Quand il s’agit de calmer l’angoisse, il faut être vigilant quant à la façon dont nous abordons ce sujet.

Si nous ne sommes pas vigilants, nous risquons d’échouer dans notre façon de calmer l’angoisse car tout dépend des tentatives de solutions que nous avons tenté auparavant.

J’en parle en connaissance de causes, puisque c’est ce qu’il m’a été donné de supporter des années durant, quand j’avais tant de mal à calmer l’angoisse ou à vaincre l’anxiété dont j’étais victime.

Que nous soyons victime d’angoisse ou de crise d’angoisse, il est important de penser en termes de changements.

Il est donc vital de ne pas se tromper d’objectif pour calmer l’angoisse, pour éliminer tout risque de perte d’énergie, de temps et d’argent. Il est donc nécessaire d’agir en suivant des stratégies qui ont fait leurs preuves, des stratégies thérapeutiques éprouvées et vérifiées.

Ce que nous allons découvrir dans cet article, ce sont des stratégies comportementales lesquelles, utilisées correctement, nous garantissent un taux de réussite supérieur à 95% pour calmer l’angoisse.

Un devoir d’inventaire pour calmer l’angoisse

Puisque vous lisez cette page, c’est donc que vous souffrez-vous de tout ou partie des angoisses ci-après :

Autant de sujets d’angoisses susceptibles de s’exprimer par des phobies.

Beaucoup d’entre nous dépensé beaucoup de temps, d’argent, et d’énergie, en vaines recherches et en visites chez le médecin généraliste, le psychiatre, ou des psy généralistes. Mais, aucune des démarches entreprises ne nous a aidé à vraiment à calmer l’angoisse.

Sans doute aussi, nous sommes-nous, parfois, résolus à prendre des médicaments, ou à lire et relire des pages entières d’internet, comme des forums. Malgré cela, pas une once de solution ne se fait jour pour calmer l’angoisse.

Sans doute encore, avons-nous désespérer de trouver une solution alors que nos angoisses vous gâchent la vie depuis quelque temps déjà, et nous ne savons plus quoi faire pour calmer l’angoisse.

Sans doute avez-nous essayé diverses techniques trouvées sur internet. La méditation, la respiration, ou le yoga. S’il est vrai que cela peut calmer l’angoisse, rien n’est vraiment satisfaisant pour nous sur le long terme.

Nous n’avons pas réussi à calmer l’angoisse dont nous souffrons et ce d’autant moins qu’elle concerne un sujet qui échappe à notre compréhension, un peu comme une angoisse sans raisons.

Quoiqu’il en soit, il  se passe un truc qui nous échappe.

Je vais donc me fais un devoir de préciser ce qui bloque, tout comme je vais me faire une joie d’expliquer comment faire pour calmer l’angoisse à l’aide de solutions comportementales simples, rapides, et définitives.

Les solutions pour calmer l’angoisse que je vais vous présenter nécessitent d’être utilisées individuellement ou ensemble. En effet, sur la foi d’éléments contextualisés, il se peut que nous ayons besoin d’utiliser une stratégie plutôt qu’une autre ou deux stratégies en simultané.

Reprenez le contrôle de votre vie en moins de 2 mois, sans médicaments (taux de réussite supérieur à 95%).

Profitez de cette chance extraordinaire tout comme celles et ceux qui, avant vous, pensaient ne jamais s’en sortir.

Des symptômes qui nécessitent de calmer l’angoisse

Il y un problème avec l’angoisse, celui d’avoir peur de perdre le contrôle puisqu’il s’agit de l’expression d’une somme de symptômes divers lesquels relèvent de troubles somatiques :

  • Douleurs au plexus,
  • Vertiges,
  • Peur de mourir,
  • Insomnie,
  • Troubles du sommeil,
  • Cauchemars,
  • Nausées,
  • Troubles de l’endormissement,
  • Sensation d’étouffement,
  • Hyperventilation,
  • Palpitations,
  • Obsessions,
  • Nervosité,
  • Peur intense,
  • Peur de mourir,
  • Douleur abdominale.

Autant de troubles psychiques qui nécessitent l’intervention d’un thérapeute ou l’utilisation d’un programme de coaching dédié.

A ce sujet, vous en saurez plus en bas du présent article ce qui est d’autant plus important que votre santé mentale est en jeu. En effet, certaines personnes, face à des tels symptômes, ont parfois l’impression de devenir fou.

Il existe un certain nombre de solutions plus ou moins naturelles pour apaiser ces symptômes d’angoisse mais tellement de gens les utilisent que je finis par me demander si cela ne relève de rituels ou d’un effet de mode.

Je parle là de ces remèdes qui reposent sur une certaine hygiène de vie laquelle est une démarche intéressante qui ne fait qu’apaiser l’angoisse, pas l’éliminer.

Je reconnais cependant que c’est toujours mieux que de prendre des médicaments comme un antidépresseur par exemple. Soit écrit en passant, tout apport médicamenteux ne peut constituer une solution sans un travail thérapeutique.

Dans toutes ces tentatives naturelles pour calmer l’angoisse et éliminer ces sensations désagréables, nous trouvons :

  • Diverses stratégies d’évitement,
  • Le thé vert,
  • La passiflore,
  • La valériane,
  • Les fleurs de Bach,
  • La camomille,
  • La respiration abdominale,
  • Les huiles essentielles.

Toutes ces stratégies pour calmer l’angoisse ne sauraient être une solution à ce que nous vivons comme une angoisse permanente. En effet, pour calme l’angoisse, il faut comprendre comment cela se passe, quel est son mécanisme.

C’est le seul comportement qui favorise une action adaptée pour éliminer cette angoisse constante.

Calmer l’angoisse s’inscrit dans un principe de réalités

Il est important que je vous explique certaines réalités.

Il y a fort à parier que beaucoup de personnes commettent une erreur quand elles sont victimes de leur angoisse : elles cherchent à les contrôler. Sachez que c’est la pire des erreurs qu’il faut éviter absolument.

Pourquoi est-ce une erreur ?

Je vais vous l’expliquer et pour que vous compreniez, je vais m’appuyer sur un principe de base :

  • La construction de la personnalité.

Nous avons tous une personnalité.

Imaginez que nos personnalités respectives sont toutes construites dans le même moule. Je vais être plus parlant : imaginons que nos personnalités respectives sont un chiffonnier, une sorte de meuble haut composé de plusieurs tiroirs.

Nous avons tous les mêmes tiroirs avec les mêmes étiquettes sur chaque face de chaque tiroir. Par contre, des éléments changent pour chacun d’entre nous. Ces éléments sont ce que contient chaque tiroir.

Mais qu’est-il donc écrit sur chaque tiroir?

Sur chaque étiquette sont écrites les choses suivantes :

  • Culture,
  • Éducation,
  • Modes de vie,
  • Environnement (affectif, social, économique, géographique),
  • Religion,
  • Expériences de vie,
  • Image de soi,
  • Image des autres,
  • Peur du jugement.

Tous ces éléments correspondent entre eux et constituent ce qu’il est convenu d’appeler votre vision du monde.

Tous ces éléments interagissent, se confondent, et s’entremêlent. Ils répondent donc à des stimuli lesquels génèrent de la sérotonine laquelle substance favorise le processus d’action et, partant, ces facteurs cognitifs qui nous font réagir d’une façon ou d’une autre.

Dès lors, notre façon de réagir va se résumer en deux axes :

  • Fuite,
  • ou combat.

C’est donc en fonction de notre perception que nous saurons calmer l’angoisse ou pas.

calmer langoisse principe de realite

Quel est le mécanisme de l’angoisse ?

L’angoisse est la forme la plus élevée de la peur. Cela signifie qu’en fonction de ce que nous percevons, nous ressentons une peur plus ou moins forte. Cette peur, nous essayez de la dépasser ou de la fuir.

Dans un cas comme dans l’autre, notre cerveau vous commande de jouer un rôle en fonction de ce que nous pensons être capable de faire, mais aussi en fonction de ce que nous souhaitons renvoyer de nous comme image aux autres.

Voulons-nous assumer notre angoisse, notre peur ou préférons-nous jouer la comédie et feindre que tout va bien ?

C’est en fonction de notre réponse que notre cerveau va générer des symptômes d’angoisses ou de crise d’angoisse. L’ordre du cerveau est donc que nous ayons un comportement adapté, c’est à dire trouver une solution pour calmer l’angoisse. Mais, comment fait notre cerveau ? Il se réfère à notre personnalité, tout simplement.

Si notre cerveau considère que nous ne prenons pas la mesure du danger, il réagit. Il nous expose et augmente nos symptômes : transpiration, oppression de la cage thoracique, tremblements.

A ce stade, aucune inquiétude, c’est pénible mais pas mortel.

Nous ignorons la réalité de nos émotions ? Nous allons avoir du mal à calmer l’angoisse. Nous contrôlons vos émotions pour ne pas qu’elles nous débordent ? Nous souffrirons plus encore.

L’éducation est une cause d’angoisse

Force est de constater que notre éducation nous invite à adopter des comportements sociaux acceptables au sens du plus grand nombre.

Je ne pense pas que la plupart d’entre nous soit en mesure de hurler leur peur à la face du monde puis de partir en courant. Nous allons donc essayer de contrôler notre problème puisque nous ne souhaitons sans doute pas qu’il soit dit que nous que nous nous comportons de façon infantile.

Parce que c’est bien de ce dont il s’agit.

Quand nous sommes dans cette peur, nous pouvons ressentir de telles angoisses que nous avons sans doute l’impression de régresser, d’être comme un petit garçon ou une petite fille.

Cet enfant qui craint d’être moqué(e) ou puni(e) à la condition que nous ne vous comportions pas bien. Nous essayons donc de nous protéger de notre peur, celle de ne pas être à la hauteur.

Notre cerveau comprend alors que nous ne comprenons pas ce qu’il nous dit et a l’impression que nous faisons comme si de rien n’était. Alors, permettez moi cette familiarité : il va en rajouter une couche.

Le temps aidant, nous prenons des médicaments : anxiolytiques et anti dépresseurs. Notre objectif est de calmer l’angoisse mais rien n’y fait vraiment.

Mais que remarquons- nous quand nous cessons de prendre vos médicaments ? Les symptômes d’angoisse reviennent parfois avec plus de violences qu’avant. Que se passe t’il donc pour que nous n’arrivions pas à calmer l’angoisse dont nous souffrons ?

Je ne vais pas revenir sur le mécanisme qui régit notre cerveau et nos émotions. Sachez d’ores et déjà que nous sommes confrontés à un blocage que nous enrichissons.

Un blocage que nous alimentons à chaque fois que nous essayons d’échapper à votre réalité émotionnelle, à chaque fois que nous essayons de calmer l’angoisse.

Pourquoi est-ce difficile de calmer l’angoisse ?

Pour être plus clair, appuyons nous sur la séduction.

Oui, une situation de séduction est potentiellement angoissante mais, si nous considérons l’objectif à atteindre, nous pouvons nous dépasser et atteindre notre objectif : séduire.

Dans l’intervalle, nous sommes confrontés à ce ce fameux « trac » que les comédiens connaissent bien. Souvent, c’est ce petit moment de doute qui les amène à se dépasser. C’est ce même moment où nous pouvons nous dépasser aussi sauf si nous avons peur d’aboutir à un résultat inversement proportionnel à celui désiré : nous prendre une veste

Si nous n’acceptons pas l’éventualité d’un échec, nous déployons une énergie folle pour séduire. Mais, comme nous souffrons, nous cherchons à nous protéger et, dès lors, nous allons construire notre propre échec.

En effet, nous ne serons plus dans la séduction mais dans la tentative répétée de contrôler notre angoisse.

C’est un comportement qui nous marquera pour la prochaine tentative de séduction et peut-être finirons-nous par éviter toute tentative de séduction, Non par peur d’échouer, mais par peur de ne pas arriver à calmer l’angoisse qui nous prend en pareille situation.

Nous pouvons toujours utiliser la relaxation pour calmer l’angoisse ou la méditation de pleine conscience, ou encore essayer de contrôler votre rythme cardiaque.

Je sais que certaines personnes utilisent des benzodiazépines pour soigner leurs troubles anxieux. Certains vont jusqu’à se faire prescrire des antidépresseurs. Peut-être leur souci est-il d’éviter des symptômes physiques liés à des crises d’angoisses.

  • Alors, comment faire pour calmer l’angoisse ?
  • Que faut-il faire pour vaincre l’angoisse dont nous souffrons ?
  • Quelle stratégie faut-il utiliser pour mettre fin à notre crise d’angoisse matinale, nos crises d’angoisses nocturnes, ou à je ne sais quel autre type d’angoisse ?

Avant que je ne vous réponde, il est important de vous apporter une précision.

Sans doute certaines d’entre vous se posent posé la question de savoir pourquoi nous souffrons d’angoisse nocturne, d’angoisse au réveil, ou d’un certain type d’angoisse et pas d’un autre. En fait, c’est tout simple, pour ne pas écrire tout bête.

L’angoisse est une façon d’anticiper par rapport à un évènement que nous redoutons et subissons. Et, dans la plupart des cas,n nous avons peur de ne pas être à la hauteur d’une situation donnée, qu’elle échappe à notre contrôle.

Anticiper pour calmer l’angoisse est une erreur fatale

C’est en fonction de la valeur et de la force de notre anticipation que nous allons ressentir de l’angoisse à un moment ou à un autre, à un sujet ou à un autre. Ainsi, nous aurons plus ou moins de mal à calmer l’angoisse.

Par exemple, nous pouvons souffrir de crises d’angoisses nocturnes parce que notre esprit est très pré occupé par ce qu’il pourrait se passer le lendemain.

Nous sommes tellement occupé à essayer de trouver une solution pour calmer l’angoisse du moment que notre cerveau est comme hyper tendu. Nous sommes alors dans une forme d’hyper vigilance.

Notre cerveau ne peut pas faire son boulot dans ces conditions. Nous le sollicitons tellement, sur la foi de notre angoisse et de votre besoin, que nos questions et nos pensées finissent par avoir un caractère obsessionnel.

Ce besoin irrépressible et incontrôlable de trouver une solution à notre angoisse participe à ce que nous ayons toutes les peines du monde à trouver le sommeil. De plus, si nous nous endormons, il y a de fortes présomptions pour que nous fassions une crise d’angoisse nocturne – en nous réveillant brutalement – voire une attaque de panique nocturne.

Il en va de même en ce qui concerne les angoisses matinales à ceci près que c’est le matin au lieu d’être la veille au soir.

Comme si, avant d’aller nous coucher, nous redoutions de ne pouvoir dormir. Du coup, nous n’arrivons pas à nous endormir et sommes comme un élastique : au bord de la rupture, tellement tendu à l’idée de ne pas dormir alors que nous aimerions être détendu pour pouvoir nous endormir. C’est un cercle vicieux.

A tout cela, il existe non seulement des raisons mais aussi des mécanismes. Si nous n’identifions ni les raisons, ni le mécanisme, nous risquons de chercher longtemps des solutions pour calmer l’angoisse, sans jamais vraiment les trouver.

A ce propos, n’oublions pas qu’à trop vouloir calmer l’angoisse on risque une attaque de panique.

Si vous êtes habitué à lire mon blog, peut-être avez vous lu qu’il y a 3 phases à respecter pour calmer l’angoisse. Ces phases sont le suivantes :

  1. Contextualisation,
  2. Traitement,
  3. Consolidation.

Une phase de contextualisation est un processus particulier. Celui-ci nous permet de comprendre dans quels contextes, à quels moments, et de quelles façons nous ressentons de l’angoisse. Imaginez que c’est comme une photo que nous prenons de notre émotion jusqu’à en avoir une vision quasi chirurgical!.

La contextualisation est une façon d’intervenir pour cerner notre problème. Par exemple, notre difficulté à calmer l’angoisse. Comprendre le mécanismes de nos angoisses passe par un jeu de questions très précises, une série de questions qui ont à voir avec la vision que nous avons de notre problème.

Une solution pour calmer l’angoisse

Chaque réponse à chaque question amène sont lot de nouvelles questions.

Cette exploration contextuelle permet d’avoir une vision très précise de notre difficulté. C’est d’ailleurs au cours de cette contextualisation que les stratégies de résolutions commencent à se dessiner.

Il existe ainsi une multitude de questions. Elles ont pour vocation à comprendre le mécanisme de notre angoisse ou de nos crises d’angoisses. Ces questions permettent surtout d’éviter toute erreur d’interprétation.

Toutes nos réponses sont recoupées et appréciées sous différents angles, ce qui évite les erreurs de compréhension. Cela évite aussi de reproduire des erreurs passées et nous protège de mettre en place de « vieilles solutions », celles déjà expérimentées pour calmer l’angoisse et qui n’ont rien donné.

C’est au cours de cette phase de contextualisation que la vision du patient bouge de façon fort intéressante. Ces questions ont pour objet de nous aider à considérer notre problème d’une façon plus objective.

Il est très fréquent que les personnes qui me font confiance « sortent » de cette phase de contextualisation avec plus qu’un espoir de changement.

Ce dont je viens de vous parler est la 1ère phase du programme comportemental conçu pour calmer l’angoisse puis l’éliminer définitivement. Ce programme en ligne en comporte 5 en tout et vous garantit un résultat supérieur à 95%.

Si vous souhaitez en savoir plus quant à comment calmer l’angoisse, je vous invite à cliquer sur le lien ci-dessous.


La + efficace des solutions commence ci.

Reprenez le contrôle de votre vie en moins de 2 mois, sans médicaments, avec un taux de réussite supérieur à 95%.

Profitez de cette chance extraordinaire tout comme celles et ceux qui, avant vous, pensaient ne jamais s’en sortir.


Si vous avez des remarques à formuler, partager une expérience, ou donner un avis, je vous invite à utiliser le formulaire « commentaires » en-dessous du présent article.


Frédéric Arminot
Frédéric Arminot

Ancien grand anxio-dépressif, et victime d’angoisses aux multiples conséquences des années durant, je suis spécialisé dans le traitement des problèmes d'angoisse, d'anxiété, de dépression, de phobie, et de toc, et exerce depuis plus de 25 ans en qualité de comportementaliste (coach comportemental).   Mes compétences dans les domaines de l'approche systémique de Palo Alto (approche stratégique et brève orientée solution) me permettent de résoudre 16 cas sur 17 en moins de 2 mois (95 % de résultats).   Pour en savoir +, je vous invite à prendre connaissance du programme comportemental en ligne que j'ai conçu.   Si vous le souhaitez, vous pouvez aussi bénéficier de consultations thérapeutiques en cliquant sur ce lien :   Consultations thérapeutiques

Leave a Reply

Your email address will not be published.