Toc: Comment traiter 1 trouble obsessionnel compulsif

Toc - Trouble Obsessionnel Compulsif

D’après certaines études, environ 3% de la population française souffre de TOC. C’est à dire d’un trouble obsessionnel compulsif. Cela signifie que près de 2 millions de personnes souffrent de troubles anxieux. Lesquels sont accompagnés d’obsessions. Leurs conséquences sont les troubles paniques, et la phobie sociale. Pour ne citer que les plus importants.

Cela en dit long sur l’état d’angoisse récurrent d’une partie de la population française. Si l’on ramène ce chiffre à l’équivalent de la population mondiale, ces données donnent le vertige.

Dans le présent article, j’essaie de préciser la définition du TOC. Et aussi de vous raconter l’histoire d’Amélie. Elle est confrontée de façon ahurissante à un trouble obsessionnel compulsif. Partant, je tente de vous expliquer comment soigner les TOC.

Définition du TOC

Un toc, ou trouble obsessionnel compulsif, est un trouble émotionnel. Il s’exprime au travers de pensées récurrentes et intrusives. Il est impossible de le contrôler. On peut aussi parler de ruminations, ou de pensées obsessionnelles.

Ainsi, une victime de TOC, met en place toute une série de rituels. Ou de pensées. Ils deviennent obsessionnels afin de contrôler une peur. De maitriser une angoisse chronique.

Définition d'un TOC

Définition d’un toc

Le trouble obsessionnel compulsif consiste donc en une action. Ou une pensée. Les 2, répétés et incontrôlables. Il ont vocation à rassurer la “victime”. A titre d’exemple, un toc s’exprime au travers de pensées liées à l’hygiène. Par exemple, le lavage des mains.

Ce peut aussi être à la disposition spécifique d’un certain nombre d’objets. Ou une volonté précise d’un ordre précis des choses. Autre exemple. Le rangement. Le trouble obsessionnel compulsif peut aussi être des pensées liées à des séries de chiffres. Exemple, ne pas agir avant d’avoir compter une série de nombres. Dans un certain ordre. Suivi d’un autre.

En fait, le toc existe en fonction de la personnalité de chacun. Il n’y pas de trouble obsessionnel compulsif plus représentatif que d’autres. Ces troubles s’expriment le plus souvent sur la foi d’éléments spécifiques. Il s’agit de l’histoire de vie de chaque personne. Pour la plupart d’entre eux, un toc commence à exister dès l’enfance.

TOC: Un bénéfice caché

Ce qu’il convient de retenir, c’est qu’un trouble obsessionnel compulsif a pour vocation de rassurer la personne. Or, cette façon de se sécuriser finit par échapper au contrôle de l’intéressée. Et ceci, bien que cette façon de faire fonctionne quelques temps. Du coup, le quotidien de la personne s’en trouve durablement affecté. De solution, cela devient un problème. Un handicap.

Ce qui doit sécuriser devient un facteur d’angoisses considérable. Ainsi, j’ai le souvenir d’Amélie. C’est une jeune femme particulièrement attachante. Elle est angoissée dès son plus jeune âge. Elle suit un nombre extraordinaire de rites pour se rassurer.

Traitement du toc. Traitement du trouble obsessionnel compulsif

La prise en charge des troubles obsessionnels compulsifs est particulièrement difficile. Mais réussit dans la plupart des cas. Encore une fois, il s’agit toujours d’une question de personne et de contexte. De fait, il subsiste une question à se poser à propos de ces toc. Quels risques sa victime prend à retrouver son autonomie? Puisque la personne cherche à se rassurer, c’est qu’il y a un bénéfice caché à agir de la sorte. Or, la personne devient otage, et esclave, de ce bénéfice.

Symptômes des toc

Les symptômes des toc varient d’une personne à l’autre. Ci-dessous, une liste de ces symptômes de trouble obsessionnel compulsif. Leur nombre est très en deçà de la réalité. Attention. Qui dit une personne, dit un ou plusieurs toc rattachés à l’histoire de cette même personne.

Les symptômes de trouble obsessionnel compulsif sont principalement basés sur la peur. Ils se fondent sur les facteurs suivants:

  • Maladie
  • Feu
  • Perte de contrôle
  • Hygiène
  • Peur irrationnelle. Pour être mené à son terme, il faut qu’un acte soit précédé d’un certain nombre de rituels
  • Toujours respecter le même cheminement de pensées et d’actes. Il s’agit de pouvoir envisager de faire une chose ou une autre
  • Recherche de perfection en tous domaines. Pratiques ou comportementaux
Symptômes de toc

Symptômes des toc

En matière de symptômes de TOC, le plus important à retenir est qu’il y a trouble obsessionnel compulsif à compter du moment où aucun acte n’est envisagé sereinement. Qu’il s’agisse d’un acte social. Affectif. économique. Etc. Il est obligatoirement précédé d’un certain nombre de rituels. Lesquels sont répétés à l’envi. Jusqu’à être parfaits.

Ce qui, bien sûr, constitue des handicaps de diverses natures dans l’équilibre de la personne.

Ces rituels, ou comportements compulsifs, rassurent la personne pour un temps. Mais, le plus souvent, un fond d’angoisses persiste. Ce qui amène la personne à reproduire ses comportements obsessionnels. Et ce jusqu’à entière satisfaction. Or, ce signe de satisfaction n’est jamais vraiment atteint.

C’est justement dans cet environnement de souffrances terribles qu’une jeune femme, Amélie, me consulte. Elle est victime de toc persistants. Ils sont fortement handicapants. Ils interfèrent dans son quotidien. Ils l’empêchent d’avoir des relations sociales satisfaisantes.

Quelle solution pour Amélie, victime de troubles obsessionnels compulsifs

Amélie a 22 ans. Elle est étudiante en droit. Elle a toutes les peines du monde à poursuivre ses études. Un exemple? Pour sortir de chez elle, elle doit accomplir un certain nombre de rituels.

C’est une jeune femme qui ne manque de rien. En tous cas, au sens matériel du terme. Elle vit chez ses parents. Sa mère est assez présente. Ce qui n’est pas le cas de son père. C’est un manager de haut vol dans le secteur financier.

Amélie m’explique ne pas avoir d’elle une image positive. Elle se trouve pas assez ceci. Ou trop cela. Elle est persuadée d’être une mauvaise personne. Laquelle ne fait rien de bien. Elle a peu d’amis. De toute manière, les rencontrer est précédé de comportements très particuliers. Elle affirme cependant être à la hauteur des situations relationnelles.

Le plus petit des toc de cette jeune femme, une fois réveillée, est particulier. Il consiste à suivre un chemin particulier pour aller de son lit aux toilettes. Puis à la cuisine. Le simple fait de se lever de son lit fait d’ailleurs l’objet d’un rituel très particulier. Et ordonnancé.

Elle n’envisage pas une seconde de déroger à ce rituel. Faute de quoi, elle est victime d’angoisses importantes. Lesquelles lui font reprendre le cours de ses troubles obsessionnels compulsifs. Et ce jusqu’à complet, et satisfaisant, accomplissement.

TOC: Reproduction du trouble obsessionnel compulsif

Nonobstant ce toc précis, Amélie met en place toute une stratégie. Celle-ci a pour fonction de permettre n’importe quel petit geste du quotidien. Quand j’écris petit, je pense à des gestes ou des comportements qui ont un caractère habituel. Une sorte de routine inconsciente qui fait que quelqu’un comme moi n’y prend garde. Et ce dans la mesure où je ne rencontre pas ce type de problèmes.

Amélie n’envisage de se préparer sans avoir satisfait à ses rituels. Qu’il s’agisse de se laver, ou de s’habiller. Au cours de son petit déjeuner. Ou en faisant la vaisselle. Amélie reproduit les mêmes troubles obsessionnels compulsifs. Elle fait cela 5. 10. 15 fois. Ou plus. Tant qu’elle n’est pas rassurée.

TOC: Une culpabilité constante
Soigner les troubles obsessionnels compulsifs

Comment soigner un toc

Tous ces toc plongent Amélie dans une difficulté croissante. Elle y consacre un temps considérable. Ce qui n’est pas sans conséquences sur son emploi du temps universitaire. Et aussi social. Ou familial. Il est très fréquent qu’Amélie ne soit pas à l’heure pour un cours. Elle ne s’y rend donc pas. Incapable qu’elle est de surseoir à l’accomplissement des ses rites.

Elle ressent des angoisses très vives et permanentes. C’est le prix à payer pour ses comportements compulsifs. Comme au fait d’y passer autant de temps. On parle alors d’anxiété. Voire de dépression.

Il ressort que l’absence affective de son père n’est pas pour rien dans ses troubles obsessionnels compulsifs. Quand j’écris absence affective, je dois plutôt écrire, ignorance affective. Le père de cette demoiselle ne lui montre jamais d’affection particulière. Comme si son enfant n’existe pas.

Quand il voit sa fille dans sa prison mentale, il n’intervient pas. Ne cherche jamais à la rassurer. Ni ne lui montre aucune affection. D’aucune sorte. Les conflits entre le père et la mère de cette jeune femme achèvent d’ancrer Amélie dans ses obsessions. Elle est convaincue qu’elle est responsable de son problème. Et, surtout, des difficultés relationnelles entre ses parents. Elle conçoit beaucoup de culpabilité. Et ce depuis qu’elle est très jeune. Elle est victime de ce déséquilibre familial. Ou, plutôt, de ce dysfonctionnement.

TOC: Un échec cuisant

Amélie considère que, depuis toujours, elle fait mal les choses. Ce qui justifie que son propre père ne lui montre aucune affection. Elle réagit donc de sorte à ce que tout soit parfait. L’objectif est de montrer à son père combien elle est parfaite. Elle réagit ainsi afin d’attirer l’attention de ce père. Cet objectif n’est jamais atteint. Et, comme souvent, cela génère un résultat inversement proportionnel à l’effet désiré. Année après année, Amélie construit les barreaux de sa prison mentale.

Nous obtenons une diminution des ses symptômes de troubles obsessionnels compulsifs d’environ 40 %. Un jour, Amélie me fait part d’un évènement récent. Lequel réactive tous ses anciens comportements. Voire, précise t’elle, elle en a ajouté de nouveaux. Il s’agit d’une série de chiffres. Lesquels sont déclinés sans cohérence mathématique.

Par respect pour Amélie, je décide de lâcher prise. Je l’oriente vers l’une de mes consœurs. En l’espèce, je pense qu’un changement d’interlocuteur peut l’aider à progresser. Je n’entends plus jamais parler d’Amélie. Comme souvent, je regrette que ni ma consœur, ni ma patiente, ne me tiennent informé des suites de cette nouvelle prise en charge.

Soigner un TOC: Existe t’il des traitements efficaces

Pour soigner un trouble obsessionnel compulsif, tout est une question de contexte et de personne. Mais il existe bel et bien un traitement des toc. Un traitement efficace et durable.

Le traitement des troubles obsessionnels compulsifs n’est pas nécessairement long. Ni ingrat. Du fait de leur mécanisme, il est vrai que les toc sont souvent compliqués. Le travail consiste donc à comprendre comment s’organisent et vivent ces troubles obsessionnels compulsifs. Et ce, de façon précise.

Traitement du TOCSeule une contextualisation très fine favorise un tel niveau de compréhension. Ensuite, il convient d’être suffisamment créatif en matière de stratégie. C’est la particularité de l’approche comportementale. Ceci pour éliminer définitivement les toc. De façon progressive et naturelle. Sans médicaments.

Il est important de préciser que les troubles obsessionnels compulsifs sont souvent le fruit d’une angoisse sourde. Laquelle s’est établie depuis fort longtemps. Il est donc nécessaire de comprendre la mécanique du problème. Mais pas seulement. Autant que faire se peut, il faut identifier la genèse du problème. Parce que, effectivement, le toc est souvent le symptôme d’un autre problème.

Pour traiter un toc, je met à votre disposition mon programme thérapeutique et comportemental en ligne. C’est ma façon de satisfaire à mon engagement professionnel. Vous offrir tous les moyens de vaincre les troubles obsessionnels compulsifs. Ces fameux toc!

TOC: Comment vaincre un trouble obsessionnel compulsif facilement

| Frédéric Arminot


Also published on Medium.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Défiler vers le haut