Les crises d’angoisse sont souvent une expérience trés pénible, voire effrayante, pour celles et ceux qui les vivent.

Elles peuvent causer des symptômes tels que des palpitations, des sueurs, des tremblements, des nausées, des vertiges et des sentiments de panique voire un impression de mort imminente, ce qui s’apparente alors à une crise de panique.

Autant de troubles qui justifient le besoin parfois irrépressible d’aller aux urgences pour une crise d’angoisse.

En effet, dans certains cas, ces symptômes peuvent être si graves que la personne peut penser qu’elle est en train de mourir ou qu’elle fait une crise cardiaque à plus forte raison quand cette peur terrible est aggravée par une perte d’équilibre et sensation d’ébriété.

Autant de symptômes qui justifient la question de savoir s’il faut aller aux urgences à l’hôpital lorsqu’on fait une crise d’angoisse et aussi parce-qu’il arrive que la situation soit aggravée par des céphalées de tension.

Quoiqu’il en soit, aller aux urgences ne vous garantit pas un traitement adapté de votre angoisse panique (les médecins hospitaliers vont soulager votre angoisse pas la soigner) et les médecins vont vous suggérer d’agir de sorte à apprivoiser vos crises d’angoisses.

Quels sont les avantages d’aller aux urgences pour une crise d’angoisse ?

Le principal avantage d’aller aux urgences pour une crise d’angoisse est que cela peut vous aider à obtenir un traitement immédiat de vos symptômes d’angoisse.

Les professionnels de la santé des urgences sont formés pour gérer les situations d’urgence, y compris les crises d’angoisse et même les situations de conflits.

Ils peuvent évaluer vos symptômes et vous aider à vous sentir plus à l’aise. Ils peuvent également vous donner des médicaments pour aider à réduire vos symptômes et, le plus souvent, vous orienter vers un spécialiste même si cela vous inquiète ce qui peut répondre à cette question : stress au travail que faire ?

En vous rendant aux urgences pour une crise d’angoisse, vous pouvez obtenir une évaluation approfondie de votre état de santé général, ce qui peut vous permettre de soigner l’anxiété sans médicaments puisqu’une crise d’angoisse est, le plus souvent, un symptôme de trouble anxieux.

Il est donc important de noter que les crises d’angoisse sont parfois déclenchées par des problèmes de santé sous-jacents, tels que des problèmes thyroïdiens facteurs d’angoisse permanente, des troubles neurologiques ou des problèmes cardiaques.

Dès lors, les urgentistes aidés par d’autres spécialistes médicaux hospitaliers peuvent effectuer des tests pour déterminer si ces problèmes de santé sous-jacents sont à l’origine de vos symptômes d’angoisse.

Enfin, en allant aux urgences pour une crise d’angoisse, vous pouvez bénéficier d’un soutien psychologique immédiat. Les urgentistes sont formés pour aider les patients à faire face à l’anxiété généralisée dont les crises d’angoisses sont un symptôme, comme à d’autres troubles mentaux.

Ils peuvent donc vous fournir des conseils et des techniques pour vous aider à faire face à vos symptômes d’angoisse à court terme et vous orienter vers des ressources à long terme si nécessaire.

Quels sont les inconvénients d’aller aux urgences pour une crise d’angoisse ?

Bien qu’il y ait des avantages à se rendre aux urgences pour une crise d’angoisse, il y a aussi des inconvénients dont il faut tenir compte.

L’un des principaux inconvénients est un coût élevé. Les visites aux urgences peuvent être trés coûteuses, surtout si vous n’avez pas d’assurance santé ou de mutuelle.

Le coût est aussi élevé pour l’hôpital lui même ce qui, d’une façon ou d’une autre, rejaillit sur la gestion de l’hôpital.

Un coût élevé

Quand on sait comment tous ces gouvernements qui se succèdent gèrent la « chose hospitalière », il est de nos responsabilités tant individuelles que collectives d’être vigilants.

De plus, si les professionnels de la santé ne trouvent pas de problème de santé sous-jacent, vous pourriez vous retrouver avec des factures élevées pour des tests et des examens inutiles.

Un temps d’attente important

Un autre inconvénient d’aller aux urgences pour une crise d’angoisse est le temps d’attente.

Les urgences sont souvent surpeuplées et les temps d’attente peuvent être très longs, à plus forte raison dans le cas d’attaque de panique nocturne. Comme vous êtes déjà anxieux, cela peut aggraver vos symptômes et rendre la situation encore plus difficile à gérer.

Plus vous attendrez, plus cette boule dans la gorge que vous ressentez en tant que symptôme d’angoisse va aller augmentant.

Crise d'angoisse aux urgences à l'hôpital: Un délai d'attente trés long, non prioritaire.

De plus, si vous avez des antécédents de crises d’angoisse, il est possible que vous ayez déjà été traité. Si c’est le cas, il est probable que vous ayez reçu des conseils et des techniques pour faire face à vos symptômes de crise d’angoisse à court terme.

Dans ce cas, se rendre aux urgences n’est pas nécessaire car vous savez déjà quoi faire pour gérer vos symptômes.

Un choix aux conséquences insoupçonnées

Se rendre aux urgences pour une crise d’angoisse peut ne pas être la meilleure option si vous êtes susceptible de rencontrer des éléments déclencheurs dans un environnement hospitalier.

Par exemple, si vous avez une phobie des aiguilles ou la peur des espaces clos, se rendre aux urgences risque d’aggraver vos symptômes d’angoisse.

Dans la même veine, depuis le COVID-19, vous risquez d’angoisser plus encore puisque vous serez sans doute seul(e) dans un box en attendant qu’un interne en médecine ait le temps de s’occuper de vous.

Que faire si vous ne pouvez pas vous rendre aux urgences à l’hôpital ?

Si vous ne pouvez pas vous rendre aux urgences pour une crise d’angoisse, il existe d’autres options qui peuvent vous aider à gérer vos symptômes.

La première option consiste à contacter votre médecin traitant ou un professionnel de la santé mentale (psychiatre, psychologue, psychothérapeute).

Ils sont à même de vous prodiguer des conseils et des techniques pour faire face à vos symptômes d’angoisse à court terme, ainsi que des conseils pour gérer vos symptômes à long terme.

Une autre option consiste à utiliser des techniques autonomes pour faire face à vos symptômes.

Ces techniques reposent sur les points suivants :

  • Techniques de respiration,
  • Techniques de visualisation,
  • Techniques de méditation.

En y ayant recours, même de façon ponctuelle, elles participent à vous détendre et à calmer votre esprit, ce qui réduit d’autant vos crise d’angoisse.

Dans la même veine, vous pourriez ainsi apprendre les erreurs à ne pas faire en cas de crise d’angoisse.


La + efficace des solutions commence ici.


Alternatives à l’hôpital en cas de crises d’angoisses

Se rendre aux urgences pour une crise d’angoisse a autant d’avantages que d’inconvénients.

Si vous êtes confronté(e) à une crise d’angoisse pour la première fois ou si vous avez des symptômes graves, se rendre aux urgences peut être la meilleure option.

Cela vous permet d’accéder à un traitement immédiat, comme à obtenir une évaluation de votre état de santé général et un soutien psychologique rapide si nécessaire.

Cependant, si vous avez des antécédents de crises d’angoisse, ou si vous êtes susceptible de rencontrer des déclencheurs dans un environnement hospitalier, se rendre aux urgences peut ne pas être la meilleure option.

Dans ce cas, contacter votre médecin traitant ou consulter un spécialiste en ville est une option plus appropriée.

En effet, les crises d’angoisse peuvent être un symptôme d’autres problèmes liés à la santé mentale, tels que le trouble panique, le trouble d’anxiété généralisée (TAG) ou le trouble obsessionnel-compulsif (TOC), et ce n’est pas le service des urgences de l’hôpital qui va traiter cela.

En conséquence, plutôt que de vous rendre aux urgences, peut-être est-il préférable de consulter un professionnel de santé pour obtenir un diagnostic précis et un traitement approprié ?

Du coup, se rendre aux urgences pour une crise d’angoisse dépend de chaque situation individuelle. Il est important de considérer les avantages et les inconvénients de chaque option avant de prendre une décision.

Crise d’angoisse pour la toute 1ère fois

Si vous êtes confronté(e) à une crise d’angoisse pour la toute première fois ou si vous avez des symptômes graves, se rendre aux urgences peut être une option mais est-ce la meilleure ?

Consulter les urgences à l’hôpital peut vous permettre d’obtenir un traitement immédiat pour vos symptômes, ainsi qu’une évaluation de votre état de santé général et, par extension, un soutien psychologique rapide.

Mais les urgences à l’hôpital pour traiter une crise d’angoisse ne peut s’envisager que comme une démarche ponctuelle. Je vous suggère fortement d’éviter de vous rendre aux urgences à chaque crise.

En effet, en arrivant dans le service des urgences, vous ferez l’objet d’un tri.

C’est à dire que le personnel infirmier va évaluer la gravité de votre situation. Sauf spécificités médicales (risque cardiaque), votre cas sera classé en vert. Vous risquez donc d’attendre des heures, le temps que les médecins urgentistes gèrent et soignent, en priorité, les cas classés en orange et en rouge.

Soit écrit en passant, pour les personnes qui consultent les urgences à 3H du matin quand il fait nuit noire et qui ne supportent pas l’idée d’être séparées d’un proche pendant qu’il attendent un médecin urgentiste, ce n’est pas la panacée.

Rappelez-vous de ce qui s’est passé pendant le Covid-19 en 2021 quand les malades étaient totalement isolés de leurs accompagnants.

Du coup, si vous même ou l’un de vos proches êtes confronté(e) à des symptômes d’angoisse, suggérez lui plutôt de consulter un psy ou un thérapeute. Par exemple, il existe des services téléphoniques de psychiatrie d’urgence.

Leur soins et leurs déplacements à domicile sont assez onéreux mais, au moins, vous éviterez les attentes inutiles en soins hospitaliers, et vous serez donc pris en charge beaucoup plus rapidement.

Dans le cadre d’une telle éventualité, celle d’attendre que le médecin psychiatre arrive chez vous, vous pouvez utiliser tout ou partie des méthodes ci-après pour calmer la crise d’angoisse:

  1. Pratiquer des techniques de relaxation : La respiration profonde peut aider à réduire les symptômes d’angoisse en ralentissant votre rythme cardiaque et en diminuant votre tension artérielle. Essayez de prendre des respirations profondes et lentes en comptant jusqu’à quatre pendant l’inhalation en maintenant votre respiration pendant deux secondes puis en expirant lentement en comptant jusqu’à quatre.
  2. Faire de l’exercice : L’exercice régulier favorise la réduction des symptômes d’angoisse en libérant des endorphines, des substances chimiques naturelles – endogènes – qui réduisent le stress et l’anxiété. Essayez de faire de l’exercice régulièrement, même si ce n’est que pour une courte période chaque jour.
  3. Pratiquer la méditation ou le yoga : La méditation et le yoga permettent de réduire les symptômes d’angoisse en vous aidant à vous concentrer sur le moment présent et à calmer votre esprit. Essayez de pratiquer la méditation ou le yoga chaque jour, même si ce n’est que pour quelques minutes, et bien que cette pratique ne puisse se concevoir que comme une méthode pour se détendre et non pour traiter les crises d’angoisses
  4. Utiliser la relaxation musculaire : Cette technique consiste à contracter puis à détendre chaque groupe musculaire de votre corps. Cela réduit les symptômes d’angoisse en détendant votre corps et en réduisant votre tension musculaire.
  5. Éviter les facteurs d’angoisse : Essayez d’éviter les déclencheurs d’angoisse autant que possible. Si vous savez que certaines situations ou certains environnements déclenchent vos symptômes d’angoisse, essayez de les éviter autant que possible.

En conclusion, se rendre aux urgences pour une crise d’angoisse dépend donc de votre situation individuelle. Si vous êtes confronté(e) à une crise d’angoisse pour la première fois ou si vous avez des symptômes graves, se rendre aux urgences peut être la meilleure solution.

Mais, vous en conviendrez, ce n’est pas ce qui se fait de mieux.

Comment anticiper les crises d’angoisses ?

La prévention de l’angoisse est un élément clé dans la gestion des crises d’angoisse. Il existe plusieurs mesures préventives que vous pouvez prendre pour réduire votre risque de développer des crises d’angoisse, notamment :

  1. Proscrire la consommation de substances psychoactives lesquelles potentialisent le risque de crises d’angoisse.
  2. Essayer d’observer une hygiène de sommeil stricte (en tout cas, au début).
  3. Essayer de pratiquer des techniques de gestion du stress, telles que la méditation ou le yoga.
  4. La pratique régulière d’une activité sportive réduit le risque d’apparition des crises d’angoisse. Le sport libère des endorphines, ces fameuses hormones du bonheur.
  5. Essayer d’avoir une alimentation saine et équilibrée.

Comment traiter une crise d’angoisse ?

En termes de traitement, il existe plusieurs possibilités pour les personnes souffrant de crises d’angoisse.

La thérapie comportementale et cognitive (tcc) est l’une des formes les plus courantes de traitement des troubles anxieux, y compris les crises d’angoisse dont elles sont le symptôme.

Les médicaments sont eux aussi fort utilisés dans le traitement de la crise d’angoisse. Il est cependant important de prendre acte que ces médicaments permettent de contenir les symptômes d’angoisse mais qu’ils ne guérissent pas l’angoisse.

Il vous faudra donc envisager une autre solution pour calmer l’angoisse.

La thérapie cognitive et comportementale (tcc)

Pour traiter les crises d’angoisse, la tcc utilise des techniques telles que l’exposition progressive, laquelle implique de s’exposer à des situations qui déclenchent des symptômes d’angoisse dans un environnement sûr et contrôlé.

Ouh là là… Imaginez ce que cela peut donner quand une personne fait des crises d’angoisses parce-qu’elle craint d’être homo alors qu’elle est hétéro….

La TCC est une forme de psychothérapie qui se concentre sur la modification des pensées et des comportements qui contribuent à l’anxiété.

Pour autant, la thérapie cognitivo-comportementale, si elle est la plus valorisée, n’est pas la plus efficace.

En effet, une étude de l’INSERM a démontré qu’elle ne résout que 10 cas sur 17 en 2 à 3 ans (moyenne), là où l’approche systémique de Palo Alto (thérapie brève orientée solutions) résout 16 cas sur 17 en moins de 3 mois.

Vous connaissez mon avis sur ce point. Si le ou la patient(e) n’arrive pas à suivre ces sortes d’injonctions thérapeutiques, cela le bloque et aggrave – souvent – le problème.

Benzodiazépines, antidépresseurs, ou les 2 ?

Le plus souvent, les psychiatres utilisent des médicaments pour traiter les crises d’angoisse. Ces médicaments sont de 2 sortes :

  • Benzodiazépines.
  • Antidépresseurs.

Les antidépresseurs, ou inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRS). Ils sont souvent prescrits pour les troubles anxieux, y compris les crises d’angoisse.

Les ISRS augmentent les niveaux de sérotonine dans le cerveau ce qui régule l’humeur et à réduit les symptômes d’anxiété. Mais, ça ne résout pas le problème (je sais que je l’ai déjà écrit…).

Les benzodiazépines sont des médicaments sédatifs qui réduisent rapidement les symptômes d’anxiété.

Attention cependant : ils sont responsables de fortes dépendances tant psychique que physique, et ne doivent être utilisés que sous la supervision d’un professionnel (médecin psychiatre ou médecin généraliste)

Le choix du traitement dépend de la gravité de vos symptômes, de vos antécédents médicaux et de votre préférence personnelle.

Crise d'angoisse aux urgences hospitalières: Prévenir plus que guérir.

Mieux vaut prévenir que guérir

Il n’y a pas de solution unique pour traiter les crises d’angoisses et chaque individu répond différemment au traitement. Il est alors important de trouver la méthode de traitement qui convient le mieux à votre situation personnelle.

Pour commencer, il convient de prendre acte que vous n’êtes pas la seule personne à souffrir de crise d’angoisse ou de crise de panique.

En effet, sur un échantillon de personnes entre 18 et 65 ans, 15 % d’entre elles souffrent, ont souffert, ou souffriront de crise d’angoisse et, d’une façon plus générale, de troubles de l’anxiété dont la crise d’angoisse est un symptôme.

C’est ce qu’atteste un rapport de l’Institut de Veille sanitaire en 2007.

Ainsi, des millions de personnes souffrent de ce trouble de santé mentale chaque année, et il existe des ressources et des soutiens pour vous aider à gérer vos symptômes.

Les groupes de soutien, les thérapies en ligne et les applications de santé mentale sont autant de moyens disponibles pour vous aider à gérer vos symptômes et à améliorer votre qualité de vie.

Il faut reconnaître que la stigmatisation entourant les troubles de santé mentale empêchent certaines personnes de demander de l’aide.

Il n’y a rien de honteux à avoir des problèmes de santé mentale et demander de l’aide est un signe de force plutôt que de faiblesse.

Quels sont les risques associés aux crises d’angoisses ?

Voici quelques-uns des risques associés aux crises d’angoisse :

  1. Risques physiques : Les crises d’angoisse peuvent causer des symptômes physiques tels que des douleurs thoraciques, des palpitations, des vertiges et des nausées. Ces symptômes sont très désagréables et peuvent causer des complications physiques si la personne ne parvient pas à les gérer correctement.
  2. Risques pour la santé mentale : Les crises d’angoisses sont fréquemment un signe de trouble anxieux sous-jacent. Si la personne ne reçoit pas de traitement, les crises d’angoisses se répètent et s’aggravent, ce qui entraîne une détérioration de la santé mentale.
  3. Risques sociaux : Les crises d’angoisse peuvent entraîner une peur de sortir en public ou de participer à des activités sociales. Bien sur, cela peut affecter les relations sociales de la personne.
  4. Risques financiers : Les coûts de traitement pour les crises d’angoisse, tels que les consultations chez un professionnel de la santé mentale, les médicaments et les thérapies, peuvent être élevés. Si la personne n’a pas accès à une assurance maladie, cela génère des difficultés financières.
  5. Risques de dépendance : Certaines personnes ont tendance à utiliser des substances psychoactives pour gérer leur anxiété (alcool ou drogues). Cela entraîne une dépendance et aggrave la santé mentale et physique de la personne concernée.

Peut-on mourir d’une crise d’angoisse ?

Une crise d’angoisse est un épisode intense de peur ou d’anxiété qui survient, le plus souvent, de façon inattendue.

Les symptômes sont les suivants :

  • Palpitations cardiaques,
  • Respiration rapide et superficielle assez anxiogène (cf. peur de mourir de façon soudaine),
  • Sueurs,
  • Tremblements,
  • Étourdissements,
  • Nausées,
  • Sensation d’étouffement ou de suffocation.

Pour autant, bien qu’une crise d’angoisse soit souvent terrifiante, elle ne met généralement pas la vie d’un individu en danger.

Je vous concède cependant que, dans de rares cas, une crise d’angoisse peut causer des complications médicales graves susceptibles de mettre votre vie en danger.

Par exemple, une personne qui éprouve une crise d’angoisse intense peut avoir une accélération de la fréquence cardiaque qui peut causer une arythmie cardiaque.

Dans des cas extrêmes, cela peut conduire à une crise cardiaque ou à une insuffisance cardiaque (je ne l’ai encore jamais vu ni n’en n’ai jamais entendu parler).

Les personnes qui ont des problèmes de santé préexistants, tels qu’une maladie cardiaque, une hypertension artérielle ou une insuffisance respiratoire, sont plus susceptibles de subir des complications pendant une crise d’angoisse.

Il est également possible qu’une personne qui fait une crise d’angoisse aigüe et prolongée ressente une sensation d’épuisement physique laquelle augmente le risque de complications médicales.

Dans l’ensemble, mourir d’une crise d’angoisse est extrêmement rare et traiter une crise d’angoisse de façon simple et ambulatoire est tout à fait envisageable. Nul n’est besoin d’être hospitalisé(e).

Nonobstant les traitements conventionnels, il convient de se rappeler que les crises d’angoisse peuvent être déclenchées par des facteurs de stress externes, tels que des événements traumatisants, ou par des facteurs internes, tels qu’une sensibilité génétique à l’anxiété.

Il est donc essentiel de travailler sur les causes sous-jacentes de l’anxiété pour réduire la fréquence et la gravité des crises d’angoisse d’une part et pour œuvrer dans le sens d’un traitement adapté d’autre part.

Traitement des crises d’angoisses

il est clair que le traitement des crises d’angoisse dépend de la gravité et de la fréquence des crises.

Vous trouverez ci-dessous un récapitulatif des approches les plus utilisées dont une est particulièrement efficace pour traiter les crises d’angoisse (approche systémique de Palo Alto).

De telles prises en charge thérapeutiques me semblent bien plus profitables que de vous rendre aux urgences à l’hôpital.

  1. Thérapie cognitivo-comportementale : La TCC est une forme de psychothérapie qui aide à modifier les pensées négatives et les comportements associés aux crises d’angoisse. Les thérapeutes apprennent aux patients des techniques pour faire face à l’anxiété telles que la relaxation musculaire progressive, la respiration profonde et la pleine conscience. Je ne suis pas favorable à cette pratique laquelle passe par des exercices d’expositions et risque de bloquer un patient en cours de traitement s’il n’arrive pas à satisfaire aux exercices.
  2. Médicaments anxiolytiques : Les médicaments anxiolytiques tels que les benzodiazépines et les antidépresseurs participent à soulager les symptômes d’anxiété et les symptômes de panique. Cependant, ces médicaments ont des effets secondaires et sont addictifs. Il est donc important de travailler avec un médecin pour trouver le bon traitement. Je vous rappelle que ce type de molécule contient les symptômes de crise d’angoisse mais ne soignent pas le problème de fond. Dès lors, se contenter de prendre des médicaments en dehors de tout suivi thérapeutique n’a pas de sens (en plus de vous retirer toute autonomie).
  3. Thérapies alternatives : Les thérapies alternatives, telles que l’acupuncture, l’hypnose et les remèdes à base de plantes, peuvent aider à soulager les symptômes d’anxiété. Cependant, leur efficacité n’est pas clairement établie et mieux vaut être vigilant(e) quant à d’éventuelles complications.
  4. Faire de l’exercice régulièrement, suivre une alimentation saine et équilibrée, réduire la consommation d’alcool et de caféine, et dormir suffisamment, participe à réduire le stress.

Pour conclure, plus que les urgences à l’hôpital pour traiter une crise d’angoisse, rien ne vaut un travail thérapeutique accompagné.

La méthode thérapeutique que je mets à votre disposition vous garantit un résultat de l’ordre de 95 % en moins de 2 mois, de façon naturelle.

C’est trés simple, il vous suffit de suivre le protocole thérapeutique proposé et… adieu les crises d’angoisses.

A cette fin, vous trouverez toutes les informations nécessaires au traitement de crise d’angoisse en cliquant sur le lien ci-après.


La + efficace des solutions commence ici.


Article mis à jour le 26 octobre 2023 par Frédéric Arminot.


Frédéric Arminot
Frédéric Arminot

Ancien grand anxio-dépressif, et victime d’angoisses aux multiples conséquences des années durant, je suis spécialisé dans le traitement des problèmes d'angoisse, d'anxiété, de dépression, de phobie, et de toc, et exerce depuis plus de 25 ans en qualité de comportementaliste (coach comportemental). Mes compétences dans les domaines de l'approche systémique de Palo Alto (approche stratégique et brève orientée solution) me permettent de résoudre 16 cas sur 17 en moins de 2 mois (95 % de résultats). Pour en savoir +, je vous invite à prendre connaissance du protocole de résolution de problèmes en ligne que j'ai conçu. Si vous le souhaitez, vous pouvez aussi bénéficier de consultations thérapeutiques en cliquant sur ce lien : Consultations thérapeutiques

Leave a Reply

Your email address will not be published.