Comment lâcher prise et prendre du recul facilement

Si je suis honnête, et j’essaie de l’être, lâcher prise n’a jamais été simple pour moi. Pour être plus honnête encore, je navigue constamment entre le contrôle et le lâcher prise. Autant dans ma vie personnelle que professionnelle. Au surplus, j’entends tous les jours parler de ce concept comme une sorte de Graal. Comme si la personne qui réussit à lâcher prise revêt un caractère divin. Mais, je m’égare.

Depuis des années que je pratique, j’entends souvent parler de la difficulté de ne pas contrôler. De laisser aller. Comme draient certains, de lâcher le mental. Partant, de pratiquer le lâcher prise. Ce qui se résume à rester dans le moment présent. A vivre Ici et maintenant. Donc, à ne pas anticiper. En bref, à savoir lâcher prise. C’est à dire: vivre le moment présent et avoir confiance en soi. C’est à dire, cesser de vouloir tout contrôler. Vaste sujet.

Ce n’est point une question de culture. Ni d’environnement. Encore moins de race. Pas de religion non plus. Et j’en oublie qui conditionne une capacité naturelle, ou apprise, au lâcher prise. Ou au contrôle. Sans doute avez-vous constaté combien il est difficile dans tout ou partie de votre vie de satisfaire à ce concept spirituel qu’est le lâcher prise. Quand je parle de spiritualité, je parle d’état d’esprit. Pas de religion.

Le lâcher prise signifie que vous acceptez de ne pas contrôler l’incontrôlable. Le lâcher prise signifie que vous acceptez une situation. Une perception. Une émotion. Qu’il s’agisse de la peur, de la joie, de la tristesse. Ou de je ne sais quelle autre émotion. Celle-ci a pour fonction de vous procurer du plaisir, du bien-être ou l’inverse. Vous protéger d’une succession de symptômes tels que l’angoisse, la crise d’angoisse, l’anxiété, la phobie.

Définition du lâcher prise

Dans cet article, j’essaye de poser les bases de ce concept spirituel. Encore une fois, au sens de l’état d’esprit. De cette façon d’être et de faire afin que vous puissiez pratiquer le lâcher prise avec plus de facilité. Je vais aussi vous donner des exemples. Au moins un. Mon objectif est de vous rendre ce concept de lâcher prise plus compréhensible. Plus audible.

Qui que vous soyez. D’où vous venez. Et, accessoirement, où que vous allez, sans doute avez-vous appris à contrôler vos comportements dans tous les domaines de votre vie. Vous répondez d’une façon jugée adaptée à toutes les sollicitations de la vie.

Définition du lâcher priseL’expérience aidant, vous remarquez sans doute que lorsque vous rencontrez des difficultés, des problèmes, des résistances, cela suscite en vous des émotions. Celles-ci vous perturbent parfois, au point que vous avez toutes les raisons de craindre de perdre le… contrôle de vous même et/ou de la situation.

Vous réagissez donc de sorte à reprendre le contrôle de la situation. Si, d’aventure, vous n’y réussissez pas, vous insistez. Ce qui génère du stress. Voire de l’angoisse. Insister plus encore, risque de vous infliger de l’anxiété. Je pense à ce propos à l’anxiété de performance. Donc, quoi faire en pareille et douloureuse situation pour mettre en place un comportement qui facilité le lâcher prise?

Lâcher prise: C’est quoi le problème

Je pense, pour partie, avoir déjà répondu à cette question dans le chapitre précédent. Cependant, lâcher prise nécessite quelques explications quant à la difficulté que cela représente.

Ainsi,le problème dans le lâcher prise repose sur votre personnalité. En effet, tout ou partie des éléments constituants votre personnalité sont des freins majeurs pour lâcher prise. Dès lors, qu’en est-il des éléments constituants votre personnalité? A propos de celle-ci, voici les éléments qui la composent. Ceci est une liste non exhaustive:

  • Éducation
  • Culture
  • Modes de vie
  • Environnement (social, affectif, économique)
  • Expérience de vie
  • Religion (que vous en pratiquiez une ou pas)
  • Image de soi
  • Image des autres
  • Peur du jugement

Chacun de ces éléments caractérise et programme votre comportement réponse à tous les types de sollicitations dont vous faites l’objet. Par exemple, imaginez que vous êtes dans un groupe. Vous y avez une place. Pas nécessairement assise (humour). Les inter actions sociales existent. Chacun s’exprime. Vous aussi. Ou pas. Peut-être préférez-vous observer? A un moment, quelqu’un dit quelque chose qui ne vous laisse pas indifférent. Ce que vous entendez vous invite à réagir. A répondre. Abonder. Répliquer.

Comment traiter les ruminations et les pensées obsessionnelles

Le lâcher prise: Une affaire trés personnelle

Bref, vous avez envie de réagir. Et vous le faites. Vous exprimez peut-être votre désaccord. Ce qui n’est pas sans susciter des réactions en cascade. Par la suite, peut-être cette conversation dégénère t’elle au point que vous quittez le groupe en vous sentant meurtri ou maltraité.

Par la suite, vous ruminez à propos de cette situation. Vous ressentez une forme de stress. Juger votre comportement comme celui des autres. Vous revisitez cette discussion et considérez que vous auriez faire ceci ou cela. Appuyer sur telle ou telle objection. Valoriser tel ou tel argument.

Le temps passe. Vous n’arrivez pas à laisser cette conversation de côté. En fait, ce moment social vous affecté au point que vous avez toutes les peines du monde à pratiquer le lâcher prise à ce propos. Pourquoi?

Tout simplement parce que vous en faites une affaire personnelle. Une affaire qui fait écho à votre vision des choses. Une affaire qui vous marque au point que vous estimez avoir, peut-être, manqué d’affirmation de vous même.

Lâcher prise: Image de soi et confiance en soiVous vous sentez mis en cause. Sur la foi de votre vision du monde (cf. votre personnalité), vous ne pouvez accepter de courber l’échine. Cela vous renvoie de vous une image négative. Vous aurez peut-être l’impression d’avoir laissé passer des appréciations que vous réprouvez. Je pense à des idées sociales, ou politiques.

Vous demeurez affecté par ce qu’il s’est passé. Vous recherchez des appuis au sein du groupe. Pour ce faire, vous en parlez aux personnes présentes. Or, ces dernières, pour certaines en tous cas, ne semblent pas plus affectées que cela.

Lâcher prise sur ses sentiments

Les sentiments ont à voir avec ce que l’on ressent. Il s’agit donc d’émotions. Ce qui nous ramène à nous même. Comment rester zen quand on est confronté à un sentiment d’impuissance? Comment se détendre l’esprit quand tout participe à vous polluer?

C’est tout le problème de prendre du recul sur ses sentiments alors que l’on a même pas le moindre CD de relaxation à proximité de soi. C’est tout le problème de cesser d’alimenter un comportement victimologique. C’est à dire, ne pas changer au prétexte que l’on est victime et non bourreau. C’est l’un des freins principaux au lâcher prise.

Rester ancré dans le présent repose sur une démarche personnelle. Vivre l’instant, vivre le présent c’est faire abstraction du passé. C’est agir et non réagir. C’est cette différence de choix qui prédispose à la résistance au changement. Ou à l’ouverture d’esprit.

Lâcher prise et résistance au changement

Vous n’arrivez pas à lâcher. Vous ne pouvez pas mettre en place le lâcher prise qui, pourtant, vous fait tant de bien. En l’espèce, lâcher prise vous permet de cesser de vous faire du mal. De vouloir absolument faire entendre des idées dont les autres ne veulent pas. Vous risquez d’en concevoir de l’amertume. Du ressentiment. Vous avez conscience qu’il est préférable de satisfaire le lâcher prise. C’est à dire cesser d’en faire une affaire personnelle. Mais, vous savez aussi que, si vous lâchez prise, vous donnez raison aux autres. Et c’est tout bonnement impossible pour vous vous.

Vous vous refusez à vous rendre complice de propos ou de comportements que vous réprouvez. Et pourtant, vous vous faites tellement de mal. Et ceci bien que votre comportement soit compréhensible. Mais votre personnalité vous l’interdit. Vous êtes inscrit dans une forme de résistance au changement. Alors, comment faire pour pratiquer le lâcher prise sans vous renier?

Comment lâcher prise?

Le lâcher prise pose donc la question de l’égo. De l’image de soi. Partant, de la confiance en soi. S’affirmer ou ne pas s’affirmer avec, dans un cas comme dans l’autre, la peur d’être mal jugé. A plus forte raison si vous n’êtes pas à la hauteur d’une situation. Qu’elle soit sociale, affective, professionnelle ou économique. En voulant contrôler, le problème c’est que vous redoutez que cela vous échappe. Dès lors, de craindre d’accéder à un résultat inversement proportionnel à l’effet désiré.

Pratiquer le lâcher prise est à la fois simple et compliqué. Vous identifiez que vous vous faites du mal en essayant, de façon quasi obsessionnelle, de reprendre le contrôle de ce qui vous échappe. Mais, vous refusez d’accepter ce que vous ne pouvez changer (cf. Sénèque).

Il vous faut donc accepter que plus vous essayez de tenir bon, plus vous enrichissez votre problème. Et pire est votre problème. J’en veux pour preuve le problème des personnes angoissées ou anxieuses.

Lâcher prise: Comment faire pour prendre du recul?Plus vous essayez de contrôler vos angoisses en essayant de vous convaincre que cela va passer, plus vous ignorez la réalité. Et plus vous en faites une affaire personnelle. Ceci par crainte de renvoyer de vous aux autres une image négative. Ainsi, votre souffrance augmente.

Dans un processus mécanique implacable, vous adressez des messages contraires à votre cerveau. Lequel considère que vous ne comprenez pas la gravité des informations qu’il vous donne.

Partant, votre système nerveux central augmente votre stress. Votre anxiété. Ceci afin de vous faire adopter un comportement adapté. L’objectif est que vos émotions et vos influx soient apaisés. Mais vous ne connaissez pas la vraie solution.

Les différentes techniques pour lâcher prise

En matière de développement personnel, il existe différentes méthodes pour lâcher prise. La méditation est l’un d’entre elles. Méditer permet d’apaiser le mental. D’ailleurs, de plus en plus de personnes parle de la méditation de pleine conscience. Certaines techniques de visualisation permettent de relâcher son esprit.

Dans la même veine, la relaxation est réputée vous aider à votre le moment présent. Et de façon progressive, de retrouver sa sérénité. En effet, les techniques de relaxation permettent de relâcher sur les tensions corporelles. Un peu comme en sophrologie. On parle alors de sophrologie-relaxation. Les séances de sophrologie ont pour objectif de vous permettre d’atteindre une certaine paix intérieure. Le sophrologue va vous aider à pratiquer des exercices de respiration.

L’objectif est de vous permettre de gagner en sérénité en traitant les angoisses ou les peurs que vous rencontrez. Ce qui justifie votre difficulté à vous faire lâcher prise.

Lâcher prise sur une rupture amoureuse

Si l’amour n’avait pas tant d’importance pour chacune et chacun d’entre nous, nous le saurions. Toute rupture amoureuse, qu’elle ait été choisie ou subie, rend difficile l’acceptation de la fin d’un cycle. Cela correspond à une prise de conscience douloureuse quant à ce que quelque chose ne peut plus fonctionner.

Prendre du recul avec un homme, ou prendre du recul avec une femme, c’est accepter les choses qu’on ne peut pas changer. C’est essayer de rester dans l’instant présent. Ce faisant, être heureux prendra sans doute un autre chemin que celui initialement envisagé. Se détacher de l’être aimé, c’est accepter de faire le deuil d’une relation amoureuse, sentimentale.

En lâchant prise sur une relation qui ne peut plus exister de façon équilibrée, à plus forte raison quand vous entreteniez une relation sentimentale avec un manipulateur, vous allez retrouver la paix intérieure. Peut-être n’allez-vous pas devenir zen, comme un moine tibétain? Mais, à tout le moins, vous aurez pris pleinement conscience de la nécessité de rester dans le moment présent.

Cela correspond au choix de chacun, comme de la capacité à prendre du recul. Comme j’ai coutume de l’écrire: “choisir, c’est renoncer”. Et il en va de même en ce qui concerne le milieu de travail.

Comment lâcher prise avec le travail

Le travail est un lieu où les interactions sont multiples. Entre les jeux de pouvoir, et les petites lâchetés de certains, il est parfois difficile d’apprendre à gérer la pression. Savoir prendre du recul d’avec ses émotions négatives relève, parfois, de l’exercice de style. Rester serein dans un milieu parfois hostile, c’est la grande force de ces personnes qui savent conserver confiance en soi. Et ceci, quelles que soient les circonstances.

Certains employeurs ont bien compris la nécessité d’un environnement professionnel serein. C’est la raison pour laquelle, les plus démocrates d’entre eux, ont introduit yoga et méditation dans l’entreprise.

Si vous faites de la méditation, il y a de fortes chances pour que vous ne soyez pas client d’épuisement et encore moins de burn-out. Grâce à une prise  de conscience profonde, vous saurez pleinement vivre le moment présent, et gagner en sérénité. Ainsi, la relaxation en entreprise se développe de plus en plus.

Peut-être s’agira t’il, seulement, de séances de relaxation rapide. A tout le moins, vous allez apprendre à contrôler vos émotions. Partant, exprimer ses craintes, s’affirmer, est l’un des outils qui favorise la prise de recul nécessaire par rapport à des situations qui échappent à notre contrôle.

Par la suite rien ne vous empêche de pratiquer la relaxation à domicile. Comme une sorte de continuité vertueuse. Dans le même esprit, faire de la méditation, permet de relativiser la situation qui “fabrique” de l’anxiété. Apprendre à se maitriser permet de libérer l’esprit de toute négativité. Dès lors, non contentes d’apprendre le contrôle de ses émotions, on apprend à déléguer et, ce faisant, à faire confiance aux autres.

Au boulot, il es particulièrement fréquent d’entendre des gens dire: “Je stresse”. Il leur manque alors cette dose de spiritualité qui permet de cesser de penser. D’anticiper. Je fais allusion aux ruminations et autres pensées obsessionnelles. Il faut en cesser avec ces croyances qui veulent rendre impossible la paix intérieure.

Des cours de relaxation, ou la relaxation guidée, vous permettent d’apprécier le moment présent. Ainsi, profiter de l’instant présent, est la garantie d’avoir une psyché “en bon état de marche”. Grâce à des exercices simples, vous allez couper les liens qui vous unissent à un environnement personnel ou professionnel toxique.

Encore faut-il que vous le souhaitiez. C’est à dire que vous fassiez le choix de passer de victime au rôle de la personne qui sait pardonner. La même qui n’aspire qu’à être heureux. Mais, le voulez-vous? Je vous laisse méditer sur la question…

Régulièrement, je fais l’objet de questions du type: “C’est quoi lâcher prise”. La réponse est simple. C’est atteindre le calme. C’est cesser de penser. C’est agir. Et non subir. C’est donc… lâcher le contrôle.

Lâcher prise et prendre du recul

Vous tentez de contrôler encore et encore. De contrôler ce qui n’est pas contrôlable. Un peu comme si la personne que vous aimez vous annonce qu’elle vous quitte, et que vous l’empêchez de faire en conséquence.

Plus vous réagissez de la sorte, plus vous participez à ce que la personne aimée s’en aille. En effet, à quoi bon retenir quelqu’un qui vous donne des arguments pour vous quitter. C’est douloureux, certes, mais n’avez-vous pas plus intérêt à faire prévaloir le lâcher prise en pareille situation? En effet, même si la personne ne vous quitte pas ce jour là, elle vous quittera plus tard.

Plus vous réagissez de sorte à l’en empêcher, plus vous êtes angoissé. L’idée qu’elle parte, demain ou après-demain, participe à augmenter votre souffrance. Cela nuit à la relation. Ce qui, de nouveau, provoque le désir de l’autre de vous quitter.

En pareille situation, ne vaut-il pas mieux accepter ce qui est douloureux? Ce qui vous permet de dépasser la douleur. De la contrôler de façon positive. Recentrez-vous sur l’essentiel de vos besoins. Pas sur vos peurs anticipatives. En pareille situation, ne vaut-il pas mieux accepter de lâcher prise comme seule issue adulte et responsable?

Changer pour lâcher prise

Quand j’écris “changer pour lâcher prise”, je fais allusion à votre désir de prendre du recul au quotidien. A faire abstraction de vos émotions négatives. Mieux, à agir de sorte à être heureux. A rester ancré dans le présent. C’est finir par lâcher prise sur votre peur de perde le contrôle sur ce qui vous empêche de faire des choses. Vous pouvez même aller jusqu’à aider à faire lâcher prise. Quand vous en serez là, vous serez parmi ces rares personnes qui savent répondre à cette question: “C’est quoi lâcher prise?”.

Quand vous aurez pris pleinement conscience de qui vous êtes, et de comment vous fonctionnez, alors, vous pourrez vivre l’instant et avoir confiance. C’est précisément ce que je vous invite à faire dans le paragraphe qui suit.

Lâcher prise revient à lâcher le contrôle. Cela induit de prendre du recul par rapport à une situation dont vous savez qu’elle échappe à votre contrôle. Plus facile à dire qu’à faire. Ainsi, vouloir n’est pas pouvoir. Il s’agit donc d’accepter ce que vous ne pouvez pas changer. Pour vous aider à lâcher prise – vraiment -, je vous invite à cliquer sur l’image ci-dessous.

Merci de votre intérêt et de votre confiance, et profitez de l’instant!

Comment traiter l'anxiété facilement
 |  Frédéric Arminot

Programme comportemental en ligne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Défiler vers le haut