Gestion du stress: Des techniques simples pour gérer le stress

Gestion du stress

Ce matin encore, et ce qui fait suite à bien d’autres auparavant, j’ai reçu beaucoup de messages à propos de cette relation si particulière qui existe entre l’angoisse et le stress. Dès lors, la question de pose de savoir comment mettre en place une gestion du stress qui soit efficace. Et qui vous permette de gérer le stress associé à des problèmes d’angoisse et d’anxiété.

Beaucoup d’entre vous m’ont expliqué être victime d’états de tensions à la fois physiques et psychiques. Et vous m’avez décrit les symptômes de stress que vous avez identifié. J’ai aussi identifié beaucoup de ces symptômes de stress comme étant ceux dont j’ai tant souffert à une époque de ma vie.

Dans cet article, je vais vous préciser la définition du stress. Je vais aussi vous expliquer la relation qui existe entre le stress et les angoisses. Enfin, en quoi les angoisses favorisent le stress. Enfin, comment rendre simple la gestion du stress, d’une façon générale, grâce à des techniques simples et efficaces. Vous bénéficierez aussi de quelques conseils supplémentaires.

Définition du stress

Une fois n’est pas coutume, je me permets de vous rappeler que l’angoisse est une peur projective. C’est la conséquence entre un évènement ou une situation que vous craignez de ne pouvoir gérer, et le fait de vous imposer de gérer cette situation . Soit écrit en passant, c’est d’ailleurs comme cela que, sur la foi de stress divers, vous pouvez ne plus vous sentir en mesure de gérer un problème. Partant, devant l’afflux d’émotions, vous courrez le risque d’être victime d’une crise d’angoisse. Voire de crise de panique.

Le stress est constitué d’un certain nombre d’éléments émotionnels, plus ou moins importants, positifs ou négatifs. Ils sont le fruit de toutes les situations que vous vivez dans une journée comme dans plusieurs.

Qu’est-ce que cela veut dire? Cela signifie que vous le vouliez ou pas, il est particulièrement important que vous soyez stressés! En effet, il y a autant de risques à être peu voire insuffisamment stressés qu’à être victime de stress trop importants voire excessifs.

Si vous n’êtes pas stressé en suffisance, vous risquez de mourir! Si vous êtes trop stressé, vous risquez de mourir aussi! Cela pose donc la nécessité d’un stress positif. Partant, celui du stress négatif.

De fait, il n’y a pas de bon stress ou de mauvais stress. Ainsi, la séduction qui peut être un “jeu” très amusant est un facteur de stress. Pour certains il sera négatif. Pour d’autres, positif. La seule difficulté du stress c’est d’être et demeurer, autant que faire se peut, à un point d’équilibre du stress.

Gestion du stress: Lien avec l’anxiété et l’angoisse

Pour que les choses soient plus claires, je vais prendre un exemple. Très souvent, quand les enfants s’amusent entre eux, passé un certain délai, il y a une espèce d’émulation, d’excitation, de joie qui se mêle à leurs jeux. Les enfants jouent ainsi jusqu’au moment où ils se tendent. Alors qu’ils jouent, donc sont dans une dimension joyeuse et positive, ils arrivent à entrer dans un conflit. Les enfants s’opposent car l’excitation de l’un met l’autre mal à l’aise. Dès lors, chacun se défend. Les intérêts territoriaux des uns ou des autres et les enjeux associés génèrent des conflits.

Comment gérer le stress, et les angoisses

Comment gérer le stress

C’est comme cela que les enfants s’exposent à des rodomontades de la part de leurs parents. Parfois, cela va jusqu’à des punitions. Ou des sanctions. Voire, dans les cas les plus extrêmes, des fessées, des claques. Les enfants sont le plus souvent séparés. Ils entendent leurs parents leur reprocher de ne savoir jouer tranquillement. Moralité, tout le monde, enfants compris, finit par souffrir. Pourquoi? Parce-que tout le monde a réagi face à des stress perçus.

Le stress, c’est précisément cela. Une succession d’émotions agréables et désagréables. Celles-ci finissent par construire ce qu’il est convenu un “escalier de la pression“. Cela signifie que chaque émotion se superpose à une autre. Ainsi ce crée un état de tension qu’il devient de plus en plus difficile de canaliser. Un état de tensions qui échappe à votre contrôle.

Gestion du stress: Les facteurs cognitifs

Que se passe t-il en pareille situation? Dans votre quotidien, vous êtes confronté à tout un tas de sollicitations dans tous les domaines de votre vie (affectif, sentimental, économique, social, professionnel, etc.).

Toutes les sollicitations dont vous êtes l’objet induisent que vous y répondiez de la meilleure façon possible. Vous allez répondre conformément à ce que vous ressentez. Dans cette réponse, vous tiendrez compte du sens des autres, comme des objectifs que vous même ou d’autres vous ont assignés.

De fait, quand j’écris que vous vous comportez – vous répondez – de la meilleure façon, cela signifie que vous allez vous comportez de façon automatique. C’est la cognition.

Les éléments cognitifs sont constitués par tout un tas d’informations collectées par votre cerveau au fil de vos années de vie. Votre cerveau va donc, de façon automatique, sur la foi des informations qu’il détient et constituent votre personnalité, apporter ou réponse dite d’acceptation ou de refus. Cela relève du réflexe.

Gestion du stress: Mise en situation

Imaginons que vous soyez dans la rue. Paris, en plein milieu de la journée. A un moment, alors que vous marchez, quelqu’un vous apostrophe pour vous demander son chemin.

C’est en fonction d’un certain nombre d’éléments que vous allez répondre d’une façon ou d’une autre. Ces éléments sont le suivants:

  • Contexte
  • Environnement dans lequel vous vous trouvez (le lieu)
  • Perception que vous avez de cette personne – de ce qu’elle vous inspire immédiatement –
  • Émotions (celles que vous vivez depuis le moment où vous vous êtes levé comme celles que vous accumulez depuis plus ou moins longtemps)

Allez-vous répondre à cette personne? Vous sentirez-vous ou vous sentir agressé? Allez-vous passer votre chemin sans répondre? C’est donc sur la foi d’éléments psychiques et physiques, vos symptômes, que vous allez répondre, à votre façon, à cet évènement.

Tous les jours, votre quotidien fait l’objet de sollicitations et de réponses à l’identique du mécanisme que je viens de vous exposer. Ensuite, tout au long de vos journées, vos émotions positives ou négatives vont se cumuler les unes les autres.

Il se peut qu’à un moment, si vous n’y prenez pas garde, vous ayez un comportement totalement inadapté, voire disproportionné, par rapport à une sollicitation donnée. C’est ainsi qu’alors que vous venez de rentrer chez vous, vous êtes plus ou moins fatigué, plus ou moins tendu ou, au contraire, d’humeur enjouée voire excitée.

Si vous êtes confronté à un évènement soudain, vous risquez de répondre sur la foi des émotions accumulées tout au long de la journée. Pas  de façon objective. Ne vous inquiétez pas, c’est normal. Le problème, c’est la conséquence émotionnelle pour vous.

DÉCOUVREZ COMMENT TRAITER VOTRE PROBLÈME D’ANGOISSE, D’ANXIÉTÉ, DE PHOBIE, DE TOC, OU DE DÉPRESSION, EN MOINS DE 2 MOIS, SANS MÉDICAMENTS

CETTE MÉTHODE OFFRE UN ESPOIR À CELLES ET CEUX QUI PENSAIENT NE JAMAIS S’EN SORTIR

Gestion du stress: Agir et non réagir

En ayant une réaction plus ou moins vive, vous allez vous faire plus de mal. Vous risquez d’être encore plus stressé que vous ne l’étiez. Peut-être serez-vous décontenancé? Vous passerez, peut-être, “du rire aux larmes”? Dans tous les cas, vous serez perturbé. Dans tous les cas, votre réaction est la façon automatique que vous avez de vous protéger. Vous protéger par rapport à un cumul émotionnel constitué au fil du temps (cf. escalier de la pression).

Dans de telles conditions, vous pouvez craindre d’être confronté à une situation que vous redoutez. Dès lors, vous risquez d’être victime d’angoisses, d’une crise d’angoisse voire, pire, d’une crise de panique!

Gestion du stress: Les symptômes du stress

Comme vous le savez, quand vous êtes confronté à divers stress, ceux-ci s’expriment à l’aide des symptômes de stress ci-après:

  • Tensions physiques (musculaires principalement)
  • Difficultés à déglutir
  • Nécessité de se ré hydrater très souvent
  • Pressions intra crânienne
  • Émotions très controversées (passer de l’excitation à l’abattement ou d’une vision positive à une vision négative)
  • Agressivité voire violences (verbales ou physiques)
  • Sentiment d’impuissance
  • Troubles de l’endormissement
  • Problèmes du sommeil
  • Troubles alimentaires
  • Problèmes de libido
  • Consommation excessive de substances psycho actives (alcool, stupéfiant, médicaments)
  • Maux d’estomac
  • Ballonnements
  • Douleurs articulaires
  • Mal de dos

Ces symptômes sont des facteurs d’angoisses. Pour en apprécier la dangerosité, je vous invite à préciser leur intensité entre 0 et 10 (note la plus forte). Dès lors, on peut parler de stress à compter du moment où vous ressentez au moins trois ces symptômes. Si vos calculs vous rapprochent de la note 15, je vous invite très fortement à agir! Si vous ne faites rien, vous savez ce qu’il risque de vous arriver. Il devient donc urgent que vous sachiez quelle gestion du stress adopter pour vous protéger de ses conséquences.

Gestion du stress: Commencer faire diminuer le stress

Grâce à d’autres articles comme “Comment soigner l’angoisse“, vous savez comment vous comportez en cas d’angoisse, de crises d’angoisses, ou de crise de panique. Pour diminuer – ou plutôt ré équilibrer – vos modes de gestion du stress, et ainsi contrôler positivement vos angoisses, vous trouverez ci-dessous quelques exercices et conseils avisés.

Auparavant, conservez en mémoire que le mot stress a un lien avec un sentiment d’oppression. Stress égal… détresse! En effet, le stress est constitué d’un ensemble d’informations relatives à tout ce que vous vivez. Ces éléments sont accumulés par le cerveau et forment, avec le temps, ce que l’on appelle “la spirale de la pression”.

Il y a 2 types de stress. Le stress négatif, et le stress positif. Il s’agit donc de satisfaire une gestion du stress opportune.

Gestion du stress: Quelle est la source du stress

Dans ces 2 cas afférents à la gestion du stress, ces informations, agréables ou désagréables, se cumulent au point que vous ayez du mal à les gérer. Quand j’écris “… du mal à les gérer”, j’entends par là que c’est un problème si vous n’arrivez pas à vous en défaire. Ce que vous “conservez” dans la tête est toxique. Cela vous occupe au point que vous ne pouvez pas lâcher prise, et passer à autre chose.

Par exemple, une sur excitation liée à une situation agréable peut causer un problème. Exactement comme peut l’être une information, ou une situation, douloureuse.

Le stress provient donc du fait que votre cerveau tente de trouver des solutions à un problème. Mais il n’y parvient pas. Il essaye de retrouver un point d’équilibre. Un point d’appui pour faciliter la meilleure gestion du stress possible. Comme il n’y arrive pas, il vous fait penser à ce qui risque de vous arriver. Vous devez trouver une solution. Vous rentrez dans ce que l’on appelle de l’anticipation. Ce qui, du coup, vous motive pour en trouver une (de solution).

Mais, vous avez beau y réfléchir à cette solution, la souhaiter, rien ne vient. Vous vous sentez de plus en plus tendu(e). Au point que cela vous prend toute la journée pour tenter, en vain, de retrouver la paix. Et alors qu’au terme de cette journée, aucune solution ne s’est faite jour, vous risquez d’aller vous coucher d’un état émotionnel et physique pire que le matin. Et cela risque de se terminer par une angoisse nocturne ou, à tout le moins, une insomnie! Vous n’aurez pas pu, ou su, mettre en place un gestion du stress adaptée à votre situation.

Gestion du stress: Quand votre cerveau vous parle

Votre cerveau vous fait penser à ce qui risque de vous arriver si vous ne trouvez aucune solution. Il doit veiller à votre survie comme à votre bien-être. Tant que votre cerveau considère qu’il y a une solution possible, il n’arrête pas de vous faire imaginer le malheur qui vous guette. Cela relève de la sécrétion d’adrénaline. Une substance produite par votre corps pour vous avertir d’un danger. C’est précisément ce qui vous ordonne de mettre en place une gestion du stress adaptée pour retrouver votre équilibre.

Tant que vous n’avez pas retrouvé votre équilibre, tant psychique que physique (les deux sont intimement liés), gérer le stress demeure difficile. Pour autant, peut-être remarquerez vous que la plupart de vos craintes ne se confirment jamais . Ou alors très rarement au degré où vous les aviez auparavant imaginées.

Il y a une raison simple à ce phénomène. Votre cerveau exagère les points de douleurs et de peurs dans votre imagination. Maintenir cette fonction d’alerte a pour but de de maintenir votre désir de trouver la solution.

Tant que votre cerveau pense qu’une solution est possible (cela repose sur la construction de votre personnalité), il n’arrête pas de développer dans votre esprit des films mentaux. De plus en plus stressants, ils ont pour fonction de vous contraindre à répondre de la façon la plus appropriée. En bref, vous inviter, de façon appuyée, à mettre en place la meilleure gestion du stress possible.

L’objectif est de vous motiver davantage. Ce qui a naturellement pour conséquences de vous stresser davantage!

Gestion du stress: Le film mental

Si vous le permettez, revenons-en à nos moutons. Sur la foi de divers articles publiés dans ce blog, Je vous ai suggéré de volontairement imaginer le pire de ce qui puisse vous arriver si vous ne trouvez aucune solution à votre problème.

En cas de difficultés pour administrer votre gestion du stress, vous pouvez aussi vous dire: “Bien, et maintenant? Je me suis déjà préparé de mon mieux. Je ne peux rien faire de plus”. Vous agissez et pensez de la sorte tant que votre cerveau déroule ses films stressants. Passé un certain délai, lequel varie d’une personne à l’autre, votre cerveau commence à vous laisser tranquille.

Les choses se passent de la façon suivante. Imaginons que votre cerveau déroule le scénario ci-après. Votre patron vous traite de “minable” devant vos collègues parce que vous n’avez pas bien fait votre boulot.

  • Vous: “Et quoi ? Je me suis déjà préparé de mon mieux. J’estime avoir fait mon travail. Je ne peux rien faire de plus”

Ensuite, vous imaginez que votre patron vous appelle dans son bureau pour vous annoncer que vous êtes viré(e)!

  • – Vous: “Vous me renvoyez pour çà? Je me suis déjà préparé de mon mieux. Je n’y peux plus rien”

Toute la difficulté de ce type de comportement réponse simple, pour ne pas écrire simpliste, repose sur votre capacité, ou votre désir, de lâcher prise. Ce dernier élément est fondateur pour gérer le stress.

Petit à petit, comprenant que vous ne pouvez plus rien y faire, votre cerveau lâche prise à son tour. Prenant acte que vous êtes impuissant à contrôler la situation, votre stress va diminuer. Jusqu’à carrément chuter. Si, d’aventure, cela ne se produit pas, cela veut probablement dire que vous avez besoin des solutions comportementales plus “appuyées” pour savoir comment faciliter la gestion du stress.

Gestion du stress: Une technique simple et étonnante

Si vous voulez bien gérer le stress à ce moment-là, il vous faudra, de vous-même, imaginer le pire, et convaincre votre cerveau de ce pire. Une fois convaincu, votre cerveau prendra acte que vous ne pouvez rien faire pour éviter le problème.

Vous verrez alors votre cerveau vous ″ficher la paix″. Partant, le niveau de votre stress chutera sans d’autres efforts de votre part. Bien sûr, convaincre votre cerveau que vous ne pouvez rien, face à la pire des situations, ne vous autorise pas à faire preuve de négligence confronté(e) aux défis de votre vie, à ne pas gérer le stress de façon opportune.

Par exemple, si vous devez prendre la parole en public dans quelques jours et que cela vous stresse, il ne s’agit pas de croiser les bras, et de se contenter d’imaginer le pire. Qui n’a jamais eu peur de parler en public?

Avant tout, il va donc s’agir de vous préparer, de rassembler les informations dont vous aurez besoin lors de votre exposé. Cela signifie, ordonner vos éléments de présentation, et en faire un plan clair. C’est un bon moyen de commencer à traiter la gestion du stress. Vous donner les moyens de base de votre réussite.

Continuez- vous à avoir peur malgré toutes ces dispositions? Sentez-vous que cette peur va vous handicaper lors de votre prise de parole en public? Dès lors, imaginez le pire scénario, et acceptez l’idée que vous ne puissiez rien y faire. Acceptez l’augure que vous êtes impuissant(e) à y changer quoique ce soit.

Vous voulez en savoir davantage sur l’importance de la préparation? Vous voulez appliquer cette technique au sujet d’un problème de glossophobie?

Gestion du stress: La respiration abdominale

A chaque fois que vous avez identifié l’un des symptômes stress que je vous précise plus haut, vous marquez un temps d’arrêt. Vous arrêtez ce que vous êtes en train de faire pour vous ré oxygéner. Vous allez faire un exercice de respiration abdominale:

  1. Asseyez vous sur une chaise, les reins bien calés au fond de la chaise
  2. Posez vos pieds bien à plat sur le sol
  3. Relâchez vos épaules et posez le dos de vos mains sur le haut de vos cuisses à la hauteur des plis de l’aine
  4. Fermez vos yeux
  5. Respirez doucement par le nez
  6. Sentez l’air frais rentrer dans vos narines
  7. Au fur et à mesure que l’air rentre, il faut que cet air gonfle votre sphère abdominale

Une fois votre ventre rempli d’air, relâchez doucement la pression de l’air exclusivement par la bouche. Pour arriver à gonfler d’air votre ventre – pas vos poumons -, pensez à l’air qui rentre dans votre ventre quand vous avez les yeux fermés. Si vous insufflez dans les poumons, cet exercice ne vous aide pas.

Recommencez cet exercice trois fois de suite. Doucement. Prenez le temps d’inspirer et d’expirer. L’air frais et son côté agréable va ré oxygéner votre sang et ainsi aider à vous “désintoxiquer” de vos émotions douloureuses.

Ensuite, et surtout après un évènement pénible, respectez un sas de décompression. Si vous reprenez trop vite le cours de vos activités, vous risquez de ne pas bénéficier des bienfaits d’un tel exercice.

Gestion du stress: Prendre acte de soi

Ceci est un exercice un peu particulier. Il consiste à vous ré approprier à vous même. A vous sentir vivant. Être gentil avec vous. Prendre acte que vous existez!

Cet exercice nécessite que vous soyez au calme. Assis, allongé ou confortablement installé au fond d’un fauteuil:

  1. Fermez vos yeux, les pieds bien ancrés au sol
  2. Posez le dos de vos mains à chaque pli de vos deux aines
  3. Imaginez que chacune de vos deux mains est posé sur chaque moitié de votre front
  4. Progressivement, imaginez que vos mains parcourent chaque moitié de votre corps, du haut vers le bas. Sur la face avant d’abord, puis la face arrière.

Vos deux mains prennent le temps de glisser de votre front vers vos arcades sourcilières. Puis vers vos yeux. Vos joues. La bouche. Le menton. Votre cou. Etc.

Vos mains parcourent ainsi tout votre corps. Jusqu’à vos pieds. N’omettez aucun élément corporel. Prenez le temps de tous les parcourir. Sans exceptions et sans excès, si vous voyez ce que je veux dire. Procédez ainsi jusqu’à vos orteils. Chaque partie de votre corps aura bénéficié du passage lent de vos mains. Ou, plus exactement, du bout de vos doigts, vos terminaisons nerveuses.

Gestion du stress: La relaxation

Tranquillement, vous allez arriver à la plante de vos pieds. Prenez le temps de les parcourir jusqu’à arriver à peu près à la moitié de votre voute plantaire, vers l’intérieur du pied. Marquez un temps d’arrêt. Faites des ronds sur votre voute plantaire. Comme si vous dessiniez des ronds justement. Si vous le faites comme il faut, alors que vous êtes dans votre imaginaire, vous allez avoir l’impression que vous touchez vraiment votre voute plantaire à cet endroit.

Ensuite, remontez tranquillement jusqu’à revenir à votre point de départ. Prenez le temps d’explorer du bout de vos doigts chaque parcelle de votre corps. Une fois vos mains revenues sur votre front, ouvrez doucement les yeux, et respirez.

Ensuite, prenez le temps de vous relevez. Sans précipitations, rassemblez vos esprits. Visualisez ce que vous souhaitez faire et… prenez le temps d’agir.

Cet exercice a pour vocation de vous aider à reprendre acte de vous, à vous détendre. A reprendre pied avec votre existence. Retrouver confiance en vous, c’est essentiel. N’hésitez pas à le faire après chaque moment difficile. Cela ne vous prendra que quelques minutes. Ainsi, vous vous protégez d’une angoisse ou d’une attaque de panique éventuelle.

Nous allons continuer très fort… Un autre conseil pour gérer le stress consiste à vous inviter à imaginer le pire, et à accepter l’idée de ne pouvoir rien y faire! Mais, avant d’aller plus loin, interrogeons nous sur la source du stress.

Gestion du stress: Un petit conseil

Vous appliquez une technique simple et salvatrice! Cette solution pour savoir comment gérer le stress, consiste, tout simplement, à envoyer la patate chaude dans le camp d’en face! Je vous explique.

Parfois, votre stress vient du fait que vous n’avez trouvé aucune solution à votre problème? Rappelez-vous des raisons évoquées plus haut. Par exemple, vous redoutez d’annoncer à “l’autre camp” que telle ou telle situation a échoué. Alors, un seul comportement est possible. Envoyez leur la patate chaude! Mais, c’est quoi cette histoire de patate chaude pour savoir comment gérer le stress?

Cela consiste à tout simplement exprimer aux autres votre problème. Tout en leur précisant ce que vous avez fait pour que cela réussisse. Et ceci bien que cela ait échoué. Vous vous positionnez de façon responsable. Vous confrontez l’autre à ses responsabilités. “J’ai agi. A vous de faire maintenant”.

En agissant de la sorte, en vous affirmant, vous constaterez que le fait d’avoir gérer le stress de cette façon va le faire chuter d’un coup. Vous aurez donc assez de sérénité pour gérer le stress. Vous appréhendez a situation plus facilement. Une fois de retour chez vous, si cela se passait au travail, et la nuit venue, vous ressentirez davantage de paix. Dès lors, vous pourrez vous endormir beaucoup plus facilement.

Dans la même veine, supposons que vous deviez de l’argent à quelqu’un. Vous devez le rembourser demain. Sans succès, vous avez tenté de réunir la somme due. Mais vous avez toutes les peines du monde à y arriver. Puisque vous le savez, il est inutile de passer la journée à vous ronger les ongles jusqu’au sang. Cela ne vous aidera pas pour autant à trouver ladite somme. Dites le à la personne intéressée. Ensemble, essayez de trouver une solution.

Gestion du stress: Arrêter d’avoir peur

Je viens d’évoquer avec vous une technique simple pour vous affirmer. Je conçois qu’à sa seule lecture, cela vous soit difficile. Pas de panique! Je développe cette façon de faire et d’être – vous affirmer et retrouver confiance en soi – dans mon programme comportemental en ligne. Vous pouvez en découvrir la présentation grâce à la vidéo dont le lien apparait en bas du présent article.

Gestion du stress: Une question de choix

Il vous appartient de cesser de subir? Et donc, d’agir. C’est une question de choix. Ne vaudrait-il pas mieux téléphoner à cette personne? Lui expliquer votre situation, et lui dire combien vous êtes désolé(e). Voire, lui préciser la date à compter de laquelle vous pourrez réellement honorer votre engagement. Vous verrez, vous vous sentirez tout de suite beaucoup moins perturbé(e) – (cf. fuite ou combat).

Un autre exemple? Vous redoutez d’annoncer à votre patron que vous n’avez pas conclu une vente? De toute façon, tôt ou tard, il le saura. Car il posera la question. Alors, arrêtez de vous infliger la douleur de l’attente. N’oubliez pas que cette peur est facteur de cette angoisse ou de cette anxiété que l’on ressent dans ces cas-là. Réagir par la dissimulation est une façon – connue – d’administrer la gestion du stress à votre détriment. Dès lors, prenez votre courage à deux mains. Annoncez la couleur! Puis, dites ce que vous comptez faire pour corriger rapidement le tir. C’est aussi simple que cela.

Donc, envoyez la patate chaude dans le camp de l’autre! Assumez votre part. Laissez le soin à l’autre d’assumer la sienne. Faites en sorte que votre problème devienne le sien. De toute façon, tôt ou tard, ce sera le sien. Et pour vous qui voulez tant savoir comment gérer le stress, il vaut mieux que cela soit le plus tôt possible. Bien sûr, ce conseil n’est à appliquer qu’à partir du moment où vous constatez que vous ne trouvez pas tout de suite une solution au problème qui vous préoccupe.

Gestion du stress: Agissez avant qu’il ne soit trop tard

Peut-être craignez-vous de ne pas réussir à appliquer ces techniques? Peut-être avez-vous peur de ne pas savoir comment gérer le stress? Comment satisfaire à la meilleure gestion du stress possible? C’est plutôt bon signe! C’est l’expression de votre désir de bien être. Partant, celui de gérer le stress au mieux de vos intérêts. Alors, si vous avez besoin d’une aide plus appuyée, pensez à l’approche comportementale. Au coaching comportemental.
C’est la solution ultime pour répondre à votre besoin d’une gestion du stress adaptée à votre cas. Dans plus de 94 % des cas, cette approche comportementale aide vraiment les gens à retrouver confiance et sérénité.

DÉCOUVREZ COMMENT TRAITER VOTRE PROBLÈME D’ANGOISSE, D’ANXIÉTÉ, DE PHOBIE, DE TOC, OU DE DÉPRESSION, EN MOINS DE 2 MOIS, SANS MÉDICAMENTS

CETTE MÉTHODE OFFRE UN ESPOIR À CELLES ET CEUX QUI PENSAIENT NE JAMAIS S’EN SORTIR

| Frédéric Arminot

Si vous avez des questions, ou souhaitez partager votre expérience à propos de la gestion du stress, vous connaissez le principe. Utilisez le formulaire des “commentaires” en bas de cette page.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Défiler vers le haut