Gérer une crise d’angoisse: 3 conseils vraiment efficaces

Gérer une crise d'angoisse rapidement et facilement

Dans le principe, et au sens du plus grand nombre, tout le monde sait comment gérer une crise d’angoisse. Un peu comme cette réalité qui dit que, je cite: “…nul n’est censé ignorer la loi…“. Oui mais, la Loi est fort compliquée. En tous cas en France. Et même quand on est un professionnel du droit. Tout le monde s’y perd. En ce qui me concerne, je me suis longtemps perdu dans le nombre incalculable de crises d’angoisses dont j’ai été victime. Je souffrais d’une angoisse terrible. L’angoisse du lendemain. Laquelle m’infligeait son lot de vertiges. Je me sentais si mal que j’ai commencé à souffrir d’agoraphobie. Laquelle a, heureusement, vite disparue (sans que je ne comprenne comment).

Dans la réalité, peu de personnes savent comment gérer une crise d’angoisse. Sachant qu’il s’agit d’une anxiété anticipatoire. Cette angoisse profonde. Cette angoisse intense. Celle-là même qui s’exprime d’une façon telle que vous en arrivez au point d’avoir peur de mourir. Cette horrible impression de mort imminente. Cette façon d’avoir peur de tout. Constamment.

Beaucoup de ces personnes qui souffrent de crise d’angoisse vont jusqu’à subir des crises de panique. C’est parfois si violent, qu’elles cherchent encore et toujours des solutions à ces crises d’angoisse. Mais elle se perdent en vaines recherches. Du coup, connaître des astuces qui permettent de gérer une crise d’angoisse peut vous être d’un grand secours.

Vous trouverez 3 conseils ci-dessous. Et un quatrième conseil. Une sorte de “Bonus”. Ou de “Plus Value”. Dès lors, avez-vous des expériences à partager sur la façon dont vous gérer une crise d’angoisse? Si oui, n’hésitez pas à la partager avec nous tous. L’espace “commentaires” en bas de la présente page vous est réservé.

Précisions utiles pour gérer une crise d’angoisse

Le contenu du présent article répond aux trois questions suivantes à propos de comment gérer une crise d’angoisse:

  • Qu’est-ce qu’une crise d’angoisse
  • Définition d’une crise d’angoisse
  • Quel comportement adopter face à une crise d’angoisse
  • Comment gérer une crise d’angoisse

Définition d’une crise d’angoisse

La notion de crise fait écho à quelque chose qui ne fonctionne plus. Un évènement. Une situation. Une relation). Ou qui ne se déroule plus comme initialement prévu. En fonction du contexte et de l’environnement liés à cette situation, les déséquilibres qui en découlent sont facteurs d’émotions. Voire d’angoisses. Par exemple, je pense à l’angoisse d’abandon. Laquelle fait écho à l’angoisse de séparation. Il en va ainsi d’angoisses existentielles. Celles qui vous font vous interroger sur le sens de votre vie et, partant, devenir anxieux.

En fonction de l’image que vous avez de vous, vous allez plus ou moins bien contrôler la situation. Voire, vous perdez le contrôle. Ce qui est le cas le plus fréquent. Et le plus anxiogène. Dès lors, vous ne pouvez pas vous empêcher de comparer votre propre image à celle des autres. Comme à celle que vous pensez que les autres ont de vous. C’est la peur du jugement.

Sur la foi de ces éléments, vous ressentez une peur plus ou moins conséquente. Celle de ne pas être à la hauteur. Partant, vous pouvez craindre d’échouer dans la gestion de la situation.

L’angoisse qui s’en suit fait l’objet d’une crise d’angoisse. C’est un des signes d’angoisse victime dans la mesure où vous êtes victime de peurs projectives. Cela signifie que vous anticipez. C’est à dire, échafaudez tout un tas de problèmes consécutifs à cette situation. Celle-là même que vous avez du mal à contrôler.

Ainsi, plus vous craignez de ne pouvoir maitriser votre problème, pire il est. C’est la raison pour laquelle on fait état d’une crise d’angoisse au sens où l’émotion ne dure pas. Alors que, bien au contraire, elle “prend ses aises”. Condamné à vivre dans l’angoisse, vous êtes victime de troubles anxieux. La notion de crise signifie donc qu’elle vous échappe de façon progressive. Alors que vous avez tentez tout ce qu’il est possible pour gérer la situation. In fine, face à la difficulté, vous finissez par avoir peur d’avoir peur.

Le temps passe. Vous n’appréhendez pas la situation. Du moins pas comme vous le souhaitez. Ainsi, vous êtes victime d’une sorte de peur panique. Ou crise de panique. Crise à propos de laquelle vous n’arrivez pas à envisager de solutions. Et comment le savez-vous? Tout simplement parce-que vous êtes rongé par l’angoisse. Que les manifestations d’anxiété sont brutales. Peut-être au point de souffrir de spasmophilie.

Il en va ainsi des symptômes physiques de crise d’angoisse:

    • Palpitations
    • Hyperventilation
    • Oppression de la cage thoracique
    • Accélération du rythme cardiaque (au point de craindre une crise cardiaque)
    • Troubles de la respiration
    • Tremblements
    • Bouffées de chaleur
    • Attaque de panique au point d’avoir l’impression de devenir fou

Avec le temps, vous avez peur pour votre santé mentale.

Que font la plupart des gens pour gérer une crise d’angoisse

Je ne compte plus le nombre de patients qui, en 1ère intention, se rendent aux services des urgences hospitalières. Avoir des angoisses nous fait faire des choix inappropriés. Pourquoi? Parce-que ce type d’urgence n’est pas vitale. Après des heures d’attente, vous repartez avec un Xanax®. Ce type de médication est issu de la famille des benzodiazépines. Autrement dit, des anxiolytiques.

Dans certains cas, vous êtes orienté vers le service de psychiatrie. Vous y rencontrez donc un psychiatre. Lequel vous prescrit aussi des antidépresseurs. Pour ensuite vous orienter vers votre médecin traitant. Celui-ci ayant pour fonction de vous prescrire un traitement médicamenteux adapté à votre cas.

Ce type de solution est la plus fréquente. Et, la moins utile. Alors, il est fort probable que lassé de prendre des médicaments, vous en veniez à consulter un psychothérapeute. Peut-être un thérapeute spécialisé en thérapies cognitivo comportementales. Je ne suis pas convaincu que ce type de psychothérapie soit la bonne solution.

Vous comprendrez pourquoi un peu plus bas dans cet article. En effet, suivre une TCC (thérapie cognitive et comportementale) n’est pas le même travail thérapeutique que bénéficier de la thérapie comportementale. Du moins celle relevant de l’approche systèmique de Palo Alto.

Comme je vous l’explique à la fin du présent article, il existe des solutions simples et efficaces. Elles vous garantissent une efficacité trés proche des 100%. Ainsi, rongé par l’angoisse au point d’en devenir anxieux, le thérapeute que je suis vous garantit que vous saurez comment faire contre l’angoisse.

Quelles réactions avoir face à une crise d’angoisse

La plupart du temps, la plupart des gens tentent de se rassurer quand ils sont victimes d’une angoisse. Voire d’une angoisse généralisée. Cette angoisse profonde. Cette angoisse qui altère la sécrétion naturelle de sérotonine. Cette substance naturelle qui favorise les processus d’actions en cas d’attaques sévères.

C’est ainsi que, dans certains cas, des personnes se retrouvent confrontées à un double problème. Celui où angoisse et anxiété génèrent un trouble obsessionnel. Je pense à l’anxiété de performance. Ou à la dépression. Pour ne citer que ces 2 symptômes d’angoisse majeure.

Face à une crise d’angoisse, des milliers de gens essayent de se rassurer. La “technique” la plus habituelle consiste à essayer de se convaincre que ce n’est pas si grave. Se convaincre que tout va bien se passer malgré la difficulté en cours.

Pour se convaincre, beaucoup de personnes victimes d’angoisse ou de crises d’angoisses, imaginent des scenarii. De la même façon qu’elles se posent tout un tas de questions à propos des multiples inter actions qu’il y aurait entre les acteurs de cette situation douloureuse et eux mêmes.

Ce type de comportement participe le plus souvent à aggraver la situation. Ce type de réponse au problème participe grandement à l’aggraver. Cela est lié à un mécanisme très particulier dans le cerveau. Comme à la construction de la personnalité.

Plus vous tentez de contrôler la situation, plus votre cerveau a l’impression que vous ne comprenez pas. Que vous ne prenez pas la mesure de la gravité des informations ainsi délivrées. Suivant un mécanisme incontrôlable, votre angoisse va grandissante. Jusqu’à devenir une crise d’angoisse.

Comment gérer une crise d'angoisse grâce à une solution issue de la thérapie comportementale

Conseils pour gérer une crise d’angoisse

Il existe des moyens assez simples pour contrôler ce genre de situation très douloureuse. C’est toujours simple quand l’on sait de quoi il retourne. Ce qui est mon cas du fait de mes activités de comportementaliste depuis plus de 25 ans.

1er conseil

  • Exercices de respiration

Vous vous demandez certainement comment gérer une crise d’angoisse est possible avec de simples exercices de respiration. Pourtant, c’est l’une des méthodes les plus efficaces à appliquer pour maîtriser rapidement la situation. Et retrouver ses esprits. Elle s’applique en 3 étapes:

1 – Couper sa respiration – 2 – Inspirer – 3 – Expirer

1 – Couper sa respiration

Commencez par guetter la sensation d’étouffement qui se manifeste souvent en pleine crise d’angoisse. Une fois que vous la sentez venir, ou que vous la ressentez, faites l’effort de ne plus respirer. Focalisez-vous exclusivement sur votre respiration. Et privez-vous d’air quelques secondes.

2 – Inspirer de l’air à nouveau

Posez une main sur votre abdomen. Votre autre main sur votre poitrine. Inspirez doucement de l’air par le nez. Lentement, de sorte à sentir votre abdomen se soulever et se remplir. Idéalement, la phase d’inspiration doit durer 4 à 6 secondes environ.

3 – Expirer l’air pour expulser le stress

Dans les secondes qui suivent la phase d’inspiration, expirez l’air que vous avez absorbé par la bouche. Comme pour l’inspiration, vous devez y aller très lentement. Sans vous presser. La durée moyenne de cette étape est également de 6 secondes.

Après cet exercice, continuez à inspirer. Puis à expirer. Lentement. Pendant quelques minutes. Selon l’intensité. Ceci vous aide à gérer une crise d’angoisse. Si cette crise d’angoisse n’est pas trop violente, vous pouvez vous calmer au bout de 3 à 5 minutes.

2ème conseil

  • Utiliser des distractions cognitives

Les distractions cognitives sont également un bon moyen de répondre à la problématique de “comment gérer une crise d’angoisse». Quand vous êtes au beau milieu d’une crise d’angoisse, voire d’une crise de panique, distrayez votre esprit. Détournez le de ce qui motive cette peur intense. Pensez à autre chose. Par exemple:

  • Compter de 2 à 100 par ordre de 2 (2, 4, 6, 8…)
  • Citer les noms des 5 points les plus culminants du monde
  • Déclamer la recette de votre dessert favori
Comment gérer une crise d'angoisse rapidement?

Comment gérer une crise d’angoisse

Bien entendu, cet exercice est purement mental. Vous prononcez aucun mot. Vous ne faites pas çà à haute et intelligible voix.

Par contre, faites l’effort de vous concentrer sur un sujet autre que celui qui justifie votre crise d’angoisse.

Cependant, je vous conseille d’éviter de parler. En effet, au cœur du malaise, il est souvent difficile de contrôler ses fonctions vitales élémentaires.

Renoncez à lutter contre vous-même. Optez plutôt pour la diversion. Vous remarquez que votre calme commence à revenir? Mettez-vous à penser à des choses positives. Ou qui vous donnent de la joie.

Cela vous permet de vous détendre davantage.

Si vous en avez de la possibilité, livrez-vous à une activité simple. Une activité distrayante et relaxante. Cela peut être:

  • Écouter de la musique
  • Dessiner
  • Cuisiner un repas
  • Prendre un bain chaud
  • Etc.
3ème conseil

La relaxation musculaire progressive selon la méthode de Jacobson

La relaxation musculaire progressive de Jacobson est une méthode connue. Elle est souvent enseignée aux personnes qui ont besoin de savoir comment gérer une crise d’angoisse. Mais elle est un peu délicate à appliquer. D’ailleurs, il vaut mieux être en position allongée pour en tirer tous les bénéfices.

Je vous suggère d’utiliser ce 3è conseil. Surtout si la crise d’angoisse survient quand vous êtes à la maison. Allongez-vous sur le canapé. Ou sur votre lit. Glissez un oreiller sous votre tête. Décroisez vos jambes. Ensuite, effectuez les exercices ci-dessous:

  1. Serrez fortement les poings pendant 5 secondes, puis relâchez
  2. Contractez vos biceps pendant 5 secondes, puis relâchez
  3. Plissez le front. Fermez très fort les yeux. Puis relâchez
  4. Courbez le dos pendant 5 secondes, puis détendez-le, et reprenez votre position initiale
  5. Ramenez les épaules en arrière, et tendez-les comme si vous vouliez que les omoplates se touchent, puis relâchez

Vous pouvez également serrer et relâcher les muscles du fessier. Des bras. Des cuisses. Des mollets. Des pieds, etc. Chaque exercice dure quelques minutes à une demi-heure. Selon vos besoins.

Une remarque importante pour finir. N’attendez pas d’avoir des angoisse pour vous exercer à pratiquer ces 3 conseils. Vous devez vous préparer à gérer une crise d’angoisse pour n’avoir précisément pas à la gérer.

Le conseil de plus “qui va bien…”

Essayez d’intégrer ces conseils, ou exercices, comme de petits exercices de relaxation à inclure dans votre planning. Leur pratique quotidienne contribue efficacement à vous détendre. Cela vous maintient en forme. Cela vous évite aussi d’avoir à gérer une crise d’angoisse.

En agissant de la sorte, vous évacuez les tensions de votre vie courante plus rapidement. De plus, vous risquez de moins en moins de faire une grosse crise d’angoisse. Et encore moins une attaque de panique.

Si vous aimez les huiles essentielles ou l’homéopathie, n’hésitez pas à en faire usage dans votre quotidien. Les huiles essentielles apaisent les sens. Elles aident à mieux dormir. Et limitent même les risques d’infections respiratoires.

Vous pouvez combiner tout ceci avec la pratique régulière d’un sport. Et une bonne hygiène alimentaire. Oui, je sais, je l’ai déjà écrit. Mais, la pédagogie consiste à répéter les mêmes choses. Et ce de façon accessoirement, différente.

A bien considérer les choses, soyez attentif/attentive à vous-même. Tentez d’identifier la fréquence d’apparition des crises. Vos crises d’angoisses sont trop rapprochées au point de vous gâcher la vie? C’est donc qu’il s’agit d’un problème plus sérieux.

Dès lors, si la résurgence de crise persiste, ne perdez plus de temps. A plus forte raison si vous avez de plus en plus de mal à gérer une crise d’angoisse. Demandez au plus vite l’aide d’un professionnel de santé.

Il faut d’abord vérifier que vous ne souffrez d’aucune maladie clinique. Ensuite, le praticien vous oriente vers un spécialiste pour bénéficier d’un suivi thérapeutique approprié, l’approche comportementale par exemple.

C’est pour cela que j’ai créé le Programme ARtUS. Beaucoup de personnes sont en province. Voire à l’étranger. Et beaucoup de ces gens – peut-être vous – n’ont aucun thérapeute comportemental là où ils habitent. Le programme en ligne dont je vous parle élimine totalement vos crises d’angoisses. Il ne s’agit donc plus seulement de les gérer. Mais bien de les éliminer. Définitivement.

Je vous invite à regarder la vidéo de présentation de cette méthode comportementale dès maintenant. Cliquez sur l’image ci-dessous et comprenez enfin comment faire pour retrouver confiance. Confiance en vous. Confiance en la vie.

Comment gérer une crise d'angoisse grâce à une solution issue de la thérapie comportementale

 |  Frédéric Arminot

2 Commentaires: “Gérer une crise d’angoisse: 3 conseils vraiment efficaces”

  1. Bonjour,

    Il existe une solution simple, rapide et efficace pour mettre un terme définitif à vos crises d’angoisses. Plutôt qu’un long discours, je vous invite à cliquer sur ce lien pour savoir comment faire. Ainsi, vous pourrez reprendre un travail en septembre sans aucune appréhension.

    Comment mettre un terme définitif aux crises d’angoisses qui commencent au réveil

  2. Bartholomot dit :

    Bonjour

    J’aimerai savoir comment mettre un terme à mes crises d’angoisses qui durent depuis 2 ans , ce sont généralement des crises qui débutent le matin au réveil.

    Description des symptômes ( sensations d’être oppressé, mains moites, sueurs froides et sensations d’avoir chaud, perte d’appétit, palpitations et ressentant le besoin de ce réfugié au calme et allongée).

    Je dois reprendre un travail en septembre et j’appréhende .

    Besoin d’aide!!!!!

    Cordialement,

    Mme Bartholomot

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Défiler vers le haut