son patient que je voudrais par ce témoignage le remercier du fond du cœur.

Muriel – Maisons Laffitte

“Je toupine aux côtés d’un pervers, je suis comme n’importe quelle proie entre les dents d’un narcissique, je suis le témoignage ambulant et caricatural de la victime de pervers narcissique. La littérature en regorge… J’y suis. Je consulte un psychologue. Un psychiatre. J’ai 40 ans et je vais m’éteindre de chagrin, d’injustice, d’épuisement, de peur. Je vis dans la peur.
.
Je décide qu’il faut que ça cesse, que ce n’est pas la vie. Non, ce n’est pas la vie. Je contacte M. Arminot. Je reprends confiance. Je me redresse. (Il me redresse), et m’aide comme aucun coach ou thérapeute ne l’a fait. Il me réveille, me booste, m’agite.
.
Doucement, et fermement. Il me pose les bonnes questions. Je grandis, je ne doute plus, j’avance vers ce qui me convient le mieux. Il est là, présence nécessaire. Sans lui, je ne m’en sortais pas. Oui, oui, et définitivement oui, ça peut être aussi simple. Vraiment. Oui, c’est simple, rapide, efficace, parce que son aide est véritablement investie, soutenue, intelligente, adaptée. J’ai 41 ans. Je suis partie. J’ai lâché la peur, et quitté cet homme sombre. Je ne toupine plus, et suis heureuse. Je tiens à remercier M. Arminot du plus profond de mon être.”

Leila – Rueil Malmaison

“Je reviens vers vous suite au travail que nous avions commencé ensemble. Je vous devais le petit mot de la fin pour ôter ce sentiment d’inachevé. Finalement, je n’ai pas ressenti le besoin de revenir,ce qui était plutôt bon signe. Par ailleurs, les choses se sont un peu précipitées pour moi puisque j’ai pu réaliser un de mes projets qui était de quitter Paris comme je vous l’avais dit.
.
Je suis à présent à Beauvais dans l’appartement de mes rêves. Concernant les problèmes de poids, depuis mon arrivée à Beauvais, je n’ai cessé de perdre et les comportements compulsifs ont disparu. Je pense tout simplement que le résultat du travail réalisé porte ses fruits aujourd’hui. Notre contact me laisse un très bon souvenir. Je n’hésiterai pas à vous recontacter si nécessaire. Merci.”

François – Paris

“Lors de mon premier rendez vous, Monsieur ARMINOT a su écouter le problème que je lui exposais, avec la volonté de m’aider, de comprendre et de trouver la solution. Le tout rapidement et efficacement. J’en suis ressorti ragaillardi et j’ai de tout cœur effectué l’exercice qu’il m’avait donné pour parfaire son analyse. La semaine suivante nous avons analysé mon travail. Monsieur ARMINOT a su me donner des idées forces me permettant de voir différemment mon problème. Je l’ai appréhendé sans concession, loin de l’analyse psychanalytique dont je suis fan, mais qui hélas n’est pas rapide et laisse errer le patient.
.
Comprenant mieux ce que je ressentais, nous avons fait une pause au bout de deux rendez vous. Définitive je l’espère. J’exprime donc ici ma satisfaction et pour autant que deux rendez vous le permettent, mon appréciation largement positive sur le sérieux et les capacités de ce coach comportemental.”

Françoise – Neuilly sur seine

“Couple en dérive, femme puissamment mal aimée, deux enfants dans la barque. Laminée et néanmoins toujours aux côtés de cet homme. Trouver. Les raisons, le courage, et enfin la porte de sortie. Je peux affirmer que Frédéric Arminot m’a libérée de ce joug. Loin des formules d’usage, attentive, disponible, chaleureuse, lumineuse et rapide, telle est son aide. Je lui serai toujours reconnaissante d’avoir su révéler mes sources d’énergie, dans ces circonstances pénibles, douloureuses. Toujours reconnaissante de m’avoir remise au centre de mon existence, en 6 séances.”


 |  Frédéric Arminot

17 Commentaires: “Témoignages”

  1. Bonjour Lucas,

    Je comprends votre propos. En réponse à vos objections, le choix de bénéficier du programme thérapeutique et comportemental que j’ai conçu vous appartient. Je ne ferais donc rien que de plus pour vous convaincre du bien fondé de ma proposition, et que je n’ai déjà fait.

    Le choix vous appartient. Et comme le veut un adage: “Choisir, c’est renoncer”.

    Prenez bien soin de vous.

  2. Lucas dit :

    Tout d’abord merci pour la réponse. Pas de soucis pour les délais de réponse.
    Pour répondre à votre question, je veux m’assurer que votre programme pourra vraiment m’aider. J’ai déjà regardé votre vidéo de présentation en entier, plusieurs fois.
    Vous allez me dire que je ne pourrais pas savoir tant que je ne l’aurais pas essayé et que la solution vient de moi, mais j’ai déjà consulté tellement de personnes qui étaient persuadées que leur approche psychologique ou thérapeutique était la seule qui soit bonne pour moi que je finis par devenir (trop ?) prudent. Je ne veux plus dépenser d’énergie et mes ressources psychologiques déjà bien fragilisées pour quelque chose qui ne me fera pas du bien.
    Je sais que je suis un peu direct mais je suis vraiment au bout du rouleau là, désolé.
    Cordialement
    Lucas

  3. Bonjour Lucas,

    Comme je vous l’ai expliqué par mail, j’ai été trés occupé ces derniers jours. Ce qui explique le délai écoulé entre votre mail et ma réponse.

    Eu égard à votre parcours thérapeutique, autant que vous sachiez, dès maintenant, que la thérapie comportementale issue de l’approche systémique de Palo Alto n’a rien à voir avec la TCC (thérapie cognitive et comportementale). J’explique cela dans l’article suivant:

    Thérapie cognitive: Elle n’a rien à voir avec la thérapie comportementale

    Je comprends que vous soyez quelque peu fatigué, pour ne pas écrire “usé” par tous vos déboires thérapeutiques. Je pense cependant que l’approche comportementale, telle que je la pratique, peut vous être d’une aide certaine.

    Votre hypersensibilité alliée à votre bienveillance (les 2 vont souvent de pair) ont fait que beaucoup de gens ont bénéficié de vos talents émotionnels. De votre intelligence émotionnelle. Pour le coup, vous avez participé à aider les autres. En contrepartie, e crains que vous ne vous soyez vidé de vous même. Pour finir par vous retrouver exsangue. Cela pose donc la question des limites, et de l’affirmation de vous même.

    Vous vous épuisez à trouver des solutions mais, pour autant, vous écrivez ne pas vous sentir mieux. Vos séjours en institution psychiatrique n’ont rien arrangé. Et vos diverses démarches thérapeutiques non plus. Vraisemblablement, vous aurez été mal conseillé, mal épaulé. Comme pris en otage dans une sorte de dispersion thérapeutique qui n’aura fait que vous éloigner plus encore de vos objectifs.

    Vous me demandez des conseils. Je pense n’en n’ai aucun à vous donner. Ou plutôt un seul. Sous forme de question. Lucas, sachant qu’il ne s’agit plus de supputer ou de penser mais d’agir, qu’attendez-vous de moi?

  4. Lucas dit :

    Bonjour,
    comment résumer ma situation objectivement et de manière complète en quelques lignes ?
    J’ai 19 ans seulement, mais depuis mi-mai je vis un enfer quotidien. J’ai toujours été de nature très anxieuse et hypersensible, j’ai toujours eu tendance à toujours tout sur-intellectualiser, probablement intellectuellement précoce mais émotionnellement fragile.
    J’ai vécu une année de L2 difficile (implosion de mon premier véritable groupe d’amis constitué en L1 – tous hypersensibles, précoces et avec un passif difficile comme moi -, histoires sentimentales et toutes les douleurs qui vont avec – doute, non-dits, jalousie, râteaux, .. – forte pression de travail et de réussite aux examens, confident de tous mes amis, à jouer le rôle du casque bleu de l’ONU sans parler de mes problèmes, aider un ami en depression qui a fait plusieurs tentatives de suicide, …), le tout couplé à un passif déjà difficile latent (quelques problèmes familiaux, 7 de harcèlement scolaire insidieux, 2 phobies scolaires, 1 dépression au collège, absence de vie sentimentale qui me pèse énormément, manque important de confiance en moi, sentiment de rarement avoir été à ma place, mal-être latent depuis des années, avant la fac très peu de sociabilisation avec des jeunes de mon âge). Heureusement j’ai eu une échappatoire à partir du lycée avec mon engagement bénévole dans une association de protection de la nature et ma passion pour les oiseaux.
    Le fait est que juste après ma L2, suite à un choc émotionnel, j’ai commencé à faire des crises d’angoisses qui se sont transformées en phobie d’impulsion (j’en avais déjà eu par le passé mais moins fortes), puis en anxiété généralisée, qui a débouchée sur une dépression sévère avec idées noires récurrentes. En mi-juillet, j’ai demandé une hospitalisation volontaire dans une clinique psychiatrique pour me faire soigner parce que je n’y arrivais plus du tout, j’étais en train de sombrer totalement. J’y suis resté 2 mois (annulant mon stage de L2 au passage), avec un bilan très mitigé.
    D’un point de vue médicamenteux j’ai d’abord pris uniquement des anxiolytiques (Prazépam) puis mon état ne s’améliorant pas, couplés avec un antidépresseur. J’ai du en essayer 4 différents avant d’en trouver un qui ai un effet, le Cymbalta (Duloxétine). Je passe toutes les joies des effets secondaires des différents médicaments pris, même si rien de grave.
    En plus de ce traitement médicamenteux, je prends aussi de l’Atarax (pas d’accoutumance, miracle !) pour pouvoir dormir, le Cymbalta étant un excitant et un spray 3 fois par jour pour limiter un effet secondaire du Cymbalta.
    Ces médicaments ont un peu atténués mes symptômes (idées noires et anxiété généralisée) mais pas assez pour me permettre de retrouver une qualité de vie digne.
    J’ai essayé toutes les activités de la clinique pour diminuer mon angoisse et ai fait preuve d’une persévérance dont je ne me pensais pas capable mais rien n’a eu d’effet significatif – activités manuelles (dessins, coloriages, …), sport en salle, relaxation guidée, groupes de parole, musicothérapie active et réceptive, hypnose (visiblement un peu réceptif mais pas assez de séances), ergothérapie, expression corporelle, lecture, rangement, jeux de société, …
    Certaines me faisaient du bien sur le moment mais rien de durable.
    D’un point de vue psychiatrique, autant les animateurs pour les activités étaient à l’écoute et bienveillants (tout comme le personnel de cuisine et certaines femmes de ménage), mais les infirmières presque toutes lunatiques, certaines odieuses. J’ai assisté et vécu de la part d’une psychologue, du psychiatre à plusieurs reprises et des infirmières, de maltraitance sur les autres patients et moi-même (menace de m’envoyer à la camisole dans une autre structure réputée pour ses fautes graves sur les patients, remarques et comportements déplacés récurrents, violence morale et psychologique envers les patients, agressivité du personnel médical, …). Heureusement qu’il y avait un fort soutien entre patients, quelques permissions de sortie le week-end et le soutien à distance de mes amis sinon je n’aurais pas tenu. C’etait un enfer et pourtant c’était la clinique la plus réputée de la région. Je n’ai jamais autant pensé à me foutre en l’air.
    Le psychiatre et l’équipe médicale n’ont pas joué leur rôle de médiateur avec mes parents, envenimant la situation tendue entre nous et provoquant une grave rupture familiale qui a accentuée ma dépression et mon anxiété permanante. C’est en sortant de la clinique que j’ai réussi à recoller les morceaux et à comprendre ce que mes parents avaient vécu de l’autre côté du miroir, même si ils ont agit maladroitement eux aussi (ce qui était compréhensible de leur part vu la situation). Le psychiatre m’a monté contre mes parents et à failli détruire ma famille, laissant des séquelles à vie pour moi comme pour eux.
    J’ai constaté de très nombreuses fautes professionnelles graves et subi et vu plusieurs fois des violations des droits de l’Homme (et je n’utilise pas ces mots à la légère).
    Malgré tout, avec le psychiatre et l’équipe médicale, en parallèle du traitement médicamenteux et malgré leur comportement très inapproprié (je pèse mes mots), j’ai fait une TCC (adapté du modèle Target), le psychiatre étant comportementaliste. Je me suis investi à fond, passant plusieurs heures par jour à bosser ce qu’il me disait. Il m’avait dit de faire 50% du travail (les autres 50% étant fait par l’équipe médicale) mais j’ai eu l’impression de faire 80% du travail voire plus. Je reconnais l’investissement du psychiatre dans ma thérapie mais il n’a pas agit de manière professionnelle à de nombreuses reprises et a fait de nombreuses fautes graves.
    Malgré tout je me suis accroché et j’ai tout donné. J’ai tellement travaillé la TCC et ses différents blocs que le psychiatre m’a dit qu’il avait rarement vu ça en terme de capacité d’apprentissage. J’ai terminé et compris l’intégralité de la TCC en environ 4 semaines. J’ai travaillé le bloc des émotions, détaillé et rédigé mes discours internes (plus de 250 en 3 semaines), travaillé sur mes croyances et mes peurs, identifiés et reconceptualisé mes objectifs pour qu’ils soient réalistes, identifié et travaillé sur l’identification et l’utilisation à bon escient de mes forces, identifié les différents modes dans lesquels je me trouve pour chaque situation et être capable de les changer si nécessaire, j’ai fait plus de 7 heures de Bio Feat Back avec capteurs sur un ordinateur pour pratiquer des exercices de respiration pour calmer mon angoisse, pratiqué des dizaines de fois voire plus des exercices de neutralisation émotionnelle. J’ai téléchargé des applications telles que Respirelax+. J’essaie de positiver au maximum, de voir le positif dans le plus de situation possibles, je vais voir un magnétiseur, je me force à sortir, voir de la foule, colorier des mandalas pour me détendre et m’occuper l’esprit, essayer de faire des soirées avec des amis, jouer à des jeux de société, voir et penser positif et dynamique, voir et m’imprégner de vie, de dynamisme et de positif, de préparer des projets concrets (voyage avec mon père), aller dehors voir des oiseaux pour m’apaiser, lire, … J’ai évacué ou éloigné au maximum ce qui était toxique dans ma vie (certaines relations, certains cadres, je fais une pause dans mes études trop stressantes, revoir mon orientation professionnelle, …). J’ai aussi acheté une lampe à luminothérapie pour contrer la dépression saisonnière à laquelle je suis sensible.
    J’essaye et ai tout essayé, je n’ai jamais fait autant d’efforts de toute ma vie pour me sortir d’une situation et j’en suis fier. Cela, on ne pourra jamais me l’enlever. Pourtant l’angoisse est toujours là, tous les jours à me ronger et me faire perdre espoir. Les médicaments soulagent un peu mais pas suffisamment et l’anxiété généralisée me maintient en dépression alors que je sens que si elle s’arrêtait enfin je vivrais à nouveau, mon moral qui ne demande qu’à remonter remonterait enfin.
    Je ne sais plus quoi faire, je ne comprends pas où est-ce que je me suis trompé, je dois encore avoir un blocage quelque part, je dois bloquer à un endroit, peut-être que je n’applique pas assez la TCC, c’est vrai que je ne la travaille pas tout le temps au cours de la journée mais j’essaie de faire mon maximum, de régler tout ce que je peux pour m’enlever des poids sur les épaules.
    Avez-vous des idées, des suggestions ?
    Je suis preneur de toute aide, tout conseil.
    Désolé pour le très long message mais j’ai l’impression d’avoir joué toutes mes cartes, d’avoir tout tenté.
    J’arrive même à penser à que ce que je traverse est une chance, à essayer de prendre le positif la où je peux mais la vie est dure.
    Chaque jour est un combat, chaque jour j’ai des idées noires et j’ai peur de ne pas voir le lendemain, et je suis épuisé à bout mais je n’ai pas le droit d’abandonner. J’ai tout pour moi, pas de problème particulier (ni de santé, ni matériel, du soutien familial, des amis compréhensifs, je n’ai pas de honte à dire que je suis malade, j’ai une passion, toute une vie à vivre et à construire).
    Est-ce que votre programme se rapproche d’une TCC ?
    Si c’est le cas je pense sincèrement avoir tout exploré, je ne sais pas si ce serait judicieux de me lancer à nouveau dans un programme médical et de me focaliser encore plus sur mon anxiété, mon angoisse, je suis déjà dans un cercle vicieux où tout tourne autour de ça.
    Merci de m’avoir lu en tout cas, j’espère vraiment que ma persévérance ira à bout de cette mauvaise passe…
    Cordialement,
    Lucas

  5. Bonjour,

    Je suis désolé de ne vous répondre qu’aujourd’hui. Votre message s’est perdu dans les méandres d’internet.

    Vraisemblablement, vous êtes victime d’angoisses et de ruminations. Comme beaucoup de personnes dans votre situation, il semble que vous essayez de contrôler votre problème ce qui le nourrit, l’enrichit. Du coup, le temps aidant, cela a favorisé le TAG dont vous êtes victime.

    Si la sophrologie va vous aider à vous détendre, cela ne va pas résoudre votre problème. Il en va de même en ce qui concerne les consultations psy. Mes propos dussent-ils déplaire à quelques esprits chagrins.

    Quand au benzodiazépines de type Xanax® qui vous ont été prescrits, ils vont contenir vos symptômes, mais pas résoudre le problème non plus. Vous même l’écrivez. Je vous cite: “…pas de grandes améliorationscela m’aide tout de même…”. En plus d’être facteur de dépendance assez forte dont il est souvent difficile de se défaire.

    Vous m’interrogez donc quant au Programme ARtUS. J’en suis ravi. En plus de vous être reconnaissant de votre confiance. Je vais donc vous adresser un mail pour vous expliquer tout cela.

    N’hésitez pas à me solliciter si vous avez des questions.

  6. CDL dit :

    Bonjour Monsieur,

    J’ai commencé à faire des crises de panique de manière très ponctuelle avec le développement de grosses douleurs au dos, épaules…. les crises se sont rapprochées depuis mars 2019 pour devenir quotidienne . J’ai développé une angoisse permanente avec des crises quotidiennes qui m’empêchent de vivre une vie sereine. j’ai l ‘impression que ça tourne en boucle dans ma tête sur ce même sujet, je ne parle que de ça, je suis à l’écoute du moindre signe dans mon corps et je suis fatiguée et j’ai des douleurs au dos affreuses.
    Toutefois, je continue à travailler car j’aime mon travail et surtout ça m’oblige à sortir de chez moi. Je n’évite pas les situations ( restaurant, prendre les transports, aller dans les boutiques ) mais ça me prend énormément d’énergie alors que j’adorais faire toutes ces choses.
    J’ai bien compris qu’il s’agissait d’un TAG, je suis suivie par une psy et soprologue, mais je ne vois pas de grandes améliorations , je prends également 0.25 de Xanax 3 fois/jour depuis peu et cela m’aide tout de même.

    J’ai étudié votre site et les témoignages plutôt positifs, j’aimerais en savoir plus sur votre programme et l’ accompagnement que vous proposez. je suis motivée pour sortir de ce mauvais cercle vicieux

    Merci beaucoup

  7. Bonjour Christine,

    Je comprends que vous trouviez cela bizarre. Mais c’est sans doute dû à la baisse de votre tension nerveuse liée à votre problème. Les nerfs se relâchent donc vous dormez mieux.

    Quant à savoir sir cela a un lien avec le Programme ARtUS, c’est probable. Et, plus que le programme lui même, sans doute est-ce le fruit du travail que vous menez dans le cadre du programme.

    Votre allusion au “disque dur” est assez amusante. En effet, le programme a pour fonction de vous aider à retrouver confiance. A être apaisée. Cela passe donc par le retraitement d’un certain nombre d’informations relatives à vos comportements. Partant, à vos façons de réagir, d’être, et de faire.

  8. Christine dit :

    Bonjour Frédéric,
    je me permets ce jour une petite question :
    bizarre bizarre me dis je : j’ai commencé le programme le 20/08 au matin et depuis je ressens une fatigue + accentuée mais…………. je dors mieux !!!!
    pensez vous qu’après deux jours seulement, il puisse y avoir un lien avec le programme ?
    Ce programme qui d’ailleurs me fait penser à une reconfiguration de mon “disque dur”…. hâte de découvrir la suite

    Merci bcp de votre réponse,
    Christine,

  9. Bonjour Laurent,

    Je vous suis reconnaissant de votre intérêt comme de votre confiance à propos de mes activités thérapeutiques.

    Sur la foi de ce que vous m’écrivez, je vous confirme qu’il y a de fortes présomptions pour que les troubles dont vous êtes victime soient d’ordre psychiques au sens émotionnel du terme.

    Dès lors, au sein même du Programme ARtUS, vous trouverez tous les outils thérapeutiques pour éliminer définitivement ces problèmes et, ainsi, retrouver la paix et, comme j’aime à l’écrire, la sérénité que vous méritez.

    Dès lors, pour répondre à votre question, oui, la méthode que j’ai conçu est adaptée pour résoudre vos problèmes physiques et, par effet systémique, vos problèmes psychiques. Le premier étant la conséquence du second.

    En effet, ces troubles sont les différents symptômes qui nourrissent votre anxiété laquelle vous allez pouvoir aisément traiter avec le programme. Je vous communique le lien par mail de sorte à ce que vous puissiez bénéficier du programme.

    Dans l’intervalle, prenez bien soin de vous.

  10. Laurent dit :

    Bonjour Mr Arminot

    Je viens vers vous et votre programme car j’ai eu un accident de travail sans aucune séquelles physiques il y a 2 ans qui par la suite m’a déclenché quelques mois après une très grande fatigue dû à l’enchainement D’horaires décalés ainsi que des symptômes de têtes vide comme si le cerveau était mal irrigué ,avec une sensation de pré malaise quasi permanent surtout le matin et des douleurs au dessus de la tête qui entraîne parfois de légères nausées …j’ai réalisé tout un tas d’examens médicaux qui sont tous normaux ..je commence à me demander si mes problèmes chroniques ne sont pas psy …j’ai tout de même un problème de sommeil ´ du à un désordre serotinergique .. le médecin du sommeil pense que mes problèmes à la tête viennent de ce sommeil non réparateur …je souffr d’anxiete Au quotidien et de nature et je m’angoisse pour un rien , une peur d’avancee Dans la vie , donc je survis plus que je ne vis … j’aimerai que mes problematiques physiques disparaissent et le stress avec ..je me fais du souci pour mon avenir et j’ai tendance à noircir le tableau et envisager toujours le scénario catastrophe …tout cela est nuisible
    Qu’en pensez vous ?
    Votre programme est il adapte me concernant ? Cordialement
    Laurent

  11. Bonjour Tya,

    Sur la foi des symptômes que vous me décrivez, je pense que vous souffrez d’anxiété. C’est à dire une sorte d’état d’angoisses qui a pris ses quartiers. Qui est constant, permanent.

    Toujours sur la foi de ce que vous partagez avec moi, les symptômes décrits résonnent comme des troubles anxieux que vous auriez pu contrôler jusqu’au décès de votre père qui devait – peut-être – avoir fonction de pilier pour vous. Dès lors, sans re-père, vous êtes confrontée à la réalité de votre problème que vous aviez contrôlé jusqu’alors. Ainsi, vos tentatives de solutions pour contrôler le problème sont arrivées à leur terme.

    En pareille situation, pour retrouver sérénité et confiance, je vous invite à regarder la vidéo ci-dessous. Bien sur je reste à votre écoute pour vous apporter toutes les précisions que vous souhaiteriez.

    Comment traiter l’anxiété et retrouver confiance

  12. Tya dit :

    Bonjour
    J ai perdu mon pere en mai 2018 d’un cancer je l ai vécu comme un choc car c est la première personne de ma famille proche que je perd, toute ma vision de la vie est remise en cause dans le sens profitez de chaque instant.
    En septembre j ai arrêté de fumer et eu des mots d’estomac qui m’ont conduit aux urgences avec une batterie d’examen qui ont durés un long moment me laisssant dans l’angoisse verdic légère gastrite .
    Le doc a voulu me mettre sous anxiolytiques je n’ai pa voulu j’ai repris la cigarette après deux mois et demi d arrêt.
    DU coup j’ai fait une thérapie Edmr et vu un ostéopathe qui m’ont fait beaucoup de bien sur le moments mais depuis j’ai toujour des tensions dans la nuque avec une sensations de vertiges une pointe à la poitrine côté gauche qui s’intensifie des que je fait du sport cela vindrait de l épaule (séance de KINE)sauf que moi j.imagine le pire à chaque fois.
    J.ai quitté mon travail car j ai eu des crises de paniques et j avais peur de conduire mais depuis je suis bien sereine avec ma famille et je m.occupe de mes enfants ce que j ai toujours rêvé (profiter de l’instant présent )mais j.ai peur des malaises et les vertiges et la tension musculaire reviennent sans prévenir et me font chercher encore et encore comment m.en sortir je suis une personne très optimisme et positive mais j avoue avoir peur que ça ne parte plus.
    J’ai aussi comme des crises d’hypoglycemie car d.un coup un chocolat ou je grignote et ça repart .
    Et j’aime la vie ma famille profitez mais quand ces sensations arrivent de nul part je suis dans une bulle et je sombre dans ce qui ne me ressemble pas je veux savoir ce qui ne va pas absolument parfois la crise passée je revoit tout en rose en l.espace de 20 min c est horrible de ne plus se sentir soit meme.
    Le docteur passe du diagnostic de depression à spasmophilie en me proposant psy ,sofrologie et anxiolytiques mais les symptômes restes et me pèsent.
    Pouvez vous m.aider ?
    J.ai tellement essayé de choses que je ne sais plus si votre programme me conviendrai ou si je suis à côté de la plaque ?

  13. Yasmine dit :

    Bonjour Mr Arminot,

    Je me suis inscrite très récemment à votre programme. Je vais débuter le module 1. J’ai une question je dois prendre l’avion dans un mois et bien sûr je suis terrifiée. Le fait d’être enfermée pendant 6 heures, la peur de faire une crise de panique, de faire un malaise, même que l’avion se crash et de mourir. Avez-vous eu des cas de phobies de l’avion? avez-vous eu des résultats positifs? Votre programme est-il adapté à ce type de phobie?

    Merci à vous.

  14. Bonjour Alexandra,

    Changer de travail pour éviter le problème ne changera rien. Vous allez ainsi réduire “le champ des possibles”, et le problème se reposera un jour, sous une autre forme. Vous ne ferez ainsi que déplacer le problème avec le risque qu’il soit pire la seconde fois.

    Pour retrouver une solution à votre problème et, ainsi, retrouver autonomie et confiance en vous, je vous suggère de regarder la vidéo ci-après (cliquez sur le lien bleu). Bien sur, je reste à votre disposition pour vous apporter toutes les précisions complémentaires que vous jugeriez nécessaires:

    Comment ne plus être angoissé au volant? Accédez à une solution simple et rapide

  15. Alexandra dit :

    Bonsoir,
    Je me permets de vous contacter car on m’a diagnostiqué des crises d’angoisse . Lorsque je suis au volant de ma voiture . Cela devient handicapant et je Pense même à changer de travail pour ne plus faire la route . Votre méthode peut m’aider ? Et comment ?
    Je vous remercie ,
    Bien à vous

  16. Bonjour Christiane,

    Je vous suis reconnaissant de votre confiance quant à avoir partagé votre expérience de vie avec nous. Je viens de vous faire réponse par mail. A bientôt.

  17. CHRISTIANE dit :

    BONJOUR MONSIEUR
    JE VIENS DE LIRE TOUTE LA VIDEO ET VISITE VOTRE SITE
    VOILA CE QUI M AMENE VERS VOUS. APRES PLUSIEURS PROBLEMES PERSONNELS : CANCER PROSTATE DE MON MARI, DONT IL EST SORTI ET TOUT VA BIEN – GREFFE DE TYMPAN MARS 2018 ET DEPUIS ACOUPHENE QUI ME STRESSE – HOSPITALISATION DE MA MERE EN MAI 2018 ET SON DECES EN JUILLET 2018 DONT J AI BEAUCOUP DE MAL A ME REMETTRE J AI DEVELOPPE DE L ANXIETE GENERALISEE – JE PRENDS DU TEMESTA 4 FOIS PAR JOUR 1 MG C EST TOUT.
    JE SUIS STRESSEE LE JOUR ET AI ANGOISSES NOCTURNES LA NUIT. JE ME REVEILLE VERS 3H30 ET ANGOISSES . JE ME LEVE TOUTE ANGOISSEE D AVOIR ANGOISSE LA NUIT !
    JE NE SAIS MEME PLUS SI CES ANGOISSES SONT DUES A MON ACOUPHENE OU AU DECES DE MA MERE. JE NE SUIS PAS ENCORE ALLEE AU CIMETIERE SANS SANGLOTER.
    J ESSAIE D OCCUPER MES JOURNEES AGREABLEMENT. ACTIVITE PHYSIQUE 3 FOIS PAR SEMAINE – ET JE MARCHE
    VOTRE METHODE SEMBLE EFFICACE MAIS ON NE VOIT NULLE PART LE PRIX.
    POUVEZ VOUS ME DONNER DES INFORMATIONS COMPLEMENTARES ET CROYEZ VOUS QUE VOTRE METHODE POURRAIT M AIDER ET ME RENDRE PLUS SEREINE ET FAIRE DISPARAITRE LES ANGOISSES NOCTURNES. OU VOUS SITUEZ VOUS ?
    MERCI DE VOTRE REPONSE. CORDIALEMENT. CHRISTIANE LAVERDURE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *