Crise d’anxiété: Tout ce que vous devez savoir

Selon une étude récente, environ 25 % de la population générale affirme avoir souffert de symptômes anxieux à un moment ou à un autre de leur vie. Ce qui, par extension, laisse entendre que ces mêmes personnes, voire plus, ont été atteintes de crise d’anxiété. Mais qu’est-ce donc que ce trouble?

La crise d’anxiété est une sorte de crise d’angoisse qui, au contraire de cette dernière, ne dure pas quelques minutes. Elle est constante et survient au sujet d’un ou plusieurs problèmes.

Lesquels problème sont constamment perçus et vécus comme des sujets d’anxiété. Dès lors, la question se pose de savoir de quoi il retourne en matière de crise d’anxiété.

Sommaire

Qu’est-ce qu’une crise d’anxiété?

La crise d’anxiété, d’une façon analogue à la crise d’angoisse, se caractérise par des symptômes d’anxiété dont l’issue se rapproche de la crise de panique. Ou attaque de panique. C’est la raison pour laquelle, le plus souvent, on parle de crise d’angoisse aigüe.

Une crise d’anxiété peut être liée à un stress soudain. A une accumulation d’évènements plus ou moins traumatiques. D’une façon générale, la crise d’anxiété est aussi liée à la prise de substances psychoactives: alcool, stupéfiants, médicaments.

Une crise d’anxiété est aussi associable à une crise de spasmophilie. Je vous rappelle que la spasmophilie n’est pas exclusivement liée à un manque de magnésium. Dès lors, la crise d’anxiété est à considérer comme une crise d’angoisse de forme violente. Ce type de crise nécessite le même type de prise en charge thérapeutique.

C’est donc en fonction des symptômes de l’anxiété que des stratégies thérapeutiques sont choisies. En effet, la crise d’anxiété fait écho à la peur de mourir de façon imminente, comme à la peur de devenir fou.

D’autres symptômes peuvent apparaitre comme l’agoraphobie, des troubles du sommeil, peur de l’échec, peur de ne pas réussir, etc.

Crise d’anxiété: Peur de l’échec ou peur de ne pas réussir

La peur d’échouer est une autre forme des multiples symptômes de l’anxiété. Cette forme se caractérise par plusieurs symptômes cognitifs, physiques, et comportementaux.

La peur de l’échec est classée comme relevant de l’anxiété sociale ou de l’anxiété généralisée. Elle porte sur les tâches sociales ou sur les tâches scolaires. Cette peur bloque le bon fonctionnement de votre cerveau et peut même aller jusqu’à provoquer un blackout.

Si vous êtes victime de cette forme de peur, il y a de fortes “chances” pour que vous soyez mal dans votre peau. Cette forme d’anxiété est aggravée par un manque de confiance en soi.

Symptômes de l'anxiété. Déréalisation, et dépersonnalisation

Les symptômes de la crise d’anxiété

Il existe trois types de symptômes dans la crise d’anxiété. Ces symptômes sont associés à des formes ou type de symptômes. Les symptômes légers de l’anxiété. La forme moyenne de l’anxiété. Et, enfin, les symptômes lourds de l’anxiété, ou symptômes graves de l’anxiété.

La forme légère

La crise d’anxiété légère s’exprime par la sensation d’être mal à l’aise dans certaines situations. Et, partant, de devenir anxieux. Ces situations sont celles de la vie courante.

Un retard important d’un train (c’est d’actualité…). Un avion raté. Une contrariété par rapport à une personne ou à un événement, etc. Un problème d’argent. Etc. Ce ne sont pas les problèmes qui manquent.

Dans sa forme légère, la crise d’anxiété n’a pas d’influence particulière sur le comportement. La crise d’anxiété n’a donc pas de symptômes physiques ou psychiques importants.

Certes, la personne victime de cette crise d’anxiété se retrouve temporairement déboussolée, mais elle conserve toujours ses moyens d’adaptation. Elle a du mal à rassembler ses idées. Peut devenir légèrement confuse.

Mais, la plupart du temps, elle parvient tout de même à évacuer l’anxiété ressentie.

La forme moyenne

Dans sa forme moyenne, une crise d’anxiété est marquée par des symptômes physiques et psychiques qui influencent légèrement le comportement. La personne intéressée cherche à tout prix à éviter la situation à l’origine de son malaise.

Mais elle est contrainte de la vivre. À un moment donné, les symptômes diminuant, la personne finit quand même par vivre moins douloureusement cette crise d’anxiété. Les symptômes de crise d’anxiété les plus fréquents sont les suivants:

  • Nervosité
  • Irascibilité
  • Fatigue moyenne
  • Agitation
  • Tensions musculaires
  • Esprit constamment préoccupé

Les symptômes de la crise d’anxiété sont perceptibles aussi bien sur votre état psychique que physique. L’influence sur votre comportement d’ensemble, et sur vos habitudes, reste à un niveau médian.

Sans doute essayez-vous d’éviter toutes les situations embarrassantes sans pouvoir y arriver. Comme si vous y êtes obligé(e), vous vous retrouvez en permanence dans les mêmes types de situations.

Vous avez d’énormes difficultés à mener toute activité. Vous êtes en permanence préoccupé(e) par des choses qui ne sont pas toujours importantes. Vous êtes constamment agité(e). Parfois, vous tournez dans tous les sens comme un animal en cage.

Si vous êtes une personne moyennement anxieuse, il y a de fortes présomptions pour vous soyez tout le temps nerveux/nerveuse. D’ailleurs, vous avez une certaine facilité à vous emporter et d’une façon générale, vous avez du mal à gérer vos émotions.

Vous n’arrivez pas à surmonter les difficultés que vous rencontrez dans votre volonté de bien faire ou de fuir le mal être ou le mal faire. Vous ressentez une fatigue permanente avec une perte d’envie de toute activité, une perte de volonté et de désir semblable aux symptômes de l’aboulie.

Physiquement, vous ressentez des tensions musculaires qui peuvent devenir très embêtantes au quotidien.

La forme lourde

Ce type de crise d’anxiété est celui génère a le plus de symptômes. La personne qui en souffre a l’impression de perdre le contrôle de sa vie. Elle souhaite fuir les situations qui sont à la base des symptômes ressentis. Mais force est de se rendre compte que c’est impossible.

Si les symptômes persistent sur une longue durée, la victime anticipe constamment. Elle bascule dans la peur qu’une crise d’anxiété surgissent à tout instant. Cette peur est encore plus angoissante que l’anxiété elle-même.

Voici les symptômes les plus fréquents de la crise d’anxiété dans sa forme la plus lourde:

  • Sentiment d’irréalité
  • Dépersonnalisation
  • Accélération du pouls
  • Tachycardie
  • Palpitations cardiaques
  • Vertige
  • Sécheresse buccale
  • Suffocations
  • Sensation d’étouffer
  • Douleurs au niveau de la poitrine
  • Nausée
  • Violents maux de tête
  • Fatigue permanente
  • Hyperventilation
  • Transpiration
  • Sueurs froides
  • Frissons

Les symptômes psychologiques

  • Inquiétudes constantes, parfois irrationnelles (sans perte de contact avec le réel)
  • Attention obsessive à certains détails
  • TOC et autres habitudes compulsives
  • Ruminations obsessives autour d’événements banals maintes fois réinterprétés
Comment évaluer la gravité des troubles anxieux?

Au-delà de ces symptômes typiques de l’anxiété, on parle de troubles anxieux quand l’anxiété atteint des niveaux tels qu’elle devient invalidante. Il en existe différents types et la nature des symptômes permet de qualifier le trouble anxieux :

  • Phobie simple: anxiété provoquée par le contact avec l’objet de la phobie.
  • Phobie sociale: anxiété provoquée par certaines situations sociales (rencontrer de nouvelles personnes, utiliser des toilettes publiques, manger devant d’autres personnes, etc.).
  • Trouble panique: l’origine de la crise d’anxiété n’est pas toujours claire et les symptômes se présentent de manière très intense.
  • Trouble de l’anxiété généralisée: l’anxiété est toujours présente et se pose sur tous les objets disponibles: le futur, le passé, les relations, etc.
    L’anxiété occupe alors une place centrale dans les pensées de la personne affectée qui ne cesse de ruminer.
  • Trouble obsessionnel compulsif: l’anxiété se manifestera surtout sous la forme d’idée obsédante dont le patient n’arrive pas à se débarrasser.
  • État de stress post-traumatique: l’anxiété fait revivre les événements traumatisants.

Symptômes sur le plan cognitif

Sur le plan cognitif, vous trouverez ci-après les signes issus de votre éventuelle peur de l’échec:

  • Image négative de soi
  • Autocritique négative
  • Imputation de l’échec à soi-même
  • Difficulté d’accepter des compliments
  • Forte exigence envers soi-même
  • Attitude trop accommodante envers soi-même
  • Fuite des situations embarrassantes
  • Difficultés de concentration
  • Troubles de mémoire
  • Domination de la peur de l’échec à propos de tous types de situations

Symptômes sur le plan comportemental

  • Comportement d’éloignement, voire de rejet
  • Perfectionnisme obsessionnel
  • Fuite, ou évitement, de certaines tâches
  • Fait de rêvasser

Voilà de quoi il retourne à propos des symptômes de l’anxiété. Dès maintenant, si vous souhaitez traiter l’anxiété dont vous êtes victime, je vous invite à prendre connaissance de la vidéo en dessous du présent article.

Crise d’anxiété: 4 catégories différentes de symptômes

Beaucoup de gens se posent la question de savoir comment s’ils souffrent de troubles anxieux. La plupart du temps, les mêmes ne savent pas de quoi il retourne, parce qu’ils ne savent pas identifier les symptômes de l’anxiété.

Ces mêmes personnes, ne sachant pas identifier la nature de leur problème – est-ce qu’il s’agit d’angoisse, d’anxiété, stress, etc. -, ne savent pas non plus vers quel type de soin se tourner et encore moins comment soigner l’anxiété et ses symptômes.

Les symptômes de la crise d’anxiété sont divers, ceci explique notamment pourquoi ils se confondent souvent avec ceux d’autres maladies. Les symptômes de l’anxiété se manifestent donc à différents degrés et ont différents niveaux d’influence sur vos activités et vos comportements tant au niveau social, affectif que professionnel…

L’idée est de mieux les comprendre pour ensuite trouver les solutions adaptées afin de réussir à contrôler la crise d’anxiété.

La forme simple

Dans sa forme simple, il y a différents signes de l’anxiété. Si vous souffrez d’anxiété, peut-être vous sentez vous mal à l’aise dans les situations perçues comme anxieuses ? Sans que ce malaise ne détermine votre comportement, vous ne savez pas quoi faire de vous même. Peut-être avez-vous du mal à rassembler vos idées pour évacuer la pression, et ce d’autant plus qu’il n’y a pas de signes physiques importants, voire même aucune manifestation physique de votre état d’anxiété.

La forme complexe

Dans sa forme complexe, les symptômes de l’anxiété s’expriment à tous les niveaux. Tous les domaines de votre vie sont susceptibles d’être affectés. Vous perdez le contrôle. Vous arrivez quand même à vos fins dans certaines situations embarrassantes mais cela se fait au prix d’une dépense d’énergie colossale qui participe à alimenter l’anxiété. En bref, vous ne vous rendez pas service.

Vous n’êtes donc plus maître de vous même, vous perdez le contrôle de votre comportement. De plus, vous avez l’impression de ne plus rien comprendre, d’être dans un épais brouillard sans phares. Comme dans l’attente dune catastrophe imminente, vous éprouvez une attente inquiète de l’avenir.

Sur le plan physique, anxiété et arythmie cardiaque vont souvent de paire. Votre crise d’anxiété s’exprime par divers symptômes physiques : une accélération de votre pouls, une hausse de votre tension artérielle. Au niveau du cœur, vous avez des palpitations importantes qui peuvent s’accompagner de douleurs dans la poitrine.

Dans l’espace, toujours dans leur forme complexe, les symptômes de l’anxiété s’expriment par la perte de contrôle d’une situation avec une illusion de déplacement par rapport aux objets qui vous entourent. Vous êtes aussi continuellement fatigué(e).

Lors d’une crise d’anxiété, vous éprouvez une sensation de rotation, de déplacement ou d’instabilité par rapport à votre environnement. Sans doute, avez-vous également remarqué une sécheresse dans la bouche, une sensation de suffocation, des maux de tête, une forte transpiration ou encore une tendance à de l’hyperventilation.

Déréalisation et dépersonnalisation

D’autres signes de l’anxiété sont la déréalisation et la dépersonnalisation. À ce sujet, il n’existe pas de moyen spécifique de traiter ces 2 conséquences de l’anxiété. Le seul moyen est d’utiliser un programme thérapeutique à l’identique de celui dont je vous parle plus bas.

Comme toute personne anxieuse, vous subissez une altération de votre perception du monde extérieur. Tout vous apparaît comme étant étrange voire irréel. Vous éprouvez un sentiment d’irréalité ou d’étrangeté. Ceci par rapport à vous même, comme à votre propre corps. Autant de manifestations de l’anxiété qui induisent une perte partielle de plaisir.

Vous n’arrivez plus à pleinement apprécier certaines choses. Vous avez constamment l’impression d’être hors de vous même. Mais les effets ressentis ne sont pas communs à tout le monde. Ils diffèrent d’une personne à une autre.

Les risques de dépendance à l’alcool, au tabac, au sexe, à internet, etc. sont élevés dans ce genre de cas. Des lipothymies sont également observées chez certaines personnes. L’asthénie, les céphalées, et la pollakiurie sont aussi des conséquences remarquées chez certaines personnes donc autant de symptômes de l’anxiété.

Le trouble panique

Le trouble panique est une forme spécifique des symptômes de l’anxiété marqués par quelques spécificités. Causée par une hausse subite de stress, le trouble ou attaque de panique peut mener à un comportement d’évitement. On parle de trouble panique seulement en présence d’au moins quatre symptômes de l’anxiété.

Ci-dessous, vous trouverez une liste de ces symptômes de l’anxiété:

  • Transpirations
  • Nausées
  • Impression d’étouffer
  • Douleurs dans la poitrine
  • Accélération du pouls
  • Respiration plus rapide
  • Fourmillements dans les bras et les jambes
  • Sensation de chaleur ou de fraîcheur soudaine
  • Sentiment d’irréalité
  • Peur de perdre le contrôle
  • Crainte de la mort
  • Interprétation erronée de toute situation perçue comme dangereuse

Les symptômes physiques

Sur le plan physique, les conséquences de l’anxiété se révèlent sous plusieurs formes dont les plus fréquentes sont :

  • Rougissements
  • Palpitations
  • Douleurs d’estomac
  • Douleurs intestinales
  • Fortes migraines
  • Maux de tête
  • Blackout

Qu’est-ce que provoque la crise d’anxiété?

Le plus souvent, du fait de sa forme inattendue et assez violente, la crise d’anxiété déclenche des peurs paniques telles que la peur de mourir. Démarrent alors, en réaction, des tentatives d’évitement comme l’agoraphobie.

Ces évitements répétés ne font qu’enrichir les crises d’anxiété puisque vous redoutez de plus en plus d’y être confronté. La crise d’anxiété peut donc provoquer divers symptômes tant physiques que psychiques tels que ceux évoqués précédemment.

Bien que cette forme de crise d’angoisse aigüe soit particulièrement pénible, au point que des gens peuvent avoir l’impression de devenir fou: ce n’est pas une maladie en soi. Du moins, pas au sens médical, au contraire de ce que certains voudraient nous faire croire.

Ce que provoque l’anxiété est une multitude de comportements réactifs où les émotions le disputent aux troubles psycho somatiques (réaction physique du corps à un problème émotionnel).

En bas de cet article, je vous explique comment traiter une crise d’anxiété. Quand je parle de traitement, je parle d’élimination à l’aide de stratégies thérapeutiques comportementales.

Petite précision à l’attention des personnes anxieuses les plus pessimistes: la crise d’anxiété n’est pas une maladie mentale. Si je puis m’exprimer ainsi c’est “juste” une crise d’angoisse aigüe.

Les causes de la crise d’anxiété

Une crise d’anxiété est généralement déclenchée par la combinaison de facteurs de 3 principaux d’ordre biologique, éducatif et environnemental. En ce qui concerne les facteurs biologiques, il s’agit de phénomènes liés au système nerveux.

Pour la part éducative, cela repose su la construction de nos personnalités respectives. Dans différents articles que j’ai écrit et publié au sein de ce blog, j’explique en quoi, comment, et pourquoi, nos personnalités respectives paramètrent nos comportements.

C’est à dire nos façons d’être et de faire. Partant, ce qu’il en est d’attitude de combat ou de fuite. Ce qui explique les cheminements émotionnels qui aboutissent à la crise d’anxiété.

Les facteurs environnementaux ont un lien étroit avec notre personnalité et aussi avec la vision que nous avons du monde qui nous entoure. Notre carte du monde est-elle en accord avec nos valeurs?

Vivons-nous le monde comme une agression? Et, dans l’affirmative, de quel type, ou de quel ordre? In fine, notre éducation nous fait aussi appréhender le monde avec un stress positif ou négatif.

En résumé, ces trois facteurs interagissent les uns avec les autres. Ils fondent nos réactions émotionnelles et, partant, sont bien des facteurs qui justifient et expliquent une crise d’anxiété.

Les facteurs biologiques

Certaines personnes sont particulièrement sensibles à la crise d’anxiété. Ceci du fait même de la fragilité de leur système nerveux. Ils réagissent plus rapidement aux différentes situations auxquelles ils sont confrontés.

Alors que la plupart des personnes supportent parfaitement certains événements, les personnes ayant un système nerveux fragile les qualifient de dangereux, et ont des réactions démesurées.

Toujours parmi les facteurs biologiques, on évoque également des facteurs héréditaires. La probabilité qu’une personne souffre de crise d’anxiété augmente considérablement si l’un de ses ascendants (parents) en a souffert.

Les facteurs éducatifs

Tout au long de la croissance, le cerveau humain enregistre plusieurs informations qui conditionnent les réactions une fois à l’âge adulte. Une personne éduquée dans un environnement de peur, de manque de confiance en soi, d’insécurité, ou d’instabilité sociale ou affective a de fortes chances de devenir une personne anxieuse à l’âge adulte.

Toutes les craintes qu’elle a enfouie tout au long de sa croissance ressortent – inconsciemment et de façon incontrôlée – à chaque fois qu’elle se retrouve face à une situation embarrassante.

On peut également devenir une personne anxieuse par l’apprentissage. Par exemple, à chaque fois que votre train est en retard vous faites l’objet de récriminations de la part de votre supérieur hiérarchique.

Vous devenez anxieux à l’idée que votre train puisse accuser du retard. Ou, vous avez toujours vu l’un de vos parents avoir peur d’un animal. Par exemple, une araignée. Cela s’appelle de l’arachnophobie.

Du coup, par éducation, voire mimétisme, vous souffrez de cette même peur.

Les facteurs environnementaux

Les facteurs environnementaux associés à la crise d’anxiété sont principalement liés aux médias, et à la culture. Il se peut que des habitants d’un pays, ou d’une région, soient plus anxieux que dans d’autres endroits.

Il en est ainsi dans le cas où l’accent est mis sur des drames comme les attentats, le terrorisme, les maladies infectieuses, dans des régions données. Et le plus souvent les mêmes bien sur. etc. De ce genre d’informations, et de leur perception, découlent des crises de panique.

Au moindre incident dans un aéroport, par exemple. Ou la peur de contracter des maladies en interagissant avec les autres. Voire en fréquentant des lieux publics.

Comment prévenir une crise d’anxiété?

Le meilleur traitement pour prévenir une crise est l’approche comportementale. Vous pouvez avoir recours à un coaching comportemental de façon préventive ou curative. Son efficacité est scientifiquement démontrée grâce à plusieurs études. Dont celle de l’INSERM.

Le coaching comportemental issu de l’approche systémique de Palo Alto est une méthode d’accompagnement à vocation thérapeutique. Elle est validée dans beaucoup de pays du monde.

Elle se déroule en 3 phases principales: Contextualisation, processus de changement, consolidation. Avant toute action de coaching, il est important de comprendre comment les choses se passent pour vous. A cette fin, le coach utilise un outil de diagnostic et d’analyse.

Celui-ci porte le nom d’une technique: la contextualisation. Il s’agit d’un état des lieux de vos peurs. De vos angoisses. Des symptômes qui y sont rattachés. Comme des différentes causes à l’origine de la crise. Cet examen aborde tous les aspects de votre trouble anxieux.

Jusqu’à identifier d’éventuels traumatismes vécus dans l’enfance, l’adolescence ou à l’âge adulte.

L'anxiété est la somme de troubles anxieux potentiellement graves

Comment traiter une crise d’anxiété?

En matière de crise d’anxiété, comme d’anxiété d’une façon générale, on se perd en conjectures. Dans un premier temps, on cherche trop à savoir quels objectifs satisfaire.

Dès lors, plutôt que des objectifs, mieux vaut focaliser votre travail comportemental sur la diminution progressive des symptômes dans un délai donné. Par exemple, 40% de baisse des symptômes de crise d’anxiété à 15 jours. 60% à 6 semaines, etc.

C’est exactement ce que vous faites grâce au programme thérapeutique en ligne que je mets à votre disposition. Ce programme a pour vocation de vous rendre les choses faciles et rapides. Sans oublier d’être efficace.

De façon progressive et stratégique, vous utilisez des exercices comportementaux qui favorisent une diminution certaine de vos symptômes. Dans un premier temps. Puis, une élimination définitive de ces mêmes symptômes dans un second temps.

En règle générale, un tel travail prend moins de 8 semaines. Délai au terme duquel tout risque de crise d’anxiété est définitivement écarté.

Contextualiser le mécanisme de la crise

Traiter la crise d’anxiété consiste à identifier et comprendre le mécanisme de votre trouble. Ensuite, nul n’est besoin de pratiquer des exercices d’exposition. C’est à dire de vous obliger à vous confronter à ce qui vous rend anxieux.

Dans le cas contraire, c’est vous manquer de respect. En plus de vous faire courir le risque d’un échec. Avec toutes les conséquences que vous avez toutes les raisons de craindre.

Aucune contrainte dans ce traitement. De simples exercices mentaux suffisent pour, graduellement, éliminer les situations anxiogènes. En effet, plus que la situation elle même, c’est votre perception (stress perçu) qui pose problème et vous fait réagir.

C’est donc elle que vous modifiez au point de la rendre inopérante. Comme inhibée. Dans le même temps, si cela vous intéresse, vous pouvez pratiquer des exercices de relaxation ou de méditation. Mais ce n’est en rien indispensable. Et encore moins obligatoire.

Rapidement, vous savez comment faire pour désinhiber vos réactions. Rapidement, vous pour retrouvez confiance en vous et autonomie. C’est à cette fin qu’un processus d’auto évaluation est mis en place pour vous permettre d’évaluer et de qualifier votre progression tout au long de votre parcours comportemental.

La phase de changement

Depuis 25 ans que je travaille dans les domaines du coaching comportemental, beaucoup de personnes mon programme en ligne. Il est simple en termes d’accessibilité, et de compréhension. Par ailleurs, ce qui n’est pas négligeable c’est son coût.

A la portée de toutes les bourses. En plus d’être efficace à plus de 95%. Grâce à cette méthode comportementale, vous intervenez de façon trés pratique. Ainsi, à la faveur du 1er module, vous contextualisez votre problème.

Cela signifie qu’à la faveur d’exercices spécifiques, vous identifiez les contextes et les environnements dans lesquels la crise d’anxiété s’expriment le plus souvent. Non seulement vous allez comprendre pourquoi vous êtes victime de crise d’anxiété mais aussi, et surtout, vous allez cibler votre intervention thérapeutique pour éradiquer les crises.

C’est ce que vous ferez à l’aide des exercices du module 2 lesquels, de façon progressive, vont désamorcer vos réactions émotionnelles. A cette fin, nul besoin de vous exposer à ce qui vous terrorise.

Vous travaillez tranquillement de chez vous, ou de tout autre endroit à votre convenance, pour modifier les modes de communication internes de votre cerveau. Vous verrez, combien vous allez être étonné(e) par la facilité du changement.

La phase de consolidation

Les modules 3 et 4 vont vous permettre de travailler sur 2 éléments essentiels.

Autant, avec les modules 1 et 2 vous travaillez sur la forme du problème que vous rencontrez du fait de crise d’anxiété, autant dans ces 2 autres modules, vous travaillez sur le fond du problème.

Ces modules sont à considérer comme la phase de consolidation à la solution que vous avez mise en place à l’aide du module précédent. A votre rythme, vous allez éliminer progressivement toutes les sources traumatiques de stress et, ce faisant, reprendre confiance en vous puis vous affirmer sans peurs ni culpabilité.

Le 5è module est un espace plus pédagogique au cours duquel je vous explique quel a été votre cheminement thérapeutique, pourquoi il vous a été demandé de suivre tel ou tel exercice à tel moment et pourquoi cela a fonctionné pour vous.

Tout au long du programme pour traiter la crise d’anxiété vous êtes personnellement accompagné(e) comme si vous me consultiez au cabinet. Pour prendre connaissance du contenu de ce programme thérapeutique en ligne je vous invite à cliquer sur l’image ci-après:

Impact de la crise d’anxiété sur l’organisme

L’impact ponctuel de l’anxiété sur l’organisme est bien connu. Il se limite globalement à l’ensemble des symptômes décrits un peu plus tôt. On ne considère donc pas l’anxiété comme une pathologie grave, car elle ne met pas en danger immédiat la santé de la personne anxieuse.

Même les crises de panique, aussi effrayantes qu’elles puissent être, ne sont jamais mortelles quand elles interviennent dans un environnement normalement sécurisé. Sur le long terme, en revanche, l’anxiété et les troubles anxieux peuvent avoir des conséquences plus graves sur l’organisme.

Une anxiété trop importante (avant d’être généralisée) augmente les risques de maladies cardio-vasculaires. Elle provoque également des problèmes gastriques, notamment des remontées acides qui peuvent attaquer l’émail des dents et favoriser l’apparition des caries.

Plus généralement, l’anxiété augmente la tension dans l’organisme et perturbe le sommeil. Elle fatigue le corps, physiquement et psychiquement. Sur le long terme, les statistiques disponibles révèlent un lien probable entre les troubles anxieux et l’apparition de troubles psychiques importants:

  • Dépression
  • Schizophrénie
  • Tentatives de suicide

Le danger immédiat de l’anxiété est quasiment nul, mais les troubles anxieux doivent être traités pour limiter leurs conséquences.

Comment calmer une crise d’anxiété?

Apprendre à gérer son anxiété est essentiel pour ne pas la laisser dégénérer. Il y a deux dimensions différentes à considérer dans la gestion de l’anxiété. La première, à court terme, permet de garder le contrôle face aux situations problématiques.

Vous pouvez alors contrôler et limiter les crises d’angoisse et, partant, calmer l’anxiété. La seconde, à long terme, vous apprend à affronter et à vaincre définitivement l’anxiété.

Exercices de cohérence cardiaque

La cohérence cardiaque se base sur l’existence d’un lien entre le rythme cardiaque et le rythme de la respiration. Les deux rythmes sont liés, et pas seulement par leurs réactions conjointes à une activité physique intense.

Ils sont liés parce que l’accélération de l’un de ces rythmes provoque l’accélération de l’autre. C’est une nécessité évidente pour nous permettre d’affronter certaines épreuves physiques et psychologiques et, partant, pour calmer son anxiété.

La cohérence cardiaque permet donc de maîtriser son rythme cardiaque en se concentrant sur le rythme de sa respiration. Bien sûr, ce n’est pas un processus automatique et une pratique régulière permet de mieux maîtriser ce processus.

Anxiété: La cohérence cardiaque favorise la gestion de son stress

Néanmoins, c’est une excellente technique pour calmer son anxiété rapidement et limiter les risques de crises d’angoisse. Plus vous utiliserez la cohérence cardiaque, plus elle sera efficace.

Pour faire de la cohérence cardiaque, vous n’avez qu’à vous asseoir, de préférence dans un endroit calme où vous êtes seul (ce n’est pas grave si vous êtes au milieu du métro). Fermez les yeux et concentrez-vous sur votre respiration.

Prêtez attention à tous les détails que vous ignorez habituellement: l’air frais dans votre nez, puis son parcours dans votre gorge et votre corps. Prenez le temps d’inspirer et d’expirer lentement jusqu’à être calme. Généralement, 5 minutes suffisent.

À bien des égards, la cohérence cardiaque s’inspire de la méditation de pleine conscience. Une activité très utile pour contrôler l’anxiété et, partant pour calmer son anxiété sur le long terme.

Les étirements qui apaisent

Les crises d’angoisse provoquent des tensions importantes dans le corps ce qui, bien sûr, empêche de calmer son anxiété. Une partie du cercle vicieux qu’elles produisent s’appuie sur ces tensions.

Vos muscles se contractent, ce qui rend la respiration plus difficile. La sensation d’étouffement vous gagne progressivement et vous commencez à paniquer. Cela rend d’autant plus difficile le besoin de calmer son anxiété.

Plus vous paniquez, plus vos muscles se contractent et la crise d’angoisse prend rapidement le dessus. Quand vous sentez une crise d’angoisse démarrer, vous pouvez entamer quelques séries d’étirement en contrôlant votre respiration.

Cela permet de détendre les muscles et de briser le cercle vicieux de l’attaque de panique. Tous les étirements sont utiles, même si vous avez tout intérêt à privilégier ceux de la cage thoracique et de la partie supérieure du corps en général.

La pratique du yoga permet d’apprendre de nombreux mouvements très utiles et, ce faisant, de calmer son anxiété. Pensez également à utiliser les bienfaits de la contraction suivie d’un relâchement.

Contractez vos muscles très fort pendant quelques secondes pour les relâcher brutalement permet de les détendre très rapidement. De même, prendre une grande inspiration, retenir votre souffle 5 à 10 secondes, puis expirer profondément vous permet de vous détendre rapidement.

Enfin, d’une manière générale, vous mettre en mouvement dès que la crise de panique se manifeste est une bonne initiative. Quelques mouvements sportifs vous libèrent l’esprit en plus de vous détendre musculairement.

Attention tout de même à ne pratiquer que des mouvements doux pour calmer son anxiété.

Les médicaments

Pour rapidement calmer son anxiété, vous ne trouverez rien de plus efficace que les médicaments. Pourtant, ce n’est pas la meilleure solution. On recommande même de ne pas utiliser de médicaments pour traiter l’anxiété.

Pourquoi? Tout simplement parce qu’aucun médicament ne soigne votre anxiété réellement. En fait, les benzodiazépines anxiolytiques ou somnifères suppriment immédiatement vos angoisses et vous aident à dormir profondément.

Ils sont donc essentiels pour aider les patients les plus anxieux qui ont besoin, avant tout autre chose, de se reposer. En revanche, il ne change rien aux troubles anxieux dont vous souffrez.

Ils se contentent de vous assommer pour vous empêcher d’angoisser. De fait, les médicaments “contiennent” les symptômes d’anxiété mais ne sont pas une solution aux troubles anxieux.

Les benzodiazépines pour apaiser les symptômes d'anxiété

Si les médicaments sont très efficaces, c’est une mauvaise solution sur le long terme. Ils ont de nombreux effets secondaires qui rendent une prise régulière impossible. Ils perturbent la mémoire et la perception de la réalité.

Ce qui, d’une façon ou d’une autre, empêche de calmer son anxiété puisque l’on a du mal à être acteur/actrice de sa réalité. Tout comme ils empêchent de conduire, voire de réaliser des activités essentielles au quotidien.

En plus, ils produisent une dépendance trop importante et trop rapide. Il ne faut donc pas les prendre à la légère quand il s’agit de calmer son anxiété.

Les huiles essentielles peuvent-elles aider?

En théorie, les huiles essentielles aident à calmer son anxiété rapidement. Quand vous sentez qu’une crise d’angoisse se manifeste, vous pouvez les utiliser pour vous apaiser. Pour cela, vous n’avez qu’à en placer quelques gouttes sur l’intérieur de vos poignets.

Prenez ensuite trois à cinq grandes inspirations. Inspirez et expirez lentement pour ne pas risquer de faire de l’hyperventilation. Pour abaisser le rythme cardiaque, on conseille généralement l’huile essentielle d’Ylang-ylang, mais aussi celle de Petitgrain bigarade.

En théorie, ces deux huiles vous permettent de diminuer votre tension artérielle et d’apaiser votre rythme cardiaque. Pour gérer la tension musculaire, on conseille surtout l’huile essentielle de camomille romaine.

Bien sûr, les huiles essentielles peuvent être utilisées en complément d’autres techniques pour calmer son anxiété. Elles sont notamment efficaces quand vous les associez à vos exercices de cohérence cardiaque.

Pendant que vous travaillez votre respiration, les effluves d’huiles essentielles font leur effet.

Contrôler l'anxiété de façon naturelle

Crise d’anxiété: L’efficacité de la thérapie comportementale

Toutes les techniques que nous venons de décrire vous aident à gérer l’anxiété au quotidien en calmant ses symptômes les plus difficiles à contrôler. En revanche, elles ne permettent pas de se débarrasser de l’angoisse.

Or, les troubles anxieux sont une véritable souffrance psychique parce qu’ils s’attaquent à tous les aspects du quotidien. Ils vous empêchent d’être serein et vous plongent dans une inquiétude permanente, même si vous ne souffrez pas de crises de panique ou de phobies.

Si vous êtes atteint de troubles anxieux, vous ne devez donc pas vous contenter de solutions pour gérer vos difficultés au quotidien. Vous devez vous tourner vers des solutions à long terme qui vous permettent de vaincre l’anxiété.

La thérapie comportementale est désormais reconnue comme l’une des meilleures solutions contre l’anxiété, la panique et les phobies. Pour suivre une thérapie de ce genre, vous devez contacter un comportementaliste.

Certains vous proposeront même des programmes à réaliser en autonomie et à distance. Dans l’immense majorité des cas, vous êtes débarrassé(e) de vos troubles anxieux en quelques semaines seulement.

Contrôler une crise d’anxiété

Comme vous l’avez compris, la thérapie comportementale est la méthode la plus efficace pour calmer son anxiété. Mais pas que. En effet, si la stratégie thérapeutique utilisée permet de rapidement calmer son anxiété, elle permet surtout de vaincre l’anxiété.

En regardant la vidéo ci-dessous, vous accèderez à des techniques thérapeutiques simples pour ne plus souffrir de troubles anxieux. Ainsi, la thérapie comportementale se fonde sur la compréhension du mécanisme de l’anxiété ce qui permet de la traiter rapidement.

Cela signifie que vous traitez les symptômes de l’anxiété en priorité et seulement après, les éléments qui justifient cette anxiété. En clair, vous travaillez d’abord sur la forme puis sur le fond.

Cela va trés vite, et vous permet de bénéficier d’un traitement de l’anxiété réellement efficace en seulement 2 à 3 mois. Il vous suffit de simplement suivre le protocole. Tout vous est expliqué.

Bien sur, il vous faut vous investir un minimum mais sachez que seulement 3 à 4% des personnes échouent dans cette dynamique thérapeutique. Une partie parce-que les gens qui la composent pensent que parce-qu’ils ont accédé aux modalités de soins tout va sa faire… sans rien faire.

La seconde partie de ces personnes qui échouent à traiter l’anxiété ont une vision analytique de leur problème. Elles ont besoin de comprendre “pourquoi” elles ont ce problème d’anxiété. Ce n’est qu’après des mois voire des années d’errance thérapeutique qu’elle comprenne leur erreur d’appréciation.

Crise d’anxiété versus anxiété passagère

Que l’on souffre d’anxiété passagère ou que l’on cherche une méthode pour contrôler certaines crises d’angoisse, les médicaments sans ordonnance sont l’une des solutions les plus accessibles.

S’ils sont disponibles sans ordonnance d’un médecin, c’est aussi parce qu’ils n’ont pas d’effets secondaires importants ou dangereux. Alors, quel médicament sans ordonnance prendre contre l’anxiété passagère?

Ne vous faites pas d’illusions: les anxiolytiques que vous pouvez acheter sans ordonnances ne sont pas aussi puissants et efficaces que ceux prescrits par un médecin. En revanche, ils sont plus accessibles et moins dangereux.

Résultat, on peut les utiliser quotidiennement, car ils n’empêchent pas de vivre une vie normale. Ils sont même parfois plus efficaces sur le long terme qu’un traitement de choc qui ne pourra pas vraiment vous accompagner sur la durée.

Les anxiolytiques à base de plantes

Les anxiolytiques disponibles sur le marché sans ordonnance sont tous à base de plantes. Ils sont efficaces contre les troubles les plus légers et à condition de fournir d’autres efforts pour lutter contre l’anxiété.

Ils ne feront pas miraculeusement disparaître votre anxiété, mais ils vous aideront à diminuer progressivement les troubles du sommeil et les autres conséquences de l’anxiété.

Actuellement, on recommande surtout deux anxiolytiques différents à base de plantes:

  • Tranquital: Composé de valériane et d’aubépine, c’est un comprimé à prendre quotidiennement. Son efficacité contre les troubles légers du sommeil et l’anxiété passagère semble avoir fait ses preuves.
  • Euphytose: Composé de passiflore, de valériane, d’aubépine et de ballote, il existe sous la forme d’un comprimé à prendre la journée, mais aussi d’un comprimé à prendre juste avant le coucher.

L’impact des plantes sur l’anxiété n’est pas aussi important que celui d’une molécule de médicament. Néanmoins, il est parfois suffisant pour lutter contre une anxiété passagère. Si vous faites également l’effort de pratiquer une activité physique, de vous coucher à des heures fixes et de vous alimenter correctement, vous devriez constater une différence.

Les anxiolytiques benzodiazépines

Les anxiolytiques disponibles uniquement sur ordonnance sont ce que l’on appelle des benzodiazépines anxiolytiques. Les benzodiazépines sont des médicaments également utilisés dans les somnifères.

Ils sont extrêmement puissants et permettent de calmer immédiatement l’anxiété. Malheureusement, ils sont aussi très dangereux.

Les benzodiazépines soulagent-ils l'anxiété passagère et les crises d'angoisses?

Sur le long terme, ils produisent une accoutumance qui force à augmenter le dosage. Or, un surdosage est mortel et une consommation excessive sur une longue période peut provoquer d’importants problèmes au foie. Ils provoquent également de la somnolence et des pertes de mémoire. On ne peut donc pas conduire quand on en consomme et ils rendent certains métiers impossibles à pratiquer.

Pour toutes ces raisons, les anxiolytiques à base de benzodiazépines ne sont disponibles que sur ordonnance.

Les bienfaits de la thérapie comportementale

Si vous souffrez d’anxiété et que vous constatez que les symptômes physiologiques, affectifs, comportementaux et cognitifs pèsent de plus en plus lourd sur votre quotidien, vous recherchez sans doute un moyen rapide de vous en sortir.

C’est la triste ironie de l’anxiété: les personnes anxieuses recherchent désespérément une solution, mais les bonnes solutions manquent. Soit elles demandent un long investissement (psychothérapie), soit elles sont trop brutales (benzodiazépines).

Au milieu de ce dilemme, il reste pourtant la solution des thérapies comportementales et cognitives. Un comportementaliste professionnel et certifié peut vous aider à surmonter et à vaincre définitivement votre anxiété et ses symptômes quotidiens.

Mieux encore, ces thérapies sont reconnues pour leur rapidité.

Pour réussir à vous débarrasser de l’anxiété, le comportementaliste utilise des techniques cognitives qui permettent au patient de vaincre ses pensées irrationnelles anxiogènes et à l’origine des fausses croyances qui le mènent à s’inquiéter démesurément.

Il utilise également des techniques comportementales qui l’aident à comprendre les sources de l’anxiété et, ainsi, de neutraliser ses réflexes toxiques pour fabriquer sa propre résistance.

Depuis quelques années déjà, l’Assurance maladie française recommande les thérapies comportementales et cognitives pour traiter l’anxiété.

Le rôle du magnésium

Si vous n’êtes pas une personne anxieuse et que vous souffrez pourtant d’une anxiété passagère difficile à expliquer, vous souffrez peut-être d’une carence en magnésium. Effectivement, l’anxiété, certains troubles du sommeil, la fatigue et l’irritabilité peuvent être dus à un faible taux de magnésium dans l’organisme.

Vous pouvez donc essayer d’entamer une cure de magnésium. Généralement, elle dure plusieurs mois, mais les premiers effets apparaissent après quelques semaines. Si cela suffit à vous soulager définitivement, tant mieux.

Sinon, pensez à consulter votre médecin pour parler de votre situation. Il pourra vous rediriger vers un comportementaliste professionnel et compétent le cas échéant.

L’homéopathie est-elle efficace?

Parmi les anxiolytiques disponibles sans ordonnance, nous avons volontairement distingué les anxiolytiques à base de plante des anxiolytiques relevant de l’homéopathie. Pourquoi?

Parce que si l’homéopathie semble faire beaucoup de bien à des millions de personnes, son efficacité n’a toujours pas été scientifiquement prouvée, contrairement à celle des plantes.

Traiter une anxiété passagère avec de l'homéopathie

Il n’est donc pas question de remettre en cause la légitimité de l’homéopathie, mais plutôt de s’assurer de n’induire personne en erreur. Beaucoup de personnes légèrement anxieuses utilisent l’homéopathie et en sont très satisfaites. En revanche, vous devez bien distinguer ces médicaments homéopathiques d’autres médicaments à base de plantes.

Traitement de l’anxiété passagère: L’homéopathie

  • Gelsenium, aussi appelé Gelsenium Semperviens: Un médicament homéopathique issu du Jasmin de Caroline (aux États-Unis). On le recommande pour lutter contre l’anxiété légère au quotidien, notamment pour faire face à quelques événements stressants (examens, entretiens professionnels, etc.).
  • Passiflora: Un médicament homéopathique à base de passiflore, une plante que l’on retrouve dans beaucoup de médicaments contre l’anxiété à base de plantes. Ses vertus sont connues depuis des millénaires, mais le principe de l’homéopathie reposant sur la dilution à l’extrême des extraits de plantes, il vaut parfois mieux se tourner directement vers l’extrait de passiflore.

Pour finir ce sujet d’aujourd’hui, je ne suis pas favorable au traitement de l’anxiété passagère à l’aide de l’homéopathie. D’une façon générale, pour tout ce qui concerne l’anxiété et les crises d’angoisses, l’homéopathie, comme les médicaments sans ordonnance n’agisse que sur les symptômes. C’est à dire sur la forme. Et, partant, pas sur le fond.

Dès lors, je ne saurais que trop vous conseiller de vous faire aider avec une thérapie comportementale. Si vous ne le faites pas, il est à craindre que vos symptômes d’anxiété passagère ou les symptômes de crises d’angoisse, ressurgissent. De plus en plus fort. De plus en plus longtemps.

Mais bon. Chacun(e) fait comme il veut…

De la crise d’anxiété à l’anxiété chronique

Quand l’anxiété s’installe au quotidien et que l’inquiétude devient omniprésente, même si rien ne la justifie vraiment, on parle parfois d’anxiété chronique. Et les symptômes d’anxiété chronique sont comme de la mauvaise herbe: envahissants!

L’anxiété chronique n’est pas classifiée parmi les troubles anxieux, car elle peut servir à qualifier tous les types d’anxiété. Les personnes souffrant d’un trouble anxieux souffrent donc toutes d’anxiété chronique.

En revanche, lorsque l’anxiété chronique apparaît, on peut l’empêcher de devenir un trouble anxieux en réagissant assez vite.

Les médicaments sont-ils efficaces?

Contre l’anxiété chronique, beaucoup de médecins feront appel aux médicaments. Ils peuvent être très efficaces, mais ils peuvent aussi avoir des conséquences désastreuses.

Soyez donc très vigilant. En cas de doute, tournez-vous plutôt vers un expert de l’anxiété, que ce soit un médecin (psychiatre) ou un comportementaliste professionnel.

Les anxiolytiques

Contre l’anxiété, le traitement le plus efficace reste les anxiolytiques à base de benzodiazépines. Ils sont très puissants et permettent de se débarrasser en quelques minutes de tous les symptômes de l’anxiété.

Le problème, c’est qu’ils apportent aussi leur lot d’effets secondaires:

  • Perte de mémoire
  • Somnolence
  • Accoutumance progressive
  • Etc.

De plus, ne perdez pas de vue que les symptômes de l’anxiété reviennent dès que le médicament ne fait plus effet.

les conséquences de l'anxiété chronique

Or, une prise d’anxiolytiques sur le long terme provoque de l’accoutumance et nuit fortement à la santé. Pis encore, certains patients constatent que leur anxiété s’aggrave à cause des médicaments et de la dépendance qu’ils provoquent.

Les anxiolytiques benzodiazépines sont donc conseillés ponctuellement chez les personnes anxieuses atteignant des extrêmes de fatigue mentale et physique. Une prise d’anxiolytiques leur permet alors de se détendre quelques jours pour récupérer leurs forces et entamer une thérapie plus approfondie et efficace sur le long terme.

Les antidépresseurs

Pour beaucoup de patients, l’apparition d’une anxiété chronique est liée à d’autres troubles. La consommation de drogues et d’alcool compte parmi les raisons les plus évidentes, mais pas les plus courantes.

En fait, une grande partie des personnes anxieuses souffre également d’un syndrome dépressif, même s’il n’est pas toujours clairement identifiable. L’apparition d’une anxiété chronique peut alors être une manifestation d’un trouble dépressif chronique non diagnostiqué.

Les antidépresseurs peuvent donc être très efficaces contre l’anxiété. Ils ne la traitent pas directement, mais ils permettent de traiter la dépression qui provoquait l’anxiété chronique.

D’ailleurs, même chez les anxieux ne souffrant pas de dépression, les antidépresseurs permettent parfois de soulager les récepteurs du cerveau dont la saturation peut être à l’origine de l’anxiété et de l’inquiétude permanente.

Dans tous les cas, la prise d’antidépresseurs pour calmer l’anxiété ne doit pas se faire sans l’avis éclairé d’un médecin compétent. Les antidépresseurs ne sont accessibles que sur ordonnance, car leur prise doit toujours être justifiée.

Leurs effets secondaires peuvent être trop importants pour les prendre sans être certain de leur utilité.

Les antihistaminiques

Pour résumer grossièrement, un antihistaminique est un médicament qui va bloquer les récepteurs de l’histamine dans le cerveau. L’histamine est un médiateur chimique qui est libéré en très grandes quantités pendant les crises allergiques.

Les personnes qui souffrent d’allergies au printemps sont donc très nombreuses à consommer des antihistaminiques pendant cette saison. L’histamine joue un rôle essentiel à bien des égards.

Elle permet de stimuler la sécrétion d’acides gastriques, mais elle est aussi un neuromédiateur du système nerveux central. Pour résumer à nouveau, elle joue un rôle sur l’inhibition et le cycle veille-sommeil.

En limitant l’impact de l’histamine sur les récepteurs, les antihistaminiques diminuent donc l’anxiété en limitant la stimulation des auto-récepteurs présynaptiques inhibiteurs et en améliorant le sommeil.

En revanche, tous les antihistaminiques n’ont pas prouvé leur efficacité contre l’anxiété. Seul l’hydroxyzine est officiellement recommandé pour lutter contre les troubles ponctuels de l’anxiété.

Comme la durée de prescription est limitée à 12 semaines, cet antihistaminique n’est pas une véritable solution pour lutter contre l’anxiété chronique.

Le temps du changement

Il est important de noter que pour traiter l’anxiété chronique il faut être prêt(e) au changement. En effet, le plus souvent depuis des années, l’anxiété chronique repose sur la personnalité de la personne qui en souffre.

Il est donc nécessaire de prendre acte que les tentatives de contrôles des stress répétés ont échoué et qu’il convient donc d’adopter un autre comportement. Mais comment savoir faire quelque chose que l’on a pas appris?

Comme je le dis souvent, il faut donc être clair(e) quant au terme de ce que l’on appelle: le bénéfice caché.

Effectivement, de façon inconsciente, pour en arriver à éprouver le besoin de calmer l’anxiété chronique, il aura donc fallu, préalablement, en tirer certains bénéfices lesquels ont fini par disparaitre pour ne laisser place qu’à des symptômes et des conséquences parfois désastreuses.

Instaurer une dynamique de changement contre l'anxiété

Un peu comme un malade alcoolique qui, dans les premiers temps, vit une sorte de lune de miel avec le produit de son choix. Puis, plus le temps passe, plus les effets s’estompent rapidement, plus il faut consommer, et plus s’accroissent les conséquences pénibles d’une alcoolo-dépendance.

Pour arrêter d’être dépendant à l’alcool, pour devenir “clean”, il faut donc accepter qu’on a… perdu la maitrise. L’anxiété chronique c’est la même chose. C’est l’anxiété qui gouverne votre vie et non l’inverse.

Changer est donc une chance qu’il faut envisager de vraiment désirer et saisir pour, enfin, passer à autre chose.

Exprimer sa limite. Être acteur de sa vie.

Demander de l’aide

Si vous souffrez d’anxiété chronique ou d’un trouble anxieux, sachez que vous avez déjà beaucoup avancé en mettant un mot sur les symptômes qui vous empoisonnent au quotidien. Vous ne devez alors surtout pas tomber dans le piège le plus évident: l’automédication et l’enfermement dans vos peurs.

Face à l’anxiété, vous devez impérativement demander de l’aide à des professionnels compétents.

L’approche comportementale

La thérapie comportementale compte parmi les solutions les plus efficaces contre l’anxiété. Les résultats sont rapides et impressionnants, souvent même plus qu’avec un traitement médicamenteux.

Aujourd’hui, l’Assurance maladie recommande ce type de thérapie menée par un comportementaliste professionnel. Cette thérapie emploie deux techniques différentes, mais complémentaires.

D’un côté, les techniques comportementales qui apprennent au patient à comprendre le mécanisme de son anxiété et à observer ses propres comportements.

En utilisant une technique thérapeutique trés spécifique de la thérapie comportementale laquelle permet de “rentrer dans le problème” plutôt que d’essayer de le contrôler ou de l’éviter, le patient favorise le lâcher prise et apprend à modifier son comportement.

D’un autre côté, les techniques cognitives qui tentent de modifier plus profondément le fonctionnement intellectuel derrière l’anxiété. Bien souvent, l’anxiété chronique fait émerger ce que l’on appelle des pensées irrationnelles et des fausses croyances.

C’est d’ailleurs lorsque l’anxiété ne se nourrit plus de situations réelles, mais de situations imaginaires qui inquiètent par anticipation, que l’on parle de trouble anxieux. Il faut donc traiter le problème cognitif en surface comme en profondeur.

Il faut d’abord traiter la forme de l’anxiété chronique, ses symptômes, puis le fond, son “histoire”. C’est à dire tout ce qui la justifie par rapport à la personnalité d’un patient.

Quel est le trouble anxieux le plus grave?

Il est difficile de répondre à cette question. Tout dépend de l’intensité des symptômes du trouble anxieux. Le quotidien de chacun étant différent, certains troubles sont plus dangereux ou handicapants que d’autres selon les patients.

Néanmoins, les patients atteints de troubles paniques sont ceux qui consultent le plus fréquemment des psychologues et des comportementalistes pour les aider à vaincre l’anxiété. Effectivement, si la crise de panique intervient au mauvais moment, elle peut être très dangereuse. Certains métiers deviennent impossibles à pratiquer.

C’est le cas dans les secteurs médicaux ou lorsqu’ils impliquent de conduire voitures ou engins plus imposants. Enfin, on considère parfois le trouble de l’anxiété généralisée comme l’un des plus dangereux parce qu’il s’insinue dans le quotidien sans être toujours remarqué.

Certaines personnes souffrant de ce trouble vivent des décennies sans se rendre compte qu’il n’est pas normal de ressentir ce qu’ils ressentent. Comme leur anxiété les rend plus difficiles à vivre, ils sont souvent solitaires. Or, la solitude et les impacts négatifs de l’anxiété continue diminuent beaucoup l’espérance de vie globale.

Comment soigner l’anxiété sévère?

Les propositions de remèdes miracle contre l’anxiété sont nombreuses sur Internet. Au mieux, il s’agit de mélanges d’huiles essentielles à l’efficacité douteuse. Au pire, on vous proposera des anxiolytiques très efficaces, mais dont l’impact à court terme sur votre vie et à long terme sur votre santé peut être désastreux.

Pour soigner l’anxiété, il est nécessaire de travailler en profondeur les mécanismes à l’origine des troubles anxieux. Il faut donc commencer par accepter de demander de l’aide. Une psychothérapie peut s’avérer efficace.

Mais attention: les premiers résultats mettront plusieurs mois, voire années, à se manifester. Beaucoup de personnes anxieuses s’impatientent et abandonnent avant d’obtenir ces résultats. Voilà pourquoi la thérapie comportementale est de plus en plus souvent utilisée.

Grâce à un comportementaliste professionnel et qualifié, il est possible de vaincre un trouble anxieux en quelques semaines seulement. Néanmoins, gardez à l’esprit que si vous échouez une première fois à vaincre votre anxiété, cela ne veut pas dire que votre cas est désespéré.

Nous répondons tous différemment aux multiples thérapies. Il ne faut donc pas perdre espoir et continuer à essayer.

Article publié par:

Frédéric Arminot, Coach comportemental

Spécialisé dans le traitement des problèmes d'angoisse, d'anxiété, de dépression, de phobie, et de toc, il exerce depuis plus de 25 ans en qualité de comportementaliste.

Ancien grand anxieux, et victime d’angoisses aux multiples conséquences des années durant, il a créé un programme de coaching comportemental en ligne:

Le Programme ARtUS

Cette méthode de coaching résout 16 cas sur 17, soit + 95 % de résultats.

2 commentaires à propos de: “Crise d’anxiété: Tout ce que vous devez savoir”

  1. Bonjour,

    Dans la mesure où vous venez de vous inscrire au Programme ARtUS, si vous suivez chaque exercice comme il vous est expliqué, et que vous me sollicitez quand vous avez des questions, vous retrouvez un sommeil réparateur, et ‘aurez plus peur de ne pas dormir. C’est en traitant votre anxiété, et ce symptôme de trouble du sommeil que les choses s’arrangeront très vite pour vous, et que vous retrouverez ainsi la paix de l’esprit.

  2. Bonjour Mr;pensez vous que je puisse retrouver un sommeil réparateur ,méme les nuits précédent un voyage ou une sortie de sport entre amis ,la peur de ne pas dormir m’empèche de trouver le sommeil ce qui me fatigue et me rend irritable .C’est vrai que je suis très anxieux ,est ce que cela viendrait de mon enfance ou l’on esitait pas à faire peur des
    des mauvaises rencontres des gendarmes de tout en général pour ètre le plus honnete possible afin de n’avoir aucun reproche .
    Merci de votre réponse
    Romo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

top