Comment vaincre une crise d’angoisse nocturne facilement

“COMMENT VAINCRE L’ANGOISSE NOCTURNE”

“LA + EFFICACE DES SOLUTIONS COMMENCE ICI

VOIR LA VIDÉO
16 CAS RÉSOLUS SUR 17

Cette méthode offre un véritable espoir à celles et ceux qui pensaient ne jamais s’en sortir

Rien de plus dramatiquement simple. Quoique. Qui parle d’angoisse nocturne évoque, bien évidemment, des angoisses la nuit. C’est à dire un alanguissement du corps et de l’esprit. Quand il est temps de dormir. De se reposer. De relâcher la pression de la journée.

C’est d’ailleurs au cours de ces nuits qui se veulent “réparatrices” que le cerveau classe toutes les informations. Celles accumulées tout au long de la journée. Le cerveau les classe par ordre d’importance. Par thème. En bref, le cerveau a besoin de nos nuits de sommeil pour se réguler. Il recharge les batteries pour être d’attaque le lendemain. Il ne fait donc pas bon de souffrir d’angoisse nocturne.

Sinon, c’est trouble anxieux assuré! De cette anxiété qui vous amène à tout contrôler. Respiration, rythme cardiaque. Ou troubles cardiaques. Troubles anxieux alimentés par des sueurs. Des bouffées de chaleur. N’importe quels signes d’angoisses. Votre objectif? Éviter une insomnie.

L’endormissement se caractérise par ce moment où le corps et l’esprit se relâchent. Ils s’abandonnent. Moment au cours duquel, plus rien ne nous appartient. C’est un moment nécessaire. Pour ne pas écrire vital. Nous avons toutes et tous besoin de sommeil. De sommeil réparateur. L’angoisse nocturne, c’est le processus inverse. Tout est chamboulé. Plus rien n’est possible. A ce propos, les tortionnaires de tous pays savent utiliser le manque de sommeil comme un instrument de torture.

Angoisse nocturne et phase d’endormissement

Au début de cet article, j’ai écrit: angoisses la nuit. Ce n’est pas tout à fait exact. L’angoisse nocturne, ou les angoisses nocturnes, se manifeste dans les premiers instants du sommeil. Peu de temps après les premiers moments de notre endormissement. Ce moment où le corps et l’esprit ont trouvé le cycle de sorte à ce que nous puissions nous relâcher. Il s’agit d’être reposé le lendemain. D’être détendu.

C’est sans aucun doute le moment le plus important de notre phase de sommeil. C’est la raison pour laquelle les symptômes d’angoisse nocturne sont à la fois simples et spécifiques. Ils n’apparaissent pas à tous moments durant votre nuit de sommeil. Ces symptômes vont jusqu’à vous confronter à des insomnies. Ce qui, bien évidemment, altère la qualité de votre sommeil.

Les symptômes de l’angoisse nocturne

Imaginez que vous êtes allongé(e). Depuis quelque temps déjà. Je précise. Depuis quelques minutes. Pas des heures. Vous sentez votre corps s’alanguir. Votre esprit se relâche. Vous vous sentez bien. Du moins, vous le croyez. Car il va se passer quelque chose.

Quelque chose que vous avez sans doute déjà subi. Voire, quelque chose que vous redoutez. Vous l’avez même redouté avant d’aller vous coucher. Vous êtes vaguement angoissé. Une angoisse diffuse. Une angoisse nocturne? Vous craignez d’être de nouveau victime de troubles de l’endormissement. Ou de troubles du sommeil.

L'angoisse nocturne. Comment faire?

L’angoisse nocturne – Comment faire

Malgré votre crainte d’une angoisse nocturne, vous allez vous coucher. Stratégiquement, vous retardez le plus possible le moment où vous allez dormir.

Histoire d’être bien fatigué(e). Et vous rassurer quant à votre endormissement. C’est fin mais inutile. Vous ne rêvez pas! Vous êtes bien victime d’angoisse nocturne.

Couché(e) donc, vous sentez le sommeil vous prendre. Vous essayez de vous laisser aller. Vous essayez de lâcher prise. Puis, vous sombrez dans le sommeil. Sans vous en rendre compte. Votre corps se répare. En dehors de votre propre contrôle. Vous laissez votre cerveau prendre les commandes.

Tout d’un coup, vous vous réveillez. De façon soudaine. Brutale. Violente. Vous avez sué. Sans en être conscient. Votre cœur bat très fort. Vous ressentez une oppression importante de la cage thoracique.

La crise d’angoisse nocturne ou l’attaque de panique nocturne

Votre respiration est difficile. Peut-être faites-vous une crise de spasmophilie. En bref, vous êtes en pleine crise d’angoisse nocturne. Et ce sans raison que vous puissiez identifier. Vous entrez dans une sorte de crise de panique. Aussi appelée attaque de panique. Vous ne comprenez pas ce qu’il se passe. Il peut même vous arriver d’avoir l’impression de perdre la raison.

Vous avez des palpitations. Faites de l’hyperventilation. Pris de nausées, vous avez peur de mourir. Vous avez peur de faire une crise cardiaque. Vous êtes là. Comme sidéré. Les yeux grands ouverts. bien que pris d’une peur intense, vous essayez de diminuer l’angoisse.

In fine, vos terreurs nocturnes sont telles que vous atteignez un niveau de stress considérable. A l’idée de perdre encore des heures de sommeil, vous ressentez une angoisse intense. Celle-là même qui vous fait penser que vous allez finir en psychiatrie.

Angoisse nocturne versus angoisse de mort

Dans les cas les plus graves, vous pouvez ressentir une angoisse de mort. Elle est souvent accompagnée du sentiment terrible de devenir fou. Ou folle. Plus rien ne vous appartient. Vous ne maitrisez plus rien. Vous ne comprenez pas ce qu’il vous arrive. Vous êtes victime de terreur nocturne. Êtes-vous en dehors de la réalité? Tout en ayant conscience que vous êtes dans une irréalité éveillée. Cette sensation est horrible. Je ne la souhaite à personne. L’angoisse nocturne, c’est aussi çà.

Dans tous les cas, hors les symptômes de l’angoisse nocturne, il n’y pas d’explications rationnelles à l’angoisse nocturne. Des facteurs psychologiques expliquent un certain nombre de choses qui facilite le traitement de l’angoisse nocturne chez l’adulte. Ou la façon de l’angoisse nocturne chez l’enfant. Mais il existe aussi des facteurs affectifs dont il faut tenir compte.

Comment traiter l’angoisse nocturne

Il existe différentes méthodes pour vaincre l’angoisse nocturne. D’aucuns pensent que la relaxation ou la méditation sont des remèdes. C’est faux. Ce sont des aides. Mais pas de solutions.  Il y a aussi l’auto-suggestion. Je pense à la méthode Coué. Cette méthode consiste à tenter de vous convaincre que vous allez dormir. Or, la plupart des adultes victimes des symptômes d’angoisse nocturne se précipite chez leur médecin afin que leur soient prescrits des médicaments. Des somnifères. C’est comme un réflexe.

Humainement, une telle démarche se comprend. Mais elle participe à maintenir le problème. Et ceci bien qu’elle diminue les symptômes. En effet, le risque induit n’est-il pas de devenir “accro” à ces médicaments? De devenir dépendant de benzodiazépines. Ou d’antidépresseurs? Addict au point de ne pouvoir envisager une nuit sans sommeil? Sans avoir pris une petite pilule? Je comprends. C’est insupportable de vivre dans l’angoisse de ne pas dormir.

Il existe des méthodes que d’aucuns considèrent comme alternatives. Elles ont prouvé leur efficacité en matière de traitement de l’angoisse nocturne chez l’adulte. A plus forte raison quand il fat traiter angoisse et anxiété.

Depuis la création de mon blog, j’essaie de vous expliquer la nécessité de fonctionner de façon paradoxale. Par exemple, je pense à l’article ci-après: “En quoi la thérapie comportementale est-elle la plus adaptée pour soigner angoisse et crise d’angoisse“.

Si les méthodes rationnelles vous assuraient un traitement efficace et durable d’angoisses profondes, vous le sauriez. Si c’était le cas, vous ne seriez pas entrain de lire cet article. N’est-ce pas?

Deux méthodes comportementales pour soigner l’angoisse nocturne

Ci-après, je vous présente deux solutions pour vaincre l’angoisse nocturne. Ou contrôler une crise d’angoisse nocturne. Pour information, ces deux exercices font partie du programme thérapeutique en ligne que j’ai conçu. Le Programme ARtUS. Vous trouverez le lien en bas de cet article pour regarder la vidéo de présentation.

Traitement de l'angoisse nocturne adulte - Solution 1Traiter l’angoisse nocturne: 1ère Solution

Elle consiste à rentrer dans le problème de l’angoisse nocturne. Plutôt que de l’éviter. Voilà comment cela fonctionne.

Deux heures avant l’heure de coucher qui vous est plus ou moins habituelle, isolez-vous dans une pièce. Chez vous. La chambre à coucher me semble idéale. Allongez-vous sur le dos. Bras le long du corps. Jambes allongées devant vous.

Pour ce faire vous pouvez vous référer à un autre article lié à la TCC telle que je la préconise dans ma méthode comportementale.

Soigner l'angoisse nocturne chez l'adulte

Angoisse nocturne adulte

Vous imaginez la terrible nuit de cauchemar que vous subissez. Vous imaginez comment vous allez souffrir. Vous imaginez qu’aucune solution ne vous permet de ne plus souffrir d’angoisse nocturne. Puis, combien vous êtes durablement affecté par cette nuit sans sommeil. Pensez aux conséquences le lendemain. A propos de votre travail. Au sujet de vos relations affectives. Familiales. Sociales. Etc.

Au bout de dix minutes de ce traitement très particulier de votre angoisse nocturne, arrêtez l’exercice. Levez-vous tranquillement. Puis, vaquez à vos occupations. Et ce jusqu’à l’heure de votre coucher.

Angoisse nocturne chez l'adulte. La 2e solutionTraiter l’angoisse nocturne: 2è Solution

15 minutes avant d’aller vous coucher, prenez une feuille de papier. Notez dessus tout ce qui vous passe par la tête. Et ce, au moment même où vous écrivez. Soyez spontané(e) dans votre écriture. Ne cherchez pas à en contrôler le contenu. Peu importe ce que vous écrivez. Écrivez, c’est tout!

Quand vous avez le sentiment d’être arrivé au terme de ce à quoi vous pensez à ce moment là, déchirez la feuille. Puis, jetez là. Ensuite, allez vous coucher.

Je vous entends déjà me dire: “- Et que se passe t’il si je n’arrive pas à dormir?

S’il vous plaît. Ne parlez pas de ce que vous ne savez pas. Vous n’avez pas encore essayé cet exercice. Essayez de me faire confiance. Si votre angoisse nocturne persiste, faites comme suit.

Conseils d’avant coucher
  • Prendre un bain bien chaud pendant 20 minutes. Chaque soir. Cela participe à vous détendre
  • Faire un diner léger. Modérez votre consommation d’alcool ou de substances stupéfiantes
  • Lisez plutôt que de jouer à une console
  • Écoutez de la musique douce
  • Une heure avant le coucher, coupez votre téléphone. Ainsi, vous évitez des situations téléphoniques pénibles (discussion animée, gestion de conflits) avant de vous endormir
  • Comme réveil matin, essayez de trouver autre chose que votre téléphone portable. En effet, réveillé(e) en pleine nuit, la tentation est forte de se servir de son portable pour consulter des photos. Ou regarder des vidéos. Cela “électrise” votre cerveau. Du coup, vous risquez de retarder un nouvel endormissement. Voire, de l’empêcher.
1er exercice pour traiter l’angoisse nocturne
  • Tous les soirs, 15 minutes avant d’aller vous coucher, prenez une feuille de papier. Et un stylo. Ou un crayon. Ensuite, écrivez tout ce qui vous passe par la tête
  • Ne cherchez pas à écrire des choses censées. Ou cohérentes. Écrivez simplement. De façon spontanée. Écrivez les choses telles qu’elles vous viennent à l’esprit
  • Vous estimez être allé(e) au bout de tout ce qui vous vient à l’esprit? Alors, déchirez la feuille. Puis jetez là. Et, ne relisez pas ce que vous avez écrit
  • Une fois cette feuille jetée, écrivez un élément positif lié à votre journée. Décrivez cet élément positif que vous avez vécu
  • Dans le même esprit, écrivez une chose positive que vous avez faite pour vous même. Une fois fait, relisez ce que vous venez d’écrire. Ensuite, déchirez la feuille. Et jetez là.

2è exercice pour vaincre l’angoisse nocturne

Choisissez une heure d’endormissement. Prenons 22H30. Pour l’exemple. Procédez de la façon suivante:

  • 15 minutes avant d’aller vous coucher, écrivez tout ce qui vous passe par la tête à ce moment là. De la même façon que dans l’exercice précédent.

Il est donc 22H30. Environ.

  • Essayez de vous endormir. Pour se faire, pensez à des choses positives et agréables
  • Si, au bout de 15 minutes (22H45), vous ne dormez pas, relevez-vous. Écrivez sur une feuille tout ce qui vous passe la tête à ce moment. Puis déchirez la feuille. Et jetez là
  • Retournez vous coucher. Essayez de vous rendormir. Toujours en pensant à des choses positives et agréables
  • 20 minutes de plus sont passées? Il est 23H00. Environ. Vous ne dormez pas? Relevez vous. Et recommencez l’exercice. Et ainsi de suite. En augmentant de 5 minutes à chaque fois votre temps de tentatives d’endormissement. Et ce, jusqu’à ce que, enfin, vous vous endormiez
  • Vous vous réveillez en pleine nuit? Alors, vous n’êtes pas autorisé(e) à rester éveillé(e). Vous devez reprendre l’exercice. De la même façon que précédemment. Jusqu’à complet endormissement

“COMMENT TRAITER L’ANGOISSE NOCTURNE”

“LA + EFFICACE DES SOLUTIONS COMMENCE ICI

VOIR LA VIDÉO
16 CAS RÉSOLUS SUR 17

Cette méthode offre un véritable espoir à celles et ceux qui pensaient ne jamais s’en sortir

Angoisse nocturne: Des différences importantes

Les symptômes de l’angoisse nocturne ne sont pas les mêmes en fonction qu’il s’agisse d’un enfant ou d’un adulte. En effet, un adulte peut avoir une vision plus mûre des évènements qui le concernent. Dès lors, tenter de maitriser ses émotions.

A contrario, un enfant rentre plus facilement dans son émotion. Pour ce qu’elle est. Mais sans arriver à contrôler l’angoisse initiale pour ce qu’elle est. Et ce, en toute bonne foi.

Pour faire simple, autant un adulte essaie de se raisonner par rapport à son angoisse nocturne. Il tente de s’en accommoder. Et ceci bien que ce soit difficile et douloureux. Un enfant est beaucoup plus rapidement livré à lui même. Il cherche des ressources ailleurs.

Tout devient donc une question de symptômes de l’angoisse nocturne.

Quels sont les différents facteurs d’angoisse nocturne

Les symptômes de l’angoisse nocturne sont, le plus souvent, les mêmes que l’angoisse elle même.

  • Difficulté à respirer. Arythmie cardiaque
  • Sentiment d’oppression de la cage thoracique
  • Transpiration abondante
  • Altération de l’humeur
  • Difficulté à déglutir
  • Gorge sèche
  • Tremblements (mains, tête, jambes)
  • Incapacité à objectiver
  • Boule à l’estomac
  • Maux intestinaux
  • Peur de la peur

Ces symptômes d’angoisse nocturne sont aggravés par d’autres très spécifiques à l’angoisse nocturne. Cela signifie que la personne qui souffre d’angoisse nocturne est très souvent angoissée bien avant même d’aller se coucher.

Ainsi, cette personne s’angoisse à l’idée d’aller dormir et a toutes les raisons d’avoir peur de ne pouvoir s’endormir d’une part, et toutes les raisons d’être angoissée si, alors qu’elle sait ne pas trop souffrir de problèmes d’endormissement, à l’idée de se réveiller une ou plusieurs fois dans la nuit puis d’être, de façon ponctuelle ou récurrente, épuisée.

Les conséquences de l’angoisse nocturne

La plupart du temps, les personnes essaient de se raisonner. Elles essaient de se convaincre qu’elles vont réussir à dormir. Précisément ce soir là. Cette nuit là. Elle s’imposent de s’endormir. Sans peurs. Elles s’ auto-suggèrent que tout va aller bien. C’est une méthode courageuse. Mais, c’est le plus souvent improductif pour vaincre l’angoisse nocturne.

L’autre méthode consiste à prendre des médicaments. Il s’agit de lutter contre l’angoisse nocturne. Ces médicaments sont des somnifères. Ou des anxiolytiques. C’est aussi une méthode intéressante. Cependant, elle ne fait que diminuer le symptôme? Les médicaments ne sont donc pas n’est pas le meilleur traitement de l’angoisse nocturne.

De fait, tous les symptômes de l’angoisse nocturne évoqués précédemment risquent d’être aggravés. En effet, quand vous n’arrivez pas à vous endormir, vous vous couchez quand même. C’est ainsi que, pugnace, vous faites preuve de courage. Effectivement, vous redoutez d’aller vous coucher. Mais vous le faites quand même.

Angoisse nocturne: Comment lâcher prise

Vous allez sentir que votre sommeil vous prend. Mais, vous vous réveillez tout d’un coup. Dans une torpeur incroyable. Vous êtes pris d’angoisses aussi pénibles qu’elles sont soudaines. En plus de ne pas comprendre ce qu’il vous arrive.

L’angoisse nocturne vient de se réveiller! Dés lors, le risque pour vous est d’être confronté à une crise d’angoisse nocturne. Dès ce moment, vous êtes confronté(e) plus à des symptômes psychiques d’angoisse nocturne.

Vous sentez la peur vous envahir. Cette peur ou angoisse est d’autant plus importante que la nuit est silencieuse. Ce fameux silence de la nuit. Pas un bruit. Un environnement calme. Voire trop silencieux. Cette solitude. Tout cela vous oppresse.

Plus vous luttez, pire est votre problème.

Angoisse nocturne: Agissez avant qu’il ne soit trop tard

En pareille situation, un adulte tente de créer des activités occupationnelles. Il cherche à se libérer de son angoisse nocturne. Par exemple, en pratiquant des exercices de relaxation. Et ce tout en étant éventuellement en colère contre ses proches. Les salauds! Ils dorment! L’adulte se sent d’autant plus victime qu’il pense que personne ne s’occupe de lui. Au pire, il est convaincu que personne ne s’intéresse à son problème. Ni à lui. Cet adulte se sent abandonné. Livré à lui même. Ce qui participe à aggraver ses symptômes d’angoisse nocturne.

Au fur et à mesure du temps, l’adulte victime d’angoisse nocturne est susceptible de souffrir de dépression. Ou de phobie. Voire, de TOC. C’est à dire d’un Trouble Obsessionnel Compulsif. Partant, de troubles anxieux.

Dans l’intervalle, le risque est grand que cette personne souffre d’épuisement physique. Et aussi de symptômes de stress. Comme de déséquilibres émotionnels. Ils sont liés à son épuisement tant physique que psychique. Tableau clinique peu encourageant il est vrai. Mais il existe des solutions pour calmer les angoisses dont vous êtes victime. Je vous invite à prendre connaissance de ces solutions en cliquant sur l’image en-dessous du témoignage ci-après.

Angoisse nocturne: 1 témoignage de traitement réussi

Suite à des soucis de santé en début d’année, j’ai subitement commencé à avoir des crises d’angoisses (du soir, nocturne et du matin) qui ont pris des proportions telles que mes nuits étaient devenues un véritable enfer.
.
J’en étais arrivé à avoir peur de chaque nuit à venir. Je savais qu’elle allait être terrible et que la journée suivante allait être catastrophique à cause de la fatigue accumulée.
.
J’étais complètement désespéré et ne savais plus quoi faire. J’avais consulté sans succès médecins, sophrologue et hypnotiseur médical.
.
J’ai consulté dans un 1er temps le site de Monsieur Arminot, récupéré et appliqué beaucoup de ses conseils et exercices. Rapidement, j’ai vu quelques améliorations de mes angoisses. Mais elles restaient néanmoins quotidiennes.
.
J’ai donc décidé de contacter Monsieur Arminot pour suivre le Programme ARtUS.
.

“Mes angoisses ont nettement diminué…”

.
Il est sur que ce programme est fastidieux mais en moins d’un mois, mes angoisses ont nettement diminuées. Elles se sont espacées, pour être à ce jour (2 mois plus tard) quasiment supprimées. Voire n’être qu’un mauvais souvenir.
.
J’ai énormément apprécié la réactivité de Mr Arminot lorsque je lui posais des questions par mail (et je pense que j’en aurais certainement encore) et sa disponibilité lorsque nous avons eu des consultations téléphoniques.
.
J’ai encore parfois mais rarement quelques appréhensions ou inquiétudes les veilles de rendez-vous important. Mais en continuant d’appliquer certains exercices, les angoisses n’arrivent pas.
.
Dans ces cas là, je suis juste inquiet mais je passe une bonne nuit réparatrice. Par ces quelques lignes de témoignage, je tiens à remercier profondément Monsieur Arminot. J’encourage les personnes qui doutent encore de la méthode proposée à suivre ses conseils.
.
Thierry, Toulon (83)

“TRAITEMENT DES CRISES D’ANGOISSES NOCTURNES”

“LA + EFFICACE DES SOLUTIONS COMMENCE ICI

VOIR LA VIDÉO
16 CAS RÉSOLUS SUR 17

Cette méthode offre un véritable espoir à celles et ceux qui pensaient ne jamais s’en sortir

Article rédigé par Frédéric Arminot, coach comportemental
.
Qui est Frédéric Arminot, coach comportemental?Spécialisé dans le traitement des problèmes d‘angoisse, d’anxiété, de dépression, de phobie, et de toc, il exerce depuis plus de 25 ans en qualité de comportementaliste.
.
Ancien grand anxieux, et victime d’angoisses aux multiples conséquences des années durant, il a créé un programme de thérapie comportementale en ligne: Le Programme ARtUS.
.
Cette méthode thérapeutique résout 16 cas sur 17, soit + 95 % de résultats.
.
Pour regarder la vidéo de présentation de ce programme, vous êtes invité(e) à cliquer sur le lien ci-dessous:
.
“Je Souhaite Regarder La Vidéo De Présentation Du Programme ARtUS”
| Frédéric Arminot

67 Commentaires: “Comment vaincre une crise d’angoisse nocturne facilement”

  1. Jean Philippe Desire dit :

    Bonjour Dr, depuis la perte d’un collègue assez proche, j’arrive pas a m’endormir les soirs et j’ai constamment une boule à l’estomac, une peur que la même situation m’arrive. J’ai pas l’appetit également.

  2. Bonsoir Hakima,

    Je viens de vous adresser un mail dans lequel je vous explique comment mettre un terme définitif à ces crises d’angoisses que vous subissez depuis des années.

    Je constate que, comme souvent, alors que les personnes comme vous, victimes de ces crises à répétition se pensent sorties d’affaires, les crises reviennent sans que, rationnellement, rien, à leur sens, ne les explique.

    Il y a surement un ensemble de petits évènements qui s’ajoutent les uns aux autres et que vous essayez de contrôler. Jusqu’au jour où vous perdez le contrôle du contrôle. Et ce d’autant plus que vous vous mettez à avoir peur des conséquences dans tout ou partie de votre vie si vous ne reprenez pas le contrôle.

    Or, plus vous allez de nouveau essayer de reprendre le contrôle, plus vous allez enrichir votre problème de crises d’angoisses, lequel devient un trouble anxieux. Il sera donc pie qu’avant…

    Pour éradiquer ce problème, de façon simple et rapide, je vous explique comment faire dans le mail que je viens de vous adresser. Vous allez trés rapidement retrouver la sérénité à laquelle vous avez droit.

  3. Hakima dit :

    Bonjour,
    Je n’en peu plus, ça recommence.
    Depuis février 2020 j’ai de nouveau ces crises d’angoisses et nocturnes : réveil en pleine nuit en sursaut angoissée (et même pas après un cauchemar). Ca a commencé une fois par mois, puis une fois par semaine et maintenant plusieurs fois. Les 2 nuits dernières je n’ai rien dormi : je suis très fatiguée, je pique du nez devant la télé mais dés que je vais me coucher, impossible, la peur me prend, l’angoisse et je ne peux même pas rester couchée il faut que je bouge alors je marche dans toute la maison pour me calmer et je retourne me coucher et ça recommence comme si mon cerveau m’obligeait à rouvrir les yeux et je dois me relever… c’est affreux. Et si je dors même 20 minutes je me réveille effrayée, angoissée…
    Ces crises les ai eu la 1ere fois à vingt ans et au fil du temps c’est parti et puis elles sont revenues pendant mes 3 grossesses.
    Je n’en pouvais plus jusqu’à l’accouchement sauf pour la dernière où ça a mis du temps à partir.
    Et là 5 ans après rebolote, quand c’est fort (comme hier soir) rien que l’idée de retourner dans ma chambre me fait peur et je ne peux même pas rester allongée alors que je tombe de sommeil.
    Le pire c’est que mes enfants s’inquiètent parce que je ne suis pas bien le lendemain que ce soit pour ma vie familiale ou ma vie professionnelle, je ne pense qu’à mon souci et à la future nuit qui arrive.
    Je n’en peux plus, pourtant tout va bien dans ma vie… J’envisage d’aller voir un psychologue pour arriver à trouver les causes de tout ça mais j’hésite je suis perdue…
    Pouvez vous m’aider je n’en peux plus… et je m’inquiète pour ma vie familiale
    Cordialement,
    Hakima

  4. Bonjour,

    L’Alprazolam n’a qu’un effet sur vos symptômes. Il en limite la portée et les conséquences. Mais, comme vous le laissez entendre, cela ne résout rien.

    J’ai une solution pour vous. Pour en prendre connaissance et en profiter, je vous suggère de cliquer sur le lien ci-dessous:

    “Comment Vaincre l’Angoisse De Façon Définitive”

  5. Sanchez dit :

    Voilà plus de 15 ans que je souffre de crises d’angoisses plus ou moins espacées,mais qui m’empoisonnent la vie ..depuis quelques temps et depuis le décès de ma mère,c’est tous les jours et surtout la nuit.Je suis réveillée très tôt vers 4 ou 5 h par une crise d’angoisse,avec tous les symptômes que vous décrivez….je ne me rendors pas ,je me lève et j’entame une journée pourrie,car fatiguée…Je prends un Alprazolam,qui me remet un peu sur les rails,…je n’ose pas partir loin de chez moi,de peur de faire une crise,tout cela me gâche la vie…..pourriez vous peut être m’aider….

  6. Bonjour Jérémy,

    Vous êtes vraisemblablement victime de troubles anxieux qui empêchent votre cerveau de faire son travail à la faveur de votre sommeil.

    Du coup, vous “tombez” dans le piège des tentatives répétées de contrôle ce qui ne fait qu’enrichir votre problème. En effet, plus vous voulez reprendre le contrôle, plus le contrôle vous échappe. Vous obtenez donc un résultat inverse à celui souhaité, et vous perdez ainsi la maitrise du contrôle.

    Dans ce blog, vous trouverez un nombre importants de conseils pour commencer à traiter votre problème. Je vous invite donc à effectuer des recherches par mots clés (cf. petite loupe à droite du menu principal).

    Ce blog contient plusieurs centaines d’articles liés à tout ce qui a trait ou on, de façon directe ou pas, aux troubles du sommeil. Sachant que ces troubles sont, toujours, la conséquence d’un autre problème, le vrai problème. C’est donc celui-là qu’il faut thérapeutiquement travailler (lire précédemment).

    Dans cet esprit, je vous suggère aussi de regarder les vidéos de ma chaine YouTube.

  7. Bonjour Bryan,

    Vraisemblablement, vous êtes victime d’un trouble anxieux lequel justifie vos troubles à l’endormissement. Dans la mesure où, vraisemblablement, vous essayez de contrôler ce problème, ce qui l’enrichit, vous en êtes quitte pour des crises d’angoisses qui ne font que rajouter au problème. Comme en plus cela génère une relation quelque peu dysfonctionnelle à la nourriture, le problème s’envenime.

    In fine, en tentant de prendre le contrôle d’une situation qui échappe à votre contrôle, vous perdez le contrôle du contrôle. Ouf…

    Dès lors, souhaiter bénéficier du programme pour reprendre votre vie en mains est un choix judicieux. D’ailleurs, je vais vous adresser un mail à ce sujet.

    Merci de votre confiance Bryan, et bonne soirée.

  8. Bryan dit :

    Bonjour moi cela fait 2 ans que des que je rentre dans mon sommeil j ai comme une mini décharge dans ma tête et je me réveille angoissé suivie des symptôme que vous avez su expliquer j’en souffre dans ma vie de tout les jour.
    J’ai essayé plein de chose mais jamais les médicaments le problème quil y a cest que même la journée je peut avoir des crise d’angoisse.
    Si je ne dort pas assez crise d’angoisse si je mange de trop ou trop gras crise d’angoisse j ai l impression de ne plus maitriser mon propre corp la moindre chose m’angoisse et je pense que de toute ma vie c’est la pire des douleur j’aimerais juste une vie tranquille mais c’est impossible et je ne veux pas prendre de médicament.
    Je ne sais pas si vous savez aider mais j’ai lue l’article et je vais essayer vos méthode.
    Ca ma fait du bien de pouvoir en parler librement je souhaite vraiment au gens qui on le même problème courage vraiment et je ne souhaite ça à personne même a mon pire ennemie.

  9. Jérémy dit :

    Bonjour…

    Bon, je ne pensais pas moi aussi devoir écrire ce message, mais moi aussi je dois me vider…

    Cela fait maintenant deux semaines que je fais des crises d’angoisses à mon tour. C’est survenu d’un coup lors d’une nuit, et depuis chaque soir cela fait son apparition… Je suis passé par plusieurs étapes, mais maintenant je veux m’en sortir.

    Je souffre d’anxiété depuis maintenant 6 ans, pensant malheureusement que c’était normal cette “sensation” au niveau de la cage thoracique…

    Durant la nuit, à peine allongé, quand je me relaxe un peu et que je me sens doucement partir… Je fais un sursaut très désagréable, et cela dure presque toute la nuit, à part quelques exceptions qui me permettent de dormir quelques petites heures… Mais cela provoque de l’insomnie.

    A cela, la peur d’en avoir d’autres surviennent, ce qui je sais empire la chose, mais qui est plus fort que moi… Je prend déjà de l’Alprazolam, mais je doute de leur utilité à force.

    Je stresse, car peu de gens parlent de ces violents sursauts qui arrivent alors qu’on ne passe même pas un stade du sommeil… Je remarque même que je fais de petits spasmes durant la journée.

    Je n’ai pas les moyens pour payer votre programme, j’aimerais juste des éclaircissements…

  10. Bonjour Christophe,

    Je viens de vous adresser un mail pour vous expliquer comment mettre un terme définitif à vos crises d’angoisses et, ainsi, retrouver confiance.

  11. Christophe MACEROT dit :

    Je suis en pleine crise d’angoisse. Je n’arrive pas à dormir depuis plusieurs nuits et ça me fait peur ! Aidez moi s’il vous plaît

  12. Bonjour Ba,

    Je constate avec grand plaisir que vous avez fait le choix de reprendre le contrôle de votre vie en devenant membre du Programme ARtUS. Je vous suis reconnaissant de votre confiance et vous souhaite la bienvenue au sein du programme.

    Dans peu de temps, vous allez retrouver une vie sereine et apaisée grâce, entre autre, au retour de votre sommeil.

    Belle journée à vous.

  13. Ba dit :

    Bonjour,
    Je viens de lire votre article, vous décrivez parfaitement de ce que je subis depuis 3 semaines…
    Je ne dors plus, mes nuits sont angoissantes. Je me suis déréglée avec le confinement. Dans un premier temps, je dormais de 6h à 14h puis au moment de la reprise du travail je me suis mis un stress du fait de devoir me lever à 7h, j’ai essayé de me régler en dormant a minuit et au final NUIT BLANCHE. Dès que je me sens partir, une petite secousse qui me réveil. Cela dure, je commence à déprimer. Je suis à bout. L’anxiété me tue à petit feu. De base, je suis une grosse dormeuse. J’aimerais retrouver mon sommeil.

  14. Bonjour Stéphane,

    Comme beaucoup de personnes, il semble que vous soyez confronté à quelque chose que “vous n’avez pas vu venir”.

    Sans doute raisonnez-vous et intellectualisez-vous quand vous écrivez que tout se passait bien. Tout était sous contrôle. Et puis, un jour, une nuit, votre façon de faire et d’être a trouvé son paroxysme. Vous n’avez plus rien contrôlé. Contre toute attente. Vous avez perdu la maitrise.

    Vous en avez perdu cette facilité à l’endormissement comme au sommeil. Depuis lors, vous essayez vainement de reprendre le contrôle. Mais rien ne semble y faire. Vous ressassez, écrivez vous. En bref, vous ruminez. Vous essayez donc de comprendre pour reprendre le contrôle. Comme pour vous rassurer.

    Rien que de trés compréhensible comme comportement. Comme réponse. A ceci près qu’en agissant ainsi vous enrichissez votre problème. A tel point d’ailleurs, que vous écrivez que cela dure depuis 3 semaines et que, seul, l’Alprazolamn vous permet de vous endormir. Ce qui est bien la preuve qu’il y a un problème puisque ce médicament est un anxiolytique. Mais il semble ne pas suffire puisque vos nuits ne sont pas complètes. Et je ne vous parle pas des problèmes d’accoutumance et d’effets secondaires…

    Il va donc vous falloir envisager de changer votre vision des choses quant à la façon d’appréhender et de résoudre votre problème. L’idée étant que le problème disparaisse. Que vous n’ayez plus à supporter ce qui risque d’être encore plus insupportable que ce n’est déjà.

    Si cela vous intéresse que je vous explique comment faire pour “retrouver votre vie d’avant”, informez m’en par mail. Je vous expliquerais comment faire.

    Prenez bien soin de vous.

  15. Stéphane dit :

    Bonjour.
    Travaillant dans un collège, je suis en confinement strict depuis le 16 mars. Les 4 premières semaines se sont bien passées, j’avais mon rythme entre sport, séries, sommeil même si j’étais décalé (couché tard, levé tard) comme souvent en vacances. Tout allait bien.
    Et tout d’un coup, je me suis mis à avoir un problème au niveau de mon sommeil, au moment de m’endormir. Dès que le sommeil vient et que je sens que je vais m’endormir, j’ai comme un sursaut, comme une décharge dans le corps, comme un battement de coeur plus fort ou un spasme musculaire. Ce qui fait que je ne m’endors pas. C’est très désagréable. Cela dure toute la nuit où je ne fais quasiment que somnoler puisqu’à chaque fois que je pourrais basculer dans le sommeil j’ai ces sursauts. Et en journée si j’essaie de faire une petite sieste, cela me fait la même chose.
    Cela fait 3 semaines que cela dure et je ne sais pas quoi faire.
    Je n’arrive plus à passer de bonnes journées car je ressasse ce problème. Et même quand je me trouve bien et que je pense que ça va, au moment de dormir ça me refait la même chose.
    Je continue le sport dans une moindre mesure qu’avant car moins d’énergie, je me suis mis au yoga, aux vidéos d’hypnose, aux tisanes, je lis avant de me coucher, j’essaie de tout faire bien mais rien n’y fait. La seule chose qui me soulage un peu, c’est l’alprazolam qui me permet de m’endormir, je me réveille plusieurs fois mais arrive à me rendormir. Les nuits passent à peu près comme cela mais je sais que ce n’est pas une bonne solution et le matin je ne me sens pas forcément bien pour autant et je pense encore à la prochaine nuit. Cela devient insupportable et cela joue sur mon moral.
    J’aimerais retrouver mes journées d’avant où tout allait bien.
    Merci pour votre aide.
    Cordialement.

  16. Bonsoir Pierre,

    Je ne saurais vous dire si vos problèmes d’angoisses et de fatigue importante sont, ou non, liées à une apnée du sommeil. En ce qui concerne ce dernier point, seul un(e) médecin ORL pourra vous le préciser après vous avoir fait suivre des tests.

    Sans vouloir être catégorique, il semble que l’ensemble des symptômes physiques que vous me décrivez sont accrus par votre besoin de contrôler. En effet, pour ce que j’en comprends, il semble que vous vous épuisiez à anticiper en essayant de reprendre la maitrise d’un certain nombre de sujets qui échappent à votre compréhension. Ce qui se traduit par un épuisement conséquent, dont les troubles du sommeil.

    Dès lors, je ne suis pas convaincu que cette “batterie” médicamenteuse va vous permettre de résoudre votre problème. Au mieux, ces médicaments vous permettront de contenir certains symptômes. Mais ils ne vont pas vous apporter une solution naturelle sur le fond. Et je suis d’autant moins convaincu que des analyses médicales n’ont rien décelé, ce qui est classique dans des situations pénibles analogues à la votre.

    Je vais donc vous adresser un mail en vous expliquant comment faire pour retrouver sérénité et confiance. De fait, traiter votre problème d’anxiété dans la forme, et le fond.

  17. Pierre dit :

    Bonsoir,

    Je viens de tomber sur votre article et les commentaires, je m’y retrouve beaucoup également.
    Rhynopharynghyte avec fièvre détecté le 10 mars qui s’est transformé en crisse d’angoisses et de panique régulières avant de s’endormir, jusqu’à une crise de tétanie le 4 avril. La fièvre s’est terminée le 29 mars en comparaison..

    Prises de sang et ecg qui ne détectent rien d’anormal.

    Depuis je ne vis plus, fatigue immobilisante et différents symptomes très violents. Je suis traité sous Proponolol pour les crises de palpitations, Lexomil pour l’anxiété, Laroxyl pour les violentes céphalées et l’ont vient de me prescrire un Zolpitem pour dormir.

    Depuis un mois, ma famille chez qui je suis allé me confiner a relevé des ronflements alors que je n’ai jamais ronflé par le passé, vérification faite avec mes précédentes relations. Je me pose la question d’un phénomène d’apnée du sommeil et du trouble du sommeil car les crises d’angoisses sont principalement le soir et je me réveille le matin extrêmement tendu, comme terrifié par mes nuits.

    Je n’ai pas d’antécédents psychiatriques mais j’ai le souvenir d’une hospitalisation à 8 ans sous tente à oxygène pour des larynghytes aigues très forte et des angoisses très fortes à s’endormir jusqu’à ce que plus agé je m’aide d’une consommation en cannabis indica avec un fort effet sédatif.

    Depuis le 20 mars environ ma vie semble avoir basculée et l’attitude des services médicaux – à juste titre, débordés par la situation -n’aide pas et aggrave une réelle souffrance, je suis très intéressé par des conseils ou solutions pour pouvoir reprendre ma vie

    Merci

  18. Bonsoir Krim,

    Ce que vous décrivez là sont des symptômes – pénibles – mais assez classiques en matière d’angoisse et d’anxiété. Je ne suis pas étonné qu’un bilan médical n’ait rien donné. C’est aussi le cas dans la plupart des problèmes comme le votre.

    La gêne respiratoire n’a rien d’inquiétant mais elle vous préoccupe beaucoup au point de vous épuiser. Tout comme, d’une façon plus générale, votre anxiété, puisque je pense que vous n’avez de cesse de lutter contre elle. Ce qui est la pire des choses à faire comme je vous l’explique dans mon mail.

    En effet, je viens de vous adresser un mail pour vous expliquer comment faire pour définitivement traiter l’anxiété dont vous êtes victime.

    N’hésitez pas à me solliciter si vous avez des questions.

  19. krim dit :

    bonjour,
    je veux bien votre aide.
    voila ma situation: il y a trois semaines je commençais avoir mal à la gorge, puis d’un seul coup j’avais le nez bouché qui m’a beaucoup gêné de respirer, depuis j’ai cette respiration accélérée très gênante et fatigue, sensation étouffé, je fais mes activités quotidiennes difficilement ( preparer manger, manger, se laver ….), sachant que j’ai fait un bilan bilan sanguin et scanner poumon et électrocardiogramme coeur et meme test covid 19 et tout etait negatif, donc le docteur a conclu que j’ai rien et ca vient de l’anxiété tres forte, j’ai toujours cette gêne respiratoire me provoque la fatigue,
    je ne sais plus quoi faire, je suis vraiment perdu , pouvez vous m’aider ?
    merci d’avance?

  20. Bonjour Krim,

    Geoffrey a trouvé une solution à son problème. Si vous souhaitez bénéficier de la même solution que lui, je vais vous adresser un mail pour vous expliquer comment faire.

    Bon WE Krim.

  21. krim dit :

    bonjour,
    Geoffrey , j’ai les memes symptômes que toi ou presque, tout a commencé par nez bouché comme tu dis, puis mal respiration et angoisse et depuis cercle vicieux, c’est très pénible,
    possible prendre contact avec toi et en discuter?
    docteur si c’est possible m’aider?

    merci

  22. Bonjour Alice,

    Sur la foi des informations que vous me communiquez, il semble que vous ayez tenté de contrôler votre problème ce qui l’aura aggravé. Vous n’êtes absolument pas responsable de cette façon de faire. C’est un grand classique de comportement réactif chez la plupart des gens qui, comme vous, sont victimes de cette anxiété.

    Je vais vous envoyez un mail pour vous expliquer comment faire pour mettre un terme à vos angoisses nocturnes et, partant, comment ne plus souffrir de troubles du sommeil.

    Bien à vous.

  23. Alice dit :

    Bonjour,
    je viens de lire votre article sur les angoisses nocturnes, vous décrivez parfaitement de ce que je ressens depuis une semaine.
    je n’arrive plus à dormir, les nuits sont devenus un enfer. Avant le confinement, avec le travaille je pouvais dormir plus de 8h, mais mtn mes nuits se sont réduits à des micros sieste de 5 min et la journée impossible de dormir.
    comme vous l’avez énoncé je me sens abonnés quand je vois mes proches dormir autour de moi.
    je pleure pour un rien, ma cage toraxique se bloqué comme si j’avais du mal à respirer, j’ai l’impression d’être à bout. pouvez vous me fournir plus de Conseil?

  24. Bonjour Geoffrey,

    Je viens de vous adresser un mail pour vous aider à traiter vos troubles de l’endormissement et du sommeil (lesquels vous associez à des angoisses nocturnes). Il semble qu’à force d’avoir voulu anticiper, vous ayez perdu le contrôle du contrôle et, ainsi, avez nourri ce à quoi vous cherchiez justement à échapper. Ce qui est un grand classique! Et ce ne sont pas les médicaments pour dormir qui vont vous aider.

    Comme je vous l’explique dans le mail, votre problème est le symptôme d’un autre problème. Une fois que vous aurez compris lequel, grâce à l’outil dont je vous parle dans mon message, il deviendra trés simple pur vous de débloquer la situation pénible dans laquelle vous vous trouvez et, ainsi, de retrouver confiance.

  25. Geoffrey dit :

    Bonjour,

    Je suis tombé sur votre blog cette nuit suite à une nouvelle nuit sans dormir.
    Depuis la mise en place du confinement, j’ai attrapé un tic respiratoire qui m’oblige à bailler ou à reprendre une forte respiration très fréquemment. Au début je faisais avec mais de plus en plus ceci est devenu insupportable…j’ai fais des crises d’angoisses aiguës qui m’ont amené à consulter mon médecin il y a 10 jours. Depuis il m’a mis sous anxiolityique (stresam). Mais, en plus de cette angoisse permanente la journée, elle a commencé à me pourir mes nuits… J’étais en permanence en train de me concentrer sur ma respiration. Avec les allergies, mon nez se bouchait la nuit et un il y a 4 nuits, j’ai fait une apnée du sommeil qui m’a littéralement terrorisé. Mon médecin m’a donné des choses pour me déboucher le nez et éviter que l’apnée recommence, mais le mal était fait. Depuis je suis terrorisé à l’idée de m’endormir et le stresam ne m’aide pas à régler ce problème. Je me retrouve totalement dans l’article que vous avez écrit… Le soir je fais comme si j’allais enfin m’endormir, mais à la première somnolence, je me réveille en panique et ensuite impossible de me rendormir…parfois, avant même d’arriver à la somnolence, légèrement avant je sens même une petite reprise d’air non contrôlée qui me fait reprendre conscience…j’ai l’impression que c’est comme un spasme. Mais en tout cas cela m’empêche de m’endormir.
    Voilà, cela commence à me pourrir la vie… J’espère que vous pourrez m’aider.
    Merci d’avance.
    Cordialement,
    Geoffrey

  26. Bonjour Clem,

    Sur la foi de ce que vous me communiquez, je pense que vous souffrez d’une anxiété latente laquelle s’exprime par ces crises d’angoisses et de panique nocturne.

    Sans doute anticipez-vous au moment d’aller vous coucher. Cela signifie que vous êtes inquiète de ce qu’il va se passer ensuite. Dès lors, peut-être essayez-vous de vous rassurer ce qui participe à entretenir – enrichir – votre problème.

    Je vais vous envoyer un e-mail pour vous expliquer comment mettre un terme à votre problème et, ainsi, retrouver définitivement confiance en grâce à des nuits calmes et reposantes.

    A réception du mail n’hésitez pas à me solliciter si vous avez des questions.

    Belle journée à vous.

  27. Clem dit :

    Bonjour,

    Je recommence depuis une dizaine de jours à avoir un sommeil agité. J’ai eu beaucoup d’angoisses nocturnes il y a 4 ans mais que j’avais réussi à stopper (médicaments et TTC). Malheureusement, je me rends bien compte que c’est en train de recommencer. Toutes les nuits c’est le même schéma : je dors 2 à 3h et puis je me réveille et là évidemment impossible de me rendormir (au moins 2h pour y arriver) et la nuit dernière j’ai recommencé à avoir une crise de panique en essayant de me rendormir (difficultés à respirer notamment).
    Je suis vraiment déçue et dégoûtée, je ne sais pas quoi faire pour que tout redevienne normal. Je me sens très bien la journée mais dès qu’on approche de l’heure du coucher je stresse.
    Je vous remercie pour votre article, j’ai l’impression de ne pas être seule…

  28. Bonjour Steve,

    Je viens de vous adresser un mail pour vous aider à retrouver un sommeil réparateur et vous permettre de vous endormir naturellement. Votre problème est sans doute la conséquence d’un problème d’anxiété. Je vous explique cela dans le mail.

    N’hésitez pas à me solliciter si vous avez des questions après avoir reçu le mail. Prenez bien soin de vous.

  29. Steve dit :

    Bonjour,
    Depuis 3 mois,j ai vraiment du mal à m’endormir le soir,même quand je suis détendu.le plus étrange,des que je met de côtes des pensees noires on va dire,je suis relaxé,et tout.des que je m apprete à m endormir.je ressent d un coup une boule au ventre,et la ça m enpeche de dormir.au début je banalisais cela,mais la ca devient de plus en plus difficile,je fais de l insomnie et cela affecte ma vie professionnelle et mes cours.j ai du mal à être concentré, je passe mon temps à ruminer des idées noires.
    J’ai besoin de votre aide

  30. Bonjour,

    Je viens de répondre à votre commentaire par mail, et vous ai adressé des suggestions en matière de solutions.

    En effet, il semble, comme souvent en pareille situation, que vous ayez tenté de trouver des explications rationnelles à un problème qui échappe à votre contrôle. Je comprends votre démarche. Cependant, vous constatez vous même que si vous trouvez, de ci, de là, quelques explications, elles ne font pas une solution à vos crises d’angoisses. Ni à vos troubles du sommeil.

    Le contenu du mail que je viens de vous communiquer a pour fonction de “réparer” la situation. C’est à dire: trouver une solution définitive et retrouver confiance en quelques semaines seulement.

    N’hésitez pas à me solliciter si vous avez des questions. Prenez bien soin de vous.

  31. O.O dit :

    Bonjour Mr,
    merci pour votre article très intéressant. J’ai 27 ans, et j’ai eu une crise de fatigue ou d’angoisse pour la 1ere fois de ma vie fin novembre (il y a 4 mois), vers 3h du matin : douleurs dans la poitrine, sensation de ne plus rien contrôler, difficulter à respirer, à bouger la mâchoire, tremblements, bouffées de chaleur etc. Je n’avais jamais eu ça donc j’ai été très surpris et choqué. Je me suis dit que c’était peut-être la fatigue, donc j’ai continué à vivre normalement. C’est revenu 1 semaine après, puis 2 fois par semaine. Je suis allé aux urgences et ils m’ont dit que ce n’était rien, seulement des crises d’angoisse (j’ai fait des tests de sang etc tout est bon).
    Depuis le 31 décembre (dernière crise), je prends de la valériane pour m’endormir, de la vitamine B6 le jour. Ça a sûrement aidé un peu puisqu’en 3 mois je n’ai plus fait de crises …
    … mais je trichais … chaque nuit, entre 1h30 et 3h30 du matin (c’est souvent là que j’ai l’angoisse d’avoir une crise), je laisse mon ordinateur allumé, je mets un documentaire etc pour me relaxer comme ça dès que je me réveille et que j’ai un soupçon de pensées noires/angoisse/peur je me concentre sur le documentaire pour oublier le négatif. Et je dors avec la fenêtre bien ouverte car dès qu’il fait un peu chaud ça amplifie l’angoisse. Je vis dans une pièce donc ça n’aide pas non plus (studio).
    C’est une méthode qui est souvent conseillée par des spécialistes : se focaliser sur quelque chose dans la pièce en allumant la lumière, etc. Du coup ça marche un peu mais là j’ai voulu arrêter ce rituel pour lequel je deviens dépendant et je vois bien que ce n’est pas non plus la solution parfaite, car je dors moins et j’évite le problème.
    * contexte de coronavirus n’aide pas * : je ne veux pas aller aux urgences (de toute façon on ne me prendra pas) et je suis seul sans famille avec moi donc c’est pour cela aussi que je ne veux pas “risquer” d’avoir une énorme crise d’angoisse .

    Sauf qu’avant hier (02 avril 2020), j’ai eu de nouveau une crise, au matin, vers 05h du matin mon ventre n’était pas bien, et puis ça s’est amplifié, et à 06h30 j’ai eu une crise d’angoisse (sans douleurs dans la poitrine c’est déjà ça). J’ai appelé mon père pour penser à autre chose etc. Au bout d’une demi heure environ c’est passé, mais je tremblais et été triste d’avoir eu à nouveau une crise.
    Je suis retourné à la pharmarcie et elle m’a redonné de la vitamine B6 + un produit (naturel je pense ?) pour le foie (olygo-éléments). Avant hier très bonne nuit j’ai même réussi à me coucher à minuit (un miracle). Cette nuit j’ai quand mm un peu “lutté” entre 1h et 3h30, et je continue à mettre mon ordinateur pour relaxer : cette fois je ne mets plus de documentaires, mais de la musique spécifique contre l’angoisse la nuit. C’est bien ça aide un peu j’ai l’impression.

    Mais du coup je commence à flipper, car là ça devient trop sévère, je ne peux continuer comme ça. Surtout que là je suis en chômage partiel mais je vais reprendre le travail à la fin du coronavirus et je me dois de me ressaisir pour bien dormir etc.
    Je vais regarder votre vidéo – et sûrement acheter votre formation car ça me semble être sérieux, mais un petit mot d’encouragement me ferait le plus grand bien car je me sens seul avec ce problème.
    Je précise que suite à pas mal d’acné pendant mon adolescence et des traitements assez forts, j’ai été moins joyeux, plus à l’écart et depuis 5 ans je souris moins etc (même si tout va bien). Sauf que j’ai développé de la dermatite sebborhéique (tâches et plaques/croûtes sur le visage qui s’en vont et reviennent) et ça me pourrit la vie car il y a au moins un jour par semaine où on voit ces tâches et c’est très dur socialement. Du coup je suis dans une longue dépression avec des hauts et des bas depuis 3 ans, et j’essaie de positiver, j’ai un travail, des activités, etc mais il y a quand même un manque affectif et c’est très dur moralement même si je suis un battant.
    Bref je vais tout faire pour vaincre cette putain d’angoisse nocturne (comme si je n’avais pas déjà assez de stress …) et ça va passer par de la relaxation, musique de flutte pour s’endormir, bref tout ce que je n’aime pas mais je n’ai pas le choix, car mon corps me dit que j’ai dépassé la limite. Je précise que je ne bois quasiment jamais d’alcool, je fais bcp de sport etc.

    Merci de m’avoir lu et merci pour vos conseils !

  32. Bonjour Lumineers,

    La prise de conscience est, bien évidemment, importante. Mas insuffisante. A preuve, vous m’écrivez parce-que vous cherchez des solutions pour traiter un problème d’angoisses nocturnes, et de troubles du sommeil récurrents.

    Je vais donc vous adresser un mail en vous expliquant comment faire pour vaincre ces angoisses nocturnes et retrouver un sommeil apaisé et apaisant. En bref, comment retrouver confiance de façon pérenne.

    J’ajoute que si vous suivez mes recommandations de façon scrupuleuse, partant, que vous agissez, vous n’avez plus à craindre de subir ces problèmes pour le reste de votre vie. Vous allez rapidement mettre un terme à ce qui est un problème pour vous.

    Après réception de ce mail, n’hésitez pas à me solliciter si vous avez des questions.

    Je vous souhaite un agréable WE. En ces temps difficiles, prenez bien soin de vous.

  33. Lumineers dit :

    Bonjour,
    Je suis suivie par une psychologue qui m’a fait ressortir et prendre conscience de beaucoup de choses. La peur d’être Toute seule m’angoisse énormément. Je me réveille fréquemment le nuit a 3h du matin suite à des rêves (pas forcément des cauchemars) de manière angoissée (bouffée de chaleurs, acouphènes, respiration courte Et peur ) , je mets du temps mais arrive à me rendormir . Je ne sais pas quoi faire, je n’avais jamais eu de pb de sommeil jusqu’à il y a environ 4 ans. Est-il possible de faire disparaître ces angoisses ou vais -je devoir vivre avec ça toute ma vie ?!
    Merci

  34. Bonjour Cristina,

    Je viens de vous adresser un mail au sujet de Podcast diffusés à compter de demain, mardi 3 mars 2020, pour aider votre fille à retrouver confiance. Ces Podcast sont la reprise audio du “Guide de Survie pour Parents d’Enfants Angoissés“.

    Ce guide a pour fonction d’aider les parents à intervenir auprès de leurs enfants pour que ceux-ci ne soient définitivement plus victimes d’angoisses de mort (le plus souvent), et de troubles du sommeil.

  35. Cristina dit :

    Bonjour
    Depuis plusieurs mois déjà ma fille de 12 ans a peur de s’endormir, je suis obliger de rester avec elle jusqu’a ce quelle trouve le sommeil.

    Cela devient pénible pour elle et pour moi car je ne sais pas comment gérer cette situation. Elle se met a trembler sont coeur s’accélère, des sueurs froide, mains moites……..

    Elle me dit avoir peur de mourrir en dormant.

    Avez vous des conseils, savoir comment l’aider

    Merci

  36. Bonjour O.,

    Il semble, ce qui est compréhensible, que vous ayez encore plus anticipé qu’à l’habitude ce qui a enrichit votre problème. Au surplus, votre état de fatigue a participé à aggraver la situation.

    Il est certain que si vous n’agissez pas thérapeutiquement, et que vous tentez encore de contrôler vos émotions, votre problème va aller s’aggravant. En conséquence, et pour faire écho à ce que vous sollicitez, je vais vous adresser un mail pour vous expliquer comment faire.

    J’ajoute que vous exposer est le pire des comportements à avoir. Il existe des solutions bien plus simples et respectueuses de vous même pour éliminer votre problème.

    Dans l’intervalle, prenez bien soin de vous.

  37. O. dit :

    Bonjour,
    Depuis quelques jours, à la suite d’un malaise j’ai commencé à me sentir anxieuse. Il faut dire que pendant ce malaise (je suis anémique et je fais de l’hypotension) j’espérais m’en sortir toute seule mais en plus du malaise j’ai commencé à m’angoisser sur le moment en imaginant le pire et l’idée que je n’étais pas à proximité de mes proches m’a terrorisée, le fait de ne pas pouvoir les revoir s’il m’arrivait quelque chose. C’était à une convention donc il y avait des samaritains qui se sont occupés de moi mais j’ai vécu cela comme un échec personnel. J’avais peur de faire de l’agoraphobie à la suite de cet épisode. J’ai eu le sentiment que j’en refaisais car j’ai connu cela pendant mon adolescence ainsi que les crises d’angoisses mais là ce n’est pas tout à fait pareil. J’en ai pas réellement refait mais je suis dans un état de tension psychique qui fait que je n’arrive pas à me relaxer et je suis anxieuse. Ce qui m’a fait penser à de l’agoraphobie c’est que je m’imagine des choses et je me dis que je n’oserais pas aller loin seule de faire un malaise. J’ai des tensions très basses à 7/5 et le manque de sommeil actuel me fait me sentir encore plus épuisée. Je me suis malgré tout rendue au travail et me suis exposée après en allant me promener seule et en allant dans des magasins etc. sans problème particulier. Je me demande si je ne fais pas principalement de l’hypocondrie car avant ce malaise je me faisais déjà du soucis pour mon coeur qui faisait des extrasystoles et ce jour-là j’en avais aussi eu et j’imaginais déjà le pire. Je dois voir un cardiologue d’ailleurs. Je pense qu’il faut que j’applique vos conseils et que je suive votre programme afin de reprendre le dessus. J’ai traversé des événements difficiles dernièrement et je me suis un peu surmenée. Je n’ai pas réellement eu de difficulté à m’endormir mais par la suite je me suis réveillée et n’ai plus réussi à me rendormir. J’ai par contre passé 2 bonnes nuits dans réveil, d’ailleurs le lendemain je me sentais mieux. 3 nuits avec éveils et anxiété par contre et peur de ne pas arriver à dormir tout en voyant les heures défiler et en imaginant que demain ça n’ira pas avec la fatigue. Je vous remercie de vos conseils et suis prête à tout afin de retrouver la sérénité.

  38. Bonjour Laura,

    Merci pour toutes ces précisions que vous m’avez apporté. Sur la foi des éléments que vous avez porté à ma connaissance, nous pouvons effectivement envisager que vous souffrez d’angoisses nocturnes. Et ce pour une raison simple. Vos angoisses ont lieu la nuit.

    Sans doute est-ce lié à une difficulté à lâcher prise, comme à un phénomène d’anticipation. Comme en ce qui concerne votre problème de peur en voiture. A ce propos, je crains que la méditation, la musique zen, ou la seule hypnose, ne suffisent pas à résoudre définitivement ce problème. Ni, d’ailleurs, votre problème d’angoisse nocturne.

    Votre problème s’exprime de différentes façons: angoisse nocturne, peur au volant, éventuellement vertiges, difficultés à vous alimenter, etc. Ce ne sont que des symptômes. Ce n’est pas le vrai problème. Or, c’est lui qu’il faut traiter si vous souhaitez que cela cesse définitivement.

    Si vous souhaitez une solution définitive à tous ces problèmes qui n’en sont qu’un seul, à ceci près qu’il s’exprime de façon différente, je vais vous adresser un mail pour vous expliquer comment faire pour retrouver confiance. Redevenir sereine. De façon définitive.

    Bien à vous.

  39. Laura dit :

    Bonsoir,
    Après avoir lu article je pense souffrir d’angoisse nocturne. Cela ma commencer le 1er novembre 2019 en pleine nuit vers 3h du matin je me suis réveiller avec le corps en feu et des palpitations, douleur intestinal et thoracique, j’ai voulu me relever et des vertiges sont apparu presque à perdre connaissance, cela ma durée 1h, j’ai vraiment cru mourir ce soir la. 3 jours après j’ai fini au urgence car je ne pouvez plus manger, après plein d’examen on pense au reflux gastro œsophagien, pendant 1 mois traitement contre les reflux puis gastroscopie qui en définitif n’a rien révéler. Apres ma gastroscopie j’ai commander a avoir peur en voiture (l’impression que j’allais me mettre dans la fausser, je perdre complètement le contrôle palpitation, tremblement). Mon médecin pense que je somatise mes symptômes et pense au trouble panique. J’ai essayer la méditation, la musique zen et l’hypnose j’ai déjà fait 3 séance qui oui ma aider pour reprendre la voiture. Mais reste le problème de la nuit, je m’endort et 30 minutes après je me réveillé sans raison , j’ai chaud, les mains et pieds moite, palpitations, douleur intestinaux, bourdonnement oreilles,( j’ai essayer de me relever un fois j’ai eu des vertiges). J’ai toujours cet petite appréhension quand je vais au lit de me demander si la nuit va bien ce passer, déjà je stresse beaucoup moins quand cela m’arrive, le pire pour moi sais les palpitations car par 2 fois elle était tellement fort que j’ai cru que mon cœur aller exploser. Avant de m’endormir je ne sais pas si cela est normal mais j’entend comme des voix (souvent familière) qui parle comme une discutions que j’écoute cela ne m’arrive pas à chaque fois. Pensez vous que cela puisse être de l’angoisse nocturne ? merci de votre réponse.

  40. Bonjour,

    Je vais vous adresser un mail pour vous proposer une solution de sorte à ce que votre fille et vous-même retrouviez confiance. Je suis désolé de ne vous répondre qu’aujourd’hui. J’ai été victime d’une grippe qui m’a “mis par terre”.

  41. RRLR dit :

    Bonjour,

    J’ai depuis toute petite très peur de la mort, et j’ai parfois encore peur de m’endormir de peur de ne pas me réveiller le lendemain (j’ai 30 ans).
    Il y a 3 semaines, ma fille et moi avons été témoins d’un accident très violent et depuis je ne dors plus. J’ai peur. Peur qu’il m’arrive quelque chose , peur d’un cambriolage, peur que ma fille arrête de respirer… Je vis seule avec elle et je ressens comme une pression de devoir toujours être là pour elle. Depuis l’accident, ma fille de 6.5 ans ne se sent plus non plus en sécurités à la maison et a très peur des cambrioleurs, ou que quelqu’un la prenne durant la nuit.
    Dès que tombe la nuit, que ma fille est couchée je commence à avoir peur, je me couche terrorisée et je laisse toutes les lumières allumées…
    Je ne sais plus quoi faire…
    J’ai un très grande charge de travail la journée mais je n’arrive plus à me concentrer car je suis épuisée…

    Merci beaucoup

  42. Bonjour Lafon,

    Je viens de vous adresser un mail pour vous aider à vaincre vos angoisses facteures de troubles du sommeil. N’hésitez pas à me solliciter si vous avez des questions.

    Belle journée à vous.

  43. Lafon dit :

    Bonjour
    Voici 2 semaines que je ne dort plus, angoisse, sur angoisse!
    J ai besoin d aide svp

  44. Bonjour Nolwenn,

    Je viens de vous adresser un mail pour vous expliquer comment mettre un terme définitif à votre problème d’angoisse nocturne et ne plus avoir peur de mourir en dormant. Dès lors, de lâcher prise et retrouver confiance d’une façon générale. Ceci, en mettant un terme définitif à vos angoisses nocturnes ce qui favorisera le retour à un sommeil réparateur.

    N’hésitez pas à me solliciter si vous avez des questions.

  45. Nolwenn dit :

    Bonjour,
    Comme vous pouvez vous douter je suis dans la même situation que beaucoup d’autres personnes.
    Avant, quand j’étais jeune,, je faisais des crises d’angoisses la journée puis fini du jour au lendemain. Depuis maintenant quelques mois, avant d’aller me coucher je suis prise de panique de peur de mourir dans mon sommeil et je ne sais vraiment pas quoi faire ni pourquoi j’ai cette peur là. J’ai essayé de me détendre en faisant des exercices de relaxation mais rien à faire… Je suis un peu perdu et fatigué de cette situation

  46. Bonjour Helin,

    En réponse à votre problème de crise d’angoisse, je vous ai adressé un mail pour vous expliquer comment faire pour les éliminer rapidement et pouvoir mettre au monde votre enfant dans de bonnes conditions émotionnelles.

  47. Helin dit :

    Bonjour
    Je souffre de crise d angoisse qui ne cessent de M envahir je ne arrive pas à dormir je suis enceinte de 7 mois honnêtement vivement k j accouche je ne supporte plus cette grossesse aider moi merci

  48. Bonjour Laurine,

    Merci de votre confiance quant à avoir partagé avec moi, avec nous, les problèmes d’endormissement que vous rencontrez.

    En réponse à votre besoin – légitime – d’être rassurée, je vais vous adresser un mail et, partant, vous poser un certain nombre de questions à propos desquelles vos réponses m’aideront à vous conseiller et à vous orienter au mieux de vos intérêts.

    Dernière chose: Si vous rassurer suffisait à éliminer votre problème, je pense que vous le sauriez… Je ne vais donc pas vous rassurer mais agir, avec votre aide, de sorte à ce que vous retrouviez des nuits paisibles.

  49. Laurine dit :

    Bonjour,
    Suite à un cauchemar de possession, j’angoisse a l’idée de refermer les yeux et revivre ce cauchemars.
    Quand je ferme les yeux pour essayer de m’endormir j’angoisse. Mon corps entier tremble, j’ai comme une boule dans la gorge et des mots de ventre.
    J’ai vraiment besoin d’être rassuré
    Merci beaucoup
    Laurine

  50. Bonjour Agathe,

    Ce qu’il vous arrive est violent. Et sans doute, malheureusement pour vous, à la hauteur de ce que vous subissez en ce moment et contre lequel vous semblez lutter. J’écris cela car vous faites allusion à, je vous cite: “…je suis soumise a beaucoup de stress en ce moment mais aie l’impression que je le vis plutôt bien…”. En êtes-vous si sûre? N’auriez-vous pas quelque peu l’impression d’user votre énergie à vous battre “contre”?

    Comme la plupart des personnes dans votre situation, vous essayez de comprendre “pourquoi” il vous arrive ce dont vous êtes victime. Question légitime. Mais erreur stratégique.

    En effet, j’imagine que vous cherchez une solution à votre problème? Dès lors, répondre à la question du “pourquoi” risque de vous prendre un temps innommable. Et, trouveriez-vous une réponse qu’il est probable que, volontairement ou pas, vous mettiez assez vite cette dernière en cause et, in fine, repartiez à la guerre. Et, trouveriez-vous une réponse, si bétonnée soit-elle, que ce n’est pas ce qui vous apportera la solution.

    Vos crises d’angoisses nocturnes sont si violentes que vous écrivez avoir l’impression de mourir. Malgré çà, je vous le confirme. Vous n’êtes ni folle, ni seule. Mais vous êtes otage d’un problème. Si vous avez le désir de reprendre pied dans votre vie, et de retrouver votre autonomie (comme des nuits calmes et reposantes), je vous invite à cliquer sur le lien ci-dessous.

    N’hésitez pas à me solliciter si vous avez des questions. Belle journée à vous, et essayez de prendre soin de vous.

    Comment ne plus être victime de crises d’angoisses nocturnes

  51. Agathe dit :

    Bonsoir, je suis actuellement en pleine crise d’angoisse, il est 3h du matin et je me suis réveillée à 1h en parvenant de m’extirper d’un cauchemar horrible dans lequel un scénario se répétait en boucle et dans lequel je me retrouvais paralysée. Je me suis réveillée dans un état de panique qui, pour la première fois après un cauchemar, ne m’a pas quittée.
    J’ai l’impression d’être encore dans cet état d’angoisse, j’ai essayé de me rendormir mais alors que je commençait à m’endormir, la sensation d’angoisse est revenue.
    Cette sensation est horrible c’est la pire chose que j’aie jamais ressentie, j’ai l’impression que je vais mourir, je deviens paranoïaque, je suis a deux doigts de pleurer, je suis désespérée.

    J’ai l’impression que la sensation ne partira jamais, je vais probablement rester éveillée jusqu’au matin. J’espère que j’arriverai a tenter de m’endormir.

    Je ne comprend pourquoi tout cela m’arrive, je suis soumise a beaucoup de stress en ce moment mais aie l’impression que je le vis plutot bien.

    J’ai l’impression que je vais mourir ou que cette nuit annonce un tournant dans ma vie tellement la sensation est brutale et inhabituelle.

    Merci pour cet article qui me donne l’impression d’être moins folle et seule.

  52. Bonjour Elsa,

    Vraisemblablement, depuis toujours, vous souffrez d’une insécurité affective patente. Je n’entends pas par là que vous n’avez pas été aimée. Plus que, pour des raisons que vous découvrirez sans doute en leur temps, vous avez toujours eu peur, ou d’être abandonnée ou d’être seule.

    Dès lors, l’absence de votre maman résonne encore plus violemment. D’une certaine façon, émotionnellement, vous êtes comme une enfant dans un corps d’adulte.`

    La nuit résonne chez vous comme un silence odieux et anxiogène. Tout est calme autour de vous. Trop calme. A l’intérieur de vous, c’est le tumulte. Celui que seule votre mère savait comprendre et, peut-être, apaiser.

    Seule, confrontée au pire que vous redoutiez, le silence vous est devenu insupportable. Plus aucun bruit “vivant” qui puisse vous sécuriser quant à une présence bienveillante au cours de ces fameuses nuits. Celles-là mêmes où la peur prend le pas sur le calme et la sérénité mérités.

    Plus que des conseils, je vous propose une solution à votre problème d’insomnies et de crises d’angoisses. A la condition que l’enfant ait le désir de devenir adulte et autonome:

    “Comment en finir avec l’insomnie et les crises d’angoisses”

  53. Elsa dit :

    Bonjour,
    Vu l’heure de mon message vous vous douterez que je fais moi aussi partie du club. Depuis mon enfance j’ai un souci avec la nuit, quand j’étais petite je faisais des crises de larmes avant de dormir, sans en savoir la cause… L’adolescence n’a rien changé au contraire et le passage à l’âge adulte non plus. Les insomnies et crises d’angoisses diminuaient cependant un peu. J’ai perdu ma maman en mars dernier et depuis tout s’est écroulé, je fais des crises d’angoisse presque toutes les nuits, je suis plus que jamais seule puisque je n’ai plus la seule personne au monde qui me comprenait…. Le souci vient d’avant ma maman mais est extrapolé depuis… Je ne vis plus, je me sens vulnérable au possible encore plus en moment de crise et j’ai vraiment peur de devenir folle…. Je ne peux plus dormir chez les gens ni même inviter de personne chez moi, j’appréhende chaque nuit, chaque journée et j’ai vraiment l’impression que personne peut comprendre à part quelqu’un qui l’a vécu…. Si vous avez quelques conseils en plus de ceux du site je suis preneuse…. D’avance merci beaucoup,

    Elsa

  54. Bonjour Nina,

    La période de l’adolescence est un moment difficile pour la plupart des gens de votre âge. C’est à la fois pénible et nécessaire. Pour de multiples raisons, les adolescents oscillent entre conserver un statut d’enfant et aspirer à un comportement adulte.

    Du coup, les expériences ou tentatives de prises de risques et d’affirmation de soi ont autant un caractère excitant qu’inquiétant. Cela est lié aux émotions éprouvées dans un cas comme dans l’autre. En plus de la comparaison que les adolescents font entre eux.

    Inéluctablement, du fait de la difficulté à trouver un équilibre émotionnel (vous êtes comme entre 2 âges, ou 2 périodes de la vie), vous pouvez en éprouver certains symptômes pénibles. Les troubles de l’endormissement et les troubles du sommeil sont de ceux là.

    Dans la mesure où vous êtes mineure, je ne puis que vous engager à parler de votre problème à vos parents et de les inviter à vous aider en prenant contact avec une consœur ou un confrère dans la ville, ou la région, dans laquelle vous habitez.

    Par ailleurs, et pour répondre à votre question, sachant que les troubles du sommeil sont un symptôme d’angoisse et ou d’anxiété (et, partant, de peur de perdre le contrôle), je vous invite à lire l’article ci-dessous:

    Comment aider un adolescent à gérer son angoisse ou à vaincre son anxiété

  55. Nina dit :

    Bonsoir,
    Depuis maintenant 2 mois, j’essaie de m’endormir chaque soir mais en vain. Une impression que mon coeur me lâche et que je vais mourir. Je me suis interrogée sur mes problèmes, car étant une adolescente de 15 ans, je trouvais ça bizarre de monter tout les soirs dans le lit de mes parents en pleure. Je pense que le fait de savoir que je ne suis pas seule me rassure. Mais actuellement j’ai peur de m’endormir, et ça deviens très compliquer avec les cours le lendemain et le bac qui approche. Je suis désespérée au point de faire des recherches et d’être tomber sur votre site web. Ça m’a rassurée sur quelque point, mais je suis complètement dépassée. J’aurai aimé avoir votre avis sur les angoisses nocturnes chez les adolescents.

    Merci énormément.

  56. Bonjour AnaM7,

    Les angoisses nocturnes dont vous êtes victime se traitent et, partant, s’éliminent trés facilement grâce au Programme ARtUS. En ce qui concerne le sommeil, il ne faut surtout pas vous forcer à vous endormir. C’est contre-productif. Vous allez faire “la crêpe” et retarder d’autant votre endormissement (en plus de prendre le risque d’enrichir vos angoisses nocturnes).

    Il existe une technique simple pour vous endormir facilement et retrouver un sommeil réparateur dans le cadre du Programme ARtUS.

    J’ai cru comprendre que vous aviez vu la vidéo de présentation. N’hésitez pas à devenir membre du programme. Vous allez ainsi faire vôtres des techniques comportementales simples et efficaces qui permettent de rapidement soigner les angoisses nocturnes et traiter les troubles du sommeil.

    Merci de votre confiance, et belle journée à vous.

  57. AnaM7 dit :

    Merci pour cette article.
    Grâce à lui je me sens moins seule.
    Il ne calmera sûrement pas les a angoisses mais va me permettre de relativiser!!

    Les symptômes sont effrayants surtout quand on les vit…

    Personnellement je n’avais jamais été angoissée avant, depuis la naissance de ma fille c’est Malheureusement récurent voir quotidien…

    En espérant que cela passe…

    Je suis actuellement en pleine angoisse et tente de trouver le sommeil.
    La lecture m’aidera un peu.
    Demain j’essaierai votre méthode.

    Bonne soirée

  58. Bonjour Mélanie,

    Comme la plupart des personnes victimes de crises d’angoisses et de troubles anxieux, les examens médicaux, mêmes approfondis, n’ont rien montré. C’est un grand classique. Ce qui l’est aussi, en lien avec ce type de troubles, c’est la difficulté à s’endormir. Autant écrire à lâcher prise sur la peur qu’il se passe quelque chose à la faveur d’un sommeil réparateur. Quant à la difficulté de déglutir, c’est lié à ce qu’il est convenu d’appeler “une poire d’angoisse”. Ce truc dont on a l’impression qu’il bloque la gorge alors que, physiquement parlant, rien ne bloque vraiment.

    Le médicament auquel vous faites allusion est de l’Alprazolam. Un anxiolytique rapide à forte dépendance en plus du fait qu’il ne résout rien. Au mieux, il va contenir vos symptômes quelques temps durant. Ensuite, il vous faudra sans doute augmenter les doses.

    Du coup, pour retrouver confiance, pour ne plus avoir peur de vous endormir, et retrouver un sommeil calme et apaisé, je vous suggère de regarder cette vidéo:

    Comment retrouver le sommeil, et ne plus être angoissé ou anxieuse?

    N’hésitez pas à me solliciter si vous avez des questions.

  59. melanie c dit :

    bonjour

    je souffre de crise d’angoisse depuis 1 mois et demi je tremble des jambes et des bras avec mon cœur qui s’emballe je suis aller voir 2 cardiologues qui m’on dit qu’il y avait rien que jetait anxieuse et angoisser
    le soir au moment de m’endormir j’ai du mal a déglutir l’impression de m’étouffer des bouffes de chaleur et des tremblement pour calmer cela je prend de l’aprazonala pour calmer mes crises
    comment faire pour sortir de cela

  60. Bonjour,

    Je fais suite à votre message au sujet de vos problème d’angoisse, d’alimentation et de troubles du sommeil. Pour répondre à votre demande, je vous adresse un email aujourd’hui. Je reste à votre disposition pour répondre à toutes vos questions.

  61. Beunardeau dit :

    Bonjour J’aurais besoin daide je suis très angoisse je ne mange plus et dors très très mal.jaurais besoin daide de votre part

  62. Bonjour Séverine,

    Je suis ravi que cet article vous permette d’y voir plus clair (ceci étant écrit sans mauvais jeu de mot quant à la nuit). J’espère que les autres vidéos que vous trouverez dans mon blog, ou sur Youtube, vous aideront.

    N’hésitez pas à me solliciter si vous avez des questions. Je vous souhaite une agréable journée.

  63. Séverine dit :

    Pour la première fois, je trouve quelqu’un qui décris exactement ce que je vis quotidiennement depuis 1 an et demi. Habituellement on parle de crise d’angoisse ou crise de panique en journée, pour ma part c’est uniquement la nuit, environ 1h après l’endormissement et je n’ai jamais trouvé de médecin ou psy qui connaissait ce phénomène.
    Je vais regarder vos vidéos avec attention et mettre en place vos conseils, merci de me redonner espoir Monsieur Arminot !
    Cordialement,
    Severine

  64. Bonjour Isabelle,

    Merci de votre partage. Sans doute ce que vous expliquez a t’il un lien avec ce contexte particulier que celui de la sieste. Cela ne vous concerne pas nécessairement directement. Mais peut-être une histoire que vous avez lu, ou dont on vous a parlé, et qui vous ramène à vous.

    Ce que vous me décrivez me fait penser à une jeune patiente qui avait la phobie des oiseaux. Un jour, nous avons compris que son problème avait un lien avec une rupture sentimentale. Au moment même de la rupture, il y avait eu une envolée bruyante de pigeons qui l’avaient frôlé.

    En ce qui vous concerne, plutôt que de chercher le pourquoi du comment, mieux vaut se concentrer sur la solution de sorte à ce que vos siestes ne soient plus synonymes d’angoisses mais d’apaisement. Si cela vous intéresse de savoir comment faire, informez m’en et je vous l’expliquerais.

  65. Isabelle Prost dit :

    Bjr moi je ressens ces symptômes pas au moment de me coucher la nuit mais le week en après le déjeuner je me pose sur le canapé et tout simplement l envie d une petite sieste arrive sauf que des que je m endors je ressens ces palpitations angoisse pour une serrée et acouphènes décuplée j avais déjà ces symptômes avant les acouphènes. Cette gêne n arrive jamais le soir.

  66. Bonjour,

    Il n’y a pas de réponse intelligente à une question qui n’a pas de sens. Plus vous vous poserez la question de savoir pourquoi vous souffrez de stress, d’anxiété, et de crise de panique, moins vous trouverez la réponse, et plus, bien malgré vous, vous maintiendrez ou enrichirez votre problème.

    C’est un peu comme si votre voiture était en panne. Si le garagiste vous demande pourquoi avoir choisi telle marque qui a la réputation d’être souvent en panne, la voiture mettra du temps à être réparée, ou ne le sera que d’une façon insatisfaisante, e qui risque de provoquer de nouvelles pannes.

    Par contre, si le garagiste vous pose les bonnes questions et, dés lors, comprend de façon précise ce qu’il s’est passé – ou se passe – avant, pendant, ou au moment même de la panne, vous et lui comprendrez objectivement ce qu’il se passe, et saurez précisément quoi et comment faire pour que le problème soit rapidement et définitivement résolu (ce qui vous fera faire l’économie d’une voiture, ou d’un nouveau cerveau…).

    Je vous propose donc de répondre à votre question quant à savoir comment faire en regardant cette vidéo: “Stress, anxiété, panique, comment sortir de çà?

  67. Rodrigues dit :

    Bonjour,
    Depuis 5mois je souffre de stress anxiété puis crise de panique et je ne sais même pas pourquoi.
    J’en suis arrivée au point ou je ne sors plus toute seule dehors c’est vrai que le soir j’ai plus de crise que la journée surtout quand je sais que je vais me retrouvé seule à la maison j’ai essayé les medicalent comme le xanax mais 2h aprés la prise du cachet je me réveiller en crise avec sueur tremblement fourmillement mal au ventre opressé et envie de vomir . Je sais plus quoi faire ça me gâche la vie que j’ai plus goût à rien des idées noir me traverse beaucoup l’esprir j’en peux plus . Comment sortir de ça !?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Défiler vers le haut