Troubles du sommeil: Comment les vaincre facilement?

Sous le terme de troubles du sommeil, la médecine désigne toutes les difficultés qui diminuent la qualité du sommeil. Ainsi, on ne parle pas seulement des difficultés à l’endormissement, mais aussi des personnes qui ne parviennent pas à se reposer ou qui se réveillent régulièrement pendant la nuit.

Or, nous sommes dans une société fort agitée (guerre en Ukraine, crise sociale et économique, crise politique, etc.), ce qui a pour conséquence de générer stress, anxiété et, partant, troubles du sommeil.

Bon nombre de gens utilisent des médicaments pour dormir. Pourquoi? Parce-que bien des facteurs participent à perturber le sommeil. D’aucunes passent d’ailleurs leur temps à lutter contre l’insomnie.

A la recherche d’un sommeil réparateur, les patients qui souffrent d’insomnies consultent la plupart du temps un médecin du sommeil ou font un séjour dans une clinique du sommeil. En bref, de plus en plus d’individus sont confrontés à ces maux et sont par extension amenés à se poser la question suivante: comment traiter les troubles du sommeil ? 

Quelques soient les démarches initiées, ce qui relève de la pathologie du sommeil ne se soigne pas à coup de Valériane, ni de somnifères. Et encore moins à coups de benzodiazépines. Ce n’est pas une solution, seulement une sorte de pis aller.

Le manque de sommeil a de lourdes conséquences. En effet, on sait que le manque de sommeil est un outil de torture. En tous cas, chez certaines personnes de certains états (suivez mon regard), la privation de sommeil est donc une arme redoutable.

Quoiqu’il en soit, les troubles du sommeil ont leurs spécificités. Leurs formes. Et chacun d’eux a des symptômes particuliers mais aussi des conséquences importantes sur le quotidien de chacun d’entre nous.

Par exemple, je pense aux conséquences suivantes (ce qui suit ne constitue qu’une infime partie de la réalité et la liste est non-exhaustive). Et sachant que ces conséquences du manque du sommeil sont aussi des causes des problèmes de sommeil :

  • Syndrome d’apnée(s) du sommeil
  • Hypertension
  • Troubles de la vigilance
  • Obésité
  • Syndrome des jambes sans repos
  • Somnolence diurne excessive

A la faveur du présent article, je vous présente les troubles du sommeil sous leurs différents aspects mais aussi de découvrir comment traiter les troubles du sommeil grâce à l’approche comportementale.

Une telle pratique vous assure de retrouver définitivement un sommeil paisible en moins de 6 semaines.

Sommaire

Troubles du sommeil: Qu’est-ce qui peut perturber le sommeil?

Plusieurs perturbateurs du sommeil existent. On en recense actuellement trois:

  1. Les troubles psychiques
  2. Les troubles neurologiques
  3. Et les perturbations extérieures

Cette dernière catégorie est la plus fréquente à notre époque.

Mal à s'endormir: Lumière trop forte

Les lumières trop fortes, le bruit et les températures élevées sont les trois causes les plus souvent rencontrées. Parmi elles, le bruit est le premier perturbateur de sommeil, surtout en ville. La lumière, même légère peut aussi gêner le sommeil.

Enfin, la température de nos logements est souvent trop élevée alors qu’une chambre à coucher ne devrait pas dépasser les 18 °C. Les troubles psychiques sont aussi une cause très fréquente.

D’ailleurs, un sommeil perturbé par des causes extérieures peut favoriser les troubles psychiques et empirer la qualité du sommeil. Parmi ces troubles, on retrouve la dépression et les troubles anxieux.

Le surmenage au travail ou n’importe quel autre traumatisme peut favoriser l’apparition d’une dépression et d’un trouble anxieux. L’angoisse empêche de s’endormir sereinement et provoque même des cauchemars.

Enfin, certaines personnes souffrent de troubles du sommeil dus à des problèmes neurologiques. Ces troubles sont plus rares et plus difficiles à diagnostiquer. Leurs conséquences n’en restent pas moins les mêmes.

Vous devez impérativement consulter des médecins spécialisés pour les traiter.

Quand parler de troubles du sommeil?

Le terme « troubles du sommeil » regroupe plusieurs dysfonctionnements du sommeil. Certains troubles affectent l’endormissement quand d’autres réduisent la qualité du sommeil. À l’inverse, certains patients souffrent de fatigue chronique et dorment des jours entiers sans parvenir à se reposer.

Les causes sont parfois difficiles à identifier, car le sommeil est constitué de différentes phases (léger, lent, profond et paradoxal) qui peuvent affecter la qualité de nos nuits.

Généralement, on classe les troubles du sommeil en trois catégories:

  • Dyssomnies: Les troubles qui affectent d’abord la durée du sommeil et sa qualité.
    On peut citer comme exemple l’insomnie, l’hypersomnie, la narcolepsie, etc.
  • Parasomnies: Les troubles qui affectent le comportement du dormeur et la qualité de son sommeil par extension.
    Par exemple, le bruxisme, le somnambulisme, l’apnée du sommeil, etc.
  • Les troubles psychiques: Le sommeil peut aussi être affecté par des troubles d’ordre psychique plutôt que neurologique.
    Ces troubles sont les plus fréquents, les plus faciles à diagnostiquer et à prendre en charge.

Généralement, les médecins s’accordent à parler de troubles du sommeil quand la qualité du sommeil est affectée au moins une fois par semaine pendant plus de six mois.

Les répercussions de cette mauvaise qualité du sommeil sur le quotidien sont aussi à prendre en compte.

Les différents types de troubles du sommeil

On parle de troubles du sommeil à propos de tout phénomène qui affecte votre sommeil, et ce soit dans sa qualité même, soit dans sa quantité. Partant, qui vous empêche de jouir des bienfaits d’un sommeil « normal » au sens réparateur et récupérateur du terme.

Avant d’explorer les causes de vos troubles du sommeil, il convient de mentionner qu’il en existe généralement trois sortes :

  • Dyssomnies
  • Parasomnies
  • Troubles liés à une affection mentale

D’une manière générale, ces affections, vecteurs de troubles du sommeil, sont d’ordre:

  • Psychiatrique
  • Psychologique
  • Physiologique
  • Liées à l’environnement
  • Liées à l’hygiène de vie

On dit que les troubles du sommeil ont des causes psychologiques, voire psychiatriques. Mais ceci est valable à la condition que leurs origines relèvent d’un stress post-traumatique, d’un choc émotionnel ou encore d’un trouble de l’humeur (dépression, anxiété).

Les causes physiologiques du trouble du sommeil sont, entre autres, les maladies d’origine:

  • Virale
  • Neurologique
  • Génétique

Elles peuvent aussi être liées à un(e):

  • Cancer
  • Épilepsie
  • Fièvre
  • Migraine
  • Dette de sommeil
  • Fatigue chronique
  • Apnée du sommeil

Les apnées et les ronflements sont causés par:

  • L’affaissement des parois de la gorge
  • Une langue trop lourde et/ou trop grosse
  • Le relâchement de la langue vers l’arrière de la gorge
  • Un problème de surpoids
  • Une congestion nasale

Lorsque les troubles du sommeil sont lié à l’environnement, les causes peuvent être diverses et variées: le bruit, les ronflement du conjoint, un appartement mal isolé, un voisinage bruyant, le stress quotidien, la famille, le travail ou encore une literie en mauvais état.

Mal à s'endormir et troubles du sommeil: Comment traiter ces troubles anxieux

Troubles du sommeil: Quelles sont les causes les plus courantes?

Les troubles du sommeil concernent la totalité des Français. Dans leur vie, 100 % d’entre eux seront un jour confrontés à des difficultés et à une perte de qualité de sommeil. Parfois, ce phénomène est temporaire et très court.

Dans d’autres cas, les problèmes de sommeil ont des causes profondes:

  • Médicales
  • Physiologiques
  • Psychologiques

Il est important d’apprendre à les reconnaître. À l’origine des problèmes de sommeil, on retrouve plusieurs facteurs.

L’hygiène de vie

Pour ce qui concerne les causes liées à l’hygiène de vie, on peut par exemple citer l’horaire de travail, le travail de nuit, le travail posté, la vie nocturne festive, le décalage horaire, une activité physique trop intense, une alimentation trop riche, la consommation d’excitants (ou plus généralement de substances psycho actives comme l’alcool ou les stupéfiants).

Enfin, les médicaments hypnotiques ou psychotropes peuvent aussi venir impacter la qualité du sommeil. Si vous souffrez de troubles du sommeil dont les causes ne sont pas citées plus haut, il s’agit de troubles qui ne sont pas médicalement expliqués.

Dans toutes les tentatives d’explications, les médecins s’entendent à soupçonner des dysfonctionnements du système nerveux.

Les insomnies primaires

L’insomnie est le trouble du sommeil le plus connu de tous. C’est celui qui affecte 100 % des Français au moins une fois dans leur vie. L’insomnie désigne la difficulté, voire l’impossibilité, à trouver le sommeil.

Dans certains cas, l’insomnie est complète et on ne ferme pas l’œil de la nuit. Dans d’autres cas, on parvient à s’endormir seulement à la fin de la nuit quand on est épuisé(e).

Dans l’immense majorité des cas, l’insomnie correspond à une angoisse passagère, une inquiétude ou un malheur lié à un événement concret. Ceci ne vaut pas nécessairement pour l’hypersomnie.

Les cas les plus concernés sont ceux des insomnies primaires : somnambulisme, narcolepsie, des terreurs nocturnes ou angoisses nocturnes. L’insomnie primaire est un trouble dont l’origine est inconnue, ce qui n’est pas le cas du somnambulisme.

Les crises de somnambulisme proviennent de facteurs génétiques héréditaires, d’un stress ou d’un traumatisme émotionnel voire de migraines avec une prédominance chez les femmes.

Enfin, elles peuvent aussi être liées à des maladies telles que :

  • Épilepsie
  • Maladie de Gilles de la Tourette
  • Poussée de fièvre
  • Modification hormonale (puberté)
  • Médicaments psychotropes

La narcolepsie

Qu’est-ce que la narcolepsie ? Elle est l’un des troubles du sommeil dont l’origine n’est pas encore identifiée, est la narcolepsie. Celle-ci est réputée pour être une maladie touchant le système nerveux. Son mécanisme reste encore un mystère.

La narcolepsie est d’origine génétique. Cependant, d’autres causes peuvent la déclencher. Le stress. Un traumatisme. Une dépression. Un choc émotionnel.

La terreur nocturne

Terminons avec la terreur nocturne. Même si elle est mal comprise, elle aussi trouve son origine dans un dysfonctionnement du système nerveux.

Il s’agit d’un développement incomplet du sommeil. Il faut par ailleurs y ajouter des causes d’ordre médical (maladie infectieuse), et psychologique (problème familial, travail).

Les formes de troubles du sommeil

Il existe principalement 5 types de troubles du sommeil chez l’adulte:

  1. Dyssomnie: dégradation de la qualité et de la quantité de sommeil
  2. Insomnie : carences en sommeil
  3. Hypersomnie : excès de sommeil
  4. Parasomnie : événements comportementaux ou psychiques anormaux et indésirables survenant pendant le sommeil
  5. Troubles du rythme circadien: rythme biologique d’ensemble

Troubles du sommeil: Les dyssomnies

Les troubles du sommeil appelés dyssomnies sont généralement liés à une altération à la fois de la qualité et de la quantité de sommeil.

On parle de dyssomnie dans les cas de troubles du sommeil suivants:

  • Toutes les fois où votre sommeil est défaillant en qualité parce qu’il ne vous permet pas de profiter de l’activité réparatrice de votre système
  • A chaque fois que votre sommeil est défaillant en quantité parce que vous manquez de sommeil, ou du moins que vous dépassez les limites raisonnables (dormir mal et/ou pas assez).

Troubles du sommeil: Les insomnies

Quelle est la définition de l’insomnie, qui reste le trouble du sommeil le plus fréquent chez l’adulte. C’est le fait de ne pas dormir assez ou de mal dormir. Cela peut avoir plusieurs conséquences isolées ou simultanées: somnolence, irritabilité ou encore troubles de l’humeur en journée.

Les insomnies sont aiguës. Souffrir d’insomnies signifie ne pratiquement pas dormir et ce durant un ou plusieurs jours consécutifs. Les troubles du sommeil apparaissent souvent à la suite d’un événement difficile.

Les causes de l’insomnie peuvent être: un deuil, une accumulation de stress, une perte d’emploi, un problème d’argent… Il arrive aussi que les troubles du sommeil soient tels que vous souffrez d’angoisses d’autant plus importantes, que vous avez peur d’aller vous coucher.

Partant, de ne pas réussir à dormir. Dans ces conditions, on parle d’insomnie chronique, ou d’insomnie psychophysiologique. Si, la plupart du temps, cela vous arrive chez vous, peut-être constatez-vous qu’il vous est plus facile de dormir ailleurs qu’à la maison.

Difficultés à dormir: Qu'est-ce que l'insomnie?

Dans les 2 cas, vous pouvez avoir l’impression de dormir. Ou d’avoir dormi. Mais aussi l’impression inverse: celle de ne pas avoir dormi ou insuffisamment. Dès lors, vous êtes persuadé(e) que vous souffrez d’insomnie. En réalité, vous dormez bien et vous avez un nombre d’heures de sommeil suffisant pour être en forme (normalement).

Plus simplement, si vous vous retrouvez dans l’un de ces cas: vous souffrez d’une mauvaise perception de votre sommeil!

L’insomnie transitoire

On parle d’insomnie transitoire lorsqu’elle ne dure pas plus de 3 semaines. Ce type d’insomnie est généralement causé par:

  • Une mauvaise qualité de vie
  • Une mauvaise hygiène de sommeil
  • La consommation de drogues ou autres substances excitantes (café, Coca Cola, amphétamines, alcool, etc.)
  • Des événements douloureux ou stressants
  • Des problèmes médicaux
  • La prise d’antidépresseurs ou un sevrage brusque
  • Un changement d’environnement (voyage, hospitalisation, déménagement, etc.)

L’insomnie chronique

On dit que l’insomnie est chronique lorsqu’elle dure plus de trois semaines. Ses causes sont plus variées et donc plus difficiles à identifier. Sous sa forme chronique, les causes de l’insomnie les plus fréquentes sont:

  • L’anxiété
  • La dépression
  • La détresse psychologique
  • La solitude
  • Les troubles anxieux
  • Les troubles de l’humeur
  • La schizophrénie
  • La crainte de ne pas dormir ou de mal dormir
  • Les traitements médicamenteux lourds impliquant la prise d’anti parkinsoniens
  • Les accidents vasculaires cérébraux (AVC)
  • Les problèmes pulmonaires
  • Les troubles cardiovasculaires
  • L’apnée (c’est une interruption de la respiration pendant plus de 10 secondes. Elle provoque des réveils de courte durée)

Il faut préciser que dans la plupart des cas, les troubles proviennent d’une insomnie transitoire non traitée ou mal traitée. L’insomnie devient chronique par la suite. Les quelques générations qui nous précédent tout comme la génération d’aujourd’hui sont affectées par ce problème de plus en plus grave.

Les causes en sont multi factorielles mais restent principalement professionnelles, économiques et sociales. De plus en plus de gens, y compris vous, subissent cette réalité. Tout en ayant de cesse de se demander de quoi elles souffrent.

Mieux comprendre quels sont vos troubles du sommeil vous aide à y remédier. Il est important de les connaître. Cela vous ouvre la voie à une solution efficace, et adaptée à votre cas.

Comment vaincre les troubles du sommeil?

Certaines maladies provoquent l’insomnie

Dans l’immense majorité des cas, l’insomnie est provoquée par un élément extérieur et présent dans le rythme de vie.

Que ce soit la consommation excessive d’excitants (café, thé, tabac, etc.), la pratique d’une activité stimulante avant le coucher (jeux vidéo, sports, films violents, etc.) ou un rythme de vie déréglé (décalage horaire, travail de nuit, etc.); les causes potentielles sont nombreuses et souvent faciles à identifier.

Néanmoins, l’insomnie peut aussi être liée à certaines maladies. Bien souvent, ce n’est pas un symptôme annonciateur de la maladie. Les patients ne découvrent donc pas qu’ils sont malades à cause de l’insomnie.

Les patients qui souffrent des maladies suivantes ont de fortes chances de souffrir d’insomnie :

  • Reflux gastro-œsophagien
  • Hyperthyroïdie
  • Maladie douloureuse (cancer, rhumatisme, douleurs post-opératoires)
  • Asthme nocturne
  • Apnée obstructive du sommeil
  • Syndrome des jambes sans repos

Troubles du sommeil: L’insomnie peut-elle être le symptôme d’un cancer?

Les personnes atteintes de cancer souffrent très souvent de troubles du sommeil. Les traitements contre de nombreuses formes de cancer sont la source d’une fatigue importante et d’hypersomnie.

À l’inverse, les douleurs que provoquent certains cancers peuvent empêcher les patients de s’endormir ou les réveiller au milieu de la nuit. Face aux troubles du sommeil provoqués par le cancer, une médicamentation peut être recommandée pour aider le patient à reprendre des forces.

Cependant, l’insomnie n’est pas en soi un symptôme du cancer. C’est une conséquence dans beaucoup de cas, mais pas une raison suffisante de soupçonner un cancer. Si vous n’arrivez pas à dormir à cause d’une douleur, alors consultez un médecin.

Si vous n’arrivez pas à dormir sans identifier la raison, ne pensez pas immédiatement au cancer. Ne prenez pas pour autant l’insomnie à la légère et parlez-en à votre médecin.

Plus que d’en comprendre l’origine des troubles du sommeil,dans un premier temps, je vous suggère de soigner votre insomnie. La vidéo ci-dessous va vous y aider.

Troubles du sommeil: Le cas de l’insomnie idiopathique

Ceci étant écrit, lorsque vous êtes constamment incapable de dormir suffisamment (quantité appropriée), il est considéré que vous souffrez d’insomnie idiopathique. Cette affection survient dès l’enfance. Elle diffère de l’insomnie psychophysiologique. Ainsi, elle n’est pas influencée par le stress. Elle demeure stable.

Certaines maladies mentales justifient les troubles du sommeil. Elles sont à l’origine de l’insomnie. On parle alors d’insomnie due à une maladie mentale.

Par ailleurs, certains enfants apprennent à mal dormir à cause d’habitudes forgées grâce aux routines parentales. Un parent qui laisse l’enfant dormir trop tard ou l’irrite au moment où celui-ci s’apprête à dormir.

Autant de comportements qui forgent une habitude comportementale chez l’enfant. Celui-ci acquiert donc une insomnie comportementale. Enfin, de votre fait, vous devenez insomniaque à cause d’une mauvaise hygiène de sommeil et vous avez par lien de cause à effet un mauvais sommeil.

Vous développez une insomnie due à une drogue, ou à une substance psycho active (alcool, stupéfiant, médicaments).

Troubles du sommeil: L’hypersomnie

L’hypersomnie est un problème beaucoup moins fréquent et inverse à l’insomnie. Les personnes qui en souffrent dorment beaucoup trop et ont des difficultés importantes à se réveiller. Même si la médecine ne la comprend pas encore bien, elle l’associe parfois à la maladie de la fatigue chronique.

On associe également souvent l’hypersomnie à un état dépressif, même si la dépression peut aussi provoquer des insomnies et des réveils nocturnes. On ne doit pas confondre l’hypersomnie avec la narcolepsie, même si les formes les plus graves deviennent rapidement très handicapantes.

Par définition, l’hypersomnie se traduit comme un rallongement des temps de sommeil accompagné d’une somnolence excessive au cours de la journée. Une personne hypersomniaque a envie de dormir tout le temps.

Parfois même, elle s’endort sans s’en rendre compte en pleine journée, on parle alors d’hypersomnie diurne.

Les 3 formes d’hypersomnies

  • L’hypersomnie psychogène ou hypersomnie psychiatrique:
    Elle est liée à un trouble psychique particulier comme le trouble de l’humeur ou le trouble bipolaire
  • L’hypersomnie médicamenteuse:
    Une personne sous médication psychiatrique (antidépresseurs, neuroleptiques, etc.) peut souffrir d’hypersomnie.
    C’est un effet secondaire des molécules utilisées pour la fabrication de ces comprimées ;
  • La narcolepsie:
    C’est une maladie marquée par des endormissements involontaires fréquents.
    Elle apparaît le plus souvent entre 15 et 25 ans. Les victimes perdent conscience dès qu’elles ont des émotions positives.

Mal à s'endomir et mal à se réveiller

Les causes de l’hypersomnie

Dans la recherche des causes de l’hypersomnie, certains chercheurs affirment que ce trouble est dû à un dysfonctionnement dans la sécrétion de l’hypocrétine, une hormone responsable de la régulation des états de veille/sommeil :

  • L’hypersomnie ayant pour cause des maladies comme les affections virales, les troubles endocriniens, les accidents vasculaires cérébraux…
  • L’hypersomnie par insuffisance de sommeil: elle est due à une restriction non intentionnelle de sommeil sur une longue période ;
  • L’hypersomnie idiopathique: elle est caractérisée par des siestes de longue durée et des temps de sommeil nocturne qui excédent 10 heures. La personne qui souffre d’hypersomnie idiopathique a l’impression de n’être jamais réveillée totalement.

Les troubles du sommeil qualifiés d’hypersomnies se traduisent par les symptômes caractérisés. Toute la journée, vous souffrez tout le temps d’une très grande fatigue voire de somnolence. Vos nuits sont de grande qualité. Elles durent jusqu’à 10 heures par nuit.

De plus, vous faites des siestes de plusieurs heures. Vos réveils sont alors difficiles. Ils nécessitent de nombreuses alarmes du réveil, souvent repoussées machinalement à chaque retentissement. Parfois même, une aide extérieure est nécessaire.

Troubles du sommeil: Les 6 types d’hypersomnie

Il existe six types d’hypersomnie que je vous présente ci-après:

  • La narcolepsie cataplexie
  • L’hypersomnie idiopathique
  • Les hypersomnies récurrentes
  • Les hypersomnies psychiatriques ou psychogènes
  • Les hypersomnies liées à une insuffisance de sommeil
  • La parasomnie

La narcolepsie cataplexie

Elle vous fait perdre votre tonus musculaire de façon brutale et ce partiellement ou complètement mais sans pour autant perdre conscience. Vous avez des endormissements involontaires fréquents. Ils sont accompagnés de cataplexie (perte de tonus musculaire).

La narcolepsie avec cataplexie crée une paralysie du sommeil. C’est-à-dire l’incapacité de parler, et de bouger, lors d’une transition veille/sommeil. Le plus souvent, elle apparaît entre 15 et 25 ans.

L’hypersomnie idiopathique

Vous dormez longuement la nuit (au moins 10 heures). Vous somnolez sérieusement le jour et faites de longues siestes, peu récupératrices.

Les hypersomnies récurrentes

La plus fréquente est le syndrome de Kleine-Levin. Vous somnolez intensément.

Hypersomnie idiopathique

Cela crée des troubles du comportement tels que l’hyperphagie, hyper sexualité, l’irritabilité et cela peut même aller jusqu’à avoir des hallucinations. Les adolescents de sexe masculin sont les plus exposés.

Les hypersomnies psychiatriques ou psychogènes

C’est une envie de dormir quasi irrépressible qui survient surtout à chaque fois que votre humeur est troublée. Ce type d’hypersomnie est fréquent en cas de troubles bipolaires.

Les hypersomnies liées à une insuffisance de sommeil

Vous somnolez excessivement le jour parce que vous dormez moins la nuit et ce de manière totalement involontaire.

Les hypersomnies secondaires dues à des troubles médicaux

Si vous avez des problèmes médicaux, cela conduit à ce type d’hypersomnie. En dehors de ces hypersomnies, on distingue dans la famille des insomnies, les troubles du rythme circadien.

La parasomnie

Vous vous demandez quelle est la définition de la parasomnie ? C’est une manifestation inhabituelle se déroulant au cours du sommeil.

Les troubles du sommeil appelés parasomnies sont des troubles du sommeil associés à des réveils nocturnes mais qui n’occasionnent pas pour autant une perturbation importante du sommeil, ni une altération de la vigilance au cours de la journée.

Le plus souvent, ce sont des troubles du sommeil observés chez l’enfant et les adolescents. Les troubles du sommeil de ce type persistent chez l’adulte et deviennent pathologiques.

Par exemple, cela se traduit souvent par du somnambulisme, des terreurs nocturnes ou des troubles associés au sommeil paradoxal. De plus,  le bruxisme nocturne (grincement des dents pendant qu’on dort) ou encore de l’énurésie nocturne (incontinence urinaire au cours de la nuit) en font partie.

Il existe deux principales formes de parasomnies:

  • La parasomnie se déroule au cours d’un sommeil lent et profond (somnambulisme, déambulations involontaires en plein sommeil, terreurs nocturnes et oubli de ces épisodes au réveil en sont les symptômes)
  • La parasomnie a lieu au cours du sommeil paradoxal (horreurs, cauchemars, gestes anormaux, grognements, vocalisations, etc).
    La personne se souvient de tous ces événements à son réveil

Suivant leur moment d’apparition, nous pouvons classer les troubles du sommeil de ce type en deux catégories.

Le somnambulisme

Le somnambulisme apparaît pendant un sommeil lent et profond. Pendant que vous dormez, vous déambulez automatiquement et involontairement. Vous ressentez une peur intense qui ne vous réveille pas. Au réveil, vous ne vous souvenez de rien du tout.

Les troubles du sommeil paradoxal

Vous faites des cauchemars ou des rêves désagréables dont vous gardez le souvenir. Il est fréquent d’observer des troubles du comportement en sommeil paradoxal. Pendant votre sommeil, vous avez des gestes incontrôlés et violents.

Ce sont donc des rêves agités. Ils sont accessoirement accompagnés de grognements ou de vocalisations monotones.

Sommeil agité

Quelles sont les conséquences d’un mauvais sommeil?

Les conséquences d’un mauvais sommeil peuvent être nombreuses au quotidien, à court et à long terme. La première et la plus évidente de ces conséquences, c’est évidemment la fatigue.

Le patient souffrant d’insomnie est constamment fatigué, mais pas seulement. Cela affecte également sa capacité de concentration et sa mémoire. Dans certains corps de métier, l’insomnie peut avoir des conséquences importantes, voire graves et dangereuses.

À plus long terme, de nombreuses études ont démontré l’impact négatif de l’insomnie. Le manque de sommeil favoriserait l’apparition de nombreuses maladies chroniques, physiques et psychiques.

L’insomnie augmenterait les risques d’hypertension, pathologies cardio-vasculaires, de douleurs chroniques et de dépression mentale. Elle accélérerait le vieillissement, diminuerait les défenses immunitaires et favoriserait l’apparition de troubles chroniques comme l’obésité et le diabète.

Heureusement, l’insomnie n’est pas incurable et personne n’en est jamais directement mort. Même les plus grands insomniaques finissent par s’endormir, totalement épuisés, quand l’insomnie n’est pas d’origine neurologique.

Si vous souffrez d’insomnie chronique due à votre anxiété, consultez rapidement un thérapeute comportementaliste pour venir à bout de vos angoisses et de l’insomnie.

Troubles du sommeil: Les affections mentales

Les affections mentales ne constituent pas une catégorie de trouble du sommeil à part entière car elles en sont la cause.

Cependant, elles méritent d’être traitées car elles restent sont à l’origine de troubles de sommeil chez les personnes qui en souffrent. Ils s’avèrent fréquents dans la pratique psychiatrique. ils sont quasi constants chez les patients hospitalisés.

Si vous souffrez de dépression, la probabilité est très forte de développer ce type de troubles du sommeil. Il est courant d’observer une insomnie d’endormissement, une insomnie de maintien, et des réveils matinaux précoces.

Les dépressions saisonnières (automne / hiver) se caractérisent souvent par une hypersomnie.

Dans la manie (psychose maniaco – dépressive, ou trouble maniaco dépressif), le temps d’endormissement est souvent allongé. En lien avec certaines pathologies, le sommeil paradoxal est désorganisé, et on peut même constater une absence de sommeil paradoxal chez certains sujets.

En revanche, on assiste à un appauvrissement du sommeil profond. et à un déclenchement rapide du temps d’endormissement, dans les phases aiguës de la schizophrénie. Dans les troubles anxieux, hyper-vigilance et insomnie vont de pair. S’il s’agit de trouble de panique, l’activité motrice augmente pendant que vous dormez.

En cas de stress post-traumatique, les cauchemars sont récurrents. Ils sont associés à l’événement traumatique, et génèrent de l’insomnie.

Troubles du sommeil: Les troubles du rythme circadien

Les troubles du rythme circadien, ou veille – sommeil, sont dus à un cycle anormal. C’est un décalage entre les horaires de sommeil et les moments d’éveil. Ils vous amènent à rester en éveil ou à dormir jusqu’à des heures indues.

On distingue 6 typologies de troubles du sommeil liés à ce syndrome:

  • 1 – Le syndrome de retard de phase

Il est plus fréquent chez les adolescents. Vous somnolez le jour parce que vous peinez à dormir la nuit et ce alors que vous devez vous lever tôt.

Exemple : la personne s’endort après 2H du matin et se réveille difficilement le matin.

  • 2 – Le syndrome d’avance de phase

Il touche les sujets âgés avec des difficultés à rester en éveil le soir. Mais une disposition marquée à se réveiller très tôt. Exemple: la personne s’endort à une heure normale, mais se réveille assez tôt

  • 3 – Le décalage horaire occasionné par les voyages fréquents

Dès que vous voyagez vers une zone où l’horaire est sérieusement décalé par rapport à votre zone de provenance, votre organisme rencontre des difficultés à s’adapter à votre nouvelle réalité extérieure (cf. jet lag).

  • 4 – Les troubles du travail posté

Ils se rapportent à votre poste de travail et perturbent votre cycle de sommeil. Les horaires de travail sont décalés.

Exemple: un travail selon un rythme des 2×8 ou 3×8.

  • 5 – Le cycle veille – sommeil irrégulier
  • 6 – Le syndrome hyper nycthéméral, ou syndrome type libre-cours

Le syndrome hyper nycthéméral est un trouble – rare – du rythme circadien. Il se caractérise par un retard quotidien chronique et régulier. Lorsque vous en souffrez, vous vivez sur un rythme veille – avec un cycle de sommeil plus long et déphasé par rapport à l’alternance jour/nuit.

Traitement des troubles du sommeil: Que faire?

Insomnie, narcolepsie, dyssomnie et autres troubles du sommeil: quels sont les traitements et solutions à disposition pour en finir avec ces maux ravageurs, tant sur le plan physique que mental?

Voici quelques remèdes efficaces pour éliminer les troubles du sommeil:

  • Éducation à l’hygiène du sommeil : cela consiste à diminuer la consommation en excitants comme le café, l’alcool, le tabac et les boissons énergétiques.Il est tout aussi important de choisir un matelas adéquat, une literie de bonne qualité et d’éviter les activités sportives le soir.
    Il est conseillé de faire des siestes thérapeutiques, de manger convenablement… L’hygiène de vie conditionne grandement l’hygiène de sommeil.
  • Médicaments : ils dépendent du type de trouble de sommeil et de leurs causes.
    Lorsque le trouble est causé par un problème psychique comme la dépression ou un trouble de l’humeur, des antidépresseurs sont prescrits.
    Mais quand aucun trouble n’est associé, les médecins prescrivent généralement un hypnotique.
    Il faut tout de même préciser que ces médicaments ont des effets secondaires importants.
    Ils sont de plus en plus déconseillés.
  • Coaching comportemental: programme thérapeutique comportemental en ligne – C’est sûrement le meilleur remède contre les troubles de sommeil.
    La thérapie comportementale, la plus efficace d’entre elles, permet de traiter le problème à la racine.
    Elle n’utilise aucun médicament et elle ne produit aucun effet indésirable.
    Les premiers résultats sont visibles dès les premières séances. Le traitement dure entre 6 et 8 semaines

Des maladies et la dépression sont responsables du mal à s'endormir et de l'insomnie

Troubles du sommeil: Avoir du mal à s’endormir

On parle de difficultés à l’endormissement ou de mal à s’endormir quand, malgré la fatigue et le manque de sommeil, on ne parvient pas à s’endormir. L’épuisement s’accumule de jour en jour, mais le patient a toujours besoin de longues heures au lit avant de s’endormir.

Cela affecte évidemment la qualité de son repos et une grande souffrance psychique à long terme. Pour régler ce problème, il est important d’essayer de comprendre quelles sont les causes à ce mal à s’endormir.

Difficultés à l’endormissement chez l’adulte: Les causes

Les causes d’une difficulté à l’endormissement chez l’adulte sont nombreuses et variées. Parfois, elles sont également multiples. Pour découvrir ce qui vous empêche de dormir, vous ne devez donc rien exclure et restez attentif à vos besoins.

Le stress et l’anxiété

La première cause de troubles du sommeil reste le stress et l’anxiété. Il ne faut pas confondre les deux notions, mais elles ont tout de même des conséquences très similaires sur le sommeil.

Les personnes anxieuses peinent à trouver le repos, car l’inquiétude les poursuit en permanence. Résultat, le stress et l’anxiété peuvent tout autant être responsables d’insomnies que de réveils nocturnes.

En revanche, les cas d’hypersomnies sont beaucoup plus rares, même si certains patients tentent justement d’échapper à leur anxiété en dormant le plus possible.

Les troubles anxieux

Les troubles anxieux sont une cause fréquente et récurrente de difficultés à l’endormissement. Ils sont délicats à comprendre, car la personne qui en souffre s’habitue à leur présence.

La prise de conscience n’est pas toujours facile à avoir. Beaucoup de personnes anxieuses vivent avec leurs angoisses pendant des années avant de comprendre qu’elles ont un problème.

Les troubles anxieux varient énormément d’une personne à l’autre. Certains souffriront de TOC, d’autres de phobies, ou encore d’anxiété généralisée.

Dans tous les cas, les troubles anxieux affectent le sommeil de façon plus ou moins conséquente, notamment en rendant l’endormissement difficile. Parfois, cela va jusqu’à l’insomnie et s’accompagne de réveils nocturnes.

Le stress

Il ne faut pas confondre le stress avec l’anxiété. L’anxiété et un trouble psychique qui ne dépend pas d’un environnement en particulier.

On peut être anxieux sans aucune raison en dehors de notre esprit. Le stress, lui, s’appuie sur des événements extérieurs qui le produisent: par exemple un manager un peu trop pressant.

Le stress est une cause des troubles de l'endormissement

Le stress a un effet majeur sur le sommeil. D’ailleurs, c’est la première cause d’insomnie, de réveils nocturnes et de difficultés à l’endormissement.

Pour vous assurer que vous souffrez de stress et non pas d’angoisse, vous n’avez qu’à vous demander quelles pensées vous occupent quand vous n’arrivez pas à dormir. Si elles se concentrent sur un phénomène concret et pas une situation que vous avez imaginée ou extrapolée, alors vous êtes trop stressé(e).

Réveils nocturnes

Les réveils nocturnes peuvent prendre différentes formes mais, comme leur nom l’indique, ils correspondent tous à un réveil involontaire en plein milieu de la nuit. Ils sont souvent associés à des problèmes de stress et, partant, à de l’anxiété.

Parfois, le patient se réveille quelques heures après l’endormissement et ne parvient plus à se rendormir du tout. D’autres fois, il se réveille simplement chaque fois qu’il est sur le point d’entrer dans la phase de sommeil paradoxal.

Les réveils se multiplient alors pendant la nuit. Enfin, certains réveils nocturnes interviennent seulement très tôt le matin. Dans tous les cas, les réveils nocturnes affectent grandement la qualité du sommeil et réduisent considérablement le repos que le patient peut prendre.

Les réveils nocturnes désignent un problème que les insomniaques et les personnes anxieuses connaissent bien. Les plus atteints d’entre eux se réveillent chaque nuit, souvent à la même heure.

Le réveil peut être brutal et s’accompagner de terreurs nocturnes. Même quand il est calme, le réveil nocturne rend souvent impossible de se rendormir après.

Alors, pourquoi souffrez-vous de réveils nocturnes?

Pourquoi souffre-t-on de réveils nocturnes?

On ne peut pas énoncer une cause unique et générale qui justifie les réveils nocturnes. Les causes varient, même sensiblement, d’une personne à l’autre. Parfois, d’une période de votre vie à une autre, les causes de vos réveils nocturnes varient également.

il est donc important de distinguer les causes psychiques des causes physiologiques de ces troubles du sommeil. Par exemple, les personnes âgées se réveillent au milieu de la nuit parce qu’elles ont besoin d’uriner ou des bouffées de chaleur liées à la ménopause.

Les personnes dépressives ont tendance à se réveiller au petit matin, alors que les personnes anxieuses se réveillent deux ou trois heures après s’être endormies. Les reflux gastriques peuvent aussi vous réveiller au milieu de la nuit.

Il existe de multiples causes physiques et psychiques aux troubles du sommeil

Quelle est la signification des réveils nocturnes chez l’adulte?

Cette signification change évidemment selon l’origine des réveils nocturnes. Dans un premier temps, on conseille de s’interroger sur les causes physiologiques, car ce sont les plus faciles à soigner.

Par exemple, les réveils nocturnes dus à des reflux gastriques se combattent en réduisant le volume des repas le soir, en limitant la consommation de tabac, d’alcool et de café, mais aussi en prenant des tisanes au fenouil le soir.

Malheureusement, si près de 80 % des Français souffrent de réveils nocturnes, ce n’est pas parce qu’ils sont aussi nombreux à faire bonne chère chaque soir. Dans la majorité des cas, les réveils nocturnes sont dus à des troubles psychiques, même bénins.

Si vous traversez une période difficile, le stress et la colère peuvent vous empêcher d’atteindre le sommeil profond. En conséquence de quoi, entre trente minutes et deux heures après l’endormissement, vous vous réveillez, parfois en sursaut.

Réveils nocturnes et troubles anxieux

L’anxiété a de fortes conséquences sur la qualité du sommeil. Les troubles de l’anxiété favorisent et multiplient les ruminations, ce qui rend l’endormissement plus compliqué. En plus, l’anxiété empêche d’atteindre le sommeil paradoxal et vous réveille quelques heures après.

La dépression, de son côté, vous empêche de dormir trop longtemps et vous réveille très tôt le matin, mais plus rarement au milieu de la nuit. Enfin, si vous ne vous considérez pas comme anxieux, mais que vous vous réveillez fréquemment, vous devez prendre en compte la piste de l’apnée du sommeil.  Dans ce cas-là, consultez rapidement un médecin.

Les cas de réveils nocturnes toutes les deux heures

Dans la majorité des cas, les personnes qui souffrent de réveils nocturnes éprouvent de très grandes difficultés à se rendormir ensuite. Elles sont nerveuses et ne retrouvent pas le sommeil. C’est une situation très douloureuse parce qu’elles ne peuvent jamais profiter d’une bonne nuit de sommeil.

Dans d’autres cas, un peu plus rares, les réveils nocturnes interviennent toutes les deux heures alors que le patient parvient à se rendormir. C’est généralement le signe d’une très forte anxiété que la personne parvient à garder sous contrôle.

Si c’est votre cas, vous devez impérativement écouter les messages que vous envoie votre corps. Je vous suggère donc de consulter un(e) professionnel(le) pour gérer votre stress et vaincre votre anxiété.

Comment diminuer les réveils nocturnes ?

Les personnes qui souffrent de réveils nocturnes qui perturbent la qualité de leur sommeil doivent d’abord identifier les symptômes puis les origines du problème. La majorité des causes physiologiques nécessitent un simple ajustement de l’hygiène de vie.

Vous devez simplement modifier votre alimentation, augmenter votre activité physique, etc.

Quand les réveils nocturnes ont des causes psychiques, on ne doit pas essayer de les résoudre tout seul. Tout le monde a besoin d’aide face au stress et à l’anxiété, quelle que soit la nature de cette aide.

Comment ne plus être réveillé(e) la nuit?

Vaincre l’anxiété pour en finir avec les réveils nocturnes

La meilleure solution contre l’anxiété, c’est la thérapie comportementale stratégique et brève. D’ailleurs, c’est la solution que l’Assurance maladie recommande en priorité.

Avec l’aide d’un comportementaliste, vous apprenez à analyser le fonctionnement et l’origine des pensées obsédantes et irrationnelles à l’origine de l’anxiété. Ensuite, grâce à des méthodes comportementales, vous traitez progressivement l’angoisse jusqu’à la vaincre définitivement.

S’attaquer au stress et à l’anxiété reste la meilleure solution pour en finir avec les réveils nocturnes. Même si de nombreux cas particuliers existent, la majorité des patients souffrent en réalité de troubles anxieux ou d’un stress trop important.

Bien sûr, si les réveils nocturnes sont rares, on peut se tourner vers des solutions plus personnelles et moins drastiques. Chez certains patients, méditer quotidiennement et apprendre à pratiquer la cohérence cardiaque suffit largement.

Quels sont les traitements contre les réveils nocturnes?

Les traitements contre les réveils nocturnes n’existent pas vraiment. Bien sûr, on peut aider à l’endormissement avec des somnifères. Le problème, c’est qu’ils n’empêchent pas de se réveiller deux heures plus tard.

Vous pouvez alors prendre des somnifères pour vous rendormir, mais ce n’est pas toujours raisonnable. Ces médicaments provoquent une forte accoutumance, perdent en efficacité avec le temps et le surdosage est extrêmement dangereux, autant à long terme qu’à court terme.

Les anxiolytiques pour traiter les troubles du sommeil

On peut alors se tourner vers les anxiolytiques. Ils sont très efficaces contre l’anxiété et font disparaître immédiatement ses symptômes. Ils permettent de profiter d’une nuit ininterrompue de sommeil profond.

En revanche, le réveil est parfois difficile après si les médicaments n’ont pas été complètement éliminés par l’organisme. De plus, ils produisent aussi une forte accoutumance, voire une dépendance, et le surdosage peut être mortel.

Comment se rendormir à 3 h du matin?

Les réveils nocturnes réguliers sont très difficiles à vivre. Si l’épuisement vous permet parfois de faire des nuits complètes, la récurrence des réveils nocturnes et l’impossibilité de se rendormir affectent douloureusement le quotidien.

Pour vous aider à vous rendormir, on déconseille généralement les médicaments. Ils sont efficaces, mais leur usage récurrent est mauvais pour la santé et ne résout pas vraiment le problème. On préfère donc se tourner vers des solutions plus naturelles.

Apprenez à pratiquer la méditation et la cohérence cardiaque. Mieux encore, utilisez un programme en ligne pour traiter anxiété et troubles du sommeil. Mieux vaut vous lever une heure et vous rendormir ensuite que de passer le reste de la nuit à tourner en rond dans votre lit (ce qui dans le langage commun s’appelle: « faire la crêpe« ).

Vous pouvez aussi pratiquer une activité physique dans la journée, laquelle aura pour fonction de vous fatiguer de façon saine et, pour partie, d’éliminer les tensions.

Le manque d’activité physique

Le manque d’activité physique est aussi une cause majeure de difficulté à l’endormissement. Bouger suffisamment au cours de la journée nous permet de dépenser notre énergie.

Malheureusement, la majorité d’entre nous vit désormais un quotidien trop sédentaire qui devient néfaste pour notre santé physique et psychique. Faire du sport régulièrement nous aide à évacuer le stress et à nous fatiguer, ce qui facilite évidemment l’endormissement.

Attention tout de même à ne pas pratiquer une activité physique intensive jusqu’à 22H. Votre corps est alors en état d’alerte pendant plusieurs heures, ce qui vous empêche de vous endormir.

Les carences en magnésium

Le magnésium est un des minéraux essentiels pour le bon fonctionnement de notre organisme. Il joue également un rôle essentiel dans notre bonne santé psychique.

Comme il est nécessaire au bon fonctionnement de certains récepteurs neuronaux, il participe également à la régulation de nos cycles hormonaux, notamment la mélatonine et la sérotonine.

En d’autres termes, une carence en magnésium favorise la fatigue, la dépression et l’anxiété parce que notre cerveau ne reçoit pas les hormones nécessaires. On éprouve alors des difficultés à s’endormir parce que l’hormone du sommeil, la mélatonine, n’arrive pas jusqu’au cerveau.

Une cure de magnésium, sans pouvoir faire de miracle, aide à soulager les difficultés de sommeil et l’anxiété.

Comment faire pour s’endormir plus vite?

Pour s’endormir plus vite et profiter d’une meilleure qualité de sommeil, on doit identifier ce qui se trouve à l’origine du problème. Et, plus spécifiquement, comprendre le mécanisme du problème.

Ce qui signifie identifier les éléments de contexte qui favorisent ces troubles de l’endormissement. C’est la phase de contextualisation évoquée plus bas dans cet article dans le cadre du programme thérapeutique en ligne.

Une fois cette étape réalisée, cela vous permet d’agir sur les différents éléments responsables. On ne doit pas hésiter à multiplier les tentatives et à attaquer le problème sur plusieurs fronts à la fois.

Gérer son stress et vaincre son anxiété

La première chose à faire lorsque l’on souffre de difficultés à l’endormissement, c’est d’apprendre à gérer son stress et de demander de l’aide pour vaincre son anxiété. Peu importe que vous soyez anxieux(se) ou stressé(e).

Vous pouvez commencer par prendre de bonnes habitudes quotidiennes avec une activité physique régulière et la pratique de la méditation et de la cohérence cardiaque.

Surtout, pour ne plus subir votre stress et votre anxiété, vous pouvez vous tourner vers la thérapie comportementale issue de l’approche systémique de Palo Alto (approche stratégique et brève).

Plus de 90 % des patients qui consultent un comportementaliste professionnel se débarrassent de leur anxiété en quelques semaines seulement. Certains comportementalistes proposent même de vous aider à distance et en ligne avec le même taux de réussite!

Régler son horloge biologique en organisant sa journée: Les bons rituels

Les conseils ci-après rejoignent la nécessité de prendre soin de son horloge biologique.

Ainsi, en évitant les mauvais comportements le soir (repas lourd, écrans d’ordinateurs et de télévision, etc.) et en favorisant les bons comportements (environnement calme, lecture, etc.), vous vous endormirez plus facilement.

En effet, pour favoriser l’endormissement, on doit aussi avoir davantage de considération pour son horloge biologique. Même si vous n’aimez pas la routine, avoir une journée mieux organisée aide votre cerveau à s’endormir plus vite.

Si vous n’avez pas un métier qui vous épuise physiquement, c’est une précaution absolument nécessaire. Pour cela, il est conseillé de se coucher et de se lever tous les jours aux mêmes heures. De prendre ses repas à heures fixes également.

On conseille aussi de ne plus utiliser d’écrans au moins une heure avant d’aller au lit.

Enfin, votre lit ne doit pas être un lieu d’activité (je parle de lire ou de travailler. Faites-y autant de folies de votre corps que vous le souhaitez 😊).

Je me répète: lisez un peu avant de vous coucher, mais ne mangez pas au lit, ne regardez pas la télé au lit, etc. La chambre doit être un lieu préservé des activités de la journée.

Manger correctement le soir

Pour vous endormir plus facilement, je vous suggère de manger un repas léger le soir. Un repas trop lourd exige des efforts de digestion importants.

Or, la digestion est un effort physique qui mobilise un afflux sanguin important.

En conséquence de quoi votre cœur bat plus vite et votre cerveau interprète cela comme une activité physique, soit l’opposé du sommeil. Vous aurez donc du mal à vous endormir puis un sommeil agité.

Par ailleurs, évitez de vous coucher avec l’estomac vide du jour au lendemain. Avoir faim pendant la nuit n’est pas une bonne chose ce qui m’amène, par extension, à évoquer les troubles du sommeil.

D’où viennent les troubles du sommeil?

Les troubles du sommeil peuvent devenir très handicapants et rendre le quotidien impossible à vivre. Ils affectent la qualité des relations sociales et la vie professionnelle.

Malheureusement, pour les soigner, on doit d’abord identifier précisément leur cause. Or, les causes possibles sont très nombreuses, même quand on essaye de les regrouper et de les résumer.

La dépression

La dépression est une pathologie psychique qui affecte profondément la qualité du sommeil. D’ailleurs, un sommeil de mauvaise qualité favorise également l’apparition de la dépression.

C’est donc un cercle vicieux qu’il faut briser le plus rapidement possible avant qu’il n’empire. La dépression provoque aussi bien des insomnies que des réveils nocturnes et de l’hypersomnie.

C’est d’ailleurs l’une des causes les plus fréquentes d’hypersomnie. Les réveils nocturnes que la dépression provoque sont généralement matinaux et pas quelques heures après l’endormissement.

L’hygiène de vie

Le sommeil est un témoin efficace de la bonne santé psychique d’un individu, mais aussi de sa santé physique. Des troubles du sommeil peuvent aussi témoigner d’une hygiène de vie de mauvaise qualité.

Par exemple, une activité physique et sportive absente ou trop irrégulière peut provoquer des dérèglements de l’horloge biologique. L’alimentation aussi a un impact, autant pour son contenu que pour ses quantités et l’heure à laquelle vous mangez.

Les maladies qui provoquent des troubles du sommeil

Enfin, on doit également prendre en compte les maladies qui provoquent des troubles du sommeil. Elles sont trop nombreuses pour que je puisse toutes les citer ici, mais il faut toujours les prendre au sérieux.

Parfois, les troubles du sommeil sont les premiers symptômes d’une infection rare, d’une tumeur ou de la maladie de Parkinson. Si vos troubles du sommeil persistent malgré vos efforts, je vous suggère fortement de consulter un médecin pour réaliser des tests qui permettront l’établissement d’un diagnostic précis.

Comment résoudre les troubles du sommeil?

Pour résoudre vos troubles du sommeil, tout dépend de l’origine de ces troubles. Dans bien des cas, vous n’avez qu’à faire un peu de sport et lire au lit plutôt que de regarder votre ordinateur pendant des heures avant de vous coucher.

Mais il est vrai que cela ne suffit pas toujours.

Consulter un médecin

Je l’ai déjà écrit, mais vous n’aurez jamais tort de consulter un médecin pour parler de vos troubles du sommeil. Même s’ils sont récents, dès que ces troubles vous gênent ou vous perturbent, parlez-en à votre médecin.

Même si vos troubles sont dus à une légère anxiété, votre médecin peut vous conseiller un confrère capable de vous aider.

Les traitements médicamenteux

Les traitements médicamenteux sont très efficaces contre les troubles du sommeil. Ils permettent de lutter contre l’insomnie et les réveils nocturnes avec un effet immédiat.

Malheureusement, ils ne permettent pas de résoudre le problème à l’origine de ces troubles, mais seulement de supprimer leurs conséquences. De plus, une prise de médicament à long terme n’est pas une solution viable puisqu’ils provoquent presque tous une accoutumance contre-productive et dangereuse.

La thérapie comportementale versus Palo Alto

La thérapie comportementales est la solution la plus efficace pour lutter contre le stress, l’anxiété et la dépression. Comme ce sont les trois causes les plus fréquentes à l’origine des troubles du sommeil, la thérapie comportementale de Palo Alto est fortement conseillée pour s’en débarrasser.

Un comportementaliste vous aide à analyser, rationaliser et à vaincre les pensées irrationnelles à l’origine de l’anxiété. C’est la raison pour laquelle, en ma qualité de thérapeute comportemental, j’ai créé et mis à votre disposition un programme en ligne: le Programme ARtUS.

Comment en finir avec les troubles du sommeil?

Le programme ARtUS vous aide à agir de manière concrète de sorte à ne plus avoir du tout de mal à s’endormir. Grâce à ce programme thérapeutique, il est tout à fait possible de briser ce cercle vicieux et d’apprendre à mieux appréhender et gérer vos troubles du sommeil.

A l’aide du protocole thérapeutique composé de 5 modules, vous avez tout le loisir par vus même de la baisse du mal à s’endormir comme de vos troubles du sommeil.

Conservez cependant l’esprit que ce programme en ligne nécessite un investissement personnel de l’ordre de 15 minutes par jour.

Quelques précisions:

  • Ce programme ne contient aucun exercice de relaxation ou de relaxation. C’est un vrai programme comportemental.
  • Il est exclusivement composé d’exercices thérapeutiques qui ont pour fonction de progressivement faire diminuer puis disparaitre vos symptômes de troubles du sommeil
  • En sus du programme lui-même, il vous est offert de bénéficier de consultations de Coaching Live de 30 à 40 minutes chacune ((Skype, WhatsApp, téléphone).
    C’est exactement comme si vous bénéficiez de consultations au cabinet.

Pour bénéficier de ce programme comportemental, je vous invite à cliquer sur l’image ci-après.

Comment s'endormir facilement?


Article rédigé par Frédéric Arminot, coach comportemental

Vaincre les troubles du sommeil avec le Programme ARtUSSpécialisé dans le traitement des problèmes d‘angoisse, d’anxiété, de dépression, de phobie, et de toc, il exerce depuis plus de 25 ans en qualité de comportementaliste.

Ancien grand anxieux, et victime d’angoisses aux multiples conséquences des années durant, il a créé un programme de coaching comportemental en ligne:

Le Programme ARtUS

Cette méthode thérapeutique résout 16 cas sur 17, soit + 95 % de résultats.



Frédéric Arminot

Frédéric Arminot, Coach comportemental

Frédéric Arminot, Coach comportemental

Spécialisé dans le traitement des problèmes d‘angoisse, d’anxiété, de dépression, de phobie, et de toc, il exerce depuis près de 30 ans en qualité de comportementaliste. Ancien grand anxieux, et victime d’angoisses aux multiples conséquences des années durant, il a créé un programme de coaching comportemental en ligne: Le Programme ARtUS. Cette méthode progressive de coaching résout 16 cas sur 17, soit + 95 % de résultats.

Commentaires (6)
  1. Bonjour Loubée,

    Il existe effectivement un forum lié au programme mais son accès – sécurisé – est réservé aux membres dudit programme. Quand à une page Facebook, eu égard à ce que je pense, tant à titre personnel que professionnel, de ce réseau social, c’est exclu.

    Pour autant, et alors que je comprends fort bien vos réserves, vous pouvez accéder à plusieurs témoignages de personnes ayant utilisé le programme. Ces témoignages sont certifiés conformes aux originaux. Donc nul besoin d’une page FB, ou d’un autre forum. Pour lire ces témoignages, cliquez ICI

    Pour ce qui relève de la présentation vidéo du programme, j’ai bien compris ce que vous m’avez écrit. Alors, je n’écrirais qu’une chose: La critique est aisée mais l’art est difficile…

    Pour ce qui vous concerne, eu égard aux problèmes dont vous êtes victime et que vous me décrivez, le programme est tout à fait adapté à votre besoin.

    A ce sujet, tout comme vous n’avez aucun intérêt aux attaques gratuites, je n’ai aucun intérêt à vous raconter n’importe quoi. En effet, je ne mettrais pas ma réputation professionnelle en danger juste pour le plaisir de vous compter parmi les membres du programme. Il vous appartient de choisir d’en bénéficier ou non. Ce choix, que vous le fassiez ou pas, ne changera pas ma vie. Mais il peut changer la vôtre!

    A ce propos, je vous invite à lire cette page pour recevoir des informations particulières et ô combien importantes au sujet du programme.

    Je vous suis reconnaissant de votre confiance Loubée, et vous souhaite une belle journée.

    « Je Souhaite Accéder A La Vidéo De Présentation Du Programme Comportemental »

  2. Loubée dit :

    Bonjour Mr Arminot,
    Existe t-il un forum ou une page FBook ou tout autre endroit sur le web sur lequel les personnes qui suivent votre programme ou qui l’ont suivit peuvent échanger entre elles ? Un endroit où elles peuvent parler de leurs expériences communes ? Demander de l’aide ou bien en apporter !!? Et un endroit donc, où des personnes comme moi, hésitant à se lancer dans le programme, pourraient lire les témoignages de ces personnes qui ont su se défaire de leurs problèmes grâce à lui ? J’aimerai tellement !!
    Car je n’sais pas quoi en penser, c’est très alléchant, ça donne envie, mais ce qui me freine, c’est que les techniques de vente que vous utilisez laissent à penser que vous tenter d’attraper des insectes dans une toile d’araignée ! Et je suis réellement très embêtée car je me dis qu’il est possible que, pour autant, votre méthode fonctionne, qu’elle donne de vrais résultats. Mais si c’est le cas, pourquoi recourir à ses techniques commerciales grossières ? J’entends bien que vous devez gagner votre vie, mais ces techniques tendent à prendre les gens pour des imbéciles ou plutôt, elles sont à visée de personnes un peu naïves. Si votre méthode donnent 95% de résultats positifs comme vous le dîtes, nul n’est besoin de toute cette artillerie…
    Je ne sais pas quoi penser…
    J’ai tellement envie d’y croire !!
    Si votre Programme est valable, c’est très dommage car ça doit faire fuir beaucoup de gens je pense (mais je n’m’y connais pas dans ce domaine alors je me trompe peut-être…).
    J’ai bientôt 39, je fais de l’agoraphobie, de l’anxiété sociale, j’ai peur de tellement de choses que je ne vis plus ! Je procrastine sur tout, même le sommeil, j’ai une espèce de peur du coucher qui fait que je ne parviens pas à me mettre au lit avant qu’il fasse jour et ensuite je dors très bien mais jusqu’à 18h du soir parfois (c’est je pense mon plus gros problème – sans ça, ma situation serait déjà bien mieux car je pourrais plus facilement faire ce qu’il faudrait pour travailler sur le reste) !! Je reste enfermée chez moi, j’habite avec mon chéri qui lui travaille et sort de temps en temps et nous nous aimons fort mais je ne lui apporte pas grand chose, car je déprime et je n’fais presque plus rien, je suis terrifiée par ma situation et mon avenir !! Je rêve d’être maman depuis toujours mais dans ces conditions (et même avant que j’en sois à ce point, je savais que…), je n’ferai pas une bonne maman ! Je crois davantage aux thérapies brèves (comme la TCC ou Pnl ou Emdr…) qu’à la thérapie classique mais j’ai laissé traîner durant des années à cause d’un traitement psychotrope qui me rendait molle, me coupait volonté, brouillait la mémoire et les idées (tout était flou) et à présent que je me suis en partie retrouvée, mon agoraphobie s’est accentuée, je n’ai consulté qu’en visio cette dernière année mais je ne me suis pas sentie comprise (ou écoutée) par les psychothérapeutes rencontrés et à chaque fois je perd un peu espoir…
    Alors, ça me fait rêver d’imaginer que je pourrais passer les 2 prochains mois à suivre votre méthode pour pouvoir dès la rentrée Septembre prendre enfin les rennes de ma vie, avoir un enfant avec l’homme que j’aime, lui offrir une vie plus jolie (à l’homme que j’aime), retravailler, déménager à la campagne, passer mon permis, rencontrer des gens…
    Je n’sais pas comment vous allez prendre ce message, ça n’est pas une attaque gratuite (ça ne m’apporterai rien!!)… Mais si votre méthode est valable, je n’veux pas passer à côté –

    Cordialement

    Loubée

  3. Bonsoir Mounir,

    Je viens de vous adresser un mail en vous expliquant comment faire pour ne plus être angoissé et retrouver facilement le sommeil.

    N’hésitez pas à me solliciter si vous avez des questions.

  4. Mounir dit :

    Bonjour. Depuis le 1 er mai 2020, j ai ete invite a diner chez ce jour , avant de manger, subitement et sans raisons !!??? ( confinement, fermeture de mon cabinet dentaire depuis le 16 mars, suivi intense des infos anxiogènes sur le covid19 tous les jours dur ma tablette, réception et partage de videos  » négatives  » sur Corona, crise eco majeur a venir……..) j ‘ ai senti und crise d’ angoisse monté ( les 2 jours précédents, j ai appris la survenue de cancer à 2 proches et je me l imaginais que ca pouvait me toucher)
    Bref etant agité au moment de dormir, j ai demandé a ma mere du lexomil ( je ne prend jamais ces médicaments malgré que je suis quelqu un d’anxieux et naturellent angoissé) j en ai pris 1 quart , qui m’ endormi que 2 heures puis réveil en panique en pleine nuit
    DEPUIS, impossible de trouver le sommeil du tout, nuit blanche, ma poitrine est serrée, elle palpite ,tension musculaire je baille , ma tete est somnolente mais trop de tensions et surttout des sursauts au niveau de la poitrine qui inhibe tout endormissement.
    Je ne ferme plus l œil de la nuit , meme au petit matin pareil.
    Je vais peter les plombs. Je n ,’ai jamais connu çà malgre le fait que je suis stressé et anxieux de nature !!!!
    Je dormais corrdctement.
    Depuis le1 mai , je ne dors pas la nuit et l’angoisse est entretenue à la tombée de la nuit. Le jour je n arrive pas rattraper
    J exerce la profession de chirurgien dentiste et j’ ai 45 ans
    QUE DOIS JE FAIRE ?
    JE PEUX PLUS Continuer comme ca

  5. Bonjour CI,

    C’est intéressant cette agressivité dont vous faites preuve. Intéressant et regrettable. Vous intervenez de façon anonyme, en invectivant, sans décliner votre identité, et encore moins votre compétence à juger d’un problème qui relève d’un domaine thérapeutique.

    Vous m’interpellez sur l’amalgame que je ferais entre hypersomnie primaire et secondaire. Ce qui traduirait que je ne sache pas ce dont je parle, en plus de produire, je vous cite: « …des foutaises. ».

    Dans cet article, plus que des causes, il s’agit de proposer des solutions. In fine, c’est comme si vous hurliez au loup – ce que vous faites déjà – au sujet du Professeur Raoult et de la chloroquine au motif que telle ou telle approche pour traiter le Coronavirus n’a pas eu le blanc seing de telle ou telle autorité.

    Dans l’affaire du traitement du Covid-19, la vraie question, c’est d’apprécier ce qui est le plus efficace en dehors de toute lutte de chapelle. Je parle là des comportements suspects d’une Madame Buzyn, de son mari, ancien président de l’INSERM devenu conseiller d’état (je souris), du gouvernement, au sujet d’avis contraires aux leurs (et d’une sordide histoire de laboratoire en chine dont on s’interroge sur quel français, proche du pouvoir, l’a créé et le dirige).

    Ces oppositions font le lit de luttes de pouvoir qui obèrent une solution. En plus d’être, comme à l’accoutumée, le fait d’une minorité qui met à mal la majorité, parce-qu’elle sème e doute, et instrumentalise. A qui profite le crime?

    Il existe une multitude de moyens pour résoudre une foultitude de problème. Si nous nous en tenons à des cheminements cartésiens et rationnels, en plus de ceux qui font le lit de pouvoirs, nous n’allons pas en sortir. Et, ce faisant, nous allons nous enfoncer encore plus. Jusqu’à l’implosion. Puis l’explosion (pour ce qu’il restera des dégâts initialement causés).

    J’entends déjà les cris de réprobation… Qu’est-ce qui est le plus important? Cultiver les désaccords, ou trouver des solutions?

  6. Cl dit :

    il faut vraiment que vous ne sachiez pas de quoi vous parler pour mettre dans le « même sac » hypersomnies secondaires et hypersomnies primaires…
    Si les hypersomnies ont des causes secondaires identifiables, sur lesquelles il est possible de travailler (y compris l’anxiete), les hypersomnies primaires n’en ont pas. Seriez-vous en mesure de documenter ne serait-ce qu’un seul cas d’hypersomnie primaire que votre méthode comportementaliste aurait traitée ?
    Foutaises

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Défiler vers le haut