Dépression au travail: Si vous en souffrez, comment faire?

Dépression au travail. Comment faire?

J’ai longtemps souffert de dépression au travail. Je me demande même si mon activité de salarié ne s’est pas déroulée qu’en état dépressif. Ce qui pose une question délicate si, comme moi, vous êtes concerné(e). Reconnaître que, sous toutes réserves, vous souffrez peut-être de dépression au travail. Alors, je ne vais pas jouer sur les mots. Qu’il s’agisse de dépression au travail, ou de dépression à cause du travail, ou encore, que votre dépression au travail soit la conséquence d’un autre problème, cela revient au même.

Le problème dans le problème, avec la dépression au travail, c’est que l’on s’en rend souvent compte quant il est tard. Voire trop tard. Mais est-ce vraiment trop tard? Ou est-ce un point positif que de s’en rendre compte longtemps après?

Dans la société dans laquelle nous sommes, reconnaître que notre relation à notre travail nous est psychiquement douloureuse n’a rien de facile. La plupart des gens ne comprennent pas. Et je ne parle pas de certains employeurs, chefs de services, ou – soyons cruels -, petits chefaillons de service que cela dépasse, littéralement. Ces gens là ont toutes les peines du monde à comprendre comment elles mêmes fonctionnent, alors quant à comprendre les autres.

Identifier une dépression sur le tard rend son traitement plus difficile. En soi, il n’est jamais trop tard pour bien faire. Cependant, plus vous avez d’éléments d’identifications, mieux vous êtes soigné(e).

Je vais donc m’employer à vous délivrer un maximum de points d’appuis pour savoir si, oui ou non, vous souffrez de dépression au travail. Voici les questions auxquelles je vais tenter de répondre au mieux:

  • Quelle est la définition d’une dépression au travail
  • Quelles sont les causes d’une dépression au travail
  • Quels sont les symptômes d’une dépression au travail
  • Comment traiter une dépression au travail

Définition de la dépression au travail

La dépression au travail désignée par l’anglicisme burn-out est un état d’épuisement professionnel qui combine une fatigue profonde, un désinvestissement de l’activité professionnelle, un sentiment d’échec et d’incompétence.

Selon l’EDA (European Depression Association), sur 7000 employés dans sept pays, 20% des employés en France ont été atteints de dépression au travail à un moment de leur carrière. En Italie c’est 12%. En Grande Bretagne 26% des salariés ou indépendants affirment avoir souffert de dépression au travail pendant leur carrière.

Le travail et l’entreprise sont susceptibles de se transformer en lieux de souffrance morale. L’un des facteurs explicatifs les plus importants est la conjoncture économique actuelle. En effet, pour juguler les crises, plusieurs managers sont plus durs. Voire se rendent coupables de harcèlement.

Le principe de causalité

De nos jours, la polyvalence est l’un des critères déterminants pour avoir de bons résultats et garder son boulot. Cadres et ouvriers se retrouvent donc sur plusieurs fronts à la fois. De multiples tâches leurs sont assignées. Pour chacune d’elles, une réactivité optimale est exigée.

Que le salarié soit en CDD, CDI, ait un statut de travailleur intérimaire, ou soit fonctionnaire, la multiplication des tâches conduit à l’augmentation du risque d’affections. Et, partant, d’accidents du travail. Tôt ou tard, une personne sous pression permanente finit par craquer. Un boulot trop absorbant entraîne un déséquilibre total dans la vie d’un individu.

Les changements permanents, auxquels les travailleurs font face, n’arrangent pas non plus la situation. Les personnes qui souffrent de dépression au travail ressentent une absence de reconnaissance par leur hiérarchie quant aux difficultés inhérentes à leur poste. Elles font face à des contradictions. Comme, par exemple, satisfaire un client tout en lui consacrant le moins de temps possible.

L’ensemble des mutations économiques que subit le monde actuel oblige les travailleurs à vivre avec un degré élevé de stress au quotidien. Les facteurs aggravants sont la globalisation des marchés. La compétitivité accrue. Le développement des technologies de l’information. La précarité. Enfin, l’insécurité de l’emploi.

L’augmentation de la charge de travail est le principal facteur de vulnérabilité. À cela, s’ajoute le manque d’autonomie dans l’exécution des tâches. Et aussi, le manque d’estime de la part des supérieurs hiérarchiques. Ou de l’employeur. Enfin, une communication insuffisante, ou dysfonctionnelle.

Symptômes de la dépression au travail

À cet épuisement professionnel, s’ajoutent des signes physiques. On constate une perte d’appétit, et du goût des aliments, chez les personnes souffrant de cette forme de dépression. La perte de poids, ou la surcharge pondérale, sont la conséquence de ces variations.

D’autres personnes qui souffrent de dépression au travail ont une augmentation significative de leur consommation en sucre. Ce qui favorise une prise de poids parfois très importante. Augmentés de risques cardio vasculaires. Je pense à une consommation de tabac. Ou de substances psycho actives diverses comme l’alcool ou la cocaïne.

Sur le plan de la sexualité, l’un des signes est la baisse de la libido. Les personnes victimes de dépression au travail perdent tout intérêt à une vie sexuelle. Cela mène souvent à une abstinence sexuelle totale.

Certaines douleurs apparaissent. Maux de tête. Mal au dos. Douleurs musculaires. On remarque aussi des problèmes digestifs, et des ulcères d’estomac.

Outre les symptômes physiques précédemment cités, certaines personnes, victimes de dépression au travail, ont des problèmes cutanés. Psoriasis. Eczéma. Zona. Elles souffrent régulièrement d’infections. De rhume. Parfois de la grippe, ou de sinusite.

Dépression au travail: Symptômes physiologiques

Sur le plan physiologique, on constate:

  • Une démotivation constante par rapport aux tâches professionnelles à satisfaire
  • Une irritation permanente (trouble de l’humeur)
  • Des colères spontanées
  • Des pleurs fréquents
  • Un sentiment de frustration
  • Le sentiment d’être incompétent(e) et inutile
  • Le besoin de s’isoler
  • Le sentiment d’avoir une vie parsemée d’échecs
  • Une difficulté à se concentrer
  • De l’indécision, et de la confusion
  • Des pertes de mémoire
  • Des pensées suicidaires. Pour les cas les plus graves
Dépression au travail: La nécessité de changer

Les hommes et les femmes souffrent en proportions presque égales de dépression au travail. Toutes les tranches d’âge sont touchées.

Dépression au travail. Il est nécessaire de changer vos façons d'être et de faire

Dépression au travail. Un changement s’impose.

Pour traiter la dépression au travail, retrouver un état de santé équilibré, et un sentiment de bien être satisfaisant, plusieurs types de traitements sont possibles.

En général, un arrêt de travail se révèle essentiel. Cette pause, plus ou moins conséquente, permet de reprendre des forces. Il s’agit de se tenir éloigné(e) d’un environnement toxique et pathogène.

Ce repos, bien qu’essentiel dans le processus de la guérison, ne guérit pas de la dépression au travail.

Si vous voulez reprendre le cours normal de votre vie, de profonds changements s’imposent. Ces changements se font dans votre milieu professionnel. Comme votre le mode de vie,. Je fais allusion au sens que vous accordez à votre travail. Comme dans votre façon de gérer le stress.

Avant d’effectuer de tels changements, il est indispensable de consulter. Ou de vous référer à un spécialiste. Il vous aide à déterminer les solutions comportementales les plus adaptées à votre dépression au travail.

Dépression au travail: Faites un test

Pour savoir si vous souffrez de dépression au travail, je vous suggère de consulter votre médecin traitant pour l’arrêt de travail. Puis un coach comportemental. Chacun établit un diagnostic. Puis vous orienter pour traiter votre dépression au travail dans les meilleures conditions pour vous.

Avant de consulter, consacrez quelques minutes au test ci-dessous. Cela vous permet de préciser votre choix de consulter ou non.

Prenez le temps de lire chaque question. Prenez un papier et un stylo. Lisez une question. Puis notez son numéro sur votre feuille. Enfin, à côté du numéro correspondant à la question, répondez le plus spontanément qu’il vous est possible par “oui” ou “non”.

Dépression au travail: Le test

  1. Avez-vous moins d’intérêt pour les choses que vous appréciez autrefois?
  2. Êtes-vous triste ou vous sentez-vous sombre?
  3. Votre activité est-elle au ralenti?
  4. Êtes-vous incapable de rester tranquillement assis(e)?
  5. Pensez-vous que vous n’avez pas de valeur ou ressentez-vous actuellement un sentiment de culpabilité?
  6. Y-a-t-il eu un changement dans votre alimentation?
  7. Avez-vous perdu ou pris du poids?
  8. Avez-vous du mal à vous concentrer et à réfléchir?
  9. Vos pensées et vos préoccupations sont-elles constamment tournées vers le passé?
  10. Avez-vous du mal à dormir ou à vous endormir?
  11. Estimez-vous trop dormir?
  12. Manquez-vous d’énergie?
  13. Ressentez-vous une envie de dormir tout le temps?
  14. Vous sentez-vous moins heureux/heureuse que la plupart des gens?
  15. Votre vie vous semble- t-elle vide, et dépourvue de sens en ce moment?
  16. Votre avenir vous semble-t-il sans espoir?

Dépression au travail: Les résultats du test

Si vous répondez plus de 7  fois “Oui” à ces questions, alors j’ai le regret de vous informer que vous souffrez fort probablement d’une dépression au travail. Je vous suggère donc de consulter au plus vite. Ou d’utiliser un programme thérapeutique en ligne (voir ci-dessous). In fine, d’entamer ce traitement comportemental adapté à votre situation.

Un programme thérapeutique en ligne comme le Programme ARtUS vous aide à traiter votre dépression au travail, mais aussi tous les symptômes associés. En moins de 2 mois, sans médicaments.

Comment traiter une dépression au travail

 |  Frédéric Arminot

Comment reprendre le contrôle de votre vie facilement et rapidement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Défiler vers le haut