Si je suis honnête, et j’essaie de l’être autant que possible, lâcher prise n’a jamais été simple pour moi. Pour être plus honnête encore, je navigue constamment entre le contrôle et le lâcher prise, et ceci est valable autant dans ma vie personnelle que professionnelle.

Tous les jours j’entends parler de ce concept comme une sorte de Graal. Comme si réussir à lâcher prise revêt un caractère divin ce qui nous amène à nous poser la question de savoir comment lâcher prise.

Depuis des années que je pratique l’approche systémique de Palo Alto, j’entends souvent parler de la difficulté de ne pas contrôler qui va dans le sens de se laisser aller. Comme diraient certains : de lâcher le mental, partant, de pratiquer le lâcher prise ce qui se résume à rester dans le moment présent, à vivre ici et maintenant, ni dans le passé, ni dans le futur.

Ainsi, à ne pas anticiper et à ne pas trop se projeter dans l’avenir non plus. C’est à dire : vivre le moment présent et avoir confiance en soi, accepter ce qui est ce qui implique de laisser de côté ce besoin de tout contrôler. Vaste sujet.

Sans vouloir changer ce qui suit dans une volonté déchainée et improductive, il s’agit là d’accepter ce qui ne peut être changé et se dire :  » Je ne me sens pas bien « .

Ce n’est point une question de culture ni d’environnement encore moins de race. La religion n’entre pas en ligne de compte non plus, et j’en oublie qui conditionne une capacité naturelle au lâcher prise ou au contrôle.

Sans doute avez-vous déjà fait le constat d’ô combien il est difficile dans tout ou partie de votre vie de satisfaire à ce concept spirituel qu’est le lâcher prise. Quand je parle de spiritualité, je parle d’état d’esprit et non de religion.

Mais alors, c’est quoi le lâcher prise ? Le lâcher prise signifie que vous acceptez de ne pas contrôler l’incontrôlable. Le lâcher prise signifie que vous acceptez une situation, une perception, une émotion. Cette émotion peut être de nature positive ou négative d’ailleurs qu’il s’agisse de la peur, de la joie, de la tristesse pour ne citer qu’elles.

Celle-ci a pour fonction de vous procurer du plaisir, du bien-être ou l’inverse. Vous protéger d’une succession de symptômes tels que des troubles anxieux plus ou moins graves.

Définition du lâcher prise

Sans doute vous demandez-vous quelle est la définition du lâcher prise ?

Dans cet article, j’essaye de poser les bases de ce concept spirituel et, je le rappelle encore une fois, le terme spiritualité est employé dans le sens de l’état d’esprit, pas dans celui d’une quelconque religion.

Qui que vous soyez, d’où que vous veniez et, accessoirement, où que vous alliez, sans doute avez-vous appris à contrôler vos comportements et vos émotions dans tous les domaines de votre vie. Ainsi, vous répondez d’une façon jugée adaptée à toutes les sollicitations de la vie.

L’expérience aidant, vous remarquez sans doute que lorsque vous rencontrez des difficultés, des problèmes, des résistances, cela suscite en vous des émotions.

Celles-ci vous perturbent parfois, au point que vous avez toutes les raisons de craindre de perdre le contrôle de vous même ou de la situation ou peut-être même des deux à la fois.

Vous réagissez donc de sorte à reprendre le contrôle de la situation. Si, d’aventure, vous n’y réussissez pas, vous insistez ce qui génère du stress voire de l’angoisse. Cependant, insister plus encore risque de vous infliger de l’anxiété c’est à dire une tension intérieure qui ne fera que rajouter à ce que vous vivez déjà comme un problème.

Donc, quoi faire en pareille et douloureuse situation pour mettre en place un comportement qui facilite le lâcher prise comme, par exemple, lorsque qu’une personne est exposée à des troubles obsessionnels compulsifs ?

Quel est le problème avec le lâcher prise ?

Pour partie, je pense avoir déjà répondu à cette question dans le chapitre précédent. Cependant, lâcher prise nécessite quelques explications quant à la difficulté que cela représente.

Les explications qui suivent sont destinées à mieux vous faire comprendre pourquoi il est difficile (mais pas impossible) d’apprendre à lâcher prise.

Le plus souvent (pour ne pas dire tout le temps), le problème du lâcher prise repose sur votre personnalité et sur les habitudes ancrées en vous. En effet, tout ou partie des éléments constituants votre personnalité sont des freins majeurs pour lâcher prise.

Pour le coup, si vous n’arrivez pas à lâcher prise et que cela génère des peurs, vous en êtes quitte pour absorber quelques pilules pour rester zen. comme pour apaiser cette boule au ventre qui vous rappelle que vous ne contrôlez rien ou pas grand chose.

Dès lors, qu’en est-il des éléments constituants votre personnalité à propos de laquelle, vous trouverez ci-après les éléments qui la composent :

  • Éducation,
  • Culture,
  • Modes de vie,
  • Environnement (social, affectif, économique),
  • Expériences de vie,
  • Religion (que vous en pratiquiez une ou pas),
  • Image de soi,
  • Image des autres,
  • Peur du jugement.

Chacun de ces éléments caractérise et programme la plupart de nos comportements dans tout ou partie des domaines de nos vie. Cette programmation engendre donc un certain type de réponse à tous les types de sollicitations dont nous faisons l’objet.

Par exemple, imaginez que vous êtes dans un groupe que vous y avez une place et que les interactions sociales y existent de façon considérée comme normales.

Chacun s’exprime et vous aussi mais, peut-être, préférez-vous observer ? A un moment, quelqu’un dit quelque chose qui ne vous laisse pas indifférent, et ce que vous entendez vous invite à réagir, à répondre, abonder, répliquer, ouvrir un débat.

Vous intervenez, exposez votre point de vue, lequel est critiqué et mis à mal. La discussion s’envenime et, in fine, d’une situation agréable vous allez passer à une situation de conflit. Pour quelle raison ?

C’est tout simple : les personnes présentes ne sont pas d’accord avec votre point de vue sur un sujet donné. Chacun fait montre d’une volonté déchainée pour asséner sa vision des choses en arguant quelle est la seule vérité mais, bien évidemment, tout le monde n’est pas d’accord.

Du coup, la discussion s’envenime alors que chacun fait preuve d’un manque d »écoute active et que d’autres ne cherchent qu’à faire valoir leurs arguments.

Face à un tel débordement verbal, et du passage d’une situation agréable à une situation de conflit, n’eut-il pas été préférable de faire preuve d’écoute sans chercher ni à contester le point de vue des autres ni à ne revendiquer le sien comme au-dessus de celui des autres ?

En fait, ce qu’il s’est passé, c’est une lutte d’égo, un refus de la différence, une volonté d’obérer la parole de l’autre parce-qu’elle nous dérange et que partant, ce qui aurait pu être un moment agréable a dégénéré en une situation fort désagréable.

C’est en refusant ou en niant la parole de l’autre qu’on l’enrichit. C’est en essayant de contrôler une chose qui nous inquiète qu’on en perd la maitrise. C’est en obsédant sur la peur de ne pas satisfaire ses objectifs dans quelque domaine que ce soit qu’on ne réalise pas les dits objectifs. C’est toute la problématique du but conscient.

Il en va ainsi de la réponse de tous les gouvernements qui se succèdent. Par , par de perdre le contrôle, ils augmentent sans cesse le nombre de policiers et les sur arment. Or, cela ne constitue en rien la solution puisque la population peut, à son tour, avoir peur de débordements d’une part et que, c’est notoire, l’hyper sécurité engendre l’insécurité.

Dès lors, il ne s’agit pas de lâcher prise et de laisser faire, mais de trouver le bon équilibre entre le trop et l’insuffiisant.

Lâcher prise: Prendre du recul, ça veut dire quoi?

Comment lâcher prise ?

Le lâcher prise pose la question de l’égo, de l’image de soi, partant, de la confiance en soi. S’affirmer ou ne pas s’affirmer, dire non ou pas, avec, dans un cas comme dans l’autre, la peur d’être mal jugé(e).

Si vous n’êtes pas à la hauteur d’une situation, qu’elle soit sociale, affective, professionnelle ou économique, en vous disant  » je veux tout contrôler « , le réel problème est que vous redoutez que cela vous échappe. Dès lors, vous avez peur d’accéder à un résultat inversement proportionnel à l’effet désiré et, partant, êtes sidéré(e) par ce qu’il vous arrive.

Pratiquer le lâcher prise est à la fois simple et compliqué. Vous identifiez que vous vous faites du mal en essayant, de façon quasi obsessionnelle, de reprendre le contrôle de ce qui vous échappe, mais d’un autre côté, vous refusez d’accepter ce que vous ne pouvez changer (cf. Sénèque).

Il vous faut donc accepter que plus vous essayez de tenir bon, plus vous enrichissez votre problème et par lien de cause à effet, plus vous nourrissez ce problème, plus il s’amplifie. J’en veux pour preuve le problème des personnes angoissées ou anxieuses.



Comment accepter ce qu’on ne peut pas changer ?

Lâcher prise est une compétence précieuse lorsqu’il s’agit de faire face à l’angoisse, à l’anxiété, à la dépression ou aux phobies. Cela implique de lâcher le contrôle sur les pensées, les émotions et les situations qui nous causent du stress.

Apprendre à lâcher prise ne signifie pas abandonner ou ignorer nos problèmes, mais plutôt trouver un équilibre émotionnel et mental qui nous permet de mieux gérer ces difficultés.

Dès lors, je vais essayer de vous préciser comment faire pour lâcher prise.

Accepter ses émotions

La première étape pour lâcher prise consiste à accepter et reconnaître ses émotions.

Au lieu de les combattre ou de les juger, il est important de les accueillir avec bienveillance. Prenez le temps de vous connecter à vos émotions, identifiez-les et reconnaissez qu’il est normal de les ressentir.

En pratiquant cette acceptation, vous pouvez éviter de vous enliser dans un cycle de résistance et de frustration.

Pratiquer des exercices de méditation et/ou de relaxation

Pour lâcher prise, la méditation dite de pleine conscience est une pratique qui consiste à être pleinement conscient de l’instant présent, sans jugement.

Elle permet de se détacher des pensées anxieuses ou dépressives en se concentrant sur le moment présent. Essayez de pratiquer la méditation en focalisant votre attention sur vos sensations physiques, votre respiration ou votre environnement.

Cela vous aidera à cultiver un état de calme intérieur et à lâcher prise sur les pensées ruminatoires.

Identifier les pensées limitantes

Les pensées négatives, communément appelées idées limitatives ou pensées limitantes, alimentent l’angoisse et la dépression.

Dans le plus fort de ce type de situations et de ressentis, vous pouvez être amené(e) à ressentir un sentiment d’irréalité, c’est à dire l’impression fort désagréable de ne plus vous incarner. Pour être bref, vous avez l’impression de ne pas vous habiter et e ne pas être acteur de votre vie tout en étant présent.

Prendre conscience de ces pensées et identifier les croyances qui les sous-tendent ne peut que vous permettre de comprendre ce qui vous bloque.

Une fois que vous les avez identifiées, interrogez-les de manière objective. Sont-elles basées sur des faits réels ? Sont-elles utiles ou constructives ?

En remettant en question ces pensées limitantes, vous les remplacez progressivement par des pensées positives et réalistes donc constructives.

Être compassionnel avec soi

En matière de lâcher prise, l’auto-compassion consiste à se traiter avec bienveillance et compréhension, comme on le ferait avec un(e) ami(e) cher(e). Faites preuve de compassion envers vous-même lorsque vous traversez des moments difficiles.

N’oubliez jamais que personne n’est parfait et que tout le monde fait face à des défis. Être compassionnel avec soi permet de lâcher prise sur le perfectionnisme et de l’autocritique excessive.

Trouver des activités qui vous détendent

Prenez du temps pour vous adonner à des activités qui vous apaisent et vous détendent.

Cela comprend la pratique d’un hobby, la lecture, la méditation, le yoga, ou tout ce qui vous procure du plaisir et de la sérénité.

Ces moments de détente vous aident à vous éloigner des pensées stressantes et à lâcher prise en vous recentrant sur des expériences positives.

Comment lâcher prise et profiter de la vie ?

Lâcher prise et profiter de la vie sont des objectifs précieux pour améliorer votre bien-être émotionnel et votre satisfaction globale.

Voici quelques conseils pour profiter de la vie en lâchant prise :

  1. Identifier ce que vous pouvez ou ne pouvez pas contrôler : Une étape essentielle pour lâcher prise consiste à reconnaître ce à propos de quoi vous exercez un contrôle réel et ce qui échappe à votre influence. Concentrez-vous sur ce que vous pouvez changer et acceptez ce que vous ne pouvez pas changer. Cela vous permettra de diriger votre énergie vers les choses qui sont en votre pouvoir et de laisser aller celles qui ne le sont pas.
  2. Être plein de gratitude pour soi : Prenez l’habitude de noter régulièrement les sujets à propos desquels vous êtes reconnaissant(e) dans votre vie. Cela peut être de simples moments de joie, de relations significatives, de réussites personnelles ou professionnelles, voire de petites choses du quotidien. La pratique de la gratitude renforce votre état d’esprit positif et vous aide à apprécier davantage les aspects positifs de votre vie.
  3. Apprendre à gérer le stress : Le stress excessif vous empêche de profiter pleinement de la vie. Identifiez vos sources de stress et trouvez des moyens de les gérer de manière saine. Cela correspond à des techniques de relaxation, comme la méditation, la respiration profonde, l’exercice physique régulier, ou même l’écriture dans un journal intime. Trouvez ce qui fonctionne le mieux pour vous et incorporez ces pratiques dans votre routine quotidienne.
  4. Développer des relations positives : Entourez-vous de personnes qui vous soutiennent et vous inspirent. Les relations positives renforcent le bien-être émotionnel et aident à lâcher prise sur les pensées négatives. N’hésitez pas à rechercher des moments de partage, de rire et de connexion avec vos proches.
  5. Être bienveillant avec soi : Soyez bienveillant(e) envers vous-même et pardonnez-vous vos erreurs. Personne n’est parfait et nous faisons tous face à des difficultés. Traitez-vous avec la même compassion et le même soutien que vous offririez à un ami cher. La bienveillance vis à vis de soi permet de vous accepter tel(le) que vous êtes et de vous libérer du poids de l’autocritique.
  6. Se fixer des objectifs réalistes : Avoir des objectifs dans la vie peut être une source de motivation et de satisfaction. Cependant, assurez-vous que vos objectifs sont réalistes et alignés sur vos valeurs et vos aspirations personnelles. Établissez des étapes réalisables pour atteindre vos objectifs et rappelez-vous de célébrer les progrès que vous faites en chemin.

Lâcher prise et profiter de la vie ne se fait pas du jour au lendemain. C’est un processus continu qui demande de la pratique et de la persévérance.

Soyez patient(e) et indulgent(e)avec vous-même et n’oubliez pas que même un petit pas a toute son importance.

Lâcher prise et profiter de la vie

Lâcher prise est une affaire très personnelle

Imaginons que vous participez à une conversation un peu houleuse. Au cours de cette conversation, vous avez envie de réagir, et vous le faites. Vous exprimerez peut-être votre désaccord, ce qui ne sera pas sans susciter des réactions en cascade.

Par la suite, peut-être que cette conversation dégénèrera au point que vous quittiez le groupe en vous sentant meurtri(e) ou maltraité(e), mis(e) à l’écart voire incompris(e).

Par la suite, vous ruminerez à propos de cette situation. Vous ressentirez une forme de stress et jugerez votre comportement comme celui des autres en revisitant cette discussion. Vous la repasserez dans votre tête et considérez que vous auriez pu ou du faire ceci ou cela, appuyant sur telle ou telle objection ou encore valorisant tel ou tel argument.

Le temps passe et vous n’arrivez pas à laisser cette conversation de côté. En fait, ce moment social vous a affecté au point que vous avez toutes les peines du monde à pratiquer le lâcher prise à ce propos. Pourquoi ?

Tout simplement parce que vous en faites une affaire personnelle. Une affaire qui fait écho à votre vision des choses. Une affaire qui vous marque au point que vous estimez avoir, peut-être, manqué d’affirmation de vous même.

Lâcher prise est une affaire trés subjective

Vous vous sentez mis en cause. Sur la foi de votre vision du monde (qui est intrinsèquement liée à votre personnalité), vous ne pouvez accepter de courber l’échine parce-que cela vous renvoie une image négative de vous même.

Vous aurez peut-être l’impression d’avoir laissé passer des appréciations que vous réprouvez. Je pense à des idées sociales ou encore politiques.

Vous demeurez affecté par ce qu’il s’est passé et, depuis lors, vous recherchez des appuis au sein du groupe. Pour ce faire, vous en parlez aux personnes présentes or, ces dernières, pour certaines en tous cas, ne semblent pas plus affectées que cela.

Exemples de lâcher prise

Afin que vous sachiez comment faire pour accepter ce que vous ne pouvez pas changer, je vous donne quelques exemples de lâcher prise.

Il s’agit là d’exemples concrets où lâcher prise peut vous être bénéfique :

  1. Accepter les changements inévitables : Parfois, nous sommes confronté(e)s à des changements dans notre vie que nous ne pouvons pas contrôler, tels que la perte d’un emploi, une relation qui se termine ou un déménagement. Lâcher prise dans de telles situations signifie accepter que ces changements se produisent et trouver des moyens d’adapter nos comportements ou nos attitudes comme notre vision de la situation. Cela nous permet de nous concentrer sur les aspects positifs et de saisir de nouvelles opportunités.
  2. Gérer les relations conflictuelles : Dans les relations interpersonnelles, il peut être difficile de lâcher prise quant aux attentes et aux désirs qui ne sont pas satisfaits. Cela peut générer du stress, de l’anxiété et des tensions. Dans ce contexte, lâcher prise implique de reconnaître que nous ne pouvons pas changer les autres personnes, mais que nous pouvons contrôler notre propre attitude et notre propre réaction face aux conflits. Accepter les différences et chercher des compromis nous aide à lâcher prise et à préserver des relations plus harmonieuses.
  3. Gérer les erreurs et les échecs : Comme vous le savez, personne n’est parfait. A un moment donné, nous commettons tous des erreurs. Dans ces situations, lâcher prise consiste à accepter nos erreurs, à apprendre de nos échecs et à nous pardonner. Au lieu de nous accrocher à la culpabilité ou à la honte, nous pouvons adopter une perspective plus bienveillante envers nous-mêmes et nous concentrer sur votre croissance personnelle.
  4. Faire face à l’incertitude : La vie est remplie d’incertitude, et il peut être angoissant de ne pas savoir ce que l’avenir nous réserve. Lâcher prise dans ces moments implique de développer une tolérance à l’incertitude, voire au sentiment d’insécurité, et de se concentrer sur ce que nous pouvons contrôler dans le présent soit, ici et maintenant. Cela nous permet de cultiver un comportement d’ouverture et d’adaptabilité, en embrassant l’inconnu avec confiance.
  5. Lâcher prise sur les attentes sociales : Souvent, nous nous sentons submergés par les attentes et les pressions sociales pour nous conformer à certains standards ou pour correspondre à l’image que les autres ont de nous. Lâcher prise dans ce contexte signifie se libérer de ces attentes extérieures et se concentrer sur son propre bonheur et, par conséquent, sur son propre épanouissement. Cela permet de vivre plus authentiquement et de suivre sa propre voie, indépendamment de ce que les autres pensent ou attendent de nous.

Il est important de noter que le lâcher prise est un processus individuel et spécifique à chacun(e). Les exemples ci-dessus sont des situations courantes où le lâcher prise peut être utile, mais chaque personne peut avoir ses propres défis et opportunités de lâcher prise.

L’essentiel est de trouver des moyens qui nous conviennent et qui favorisent notre bien-être et notre épanouissement personnel.

La difficulté de lâcher prise sur ses sentiments

Les sentiments ont à voir avec ce que l’on ressent puisqu’il s’agit d’émotions, ce qui nous ramène à nous même. Comment rester zen quand on est confronté(e) à un sentiment d’impuissance ? Comment se détendre l’esprit quand tout participe à vous polluer ? En d’autres termes : comment lâcher prise ?

Comment prendre du recul sur ses sentiments alors que l’on a même pas le moindre CD de relaxation à proximité de soi ? C’est tout le problème de cesser d’alimenter un comportement victimologique, c’est à dire, ne pas changer au prétexte que l’on est victime et non bourreau. C’est l’un des freins principaux au lâcher prise.

Rester ancré(e) dans le présent repose sur une démarche personnelle. Vivre l’instant, vivre le présent, c’est faire abstraction du passé, c’est agir et non réagir. C’est cette différence de choix qui prédispose à la résistance au changement ou encore à l’ouverture d’esprit.

Lâcher prise et résistance au changement

Vous dites-vous souvent :  » je n’arrive pas à lâcher prise  » ? Vous ne pouvez pas mettre en place le lâcher prise qui, pourtant, vous fait tant de bien. En l’espèce, lâcher prise vous permet de cesser de vous faire du mal et de vouloir absolument faire entendre des idées dont les autres ne veulent pas.

Vous risquez d’en concevoir de l’amertume, du ressentiment. Vous avez conscience qu’il est préférable de satisfaire le lâcher prise, c’est à dire de cesser de faire d’un problème et de sa solution une affaire personnelle, mais, vous savez aussi que, si vous lâchez prise, vous donnez raison aux autres, et c’est tout bonnement impossible pour vous.

Ici, il s’agit de faire taire ce besoin de tout contrôler et, partant, de cesser de jouer un rôle qui n’est pas bon pour vous.

Lâcher prise: Comment prendre du recul sans en faire une affaire personnelle?

Vous vous refusez à vous rendre complice de propos ou de comportements que vous réprouvez, et pourtant, vous vous faites tellement de mal, même si votre comportement paraît totalement compréhensible.

Mais votre personnalité vous l’interdit. Vous êtes inscrit dans une forme de résistance au changement. Dès lors, comment faire pour lâcher prise sans vous renier ?

Comment accepter les choses comme elles sont ?

Accepter les choses telles qu’elles sont et lâcher prise est un défi, mais c’est une étape importante pour être en paix avec soi.

Voici comment développer l’acceptation et le lâcher prise :

  1. Reconnaître ce qui est hors de votre contrôle : Prenez conscience des aspects de votre vie ou de la situation que vous ne pouvez pas changer ou contrôler. Cela concerne des circonstances passées, les actions des autres, ou même certains traits de votre personnalité. Acceptez que certaines choses ne puissent pas être modifiées et que l’énergie que vous dépensez à essayer de les changer est inutile.
  2. Éviter les ruminations : Les ruminations mentales sont le fait de ressasser les pensées négatives et les préoccupations incessantes. Cela peut vous empêche d’accepter les choses telles qu’elles sont et de lâcher prise. Lorsque vous vous surprenez à ruminer, essayez de vous recentrer sur le moment présent. Si vous n’y arrivez pas, poussez vos ruminations au-delà de ce qu’elles sont déjà. Poussez les à leur maximum ! Vous allez voir, cela donne des résultats étonnants.
  3. Être reconnaissant : S’accorder de la reconnaissance à soi même est un puissant antidote à la résistance et à l’insatisfaction. Prenez le temps de reconnaître et d’apprécier les aspects positifs de votre vie et de la situation présente. Cela peut vous aider à développer un état d’esprit plus ouvert et à accepter les choses telles qu’elles sont. A terme, cela vous permettra de devenir la meilleure version de vous même.
  4. Pratiquer le détachement émotionnel (objectiver) : Le détachement émotionnel consiste à ne pas s’attacher excessivement à des résultats ou à des attentes particulières, et encore moins à anticiper à leurs propos. Cela ne signifie pas être indifférent(e), mais plutôt développer une attitude de détachement sain, c’est à dire prendre de la distance lequel favorise le lâcher prise et permet de ne pas laisser les émotions négatives vous submerger.
  5. Trouver du soutien : Si vous avez du mal à accepter les choses telles qu’elles sont et, partant, à lâcher prise, il peut être utile de chercher un soutien extérieur. Cela peut prendre la forme d’un ami de confiance, d’un membre de votre famille ou même d’un professionnel de la santé mentale. Parler de vos difficultés et obtenir des perspectives différentes peut vous aider à développer l’acceptation et à trouver des stratégies pour lâcher prise.
  6. Être patient(e) avec soi-même : Lâcher prise et accepter les choses telles qu’elles sont est un processus qui demande du temps et de la pratique. Soyez patient(e) avec vous-même et rappelez-vous que chaque petit pas compte. Soyez bienveillant(e) à votre égard et acceptez que c’est une compétence qui se développe progressivement.

Lâcher prise, ou accepter la réalité, ne signifie pas être passif(ve) ou abandonner toute responsabilité. Cela signifie simplement accepter ce qui est hors de contrôle et diriger son énergie vers ce que vous pouvez influencer.

En pratiquant l’acceptation et le lâcher prise, vous accéderez au bien-être.

Comment accepter les choses du passé et lâcher prise ?

Accepter les choses du passé et lâcher prise est un processus émotionnellement difficile mais essentiel pour trouver la paix intérieure et avancer dans sa vie.

Je vous donne quelques conseils pour vous aider à accepter les choses du passé et à lâcher prise :

  1. Reconnaître ses émotions : Commencez par reconnaître et accepter vos émotions liées au passé. Permettez-vous de ressentir la tristesse, la colère, la déception ou toute autre émotion qui émerge. Ne censurez pas ni ne jugez vos émotions. Laissez-les se manifester et reconnaissez qu’elles font partie de votre processus de guérison comme de la réalité.
  2. Accepter l’imperfection : Reconnaissez que la vie est faite d’expériences positives et négatives, de succès et d’échecs, de joies et de douleurs. Personne n’est parfait, et les erreurs font partie de notre croissance et de notre apprentissage. Acceptez que vous avez fait de votre mieux avec les ressources et les connaissances dont vous disposiez à l’époque.
  3. Pardonner : Le pardon, que ce soit envers les autres ou envers vous-même, est une étape importante pour lâcher prise. Cela ne signifie pas oublier ou justifier les actions passées, mais plutôt choisir de libérer la rancune et la colère, voire le ressentiment qui vous retiennent prisonnier(e). Le pardon vous permet de vous libérer de l’emprise émotionnelle du passé et de vous ouvrir de nouvelles perspectives.
  4. Focaliser sur le présent : Essayez de rester concentré(e) sur le moment présent. Évitez de vous perdre dans des pensées récurrentes sur le passé ou dans les regrets. En vous recentrant sur le présent, vous acceptez que le passé ne peut pas être changé, et que vous pouvez choisir comment agir et façonner votre avenir.
  5. Chercher un soutien : Si vous avez du mal à accepter les choses du passé et à lâcher prise, n’hésitez pas à chercher un soutien extérieur. Un thérapeute qualifié peut vous aider à travailler sur ces processus d’acceptation et vous fournir des outils thérapeutiques et des techniques pour faire face au passé et avancer dans votre vie.

Comment accepter qu’on est fatigué(e) et lâcher prise ?

Accepter que vous êtes fatigué(e) et lâcher prise est un défi, surtout dans une société qui encourage souvent la suractivité et l’hyperproductivité.

Alors, comment accepter que vous êtes fatiguée(e) et, partant, lâcher prise ?

  1. Reconnaître et accepter sa fatigue : La première étape pour lâcher prise est de reconnaître et d’accepter votre fatigue. La plupart d’entre nous a tendance à ignorer ou à minimiser ses besoins de repos et de récupération. Il est vital de prendre acte de sa fatigue et de reconnaitre – accepter – qu’il est normal de se sentir épuisé(e).
  2. Écouter son corps : Apprenez à écouter les signaux que votre corps vous envoie. Si vous vous sentez fatigué(e), cela signifie que votre corps a besoin de repos. Respectez ces signes de fatigue et accordez-vous le temps nécessaire pour vous reposer et vous ressourcer.
  3. Prioriser votre bien-être : Mettez votre bien-être au premier plan. Cela signifie prendre soin de vous-même physiquement, mentalement et émotionnellement. Assurez-vous de vous accorder suffisamment de temps pour vous reposer, vous détendre et vous ressourcer. Cela signifie avoir certaines activités telles que la relaxation, un hobby qui vous procure du plaisir, ou simplement passer du temps de qualité avec vous-même.
  4. S’affirmer : Il est important d’apprendre à dire « non » lorsque vous avez besoin de repos. Il l’est tout autant de vous fixer des limites claires et de ne pas vous surcharger de responsabilités ou d’engagements lorsque vous vous sentez fatigué(e). En établissant des limites saines, vous protégez votre énergie et vous vous donnez la possibilité de vous reposer adéquatement.
  5. Simplifier votre vie : Faites un bilan de vos engagements et de vos responsabilités. Identifiez les domaines où vous pouvez simplifier votre vie et alléger votre charge mentale. Cela implique de déléguer des tâches, de demander de l’aide à d’autres personnes ou de réévaluer vos priorités.
Comment lâcher prise quand on est fatigué(e) ?

Prendre soin de vous-même et lâcher prise de la fatigue ne signifie pas être paresseux(se) ou inefficace. Au contraire, cela vous permet de vous recharger et d’être plus présent(e) et productif(ve) lorsque vous êtes reposé(e).

Prenez le temps de vous écouter, de vous reposer et de vous ressourcer. Votre bien-être est essentiel pour mener une vie équilibrée et épanouissante.

Comment lâcher prise sur quelqu’un ?

Lâcher prise sur quelqu’un peut s’avérer être un processus difficile, surtout lorsque nous avons des liens émotionnels forts avec cette personne.

Voici comment lâcher prise sur quelqu’un et retrouver sa propre paix intérieure :

Accepter ses émotions

Reconnaître et accepter vos émotions à l’égard de cette personne est une étape importante. Autorisez-vous à ressentir des émotions.

Ne jugez pas ni ne minimisez vos émotions. Acceptez-les comme faisant partie de votre expérience.

Prendre du recul

Essayez de prendre du recul par rapport à la situation et à la relation. Essayez de voir les choses d’un point de vue plus objectif et réaliste. Cela peut vous aider à obtenir une perspective plus équilibrée et à réaliser que lâcher prise est la meilleure option pour vous puisque cela vous évite de vous faire du mal.

Définir des limites saines

Établissez des limites claires avec cette personne, que ce soit en réduisant ou en mettant fin aux contacts avec elle, en évitant les sujets qui vous mettent mal à l’aise ou en précisant ce que vous êtes prêt(e) à accepter ou non dans le cadre de cette relation.

Fixez des limites qui vous protègent et qui vous permettent de vous concentrer sur votre propre bien-être.

Prendre soin de soi

Prenez soin de vous-même en investissant du temps et de l’énergie dans des activités qui vous apportent de la joie et du réconfort.

Cela comprend des activités physiques, des loisirs, des moments de détente ou même une thérapie. Priorisez votre propre bien-être et accordez-vous l’attention dont vous estimez avoir besoin et que vous méritez.

Développer de nouvelles perspectives

Essayez d’adopter de nouvelles perspectives sur vos relations sociales, affectives, sentimentales, professionnelles et familiales comme sur vous-même.

Vous avez le pouvoir de changer votre propre réalité et de vous libérer de l’emprise émotionnelle que certaines personnes exercent sur vous.

Explorez de nouvelles opportunités et concentrez-vous sur votre croissance personnelle.

Laisser le temps faire son œuvre

Laissez le temps faire son travail. En effet, lâcher prise ne se fait pas du jour au lendemain. C’est un processus qui demande du temps, de la patience et de l’acceptation.

Donnez-vous la permission de ressentir et de changer à votre rythme. Soyez doux(ce) avec vous-même et comprenez que chaque personne vit ce processus à sa manière.

Demander de l’aide

Si vous avez du mal à lâcher prise sur une personne et que cela affecte considérablement votre bien-être émotionnel, il est opportun de consulter un professionnel de santé mentale.

Un(e) thérapeute qualifié(e), ou un programme thérapeutique à distance, peut vous fournir un soutien de qualité et des techniques pour vous aider à traverser ce processus de lâcher prise.

Lâcher prise sur quelqu’un ne signifie pas que vous oubliez ou niez l’importance de cette personne dans votre vie.

Cela signifie simplement que vous acceptez de ne pas pouvoir contrôler ou changer les autres, et que vous vous concentrez sur votre propre bonheur et votre équilibre personnel.

Techniques et exercices pour lâcher prise

Lâcher prise, c’est lâcher le contrôle.

Plus vous essayez de contrôler ce que vous vivez comme un problème en essayant de vous convaincre que cela va passer, plus vous ignorez la réalité, et plus vous en faites une affaire personnelle.

Ceci s’explique notamment par la crainte de renvoyer de vous aux autres une image négative. Si tel est votre problème, votre souffrance psychique ne pourra que s’aggraver.

Dans un processus mécanique implacable, vous adressez des messages contraires à votre cerveau. Ce dernier considère que vous ne comprenez pas la gravité des informations qu’il vous donne.

Partant, votre système nerveux central augmente votre état de tension, donc votre anxiété afin de vous contraindre à adopter un comportement adapté. L’objectif est que vos émotions et vos influx soient apaisés même si vous ne maitrisez pas les bons outils pour lâcher prise.

Alors, on parle tout de suite de ces solutions pour lâcher prise.

La méditation

Des cours de relaxation ou de relaxation guidée vous permettent d’apprécier le moment présent. Ainsi, profiter de l’instant présent est la garantie d’avoir une psyché « en bon état de marche ». Grâce à des exercices simples, vous coupez les liens qui vous unissent à un environnement personnel ou professionnel toxique.

Encore faut-il que vous le souhaitiez, c’est à dire que vous fassiez le choix de passer de victime au rôle de la personne qui sait pardonner. La même qui n’aspire qu’à être heureuse mais, le voulez-vous ? Je vous laisse réfléchir à cette question et de trouver vos propres réponses.

Régulièrement, je fais l’objet de questions du type : « C’est quoi lâcher prise ?« . La réponse est simple, c’est atteindre le calme, c’est cesser de penser en boucle, c’est agir et non subir, c’est donc lâcher le contrôle et accepter ce qui est.

En matière de développement personnel, il existe différentes méthodes et exercices pour lâcher prise. La méditation est l’une des solutions puisque méditer permet d’apaiser le mental. D’ailleurs, de plus en plus de personnes parlent de la méditation de pleine conscience.

Lors d’une méditation guidée pour lâcher prise, certaines techniques de visualisation permettent de relâcher son esprit. En bref, la méditation pour lâcher prise se révèle très efficace pour peu que l’on soit prêt à se mettre à l’écoute de son esprit, et à essayer de le mettre en pause.

Mais encore une fois, cela ne résout pas le problème de fond.

Relaxation et sophrologie

Dans la même veine, la relaxation pour lâcher prise est réputée vous aider à vivre le moment présent et, de façon progressive, à retrouver sa sérénité. En effet, les techniques de relaxation permettent de relâcher les tensions corporelles, un peu comme en sophrologie. On parle alors de sophrologie-relaxation.

Les séances de sophrologie pour lâcher prise ont pour objectif de vous permettre d’atteindre une certaine paix intérieure. Le ou la sophrologue vous aide à pratiquer des exercices de respiration qui apportent une aide efficace – mais provisoire – pouvant être mise en pratique n’importe où et n’importe quand.

L’objectif est de vous permettre de gagner en sérénité en traitant les émotions liées aux problèmes que vous rencontrez lesquels justifient votre difficulté à vous faire lâcher prise.

Ainsi, vous pouvez être amené(e) à utiliser la sophrologie au sortir d’une déconvenue sentimentale.

Comment lâcher prise en amour ?

Comment lâcher prise sur quelqu’un, que ce soit un homme ou une femme ? Si l’amour n’avait pas tant d’importance pour chacune et chacun d’entre nous, nous le saurions.

Toute rupture amoureuse, qu’elle ait été choisie ou subie, rend difficile l’acceptation de la fin d’un cycle. Cela correspond à une prise de conscience douloureuse quant à ce que quelque chose qui ne peut plus fonctionner.

Prendre du recul avec un homme, ou prendre du recul avec une femme, c’est accepter les choses qu’on ne peut pas changer. Apprendre à lâcher prise en amour, c’est essayer de rester dans l’instant présent.

Ce faisant, être heureux(se) prendra sans doute un autre chemin que celui initialement envisagé. Se détacher de l’être aimé, c’est accepter de faire le deuil d’une relation amoureuse, sentimentale, passionnelle.

Lâcher prise en amour peut être un défi, car les relations amoureuses peuvent être chargées d’émotions intenses et de vulnérabilité.

Voici quelques conseils pour vous aider à lâcher prise et à cultiver une relation amoureuse plus épanouissante :

  1. Faire confiance à sa/son partenaire : La confiance est essentielle dans une relation amoureuse saine. Lâcher prise signifie croire en la fiabilité de votre partenaire et en sa capacité à prendre soin de vos émotions et de votre bien-être. Apprenez à faire confiance et à communiquer ouvertement avec votre partenaire, en exprimant vos besoins et vos préoccupations de manière respectueuse.
  2. Laisser le passé derrière soi : Lâcher prise en amour implique de laisser le passé derrière vous, qu’il s’agisse de blessures passées, de déceptions ou de relations précédentes. Ne laissez pas les expériences négatives du passé influencer votre relation actuelle. Vivez dans le présent et donnez à votre relation une chance de se développer et de s’épanouir.
  3. Accepter l’incertitude : Les relations amoureuses comportent souvent une part d’incertitude. Apprenez à accepter l’inconnu et à embrasser l’imperfection. Lâcher prise signifie comprendre que vous ne pouvez pas tout contrôler dans votre relation et que l’incertitude fait partie intégrante de l’amour. Soyez ouvert(e) à l’inattendu et à la possibilité de grandir ensemble.
  4. Être soi même en amour : Lâcher prise en amour signifie être authentique et vous accepter tel(le) que vous êtes. Ne vous perdez pas dans les attentes des autres ou dans l’envie de vous conformer à un idéal préconçu. Acceptez-vous avec vos forces et vos faiblesses, et permettez à votre partenaire de vous aimer pour qui vous êtes réellement.
  5. Communiquer ses besoins et ses limites : La communication est essentielle pour lâcher prise en amour. Exprimez vos besoins, vos désirs et vos limites de manière claire et respectueuse. Cela favorise une compréhension mutuelle et une relation basée sur le respect et l’harmonie. Soyez ouvert(e) et prêt(e) à écouter les besoins de votre partenaire et à trouver des compromis lorsque cela est nécessaire.
  6. Cultiver son propre bonheur : Lâcher prise en amour implique de ne pas dépendre entièrement de votre partenaire pour votre bonheur. Prenez soin de vous-même, poursuivez vos passions et entretenez vos amitiés. Cultivez votre propre bonheur et votre estime de soi, de sorte que votre relation ne devienne pas le seul pilier de votre bien-être émotionnel.
  7. Apprendre à pardonner : Le pardon est un élément clé pour lâcher prise en amour. Acceptez que votre partenaire soit imparfait et qu’il ou elle puisse commettre des erreurs. Apprenez à pardonner et à vous libérer du ressentiment et de la rancœur. Le pardon permet de construire une relation plus forte et de favoriser la croissance personnelle et relationnelle.

Lâcher prise en amour est un processus qui, lui aussi, demande du temps et des efforts. Chaque relation est unique. Dès lors, essayez de trouver ce qui fonctionne le mieux pour vous et votre partenaire.

A la faveur d’un comportement ouvert et tolérant, vous facilitez une communication honnête et un engagement mutuel. Ainsi, vous créerez une relation épanouissante où le lâcher prise est une source de croissance et d’amour.

Comment lâcher prise après une rupture amoureuse?

Lâcher prise sur une relation amoureuse qui ne peut plus exister de façon équilibrée, à plus forte raison quand vous entreteniez une relation sentimentale avec un(e) manipulateur(trice) ou un(e) pervers narcissique par exemple, vous permet de retrouver la paix intérieure.

Certes, vous n’allez peut-être pas devenir zen comme un moine tibétain mais, à tout le moins, vous aurez pris pleinement conscience de la nécessité de rester dans le moment présent.

prendre du recul après une rupture amoureuse

Cela correspond au choix de chacun, comme de la capacité à prendre du recul. Comme j’ai coutume de l’écrire :  » choisir, c’est renoncer « .

Il en va de même en ce qui concerne le milieu de travail.

Comment lâcher prise au travail?

Le travail est un lieu où les interactions sont multiples. Entre les jeux de pouvoir et les petites ou grandes lâchetés de certain(e)s, il est parfois difficile d’apprendre à gérer la pression. Apprendre à prendre du recul vis à vis de ses émotions négatives dans le monde du travail relève parfois de l’exercice de style.

Rester serein dans un milieu parfois hostile, c’est la grande force de ces personnes qui savent conserver confiance en soi quelles que soient les circonstances.

Certains employeurs ont bien compris la nécessité d’un environnement professionnel serein. C’est la raison pour laquelle les plus démocrates d’entre eux ont introduit le yoga ou encore la méditation dans l’entreprise.

Si vous faites de la méditation, il y a de fortes chances pour que vous ne soyez pas client d’épuisement et encore moins de burnout. Grâce à une prise de conscience profonde, vous saurez pleinement vivre le moment présent et gagner en sérénité. Ainsi, la relaxation en entreprise se développe de plus en plus.

Peut-être s’agira t’il seulement de rapides séances de relaxation pour lâcher prise mais ces petits exercices répétés régulièrement vous permettent d’apprendre à contrôler et à gérer vos émotions.

Exprimer ses craintes et apprendre à s’affirmer est l’un des outils qui favorise la prise de recul nécessaire par rapport à des situations qui échappent à notre contrôle.

Des méthodes douces pour lâcher prise

Rien ne vous empêche de pratiquer à domicile la relaxation pour lâcher prise et de l’intégrer dans votre routine comme une sorte de continuité vertueuse.

Dans le même esprit, se relaxer pour lâcher prise permet de prendre du recul et de relativiser par rapport à la situation qui  » fabrique  » de l’anxiété.

Apprendre à se maîtriser permet de libérer l’esprit de toute négativité. Dès lors, non content d’apprendre le contrôle de ses émotions, on apprend à déléguer et, ce faisant, à faire confiance aux autres.

Au boulot, il est particulièrement fréquent d’entendre des gens dire :  » Je stresse, je n’arrive pas à lâcher prise « . Il leur manque alors cette dose de spiritualité qui permet de cesser de penser et d’anticiper.

Je fais allusion aux ruminations et autres pensées obsessionnelles, voire aux pensées intrusives. Il faut en cesser avec ces croyances qui veulent rendre impossible la paix intérieure.

Lâcher prise et prendre du recul

Vous tentez de contrôler encore et encore. Comme une envie irrépressible de contrôler ce qui n’est pas contrôlable. Un peu comme si la personne que vous aimez vous annonce qu’elle vous quitte et que vous tentez de l’en empêcher.

Plus vous réagissez de la sorte, plus vous participez à ce que la personne aimée s’en aille. En effet, à quoi bon retenir quelqu’un qui vous donne des arguments pour vous quitter. C’est douloureux, certes, mais n’avez-vous pas plus intérêt à faire prévaloir le lâcher prise en pareille situation ?

En effet, même si la personne ne vous quitte pas ce jour là, elle vous quittera plus tard.

Agir et non réagir pour lâcher prise

Plus vous réagissez de sorte à en empêcher une personne de rompre, plus vous êtes angoissé(e), tendu(e), dans une colère et une peur mêlées. L’idée que cette personne parte, demain ou après-demain, participe à augmenter votre souffrance ce qui nuit à la relation et, de nouveau, augmente le désir de l’autre de vous quitter.

En pareille situation, ne vaut-il pas mieux accepter ce qui est douloureux ? Cela va vous permettre de dépasser la douleur, et de la contrôler de façon positive.

Recentrez-vous sur l’essentiel de vos besoins et non pas sur vos peurs anticipatives. En pareille situation, ne vaut-il pas mieux accepter de lâcher prise comme seule issue possible, dans un comportement adulte et responsable?

Changer pour lâcher prise

Quand j’écris  » changer pour lâcher prise « , je fais allusion à votre désir de prendre du recul par rapport à votre quotidien, et donc de trouver comment lâcher prise au quotidien. Développer cette capacité à faire abstraction de vos émotions négatives.

Par extension, à agir de sorte à être heureux(se) et à rester ancré(e) dans le présent. Cela implique de finir par lâcher prise sur votre peur de perde le contrôle et sur ce qui vous empêche d’agir. Vous pouvez même aller jusqu’à aider à faire lâcher prise.

Lâcher prise et confiance en soi

Lâcher prise et confiance en soi sont deux éléments étroitement liés. Lorsque vous apprenez à lâcher prise, vous développez également votre confiance en vous-même.

Comment lâcher prise et renforcer votre confiance en vous ?

  1. Acceptation de soi : Lâcher prise implique d’accepter qui vous êtes réellement, avec vos forces et vos faiblesses. Lorsque vous vous libérez des attentes irréalistes et des comparaisons avec les autres, vous vous acceptez tel(le) que vous êtes. Cela renforce votre confiance en vous-même en reconnaissant votre valeur intrinsèque.
  2. Avoir confiance en ses propres capacités : Lâcher prise vous permet de vous concentrer sur ce que vous pouvez contrôler, plutôt que de vous inquiéter constamment de l’opinion des autres ou des résultats. En vous concentrant sur vos propres actions et en reconnaissant vos capacités, vous développez une confiance en vous-même basée sur votre propre expérience et vos propres réalisations.
  3. Gérer ses échecs : Lâcher prise vous aide à gérer les échecs et les revers de manière plus saine. Au lieu de vous attarder sur vos échecs passés, vous apprenez à accepter qu’ils font partie de votre parcours d’apprentissage. Cela renforce votre confiance en vous-même en vous permettant de voir les échecs comme des opportunités d’apprentissage et de croissance. D’ailleurs, ne dit-on pas qu’échouer est le début de la réussite ?
  4. Sortir de sa zone de confort : Lâcher prise vous pousse à sortir de votre zone de confort et à faire face à vos peurs et à votre sentiment d’insécurité. Lorsque vous vous libérez de limitations auto-imposées et que vous vous ouvrez à de nouvelles expériences, vous développez votre confiance en vous-même en réalisant que vous êtes capable de surmonter les obstacles et d’atteindre vos objectifs.
  5. Rester focus sur le présent : Lâcher prise vous aide à vous ancrer dans le moment présent et à éviter de vous inquiéter excessivement du passé ou de l’avenir. En vous concentrant sur le moment présent, vous pouvez mieux vous connecter avec vous-même et faire confiance à vos instincts et à votre intuition. Cela renforce votre confiance en vous et vous permet de prendre des décisions basées sur votre propre sagesse intérieure.

Le lâcher prise et la confiance en soi sont des compétences qui se développent avec le temps et la pratique.

Quand vous aurez pris pleinement conscience de qui vous êtes et de comment vous fonctionnez, alors vous pourrez vivre l’instant et avoir confiance. Ainsi, vous découvrirez l’immense pouvoir du lâcher prise et tous les bienfaits que cela peut apporter à votre vie.

Lâcher prise revient à lâcher le contrôle, à accepter ce que vous ne pouvez pas changer.

Cela induit de prendre du recul par rapport à une situation dont vous savez qu’elle échappe à votre contrôle ce qui est plus facile à dire qu’à faire.

Ainsi, vouloir n’est pas pouvoir. Il s’agit donc d’accepter ce que vous ne pouvez pas changer.

Pour vous aider à lâcher prise – vraiment -, je vous invite à cliquer sur le lien ci-dessous :


La + efficace des solutions commence ci.

Reprenez le contrôle de votre vie en moins de 2 mois, sans médicaments, avec un taux de réussite supérieur à 95%.

Profitez de cette chance extraordinaire tout comme celles et ceux qui, avant vous, pensaient ne jamais s’en sortir.


Merci de votre intérêt et de votre confiance, et surtout… profitez de l’instant présent !


Frédéric Arminot
Frédéric Arminot

Ancien grand anxio-dépressif, et victime d’angoisses aux multiples conséquences des années durant, je suis spécialisé dans le traitement des problèmes d'angoisse, d'anxiété, de dépression, de phobie, et de toc, et exerce depuis plus de 25 ans en qualité de comportementaliste (coach comportemental).   Mes compétences dans les domaines de l'approche systémique de Palo Alto (approche stratégique et brève orientée solution) me permettent de résoudre 16 cas sur 17 en moins de 2 mois (95 % de résultats).   Pour en savoir +, je vous invite à prendre connaissance du programme comportemental en ligne que j'ai conçu.   Si vous le souhaitez, vous pouvez aussi bénéficier de consultations thérapeutiques en cliquant sur ce lien :   Consultations thérapeutiques

Leave a Reply

Your email address will not be published.