Comment traiter l’angoisse chronique en moins de 8 semaines

Angoisse chronique. Comment faire?

L’angoisse a fait partie de ma vie des années durant. La relation entre l’angoisse et moi relevait du rapport amour-haine. A la fois elle me maintenait en vie. A la fois elle me gâchait la vie. J’avais toujours ce sentiment de ne pas être normal. De ne pas être comme tout le monde. Je passais mon temps à faire des comparaisons, en plus de ruminer pour essayer de trouver des solutions à l’angoisse dont je souffrais. Ce que je ne savais pas c’est que le problème relevait de l’angoisse chronique.

J’ai toujours été quelqu’un d’anxieux. Enfant, la moindre inter action avec les autres me plongeait dans des angoisses pénibles. Peur de mal faire. Peur de mal dire. Crainte de ne pas être à la hauteur. A bien y réfléchir, chaque situation était une source d’angoisse. Même l’école était un vecteur d’angoisse. Je me suis d’ailleurs rendu compte que ma peur d’échouer entravait littéralement mon désir de réussir.

Scolairement, j’ai toujours fait ce qu’il fallait pour avoir la moyenne. Sans plus. Aujourd’hui, je regrette de ne pas avoir été accompagné comme je pense que ma sensibilité en avait besoin. Cela m’aurait évité bien des tracas. Bien des angoisses. Au réveil, la seule idée d’être interrogé en classe m’angoissait. Mais je faisais comme si de rien n’était.

Je me rappelle encore ce chemin vers l’école. En m’y rendant, matin et après-midi, je n’avais que deux choses en tête. Être avec mes potes. Leur présence me détournait de mon anxiété. La seconde chose consistait à fantasmer la sonnerie qui annonçait la fin des cours. J’avais la chance que ma mère vienne me chercher chaque jour le déjeuner. Rentré était pour moi une libération. Repartir à l’école, un chemin de croix.

Une peur constante

Ce que j’apprendrais bien plus tard, c’est qu’être chez moi, dans ma famille, était aussi une source d’angoisse. In fine, dans quelque lieu que ce fut, j’avais un gros problème d’estime et de confiance en moi. Personne n’imaginait combien ce que je ressentais en termes d’émotions s’apparentait à de l’angoisse chronique.

Je suis persuadé que si j’en parle autour de moi à celles et ceux qui m’ont connu à l’époque, ils en seraient trés étonnés. Et pourtant. C’est bien cette peur constante qui aura été ma compagne tout au long de mon enfance. Cette peur devenue angoisse chronique puis anxiété. Ce n’est qu’en devenant coach comportemental que je comprendrais la différence entre angoisse et anxiété. Que je comprendrais qui je suis. Comment je fonctionne. Qu’enfin, en étant aidé par les bonnes personnes, je cesserais de passer à côté de moi.

C’est ce qu’au travers de cet article, comme de tous les autres au sein de ce blog, je souhaite vous épargner. Cesser de continuer à avoir peur. Savoir faire des différences entre ce que je ressens ou non. Comme identifier mon angoisse chronique . Agir en conséquence. En bref, me libérer. M’affirmer. C’est d’ailleurs ce que vous faites en lisant cet article.

Existe t'il une solution à l'angoissse chronique?

Angoisse et anxiété sont des termes synonymes pour désigner un certain état physique ou psychologique. L’angoisse chronique est souvent définie comme un sentiment général de malaise. Ceux qui sont atteints par l’angoisse chronique voient les choses de façon pessimiste, et se sentent inutiles face à des situations difficiles.

L’angoisse chronique induit un sentiment répétitif qui met mal à l’aise. Ce sentiment si particulier fait que l’angoisse chronique est vécue comme une forme de malaise qui ne fait l’objet d’une cause précise. La personne atteinte d’angoisse chronique est victime d’une peur permanente.

Les différences entre angoisse et anxiété

La notion, ou la perception, du danger existe pour elle en tout temps et tout en lieu. Il est difficile, voire impossible, d’échapper à ce sentiment de malaise qui génère un mal être profond.

Souvent incomprises, les victimes sont fréquemment contrariées par cette incompréhension, et se renferment sur elles mêmes. Ce qui a pour effet, bien évidemment, de les isoler et d’aggraver leurs symptômes.

L’angoisse chronique est donc caractérisée par un sentiment général de malaise dont l’origine est difficilement identifiable. Plus généralement, ce sentiment de malaise et de dangers est le plus souvent lié à des sujets tabous ou sensibles. Celui ou celle qui est la proie se trouve dans une situation embarrassante, une sorte d’impression d’ensemble qu’il ou elle n’arrive pas à exprimer. Ce sentiment qui a un lien fort avec des sujets intimes génère un Angoisse chronique, ou anxiété. Faire la différence est important.blocage qui empêche tout épanouissement.

Mal traitée, cette angoisse chronique peut réapparaître à tout moment. L’angoisse est souvent assimilée à une forme d’anxiété. La différence  entre l’angoisse et l’anxiété est si subtile que l’on ne peut affirmer que l’angoisse chronique est une émotion qui s’apparente à de l’anxiété.

L’angoisse chronique peut être d’origine organique: un manque de magnésium par exemple. On peut identifier l’angoisse chronique au travers de diverses manifestations physiques voire neurologiques:

  • Tachycardie
  • Somatisation
  • Crise de tétanie

Quand l’angoisse chronique se manifeste par une crise de tétanie, cela signifie qu’il faut prendre de mesures médicales spécifiques. En effet, le malaise a des conséquences physiques. Dès lors, consultez votre médecin et faites réaliser des analyses.

Les symptômes de l’angoisse chronique

La personne victime de ce sentiment de malaise peut présenter des symptômes inquiétants comme la tachycardie. Cela consiste en une accélération du rythme cardiaque, au-delà de 90 à 100 battements par minute. On pourra également être confronté à des somatisations (manifestation physique du trouble psychique). Par exemple, un cas typique de somatisation est une tension musculaire parfois constante.

L’angoisse chronique est responsable d’un ralentissement psychomoteur et d’une fatigue souvent importante. Ce problème est aussi lié à un manque d’initiative, d’enthousiasme, ou encore d’intérêt. Cela peut aboutir à une dépression réactionnelle.

Causes de l’angoisse chronique

Dans un précédent chapitre, je vous explique ce qui, pour moi, sont les causes de ma légendaire angoisse chronique. Dès lors, cela signifie que chacun de nos histoires respectives constitue l’une des multiples causes de notre angoisse chronique. Dès lors, plus que cette histoire de vie, ce sont aussi tout un tas d’autres facteurs qui favorisent l’angoisse chronique.

Nos expériences de vie bien sur. Mais aussi la construction de nos personnalités respectives. Notre fameuse vision des choses. Laquelle s’appuie sur des éléments dans lesquels l’éducation que nous avons reçu a une bonne place. La religion aussi a une place fort importante. Enfant, j’ai très vite appris que je devais craindre le doigt de dieu. D’ailleurs, je le voyais entre chaque nuage et chaque geste de mon quotidien. La peur encore. Celle du jugement. Du jugement dernier.

L’idée même de savoir que si je ne faisais pas ce qu’il faut je risquais l’enfer me terrorisait. Partant, ce que je comprenais de ce que l’on exigeait de moi façonnait cette angoisse chronique.

En référence à ma propre histoire, je suis convaincu que la plupart d’entre vous peuvent s’identifient. Peu importe la culture dont nous sommes, ou l’éducation que nous avons reçu. Le problème de l’angoisse chronique ainsi générée est toujours la même. Peu ou prou, nous avons tous vécu la même chose. A telle enseigne d’ailleurs que là, maintenant, tout de suite, vous vous demandez comment vaincre l’angoisse dont vous êtes victime.

Traitement de l’angoisse chronique

Cette angoisse qui se répète devient une angoisse chronique. Plus précisément, l’anxiété est la forme répétitive de l’angoisse. Comme à l’accoutumée, il est très important de comprendre le mécanisme de son angoisse afin de la traiter efficacement.

Dans la mesure où l’angoisse chronique est provoquée par des mécanismes internes inconscients, la meilleure façon de la soigner est d’essayer d’attaquer le problème de front.

Les traitements chimiques (médicaments) pourraient être efficaces pour soigner l’angoisse. Malheureusement, on ne peut pas compter sur ces traitements. Ils ne soulagent que de façon spontanée. Ne guérissent pas.

Ils ne font qu’atténuer les symptômes qui ne manqueront pas de resurgir dès l’arrêt des prises médicamenteuses.

Vaincre l’angoisse chronique

Il existe des thérapies classiques qui peuvent donner de bons résultats. Mais, tout le monde ne souhaite pas s’inscrire dans une démarche thérapeutique longue (psychologie, psychanalyse). Il existe des thérapies brèves. En l’espèce, il peut s’agir de relaxation, de sophrologie, d’EMDR ou encore de thérapie comportementale(TCC).

La plupart des gens sont convaincus qu’on ne peut pas vaincre l’angoisse chronique. Qu’il faut simplement savoir vivre avec elle. Pourtant, ceux qui sont vraiment à la recherche d’une solution à l’angoisse chronique pourront trouver satisfaction dans les thérapies.

Le meilleur moyen pour traiter l’angoisse chronique est de consulter un thérapeute comportemental. En prescrivant des exercices thérapeutiques progressifs, on peut facilement retrouver estime et confiance en soi. Les causes de l’angoisse chronique peuvent être nombreuses et il serait trop long et fastidieux de les chercher toutes.

En conséquence, une thérapie comportementale est un des meilleurs moyens, si ce n’est le seul, pour trouver l’origine de cette angoisse et surtout définitivement l’écarter.
Comment vaincre l'angoisse chronique avec un programme personnalisé

 |  Frédéric Arminot

Comment reprendre le contrôle de votre vie facilement et rapidement

4 Commentaires: “Comment traiter l’angoisse chronique en moins de 8 semaines”

  1. Bonjour Hadri,

    J’aime bien les gens comme vous. Ou, plus exactement, les personnes qui ont des comportements comme le vôtre. Personne ne sait d’où vous arrivez. Encore moins qui vous êtes. Ni sur quoi vous vous fondez pour asséner vos vérités qui ne sont que les vôtres. Êtes-vous un professionnel de santé mentale? Ou une je ne sais quantième personne qui se contente de parler – ou d’écrire – pour ne rien dire. Juste de parler dans le vent et, ainsi, se donner l’illusion que ce qu’elle partage à un quelconque intérêt.

    En effet, votre partage aurait un intérêt si vous aviez fait cet effort d’étayer votre jugement. Mais, là, rien. Juste du vide. Un écrit sans âme qui n’aide personne. En prime, vous écrivez qu’il faut vivre pour savoir. Comme s’il fallait avoir un cancer pour prétendre être oncologue. Donnez vous de la hauteur que diable. Ça vous changera.

    “La critique est la puissance des impuissants” Alphonse de Lamartine.

  2. hadri dit :

    Je suis tout à fait d’accord avec vous. Mr Arminot a une approche très théorique, contrairement à ce qui se passe en pratique . Il faut le vivre pour le savoir .

  3. Bonjour… Anonyme,

    Je ne comprends pas ce à quoi vous faites allusion. Vous avez surement raison et moi tort. Les angoisses, quels qu’en soient les motifs émergent sur la foi de la construction de nos personnalités respectives.

    Moralité: on peut identifier les causes des angoisses et on peut même les neutraliser quand elles arrivent. Ce sont les miracles de l’approche comportementale qui permettent cela. Quand à prévoir quand elles arrivent, c’est, je crois, ce qu’il est convenu d’appeler de l’anticipation qu’il est facile de neutraliser, aussi.

    Mais, je ne voudrais pas vous mettre en colère en plus du fait que vous n’êtes pas obligé(e) d’être d’accord avec moi.

    Bonne journée Anonyme.

  4. Anonyme dit :

    Non, vous vous trompez ! L’angoisse réelle n’est pas du tout ce que vous décrivez ! ce sont des peurs qui vous arrivent sans que vous puissiez les contrôler, même si vous les identifiez !
    On n’identifie pas les causes réelles, mais on sait d’où elles viennent… et le problème, c’est que l’on sent venir ces crises d’angoisse (et en général on les prévoit) mais on n’y peut rien !!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Défiler vers le haut