Souffrance au travail: Comment mettre un terme au mal-être au travail?

Souffrance au travail

“Le travail libère l’homme”. Je ne sais pas qui dit çà,. Mais je sais que le travail rend l’homme dépendant. Ce qui, inéluctablement, rend l’homme douloureux. Et cette douleur s’appelle la souffrance au travail. Quand j’écris homme, je parle de l’humain. Donc aussi de vous mesdames!

Si l’on postule que, paradoxalement, le travail permet à l’homme de s’accomplir, ce même travail devient une expérience de vie particulièrement douloureuse.

De la peur de ne pas être à la hauteur, à la peur de ne pas satisfaire ses objectifs. De l’anxiété générée par un environnement délétère où, parfois, tous les coups dont permis. Au nom de l’émulation, du marketing et du profit à outrance, le travail, l’emploi, est susceptible d’être d’une toxicité absolue.

Comment faire pour traiter la souffrance au travail dans un contexte économique et social de plus en plus incertain et insécurisant? Comment faire pour s’éviter une dépression liée au milieu de travail? A plus forte raison quand on sait que, ne serait-ce qu’en France, 3 millions de personnes souffrent de dépression. Que penser d’un tel chiffre quand on le rapproche de celui de la population active? Soit plus de 26 millions de personnes. Augmentées des 10% de chômeurs. Une paille!

Souffrance au travail: Agir quand il est encore temps

Mais plutôt que de penser, ne vaut-il mieux pas agir en connaissance de cause? C’est à dire en se posant les bonnes questions:

  • Quelle est la définition de la souffrance au travail?
  • Quelles sont les causes de la souffrance au travail.
  • Quelles sont les conséquences psychosociales de la souffrance au travail.
  • Comment traiter la souffrance au travail?

Autant de questions auxquelles j’apporte des réponses pratiques dans le présent article. Mais, avant de le lire, je tiens à vous préciser que je ne suis pas parole d’évangile.

J’essaie de vous donner des points d’appui et de compréhension. J’essaie aussi de vous proposer des solutions pérennes dont je connais l’efficacité. C’est tout. Le reste, agir, vous appartient.

Définition de la souffrance au travail

La souffrance au travail est une souffrance mentale. C’est un mal-être. C’est une détresse psychologique qui peut prendre la forme d’une dépression. Voire de troubles mentaux graves. Ou d’un stress post traumatique. Autant d’éléments susceptibles de mener au suicide. J’ai bien conscience que cette éventualité n’est pas encourageante. Mais c’est une réalité.

La souffrance au travail ne se limite pas à un simple malaise. Lié par exemple, à la remise en question de votre orientation professionnelle. Elle peut également aller plus loin. Jusqu’à mettre en danger la santé morale du salarié. Comme dans le cas d’un harcèlement.

Le/la salarié(e), ou travailleur, qui souffre, n’a plus de plaisir à travailler. Il ou elle ne ressent plus autant cette fierté. Cette satisfaction d’apporter quelque chose de précieux à son entreprise. Voire au monde. Il est dans la crainte du moindre mode de pression. Redoute la plus petite désapprobation. Ce qui, bien évidemment, alimente sa souffrance.

Si vous souffrez dans votre activité, c’est que probablement vous vous sentez insatisfait(e) de votre performance. Injustement traité(e). Sous-exploité(e). Ou sur exploité(e). A l’étroit. Mal rémunéré(e) par rapport à la réalité de vos compétences. Ou encore, harcelé(e). Mal jugé(e). Et j’en passe.

Pour lutter efficacement contre votre souffrance au travail, vous délivrer de cet ennemi intérieur qui peut, imperceptiblement, vous détruire, il est important de connaître les causes de votre souffrance.

Souffrance au travail: Des solutions simples et rapides.Les causes de la souffrance au travail

Ces dix dernières années, la souffrance au travail est un mal en constante augmentation dans les entreprises. Les causes de ce mal être sont généralement liées à l’organisation du travail, au management, et à l’environnement.

Souffrance au travail : Les causes liées à l’organisation du travail

L’une des causes liées à l’organisation du travail, et qui créent la souffrance du salarié, c’est l’intensification du travail. Sur votre bureau (mobilier, comme ordinateur), bien des tâches vous attendent. On vous demande toujours d’en faire plus. Encore et encore. Souvenez vous de la fumisterie du, je cite: “Gagnez plus et travailler moins”.

Vos pauses se réduisent, quand elles existent encore. Je me rappelle de ces salariés mis à l’index chez un producteur de viande en Bretagne. Sans autorisation, certains salariés osent prendre une pause pour aller aux toilettes . Ce qui, à l’époque, il y a 3 ou 4 ans, leur vaut une mise à pied! Les tâches sont multiples. Il vous faut les accomplir en un temps réduit. Sans répit.

Vous n’avez plus de pauses physiologiques. Plus de repos. Aucun temps mort. Ne serait-ce que pour souffler et vous changer les idées. Vous êtes sous une pression permanente. Pas seulement à cause des tâches à accomplir dans un flux ininterrompu. Mais, également, à cause du résultat attendu.

Souffrance au travail: Le harcèlement

Constamment, vous êtes soumis à l’évaluation  de votre rendement comme de vos compétences. Je pense aux entretiens annuels). Cela alimente votre peur de ne pas être à la hauteur. En plus de mettre à mal l’expression de vos limites. Partant, celle de vous affirmer.

Aujourd’hui, les nouvelles technologies sont complices de votre malheur. Vous ne pouvez plus avoir une vie privée bien séparée de votre vie professionnelle.

Par le biais de votre téléphone portable, vous êtes susceptible d’être joint(e) à tout moment. Aujourd’hui, la situation empire à cause de la popularisation des smartphones. Il est désormais très facile de vous localiser avec un logiciel GPS.

Quand vous êtes connecté(e), votre entreprise le sait. Votre supérieur hiérarchique aussi. Ils peuvent vous suivre. Voire lire vos échanges de SMS et de mails. Vous traquer. Même si la loi leur interdit, et qu’ils s’en défendent.

À cause de la quantité, ou de l’importance, des tâches professionnelles à satisfaire, il y a de fortes présomptions pour que vous emportez du travail chez vous. Le soir. Pendant les week-ends. Voire pendant vos vacances. En effet, le travail sur ordinateur portable, ou sur support de masse amovible, favorise ces comportements.

De facto, cela maintient une pression constante sur vous. Ceci, même si avez bien conscience que ce sont des facteurs de stress. Dès lors, il vous est difficile d’y déroger. Si vous vous comparez aux autres qui, eux, le font surement. A tout le moins, pour la plupart d’entre eux.

Souffrance au travail: Les causes liées au management

Ici, c’est le comportement de votre manager, de votre responsable, ou de votre superviseur, qui pose problème. Il y a de ces responsables hiérarchiques qui vous rendent la vie dure. Parfois méprisants à votre égard, ils vous humilient. Voire, vous écrasent. Ils exercent sur vous un tel contrôle que ça en est à la limite du comportement pervers.

Vous êtes victime de discrimination. Ils vous isolent. Vous stigmatisent. Ils se forgent des préjugés à votre sujet. Vous traitent en conséquence. C’est une souffrance morale terrible. Parfois, ces managers, préoccupés et obnubilés par leur désir de réussir, ou de relever un défi, répercutent leur stress sur vous.

D’ailleurs, il arrive que cette pratique soit consciente. Mais, le plus souvent, le manager n’a pas conscience du tort qu’il vous fait. Il est dans ses besoins,. Dans ses inquiétudes. Il déverse son anxiété sur vous. Et, bien sur, vous subissez.

Autre situation difficile à vivre. Celle qui trouve sa source dans vos efforts mal appréciés par la hiérarchie. Vous essayez de donner le meilleur de vous-même. Avez envie que ça marche. Aimez l’entreprise dans laquelle vous travaillez. Ou vous appréciez votre patron(ne). Avez à cœur de lui faire plaisir. Mais, vos efforts, louables, ne font l’objet d’aucune reconnaissance.

Souffrance au travail: Les causes liées à l’environnement

Par environnement, il faut comprendre tout ce qui vous entoure. Partant, tout ce qui vous permet de faire le job. Cela concerne aussi les  personnes autour de vous.

Un lieu de travail mal, ou non, aéré, qui retient de la chaleur. Un environnement sale. Bruyant. Ou, paradoxalement, trop calme. Ce sont des sources de souffrance au travail. Un matériel de travail défectueux. Ou insuffisant. Cela vous incommode parfois, au point de vous amener à ne plus supporter.

Le mépris, l’irrespect, ou le harcèlement, d’un(e) collègue peuvent vous conduire à cette souffrance au travail. Tous ces éléments ne sont pas exhaustifs. L’intensité de vos ressentis dépend également du domaine d’activité dans lequel vous travaillez. Ceci étant dit, ou écrit, la souffrance au travail n’est pas sans conséquences.

Les conséquences de la souffrance au travail

En règle générale, la souffrance au travail conduit à de l’improductivité. Vous réussissez à vous contenir. A subir toutes ces pressions. A encaisser tous ces coups. Tout en étant productif(ive). Mais cela ne s’inscrit pas sur le long terme. Vous finissez par en payer les conséquences.

Plus la situation dure, plus la chute est lourde. C’est un peu comme le cratère d’un volcan. Il gronde. Parfois sans cesse. Et, quand il arrive à maturité, il déchire la terre. Rejette son amas dans un bruit impressionnant. Il risque d’en être de même à propos de votre souffrance au travail. Laquelle est répartie en deux catégories.

Souffrance au travail: La surcharge psychique

Il s’agit de dépressions. De maladies professionnelles. Du stress post traumatique. De burn out. Ou de tentatives de suicide. En milieu de travail, ce sont autant de sujets abordés par des groupes liés à la prévention des risques psychosociaux. C’est une quasi obligation au sein d’entreprises qui dépassent les 50 salariés.

Mon expérience me montre que, depuis des années, ce travail de groupe est déconsidéré. Voire ignoré. Cela coûte et ne rapporte pas grand chose. Après des années à réaliser des audits à ce sujet, force m’est de constater que beaucoup d’entreprises ne tiennent aucun compte des recommandations qui leur sont faites. Ou si peu.

Souffrance au travail: La surcharge comportementale

Ce sont les violences que vous pouvez manifester envers vos collègues. L’encadrement technique. Ou l’outil de travail. Maintenant, la question se pose de savoir comment traiter la souffrance au travail.

Comment traiter la souffrance au travail

Au début, on se dit que c’est nous qui n’avons pas un comportement adapté. Nous nous disons que ce que nous vivons comme une souffrance au travail est l’expression de notre incompétence. Ou que nous ne sommes pas à la hauteur.

Le temps passe. Vous commencez à être victime de certains symptômes de souffrance au travail. Troubles de l’endormissement. Troubles du sommeil. Angoisses au travail. Problème de libido. Troubles alimentaires. En bref, vous prenez acte que l’équilibre est rompu. Même votre vie familiale en subit les conséquences. Votre relation avec votre compagne ou compagnon en prend un “sacré coup”. Mais, vous essayez de tenir bon. Jusqu’au jour où.

Vous êtes désemparés(e). Vous ne savez plus ni quoi faire. Ni comment être face à cette souffrance au travail. Alors, vous consultez un médecin . Lequel vous parle de stress. Ce même docteur qui, en toute bonne foi, vous prescrit les médicaments qui vont bien. Maintenant, vous êtes vaguement mieux. Mais quitte pour des effets secondaires qui ne sont pas sans vous poser d’autres problèmes.

Souffrance au travail: Exprimer la limite

Avec le temps, vous rendez compte que, même si vous aimez votre métier, vous l’exercez “à reculons”. Vous faites comme çà jusqu’à quand? Jusqu’à la dépression que vous craignez tant? Voire, vous attendez d’être licencié(e)? Vous persistez jusqu’à ce que vos humeurs remettent votre couple ou votre famille en cause?

Je peux continuer encore longtemps à dresser une liste noire des ressentis et conséquences liés à cette souffrance au travail. Cela n’a aucun intérêt.

Par contre, si vous…

  • Convenez que vous avez besoin d’aide
  • Acceptez l’augure que votre orgueil vous joue des tours
  • Comprenez que vous n’êtes pas responsable de votre propre souffrance mais…
  • Envisagez, sérieusement, que vous êtes responsable quant à faciliter votre mieux être
  • Reconnaissez qu’il est grand temps d’agir

Alors, je vous propose de cliquer sur l’image ci-dessous.

Comment traiter la souffrance au travail?

 |  Frédéric Arminot

Comment reprendre le contrôle de votre vie facilement et rapidement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Défiler vers le haut