Vaincre l’angoisse est plus simple que vous ne le pensez!

La plupart du temps, une sorte de logique humaine et émotionnelle voudrait vaincre l’angoisse sans coup férir. Il est bien normal de vouloir éliminer quelque chose que l’on arrive pas à contrôler. Ce faisant, en se comportant de la sorte, on oublie que, stratégiquement, c’est le pire des remèdes.

En commençant par la fin, traiter l’angoisse, en ne se pré occupant que de de cet objectif, nous avons tôt fait d’oublier l’essentiel. L’essentiel n’est-il pas de commencer par gérer l’angoisse, donc combattre les angoisses de façon intelligente puis, grâce à des stratégies issues de la TCC, vaincre l’angoisse enfin?

Dans le cas contraire, c’est comme envisager de prendre la route pour se rendre de Paris à Marseille en ne se préoccupant que d’arriver au plus vite. Ceci, alors que vous n’avez vérifié ni l’huile. Ni la pression des pneus. Et encore moins fait… le plein d’essence. Autant dire que vous ne faites rien  pour que votre voyage se passe bien. Vaincre l’angoisse, sans les gérer, c’est la même chose. Je vais donc vous expliquer comment faire.

Sommaire

Comment vaincre l’angoisse d’une façon étonnante?

Avant tout, il est important d’identifier les moments d’angoisses. C’est à dire dans quels contextes et dans quels environnements êtes vous confronté à l’angoisse. Est-ce dans un cadre professionnel? Social? Affectif? Etc?

Afin d’arriver à comprendre cela, je vous invite à tenir un tableau de bord. C’est à dire noter de façon scrupuleuse, du lever au coucher, toutes les émotions que vous ressentez. Ainsi, vous pouvez plus facilement identifier quand, pourquoi et comment vous êtes dans l’angoisse. Vous vous dotez facilement de moyens simples et pratiques pour vaincre l’angoisse.

Vous pouvez faire cet exercice pendant une période de 4 à 5 jours. Essayez de respecter une discipline. Prenez note des émotions que vous ressentez au moment où vous les ressentez.

N’attendez pas le soir pour faire le point sur ce qu’il s’est passé dans la journée. Vous risquez d’oublier des informations importantes. Cela  risque d’altérer votre façon de vaincre l’angoisse.

Pour que l’exercice d’identification des vos angoisses vous soit profitable, prenez un petit carnet. Il doit tenir dans une poche sans vous déranger. Un peu comme celui des flics dans les séries américaines. Essayez un carnet de type Rhodia® ou Moleskine®.

Vaincre l’angoisse avec un petit carnet

Ensuite, tracez 4 colonnes par jour. Le contenu des colonnes sera le suivant:

  1. Émotions
  2. Intensité
  3. Contexte
  4. Environnement

Dans la colonne 1, vous notez toutes les émotions, si petites soient elles, que vous ressentez du lever au coucher. Je vous rappelle les émotions dites fondamentales:

  • La peur
  • La joie
  • La tristesse
  • La honte
  • La culpabilité
  • Le dégoût
  • La colère

Dans la colonne 2. A chaque fois que vous écrivez – dans l’instant – l’émotion que vous ressentez, vous attribuez à cette émotion une note comprise entre 0 et 10 (10 étant la note la plus forte).

Dans la colonne 3. Vous précisez pourquoi vous avez ressenti cette émotion. Par exemple, parce que vous vous êtes souvenu de quelque chose ou de quelqu’un. Ou parce que quelqu’un vous a dit quelque chose. Ou encore, parce que vous avez lu quelque chose. Enfin, toujours à titre d’exemple, parce que vous vous rendez à un rendez-vous ou allez participer à un évènement et que…

Dans la colonne 4. Vous précisez, à côté de l’émotion que vous venez de rapporter sur votre carnet, le lieu dans lequel vous vous trouvez. Celui où vous êtes au moment où vous ressentez cette émotion.

Au terme de cette période de 4 à 5 jours, vous exploitez les données qui vont, à terme, vous aider à vaincre l’angoisse. Cela signifie que vous sériez les émotions par type, par intensité, et par contexte. Pour ce faire, prenez note des émotions qui reviennent le plus souvent. Puis classez les par intensité. De la plus forte à la moins forte. Il est important que vous ayez une vision claire de ce qui se passe pour vous en matière d’angoisses ou de crise d’angoisse.

Comment exploiter un “Tableau de bord” pour vaincre l’angoisse?

En exploitant les données de votre tableau, essayez de penser à une arborescence informatique. Il est important que des liens clairs et immédiatement exploitables soient visibles. Peut-être ne savez-vous pas ce qu’est une arborescence, ou une sorte de carte mentale? Je vous suggère de chercher sur internet. On trouve de tout sur le web! La preuve, vous lisez cet article…

Une fois que vous avez terminé d’exploiter votre tableau de bord émotionnel comme je viens de vous l’expliquer dans le chapitre précédent, vous savez identifier les moments, les lieux et les angoisses afférentes. Pour exploiter ce tableau de bord, et commencer à vaincre l’angoisse, vous agissez de la façon suivante.

Prenez les 5 émotions les plus vives que vous ressentez. Ensuite, isolez-vous pendant 5 à 10 minutes. L’exercice dont je vous parle est à réaliser pendant au moins 8 jours d’affilée, voire plus.

Les 2 ou 3 premiers jours, votre cerveau va résister. Il vous sera difficile de continuer. En effet, votre cerveau est un composant assez binaire. Il va réagir par rapport à l’exercice. Et sa façon de réagir risque d’être une aggravation de vos symptômes d’angoisse. C’est du moins l’impression que vous aurez. Et, au contraire de ce que vous pensez, c’est plutôt une bonne impression. La preuve que vous faites ce qu’il faut.

Comment vaincre l’angoisse en quelques minutes?

Ne vous inquiétez pas. Ce que vous allez ressentir va rapidement s’apaiser puis disparaître au profit de votre mieux être. C’est un excellent moyen pour vaincre l’angoisse. Si vous ne faites pas l’exercice dans les conditions dont je vous parle maintenant, c’est comme si, atteint d’une infection, vous ne prenez les antibiotiques qui vous sont prescrits. Ou alors, de  façon aléatoire. Quand vous y pensez. Ou pour une durée moindre que la prescription médicale.

Vaincre l'angoisse avec un petit carnet

Donc, pour vaincre l’angoisse, vous vous isolez pendant 5 à 10 minutes tous les jours. Le mieux est de suivre cet exercice une fois levé. Chaque matin. Après votre petit déjeuner. Et avant vous de préparer pour vivre votre journée. Une fois isolé, dans une pièce – votre chambre ou le salon ou, pourquoi pas, les toilettes (c’est difficile voire discourtois d’y résider à plusieurs) -, fermez vos yeux et… imaginez.

Imaginez toutes les situations que vous  identifiez comme les plus douloureuses pour vous en matière d’angoisses ou de crises d’angoisses. Imaginez tout ce qu’il se passe pour vous,. Tout ce que vous redoutez tant, et que vous ne pouvez pas contrôler. Partant, imaginez que ce que vous craignez vous arrive. Que c’est particulièrement douloureux et que vous ne pouvez rien faire pour empêcher cela. Imaginez que vous ne pouvez rien faire pour vaincre l’angoisse.

Pour que les choses soient plus claires pour, je vais vous raconter une anecdote.

Vaincre l’angoisse de façon paradoxale

Il y a plusieurs années, un monsieur est venu me consulter car il était confronté à des angoisses terrifiantes. Depuis quelques mois, il entretenait une relation sentimentale très forte avec une femme qu’il avait connu bien plus jeune. Très amoureux d’elle, et elle de lui, il ne pouvait s’empêcher d’être terrifié par le visage de cette femme. Son visage était marqué par des rides profondes qui invitaient ce monsieur à être en colère car il ne pouvait conserver l’image d’Épinal qu’il avait plus jeune de cette femme qu’il avait tant aimé… à une autre époque.

A chaque fois qu’il pensait à cette femme, et il y pensait très souvent au regard de l’amour qu’il éprouvait pour elle, il ne pouvait s’empêcher de penser à ces rides. L’idée d’y être confronté ne le dégoutait pas mais il était angoissé car cela l’invitait à penser que le temps passe et que cette femme, fumeuse, n’avait pas nécessairement pris soin d’elle comme lui l’aurait souhaité. A chaque fois qu’ils se voyaient, ce monsieur obsédait sur ces rides et ne pouvait détacher son regard d’elles. Obsédé, il n’était plus actif dans la relation ce qui, bien évidement, nuisait à la relation.

Plus le temps passait, plus ce monsieur essayait de contrôler son obsession, moins cela fonctionnait et plus il était victime d’angoisses voire de crise de panique. Il en était même venu à redouter de la rencontrer (pour aller au cinéma ou au restaurant par exemple) par peur d’être confronté à l’objet de son obsession. Dans le même temps, ne pas voir cette femme à cause de son problème le plongeait dans des angoisses profondes. Il était d’autant plus désespéré que l’évitement était le seul moyen moyen qu’il avait trouvé pour vaincre l’angoisse.

Vaincre l’angoisse grâce à une stratégie contre intuitive

La plupart du temps, les gens pensent que pour vaincre l’angoisse, il suffit de le vouloir. C’est ainsi que beaucoup de professionnels de santé, je pense à certains médecins psychiatre, vont vous expliquer que vous n’avez aucune raison d’être angoissé. C’est une erreur à éviter. La plus fréquente.

Si vaincre l’angoisse en rationalisant vous aidait, vous ne seriez pas en train de lire mon blog. Sans doute seriez-vous entrain de jouir de la vie, et vous auriez bien raison. Dès lors, plutôt que de rationaliser, il faut agir. Et agir passe par la remise en cause de vos acquis culturels.

Imaginez que vous soyez entrain de discuter avec un ou un ami. Il n’est pas dans une forme olympique. Se plaint de ne pas être à la hauteur. Qu’il est souvent angoissé et ne sait pas comment faire pour retrouver confiance. Vous essayez de le rassurer. Encore et toujours. Mais force est de constater que cette démarche ne donne rien. Honnêtement, çà vous attriste, mais çà vous lasse aussi. Du coup, j’ai un petit conseil. Si vous voulez l’aider bien sur. Si vous voulez qu’il change.

Cessez de le rassurer. Dites lui ce contre quoi il lutte. Dites lui qu’il n’est rien. Qu’il n’arrive à rien. Qu’il a raison de se mépriser. Et que, d’ailleurs, vous vous demandez pourquoi il insiste tant puisqu’il est convaincu qu’il ne réussira pas. Je sais, c’est trés étonnant. Mais cette stratégie contre intuitive va l’aider à vaincre l’angoisse dont il est victime. Celle-là même qu’il auto-génère quand il tente de se rassurer. Faites le tomber! Il s’en relèvera changé!

Vaincre l’angoisse: Se laisser tomber pour mieux se relever

Je lui demande donc de faire l’exercice dont je vous parle dans les 5 minutes qui précédent chacun de ses rendez vous avec l’amour de sa vie. Il doit imaginer sa terreur, son angoisse, combien il obsède sur l’objet de sa phobie. Enfin, toutes les conséquences qu’il redoute. C’est son seul moyen de vaincre l’angoisse qui le terrasse chaque jour.

Ainsi, il doit imaginer que cette femme va se lasser. Qu’elle va le quitter et que lui sera désespéré, seul, abandonné, confronté à sa propre culpabilité de ne pas savoir gérer et combattre ses angoisses. Dans le cadre de cet exercice, il ne doit s’autoriser aucune solution. De façon paradoxale, je lui donne comme prescription de ne pouvoir vaincre l’angoisse!

Le pire lui est promis. Par exemple, il n’a pas le droit, une fois seul et sans amour, de mettre fin à ses jours. Trop facile! En plus du fait qu’une fois mort, il ne peut plus à vaincre l’angoisse. Mais, pour autant, il n’a  pas trouvé de solution quant à comment vaincre l’angoisse (un peu comme les gens qui veulent en finir avec la procrastination).

Vaincre l’angoisse: Comment lâcher prise et retrouver confiance en soi?

N’oubliez pas que peu importe le nom, l’étiquette, que vous donnez à vos angoisses. Il en va de même au sujet de vos crise d’angoisse. En l’espèce, je fais allusion à l’angoisse nocturne. Et aussi à l’angoisse matinale. Comme aux crise de panique, etc.

Ce qui importe c’est d’en comprendre le mécanisme. Cela permet de très facilement de les neutraliser. Ce qui est la vocation même du Programme ARtUS. Cette méthode comportementale a pour objectif de vous redonner confiance en vous. Elle va vous aider à définitivement vaincre l’angoisse dont vous êtes victime.

Comment définir l’angoisse?

Beaucoup de gens se sentent angoissés, anxieux, paniqués, bien que cette anxiété est parfois bénéfique pour chacun d’entre nous dans certaines situations. Cependant, si ce sentiment commence à perturber votre vie quotidienne, il se peut que vous souffriez de troubles anxieux.

Les troubles anxieux s’entendent comme une perte de contrôle et une angoisse permanente. Ces derniers se manifestent par des sentiments d’inquiétude, de tension et de panique très intense.

A cet instant précis, le corps réagit fortement, ce qui est tout à fait normal et naturel. Nous pouvons décrire ce phénomène qui s’opère dans votre corps comme un “instinct de survie” qui indique que vous êtes prêt(e) à réagir face au danger.

Ainsi, le cœur bat plus vite, la transpiration augmente. Si vous en avez déjà fait l’expérience, vous savez probablement que ces sensations sont particulièrement déroutantes en plus d’être intenses.

Elles peuvent durer plusieurs minutes et parfois des heures. Les personnes qui ont vécu de l’angoisse se sentent déstabilisées et submergées par leurs émotions. Dès lors, l’urgence ne consiste pas nécessairement à comprendre la cause de l’attaque de panique mais bien de réussir à la surmonter pour la faire disparaître.

Ainsi, agir sur les manifestations physiologiques et physiques d’une crise d’angoisse vous aide à traverser ce mauvais moment. L’angoisse doit être distinguée de la peur laquelle est plutôt une réponse immédiate à une menace perçue.

Sachez qu’il est parfaitement normal de se sentir anxieux de temps en temps. Parfois, un peu d’anxiété nous aide à accomplir certaines tâches. Mais, lorsque l’anxiété et la panique commencent à affecter votre vie quotidienne, on peut parler de trouble de l’anxiété.

Il ne faut pas confondre angoisse et anxiété

Symptômes d’angoisse: Traitement et solutions pour contrôler ses angoisses

Vous vous dites ” je suis angoissé en permanence ” ou ” je suis angoissé mais je ne sais pas pourquoi ” ? L’angoisse et ses symptômes affecte la vie de nombreuses personnes. L’arrivée de ces symptômes sont généralement suivis ou accompagnés d’une crise d’ d’angoisse ou attaque de panique.

Le plus souvent, celles et ceux qui sont affectés par des symptômes d’angoisse, ou des symptômes d’anxiété, cherchent à rencontrer un professionnel de santé, psychiatre ou médecin généraliste.

La plupart du temps, ce type de visite médicale donne lieu à une prescription médicamenteuse, laquelle repose sur un diagnostic. Je sais de quoi je parle, j’ai vécu en prenant des médicaments pendant 20 ans…

Or, les conséquences du problème d’angoisse sont traitées mais les causes restent inchangées car inexplorées.

Symptômes d’angoisse et symptômes d’anxiété: Des similarités

Considérant les anxiolytiques, hypnotiques, et autres neuroleptiques prescrits, il convient de s’assurer que les symptômes d’angoisse sont clairement identifiés. Ceci afin de limiter les risques de prescription médicamenteuse inadaptée aux symptômes d’angoisse.

En effet, les symptômes de l’angoisse comme les symptômes d’anxiété sont souvent les mêmes :

  • Troubles du sommeil
  • Problèmes alimentaires
  • Troubles de l’humeur
  • Vertiges
  • Problèmes sexuels
  • Agressivité
  • Sentiment d’angoisse diffuse
  • Forte sudation
  • Problèmes pour respirer
  • Nausées
  • Accélération du rythme cardiaque

L’angoisse (ou l’anxiété) est aussi communément désignée par le mot «stress». Elle peut se manifester par des attaques de panique ou des crises d’angoisse. Les symptômes suivants ne sont pas exhaustifs.

  • Sentiment de peur
  • Sensation de mort imminente
  • Tendance à dramatiser les choses
  • Difficulté à détourner son attention de l’objet du stress
  • Incapacité à lâcher prise
  • Impression de perte de contact avec la réalité (déréalisation)
  • Tendance à différer et à procrastiner
  • Culpabilité excessive
  • Émergence de souvenirs traumatiques
  • Besoin de contrôle permanent
  • Idées obsédantes
  • Sensation de vide
  • Peur de devenir fou (ou folle)

C’est donc en fonction de l’identification de ces symptômes d’angoisse, et de la valeur donnée à chacun par le patient que, de façon progressive, un soin médical est prodigué.

Ces troubles sont pondérés en fonction de la personnalité de chaque patient. Ainsi, il est important de limiter tous les problèmes d’insuffisances de prise en charge liés au seul traitement médical. Aussi, il est fortement conseillé de consulter un professionnel de la psychologie pour traiter les symptômes d’angoisse. Une autre solution consiste à utiliser un programme comportemental en ligne comme celui dont je vous parle en conclusion de cet article et que j’ai conçu grâce à mon expériences en tant que comportementaliste.

Pour ce qui est des consultations médicales, il est très facile de trouver ces professionnels en consultant des annuaires sur le web. Vous pouvez aussi vous renseigner auprès de vos amis ou de votre famille afin de bénéficier des conseils de votre entourage quant aux professionnels qu’ils auraient déjà consulté. Voire, en vous rapprochant de l’hôpital le plus proche de votre domicile.

Symptômes d’angoisse ou symptômes d’anxiété: Quelles différences?

On a souvent tendance à ranger une personne anxieuse et angoissée dans la même case. Pour éviter toute confusion et les amalgames, il est important de comprendre de quoi il en retourne en matière de symptômes d’angoisse. C’est donc vital préciser de connaître les différences entre l’angoisse et l’anxiété.

L’angoisse et ses symptômes

L’angoisse est une émotion on ne peut plus classique. Tout le monde, à un moment ou à une autre peut être d’angoissé et ressentir des symptômes d’angoisse. Par contre, certaines personnes peuvent être sujettes à des crises d’angoisses. Ces dernières sont une forme d’anxiété. Dans toutes les circonstances de votre vie, vous êtes confronté à des situations que vous redoutez et qui génèrent de la fatigue, du stress, des angoisses et donc des symptômes liés à ces états. Tous les domaines de votre vie sont susceptibles d’être affectés par une angoisse, une peur, voire une peur panique.

Traiter l'angoisse rapidement avec la thérapie comportementale

Face à de tels problèmes, seuls deux comportements s’offrent à vous : partir et refuser le problème ou dénier la réalité et l’intensité de ce que vous vivez comme un problème. Mais, il vous est possible d’affronter le problème.

En effet, l’angoisse, et à plus forte raison les symptômes d’angoisse, exprime une crainte soudaine. Et, partant, la difficulté de s’adapter. Cette difficulté est aggravée par deux éléments qui fondent votre relation immédiate à l’angoisse.

Dès lors, deux questions se posent. Avez-vous pris soin d’accepter l’angoisse ? Ce faisant, arrivez-vous à prendre de la distance émotionnelle nécessaire pour vous en détacher ?

Aux symptômes d’angoisse, comme à l’angoisse elle-même, peut s’ajouter le problème de la crise d’angoisse. Une crise est une situation qui ne possède pas les aspects de ce que vous souhaitez ou prévoyez. Lorsque vous sentez une boule d’angoisse apparaître au creux de votre estomac, vous savez que la crise est proche… La crise d’angoisse ou la montée d’angoisse et ses symptômes physiques comme psychologiques viennent alourdir d’autant plus le bagage que vous peinez déjà à porter.

Les symptômes d’anxiété

Parfois, le fait de ne pas avoir pensé à l’angoisse avant qu’elle ne se produise génère un manque d’estime de soi. Vous culpabilisez de ne pas y avoir pensé et donc de ne pas avoir pu l’appréhender pour réagir en conséquence. Vous vous sentez coupable de ne pas avoir su traiter les symptômes d’angoisse suffisamment tôt et de ne pas avoir été en mesure de les éviter.

Dès lors, pour soigner l’angoisse et l’anxiété, il convient aussi de travailler sur l’estime de soi et la confiance. Par conséquent, sur l’affirmation de soi.

L’anxiété a des symptômes en bien des points identiques aux symptômes d’angoisse. Pour cette raison, les signes de l’anxiété sont souvent confondus avec ceux relatifs à l’angoisse. Mais, il y a une différence de taille. L’angoisse s’inscrit dans une dimension ponctuelle. A contrario, l’anxiété est une émotion continue qui s’est installée au gré des événements douloureux voire traumatiques que vous avez vécu et qui est sous-jacente en permanence.

L’anxiété ne concerne généralement qu’un sujet à la fois. C’est une chose en particulier qui génère une angoisse de plus en plus importante qui se meut en anxiété (au sens de son activation permanente). Cette anxiété peut être aggravée par d’autres problèmes de stress ou stress post-traumatique.

Ces facteurs de stress sont inhérents à différents secteurs de votre vie mais, surtout, à la vision que vous avez de votre propre avenir. Pour mieux cerner cet état d’esprit, plusieurs questions sont amenées à se poser : avez-vous confiance ? N’avez-vous pas confiance? En vous? En les autres? Autant de questions, et de réponses, qui vous font réagir d’une façon ou d’une autre.

Les causes de l’angoisse: Symptômes et définition médicale

L’angoisse est différente du simple stress. Avoir peur ou être inquiet devant une situation difficile ou nouvelle, c’est parfaitement normal. On parle d’angoisse et d’anxiété quand la peur devient irrationnelle et permanente.

Définition médicale

En psychopathologie, l’angoisse désigne un état physique et psychique d’inquiétude accompagnée du sentiment d’oppression constante. Les patients angoissés craignent constamment qu’un malheur s’abatte sur eux.

Ils développent de nombreuses stratégies d’évitement pour limiter leur contact avec des situations angoissantes. À titre d’exemple, garer leur voiture là où ils ne peuvent pas la voir devient une source d’inquiétude qui les empêche de profiter de leur journée.

Quelle est la différence entre l’anxiété et l’angoisse? Les deux termes sont à peu près synonymes. Le terme “anxiété” est plus souvent utilisé dans le milieu médical pour décrire ce que l’on appellera plus facilement angoisse qu’anxiété dans la vie de tous les jours.

En psychiatrie, on parle notamment de troubles anxieux et d’anxiété généralisée.

Symptômes psychiques

Les symptômes psychiques de l’anxiété varient d’un patient à l’autre. Il n’est pas nécessaire de tous les avoir pour être diagnostiqué anxieux.

Il suffit d’en ressentir plusieurs pendant au moins six mois d’affiliée. Les principaux symptômes sont:

Symptômes physiques

Aux symptômes psychiques s’ajoutent bien souvent les symptômes physiques de l’angoisse. Les symptômes physiques se nourrissent souvent des symptômes psychiques et inversement, produisant un cercle vicieux difficile à gérer.

Pendant les crises d’angoisse, les symptômes physiques se manifestent très fortement et produisent souvent une peur de mort imminente. Les symptômes physiques les plus courants de l’angoisse sont:

  • Insomnies
  • Sensation d’étouffement, d’oppression thoracique
  • Nausées, diarrhées, vomissements
  • Vertiges
  • Transpiration
  • Tremblements
  • Frissons ou bouffées de chaleur
  • Sanglots

Symptômes d’angoisse: Quelques conseils

Chez les personnes angoissées, il existe une relation entre l’angoisse et l’anxiétéDe la même façon qu’il existe des similitudes entre les symptômes d’angoisse et ceux de l’anxiété. Le lien peut être fait dans les deux sens même s’il existe une frontière.

Inhibé, victime de votre peur de l’échec, et sous le prétexte que vous n’êtes un homme (ou une femme) riche, beau (belle) et intelligent(e) – du moins le pensez vous -, vous ne pouvez vous empêcher de vous poser la question de savoir pourquoi une belle personne s’intéresserait à vous.

L’anxiété se comprend comme une peur majeure – une peur fruit de projections émotionnelles – (imaginer un avenir dont on ne sait rien) comme de se présenter à une belle femme, ou un bel homme, et de craindre d’essuyer un échec, un refus sentimental.

Bien évidemment, vous allez imaginer plusieurs techniques d’approche ou vous tentez de vous rassurer quant à votre peur d’échouer. Voire évincé. Mais, n’auriez-vous pas plutôt peur de réussir ? Ce faisant, de ne pas être à la hauteur pour “honorer” une si belle femme ? Ou un homme si séduisant ? C’est comme cela, de façon insidieuse, et sourde, que votre angoisse se construit. Pouvez-vous arrêter de rentrer dans des peurs panique?

Symptômes d'angoisse ou symptômes d'anxiété

Il y a diverses façons de combattre cette forme d’anxiété sociale. Je vous en présente quelques unes qui vous permettent de voir les choses de façon plus ouverte.

L’adaptation à son environnement pour contrer les symptômes d’angoisse

Regardez. Observez ce qu’il se passe autour de vous. Et restez à l’écoute de vos symptômes d’angoisse. N’intervenez pas. Mais, au fur et à mesure que votre regard se pose sur les gens, comme sur la perception que vous avez de chacun, essayez d’identifier les émotions que suscitent ces scènes en vous.

Ainsi, avec le temps, vous serez capable d’identifier les symptômes d’angoisse.

Prenez le risque, sans vous faire remarquer, de pénétrer dans des lieux qui vous attirent tout en contrôlant ce qui pourrait s’apparenter à une crise de panique, un trouble panique ou de bouffées d’angoisse et de leurs symptômes. Rasez les murs si vous le souhaitez.

Ensuite, installez-vous à une table discrète proche de la sortie si vous le souhaitez et que cette configuration vous met plus à l’aise. Cela participe à vous sécuriser ? Ainsi, vous êtes plus à même de prendre la maîtrise de vos symptômes d’angoisse. S’il y a lieu.

Une fois installé, observez. Qui fait quoi?  Et comment?  Fort de vos observations, et de vos remarques, vous apprenez à faire le rapprochement entre votre phobie sociale et un traitement approprié.

Une fois bien en place, essayez de rentrer en contact avec les personnes présentes. Osez leur poser des questions. Et c’est là qu’intervient une astuce très importante. Quand votre interlocuteur va répondre à votre première question, posez en une seconde en reprenant – dans la question – ce que la personne vient de répondre.

Ainsi, vous créerez du lien social et agirez de sorte à vous prémunir d’un trouble anxieux dépressif et à mieux contrôler vos symptômes d’angoisse.

Oser s’affirmer: Une solution pour vaincre les symptômes d’angoisse

En créant du lien, vous finirez par en savoir de plus en plus sur le lieu, les gens et leurs habitudes.

Au surplus, vous êtes assez rapidement identifié comme ” habitué “. Et vous êtes respecté pour cela. En créant un lien, vous créez un ” sentiment d’appartenance “. Ainsi, ce lieu est désormais ” vôtre “. En ce lieu, précisément, vous êtes respecté.

C’est en agissant de la sorte que vous vous appliquez à vous même un traitement adapté pour contrôler vos crises d’anxiété. Ci-dessous, je vous donne quelques petites astuces pour soigner l’angoisse et qui fonctionnent également pour soigner l’anxiété. Les essayer, c’est les adopter!

Inscrivez vous dans une démarche active quant au traitement de troubles anxieux. Apprenez naturellement à vous affirmer, et à avoir confiance en vous.

Apprendre à maîtriser le langage de son corps

Que ce soit dans la rue, dans un lieu public, dans un musée, un bar, où je ne sais où encore, traversez la foule avec lenteur. Les gens y verront une sorte d’assurance qui vous garantit toute protection à propos de votre gestion du stress et des symptômes d’anxiété, tout comme de vos symptômes d’angoisse d’ailleurs.

La force tranquille, la puissance calme que vous exprimez invite les autres à vous attacher de l’importance. Vous forcez le respect des autres comme l’on dit. Cette méthode est votre garantie d’un traitement de votre anxiété qui, progressivement, vous conviendra.

Essayer d’être franc et direct

Évitez que les troubles anxieux et l’anxiété chronique ne prennent le pas sur vous. Reconnaissez les signes de l’anxiété généralisée dans votre comportement émotionnel. Si ce n’est déjà fait, apprenez à identifier les symptômes d’angoisse. A ce propos, je vous ai glissé un lien d’accès vers une vidéo exceptionnelle.

Je vous invite à la regarder (lire au bas du présent article). Protégez-vous de vous même comme de vos pensées toxiques. Laissez-vous plus de temps que nécessaire pour engager une conversation. Agissez. Au pire, vous prenez une veste ! Et alors ? Ne dit-on pas qu’échouer c’est réussir ? Et que l’on apprend souvent bien plus de ses échecs que de ses victoires.

Progresser avec calme et détermination

Imaginez. Vous voyez une femme. Elle est belle, elle vous plait. Ou vous voyez un homme. Il vous plait. A l’idée de l’aborder et de lier connaissance, vous êtes empreint de symptômes d’angoisse que vous connaissez tant. Si vous le décidez, rapprochez-vous de cette personne. Présentez-vous à elle.

Mettez votre anxiété à l’épreuve. Ainsi, vous vous trouvez en mesure de prendre le contrôle de vos symptômes d’angoisse. En agissant de la sorte, petit à petit, vous apprenez à vous affirmer. Vous reprenez confiance en vous. Votre courage en bandoulière, vous évitez symptômes d’angoisse, angoisse et… dépression. Pas mal, n’est-ce pas ?

Pourquoi vous sentez-vous angoissé(e)?

L’angoisse n’est pas un malaise normal. Si vous la ressentez au quotidien et qu’elle vous pousse à vous inquiéter exagérément et irrationnellement, alors il ne s’agit pas d’un simple stress.

Pour vous débarrasser de l’angoisse, vous allez devoir analyser le plus précisément possible ses origines. En d’autres termes, vous devez comprendre pourquoi vous vous sentez angoissé(e) pour ne plus être angoissé(e).

L’angoisse peut avoir plusieurs origines: innée et acquises. Plusieurs études suggèrent que l’angoisse s’apprend pendant l’enfance, mais que certains individus ont des dispositions génétiques.

Elle peut avoir ces deux causes pour origines, ou bien une seule.

Pourquoi avons-nous des peurs et des angoisses?

Je ne parle pas de ces peurs conscientes ou inconscientes qui agissent en alliées (ex: la peur de se brûler qui nous éloigne des flammes). Et je ne parle pas non plus de ces peurs exacerbées qui nous freinent et que l’on appelle des phobies.

Je vous parle de peurs plus discrètes. Celles qui se cachent bien au chaud sous la forme de croyances négatives, de manque de confiance, ou encore sous la méconnaissance de sa véritable personnalité.

Quelques exemples de peurs au quotidien

  • La peur de s’exposer qui retient possiblement les mots de celui qui ne parvient pas à s’exprimer avec fluidité malgré un bon vocabulaire
  • Peur de sortir de sa zone de confort qui retient à son poste celui qui veut changer de travail mais qui ne fait aucune démarche en ce sens
  • La peur de faire de la peine, de ne pas être aimé(e), qui dit oui au lieu de dire non

D’où viennent ces peurs et ces angoisses?

Pour mieux se libérer de ses peurs exacerbées et paralysantes, il est pertinent de connaître leurs origines:

  • Éducation: Peur de montrer une faiblesse, de ne pas être assez, de contrarier, s’affirmer…
  • Environnement: Géographique, social et culturel
  • Peur de manquer, peur de souffrir, peur de mourir
  • Croyances négatives: Peur d’être jugé(e), de ne pas avoir le droit de…
  • Expériences passées: Peur de souffrir, peur de l’échec
  • Interprétation des événements: Peur de s’exposer, d’agir

Les origines génétiques de l’angoisse

Aujourd’hui, la science ne peut pas encore trancher définitivement la question. Les observations de l’activité cérébrale des personnes angoissées souffrant d’un trouble anxieux sont néanmoins assez claires.

Les zones du cerveau et les réseaux neuronaux en charge de la peur et de sa transmission sont beaucoup plus actifs chez les personnes angoissées.

Les origines familiales et éducatives de l'angoisse

Certaines prédispositions génétiques induiraient donc ce développement neurologique particulier à l’origine de l’angoisse. Malgré tout, de telles dispositions ne donnent pas systématiquement une personne angoissée.

L’environnement, notamment familial, joue un rôle essentiel.

Le rôle de l’environnement familial dans l’apparition de l’angoisse

Les études psychiatriques sur l’angoisse montrent aussi le rôle prévalant de l’environnement. Un enfant qui grandit dans un milieu anxiogène développe des angoisses.

Dans certaines familles, les parents sont déjà angoissés et transmettent leur inquiétude aux enfants à travers des séries de recommandations et d’interdictions.

Dans d’autres familles, c’est la violence physique et psychique qui traumatise l’enfant et produit l’angoisse. Un foyer dans lequel l’enfant reste constamment en alerte, analysant les moindres changements d’humeur de ses parents, est un exemple typique.

Même quand la violence ne s’exerce qu’entre les parents, l’enfant en est le témoin et en souffre.

Clés pour identifier vos peurs

Les peurs et angoisses ne sont pas toujours faciles à identifier. Pourtant, les connaitre s’apparente à clairement identifier notre ennemi pour mieux s’en libérer. Je vous invite alors à vous poser les deux questions suivantes. Vos réponses vous aideront certainement à mieux identifier l’origine de votre peur:

Question 1: “Quels pourraient-être les effets négatifs si j’arrive à… ?

Pour reprendre l’exemple de savoir dire non:

  • J’ai peur de lui faire de la peine – culpabilité = stress, anxiété, angoisse
  • Qu’il m’aime moins donc je dis oui…= culpabilité = stress, anxiété, angoisse

Question 2: “Quels sont les effets positifs si je reste dans cette situation?”

Pour reprendre l’exemple de la fluidité d’expression: “Si je sais que je ne m’exprime pas avec fluidité, je ne prends pas la parole, donc je ne m’expose pas = peur de m’exposer = culpabilité = stress”.

En méditant sur la situation qui pose problème, vous pouvez faire émerger les ressentis générés par cette situation, qu’ils soient mentaux ou physiques.

Vaincre l’angoisse: Comment calmer une crise d’angoisse?

Calmer une crise d’angoisse n’est pas toujours une mince affaire. Pics de stress aigu, panique, désorientation, c’est un moment où le rationnel déserte le plancher! Pourtant, il existe des astuces pour venir à bout d’une crise d’angoisse et retrouver rapidement son calme.

Une fois identifiées, il est plus facile de trouver des solutions pour vaincre ses peurs et se débarrasser de ses angoisses.

En pareille situation il s’agit avant tout de se montrer bienveillant envers soi-même, de se donner toute la douceur et la compassion que l’on mérite, compte tenu de nos difficultés et notre souffrance.

Accueillir ses angoisses

Certaines personnes ne réalisent même pas qu’elles sont anxieuses. La question se pose alors de comment gérer ses angoisses et de s’en servir comme un moteur pour avancer sereinement dans la vie.

Comprenez que reconnaître votre angoisse (envers vous-même et les autres) est un bon point de départ. C’est un point important vers le processus guérison de l’angoisse à partir du moment vous reconnaissez votre inconfort.

Savoir se remettre en question fait aussi partie intégrante du processus pour se débarrasser de l’angoisse. L’analyse de certains comportements passés permet d’éliminer de vraies peurs, ce qui constitue une étape cruciale.

Cela peut prendre un certain temps même parfois beaucoup de temps, mais c’est possible en vous armant de patience et de – bonne – volonté. Enfin, une fois l’angoisse acceptée, il devient possible, et plus facile, de s’en débarrasser.

Comment accepter ses angoisses?

Plus vous contrôlez angoisse ou crise d’angoisse, plus elles s’amplifient. Plus vous focalisez sur le fait que vous désirez que vos angoisses s’estompent, plus vous générez du stress!

Sachez une chose: les crises d’angoisse s’arrêtent toujours! Au lieu d’essayer de faire disparaître votre crise d’angoisse, laissez-la venir. Observer et acceptez ce que vous pouvez ressentir lorsque les angoisses arrivent.

Au début, ce n’est pas facile. Mais, vous constaterez que les crises deviennent progressivement moins fréquentes et moins violentes qu’auparavant. Avec le temps, elles disparaissent complètement, comme par magie.

Accepter ou, mieux, accueillir l’angoisse, c’est le meilleur moyen de la faire partir. C’est tout le paradoxe d’un tel comportement réponse à quelque chose qui vous est pénible. Vous dire squ’il est normal que vous soyez angoissé, c’est comme accepter qu’il y a des situations à propos desquelles vous êtes impuissant, de choses que vous ne pouvez pas changer.

Comme par exemple, accepter qu’on est angoissé quand notre partenaire rompt la relation. Plus vous lutterez, pire ce sera. Plus vous accepterez, plus vite partira cette sensation d’angoisse. Progressivement, vous lâcherez prise, vous prendrez de la distance.

Comment lâcher prise?

Plus vous vous demandez pourquoi vous êtes angoissé(e), plus vous angoissez. Vos angoisses ont parfois aucune cause bien précise et parfois aucune. Tenter de comprendre pourquoi vous angoissez, c’est un peu comme chercher une aiguille dans une meule de foin.

Êtes-vous certain(e) des réponses que vous allez trouver sachant que votre cerveau déteste laisser des problèmes non résolus. Lorsque vous ne comprenez pas la cause exacte de vos crises d’angoisses, vous donnez ainsi de l’ampleur au phénomène.

Si vous relâchez la pression, il est plus facile de gérer ses angoisses. En effet, plus vous acceptez vos émotions, sans lutter, plus vous pouvez les contrôler et, partant, lâcher prise.

Comment passer à l’action?

La solution pour se débarrasser de l’angoisse n’est pas nécessairement d’avoir un tempérament positif. Ce n’est donc pas nécessairement en positivant que vous pouvez vous débarrasser de l’angoisse.

Commencez plutôt par être pragmatique et identifier tout ce qui est anxiogène dans votre vie. Par exemple, si vous êtes sensible aux informations (radio, télévision, et journaux), éloignez-vous des – mauvaises – nouvelles pendant un moment.

Faites-en autant avec les réseaux sociaux s’ils sont pour vous une source d’angoisse. Prenez du temps pour faire des choses qui vous plaisent, et qui vous font du bien. Soigner votre environnement, c’est aussi vous soigner. Oser demander de l’aide: ce dernier conseil semble simple, mais c’est peut-être un des plus compliqué.

Demander l’aide d’un coach ou d’un psychothérapeute peut vraiment vous aider à vous débarrasser de l’angoisse. N’hésitez donc pas à vous faire aider, si vous en ressentez le besoin. Et soit dit entre nous, évitez de vous convaincre que vous allez arriver à vous débarrasser de l’angoisse tout(e) seul(e). C’est un leurre avec lequel vous vous manipulez.

La thérapie comportementale vous aide à traiter l'angoisse trés rapidement

Crises d’angoisse: Attention aux pièges

L’angoisse est un trouble psychique difficile à gérer au quotidien. Même si vous entreprenez immédiatement une thérapie comportementale, vous allez devoir vivre avec pendant encore quelques semaines.

Chez les patients les plus sensibles, les crises d’angoisse sont nombreuses et peuvent rendre le quotidien très difficile. Si c’est votre cas, vous devez absolument apprendre à y réagir et bien connaître les erreurs à éviter.

Parmi les psychiatres et les comportementalistes, un consensus s’est progressivement formé autour des erreurs à éviter quand on souffre d’angoisse chronique. Naturellement, cette liste n’a pas pour objectif d’être exhaustive et exclusive.

Néanmoins, ces erreurs à éviter indiquent aussi la démarche à suivre pour sortir de l’angoisse. Les voici donc:

  • Cacher ses angoisses et ne pas parler de ses crises
    Beaucoup de patients ont honte de leur état et s’enferment dans leur peur.
    Au contraire, vous devez parler autour de vous de votre mal-être pour en sortir.
  • Lutter contre les symptômes
    Quand une crise d’angoisse se manifeste, ne luttez pas.
    Essayez d’accepter la situation et gardez en tête qu’elle est temporaire.
    Dans le même temps, je vous suggère de pratiquer des exercices de respiration.
    Accrochez-vous à cette certitude: personne n’est jamais mort d’une crise d’angoisse.
  • Obéir à vos peurs et éviter les situations anxiogènes
    Cette attitude ne résout rien.
    Pis encore, elle aggrave vos angoisses, car vos pensées irrationnelles trouvent toujours de nouveaux objets d’inquiétude.
  • Compter sur les médicaments
    Certains traitements anxiolytiques sont efficaces chez les patients qui perdent pied, mais ce n’est jamais une solution définitive.
    L’angoisse est réprimée, mais pas soignée.
    Vous devez consulter un spécialiste pour vous en sortir.
  • Programme comportemental en ligne: Mieux encore, vous pouvez utiliser la méthode comportementale que j’ai conçu pour traiter l’angoisse (voir la vidéo ci-dessous).
    Grâce à ce programme thérapeutique, 16 cas sur 17 sont soignés en moins de 3 mois.

L’angoisse a fait partie de ma vie des années durant. La relation entre l’angoisse et moi relevait du rapport amour-haine. A la fois elle me maintenait en vie. A la fois elle me gâchait la vie. J’avais toujours ce sentiment de ne pas être normal. De ne pas être comme tout le monde. Je passais mon temps à faire des comparaisons, en plus de ruminer pour essayer de trouver des solutions à l’angoisse dont je souffrais. Ce que je ne savais pas c’est que le problème relevait de l’angoisse chronique.

J’ai toujours été quelqu’un d’anxieux. Enfant, la moindre inter action avec les autres me plongeait dans des angoisses pénibles. Peur de mal faire. Peur de mal dire. Crainte de ne pas être à la hauteur. A bien y réfléchir, chaque situation était une source d’angoisse. Même l’école était un vecteur d’angoisse. Je me suis d’ailleurs rendu compte que ma peur d’échouer entravait littéralement mon désir de réussir.

L’angoisse chronique: Quand éviter enrichit le problème

Scolairement, j’ai toujours fait ce qu’il fallait pour avoir la moyenne. Sans plus. Aujourd’hui, je regrette de ne pas avoir été accompagné comme je pense que ma sensibilité en avait besoin. Cela m’aurait évité bien des tracas. Bien des angoisses. Au réveil, la seule idée d’être interrogé en classe m’angoissait. Mais je faisais comme si de rien n’était.

Je me rappelle encore ce chemin vers l’école. En m’y rendant, matin et après-midi, je n’avais que deux choses en tête. Être avec mes potes. Leur présence me détournait de mon anxiété. La seconde chose consistait à fantasmer sur la sonnerie qui annonçait la fin des cours. J’avais la chance que ma mère vienne me chercher chaque jour pour le déjeuner. Rentré était pour moi une libération. Repartir à l’école, un chemin de croix.

Moralité: c’est bien la preuve qu’éviter l’angoisse et, partant, l’anxiété, c’est enrichir le problème. Ou, si vous préférez, plus vous contrôlez, plus vous alimentez.

Angoisse chronique: Une peur constante

Ce que j’apprendrais bien plus tard, c’est qu’être chez moi, dans ma famille, était aussi une source d’angoisse. In fine, dans quelque lieu que ce fut, j’avais un gros problème d’estime et de confiance en moi. Personne n’imaginait combien ce que je ressentais en termes d’émotions s’apparentait à de l’angoisse chronique.

Je suis persuadé que si j’en parle autour de moi à celles et ceux qui m’ont connu à l’époque, ils en seraient trés étonnés. Et pourtant. C’est bien cette peur constante qui aura été ma compagne tout au long de mon enfance. Cette peur devenue angoisse chronique puis anxiété. Ce n’est qu’en devenant coach comportemental que je comprendrais la différence entre angoisse et anxiété. Que je comprendrais qui je suis. Comment je fonctionne. Qu’enfin, en étant aidé par les bonnes personnes, je cesserais de passer à côté de moi.

C’est ce qu’au travers de cet article, comme de tous les autres au sein de ce blog, je souhaite vous épargner. Cesser de continuer à avoir peur. Savoir faire des différences entre vos diverses émotions. Comme identifier votre angoisse chronique . Agir en conséquence. En bref, vous libérer. M’affirmer. C’est d’ailleurs ce que vous faites en lisant cet article.

Une question de personnalité

Angoisse et anxiété sont des termes synonymes pour désigner un certain état physique ou psychologique. L’angoisse chronique est souvent définie comme un sentiment général de malaise. Ceux qui sont atteints par l’angoisse chronique voient les choses de façon pessimiste, et se sentent inutiles face à des situations difficiles.

L’angoisse chronique induit un sentiment répétitif qui met mal à l’aise. Ce sentiment si particulier fait que l’angoisse chronique est vécue comme une forme de malaise qui ne fait l’objet d’une cause précise. La personne atteinte d’angoisse chronique est victime d’une peur permanente.

Les différences entre angoisse et anxiété

La notion, ou la perception, du danger existe pour elle en tout temps et tout en lieu. Il est difficile, voire impossible, d’échapper à ce sentiment de malaise qui génère un mal être profond.

Souvent incomprises, les victimes sont fréquemment contrariées par cette incompréhension, et se renferment sur elles mêmes. Ce qui a pour effet, bien évidemment, de les isoler et d’aggraver leurs symptômes.

L’angoisse chronique est donc caractérisée par un sentiment général de malaise dont l’origine est difficilement identifiable. Plus généralement, ce sentiment de malaise et de dangers est le plus souvent lié à des sujets tabous ou sensibles. Celui ou celle qui est la proie se trouve dans une situation embarrassante, une sorte d’impression d’ensemble qu’il ou elle n’arrive pas à exprimer. Ce sentiment qui a un lien fort avec des sujets intimes génère un blocage qui empêche tout épanouissement.

Les différentes manifestations de l’angoisse chronique

Mal traitée, cette angoisse chronique peut réapparaître à tout moment. L’angoisse est souvent assimilée à une forme d’anxiété. La différence entre l’angoisse et l’anxiété est si subtile que l’on ne peut affirmer que l’angoisse chronique est une émotion qui s’apparente à de l’anxiété.

L’angoisse chronique peut être d’origine organique: un manque de magnésium par exemple. On peut identifier l’angoisse chronique au travers de diverses manifestations physiques voire neurologiques:

  • Tachycardie
  • Somatisation
  • Crise de tétanie

Quand l’angoisse chronique se manifeste par une crise de tétanie, cela signifie qu’il faut prendre de mesures médicales spécifiques. En effet, le malaise a des conséquences physiques. Dès lors, consultez votre médecin et faites réaliser des analyses.

Les symptômes de l’angoisse chronique

La personne victime de ce sentiment de malaise peut présenter des symptômes inquiétants comme la tachycardie. Cela consiste en une accélération du rythme cardiaque, au-delà de 90 à 100 battements par minute. On pourra également être confronté à des somatisations (manifestation physique du trouble psychique). Par exemple, un cas typique de somatisation est une tension musculaire parfois constante.

L’angoisse chronique est responsable d’un ralentissement psychomoteur et d’une fatigue souvent importante. Ce problème est aussi lié à un manque d’initiative, d’enthousiasme, ou encore d’intérêt. Cela peut aboutir à une dépression réactionnelle.

Causes de l’angoisse chronique

Dans un précédent chapitre, je vous explique ce qui, pour moi, sont les causes de ma légendaire angoisse chronique. Dès lors, cela signifie que chacun de nos histoires respectives constitue l’une des multiples causes de notre angoisse chronique. Dès lors, plus que cette histoire de vie, ce sont aussi tout un tas d’autres facteurs qui favorisent l’angoisse chronique.

Nos expériences de vie bien sur. Mais aussi la construction de nos personnalités respectives. Notre fameuse vision des choses. Laquelle s’appuie sur des éléments dans lesquels l’éducation que nous avons reçu a une bonne place. La religion aussi a une place fort importante. Enfant, j’ai très vite appris que je devais craindre le doigt de dieu. D’ailleurs, je le voyais entre chaque nuage et chaque geste de mon quotidien. La peur encore. Celle du jugement. Du jugement dernier.

L’idée même de savoir que si je ne faisais pas ce qu’il faut je risquais l’enfer me terrorisait. Partant, ce que je comprenais de ce que l’on exigeait de moi façonnait cette angoisse chronique.

En référence à ma propre histoire, je suis convaincu que la plupart d’entre vous s’identifient. Peu importe la culture dont nous sommes. Ou l’éducation que nous avons reçu. Le problème de l’angoisse chronique ainsi générée est toujours la même. Peu ou prou, nous avons tous vécu la même chose. A telle enseigne d’ailleurs que là, maintenant, tout de suite, vous vous demandez comment vaincre l’angoisse chronique dont vous êtes victime.

Traitement de l’angoisse chronique

Cette angoisse qui se répète devient une angoisse chronique. Plus précisément, l’anxiété est la forme répétitive de l’angoisse. Comme à l’accoutumée, il est très important de comprendre le mécanisme de son angoisse afin de la traiter efficacement.

Dans la mesure où l’angoisse chronique est provoquée par des mécanismes internes inconscients, la meilleure façon de la soigner est d’essayer d’attaquer le problème de front.

Les traitements chimiques (médicaments) pourraient être efficaces pour soigner l’angoisse. Malheureusement, on ne peut pas compter sur ces traitements. Ils ne soulagent que de façon spontanée. Ne guérissent pas.

Ils ne font qu’atténuer les symptômes qui ne manqueront pas de resurgir dès l’arrêt des prises médicamenteuses.

Comment vaincre l’angoisse chronique?

Il existe des thérapies classiques qui peuvent donner de bons résultats. Mais, tout le monde ne souhaite pas s’inscrire dans une démarche thérapeutique longue (psychologie, psychanalyse). Il existe des thérapies brèves. En l’espèce, il peut s’agir de relaxation, de sophrologie, d’EMDR ou encore de thérapie comportementale(TCC).

La plupart des gens sont convaincus qu’on ne peut pas vaincre l’angoisse chronique. Qu’il faut simplement savoir vivre avec elle. Pourtant, ceux qui sont vraiment à la recherche d’une solution à l’angoisse chronique pourront trouver satisfaction dans les thérapies.

Le meilleur moyen pour traiter l’angoisse chronique est de consulter un thérapeute comportemental. En prescrivant des exercices thérapeutiques progressifs, on peut facilement retrouver estime et confiance en soi. Les causes de l’angoisse chronique peuvent être nombreuses . Il serait trop long et fastidieux de les chercher toutes.

En conséquence, une thérapie comportementale est un des meilleurs moyens, si ce n’est le seul, pour trouver l’origine de cette angoisse. Et, surtout, définitivement l’écarter. Pour en savoir plus, je vous suggère de regarder la vidéo ci-dessous. Vous allez découvrir une solution étonnante.

Comment se débarrasser de l’angoisse?

Vous sentez-vous parfois oppressé ou en manque d’air? Vous arrive-t-il d’avoir des bouffées de chaleur ou une transpiration excessive? Ou souffrez-vous parfois de douleurs à l’estomac?

Dans l’affirmative, sachez que ce sont des symptômes de crises d’angoisse, qui peuvent parfois provoquer la panique et vite devenir un handicap au quotidien. En effet, lorsque vous ressentez l’un de ces symptômes, vos mains sont moites, votre cœur bat, vos jambes tremblent.

Parfois, dans le pire des cas, vous avez le sentiment d’avoir perdu le sens de votre vie ou même l’impression de mourir. Et s’il s’agissait des signaux d’alerte d’une crise d’angoisse ?

En pareille situation, comment se débarrasser de l’angoisse? Il existe de nombreux outils pour mieux vivre son anxiété au quotidien. Ci-après, vous en trouverez quelques-uns à même de vous aider.

Exercice respiratoire

L’angoisse tend à accélérer le rythme respiratoire de façon chaotique. Cela peut même aller jusqu’à créer de l’hyperventilation. Contraction des muscles, mains moites, estomac noué, voilà autant de facteurs qui poussent votre cœur à réclamer plus d’oxygène.

Pour revenir sur un rythme respiratoire plus serein, pensez à respirer par le ventre. Il s’agit là d’une technique connue pour aider à lutter contre l’hyperventilation, et qui permet également de rentrer en méditation.

Écrire ses sentiments

Comme je le précise dans l’un des paragraphes ci-dessus, écrire vos angoisses et vos inquiétudes vous aide à gérer vos émotions et à les évacuer pour ne pas passer votre temps à les ressasser (cf. les ruminations).

Vous pouvez ainsi écrire dans un carnet ou sur une feuille libre quelques phrases courtes précisant ce qui vous inquiète le plus, au moment où vous ressentez la crise.

Demandez-vous ensuite si vos angoisses sont issues d’un fait, ou d’une croyance de votre part. Il s’agit ici de réduire l’intensité du stress que ces angoisses provoquent.

Objectiver

Si vous constatez que qu’une chose à laquelle vous pensez vous rend anxieux pendant la journée, soyez conscient de votre façon de penser. Essayez d’accepter de la remettre à plus tard.

Les raisons de l'angoisse: Pourquoi est-on angoissé(e)?

Comment soigner son angoisse?

Pour soigner son angoisse, vous devez donc commencer par analyser ses origines. Pour cela, la thérapie reste la meilleure solution. Une psychothérapie peut, à travers la discussion, vous aider à comprendre et à vaincre votre angoisse sur le long terme.

Mais comprendre pourquoi on est angoissé ne vous donne pas la solution. Dès lors, l’inconvénient d’une psychothérapie, c’est qu’elle peut mettre des années à fournir un résultat. À condition évidemment que vous trouviez le bon thérapeute.

D’un autre côté, la thérapie comportementale offre une autre solution, bien plus rapide et bien plus efficace. Le comportementaliste professionnel donne au patient les outils nécessaires à l’analyse du mécanisme des pensées irrationnelles à l’origine de l’angoisse.

Ensuite, il l’aide à travailler sur son comportement en neutralisant la perception émotionnelle de situations anxiogènes. La thérapie comportementale issue de l’approche systémique de Palo Alto fonctionne trés bien bien et vous débarrasse de l’angoisse en quelques semaines seulement.

Se débarrasser de l’angoisse: La thérapie brève de Palo Alto

L’objectif d’une thérapie est de réduire les symptômes psychiques et physiques de la personne qui souffre de crise d’angoisse ou d’attaque de panique. La thérapie brève de Palo Alto se veut éminemment pragmatique, c’est pourquoi son leitmotiv est de faire simple.

Elle vise à modifier le comportement – la réponse – d’une personne face aux situations qu’elle craint.

Celle-ci et a particulièrement fait ses preuves pour:

  • Prévenir les attaques de panique
  • Corriger les impressions erronées de danger imminent

Et surtout

Se focaliser vers la solution

Dans un premier temps, l’approche systémique de Palo Alto établit une définition interactionnelle du problème. C’est-à-dire que ce n’est pas le sujet qui est dysfonctionnel mais plutôt les interactions que celui-ci entretient avec son environnement.

Par ailleurs, ce qui motive le coach ou le psychothérapeute comportementaliste dans cette approche, c’est davantage la construction de la solution que la compréhension des causes du problème pour tenter d’éliminer ces dernières.

Ces causes s’élimineront d’elles mêmes, naturellement donc, grâce à la stratégie thérapeutique utilisée. Ainsi les personnes qui consultent un thérapeute comportemental voient leur situation se débloquer trés rapidement grâce aux solutions qui leurs sont proposées.

En finir avec l’angoisse à l’aide du Programme ARtUS

Si vous avez l’impression que vous ne parvenez pas à vous débarrasser l’angoisse, que vous vous sentez démuni(e) face cette situation, c’est qu’il est sans doute grand temps de suivre le Programme ARtUS afin d’aborder de vous débarrasser de l’angoisse de manière simple, rapide et efficace.

Inspiré de l’école de Palo Alto, le Programme ARtUS est composé de 5 modules. Chaque module contient un nombre d’exercices lesquels s’inscrivent dans un protocole thérapeutique comportemental à suivre sur une durée moyenne de 21 jours.

Ainsi, vous avez tout le loisir de vous voir progresser au fil du programme en ligne et de constater par vous-même la diminution de vos symptômes. Pour vous accompagner en fonction de vos besoins et de votre rythme, le programme ARtUS vous offre un suivi personnalisé.

A cette fin, vous pouvez bénéficier de séances de coaching en ligne. Vous avez ainsi la garantie d’être écouté(e) et guidé(e) dans votre démarche.

Grâce au Programme ARtUS, vous pouvez:

  • Suivre la méthode à votre rythme (petits pas)
  • Éradiquer vos peurs et vos angoisses
  • Éliminer vos croyances négatives
  • En bref, chasser la peur et la remplacer par la confiance et la paix intérieure

Résumons…

Il y a toujours des solutions pour surmonter, vaincre et se débarrasser – se libérer – de ses peurs et ses angoisses. Le Programme ARtUS est la solution pour vous avec ses 95% de résultats en moins de 2 mois.

Alors? Qu’attendez-vous pour faire ce premier pas dès aujourd’hui?

Merci de votre intérêt et de votre confiance.

Article publié par:

Frédéric Arminot, Coach comportemental

Spécialisé dans le traitement des problèmes d'angoisse, d'anxiété, de dépression, de phobie, et de toc, il exerce depuis plus de 25 ans en qualité de comportementaliste.

Ancien grand anxieux, et victime d’angoisses aux multiples conséquences des années durant, il a créé un programme de coaching comportemental en ligne:

Le Programme ARtUS

Cette méthode de coaching résout 16 cas sur 17, soit + 95 % de résultats.

34 commentaires à propos de: “Vaincre l’angoisse est plus simple que vous ne le pensez!”

  1. Bonjour Émilie,

    Les relations amoureuses sont parfois compliquées à plus forte raison quand elles sont passionnelles et biaisées par l’utilisation de substances psychoactives comme l’alcool et ou les stupéfiants.

    En effet, l’usage excessif ou dépendant de ce type de substances repose sur un trouble émotionnel que la passion amoureuse renforce, ce qui participe à vous fragiliser l’un l’autre.

    En bref, à vous aimer tous deux de la sorte, vous vous faites un mal de chien.

    D’ailleurs, vous l’écrivez vous même, je vous cite: “Je n’ai plus goût à la vie“.

    Vous me demandez mon aide, et vous suis reconnaissant de votre confiance.

    Dès lors, pour m’assurer que je suis compétent à vous venir en aide, je vous invite à bénéficier d’un diagnostic thérapeutique.

    Celui-ci va nous aider, vous comme moi, à mieux comprendre votre problème de sorte à vous conseiller et à vous orienter au mieux de vos intérêts afin que vous retrouviez le goût de la vie et, partant, celui d’un amour apaisé et durable.

    Pour bénéficier de ce diagnostic thérapeutique, je vous invite à cliquer sur le lien ci-dessous:

    “Je souhaite bénéficier d’un diagnostic thérapeutique”

  2. Bonjour
    Je vis une relation amoureuse compliquée et compliquée également par l’alcool. Mon conjoint est lui aussi addict au cannabis.
    Nous vivons la passion mais nous nous séparons tous les mois et nous nous retrouvons toujours pleins de bonnes résolutions mais rien n’y fait. Il me fait culpabiliser et lorsque nous nous quittons je rentre dans un cycle d’angoisses insupportables. Je n’ai plus goût a la vie. Pourriez vous m’aider
    Cordialement
    Emilie

  3. bonjour

    j’ai le même problème que Flavie dans son commentaire elle parle de voyage et d’angoisse .
    moi j’angoisse d’angoisser c’est bête à expliquer mai je pense tout le temps comment je vais réagir devant les autres si j’ai une crise d’angoisse donc du coup j’évite tout se qui peut-être me fera faire une crise .
    partir entre amis partir en vacance et encore plein de chose comme sa
    cela me bouffe la vie je me ment à moi même je ment à tous mon entourage .
    juste à partir à 1h de chez moi me fou déjà une angoisse .rien que de sortir de ma bulle ou je me sens en sécurité me fou une angoisse
    j’ai honte de moi de ne plus faire les chose comme avant de rendre mon entourage malheureux de me privée de bcp de chose de me priver de vivre de privée les gens que j’aime de vivre avec moi de faire des chose avec moi c’est une horreurs.
    je réfléchi toujours si je vais avoir une crise ou pas si je vais à un endroit et comment je peux la gérer mais je n’ai jamais réussi a vaincre cette crise.
    je préféré partir seul car si j’ai une crise je peux m’évader ou rentrer sans rendre de compte à personne et sans qu’on ne voit pas mon vrai visage d’angoisser.
    je montre que je suis heureux mais en réaliter c’est tous le contraire je ne peux rien faire du tous je cherche toujours des excuse quand il faut aller quelque part.
    je ne part même pas en vacance avec ma famille, peur d’être en vacance et de ne pas gérer mes crise et vouloir rentrer sans le pouvoir

  4. Bonjour Virginie,

    Merci pour votre commentaire.

    Travailler à ce programme ne vous prendra pas plus de 15 minutes par jour. En 8 à 15 jours, il aura fait diminuer vos symptômes de 40 %, et les aura totalement éliminé en moins de 8 semaines. Cependant, ce n’est pas de la magie. C’est une simple question de stratégie thérapeutique.

  5. Bonjour Monsieur
    donc si j’ai bien compris la methode pour vaincre une angoisse particuliére il faut pendant au moins 8 jours prendre 5 à 10 minutes au calme avec soi même et s imaginer les pires des scénarios pour qu’en fait au fil des jours ces angoisses s amoindrissent ?

  6. Bonjour Yasmine,

    Je vais vous adresser un mail car j’ai besoin d’en savoir un peu plus sur vos attentes.

    Vous êtes trés claire quant au problème auquel vous êtes confrontée mais j’ai besoin d’en savoir un peu plus en termes émotionnels et quant à vos objectifs en me contactant. Vous êtes vraisemblablement angoissée et anxieuse, ce que je comprends dans le contexte que vous m’exposez, mais…

  7. Bonjour,
    J’ai 32 ans et je suis une grande anxieuse depuis 14 ans, fille d’une maman formidable, très anxieuse elle aussi ! Les chiens ne font pas des chats 🙂 Je me souviens de 6 grands projets qui ont donné lieu à de graves crises d’angoisse chez moi : l’entrée dans des études secondaires élitistes à Paris alors que je venais de banlieue (qui se sont très bien passées finalement), un petit larcin réalisé avec un ancien camarade de classe qui m’a valu de me dénoncer au commissariat (et qui n’a donné lieu à aucune poursuite judiciaire à mon encontre), la mise en couple avec mon conjoint concomitante avec l’émergence de ma foi et de mon besoin de spirituel alors même que mon conjoint (devenu aujourd’hui mon mari) ne partageait pas ma foi, l’achat d’un second investissement immobilier (parking) qui s’avérait ne pas être une bonne affaire du tout, étant de dimension insuffisante pour être loué/revendu facilement (je l’ai finalement revendu au même prix qu’acheté) et enfin le dernier projet en date pour lequel je vous écris et qui me tétanise : après 9 ans à Paris, je viens d’acheter avec mon mari une jolie et grande maison onéreuse dans une banlieue de réputation moyenne/médiocre pour habiter à 10 mn à pied de deux couples d’amis partageant ma foi, que nous apprécions et auprès de qui nous voulons construire. Nous avons fait nos recherches pendant de longs mois, la maison nous plaît et l’environnement direct est très acceptable. Seulement lors des visites, nous ne nous étions pas rendus compte du bruit de fond permanent d’une route départementale débouchant sur l’autoroute. Ce bruit est plus ou moins fort selon les jours, il est perceptible dans le jardin mais pas dans la maison (fort heureusement) mais il m’obsède. Moi qui me faisais une joie d’avoir un extérieur, de jardiner, de recevoir sur ma terrasse…, je n’ose pas aller dans le jardin (qui est magnifique) et qui nous avait tant plu lors de nos visites ou si je le fais c’est pour vérifier le niveau sonore. Je redoute d’inviter de peur qu’un des convives ne se plaigne du bruit. Je me sens coupable de ne pas pouvoir profiter de la chance d’avoir une maison jolie et proche de mes amis juste à cause de ça, en même temps que je m’en veux de ne pas avoir été plus vigilante avant l’achat. Mon mari qui n’était pas plus gêné que ça par le bruit le remarque aussi puisque je fais une fixation dessus. Il est très triste pour moi mais relativise et croit en notre possible bonheur dans cette maison.

  8. Bonjour Deborah,

    Ce que vous m’écrivez là me désole tout en me faisant penser à une angoisse réactive liée à un trauma.

    En écrivant cela, j’ai un peu l’impression de faire honneur à Monsieur de la Palisse. En effet, je ne pense pas que les médicaments prescrits aient, en soi, généré des troubles émotionnels. Par contre que les douleurs et les fièvres liées à la pyélonéphrite dont vous avez été victime auront généré un traumatisme émotionnel conséquent.

    J’en veux pour qu’il vous est impossible de reprendre le cours de votre vie en réintégrant votre bel appartement. En effet, il est “le siège” de votre douleur. Sans doute craignez-vous, si vous y retournez alors que vous n’y êtes pas prête, de réactiver vos peurs, lesquelles vous tentez de contrôler ce qui ne fait que les enrichir.

    C’est ainsi que vous avez toutes les peines du monde à envisager d’être seule puisque vous craignez, traumatisée comme vous l’êtes, de nouveau vous faire du mal et, cette fois-ci, de façon irréversible.

    Le seul moyen que vous ayez de vous en sortir, de retrouver calme, sérénité et plaisirs, est de travailler de sorte à éliminer cette angoisse traumatique peur et à retrouver confiance. Ce qui peut se réaliser bien plus rapidement que vous ne le pensez. Si vous faites ce qu’il faut.

    Je vais vous envoyer un mail pour vous expliquer comment faire pour vaincre ce trauma et renouer avec cette vie que vous appréciez tant.

    Dans l’intervalle, essayez d’être “gentille” (au sens noble et aimant du terme) avec vous. Cela signifie, entre autres, de ne pas vous contraindre à faire des choses qui ne vous sont pas naturelles.

  9. Bonjour Frédéric,

    Je suis prise d’angoisse depuis a peine un mois. Un sentiment que je ne connaissais pas auparavant. Bonne vivante, libre et en plein histoire d’amour avec l’inconnu et l’imprévisible,
    Je suis tombée malade, non pas le covid mais une inflammation rénal appelée pyélonéphrite et dites aigue. J’ai pris des médicaments, et j’ai été victime de ceux-ci. Effets secondaires rare. Je me suis fais du mal, j’ai tenté de me pendre, je me suis coupée, frappée et si je n’avais pas appelé ma mère, je serai peut être plus là pour vous en parler. Depuis, je n’ose plus vivre chez moi, je suis prise d’angoisse dès que j’y met les pieds et ça me pourri la vie a un point considérable. J’ai du mal aussi a être seule, alors que c’est quelque chose que je savourais il y a quelques temps.

    Auriez-vous un conseil? Une alternative? Je n’y pense pas et je fais comme si tout allait bien. J’accepte mes sentiments mais je me dois de me soigner en cet appartement si beau et si plaisant pour moi, qui aujourd’hui est mon + grand cauchemar.

    Je vous remercie pour votre retour.

  10. Bonjour, j’ai une angoisse depuis 3 4 ans qui déclenche au moment de manger avec les autres à part des amis très proches ou ma famille, j’a la boule au ventre et des nausées impossible d’avaler quoique ce soit. Je ne comprends pas pourquoi je réagis comme ça, ça me pourri la vie.

  11. Bonjour,
    Je suis un jeune homme de 19 ans qui a déjà vécu 2 phobies scolaires, je suis un grand anxieux et angoissé, quand je ne le suis pas je suis le plus heureux du monde mais quand ces démons reviennent je ne vis plus .. j’ai commencé dans mon première emploi il y’a 1 semaine et malgré le premier emploi de rêve avec des patrons géniaux je n’y arrive pas, je suis détruit je me pose 1000 questions, je réfléchit beaucoup trop. Cela amplifie toutes mes peurs, l’abandon de ma famille nottament car j’éprouve un amour immesurable pour eux.. je suis perdu je ne sais que faire mais je veux aller mieux..
    pouvez vous m’envoyer un mail avec des méthodes qui pourraient m’aider à vaincre mes angoisses?

  12. Bonjour,

    Je viens de vous adresser un mail pour vous expliquer comment mettre un terme définitif à vos crises d’angoisses et, ce faisant, comment retrouver confiance de sorte à ne plus avoir peur de conduire une voiture.

    Je reste à votre disposition pour vous apporter toutes les précisions que vous souhaiteriez.

  13. Bonjour docteur,

    Je suis confrontée à des crises d’angoisse tous les jours et je sais que c’est dû à des événements que j’ai vécu pendant mon enfance. Je vois toujours le mal et j’ai peur du bonheur. Et les conséquences sont catastrophiques ( j’oublie souvent, je n’arrive pas à conduire par peur de faire un accident entre autres ) .

  14. Bonjour Julien,

    J’ai bien reçu votre HELPPP!!:). Vous avez eu raison de tenter.

    Je vais vous adresser un mail pour essayer de vous aider à trouver une solution à votre problème et, partant, à retrouver une vie sereine au point de vous regarder dans le miroir, et d’être pieds nus. Et aussi, bien sur, de vous accepter pour qui vous êtes comme vous êtes. Moche ou pas. Moche ou beau? Une appréciation trés subjective…

  15. Bonjour,
    Et merci de ces outils, je vais les essayer et vous ferai un retour client 😉 Je suis un peu comme vous : anxieux naturel, j’ai écumé les sièges des psys. Si cela m’a apporté des réponses à mes questions, mes angoisses demeurent.

    Alors voilà mon histoire : depuis toujours je crois, je me trouve moche. A mes yeux rien n’est harmonieux chez moi : rides, peau granuleuse, gros nez, cheveux trop secs et moches… Je ne me regarde jamais ds le miroir, jamais en photo, refuse les skype… j’ai peur du regard que portent les autres sur moi et de mon propre regard sur moi-même. c’est simple dès que je me vois ds un miroir : c’est comme si je voyais un monstre. Je sais que je ne suis pas l’homme le plus abominable et que la “beauté” c’est d’abord de se sentir bien et confiance en soi. Mais voilà j’ai été élevé par un père qui ne s’est jamais occupé de moi et qui était extrement négatif en tout point. Je suis moi-même particulièrement négatif, sombre, je rumine sans cesse à me dire que si je n’avais pas ces angoisses ma vie serait différente, que je passe à côté de ma vie. Je repasse tout le temps les “mauvais épisodes de ma vie” et en particulier des flashs de situation les plus angoissantes…

    J’en viens maintenant à mes angoisses à proprement dites : voilà 18 ans que je ne peux plus me mettre pieds nus ! Dès que j’enlève mes chaussettes, je transpire excessivement des mains et des pieds. J’associe ce moment à des crises d’angoisses qui ont eu lieu l’été où j’ai eu une éruption d’acné sur le visage liée à mon état psy. Depuis chaque été ou pire printemps (car changement brusque) c’est la même appréhension : vais je avoir des boutons, vais je être encore plus hideux que je ne suis déjà… Du coup le fait de ne pas me mettre pieds nus comme tous les autres me font me sentir “nul”. Quand je suis pieds nus, je suis qqu’un d’autre : au-delà de la transpiration, je suis ds un état psy bizarre, je n’ose rien faire, je ne pense qu’à ma transpiration ayant peur de toucher qqu’un, je suis incapable de parler correctement, je n’ai plus aucune capacité…

    Je n’ai aucun amour pour moi, ma personne. J’ai honte de tout ce qui est relatif à moi : ma famille, ma vie…

    Bref, j’en ai ras le bol de tout ça et je voudrais m’en sortir. Je suis au bout du rouleau : l’été approche, je suis confiné et je rumine dans mon jus seul car je n’ose plus en parler autour de moi car tout le monde connait mon refrain…

    HELPPPP !!;) Je tente au cas où,

    Bon courage à vous tous également ds vos angoisses. toute sont si différentes mais nous amènent tous à dire que nous nous gâchons la vie…

    Bien affectueusement, Julien

  16. Bonjour , je n arrive pas à calmer mes crise d angoisses , elle prennent beaucoup d ampleur de jour ainsi qu’en de nuit sa me ruine la santé …. pouvez vous me contacter´

  17. Bonjour,

    Début juillet j’ai réalisé ma première crise d’angoisse, j’étais à Paris et ça m’est tombé dessus. S’en est suivi plusieurs semaines avec des crises tous les soirs, j’ai repris le travail pour m’aider et ça a fonctionné, un mois plus tard j’emmenageais à paris avec mon ami.
    Depuis j’arrive à gérer les crises, je les sens venir et je les bloque pendant plusieurs minutes jusqu’à ce que ça s’arrête. Elles sont irationnelles et correspondent à plusieurs peurs :
    – la peur de blesser quelqu’un physiquement, de perdre le contrôle de mes’ gestes
    – la peur de l’éloignement, d’être seule et de perdre le contrôle sans quelqu’un de confiance à proximité
    – la peur de voyager, j’ai toujours adoré partir sac à dos sur le dos à l’aventure et ca me rend malheureuse de me dire que je n’y parviendrai plus. L’idée de prendre l’avion me terrorise en imaginant que je perde pieds pendant le vol ou pire une fois arrivée que je sois aneantie par l’idée de vouloir rentrer et que rien ne me calme.
    J’ai un voyage de prévu dans deux mois et j’espère que tout se passera bien, j’espère que ce sera une victoire mais je n’arrive pas à ne pas imaginer le pire.

    J’aimerai vraiment me débarrasser de ces angoisses et crises pour pouvoir retrouver ma légèreté d’avant ,
    Qu’en pensez vous ? Faut il que je me force à affronter les situations qui me font peur pour petit a petit gérer les angoisses et que tout rentre dans l’ordre ? Ou est-ce trop brutal ?

    Merci beaucoup pour votre avis

  18. Bonjour,
    Je suis en proie à de fortes crises d’angoisses depuis 3 ans mais uniquement pas période. Elles me “tombent dessus” sans raison particulières puis c’est le cercle vicieux, j’angoisse d’angoisser. Dans ces périodes je ne suis que négativité, j’ai peur de tout, de sortir, de rester enfermée, de voir mon copain, de ne pas le voir, j’ai besoin d’une présence et en même temps je ne veux voir personne. Tout peut être source d’angoisse. Je suis complètement démunie face à ça, épuisée psychologiquement, je fais du mal à mon entourage et je n’en peux plus d’être aussi mal alors que je n’ai aucune raison d’angoisser (ou du moins aucune raison connue). Je ne me sens pas légitime de demander de l’aide puisqu’en soit tout se passe bien dans ma vie, je fais des études que j’adore, je suis en couple avec un homme plus que parfait pour moi, j’ai une famille très aimante etc etc. Alors pourquoi ces fortes crises d’angoisse et pourquoi je n’arrive pas à m’en défaire ? Je ne les comprend pas et elles m’effraient tellement. En dehors de ces périodes d’angoisse, je ne comprend pas comment j’ai pu me mettre dans des états pareil.
    J’ai besoin d’aide, je n’arrive plus à me laisser aller par peur d’angoisser… Étant étudiante je ne peux pas me permettre d’aller voir régulièrement un psychologue pour demander de l’aide, je n’en ai pas les moyens.

  19. Bonjour Adélaïde,

    Je viens de vous adresser un mail pour vous aider à définitivement traiter vos troubles digestifs lesquels sont un symptôme d’anxiété.

    Je reste à votre écoute pour vous apporter toutes les précisions que vous souhaiteriez.

    Belle journée à vous.

  20. Pour mon cas, j’ai une peur bleue d’avoir des problèmes digestifs. Je stresse tellement à cette idée qu’à la fin j’en ai. C’est une situation très compliquée pour moi et c’est devenue problématique dans la vie de tous les jours.
    Je n’arrive pas à me quitter cette pensée de la tête, j’y pense tout le temps, mon cerveau n’arrive pas à passer à autre chose.
    Je suis particulièrement stressée lorsque je dois me rendre à mon école ou en stage. Le problème le plus récurrent est que je n’arrive pas à contrôler mon stress et il s’amplifie.

    Je m’y prenais très mal pour soigner mes maux. J’essayais d’y remédier en changeant mon alimentation et en buvant beaucoup d’eau. J’étais consciente que ça ne résolvait pas le problème profond. Du moins, ça a bien diminué les effets et c’est grâce à cela que j’ai pu m’en sortir tout de même. Avec l’eau, je n’avais pas de diarrhée et j’avais l’esprit tranquille. Maintenant, j’ai essayé la méditation qui m’aide beaucoup mais j’ai toujours des difficultés à relativiser, à me dire que c’est humain, que ça peut arriver. C’est les montagnes russes dans mon cerveau, un jour je suis bien et le lendemain, je stresse à mort.
    Je sais que si je ne stresse pas, JE N’AI RIEN !!! Mais j’ai tellement peur que mon cerveau est polluée par ces mauvaises pensées.

    J’ai horreur de la sensation d’avoir des problèmes digestifs, je les redoute tellement. ça me dégoutte, ça m’effraie même. J’ai la sensation d’être malade, d’être sale. C’est si désagréable, surtout quand je suis en présence d’autres personnes et que je dois me retenir.
    Je sais que mon problème vient de ma peur des autres, qu’il me juge mal. J’ai surtout peur de moi-même, qui suis incapable de penser à autre chose.
    Je suis un peu hypocondriaque sur les bords, j’ai l’impression que je détruis mon corps à force de stresser et que mon corps va s’habituer à ça.
    Je ne sais pas si vous traitez ce genre de problème, mais j’espère que vous avez des conseils à me donner pour m’en sortir. Meme si je vais mieux, je voudrais me débarrasser de cette angoisse.

  21. Bonjour Vanessa,

    Cette impression que vous avez que vous n’allez pas vivre longtemps est à la fois une caractéristique anxieuse et, dans le même temps, une anticipation anxiogène. Comme si vous cherchiez la preuve de ce dont vous êtes convaincue. Ce qui alimente votre problème.

    Nous pouvons donc imaginer que vous êtes comme prise au piège. C’est à dire que vous cherchez une façon de vous rassurer, et une façon de vous donner raison. Or, ni l’un ni l’autre ne satisfont vos objectifs. Dans les 2 cas, vous en êtes quitte pour une angoisse et une anxiété constante, lesquels “tournent” autour de la morbidité. Votre propre mort.

    Vous vous épuisez à lutter “contre” alors que, stratégiquement, il faudrait agir autrement pour résoudre votre problème et retrouver ainsi votre plaisir à vivre. Et pour satisfaire ce dernier point, essentiel, c’est bien plus simple que vous ne le pensez.

    Vous m’écrivez vouloir mettre un terme à ce que vous vivez comme un problème. Ce qui se comprend. Vous souhaitez donc remonter du fonds du puits dans lequel vous êtes pour enfin voir la lumière. In fine, vous voulez éliminer ces symptômes odieux que vous me décrivez. Bref, vous me demandez une solution.

    Alors, je vous suggère de regarder la vidéo dont le lien apparait ci-dessous. Bien sur, je reste à votre écoute pour vous apporter toutes les précisions que vous souhaiteriez.

    “Comment en finir avec la peur de mourir et retrouver la joie de vivre”

    Prenez bien soin de vous.

  22. Bonjour,
    Je ne sais pas si mon commentaire sera lu, je ne sais pas si je suis au bon endroit, mais, au point au j’en suis, je tente…
    Moi aussi, je m’identifie beaucoup aux autres, j’ai une peur constante de mourir d’une minutes à l’autre. Aussi loin que je me souvienne, je ne me suis jamais imaginé plus âgée, je n’arrive pas à me projeter dans le futur car j’ai tout le temps l’impression que je ne vais pas vivre longtemps.
    J’ai 32 ans, je suis heureuse en amour et j’ai une petite fille de 3 ans extraordinaire et pourtant, j’ai l’impression de passer à côté de mon existence..
    J’ai des douleurs continuelles dans la gorge, à la tête, une sensation d’oppression aussi au niveau de la poitrine et ça , toute la journée mais les médecins disent que je n’ai rien. Le soir, je suis épuisée d’avoir eu si mal et je suis irritable….
    J’ai tenté l’hypnose, les massages et je vais bientôt aller voir une sophrologue mais je sais d’avance que jamais je n’en sortirai… J’ai l’impression d’être das un puit sans fond et que ça ne s’arrêtera jamais…
    Je pense que j’ai besoin d’aide… mais je doute de tout maintenant

  23. Bonjour, je comprends tout à fait même si mes symptômes suite aux angoisses sont différents. Pour moi le fait d’être latent en suivant un film ( je ne tiens pas en place) me donne l’impression de ne plus exister mais d’exister à travers les scènes du film ou de la série. Une partie de notre cerveau doit être Stimulé plus qu’une autre, peut-être un effet hypnotique qui exacerbe notre perception , on pourrait prendre cette phrase être pris dans l’action, qui nous fait perdre la réalité.L’homme reste aussi un animal sous une forme développé.

    Un grand stressé, angoissé qui subis la vie.

    Mon texte n’est pas complet, j’ai beaucoup de choses en tête sur le sujet mais à e moment pas le temps de faire plus, en tout cas très intéressant merci M. Arminot

  24. mon problème est de me mettre en situation (ex je vois une personne qui a des problèmes mentaux, j’ai peur de devenir comme ça également et ça déclenche l’angoisse) alors que je voudrais pouvoir me dire mon cas est différent et apprécier la situation a sa juste valeur. Il est évident que la source de ceci est tout simplement que je n’ai pas d’idée précise sur ma santé mentale. J’ai l’impression que ça va mais que ça peut empirer a tout moment si je ne fais pas attention et perdre le controle de moi même. Dois je affronter tout ceci pour ne plus être embêter par tout ça et suivre votre technique de tableau de bord? Ou consulter un psychologue.

  25. Bonjour Yldiz,

    Je fais suite à votre message et tiens à vous exprimer ma reconnaissance pour votre confiance et avoir ainsi partager votre expérience sur mon blog.

    Comme vous l’écrivez les symptômes que vous subissez sont effectivement typiques des personnes angoissées. J’ai bien pris acte de vos tentatives de solutions, lesquelles alimentent votre problème. Du coup, qu’attendez-vous de moi?

  26. Bonjour, j’ai des crises d’angoisses depuis quelques mois. Ça a declencher en moi plusieurs phobies que je n’avais pas avant, je suis passé par beaucoup d’étape qui sont récurrente chez les angoissés. J’ai quasiment laissé cela derrière car j’ai appris a le gérer enfin du moins que j’ai pu et me suis résigné a vivre comme cela. En revanche 2 choses redéclenche mes angoisses, la première la peur de perdre la tête et de ne plus avoir controle de moi même plus ou moins récurrente et la deuxième les séries ou vidéos trop psychologique violente ou autre. Je ne supporte plus que les comédies quasiments alors que je pouvais regarder dexter en aimant et en restant simple observateur, mais depuis mes angoisses je m’identifie aux situations et aux fictions….. et la je ne sais pas l’impact que ca aura sur moi et de me dire que je pourrais eventuellement perdre la tete et ne plus me controler a cause ça me travaille. Dois je me lancer quand mêne en me disant que au final ce n’est pas grave de ne pas voir ce type d’image (techniquement je ne perds rien mais cette peur m’amène a penser que quelque chose ne vas pas) ou alors dois je me forcer. j’ai vraiment fait des efforts considérables mais celle ci je ne sais pas. J’ai deja eu 2 crises lors de scenes dans des séries je n’ose plus entamer de visionner quelque chose de trop réflechit par peur que ca me refasse tomber.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

top