Extrasystole et arythmie: Comment gérer ses troubles du rythme cardiaque

L’arythmie regroupe plusieurs anomalies du rythme cardiaque, parmi lesquelles on trouve l’extrasystole, provoquée par le stress ou non.

Une extrasystole correspond à une contraction précoce et trop rapide du cœur (plus précisément du myocarde). Résultat, cette contraction apparaît entre deux battements et donne l’impression que le cœur s’est arrêté.

C’est un problème désagréable et douloureux, mais bénin tant qu’il n’est pas associé à une pathologie plus sérieuse.

On peut agir sur les extrasystoles en modifiant son hygiène de vie et en apprenant à mieux gérer son stress.

Quels sont les symptômes des extrasystoles ?

Il est assez fréquent que les symptômes des extrasystoles ne soient pas perçus par le patient qui en souffre. Dans ce cas-là, c’est au hasard d’un électrocardiogramme que le médecin va les découvrir.

Néanmoins, les patients qui souffrent d’extrasystoles asymptomatiques sont toujours très nombreux à se plaindre de douleurs à la poitrine. Des douleurs souvent liées à ces extrasystoles.

Quand ils sont ressentis par le patient, les symptômes principaux des extrasystoles sont :

  • Des palpitations
  • L’impression que le cœur s’arrête, qu’il saute un battement
  • Des douleurs sous les seins

Il est important de noter que la plupart des extrasystoles se manifestent au repos, souvent quand le patient est allongé. Si elles sont ressenties pendant l’effort, alors elles peuvent témoigner d’un problème médical important. Il faut donc consulter un médecin.

De même, si vos extrasystoles sont fréquentes et nombreuses (apparition en salves), alors il faut consulter un cardiologue.

Les causes d’une extrasystole

Quelles sont les causes des extrasystole?Il existe de nombreuses causes qui peuvent expliquer l’apparition d’extrasystoles chez un patient.

Quand celui-ci souffre de problèmes cardiaques importants, alors les extrasystoles sont presque toujours directement liées à la pathologie en question.

Il faut donc alors directement soigner la cardiopathie pour faire disparaître les extrasystoles et les autres problèmes d’arythmie.

Cependant, quand les extrasystoles se manifestent sur un cœur sain, on peut leur trouver de multiples causes.

Néanmoins, elles sont plus difficiles à reconnaître dans ce cas-là, car elles n’apparaissent pas toujours à l’électrocardiogramme.

Dans tous les cas, une bonne manière de s’assurer qu’elles sont bénignes, c’est de vérifier qu’elles disparaissent bien pendant un effort physique important.

Parmi les causes les plus fréquentes, on trouve plusieurs pathologies qui ne sont pas liées au cœur :

Enfin, il est important de savoir que le stress et la consommation excessive de café ou d’alcool peuvent être à l’origine d’extrasystoles sporadiques, récurrentes ou non.

Comment le stress peut-il provoquer des extrasystoles ?

L’impact du stress sur l’organisme peut être très important. Il varie énormément d’une personne à l’autre. Il peut provoquer certaines maladies et en empirer d’autres. Dans le cas des extrasystoles, il peut être à l’origine de l’apparition de leur forme bénigne.

En revanche, il peut être un facteur aggravant très préoccupant chez ceux qui souffrent d’extrasystoles malignes.

Un cœur normal se contracte après avoir reçu une stimulation électrique née sur le nœud sinusal (qui se trouve dans l’oreillette droite du cœur). Cette contraction myocardique normale permet d’envoyer le sang à l’organisme.

Or, parfois, une stimulation électrique est envoyée au corps depuis un autre point de l’organisme. Cela provoque une contraction supplémentaire mal rythmée: une extrasystole.

En influençant les tensions présentes dans le corps et en perturbant le fonctionnement normal du cerveau et de l’organisme en général, le stress peut-être à l’origine de ces contractions involontaires.

Par ailleurs, la prise de certains médicaments pour lutter contre le stress, comme les antidépresseurs, peut être à l’origine d’extrasystoles.

Les différents types d’extrasystoles

Une extrasystole est donc une contraction arythmique du cœur due à une stimulation électrique qui ne vient pas du nœud sinusal. C’est justement l’origine de cette stimulation électrique qui va déterminer le type d’extrasystole dont le patient souffre.

Ce type va ensuite permettre de déterminer la gravité de l’extrasystole. Il existe trois grands types d’extrasystoles.

Extrasystole auriculaire ou atriale

Comme son nom l’indique, cette extrasystole est due à une stimulation électrique partant de l’oreillette du cœur. Il arrive que la stimulation parte de l’oreillette gauche, ou bien qu’elle parte de l’oreillette droite, mais pas du nœud sinusal.

Dans les deux cas, l’extrasystole est considérée comme bénigne. Elle ne change d’ailleurs presque pas la qualité de vie des personnes qui en souffre. Elle peut également être gérée sans médicament et simplement en diminuant son stress grâce à des techniques accessibles.

Extrasystole ventriculaire

Les extrasystoles ventriculaires sont les plus fréquentes. Elles peuvent être bénignes, mais elles peuvent aussi être le symptôme d’une cardiopathie plus grave. Elles appellent donc à des examens cardiologiques plus approfondis.

Comme leur nom l’indique, ces extrasystoles prennent naissance au niveau des ventricules. Plus précisément, la stimulation électrique apparaît entre le nœud de Tawara et les branches du faisceau de His.

Extrasystole supraventriculaire ou extrasystole jonctionnelle

Les extrasystoles jonctionnelles sont les plus rares. Elles apparaissent à cause de la stimulation qui naît à la jonction entre l’oreillette et le ventricule. Comme toutes les extrasystoles, elles sont bénignes sur un cœur sain. Néanmoins, elles peuvent provoquer des douleurs désagréables.

Si on souffre particulièrement de ses extrasystoles, il est impératif de modifier son hygiène de vie et de réduire son stress au quotidien pour prendre davantage soin de son cœur.

Est-ce que tout le monde a des extrasystoles ?

Les extrasystoles sont très fréquentes. Même chez les personnes saines. Tout le monde en fait plusieurs par jour, sans même s’en rendre compte. On remarque qu’elles augmentent avec l’âge, mais aussi chez les femmes enceintes.

Il s’agit de la conséquence naturelle des modifications hormonales de la grossesse ou du vieillissement.

En revanche, il est moins fréquent de ressentir ces extrasystoles. Comme nous l’avons déjà dit, les extrasystoles perçues pendant l’effort sont dangereuses. Celles que vous ressentez au repos sont bénignes, mais elles peuvent être pénibles.

D’ailleurs, puisque l’immense majorité des gens ne les ressentent jamais, il n’est pas tout à fait normal de les ressentir.

Cela ne veut pas dire que votre santé est en danger, mais cela peut témoigner d’une fréquence élevée de ces extrasystoles. Heureusement, il est possible de diminuer, voire de faire disparaître, ces douleurs.

Pour cela, vous pouvez changer votre alimentation et vos habitudes. Vous pouvez aussi consulter des comportementalistes professionnels qui vous aideront à mieux gérer votre stress au quotidien.

“COMMENT VAINCRE LE STRESS DE FAÇON NATURELLE?”

LA + EFFICACE DES SOLUTIONS COMMENCE ICI

Comment soigner une dépression nerveuse: Regarder la vidéo de présentation de la méthode comportementale

16 CAS RÉSOLUS SUR 17

Cette méthode offre un véritable espoir à celles et ceux qui pensaient ne jamais s’en sortir

Les extrasystoles sont-elles dangereuses ?

D’une manière générale, les extrasystoles ne sont pas graves. Un cœur sain en produit plusieurs par jours sans la moindre conséquence.

En revanche, dans le cas de certaines cardiopathies, cette arythmie provoquée par les extrasystoles peut être dangereuse.

Elle peut même mener à l’arrêt cardiaque et à la mort.

Les extrasystoles sont-ils dangereux pour la santé?Par ailleurs, comme les extrasystoles ne sont pas toujours ressenties par les patients qui en souffrent, il est important de consulter régulièrement un cardiologue à partir d’un certain âge.

En surveillant votre rythme cardiaque, il pourra s’assurer que vous ne courez aucun risque.

Enfin, que vous ressentiez vos extrasystoles ou non, que vous souffriez d’une cardiopathie importante ou non, vous avez tout intérêt à limiter ce phénomène.

L’impact du stress et d’une mauvaise hygiène de vie sur la santé du cœur à long terme n’est pas un mythe.

Prenez donc soin chaque jour de vous en apprenant à surmonter le stress et à vous en débarrasser, avec l’aide d’un comportementaliste spécialiste de l’anxiété par exemple.

Quelles sont les extrasystoles graves ?

Parmi les trois extrasystoles qui existent (auriculaire, ventriculaire ou supraventriculaire), aucune n’est particulièrement plus dangereuse qu’une autre. Elles sont toutes bénignes quand elles interviennent sur un cœur sain.

Elles ne deviennent inquiétantes sur un cœur en bonne santé que lorsque leur nombre quotidien est trop important.

On peut alors craindre des conséquences à long terme sur le muscle cardiaque. On parle alors d’extrasystole en salve.

Qu’est-ce que des extrasystoles en salve ?

Les extrasystoles peuvent être uniques, multiples ou en salve. Une extrasystole unique n’a aucune conséquence, même si elle est ressentie. Les extrasystoles multiples sont les plus fréquentes, surtout chez les personnes anxieuses.

Même si elles ne sont pas ressenties, elles peuvent se compter en dizaines par jour.

Lorsque le nombre quotidien d’extrasystoles dépasse les 20 000, on parle alors d’extrasystoles en multiples en salves. À cette fréquence, elles deviennent dangereuses pour la santé. Elles peuvent avoir un impact sur la santé du muscle cardiaque et peuvent provoquer des syncopes et des arrêts cardiaques.

Extrasystoles au repos et anxiété

Lorsqu’une extrasystole apparaît pendant l’effort, elle est préoccupante, parce qu’elle témoigne de la présence d’une cardiopathie et d’un risque accru d’arrêts cardiaques. Il faut donc immédiatement consulter un médecin et un cardiologue.

Heureusement, la majorité des extrasystoles apparaît au repos.

En revanche, ressentir des extrasystoles quand on est simplement allongé sans faire d’effort est souvent un signe d’anxiété importante. Si vous ne prenez aucun médicament et ne souffrez d’aucune pathologie particulièrement, des extrasystoles multiples ou en salves doivent être considérées par le prisme d’un trouble anxieux.

L’impact du stress, de l’anxiété et l’angoisse sur l’état de santé global d’un patient est très important. Le cœur comme le reste souffre de ces troubles anxieux. Pis encore, ressentir des extrasystoles sans connaître leur origine peut être une source importante d’anxiété.

Une anxiété qui va ensuite augmenter la quantité d’extrasystoles au quotidien.

Les extrasystoles et l’estomac : digestion et ballonnement

Sur Internet et dans les cabinets des médecins, il est fréquent que les personnes anxieuses souffrant d’extrasystoles se plaignent également de ballonnements douloureux.

Plus généralement, ils relient leurs extrasystoles à des problèmes de digestion gênants et douloureux au quotidien. Pourtant, le lien entre une contraction du cœur et l’estomac n’est pas évident à faire.

En réalité, ce lien est surtout à aller chercher du côté de l’anxiété et de ses conséquences. Effectivement, les personnes anxieuses peuvent souffrir davantage d’extrasystoles.

Ils entrent alors souvent dans un cercle vicieux où l’anxiété favorise les extrasystoles et où les extrasystoles favorisent l’anxiété.

Or, l’anxiété a aussi des impacts importants sur l’estomac, la digestion et la flore intestinale.

Voilà pourquoi il est fréquent que les personnes anxieuses associent leurs extrasystoles à des problèmes des digestions. Il s’agit parfois simplement de brûlures d’estomac ou de remontée acide.

Plus rarement, ces douleurs proviennent d’une contraction involontaire de l’œsophage ou de l’estomac. Cette contraction aussi est liée à l’anxiété et peut aller jusqu’à provoquer des vomissements.

Ici encore, la solution consiste à apprendre à mieux gérer son stress à travers des techniques simples et accessibles, ou bien grâce à l’aide d’un professionnel.

Comment faire passer des extrasystoles ?

Lorsqu’un cardiologue constate la présence d’extrasystoles, il va essayer de déterminer si elles sont liées à une cardiopathie plus grave. Si c’est le cas, les extrasystoles disparaîtront grâce au traitement de la maladie.

Si les extrasystoles sont bénignes et indépendantes de toute pathologie, il est fréquent de ne rien faire de particulier.

En revanche, si les extrasystoles sont trop nombreuses (plus de 20 000 par jour) ou qu’elles représentent une gêne importante au quotidien, on peut les traiter médicalement. Généralement, le médecin prescrit des bêtabloquants.

Ils permettront de réduire les extrasystoles, voire de les faire disparaître. Ces médicaments disponibles seulement sur ordonnance permettent également de diminuer l’anxiété. Ils ne sont cependant pas utilisés pour les personnes souffrant d’anxiété.

Comment arrêter les extrasystoles naturellement ?

Des traitements médicamenteux existent contre les extrasystoles, l’anxiété et le stress en général. Cependant, la prise quotidienne de médicament sur le long terme n’est pas une bonne solution.

Non seulement elle peut être handicapante (impossibilité de conduire par exemple), mais elle peut aussi être dangereuse pour l’organisme.

Il est donc préférable de se tourner vers des traitements plus naturels.

La première solution envisagée par tous les médecins généralistes face à une extrasystole bénigne, c’est le magnésium. Les conséquences d’une cure de magnésium sont nombreuses.

Elle permet de lutter contre la fatigue, les troubles du sommeil, l’irritabilité, l’anxiété et bien d’autres choses.

Elle peut donc traiter les causes de l’extrasystole chez les personnes souffrant de trouble anxieux.

Enfin, l’un des meilleurs traitements naturels contre les extrasystoles, c’est de lutter contre son stress. C’est une démarche essentielle pour vivre une vie plus tranquille et reposée.

Retrouver une hygiène de vie de qualité ne pourra pas se faire sans vaincre d’abord son stress. Heureusement, les personnes anxieuses ne sont pas seules sur ce chemin et peuvent compter sur l’aide de professionnels comme les comportementalistes.

L’aubépine pour calmer les troubles cardiaques

Aussi incroyable que cela puisse paraître, les plantes ont également des vertus capables d’accompagner la lutte contre les troubles cardiaques.

Plus particulièrement, les palpitations, l’arythmie et les extrasystoles peuvent être apaisées en utilisant différentes plantes pour leurs vertus.

L’aubépine contre les extrasystoles

Les boissons à base d’extraits d’aubépine contiennent de quoi lutter contre les extrasystoles. Effectivement, les extraits d’aubépine contiennent des flavonoïdes et des proanthocyanidines qui permettraient de prendre soin du cœur.

Des études sur les animaux ont permis de montrer que l’aubépine renforçait les contractions du muscle cardiaque. Cela permet également de leur donner un rythme plus régulier.

La valériane contre les palpitations

La valériane contient de nombreuses substances intéressantes comme l’acide valérénique, les valépotriates, la glutamine, etc. Quand toutes ces substances sont consommées en même temps, dans une tisane par exemple, elles ont un effet calmant excellent pour lutter contre les palpitations.

Cela permet de réduire les risques d’arythmies liés à l’excitabilité et l’anxiété. Idéal donc pour contrer les effets néfastes du café ou de l’alcool.

La passiflore pour ses effets sédatifs

Enfin, la passiflore aussi semble avoir des effets très positifs sur l’excitabilité et l’anxiété. Certains n’hésitent d’ailleurs pas à la qualifier de sédative.

Cependant, aucune étude scientifique sérieuse ne permet d’affirmer que la passiflore aurait de telles vertus. D’ailleurs, elle est très souvent utilisée avec l’aubépine.

Il est difficile donc de savoir si la passiflore a de vraies vertus indépendantes de ce mélange.

Peut-on guérir des extrasystoles ?

Dans la majorité des cas, les extrasystoles sont bénignes. Tout le monde en a et la plupart des gens ne les sentent même pas. Les extrasystoles gênantes et douloureuses concernent donc surtout les personnes atteintes d’une cardiopathie et les personnes anxieuses.

Dans le premier cas, un traitement de la maladie cardiaque permet également de guérir le patient de ses extrasystoles.

Un comportementaliste vous aide à guérir des extrasystoles.Chez les personnes anxieuses, guérir de ses extrasystoles est un processus plus long et délicat.

Néanmoins, ce n’est pas impossible. Avec l’aide d’un comportementaliste professionnel et spécialisé dans la gestion du stress, de l’anxiété et de l’angoisse, on peut obtenir de bons résultats.

Surtout, pour se guérir des extrasystoles, il faut apprendre à contrôler et à gérer son stress au quotidien. Sans cet apprentissage, les extrasystoles pourront revenir rapidement et fréquemment.

Or, c’est justement le sentiment d’impuissance et de solitude face à ces douleurs qui dérange souvent ceux qui en souffrent.

Un bon comportementaliste vous aidera donc à lutter contre votre anxiété, mais également à la gérer au quotidien. C’est à cette condition que vous pourrez guérir de vos extrasystoles et ne plus jamais en souffrir.

Quelle différence entre extrasystole et arythmie ?

L’extrasystole correspond à une stimulation électrique inhabituelle du muscle cardiaque. Elle a pour conséquence un dérèglement du rythme cardiaque. Cet impact sur le rythme des battements du cœur, c’est justement ce que la cardiologie appelle une arythmie.

L’arythmie, de son côté, est un problème très répandu qui correspond à un fonctionnement anormal de l’électricité cardiaque. On parle d’arythmie dès lors que les battements du cœur ne correspondent pas à un rythme normal au repos : 50 à 80 battements par minutes. L’accélération, le ralentissement ou le dérèglement du rythme cardiaque correspond à de l’arythmie.

Il n’y a donc pas de différence à proprement parler entre l’arythmie et l’extrasystole. En fait, l’extrasystole est un dysfonctionnement de l’électricité cardiaque que les médecins rangent dans la catégorie des arythmies.

Arythmie, tachycardie, bradycardie, extrasystole: quelles différences ?

L’arythmie désigne donc tous les dysfonctionnements de l’électricité cardiaque qui mènent à un trouble du rythme cardiaque. Selon la nature du dérèglement, on ne parlera pas du même type d’arythmie. Les quatre grandes catégories d’arythmie sont les suivantes :

  • Extrasystoles : l’électricité cardiaque est produite dans un lieu inhabituel. Résultat, le cœur se contracte entre deux battements, entraînant ensuite une pause qui donne l’impression de louper un battement
  • Fibrillation auriculaire : comme l’extrasystole, elle correspond à un dérèglement du rythme cardiaque accompagné d’une accélération importante (400 battements par minutes)
  • Bradycardie : elle correspond à un ralentissement du rythme cardiaque (moins de 50 battements par minute au repos)
  • Tachycardie : elle correspond à une accélération du rythme cardiaque au repos (plus de 100 battements par minute)

Quels sont les symptômes de l’arythmie ?

L’arythmie est fréquente chez les personnes saines. La plupart du temps, elle n’est même pas ressentie quand elle intervient. Résultat, nous vivons toute notre vie normalement en ignorant les légères arythmies que subit notre cœur quotidiennement.

Dans ce cas-là, les arythmies sont dites asymptomatiques et ne provoquent aucune inquiétude.

Chez les personnes en bonne santé, les symptômes de l’arythmie sont généralement légers et très courts. On les ressent alors comme une petite pointe dans la poitrine ou un léger frémissement.

L’accélération très courte du rythme cardiaque peut être perturbante quand on ressent pour la première fois, mais elle est sans gravité.

Enfin, il arrive que l’arythmie présente des symptômes plus sévères et prolongés. Généralement, on retrouve ces symptômes chez les personnes anxieuses. Comme pour l’extrasystole, leur anxiété favorise l’arythmie et l’arythmie favorise l’anxiété.

Elles se retrouvent coincées dans un cercle vicieux. L’arythmie devient alors une cause et un symptôme actif des crises d’angoisse.

L’aide d’un spécialiste de la question, un comportementaliste par exemple, devient alors nécessaire.

L’arythmie est-elle dangereuse ?

L’arythmie est très généralement bénigne. Quand elle présente des désagréments au quotidien pour les patients, il leur est souvent conseillé d’apprendre à gérer eux-mêmes leur rythme cardiaque.

Pour y parvenir, ils peuvent apprendre un peu de cohérence cardiaque ou travailler avec des experts comme les comportementalistes.

Néanmoins, il ne faut pas négliger la potentielle dangerosité de l’arythmie chez certains patients. Quand elle se présente sur un cœur sain, elle ne pose pas de problème, mais elle peut entraîner des syncopes ou des arrêts cardiaques sur un cœur malade.

D’où la nécessité de consulter un cardiologue avant de savoir s’il est possible traiter son arythmie soi-même.

Enfin, la fibrillation auriculaire est une forme d’arythmie plus dangereuse que les autres. Effectivement, elle implique que les oreillettes du cœur fonctionnent mal pendant les périodes d’arythmie.

Résultat, elles évacuent mal le sang et des caillots peuvent s’y former. Ils peuvent ensuite provoquer de nombreuses complications. Pour calmer vos angoisses et vous assurer que votre arythmie est bénigne, consultez donc un médecin.

Anxiété et arythmie cardiaque

Le lien entre l’anxiété et l’arythmie cardiaque est assez bien admis par la population, même s’il n’est pas toujours bien compris. Effectivement, le stress et l’anxiété sont des réactions normales et nécessaires face à une situation dangereuse ou préoccupante.

Ce n’est donc pas de cela que l’on parle quand on fait le lien entre l’anxiété, le stress et les problèmes cardiaques (dont l’arythmie fait partie, même si elle est bénigne).

Le stress ressenti au quotidien peut mener à l’anxiété, c’est-à-dire une forme plus profonde de stress. Or, l’anxiété accroît considérablement le risque de palpitations et d’arythmie. De même, elle encourage des comportements à risques comme la suralimentation ou la consommation de tabac, d’alcool et de drogues.

Autant de produits néfastes pour le cœur. D’une manière plus générale, le stress et l’anxiété provoquent des réactions chimiques dans le corps qui sont mauvaises pour le cœur.

Effectivement, l’anxiété rappelle de manière primitive au corps la nécessité de fuir. Il relâche donc des lipides dans le sang en prévision d’un effort à venir. Dans le cas d’une anxiété généralisée, ces lipides ne sont jamais consommés, car il n’y a pas de réel danger.

Cela fait grimper le cholestérol alors que les plaquettes s’accumulent sur les parois des artères. Contacter un comportementaliste pour apprendre à gérer une anxiété excessive est donc une question de santé importante.

Qu’est-ce qui provoque l’arythmie ?

Les causes à l’origine de l’arythmie sont nombreuses. La plus souhaitable, c’est évidemment le vieillissement. À mesure que l’on avance en âge, le cœur fatigue inévitablement. Il est donc plus souvent sujet à l’arythmie.

Plus tristement, on retrouve dans les causes de l’arythmie toutes les maladies cardiaques, les maladies héréditaires, les problèmes de thyroïde et les troubles endocriniens.

Il y a également l’hygiène de vie qui joue un grand rôle. Consommer du café, du thé, du tabac, de l’alcool ou des drogues en trop grande quantité est un facteur décisif.

Si vous souffrez d’arythmies douloureuses, commencez par réduire (voir supprimer) votre consommation.

D’autant plus que certaines maladies comme l’obésité et l’hypertension artérielle sont également des facteurs déclencheurs de l’arythmie.

Enfin, comme nous venons de l’expliquer, l’anxiété aussi est une cause importante de l’arythmie. D’abord à court terme en plaçant les personnes anxieuses dans des états qui favorisent l’arythmie.

Puis, à long terme, quand l’anxiété est à l’origine de nombreux problèmes physiologiques comme l’hypertension.

L’arythmie cardiaque provoque-t-elle la fatigue ?

Les personnes qui souffrent d’arythmie se plaignent aussi souvent de se sentir très fatiguées. Effectivement, la fatigue peut être une des conséquences de l’arythmie, surtout de la brachycardie.

Dans ce cas-là, le ralentissement du cœur ne permet pas à l’organisme d’être correctement alimenté. Le sentiment de fatigue est donc tout à fait normal.

Par ailleurs, une arythmie causée par un trouble anxieux peut tout à fait favoriser l’apparition d’un syndrome de fatigue générale. L’anxiété comme l’arythmie fatigue l’organisme, notamment en réduisant la qualité du sommeil.

Si vous ressentez une grande fatigue et un peu d’arythmie, consultez votre médecin. En cas d’arythmie bénigne, vous pouvez alors vous tourner vers un comportementaliste qui vous aidera à vaincre stress, angoisse et anxiété pour retrouver un sommeil réparateur de qualité.

Est-ce que l’arythmie se soigne ?

La plupart du temps, l’arythmie est bénigne, sans aucun danger et ne se soigne pas. On ne recommande de traitements médicamenteux que dans deux cas. D’abord si l’arythmie est due à une maladie cardiaque plus grave.

Ensuite, si l’arythmie atteint des proportions trop importantes qui risquent de nuire à la santé ou au bon développement du muscle cardiaque.

Chaque type d’arythmie nécessitant un traitement requiert des médicaments différents et adaptés au patient. Souvent, les médecins commencent par proposer des bêtabloquants. Ils ne sont prescrits que très rarement et face à des cas extrêmes.

Effectivement, être mis sous traitement prolongé est mauvais pour l’organisme. Il vaut mieux explorer d’abord d’autres techniques pour gérer ses arythmies, surtout si elles sont dues à l’anxiété et qu’un comportementaliste peut régler la question.

Comment vivre avec une arythmie ?

Peut-on vivre normalement avec une arythmie cardiaque ? Oui ! Surtout, il faut absolument vivre normalement. Une arythmie bénigne ne doit pas vous empêcher de vivre. Surtout, elle ne doit pas vous pousser à vivre dans la peur et la crainte.

La conséquence la plus néfaste de l’arythmie dans bien des cas, c’est justement de faire peur à ceux qui en souffrent. Une réaction évidemment plus présente chez les personnes anxieuses.

Quel sport pratiquer avec une arythmie ?

L’arythmie cardiaque ne doit donc pas vous empêcher de vivre et elle ne doit pas vous empêcher de faire du sport.

On privilégiera surtout les sports d’endurance comme la natation, la course à pied ou le cyclisme. Sans jamais oublier d’écouter son corps, ses sensations et ses douleurs, on utilisera ses sports pour améliorer sa santé cardiaque. Une manière parfaite de lutter contre l’arythmie et l’anxiété.

En revanche, les médecins ont tendance à déconseiller les sports trop intenses ou propices aux chocs traumatiques : tennis, badminton, plongée, basket, rugby, boxe, etc. Bien sûr, tout dépend de votre âge et des raisons de votre arythmie.

L’arythmie bénigne chez une jeune personne de moins de trente ans n’est pas une contre-indication.

Les aliments à éviter quand on fait de l’arythmie cardiaque

D’une manière générale, on évitera les éléments mauvais pour le cœur quand on a une tendance à faire de l’arythmie. Peu importe si elle est bénigne ou causée par l’anxiété, toutes les occasions sont bonnes pour prendre soin du muscle cardiaque.

Il faudra donc éviter tous les produits alimentaires trop riches en gras, en sucre et en sel. Surtout, il faudra se tenir le plus loin possible des produits transformés et des plats préparés qu’il suffit de réchauffer.

De plus, comme vous le savez probablement, l’alimentation a un impact très important sur notre santé psychique. L’estomac, notre deuxième cerveau, peut provoquer des crises d’anxiété et des dépressions quand il est mal nourri. L’alimentation est donc essentielle pour lutter contre l’anxiété, et donc contre l’arythmie.

Les traitements naturels de l’arythmie cardiaque ?

Le meilleur traitement naturel contre l’arythmie cardiaque bénigne, c’est d’apprendre à mieux contrôler son anxiété et son rythme cardiaque. Gérer l’angoisse peut se faire avec l’aide d’un comportementaliste.

À travers une méthode précise et éprouvée, il vous aidera à faire face à vos problèmes d’anxiété pour vaincre définitivement votre trouble anxieux.

Apprendre à gérer son rythme cardiaque peut aussi se faire à travers un parcours pour mieux gérer l’angoisse. Néanmoins, il est possible d’apprendre des techniques utiles au quotidien en s’entraînant à la méditation et à la cohérence cardiaque.

Dans tous les cas, il est important de se rappeler le rapport essentiel et intime entre la santé psychique et la santé physique. L’un ne va malheureusement pas sans l’autre.

Si vous êtes inquiétés par votre arythmie, vous devez absolument vous intéresser aux moyens d’améliorer votre seuil de tolérance au stress en apprenant à gérer l’anxiété.

“COMMENT TRAITER L’ANXIÉTÉ DE FAÇON NATURELLE?”

LA + EFFICACE DES SOLUTIONS COMMENCE ICI

Comment gérer le stress? Regarder la vidéo de présentation de la méthode comportementale

16 CAS RÉSOLUS SUR 17

Cette méthode offre un véritable espoir à celles et ceux qui pensaient ne jamais s’en sortir

Article rédigé par Frédéric Arminot, coach comportemental
.
Qui est Frédéric Arminot, coach comportemental?Spécialisé dans le traitement des problèmes d‘angoisse, d’anxiété, de dépression, de phobie, et de toc, il exerce depuis plus de 25 ans en qualité de comportementaliste.
.
Ancien grand anxieux, et victime d’angoisses aux multiples conséquences des années durant, il a créé un programme de thérapie comportementale en ligne: Le Programme ARtUS.
.
Cette méthode thérapeutique résout 16 cas sur 17, soit + 95 % de résultats.
.
Pour regarder la vidéo de présentation de ce programme, vous êtes invité(e) à cliquer sur le lien ci-dessous:
.
“Je Souhaite Regarder La Vidéo De Présentation Du Programme ARtUS”

| Frédéric Arminot

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Défiler vers le haut