Comment gérer angoisse et anxiété chez un adolescent?

Bien évidemment, j’ai été adolescent. Et j’en garde des souvenirs mémorables. Je garde aussi le souvenir – fort – des angoisses, de l’anxiété, des doutes, et autres inquiétudes qui ont nourri ce passage obligé.

Celui de la vie d’enfant à celle d’adulte. Des années durant, j’ai été percuté par de l’angoisse et des troubles anxieux dont je ne percevrais tout l’intérêt que des années plus tard. Comme beaucoup d’adolescent, j’ai payé un tribut assez onéreux à mes émotions.

Et, à ce propos, j’ai récemment reçu le message suivant:

Mon enfant de 16 ans a, depuis l’âge de 12 ans, des crise d’angoisse. Elles ont été occasionnelles. Durant ses années collège, une à deux fois par an (peur dans un supermarché, cinéma, magasin) mais, depuis le lycée, c’est continu (peur de prendre le bus, peur en classe). Il ne fuit pas les situations mais a de plus en plus de mal à supporter ses angoisses.
.
J’essaie de comprendre pourquoi il est si angoissé car il dit ne pas savoir pourquoi. Il a des crises d angoisses. A mon avis il a peur de ne pas réussir et, par ailleurs, je pense qu’il na pas du tout confiance en lui car il se sent toujours inférieur aux autres. Ses relations amicales sont de plus en plus restreintes, il en souffre d ailleurs. 
.
Parfois il est aussi agressif. Pour l’instant il a un traitement à base de plantes pour la relaxer. Il a déjà fait de la sophrologie mais il a voulu arrêter. Je sais que vous pouvez l’aider mais à son âge que peut t-il faire, qu’il comprenne et qui soit facile a effectuer? Et surtout lorsque ses crises surviennent en classe?
.
J’envisage aussi de prendre un rendez-vous avec un psy. Pensez vous cela utile? J’espère que vous me répondrez car je suis vraiment désemparée et souffre aussi de la voir lutter tout le temps.
.
Cordialement

Comme je m’y suis engagé auprès de cette maman, voilà ce que je réponds aux angoisses de cet adolescent et à cette maman si inquiète sachant que les fillse sont plus angoissées que les garçons.

Adolescent et confiance en soi

Moment exaltant mais parfois, ô combien douloureux, que celui de l’adolescence. Cette période de transition où l’on quitte son univers d’enfant tout en ayant un désir ardent de prendre des risques. De s’affirmer. Se préparer à une vie d’adulte qui commet ses expériences en toute impunité. Du moins le croient-ils.

Prendre des risques, qu’il soient affectifs, sentimentaux ou sociaux, posent nécessairement la question de savoir si l’adolescent arrive à ses fins ou pas. Se pose donc la question de la peur du jugement. Confronté bien jeune au problème de la réussite comme de l’échec, les adolescents ne craignent que trop d’être jugés par leurs pairs. Ainsi, d’être mis à l’écart ou exclus de groupes s’ils ne réussissent pas.

La question que pose la confiance en soi à ce propos fait partie intégrante du développement de l’adolescent. Comment s’affirmer? Prendre des risques sans crainte d’être jugé? Comment éprouver ses propres limites sans peur d’échouer?

Comment accepter que le passage de l’état d’enfant à celui d’adulte en devenir est une période de latence pour le moins difficile. Et porteuse autant de plaisirs que de déconvenues. A ce moment, les angoisses sont le lot commun de tous les jeunes qui ont peur de ne savoir être. Angoissés à l’idée de ne savoir faire.

Adolescent et image de soi

Du plus loin que je remonte dans mes propres souvenirs, et tout comme je l’observe avec mes propres enfants, les questions d’image de soi et d’estime de soi sont à prendre en compte dans l’affirmation de soi. Dans les prémisses de l’adolescence comme au cours de l’adolescence elle même, les corps évoluent. Et ce, d’une façon telle, que les notions de séduction et de plaisirs des sens sont des vecteurs désirés et craints à la fois.

Le corps évolue et prend forme. Les autres regardent et désirent. S’expriment ou non. A ce propos comme à d’autres. Parfois, si ce n’est souvent, ils se taisent dans un silence qui hurle une douleur intérieure.

De la même façon que chez les adultes, l’être humain n’a de cesse de se comparer à l’autre en fonction de ses propres désirs. L’autre, quand il est ce qu’un adolescent aimerait être, devient à la fois un objet d’envie. De fantasmes. Voire de jalousie. Parfois de haine. L’autre, ou les autres, rappellent souvent à celles et ceux en difficulté leur propre douleur à être. Et aussi, les convainc qu’ils ne seront jamais ce qu’ils aspirent à être. Cela tient à leur façon d’être et de faire. A leur prétendue facilité à exister parmi les autres.

L’autre, objet de comparaison, est mu par des facilités qui sont les siennes propres. Or, nul n’est besoin de se comparer. L’autre n’est pas moi. Et vice et versa. Je suis, peut être, mais n’existe pas. Je ne me pense pas reconnaissable ni reconnu par les autres. J’aime être et exister avec eux. Mais, pour toutes les raisons invoquées précédemment, je m’inhibe.

L'anxiété chez l'adolescent. Comment faire?

Une comparaison incessante

Chaque évènement de la vie d’un adolescent est objet à la fois d’excitation et d’angoisses. Vivre les inter actions avec ses amis comme avec ses camarades de classe revêt un caractère exaltant. Parfois mortifère voire morbide. Le lieu scolaire est un endroit où les questions de positionnement sont très vivaces, et très forts. Ah, ces beaux élèves intelligents et qui, scolairement, réussissent.

En qualité d’adolescent, on pardonne toujours à un autre adolescent. Élève médiocre mais si beau ou si belle. Celles et ceux, qui s’estiment physiquement ordinaires, et scolairement moyens, ont du mal à trouver leur place. C’est comme cela que, très souvent, il n’est pas bon d’être beau et bon élève dans un environnement où les autres réussissent moins,. Voire sont moins beaux. Et, dans certains cas peut-être, issus de milieux sociaux moins favorisés que d’autres.

En ce cas, l’élève, l’adolescent qui réussit scolairement, est mis à l’index au nom de l’appartenance au groupe lequel fonctionne suivant un code: le nivellement par le bas. Il devient donc extrêmement difficile à un adolescent de trouver sa place. Autant en haut qu’en bas. Confronté à ses propres résistances, il est objet de paradoxes terrifiants.

Le bouc émissaire du groupe

S’il est scolairement bon, mais physiquement mois attractif que d’autres, il prend le risque d’être mis à l’écart. Il ne le sait que trop. Il peut donc avoir tendance à limiter ses compétences scolaires. Au prix, il est vrai, de sa propre réussite. Et ce tout en ayant conscience du risque qu’il prend d’échouer socio professionnellement.

C’est le prix qu’il paie pour être avec les autres. Pour ne pas être seul. Pour autant, l’adolescent sait que ce n’est pas bon pour lui. Mais il ne sait faire autrement. Second paradoxe possible, il commet l’inverse. S’il maintient ses compétences scolaires, il risque d’être mis à l’écart d’un groupe entier. Lequel ne se reconnaît que dans le nivellement. L’adolescent ne veut pas changer, bien qu’il souffre du prix à payer pour être qui il est, comme il est.

Dans les deux cas, chaque membre de chaque groupe, soutenu par les autres, a tôt fait d’humilier l’adolescent ou l’adolescente qui dénote par sa différence. Ainsi, cet autre, l’adolescent en souffrance, est le pharmacoï du groupe. Son médicament. Son bouc émissaire. Mis en situation d’exclusion, le groupe se rassure à confirmant sa capacité à s’affirmer. De fait, il donne la preuve à l’adolescent exclu, que le groupe agit en qualité de référent. Qu’enfin, ce même groupe a droit de vie et de mort sur chaque membre du groupe social composé par le groupe classe.

L’adolescent, cet océan de contradictions

Inéluctablement, chaque moment qui rapproche ou confronte l’adolescent de façon directe à ses peurs (le trajet pour se rendre au collège ou au lycée, la classe elle même, le restaurant scolaire, etc.) est un moment de construction de toutes les angoisses possibles. L’adolescent en souffrance a toutes les raisons de s’inquiéter. De redouter de ces moyens ou de ces lieux qui le confrontent à une réalité qu’il aimerait fuir tout en ayant le désir – secret – d’y trouver sa place. C’est un paradoxe supplémentaire qui ne peut que rendre l’intéressé agressif.

Ne pas trouver sa place. Échouer à la construire. Ne pas trouver l’équilibre. Autant de facteurs qui font souffrir et renvoie à l’ado une image dévalorisée de lui même. L’adulte, quand il tente de comprendre, n’est vécu que comme un vieux machin qui n’a jamais été adolescent. Il ne peut pas comprendre. Quand l’ado n’arrive pas à construire l’affirmation de lui même, c’est à lui qu’il s’en prend? Et ce dussoit-il devenir agressif pour s’affirmer. C’est un moyen de subsister qui en vaut bien un autre.

Évoluant dans un océan de contradictions, l’adolescent est d’autant plus agressif avec son environnement affectif, en l’espèce je pense à l’environnement familial, qu’il peut en vouloir à sa propre famille. A ses propres parents. Être et subir ce qu’il est. Souffrir.

Last but not least, à son tour, l’adolescent exerce son droit discrétionnaire de faire porter la responsabilité de ses propres malheurs à d’autres. Il souffre d’angoisses quant à la difficulté d’exister. De s’affirmer. D’avoir confiance en lui. Il est donc légitime à réagir de la sorte.

Traitement de l'angoisse chez l'ado

Aider un adolescent à gérer ses angoisses

La famille devient un lieu d’expérimentations d’affirmation de soi. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle beaucoup de parents nomme l’adolescence un âge ingrat: « Après tout ce que l’on a fait pour eux… ». A son tour, comme le groupe d’âge avant lui, l’adolescent exerce son droit de vie et de mort (symboliquement) sur ses proches. Il n’existe qu’en faisant mal. En imputant cette responsabilité à d’autres qu’à lui même. Ne dit-on pas qu’il est toujours plus facile de voir la paille qu’il y a dans l’œil de l’autre que la poutre dans le sien?

La plupart des parents confrontés à un adolescent en difficulté vont essayer et de comprendre. Et d’intervenir pour instaurer un changement. Autant que vous le sachiez tout de suite. C’est peine perdue. Comprendre n’apporte aucune solution. Intervenir risque de tourner à l’incompréhension mutuelle. Puis à l’affrontement. Chacun repart désolé, et souffrant plus encore. Ce qui aggrave les angoisses des uns et des autres. Chacun renvoyant à l’autre la responsabilité de cette douleur.

Adolescent et phobie scolaire (refus scolaire anxieux)

Certains adolescents, victimes d’angoisses au sein même de leur établissement scolaire, sont parfois atteints de phobie scolaire. Et quand un adolescent souffre de ces troubles anxieux, c’est que cette phobie est l’expression de son anxiété sociale. Il se protège de ses angoisses grâce à la phobie. La rupture est ainsi consommée. C’est la première chose qu’il convient d’éviter. Autant que faire se peut.

En cas de crise d’angoisse pendant un cours, il convient que l’adolescent puisse s’isoler. Et, surtout, ne contrôle pas sa crise. J’évoque la nécessité de ne pas contrôler les angoisses en feignant qu’elles n’existent pas. Il est totalement inutile de se rassurer. Improbable et improductif de se convaincre que cela va passer. Cela peut effectivement passer. Mais au prix de souffrances très pénibles.

Dans un premier temps, il suffit que les parents informent les enseignants. Sans préciser de quoi il retourne de façon précise. En demandant que les profs soient bienveillants. Qu’ils laissent le soin à l’adolescent de faire quelques exercices relaxation dans le couloir par exemple.

En cas de crises d’angoisse chez l’adolescent, faut-il consulter?

Il est toujours important de verbaliser. Allez consulter un psy avec votre enfant est une bonne chose. Mais pas n’importe qui. Et pas dans n’importe quelle discipline thérapeutique. En règle générale, un ado ne parle pas à ses parents de la réalité de ses problèmes. Du moins tels qu’il les subit. Malgré eux, les parents sont les plus mal placés pour entendre la parole de leur enfant.

Si la relation parents-enfants est altérée par les angoisses de l’adolescent, lesquelles peuvent être majorées par les angoisses des parents, il convient de consulter. Ainsi, chacun peut trouver un espace de parole privilégiée. A titre individuel, comme à titre familial.

Chère madame. La réponse à votre question quant à savoir s’il est opportun de consulter est affirmative. Mais, ne consultez pas n’importe qui. Prenez le temps d’entendre les compétences de chacun des psy que vous contactez. Essayez de trouver des références les concernant. Et, quel que soit votre choix, souvenez vous. Rien n’est jamais figé. Rien n’est définitif.

Aider l’adolescent à verbaliser

Dernière chose. Je vais me faire des ennemis mais essayez d’éviter les psychiatres. A moins que l’un d’entre eux vous soit trés trés chaudement recommandé.  Les problèmes de votre adolescent ne relèvent pas de leurs compétences. Par ailleurs, certains d’entre eux tiennent des propos normalisateurs à crever. Lesquels propos obèrent la parole de votre enfant et risquent d’aggraver ses problèmes de confiance en lui.

Troubles anxieux chez l’adolescent: Comment lui venir en aide de façon efficace?

L’adolescence est une période difficile pour beaucoup de nos enfants. Un adolescent anxieux devient alors une constante presque banale. A plus forte raison dans la société dans laquelle nous sommes.

Au-delà des difficultés sociales, c’est aussi un moment charnière pour le développement de leurs personnalités futures. Malheureusement, c’est aussi le moment où peuvent apparaître les premiers troubles anxieux.

Quand l’anxiété devient trop intense, les adolescents ont besoin d’aide. Une aide d’autant plus importante qu’elle peut éviter le développement de phobies et de troubles futurs.

Consulter un thérapeute comportementaliste

Même les meilleurs parents du monde ne peuvent pas toujours aider leur adolescent face à l’anxiété. La plupart du temps, votre enfant se retient de partager certaines choses avec vous et c’est parfaitement normal. C’est même très sain.

En revanche, vous ne devez pas pour autant le laisser seul face à son angoisse. L’emmener consulter un thérapeute comportementaliste peut être très efficace pour l’aider à vaincre son anxiété.

La pratique du sport pour aider un adolescent victime d'anxiété

La thérapie comportementale est très efficace et offre des résultats rapides qui accompagnent le patient pendant tout le reste de sa vie. Elles s’adressent aussi bien aux adultes qu’aux adolescents et sont d’autant plus efficaces qu’on y a recours tôt dans le processus de développement de l’angoisse.

L’inciter à faire du sport

Gérer un adolescent anxieux est un travail d’équilibriste. D’un côté, il est bien souvent nécessaire de le pousser pour qu’il fasse certaines choses pourtant bénéfiques. D’un autre côté, si vous le forcez, vous risquez de le braquer et de produire l’effet inverse à celui que vous souhaitez obtenir.

Vous devez donc l’inciter sans le forcer, c’est-à-dire lui faciliter l’accès aux activités sportives, notamment en l’y accompagnant. Les bienfaits du sport contre l’anxiété sont très importants et très nombreux.

Ce n’est pas un remède miracle et le sport n’empêche pas un trouble anxieux d’émerger si l’enfant grandit dans un environnement violent ou anxiogène.

En revanche, le sport développe sa confiance en lui et habitue son cerveau à produire de nombreuses hormones nécessaires au bonheur et à la satisfaction.

Lui fournir un milieu apaisé

Le développement de troubles anxieux est influencé par l’environnement dans lequel grandit l’enfant. Des parents anxieux transmettent presque toujours leur anxiété à leurs enfants. Ils les éduquent dans l’inquiétude permanente, parfois bien malgré eux.

Pour limiter les risques que votre adolescent devienne lui-même anxieux, vous devez apprendre à gérer votre propre anxiété. Ici encore, le recours à la thérapie comportementale s’avère être la meilleure solution.

En quelques semaines seulement, vous viendrez à bout de vos angoisses et vous pourrez offrir un environnement plus apaisé à votre enfant. Enfin, les enfants qui grandissent dans des familles dysfonctionnelles sont nombreux à développer des troubles anxieux.

Il sera toujours préférable de grandir avec des parents séparés que dans un foyer où dominent les cris et la violence.

L’aider à développer ses compétences

Il n’y a rien de mieux contre l’anxiété que de développer une base solide sur laquelle se reposer. Cette base solide qui l’accompagne toute sa vie peut se construire sur une de ses compétences.

Un enfant doué dans un secteur en particulier gagne grandement en confiance personnelle. Cette compétence l’aide à trouver sa place et à s’y sentir légitime et heureux. Aider un enfant à développer ses compétences n’est malheureusement pas toujours facile.

Anxiété chez l'adolescent: Lui permettre de partager et d'échanger

Là encore, vous devez l’accompagner sans le brusquer. Idéalement, essayez de rester attentif à ses envies pour les encourager et le pousser à y laisser libre cours. Surtout, ne dénigrez aucune activité et laissez-le trouver ce qu’il aime.

Une telle démarche présente un dernier intérêt majeur: elle apprend à votre enfant à chercher ce qu’il aime sans se formaliser ou s’effondrer quand quelque chose ne fonctionne pas. S’il essaye une nouvelle activité et qu’il n’aime pas, ce n’est pas grave.

Passez simplement à la suivante et transmettez-lui ainsi le goût d’explorer le monde.

Lui apprendre à aider les autres

De nombreuses études très sérieuses ont prouvé les bienfaits majeurs de la générosité sur les circuits de la récompense du cerveau. Plus encore, donner aux autres – partager – stimule votre générosité et vous rend encore plus généreux.

La générosité nous rend donc plus généreux et plus heureux, produisant un cercle vertueux qui nous aide à mieux vivre avec les autres et avec nous-mêmes. L’adolescence est une période difficile dans nos sociétés, car l’enfant perd certaine de ses illusions, notamment sur le monde et ses parents.

Il ne souhaite pas encore s’intégrer dans une société qu’il trouve trop violente et difficile, loin de l’image qu’il s’en faisait enfant. Ce monde-là l’inquiète et favorise l’émergence de son anxiété et des troubles anxieux.

En poussant votre adolescent à s’investir pour les autres, non seulement vous favorisez son bonheur par les mécanismes physiologiques de la générosité, mais vous lui redonnez également confiance en lui et en les autres.

Entouré de personnes investies comme lui dans le don de soi, il sera moins anxieux et moins inquiet à l’idée de s’intégrer dans cette société. Il grandira avec la preuve récurrente de la bonté qui anime ceux qui l’entourent et son anxiété diminuera d’autant.

Comment aider un adolescent à ne plus être angoissé?

Les filles sont plus angoissées que les garçons?

Les petites filles sont moins angoissées que les petits garçons. Pourquoi ce rapport s’inverse t’il à l’âge adulte? Les filles sont-elles plus angoissées que les garçons? J’entends quelqu’un dire: « Tellement vrai ». Autant dans sa dimension sociale que culturelle, l’angoisse est plus présente chez les filles que chez les garçons.

  • Qu’est-ce qui différencie cette appréhension de l’environnement social entre les filles et les garçons?
  • Qu’est-ce qui dans notre éducation privilégie la peur et l’angoisse chez les filles?
  • Pourquoi les garçons, devenus des hommes ressentent-ils des angoisses aussi vives?
  • Qu’en font-ils alors qu’il est notoire que ces mêmes hommes consultent moins les psy que les femmes?

Lien entre éducation et angoisse

Elles sont plus douces. Ce qui explique la couleur rose dont on les affuble depuis toujours. Les filles, c’est sensible. Les garçons, c’est viril. C’est fort. Enfin, il parait. Pour les uns comme pour les autres, la construction de la personnalité est différente. Elle se crée sur la foi de vecteurs éducatifs. Les parents n’élèvent pas une fille comme ils élèvent un garçon.

Les centres d’intérêts culturels ou sportifs diffèrent. Les positions sociétales de ces deux sexes ne sont pas les mêmes non plus. Les garçons sont élevés dans une pensée et une action combative. Deux postulats où l’émotion n’a pas la place qu’elle mérite. Du moins assez souvent.

Les filles elles, très jeunes, très tôt, sont versées et éduquées dans un climat où elles reproduisent des jeux. Des positionnements. Lesquels ont plus à voir avec le rôle auquel la société les destine. Épouse. Mère. Pas officier d’active. Notre société est très patriarcale. Ce dernier point est l’un des facteurs qui fonde la relation à l’angoisse . Autant chez les filles que chez les garçons.

Une relation très différente aux émotions

Quel garçon n’entend jamais, alors qu’il se fait mal: « Pleure pas, t’es pas une fille« ? Émotionnellement, les filles ont donc des « droits ». Droits que n’ont pas les garçons. Très tôt, très jeunes, les garçons ont des devoirs. Le principal étant d’assumer. De s’affirmer. Et non d’exprimer angoisse. Ou peur. Ou tristesse.

Être une fille ouvre droit à ces émotions. Être un garçon n’ouvre droit qu’à revendiquer force et virilité. Dans les deux cas, fille ou garçon, il en va de leur positionnement au sein d’un système. Lequel est immuablement établi depuis toujours. Et gare à celles et ceux qui sortent de ces schémas.

Les filles comme les garçons reproduisent donc intuitivement ce qui leur ait appris. Des comportements propres à chacun. Très tôt, les uns comme les autres, comprennent ce que l’on attend d’eux. A plus forte raison quand il s’agit d’angoisse.

Très tôt, les filles vivent plus la réalité de leurs émotions. Elles semblent rapidement plus matures. Ce qui n’est pas le cas des garçons. Lesquels continuent à revendiquer le territoire de leur virilité. Plus ils combattent, plus ils assoient leur autorité,. Mieux ils se sentent. Mais, çà va se gâter.

Un déterminisme comportemental

Les filles apprennent très tôt à vivre et à exprimer leur angoisse. Elles semblent mieux disposées à les gérer par la suite. Et ce dans leur avenir tant personnel que social. Ou professionnel. Les garçons semblent par contre beaucoup moins programmés pour assumer leur angoisse.

Lorsqu’ils sont victimes d’angoisse, ils se réfugient dans l’alcool. Par exemple. Ou dans n’importe quel comportement d’évitement à tendance addictive.

Ces filles deviennent des femmes. Elles ressentent légitimement de l’angoisse. Voire de l’anxiété. Alors, consulter un psy leur est plus naturel. C’est loin d’être le cas ces garçons devenus des hommes. Mais, comment savoir faire quelque chose qu’ils n’apprennent pas?

Les filles sont plus angoissées que les garçons à l'âge adulte

Ces garçons apprennent à se comporter avec virilité. Ils oublient leur affects. Ils en font peu cas au point de lutter contre eux. Quand la vie adulte les rattrape, ils sont fortement démunis. Voire incapables de gérer les émotions. En tous cas pas celles issues de l’angoisse suscitée par cet environnement. Lequel attend d’eux qu’ils soient à la hauteur.

Les filles, devenues adultes, n’hésitent pas à demander de l’aide. Elles cherchent à gérer leurs émotions. Surtout quand celles-ci perturbent leur équilibre. Les garçons, devenus des hommes, sont dans la fuite. Dans le déni. L’évitement. Ceci n’est pas une critique. Et çà n’a rien de réducteur. C’est une constatation.

Une question de maturité

Je suis comportementaliste depuis plus de 20 ans. Depuis tout ce temps, force est de constater que les femmes sont généralement bien plus fines émotionnellement que les hommes. Elles assument mieux. Elles ont un comportement plus responsable quand elles sont confrontées à ces émotions. C’est aussi mon expérience personnelle.

Au contraire de beaucoup d’hommes, les petites filles devenues des femmes ne font pas de leur problème d’angoisse un problème de virilité. Au contraire des hommes. Vraisemblablement. A preuve, la différence de comportements des femmes par rapport aux hommes en cas de conflit.

Mais, je me garde de toute généralité.

Comment faire quand une fille est angoissée?

Comme vous ‘avez compris, les filles sont plus au clair avec leurs émotions. Vous allez donc trés rapidement comprendre ce qui leur arrive. Vous allez d’autant le comprendre qu’elles vont dire ce qui ne va pas. Peut-être avec des larmes? Ou avec des crises? Voire des crises d’angoisses? Peut-être se plaindront t’elles ne pas pour voir s’endormir? Peut-être auront-elles mal au ventre? Peut-être vomiront t’elles?

Les moyens qu’ont les êtres humains que quelque chose ne va pas sont considérables. Certaines personnes appelleraient cela la palette des émotions. Je dirais donc qu’il s’agit d’une palette d’expressions.

Votre fille est angoissée? N’essayez surtout pas de la raisonner. Et encore moins de lui donner l’ordre de se calmer. Contentez-vous de lui poser des questions? Pourquoi es-tu angoissée? A quels sujets es-tu angoissée? S’est-il passé quelque chose qui t »angoisse particulièrement?

L’angoisse est une peur paroxystique. Posez à votre fille la question de savoir ce qui lui fait peur. Ce qui l’inquiète dans un avenir proche ou plus lointain. Posez lui toutes les questions qui vous semblent opportunes. Mais comment savoir qu’une question posée est une bonne question? Une question opportune? Une question qui va favoriser permet à votre fille de mieux gérer l’angoisse?

C’est simple. Vous posez la 1ère question. Par exemple: « Pourquoi es-tu angoissée? ». Votre fille va vous répondre. Dans sa réponse, vous identifiez un ou des éléments que vous pouvez transformer en question. E vous posez la question. Et ainsi de suite.

Progressivement votre fille va se détendre. Grâce à votre écoute, grâce à vos questions, votre fille va se « vider » de ses émotions. Elle ira de mieux en mieux. Jusqu’à retrouver son calme.

Ce n’est pas la première fois que votre fille fait une crise d’angoisse? Recommencez le même processus. A la fin, proposez lui de consulter une consœur. Ou un confrère. Mieux? De cliquer sur ce lien: « Comment ne plus faire de crise d’angoisse« . Vous pouvez aussi cliquer sur l’image ci-dessous.

Votre garçon est angoissé? Comment faire pour l’aider?

Les garçons c’est pas comme les filles. Il faut plus de tact. Ou plutôt plus de finesse. Il faut contourner le problème. Le problème c’est leur égo. Leur virilité. Si vous dites à votre garçon qu’il est angoissé, il va vous dire le contraire. La plupart du temps. Il faut donc utiliser une stratégie simple.

Cette stratégie consiste à simplement dire ce que vous ressentez. La façon dont vous percevez le comportement de votre garçon. Ne cherchez pas à lui imposer votre vision. Dites lui simplement que vous vous inquiétez. Ne parlez pas à sa place. Exprimez vous en votre nom. A votre sujet. Partagez les émotions que vous ressentez face à ce garçon qui semble aller mal.

Ne cherchez pas à le convaincre de vous parler. Une fois que vous vous êtes exprimé, passez à autre chose. ne restez pas planté à attendre une réaction. Vous risquez d’attendre longtemps. Dernière précision. Dites à votre garçon que vous êtes là si besoin. Tout en précisant que vous êtes convaincu qu’il ne vous sollicitera pas. Cette dernière phrase vous réserve des surprises. Après l’avoir dite.

Dernière chose. Tous les garçons ne sont pas fermés à la discussion quand ils sont angoissés. Certains sont ravis que vous soyez attentifs. Auquel cas, faites avec eux comme écrit plus haut au sujet des filles angoissées.

Soigner l'angoisse et l'anxiété chez les filles


Article rédigé par Frédéric Arminot, coach comportemental

Angoisse chez l'adoSpécialisé dans le traitement des problèmes d‘angoisse, d’anxiété, de dépression, de phobie, et de toc, il exerce depuis plus de 25 ans en qualité de comportementaliste.

Ancien grand anxieux, et victime d’angoisses aux multiples conséquences des années durant, il a créé un programme de coaching comportemental en ligne:

Le Programme ARtUS

Cette méthode thérapeutique résout 16 cas sur 17, soit + 95 % de résultats.



Frédéric Arminot

Frédéric Arminot, Coach comportemental

Frédéric Arminot, Coach comportemental

Spécialisé dans le traitement des problèmes d‘angoisse, d’anxiété, de dépression, de phobie, et de toc, il exerce depuis près de 30 ans en qualité de comportementaliste. Ancien grand anxieux, et victime d’angoisses aux multiples conséquences des années durant, il a créé un programme de coaching comportemental en ligne: Le Programme ARtUS. Cette méthode progressive de coaching résout 16 cas sur 17, soit + 95 % de résultats.

Commentaires (18)
  1. Bonjour Fabienne,

    Je vous envoie un e-mail afin de voir cela ensemble.

    Frédéric

  2. Martinez dit :

    Bonjour,
    Je me permets de vous solliciter car je suis inquiète pour mon fils de 16 ans. Il est souvent angoissé, triste et ne sourit presque pas. Il est très immature et à un comportement d’un enfant de 10 ans. Il n’a pas confiance en lui et semble en insécurité. Il se dévalorise en disant qu’il est nul que se soit dans sa scolarité ( alors qu’il a à chaque fois de bonnes notes et de bonnes appréciations de ses profs)Quand on va quelque part, il demande toujours et plusieurs fois à quelle on va rentrer ou lors d’un rendez-vous combien de temps ça va durer etc…..
    Je l’ai emmené faire de l’emdr chez la psychologue puis des séances d’hypnose, il en a déjà eu 4, il me dit que ça lui fait du bien mais je ne vois aucun changement. Je suis démunie et ne sais plus quoi faire, je lui parle beaucoup et l’écoute mais ça n’a qu’un effet sur le moment.
    J’espère que vous pourrez m’aider.
    Bonne journée
    Fabienne

  3. Bonjour Xavier,
    Je vous enverrai un e-mail au sujet de votre fille afin de voir cela ensemble.
    Bien à vous,
    Frédéric.

  4. Xavier dit :

    Bonjour, Je me permet de vous écrire car j ais ma fille de 15 ans qui a des crisse d angoisse de plus en plus fréquente , cela est apparue lors de sont intégration au lycée , au collège pas de soucis. Elle est suivi déjà par un psychothérapeute et vais allé de nouveau voir le médecin traitant de la famille . Pouvez vous m orienté , m aidé , me donnée des piste pour l aidé, Merci et bonne journée

  5. Bonjour Cécile,
    Merci pour votre message.
    Je viens de vous envoyer un e-mail afin de correspondre de façon plus privée.
    Je suis de tout cœur avec vous.
    Frédéric Arminot

  6. Cecile Orengo dit :

    Bonjour, ma fille de 13 ans est très sensible, timide et ressent de l angoisse ( en tous cas qui se manifeste sérieusement) depuis 1 an et demi. Les crises sont de moins en moins espacées c est désormais presque quotidien et surtout en fin d après midi et en soirée. Elle pleure dit qu elle stresse mais ne sait pas dire pourquoi… Je souhaiterais l aider mais je ne sais pas comment. Je lui fais faire de la relaxation, lui propose quelques techniques que j ai moi même testée et reste très a l écoute et attentive. Mais cela n arrangé rien sur le long terme. Que me conseillez vous ? Votre méthode est elle utilisable par les enfants ? Merci pour votre réponse. Bien cordialement

  7. Bonjour,
    Merci pour votre message.
    Je viens de vous envoyer un message afin de correspondre de façon plus privée.
    Bien à vous,
    Frédéric Arminot

  8. Pacyga/Perriché dit :

    Bonjour
    Ma fille Chloé 16 ans en première générale souffre de phobies scolaires. C’est venu d’un seul coup en début d’année. Elle veut quitter la première générale pour aller en stl car elle a totalement perdu confiance en elle. Se dit en plus dégoûtée des matières scientifiques, blocage total.
    Comment la débloquer qu’elle puisse reprendre ses cours car beaucoup d’absences plus mise en place d’un PAI.

  9. Bonjour Aurélie,
    Je vous enverrai un e-mail au sujet de votre fille afin de correspondre de façon plus privée.
    Bien à vous,
    Frédéric.

  10. Aurelie dit :

    Bonjour, ma fille de 14 ans vient de me dire qu’elle était parfois angoissé (on parle beaucoup toutes les 2) elle me dit que le fait d’aller à l’école l’angoisse ou quand il y a trop de monde, quand elle doit parler aux gens, qu’elle se sent seule même quand elle est entouré…. Ça lui donne mal au ventre forcément et elle se gratte jusqu’à devenir rouge. Ça fait apparemment quelques mois que ça dure, je ne m’étais aperçu de rien car elle ne rechigne jamais à aller à l’école c’est d’ailleurs une très bonne élève, elle me dit par exemple que la semaine dernière quand je lui ai proposé d’aller à la piscine ça l’as angoissé alors qu’à ce moment là elle m’as dit oui tout de suite et avez l’air contente d’y aller. Elle ne s’empeche pas de faire les choses mais ça l’angoisse quoi. Elle a déjà rdv chez un psy d’ici 1 mois pour des problèmes de peur de l’abandon donc je lui en parlerai en même temps mais j’aimerais bien avoir votre avis.
    Cordialement

  11. Bonjour Madame,

    Ce n’est pas une situation facile et vous devez être bien inquiète.

    Je vous ai envoyé un email afin de pouvoir échanger en confidentialité.

    Frédéric

  12. GACEMI dit :

    Bonjour,
    Mon filsThéo à 16 ans depuis un certain temps , il a peur de perdre ses affaires est angoissé à l’idée de ne pas avoir tel eou tel manuel scolaire.
    Mais il y a une semaine il est allé à son stage de tennis et en revenant il était persuadé que sa raquette n’était pas la sienne à controlé avec des photos de sa raquette sur son portable.
    M’a demandé milles fois si c’était bien la sienne ..
    Je suis trés inquiète rien n’y à fait lui expliquer que ce n’est pas grave une raquette ce n’est pas important , on peu en racheter une etc.. dès qu’il repensse à cet épisode il s’angoisse.
    Il doit partir en camp 8 jours il ne veut pas y aller il craint de perdre ses affaires .. et de ne pas dormir chez lui mais ailleurs.
    Mon fils à toujours eu des diffilcutés scolaires ,iavoir à peu prés le niveau est surhumain mais il avance,il est trés timide et à du mal à trouver sa place dans les groupes, moquerie en permanence.
    Mais sait se faire apprécier et à quelques copains avec qui ca se passe bien.
    Je suis séparé de son père depuis trés longtemps malgré avoir tout fait pour garder le lien depuis 4 mois il ne se parle plus et son père lui manque énormément , il pense qu’il a honte de lui à cause de ses diffilcutés , et qu’il ne l’aime pas.
    Je vais aller consulter rapidement car je n’ai jamais vu mon fils autant inquiet et mal dans sa peau.
    Pourriez-vous m’indiquer si vous avez déjà vu ce cas ( peur de perdre ses affaires)
    Bien à vous.
    Maman en détresse.

  13. Bonsoir,

    Merci pour votre message.

    Je vous envoie un mail en privé.

    Bien à vous,

  14. Ramosta dit :

    Bonjour,
    Je vous prie d’avance de bien vouloir m’excuser pour le long texte que je vais faire …
    Je vous explique ce qui me tracasse depuis trois ans.
    ( Je suis adolescente, sans problèmes de santé)
    Bon, en début 2018, je fu avoir un battement de cœur assez bizarre alors que j’étais au repos, pas d’angoisse, rien.
    Cela m’a perturbé, alors je suis allée voir mon père et il m’a dit que c’était bénin quand on est adolescent, donc pas de problème. Curieuse comme je suis, je suis allée voir directement sur mon téléphone ce que je pouvais bien avoir(hypocondriaque) et ils m’ont dit que j’étais angoissé, ou crise cardiaque (what..).. A cause de cette recherche j’ai peur de mourir d’une maladie cardiovasculaire, faire une crise cardiaque ou pire, mourir en dormant, ce qui pénalise mes nuits de quelques heures, car j’ai toujours réussis à trouver le sommeil malgré tout (épuisement). Quand je me lève je pense à ma respiration, à bien prendre ma respiration, bien gonflé le ventre, et à ne pas oublier de le faire par peur de mourir sans respirer. Bref, j’ai vraiment peur, c’est obsessionnel en fait, j’arrive pas à ne plus m’en préoccuper. Je deviens anxieuse, thanatophobe, hypocondriaque, stressée…)Enfin bref, quelque semaines plus tard, je ne faisais que de plaindre à mes parents qui me répétés sans cesse que ce n’était rien, je fais du sport correctement, aucun problèmes de santé, nada). Le docteur m’a dit que j’étais juste folle, et que je devais ‘entre autre’ me faire soigner mentalement… Cela m’a déplu, mes parents ont crus au docteur, donc dès que je leur en parle, ils me disputent (quand une crise refait apparition ou quand j’ai toujours du mal à respirer. J’avais peur pendant l’année 2018 de dormir seule par peur de mourir dans mon sommeil, du coup, ma sœur dormait avec moi, et cela m’aidé un peu, voir beaucoup. Par contre, dès que je suis allée en vacances j’avais super peur et je me sentais vraiment pas bien pour voyager. Bref.
    Cela à duré toute une année jusqu’à avril 2019. Et en 2019, je fu trouver un jeu sur lequel j’étais addicte, et je fu aussi par la suite oublier ce problème et être enfin heureuse!
    Sauf que .. Début Janvier 2020, je fu avoir le même soucis qu’en 2018, mais pire, genre mon cœur il battait vite et fortement sans aucun effort de ma part, j’étais en train de regarder un film. C’était tellement puissant que je fu appeler mes parents … Ils m’ont rassurés et m’ont dit que ce n’était rien, que c’était une montée d’adrénaline. Et du coup, on m’a massé le dos tout en étant dehors (pour prendre l’air) et cela s’est arrangé, pour moi, cela me paraissait long, voir interminable, et je fu repenser à ma respiration jusqu’à aujourd’hui, même si cela, parfois m’échappe d’y penser, quand je suis en camping ou au parc d’attraction.. Avec le confinement, cela ne s’est pas améliorer, j’étais hyper renfermée, tous les jours je vivais un calvaire.. encore maintenant; car nous sommes restreint à cause du couvre feu … Et parfois, j’ai des idées sombres qui me viennent à l’esprit, du genre que je préfèrerai mourir que de subir encore cela toute ma vie… Je n’arrive pas ç consulter quelqu’un pour m’aider, personne ne m’écoute sauf mon copain et deux trois de mes amis qui me rassurent, ils me disent que si j’avais réellement un problème je ne serais plus là actuellement comme cela fait trois ans que j’ai ce soi-disant problème. J’ai aussi un problème aux intestins qui s’appelle la *SIBO* j’ai su que cela s’appeler comme ça très récemment, en fait c’est la digestion entre autre( qui me perturbe beaucoup scolairement), et ayant fait une recherche sur ce petit problème de famille, je me suis aperçue que l’angoisse venait peut être de ce problème. Enfin bref, j’espère que quelqu’un pourra m’aider à savoir ce qu’il m’arrive, et à sortir enfin de ce cercle dont je n’arrive pas à me débarrasser et je vous souhaite une nouvelle bonne année tous et une très bonne santé surtout ! Merci beaucoup :\

  15. Bonjour Chloé,

    Je viens de vous adresser un mail. En effet, j’ai besoin que vous répondiez à un certain nombre de questoins. Vos réponses m’aideront à vous orienter et à vous conseiller au mieux de vos intérêts.

    A bientôt.

  16. Chloé dit :

    Bonjour,
    Je vais vient vers vous car pour le moment je ne vois pas d’ issue . Pour être bref cette année j’ai changé d’établissement scolaire (je suis adolescente) et donc de ville où se trouve mon établissement par mon choix, je précise. Le problème étant qu’il me faut 1h à 40min pour y aller. Je n’ai jamais été hors de ma ville et je n’ai jamais eu autant de trajet à faire, et je n’avais jamais eu à prendre le train avant. Je pensais quand même pouvoir gérer cette situation parce que je l’avais choisi et je pensais pouvoir en assumer les conséquences. Le problème étant que je n’ai pas réussi à supporter, je ne sais pas pourquoi mais depuis la rentrée je suis dans un état anxieux permanent, je pleure tout le temps et j’ai de plus en plus peur de cette école et du trajet. Donc avec mes parents, cette année on m’a fait raté des cours, ce que je n’aurai jamais fait avant et on à réussi à m’avoir une psy et un aménagement d’horaire récemment. Mais peut importe ce qui se passe, même avec le confinement dont j’étais contente au début (car je n’avais plus à aller à l’école), la peur ne pars pas et j’ai l’impression qu’elle ne va plus jamais partir, et le problème c’est que cette peur m’obsède et me « dirige » ou me « paralysé » ou « m’empêche » de vivre ma vie. Depuis peu j’ai de plus en plus peur de prendre mes responsabilités, de devenir une adulte , de voir les autres ou de sortir de chez moi. Je me refugie dans mon monde comme je l’ai toujours fait et je m’enfonce de plus en plus perdant le contrôle. J’ai l’impression de redevenir un enfant. On m’a proposé de revenir dans mon ancienne école, mais j’ai décidé de rester pour pouvoir continuer mon choix. Mais plus le temps passe plus j’ai peur de ne pas arriver à y retourner, être traumatisé et m’enfoncer encore plus.
    Merci de m’avoir écoutée, cordialement.

  17. Bonjour Annaëlle,

    Je suis désolé que votre maman ne soit pas à votre écoute. Peut-être pourriez-vous en parler à votre père, ou prendre l’initiative de prendre rendez-vous avec votre médecin traitant pour qu’il intervienne auprès de votre mère, et l’invite à vous aider à consulter.

    Dans l’intervalle, je vous invite à prendre le temps de consulter le blog dans lequel vous trouverez plus de 300 articles liés à vos problèmes d’angoisses.

    Sur ma chaine YouTube vous trouverez aussi un certain nombre de vidéos qui pourront vous aider.

    N’hésitez pas à me solliciter si vous avez des questions. Prenez bien soin de vous.

  18. Blairon dit :

    Bonjour , je m’appelle Anaelle et j’ai 12 ans bientôt 13 j’ai exactement les mêmes problèmes mais ma mère dis que ça ne sert à rien de consulter, comment faire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Défiler vers le haut