Dans le principe, et au sens du plus grand nombre, il parait que tout le monde sait comment gérer une crise d’angoisse. Ah bon… Un peu comme cette réalité qui dit que, je cite: « …nul n’est censé ignorer la loi…« . Oui, mais la loi française est réputée être la plus compliquée du système juridique européen, alors tout le monde s’y perd.

Pour vaincre une crise d’angoisse, c’est pareil. En ce qui me concerne, je me suis longtemps perdu dans un nombre incalculable de crises d’angoisses qui m’ont valu de me rendre aux urgences à plusieurs reprises. Je souffrais d’une angoisse terrible, l’angoisse du lendemain laquelle m’inquiétait tant que je ne pouvais pas m’empêcher de penser à elle.

Cette angoisse m’infligeait son lot de vertiges. Je me sentais si mal que j’ai commencé à souffrir d’agoraphobie laquelle a, heureusement, vite disparue. Ce n’est que bien plus tard que j’ai compris comment et pourquoi.

Comme je ne l’avais pas correctement prise en charge, elle s’est mutée en un autre problème.

Dans la réalité, peu de personnes savent comment gérer une crise d’angoisse, sachant qu’il s’agit d’un symptôme d’anxiété. La crise d’angoisse est donc le résultat d’une angoisse profonde, une angoisse intense, récurrente voire chronique.

Celle-là même qui s’exprime d’une façon telle que vous en arrivez à avoir peur de mourir de façon soudaine ou imminente, ce qui, inéluctablement, vous amène à avoir peur de tout constamment alors que, je vous le concède, une crise d’angoisse ne présente aucun danger.

C’est comme çà que beaucoup de personnes qui souffrent de crise d’angoisse vont jusqu’à être victimes de crise de panique. C’est parfois si violent, qu’elles cherchent encore et toujours des solutions à ces crises d’angoisse.

Elles se perdent alors en de vaines recherches voire c’est la panique de ne rien trouver de constructif. Du coup, connaître des outils thérapeutiques sérieux et éprouvés qui permettent de gérer une crise d’angoisse peut vous être d’un grand secours.

En effet, la crise d’angoisse étant un symptôme d’anxiété, la question se pose de savoir comment soigner l’anxiété sans médicament.

Définition d’une crise d’angoisse

La notion de crise fait écho à quelque chose qui ne fonctionne plus. Un évènement, une situation, une relation, ou qui ne se déroule plus comme initialement prévu, et dont l’issue vous fait peur.

En fonction du contexte et de l’environnement liés à cette situation, les déséquilibres qui en découlent sont facteurs d’émotions. C’est d’ailleurs comme cela que l’on peut, à titre d’exemple, avoir peur de mourir de façon soudaine.

En effet, l’angoisse a un lien avec la peur de perdre le contrôle au point de faire une crise de panique ou une attaque de panique, ce qui, in fine, revient au même.

Par exemple, je pense à l’angoisse d’abandon laquelle fait écho à l’angoisse de séparation. Il en va ainsi d’angoisses existentielles.

Gérer une crise d'angoisse et interroger le sens de la vie.

Celles qui vous font vous interroger sur le sens de votre vie et, partant, devenir anxieux(se). En fonction de l’image que vous avez de vous, vous allez plus ou moins bien contrôler la situation, voire, vous perdez le contrôle.

Ce cas est le plus fréquent et le plus anxiogène au point que l’on puisse, le temps aidant, parler d’anxiété ou de trouble anxieux et, par conséquent, de mal de vivre.

Dès lors, vous ne pouvez pas vous empêcher de comparer votre propre image à celle des autres, comme à celle que vous pensez que les autres ont de vous ce qui est souvent facteur d’une angoisse travail.

C’est la peur du jugement.

Sur la foi de ces éléments, vous ressentez une peur plus ou moins conséquente, celle de ne pas être à la hauteur, la peur d’échouer, ce qui vous amène à ressasser des idées noires au point d’en perdre le sommeil.

Partant, vous pouvez craindre d’échouer dans la gestion de la situation. L’angoisse qui s’en suit fait l’objet d’une crise d’angoisse puisque vous êtes victime de peurs projectives.

Cela signifie donc que vous anticipez, que vous échafaudez tout un tas de problèmes consécutifs à cette situation. Celle-là même que vous avez du mal à contrôler et que vous craignez de ne pouvoir résoudre.

C’est exactement ce scénario qui se déroule dans le cas d’une angoisse nocturne.

Combien de temps dure une crise d’angoisse ?

Plus vous craignez de ne pouvoir maitriser votre problème, pire il est. C’est la raison pour laquelle on parle de crise d’angoisse au sens où l’émotion ne dure pas. Dans le cas contraire, on parlerait de crise d’anxiété.

L’angoisse « prend ses aises ». Condamné(e) à vivre dans cette forte angoisse permanente, vous êtes victime de troubles anxieux ce qui signifie que la situation vous échappe de façon progressive avec toutes les conséquences associées.

In fine, face à la difficulté, vous finissez par avoir peur d’avoir peur. Le temps passe et vous appréhendez de plus en plus la situation ce qui confine à la névrose d’angoisse.

Ainsi, vous êtes victime d’une crise à propos de laquelle vous n’arrivez pas à comprendre nécessairement pourquoi elle vous angoisse autant.

Ensuite, vous pourriez vous inquiéter de savoir combien de temps dure une crise d’angoisse. En soi, il n’y a pas de durée à une crise d’angoisse, du moins, pas de façon générale.

Cela varie en fonction d’un certain nombre de paramètres. La personne elle-même, de sa façon de gérer la crise d’angoisse, de son état de fatigue, de la ou des causes de la crise d’angoisse, et j’en oublie.

La durée d’une crise d’angoisse varie donc de quelques minutes à quelques heures mais, le plus souvent, la durée d’une crise d’angoisse est de quelques dizaines de minutes maximum.

Quelles sont les causes d’une crise d’angoisse ?

Une crise d’angoisse s’inscrit dans un contexte inattendu ou redouté ce qui la rend, parfois, d’autant plus violente. L’autre paramètre qui rentre en ligne de compte quant à la durée de la crise d’angoisse, c’est le fait de ne pas vraiment en connaitre la cause.

Ainsi, trés souvent, les gens ne savent pas pourquoi ils font une crise d’angoisse. Dès lors, la crise d’angoisse est à rattacher à un problème de stress accumulé.

Un stress dont les intéressés ne prennent pas toujours la mesure tellement ils y sont habitués.

Cela me fait penser à l’un de mes anciens patients qui m’avait dit être étonné de se porter si mal. Il avait eu cette phrase extraordinaire: « Je croyais qu’on pouvait vivre avec le mal« .

Partant, la crise d’angoisse est trés souvent un symptôme d’anxiété. Pour mémoire, une crise d’angoisse est constituée par l’accumulation de situations problèmes dont les conséquences émotionnelles ne sont pas prises en charge.

Ce qui nous amène à parler des symptômes de crise d’angoisse.

Les symptômes physiques de la crise d’angoisse

Les symptômes physiques de crise d’angoisse sont les suivants :

  • Palpitations,
  • Hyperventilation,
  • Oppression de la cage thoracique,
  • Accélération du rythme cardiaque (au point de craindre une crise cardiaque),
  • Troubles de la respiration,
  • Sensation d’étouffement,
  • Sensation de malaise,
  • Tremblements (jambes, mains),
  • Bouffées de chaleur,
  • Attaque de panique au point d’avoir l’impression de devenir fou ou folle.

Les symptômes psychiques de la crise d’angoisse

Les symptômes psychiques de la crise d’angoisse sont :

  • Peur irraisonnée,
  • Agitation,
  • Perte de repères (visuel, auditif),
  • Déréalisation ou dépersonnalisation,
  • Attaque de panique, ou peur panique,
  • Peur de mourir de façon soudaine (angoisse de mort imminente),
  • Impression de devenir fou ou folle,
  • État de sidération.

Avec le temps, vous avez peur pour votre santé mentale.

Qu’est-ce qui déclenche une crise d’angoisse ?

Les causes d’une crise d’angoisse sont multiples. Les facteurs qui la déclenchent sont, le plus souvent, liés à la personne elle-même, comme à des facteurs de stress qui s’accumulent.

Les personnes en proie à une crise d’angoisse ont tôt fait d’oublier la crise tout en craignant la suivante, ce qui constitue une erreur qui n’est pas sans conséquences. J’entends par là que c’est un peu comme quand on sort indemne d’une agression physique ou verbale.

Le 1er réflexe consiste à se sentir soulagé(e) mais ce n’est pas pour autant que le problème est terminé. La personne victime de cette agression – une crise d’angoisse est une véritable agression émotionnelle – s’empresse de d’oublier ce qu’il vient de lui arriver.

Trés rapidement, cette personne revit ce qui s’apparente à un traumatisme. Suivent alors des peurs irraisonnées, des cauchemars, des troubles du sommeil, voire des comportements agoraphobes.

Qu’est-ce donc que ces réactions émotionnelles si ce n’est l’accumulation de facteurs de stress qui ne sont pas thérapeutiquement pris en charge au moment opportun ?

Cela me fait penser aux comportements de ces hommes et de ces femmes confrontés à des crises d’angoisses terribles liées à la peur d’être gay alors que ceci n’est que le symptôme d’un autre problème, le vrai problème.

Il faut donc gérer la situation quant à sa forme, mais aussi dans son fond.

Les signes annonciateurs d’une crise d’angoisse

Gérer une crise d’angoisse seul(e) implique d’être attentif à son apparition pour l’anticiper et éviter qu’elle ne se produise dans ses pires formes.

Une fois que la crise a commencé, il est bon d’essayer de maîtriser sa respiration et d’utiliser l’acupression, mais vous devez surtout attendre que cela passe.

Il est donc important d’apprendre à reconnaître les signes annonciateurs d’une crise d’angoisse. Généralement, une crise d’angoisse est provoquée par un événement.

Il peut être extérieur, mais ce peut être aussi lié à une simple pensée angoissante laquelle provoque la crise. Pour anticiper une crise d’angoisse, vous devez apprendre à reconnaître les événements qui la déclenche le plus souvent.

Ensuite, il est nécessaire de vous familiariser avec les principaux symptômes annonciateurs d’une crise d’angoisse, à savoir :

Comment prévenir une crise d'angoisse?
  • Vertiges,
  • Sensation d’oppression,
  • Souffle court,
  • Angoisse décuplée et sensation de mort imminente,
  • Sueurs et frissons,
  • Accélérations injustifiées du rythme cardiaque,
  • Tremblements ou spasmes musculaires (contractions involontaires).

Comment anticiper l’arrivée d’une crise d’angoisse ?

Comme je vous le disais précédemment, la meilleure manière de gérer une crise d’angoisse consiste à anticiper son arrivée.

Par exemple, vous pourriez identifier l’arrivée imminente d’une telle crise parce-que vous avez une boule dans le ventre. Vous avez ce creux pénible au fond de l’estomac parce-que vous êtes angoissé(e) de ne pas réussir à donner le meilleur de vous même devant un public donné dans le cadre d’une présentation professionnelle.

En effet, même quand les crises apparaissent de manière totalement aléatoire, elles restent l’expression d’un trouble anxieux et de phobies bien concrètes.

Vous devez impérativement sonder le plus précisément possible votre anxiété pour comprendre les origines de ce qui risque de devenir une crise de panique.

Si vous avez identifié précisément la source de votre anxiété, vous pouvez anticiper vos crises en limitant les situations à risques.

Si certaines de ces situations sont inévitables, vous pouvez vous préparer à les affronter en pratiquant régulièrement des exercices de respiration et de méditation.

Vous pouvez aussi commencer une cure de magnésium pour réduire votre anxiété au quotidien.

Éviter l’apparition d’une crise d’angoisse

Souvent, les patients qui souffrent de crises d’angoisse récurrentes ont tendance à s’isoler pour ne pas être confrontés aux sources de leur anxiété. Cette stratégie d’évitement est un excès d’anticipation de la crise d’angoisse.

S’il est naturel d’éviter ce qui nous inquiète, céder trop abondamment à cette tendance renforce l’anxiété. Les crises d’angoisse peuvent alors simplement se déplacer sur de nouveaux objets.

Le problème se traite donc à la racine.

En fait, pour éviter l’apparition d’une crise d’angoisse, la meilleure solution reste de soigner et vaincre définitivement l’anxiété dont elle est le symptôme. Malheureusement, vous aurez le plus grand mal à vaincre votre anxiété et vos crises d’angoisse seul.

Vous aurez besoin de l’aide d’un thérapeute ou d’un comportementaliste pour en venir à bout définitivement. C’est la meilleure solution à long terme.


La + efficace des solutions commence ici.


La crise d’angoisse sans raison

Il est fréquent de ne pas savoir faire le lien entre une crise d’angoisse et ce qui la motive, ou la justifie. Vous pouvez donc avoir l’impression de faire une crise d’angoisse sans raison.

Or, il y a toujours une raison, une raison mécanique le plus souvent.

Une crise d’angoisse est l’expression d’un trouble anxieux. Cela signifie que vous êtes assez fréquemment victime d’angoisse au point que vous redoutez par exemple, d’être exposé(e) à différents symptômes

  • Bouffées de chaleur,
  • Boule au ventre,
  • Tremblements,
  • Fortes suées,
  • Et j’en passe.

Autant de symptômes qui, parmi d’autres, sont le propre de toutes les questions que vous pouvez vous poser sur le sens de votre vie.

A force de tenter de contrôler l’angoisse, votre cerveau considère que vous ignorez les signaux tant physiques que psychiques qu’il vous envoie, au point qu’à un moment, vos émotions se sont accumulées et vous ne gérez plus rien.

Vous n’êtes pas encore dans la crise de panique mais vous vous en approchez dangereusement.

Le sentiment d’être submergé(e) par vos émotions, augmenté de la perte de contrôle peut vous donner l’impression de faire une crise d’angoisse dont vous ignorez tout.

Il est probable qu’à force de contrôler vos angoisses, sur plusieurs heures ou sur plusieurs jours, un sujet ou un évènement que vous avez minoré ou ignoré devienne la « goutte d’eau qui fait déborder le vase ».

Du coup, dans ce fatras d’émotions, vous pouvez considérer qu’il n’y a pas de raison objective de faire une crise d’angoisse, et pourtant. Cette crise d’angoisse est l’addition de différents stress que vous avez accumulé.

Y a t'il vraiment des crises d'angoisses sans raisons?

La crise d’angoisse nocturne

En ce qui concerne la crise d’angoisse nocturne, il s’agit là de l’accumulation d’angoisses diverses.

Celles-là mêmes qui sont majorées par l’angoisse de la nuit, le silence, la peur de ne pas dormir voire, la peur de mourir.

Il s’agit alors d’une anticipation forte et, une fois n’est pas coutume, de la peur de ne pas contrôler. Partant, de la peur d’éventuelles conséquences.

C’est le grand principe de l’angoisse. Avoir peur de ne pas maitriser, et redouter des conséquences dont on ne sait rien.

N’oubliez jamais, il existe bel et bien une solution.

Elle est simple et rapide. mais, avant tout, souvenez vous qu’il ne faut jamais contrôler une crise d’angoisse. Personne ne meurt d’une crise d’angoisse, il n’y a donc aucun risque.

Seul(e), face à vous même, peut-être projetez-vous sur le lendemain ? Effectivement, si vous n’arrivez pas à vous endormir et à dormir, comment vous sentirez-vous demain ? Et si vous faites une crise d’angoisse la nuit, que va t’il se passer ?

Vous repartez dans les tentatives de solutions, lesquelles aggravent votre situation. Ne pas minorer, ni contrôler une crise d’angoisse. Simplement, essayez de l’accepter, de l’accueillir.

C’est le meilleur service que vous pouvez vous rendre.

Comment stopper une crise d’angoisse ?

Le comportement le plus habituel et le plus fréquent lors d’une crise d’angoisse est de tenter de la contrôler. C’est un réflexe.

L’autre réflexe consiste à consulter votre médecin traitant. Il vous prescrira des médicaments (anxiolytiques et antidépresseurs) ce qui est totalement inadapté. Effectivement, faire une crise d’angoisse n’est pas une maladie.

Le plus difficile pour gérer une crise d’angoisse, quand on y est ni prêt(e) ni préparé(e), c’est de lâcher prise.

A cette fin, l’approche systémique de Palo Alto est un excellent outil d’où l’intérêt du programme thérapeutique que j’ai conçu pour définitivement traiter les crises d’angoisses.

Que faire en cas de crise d'anxiété ou de crise de panique?

Alors, que faire en cas de crise d’angoisse ? Un peu de méditation ou de relaxation ?

Pourquoi pas. Faites çà mais, dans tous les cas, la crise d’angoisse reviendra sous une forme ou une autre. C’est juste une question de temps.

Ce n’est donc pas la bonne réponse.

Le mieux, le plus efficace, c’est la stratégie du pire qui est une technique insérée dans ma méthode thérapeutique et qui donne d’excellents résultats. Mais seuls les membres du programme y ont accès.

La plupart du temps, la plupart des gens tentent de se rassurer quand ils sont victimes d’une angoisse ce qui altère la sécrétion naturelle de sérotonine, cette substance naturelle qui favorise les processus d’actions en cas d’attaques sévères.

C’est ainsi que, dans certains cas, des personnes se retrouvent confrontées à un double problème. Celui où angoisse et anxiété génèrent un trouble obsessionnel.

La « technique » la plus habituelle consiste à essayer de se convaincre que ce n’est pas si grave, de se convaincre que tout va bien se passer, malgré la difficulté en cours. C’est une façon de minorer la gravité du stress perçu.

L’autre façon consiste à contrôler ce qui signifie faire comme si de rien n’était. Du genre: « J’ai mal mais je fais comme si tout va bien« .

Ce type de comportement participe le plus souvent à aggraver la crise d’angoisse. C’est lié à un mécanisme très particulier dans le cerveau comme à la construction de la personnalité.

Plus vous tentez de contrôler la situation, plus votre cerveau a l’impression que vous ne comprenez pas les messages qu’il vous adresse. D’après son mode de fonctionnement interne, vous ne prenez pas la mesure de la gravité des informations qu’il vous délivre au travers de la crise d’angoisse.

Suivant un mécanisme incontrôlable, votre angoisse va alors grandir jusqu’à devenir une crise d’angoisse et rien ne sert de rationaliser à ce propos.

Pour stopper une crise d’angoisse rapidement, j’ai créé ce programme comportemental en ligne lequel vous assure un résultat supérieur à 95%. En effet, grâce à une astuce qui neutralise les réactions de votre cerveau, il devient facile de vaincre définitivement vos crises d’angoisses en quelques minutes seulement.

Comment gérer une crise d’angoisse seul(e) ?

Puisque la crise d’angoisse a des origines purement psychiques, vous pouvez théoriquement la contrôler seul(e). Bien sûr, ses conséquences sont aussi physiques et la majorité de vos possibilités d’action sont également physiques.

Comment stopper une crise d'angoisse rapidement?

Néanmoins, avec un peu d’entraînement, vous pouvez devenir parfaitement capable de briser le cercle vicieux qui s’ouvre au début de chaque crise d’angoisse. Pour cela, je vous suggère de vous approprier quelques bons réflexes.

Contrôler sa respiration

La première chose à faire pour gérer une crise d’angoisse, c’est de calmer votre rythme cardiaque en maîtrisant et en ralentissant votre respiration. Fermez simplement les yeux, prenez de grandes inspirations, retenez votre souffle 5 à 10 secondes, puis expirez lentement.

Cinq minutes suffisent généralement à ralentir le rythme cardiaque quand on pratique cet exercice de cohérence cardiaque régulièrement. Retenir votre souffle va aussi détendre vos muscles en relâchant vos tensions.

Utiliser l’acupression

L’efficacité de l’acupression est discutable pour certains et pas pour d’autres. Mais laissons les luttes de chapelle de côté.

Première chose à savoir, cette technique est difficile à utiliser soi-même quand on ne connaît pas bien l’anatomie humaine.

Vous n’avez cependant rien à perdre à essayer. On utilise deux points d’acupression pour calmer l’anxiété, tous les deux sur la main droite :

  • Dans le prolongement de l’auriculaire, à la base du poignet et entre le tendon et l’os.
  • Entre le pouce et l’index, au centre de cette zone de chair épaisse.

Pour utiliser l’acupression, exercez simplement une pression ferme et prolongée (environ 10 minutes) sur ces zones.

Vous pouvez également varier la pression en effectuant des petits gestes circulaires.

Étirer les muscles

L’une des conséquences les plus néfastes de la crise d’angoisse, c’est la contraction involontaire des muscles.

Les tensions musculaires produisent un cercle vicieux difficile à briser puisqu’elles alimentent la sensation d’étouffement, ce qui accroît votre inquiétude et augmente la contraction des muscles.

Quand vous sentez qu’une crise d’angoisse se prépare, réalisez vos exercices de respiration en étirant vos muscles, notamment de la partie supérieure du corps.

Contrôler une crise d'angoisse avec la cohérence cardiaque

Différence entre crise d’angoisse et crise de panique

La différence entre une crise d’angoisse et une crise de panique est trés simple.

L’une et l’autre peuvent avoir un caractère éminemment violent à ceci près que la crise d’angoisse ne vous fait pas perdre la totalité de vos moyens, du moins, pas tout de suite.

Avec la crise d’angoisse, vous demeurez dans une dimension émotionnelle qui, la plupart du temps, est gérable. Cela signifie que, même si vous souffrez, à un moment où à un autre, vous retrouverez vos esprits.

Pourquoi et comment ? La réponse juste après.

La réponse à ces deux questions réside dans cette différence entre angoisse et crise de panique. La crise de panique induit une totale perte de maitrise de soi.

Cela signifie que la personne est victime d’une crise de panique au sens où elle a la certitude qu’elle va mourir de façon imminente.

C’est précisément ce type de symptôme que subissent les personnes agoraphobes. Cette impression terrible de mort soudaine. C’est la raison pour laquelle on parle alors d’attaque de panique quand des personnes ont peur de se trouver coincées dans un lieu sans échappatoire.

La crise d’angoisse répétitive

Comme je vous l’ai précédemment expliqué, une crise d’angoisse est un symptôme d’anxiété. Alors, le cerveau vous alerte constamment à l’aide de ces crises.

Tant que vous ne trouvez pas une réponse qui apaise le cerveau, celui-ci vous inflige une angoisse répétitive. C’est à dire que de façon soudaine, aléatoire, et sans cause particulière, vous allez être victime de crise d’angoisse.

D’une façon générale, vous avez déjà du mal à contrôler vos émotions et à chaque fois que vous êtes victime d’une crise d’angoisse, vous perdez pied, parfois à un point tel que vous en êtes à redouter l’arrivée des secours (cf. pompiers).

Ce qui n’est pas sans poser un pénultième problème : celui de se donner en spectacle et d’en concevoir de la honte et de la culpabilité.

Du coup, être victime de crise d’angoisse répétitive nous invite à parfois faire des choix inappropriés. Pourquoi est-ce que j’écris çà ?

Urgences et médicaments : Est-ce la bonne façon de gérer l’angoisse ?

Si pénible qu’est une crise d’angoisse, et même en cas de crise de panique, l’urgence médicale n’est jamais vitale. Quand vous arrivez aux urgences, après un certain délai d’attente, vous êtes généralement reçu(e) par le personnel infirmier qui évalue l’urgence de votre situation.

Vous le savez sans doute, une crise d’angoisse, ou une crise de panique, relève du « code vert ». Cela signifie aucune urgence vitale.

Alors, après des heures d’attente, vous rencontrez le médecin urgentiste lequel, sous toutes réserves, peut demander l’avis du psychiatre de garde. Dans tous les cas, vous repartez avec un Xanax™ ou un Lexomil™.

Chacun de ces deux médicaments est issu de la famille des benzodiazépines. Autrement dit, des anxiolytiques.

Avant votre sortie des urgences hospitalières, vous êtes orienté(e) vers votre médecin traitant. Celui-ci ayant pour fonction de vous prescrire un traitement médicamenteux adapté à votre cas.

Les médicaments vous aident à apaiser une crise comme à contenir vos symptômes d’angoisse mais cela ne résout rien.

Vous allez donc « consommer » des médicaments pendant longtemps, du moins tant que vous n’agissez pas thérapeutiquement.

L'approche comportementale permet de traiter définitivement n'importe quelle crise d'angoisse

Conseils pour gérer une crise d’angoisse

Il existe des moyens assez simples pour contrôler ce genre de situation très douloureuse. Mais je vous concède que c’est toujours simple quand l’on sait de quoi il retourne.

Confrontées à des crises d’angoisses, certaines pratiquent des exercices de respiration abdominale. D’autres utilisent ma fameuse astuce comportementale pour stopper une crise d’angoisse. Mais, je vous préviens, cette astuce est trés contre-intuitive puisqu’elle est à l’opposée de toutes vos tentatives de solutions précédentes.

Cette technique donne des résultats immédiats mais pas seulement. Si vous suivez mes prescriptions thérapeutiques dans le cadre de mon programme en ligne, ces crises d’angoisses seront définitivement éradiquées en quelques semaines seulement.

Pour l’heure, voyons de quoi il retourne en matière d’exercices de respiration.

Exercices de respiration

Vous vous demandez certainement comment gérer une crise d’angoisse est possible avec de simples exercices de respiration.

Pourtant, c’est l’une des méthodes les plus efficaces à appliquer pour maîtriser rapidement la situation et retrouver ses esprits. Elle s’applique en 3 étapes.

Mais attention : gérer une crise d’angoisse à l’aide d’exercices de respiration ne constitue pas une solution sur le long terme.

En effet, si cela vous aidait vraiment vous le sauriez et vous ne seriez pas obligé(e) de renouveler méditation ou relaxation à chaque fois.

Enfin, moi, j’écris çà, j’écris rien 🙂

Couper sa respiration

Commencez par guetter la sensation d’étouffement qui se manifeste souvent en pleine crise d’angoisse. Une fois que vous la sentez venir, ou que vous la ressentez, faites l’effort de ne plus respirer.

Focalisez-vous exclusivement sur votre respiration. Ensuite, privez-vous d’air quelques secondes.

Inspirer de l’air à nouveau

Posez une main sur votre abdomen, votre autre main sur votre poitrine, puis inspirez doucement de l’air par le nez.

Lentement, de sorte à sentir votre abdomen se soulever et se remplir. Idéalement, la phase d’inspiration doit durer 4 à 6 secondes environ.

Expirer l’air pour expulser le stress

Dans les secondes qui suivent la phase d’inspiration, expirez l’air que vous avez absorbé par la bouche. Comme pour l’inspiration, vous devez y aller très lentement, sans vous presser.

La durée moyenne de cette étape est également de 6 secondes.

Après cet exercice, continuez à inspirer puis à expirer lentement pendant quelques minutes. Cette technique de respiration vous aide à gérer une crise d’angoisse. Si la crise d’angoisse n’est pas trop violente, la crise est calmée en 3 à 5 minutes.

Je vous rappelle que cet exercice ne résout le problème de fond mais c’est toujours ça de pris.

Comment stopper une crise d’angoisse rapidement ?

Nonobstant le fameux « exercice du pire » que j’ai précédemment évoqué – lapidairement il est vrai -, les distractions cognitives sont également un bon moyen de répondre à la problématique de « comment gérer une crise d’angoisse ».

Quand vous êtes au beau milieu d’une crise d’angoisse, voire d’une crise de panique, essayez de distraire votre esprit. Détournez le de ce qui motive cette angoisse aigüe.

Pensez à autre chose. Par exemple :

  • Compter de 2 à 100 par ordre de 2 (2, 4, 6, 8…),
  • Citer les noms des 5 points les plus culminants du monde,
  • Déclamer la recette de votre dessert favori.

Bien entendu, cet exercice est purement mental. Vous ne prononcez aucun mot. Vous ne faites pas çà à haute et intelligible voix. Par contre, faites l’effort de vous concentrer sur un sujet autre que celui qui justifie votre crise d’angoisse.

Dans le même temps, je vous conseille d’éviter de parler. En effet, au cœur du malaise, il est souvent difficile de contrôler ses fonctions vitales élémentaires. Dès lors, renoncez à lutter contre vous-même, et optez plutôt pour la diversion.

Quand la crise commence à se calmer, mettez-vous à penser à des choses positives ou qui vous procurent de la joie. Cela vous permettra de vous détendre davantage.

Ensuite, si vous en avez de la possibilité, livrez-vous à une activité simple, une activité distrayante et relaxante.

Ce peut être :

  • Écouter de la musique,
  • Dessiner,
  • Cuisiner un repas,
  • Prendre un bain chaud,
  • Etc.

Mais, surtout, ne vous livrez pas à une activité qui vous demande un effort.

Les méthodes de relaxation pour gérer une crise d’angoisse

Honnêtement, la relaxation, c’est pas mon truc. Pour évacuer mon stress, je suis plutôt partisan de faire des tours de périphérique à moto.

Je reconnais cependant qu’entre la sophrologie, la méditation et bien d’autres pratiques, la relaxation est l’un des moyens utilisés par de nombreuses personnes pour parvenir à un état de bien être intérieur.

C’est une pratique utilisée dans le cadre des médecines douces. Elle donne de bons résultats, en plus d’être dans l’air du temps.

Je vais donc me faire un plaisir de vous expliquer en quoi consiste la relaxation et les bénéfices que vous pouvez en tirer.

Bien sur, je me permets d’insister, la relaxation ne se suffit pas à elle même.

Elle n’est qu’un complément à une sérieuse prise en charge thérapeutique comme celle afférente au programme thérapeutique et comportemental dont j’assure un suivi personnalisé à chacun de ses membres.

Exercices de relaxation pour calmer les crises d'angoisses

Comment calmer une personne qui fait une crise d’angoisse ?

La particularité d’une crise d’angoisse c’est qu’elle ne prévient pas.

Elle peut donc arriver quand vous êtes seul(e) ou en présence d’autres personnes. Le plus souvent, les gens ne savent pas quoi faire pour calmer une personne qui fait une crise d’angoisse.

Sommairement, je vais donc vous expliquer comment faire pour aider une personne victime de crise d’angoisse :

  • Surtout, essayez de ne pas paniquer.
  • Attrapez la main de la personne pour qu’elle se sente épaulée, qu’elle ne sente pas livrée à elle même.
  • Parlez à cette personne angoissée. Posez lui des questions sur ce qu’elle ressent, ses symptômes, ce qui lui fait peur.
  • Faites là parler le plus possible.
  • Essayez de ne pas vous formaliser si la personne angoissée vous répond de façon agressive (ce n’est pas contre vous, c’est une question de contexte. Quand on a mal quelque part, il est difficile d’avoir le sourire et d’être aimable).
  • N’essayez pas de rassurer la personne.
  • Demandez lui ce dont elle a besoin.
  • Posez lui la question de savoir ce qui lui ferait du bien pour se calmer.
  • Pendant toute la dure de la crise, essayez de rester calme.
  • Proposez lui de faire des exercice de respiration.
  • Ne la jugez pas.
  • Ne lui faites aucune remarque désobligeante, ni pendant, ni après la crise d’angoisse.
  • Une fois la crise d’angoisse calmée, demandez à cette personne ce qu’elle a ressenti. Faites la parler autour de son problème. Posez lui un maximum de questions. Ainsi, vous l’aiderez ainsi à se vider de ses émotions comme à ne pas construire du déni autour de cette crise d’angoisse.
  • Enfin, suggérez lui fortement de consulter un thérapeute ou de bénéficier d’un programme de traitement (lire en bas du présent article).

Comment gérer une crise d’angoisse avec la thérapie comportementale ?

Quand je travaillais à mon cabinet, beaucoup de personnes en province et aussi à l’étranger me contactaient car il n’y avait aucun thérapeute comportemental là où elles habitaient.

C’est pour elles que j’ai créé un programme thérapeutique en ligne, lequel élimine totalement crises d’angoisses et troubles anxieux en quelques semaines seulement.

A l’aide de cette méthode thérapeutique, il ne s’agit pas plus seulement de gérer une crise d’angoisse mais bien de l’éliminer de façon définitive.

A cette fin, l’approche systémique de Palo Alto, cette approche stratégique et brève orientée solutions, vous permet de modifier votre interprétation face aux situations que vous vivez quotidiennement.

Votre état psychologique ne dépend pas seulement de ce qui vous arrive dans la vie. Il dépend aussi, et surtout, de l’interprétation que vous en faites.

Par exemple, ce n’est pas parce que vous traversez une mauvaise passe que votre vie est nulle, ou que vous êtes nul(le) et condamné(e) à avoir une vie de m…. Ce n’est pas parce que vous avez commis une erreur dans vos fonctions professionnelles que vous perdrez votre job.

Ce n’est pas non plus parce que votre patron ne vous salue plus chaleureusement qu’il a forcément une dent contre vous, etc.

Tout dépend de l’interprétation que vous faites de chaque situation.

Grâce à des exercices personnalisés tels que ceux que vous trouvez dans le programme thérapeutique en ligne ARtUS, vous identifiez et neutralisez ces schémas de pensées automatiques qui mettent à mal votre état psychique en plus de gâcher quotidiennement votre vie.

Un tel protocole thérapeutique en ligne vous aide également à adopter des comportements plus sains, plus adaptés à votre quotidien comme à ne plus redouter les aléas de votre réalité.

En l’espace de 6 à 8 semaines, vous n’avez plus besoin de faire l’effort d’essayer de vous relaxer face à des situations stressantes. Naturellement, vous développez des ressources naturelles pour objectiver face à des situations de crise et, naturellement, savoir quels comportements adopter.

En bref, vous reprendrez confiance en vous.

A ce sujet, si vous souhaitez que le programme marche pour vous, je vous précise qu’un minium de travail vous est demandé. Si vous abordez un tel programme thérapeutique en ayant un comportement de touriste, mieux vaut ne pas en bénéficier.

Puisque vous êtes toujours là, c’est donc que vous avez comme souci d’apprendre à gérer une crise d’angoisse. Alors, je vous invite à cliquer sur le lien ci-après :


La + efficace des solutions commence ici.


Article mis à jour le 26 octobre 2023 par Frédéric Arminot.


Frédéric Arminot
Frédéric Arminot

Ancien grand anxio-dépressif, et victime d’angoisses aux multiples conséquences des années durant, je suis spécialisé dans le traitement des problèmes d'angoisse, d'anxiété, de dépression, de phobie, et de toc, et exerce depuis plus de 25 ans en qualité de comportementaliste (coach comportemental). Mes compétences dans les domaines de l'approche systémique de Palo Alto (approche stratégique et brève orientée solution) me permettent de résoudre 16 cas sur 17 en moins de 2 mois (95 % de résultats). Pour en savoir +, je vous invite à prendre connaissance du protocole de résolution de problèmes en ligne que j'ai conçu. Si vous le souhaitez, vous pouvez aussi bénéficier de consultations thérapeutiques en cliquant sur ce lien : Consultations thérapeutiques

    20 replies to "Gérer une crise d’angoisse : Des solutions simples et efficaces"

    • Frédéric Arminot

      Bonjour Martine,

      Je viens de vous répondre par mail afin de vos conseiller du mieux que je le peux par rapport aux différents problèmes que vous me soumettez dans votre message.

      A bientôt.

    • Frédéric Arminot

      Bonjour Élise,

      Je vous ai envoyé un mail car j’ai besoin de précisions pour vous aider de la façon la plus efficace possible à ne plus souffrir de crises d’angoisses et de déréalisation.

    • Elise

      Bonjour j’ai commencé à avoir des crises d’angoisse et déréalisation depuis 2020. Ça s’arrête et sa recommence j’ai même peur de sortir de chez moi. J’ai l’impression de devenir folle.

    • Martine

      Bonsoir Mr ARMINO j ai 75 ans et je suis très angoissée car je suis suivie par un homéopathie depuis de nombreuses années et bien sûr je suis aussi stressée il me arrive en ce moment de perdre confiance en moi ce qui me occasionné de la peur de de l anxiété surtout quand je suis ailleurs que chez ou ce problème bje l avais déjà avant mais ça allait mieux mais avec l âgé et en plus j ai été opéré de mon rein droit il y a 3 ans ablation cause cancer donc mes crises sont plus profondes car j ai eu très peur avec tremblement ect… Et maintenant je ressens bien que mon corps a eu un choc très fort et en plus extracystol qui me font peur aussi par moment Svp donnez moi un conseil pour aller mieux surtout par à port au choc et extracystol je pratique la cohérence cardiaque et j ai une bonne hygiène de vie je pratique aussi la piscine donc voilà merci de e repondre

    • Bonsoir Joël,

      Je ne suis pas étonné que les diverses analyses et examens que vous avez suivi n’aient rien donné.

      Ce que vous présentez comme symptômes est typique des troubles anxieux dont les crises d’angoisses sont l’une des multiples conséquences.

      Les médicaments que vous prenez, dont l’Alprazolam, ne font que ponctuellement tenir vos symptômes à distance et non résoudre votre problème.

      Vous m’écrivez rechercher une solution naturelle aux problèmes émotionnels que vous rencontrez.

      C’est donc avec grand plaisir que je vous invite à cliquer sur le lien ci-dessous pour prendre connaissance de ce que je vous propose en matière de solution naturelle aux troubles anxieux comme aux crises d’angoisses.

      Bien sûr, je reste à votre écoute pour vous apporter toutes les précisions que vous souhaiteriez.

      « Comment se débarrasser des troubles anxieux et des crises d’angoisses de façon naturelle?« 

    • Joel

      Bonjour,

      Mes crises d’angoisses sont de plus en plus régulière, avec pour symptômes: Inconfort subite et désagréable au niveau du sternum, milieu de poitrine, palpitations, souffle court et rapide. Après prises de sang et examens cardiaques complet (ECG, échographie et holter 24h) ou tout est « normal », les symptômes sont toujours là. J’ai la mauvaise habitude de me « jeter » sur l’Alprazolam, mais j’aimerais avoir un moyen de stopper ces crises naturellement. La peur aussi que ces crises se déclenchent pendant que je travaille, où là je ne pourrai « m’allonger » nulle part, ni faire des respirations.

      J’ai essayé les « fleurs de bach », sans succès.

      Je suis preneur si vous avez une technique naturelle pour stopper ces crises, désagréable et flippant.

      Bien Cordialement

    • Bonjour Angélique,
      Je viens de vous envoyer un e-mail afin de correspondre en privé.
      Je suis de tout cœur avec vous.
      Frédéric.

    • Angèlique

      Bonjour ,merci pour votre article. J ai tout fais !crise d angoisse , de panique spasmophilie , nocturne en journée.une fois la crise a duré 1h à l hôpital. Actuellement je ne fais plus de crise à proprement parler mais ma vie reste un enfer dans le sens où je me sens mal 90 % du temp.je suis toujours sur le qui vive et en tétanie. Parfois quand je suis chez des amies je ne le montre pas mais je me sens plomber d un coup et cela peut durer des heure.je me contiens.Bref j aimerais bien que vous m envoyez un mail également. Et j ai essayé pleins de choses sans résultats sur le long terme.mon entourage le dit quin faut que j apprenne à vivre avec .Je ne prends pas l autoroute les tunnels etc car déjà fait des crise au volant.en médecine chinoise ils disent que je suis en vide de sang et manque d ancrage
      j ai 40 ans.merci de m aider.

    • Frédéric Arminot

      Je vous confirme vous avoir adressé un mail à la suite de votre commentaire publié dans l’article: « Comment calmer une crise d’angoisse rapidement »

    • Frédéric Arminot

      Bonjour,

      Je viens de vous adresser un mail pour vous expliquer comment faire pour mettre un terme définitif à ces crises effrayantes. Après réception, n’hésitez pas à me solliciter si vous avez des questions.

      Prenez bien soin de vous.

    • Sarrah

      J’ai des crises d’angoisse par à coup,sensation de mort imminente et je suis seule.meme si je suis suivi par un psychiatre. Je voudrai résorber ce traumatisme qui me poursuit par périodes.le petit garçon qui est la en moi se manifeste à travers ses crises effrayantes.

    • Sarah

      Bonjour,
      Depuis le décès de ma mère qui a été malade durant 6 ans avc(elle est morte d’une crise cardiaque devant moi)on l’as réanimé.Ensuite elle est resté une semaine aux soins intensifs puis elle est morte)Deux moi après j’ai eu ma première crise d’angoisse. (Sensation de murs qui se rapprochent)et perte de cheveux. Depuis 20 ans unevoix ds ma tête me dis des choses négatives. Plus dépressive pdt 10 ans .

    • Frédéric Arminot

      Bonjour Rachel,

      Il est trés fréquent que des problèmes de thyroïde soit facteurs de crises d’angoisses et de panique.

      Si un médicament peut vous aider à contenir le symptôme, ce n’est pas ce qui va vous aider sur le moyen et, encore moins, long terme. Dès lors, il y a des actions concrètes à mener de sorte à ne plus être en panique et, ainsi à retrouver autonomie et confiance.

      Je vais vous adresser un mail pour vous expliquer comment faire.

    • Rachel

      Bonjour je m appel rachel j ai 31 ans maman de 2 enfants. Ma vie allait bien jusqu a ya 1 semaine. Il m est arrivee du jour au lendemain des crises d angoisse et de panique qui au début était 1 fois par jours après 2 fois par jours et plus les jours passé et j arrivais a 4 crises par jour. Je me sent d un coup oppressé je tremble main moite besoin de me mouiller le visage de manger un Sucre et 10 min apres généralement sa passe. Mon médecin.ma fait faire une prise de sang et ma thyroïde est haute a 5.18 sa ne m est jamais arrivé de ma vie. Donc il a commencer a me donner un médicament pour la thyroïde plus un cachet pour l anxiété alprazolam 0.25 3x jours pendant 10 jours. Je fait moin de crise mais j en fait comme même.ma maman a du venir chez moi car j avais besoin de sz présence. Cela fait 5 jours que ma maman est la et quand aujourd hui elle voulait rentrer chez elle juste quelques jours et revenir me voir eh ben je me suis senti mal au point de pleurer et de lui demander de pas partir car je me sent mal quand elle est pas la. Qu en pensez vous qu est ce que je doit faire j ai l impression de devenir folle qu on va finir par m enfermer a être comme sa . Je c est plus quoi faire je veux m en sortir et retrouver ma vie d avant normal .merci a vous

    • Frédéric Arminot

      Bonjour Marie,

      J’ai écrit un article sur la déréalisation et la dépersonnalisation. Vous pouvez en prendre connaissance en cliquant sur le lien ci-dessous:

      « Causes et traitement de la déréalisation comme de la dépersonnalisation – 1 Solution Efficace« 

    • Marie

      Bonjour connaissez vous la dépersonnalisation derealisation svp

    • Frédéric Arminot

      Bonjour Laure,

      Je ne suis pas étonné que toutes vos consultations chez divers psy n’aient rien donné, tout comme les médicaments ont été inefficients. Quant à la lecture de Young, intellectuellement, c’est surement trés intéressant. Mais, en termes de solution à vos crises d’angoisses, c’est une autre affaire.

      En matière de solution, je vais vous adresser un mail pour vous expliquer comment retrouver confiance et, partant, des nuits paisibles et reposantes.

      Dans l’intervalle, prenez bien soin de vous.

    • Laure

      Bonjour,
      Je vous contacte car je suis coutumière des crises d’angoisse depuis ma plus petite enfance.
      J’ai, comme vous, tout essayé : anxiolytiques, antidépresseurs, psychiatre, psychothérapeute et enfin psychologue (actuellement).
      Elle m’a conseillé la lecture de Young « Je réinvente ma vie ». J’y ai trouvé des réponses intéressantes sur les origines de mon angoisse, en me retrouvant totalement dans certains schémas (vulnérabilité, dépendance et abandon, notamment)
      Cette nuit, j’ai expérimenté une très grosse crise, qui m’a tenue éveillée de 2h à 4h du matin (je suis seule chez moi ce moment, mon mari étant en province avec mes enfants).
      Je l’ai réveillé en l’appelant en pleurs à 3h du matin après avoir tenté vainement de me rendormir.
      Palpitations, tachycardie, crise de panique, j’ai vécu l’enfer jusqu’à tomber d’épuisement à 4h.
      Ce soir je suis à nouveau seule et j’angoisse déjà. J’ai besoin d’aide.
      Pouvez-vous m’aider?
      Je vous remercie d’avance,
      Laure

    • Frédéric Arminot

      Bonjour,

      Il existe une solution simple, rapide et efficace pour mettre un terme définitif à vos crises d’angoisses. Plutôt qu’un long discours, je vous invite à cliquer sur ce lien pour savoir comment faire. Ainsi, vous pourrez reprendre un travail en septembre sans aucune appréhension.

      « Comment mettre un terme définitif aux crises d’angoisses qui commencent au réveil« 

    • Bartholomot

      Bonjour

      J’aimerai savoir comment mettre un terme à mes crises d’angoisses qui durent depuis 2 ans , ce sont généralement des crises qui débutent le matin au réveil.

      Description des symptômes ( sensations d’être oppressé, mains moites, sueurs froides et sensations d’avoir chaud, perte d’appétit, palpitations et ressentant le besoin de ce réfugié au calme et allongée).

      Je dois reprendre un travail en septembre et j’appréhende .

      Besoin d’aide!!!!!

      Cordialement,

      Mme Bartholomot

Leave a Reply

Your email address will not be published.