Il y a de fortes chances pour que depuis un certain temps vous soyez en recherche de solutions aux troubles obsessionnels compulsifs. Par extension, de fortes probabilités, puisque vous commencez à lire cet article, que vous n’ayez toujours pas trouvé votre bonheur à ce propos.

Avant de que vous parler de solution aux toc, je vous invite à prendre connaissance de tous ces éléments dès maintenant mais, auparavant, il me semble important de vous préciser tout ce que vous devez savoir sur les tocs.

Pour commencer, sachez que les troubles obsessionnels compulsifs, ou toc, sont des troubles de santé mentale responsables de souffrances significatives lesquelles perturbent la vie quotidienne d’une personne.

Pour information, les tocs concernent 2 à 3% de la population française et touchent les personnes avant l’âge de 65 ans dans plus de 60% des cas (Source: INSERM)

Les obsessions et les compulsions caractéristiques des troubles obsessionnels compulsifs sont fréquemment envahissantes, chroniques et difficiles à contrôler.

Si vous êtes impatient(e), vous pouvez dès maintenant prendre connaissance de l’article lié au traitement naturel des toc.

Les troubles obsessionnels compulsifs sont-ils 1 maladie mentale ?

Oui, les troubles obsessionnels compulsifs sont considérés comme une maladie mentale puisque classés comme des troubles de l’anxiété par le Manuel Diagnostique et Statistique des Troubles Mentaux (DSM-5).

Ils sont appréciés comme tels car ils affectent le fonctionnement mental, émotionnel et comportemental d’une personne.

Signes et symptômes des troubles obsessionnels compulsifs

Les tocs se caractérisent par deux éléments principaux :

  1. Les obsessions,
  2. Les compulsions.

Les obsessions sont des pensées, images ou idées récurrentes et envahissantes qui provoquent de l’anxiété.

Les compulsions, quant à elles, sont des comportements répétitifs que la personne effectue en réponse à ses obsessions pour réduire l’anxiété ou prévenir ce qu’elle considère comme une catastrophe en devenir.

Les signes courants de troubles obsessionnels compulsifs incluent les facteurs ci-après :

  • La peur excessive de la saleté ou des germes.
  • Des préoccupations constantes pour l’ordre, la symétrie ou la perfection.
  • La nécessité de compter ou de répéter des actions spécifiques.
  • Des pensées intrusives violentes ou inappropriées.
  • La collection excessive d’objets inutiles.
Troubles obsessionnels compulsifs: les symptômes

Pour information, les compulsions ont pour conséquences des troubles de la concentration ce qui signifie être empêché(e) de se concentrer sur un autre objet d’intérêt que celui relatif aux obsessions.

Cela signifie qu’une personne est à même de se concentrer de façon obsessionnelle sur l’alignement d’un objet sur un meuble mais être dans l’incapacité de focaliser son attention sur une tâche qui ne relève pas d’un caractère obsessionnel.

Troubles obsessionnels compulsifs les plus courants

Le troubles obsessionnels compulsifs prennent de nombreuses formes, et chacun(e) exprime des obsessions et des compulsions différentes.

Dès lors, de tels problèmes se caractérisent par des obsessions et des compulsions spécifiques :

  • TOC de contamination,
  • TOC de vérification,
  • TOC de comptage,
  • TOC de répétition,
  • TOC de pensées intrusives,
  • TOC de collection compulsive (syndrome de Diogène),
  • Obsessions religieuses.

Qu’est-ce qui provoque les troubles obsessionnels compulsifs ?

Les causes exactes des tocs ne sont pas clairement identifiées. Il est probable qu’elles résultent d’une combinaison de facteurs génétiques, neurobiologiques et environnementaux.

Le stress, les traumatismes et les changements hormonaux peuvent également contribuer à l’apparition de ces symptômes d’anxiété.

Je vais essayer d’être plus clair en détaillant de quoi il retourne et, ce faisant, vous comprendrez mieux ce qui provoque ce type de réaction en chaine.

Ce type de trouble mental appartient à une catégorie de troubles mentaux caractérisés par la présence de pensées intrusives et récurrentes, appelées « obsessions », lesquelles provoquent une anxiété significative, ainsi que des comportements ritualisés et répétitifs, appelés « compulsions ».

Les tocs ont alors un impact significatif sur la vie d’une personne, perturbant son fonctionnement social, professionnel et personnel.

Les obsessions

Les obsessions sont des pensées, des images mentales ou des peurs obsédantes qui se répètent de manière persistante et indésirable.

Ces pensées sont souvent vécues comme intrusives, inappropriées et sources d’anxiété.

Les obsessions les plus courantes incluent la peur de la contamination, les pensées violentes, les doutes excessifs, les préoccupations liées à l’ordre et à la symétrie.

Les compulsions

Les compulsions sont des comportements ou des actes mentaux répétitifs que les personnes atteintes de toc expriment en réponse à leurs obsessions.

Les compulsions sont le plus souvent destinées à réduire l’anxiété provoquée par les obsessions, et ceci bien qu’elles puissent également être réalisées selon des règles strictes ou en suivant une séquence particulière.

Par exemple, quelqu’un qui craint la contamination peut se laver les mains de manière excessive et rituelle.

Il s’agit donc là d’accomplissements qui n’ont pas de cesse et qui ont une fonction particulière : le souci de se rassurer. Plus la personne produit ce type de comportement, moins elle est rassurée, plus elle perd le contrôle ce qui, bien évidemment, renforce l’anxiété.

En effet, la personne ne sait que rarement préciser ce qui lui a fait s’interrompre dans l’accomplissement de sa compulsion et, le plus souvent, elle éprouve le besoin de recommencer ce qui l’épuise et la stresse plus encore puisqu’elle perd la maitrise d’elle même et de ce qu’elle vit comme un problème.

Anxiété et souffrances

Les obsessions et les compulsions entraînent une anxiété significative et une souffrance émotionnelle. Les tentatives de résister à ces pensées obsédantes ou de les ignorer sont souvent infructueuses.

Je vous ai expliqué pourquoi dans le chapitre précédent.

Interférences dans la vie quotidienne

Les comportements compulsifs prennent énormément de temps, en plus de consommer une énergie folle, ce qui entraîne une diminution de la productivité au travail ou à l’école, des difficultés dans les relations interpersonnelles et une perte de qualité de vie générale.

Distinction d’avec d’autres troubles anxieux

Il est important de distinguer ces troubles d’autres troubles mentaux, tels que l’anxiété généralisée ou les troubles de la personnalité.

Les troubles obsessionnels compulsifs sont caractérisés par la présence de pensées obsessionnelles et de comportements compulsifs spécifiques qui les différencient d’autres symptômes de troubles anxieux.

Origines et causes des troubles obsessionnels compulsifs

Les troubles obsessionnels compulsifs sont des troubles mentaux complexes dont l’origine et les causes sont le résultat d’une interaction complexe entre des facteurs génétiques, neurobiologiques, psychologiques et environnementaux.

Comprendre ces éléments peut aider à mettre en lumière le développement de ce trouble émotionnel.

Des facteurs génétiques

Des études ont suggéré qu’il existe une prédisposition génétique aux obsessions comme aux compulsions.

Ainsi, des personnes ayant certains antécédents familiaux difficiles sont plus susceptibles de développer ce type de trouble anxieux.

Dès lors, l’éducation, l’environnement affectif et familial, des parents anxieux, etc., sont autant d’éléments susceptibles de générer obsessions et compulsions.

Des recherches sur les jumeaux ont montré que si l’un des jumeaux a un problème de compulsion, l’autre a un risque plus élevé de le développer, renforçant l’hypothèse d’une composante génétique.

Que dit la neurobiologie ?

Les chercheurs ont identifié des irrégularités au niveau des neurotransmetteurs, en particulier la sérotonine, dans le cerveau des personnes victimes de tocs.

Ces anomalies contribuent à la régulation des humeurs et de l’anxiété, jouant ainsi un rôle dans le développement de comportements obsessionnels et compulsifs.

Les facteurs psychologiques

Des facteurs psychologiques, tels que des expériences traumatisantes ou des événements stressants de la vie, peuvent déclencher ou aggraver les troubles obsessionnels.

Les obsessions émergent alors en réponse à ces événements, et les compulsions sont utilisées pour faire face à l’anxiété correspondante, ce qui prouve, comme tout problème et si paradoxal que cela est, que la compulsion a un intérêt.

Des comportements d’apprentissage

Les tocs peuvent également résulter de comportements d’apprentissages.

Par exemple, si une personne associe un comportement compulsif, comme le lavage excessif des mains, à une réduction de l’anxiété, elle est plus encline à répéter ce comportement pour obtenir un soulagement temporaire lequel, je me permets de vous le rappeler, enrichit le problème.

Les facteurs environnementaux

Des facteurs environnementaux, tels que des infections microbiennes ou des complications pendant la grossesse, ont été examinés pour leur rôle potentiel dans le développement des ces troubles.

Cependant, la relation exacte entre ces facteurs et les tocs nécessite des recherches plus approfondies.

Le rôle des croyances limitatives

Les modèles de croyances, ou des idées limitatives, jouent un rôle important dans un toc.

Les personnes victime d’un toc ont souvent des croyances irrationnelles et des pensées obsessionnelles qui renforcent leurs compulsions.

Par exemple, la croyance que ne pas vérifier la fermeture d’une porte entraînera un accident grave peut conduire à des vérifications répétitives.

Interactions de facteurs

Il est important de noter que les tocs ne résultent généralement pas d’un seul facteur, mais plutôt de l’interaction de plusieurs éléments.

Les facteurs génétiques créent parfois une prédisposition, tandis que des facteurs environnementaux ou psychologiques déclenchent l’apparition des symptômes.

Comprendre l’origine et les causes des tocs est un domaine de recherches en constante évolution.

Il est essentiel de souligner qu ‘il s’agit dans ce domaine de troubles médicaux réels et qu’ils ne sont pas le résultat de faiblesses personnelles ou de comportements volontaires.

Le traitement et le soutien nécessaire sont disponibles pour aider les personnes qui souffrent à gérer et à améliorer leur quotidien de sorte à ce qu’elles trouvent la paix de l’esprit à laquelle elles aspirent.

Ainsi, la thérapie comportementale donne des résultats supérieurs à 95% comme le précise ce protocole de traitement disponible en ligne (lire en bas du présent article).

Les troubles obsessionnels compulsifs ont-ils un intérêt ?

Les tocs sont généralement associés à des pensées obsessionnelles envahissantes et à des comportements compulsifs perturbants, ce qui provoque détresse et anxiété.

Cependant, il est important de reconnaître qu’il existe des aspects plus nuancés à prendre en compte dans l’intérêt des toc.

Une sensibilité et une conscience plus forte

Les personnes concernées ont souvent une sensibilité aiguë quant à leur environnement et à leur propre expérience intérieure. Cette sensibilité peut les rendre plus conscientes des détails et des nuances qui échappent à d’autres.

Dans certains cas, cette qualité peut être un atout dans des domaines tels que l’art, la science ou la créativité.

Persévérance et obstination

Les personnes victimes de comportements compulsifs et obsessionnels sont souvent dotées d’une grande persévérance.

Leur capacité à se concentrer intensément sur une tâche peut les aider à atteindre des niveaux élevés d’accomplissement dans des domaines spécifiques.

Cependant, il est important de prendre acte que cette tendance à l’obstination peut avoir comme conséquence des comportements autodestructeurs.

Une sensibilité conséquente

Bien que les tocs soient souvent associés à des pensées intrusives indésirables, certaines personnes ont découvert que leurs obsessions stimulent leur créativité.

Ces obsessions alimentent des réflexions profondes et des explorations artistiques, bien que cela puisse être accompagné d’un fardeau émotionnel parfois lourd à porter.

Organiser et planifier : le propre de la personne anxieuse

Le besoin de maintenir l’ordre et la symétrie, particulièrement fréquent chez ce type de patient(e), peut les rendre exceptionnellement organisées et attentives aux détails.

Qualité, j’en conviens, qui peut être un atout dans des domaines tels que la gestion de projet, la recherche ou la planification minutieuse.

Une empathie développée

La sensibilité accrue des personnes compulsives peut les rendre plus empathiques que la moyenne générale et capables de mieux comprendre les luttes des autres.

Cela peut les amener à s’investir dans des activités de soutien ou de conseil aux personnes confrontées à des défis similaires.

Troubles obsessionnels compulsifs: avoir de l'empathie

Reconnaissance de ses besoins

Un toc peut également avoir l’effet positif de sensibiliser les individus à l’importance de la santé mentale.

Les personnes atteintes de troubles obsessifs qui cherchent un traitement et un soutien peuvent devenir d’ardents défenseurs de la sensibilisation à la santé mentale et contribuer à réduire la stigmatisation.

Cependant, il est crucial de noter que ces aspects positifs ne minimisent pas les défis que représentent les tocs.

Ces avantages potentiels doivent être replacés dans un contexte de souffrances en tenant compte de l’impact négatif global qu’ils exercent.

Un traitement adapté – personnalisé -, le soutien de professionnels, la compréhension et la bienveillance sont essentiels pour aider ces personnes.

Troubles obsessionnels compulsifs et intelligence

Les troubles obsessionnels n’ont aucune corrélation avec l’intelligence d’un individu.

Les intéressé(e)s peuvent avoir des niveaux d’intelligence et de culture variés. Le trouble ne dépend donc pas de la capacité intellectuelle de chacun(e).

Ce qui compte, ce sont la réalité et les conséquences des obsessions et des compulsions sur la vie quotidienne.

Toc et enfance

Ce trouble peut se développer à tout âge, y compris pendant l’enfance.

Certaines recherches suggèrent que les premiers signes peuvent apparaître chez des enfants (entre 3 et 10 ans), bien que le diagnostic soit difficile à établir dans cette tranche d’âge.

Si vous êtes proche d’un enfant atteint de ce type de problème, ou que vous pensez qu’il l’est, n’hésitez pas à en parler autour de vous et à consulter un(e) professionnel(le) de la santé mentale. Je pense, par exemple, aux pédopsychiatres.

Même si, au sortir d’une consultation, il s’avère que votre enfant n’a rien, n’oubliez pas que d’aucuns disent qu’il vaut mieux avoir tort à plusieurs que raison tout(e) seul(e).

J’entends par là qu’il est préférable d’en parler à des professionnels qui, eux, sauront préciser l’importance du problème et la nécessité d’un traitement adapté, plutôt que de ne rien dire et que le problème s’aggrave.

Toc et personnes âgées

Le trouble anxieux dont je vous parle dans cet article affecte des personnes de tout âge, y compris les personnes âgées. Au sujet de ces dernières, ce problème est susceptible d’apparaître ou de s’aggraver avec l’âge.

Les symptômes peuvent être similaires à ceux des autres groupes d’âge mais, chez les personnes âgées, ces symptômes peuvent être associées à des préoccupations liées au vieillissement, telles que la sécurité à domicile ou la santé physique.

Toc et pathologies associées

Ce trouble peut coexister avec d’autres troubles mentaux, tels que :

  • La dépression,
  • Les troubles de l’alimentation,
  • Les troubles anxieux.

Autant de problèmes qui rendent le diagnostic et le traitement parfois plus complexes. Dès lors, la compréhension des relations entre ce problème émotionnel et d’autres pathologies est essentielle pour une prise en charge globale.

Tocs et comorbidités psychiatrique

Obsessions et compulsions sont fréquemment associées à d’autres troubles psychiatriques. Les comorbidités psychiatriques sont des troubles mentaux qui coexistent avec elles.

Parmi les comorbidités courantes figurent, comme je l’ai précisé plus haut, la dépression, l’anxiété généralisée, les troubles alimentaires, et les troubles de la personnalité.

Cette co-occurrence rend le traitement plus complexe, mais il est essentiel de prendre en compte l’ensemble de la santé mentale d’une personne pour la traiter au mieux.

Comment traiter les troubles obsessionnels compulsifs ?

il existe de nombreuses ressources qui offrent un soutien et des informations pour comprendre et gérer cette condition complexe.

Vous trouverez les précisions à ce propos ci-après.

L’approche stratégique et brève orientée solution

L’approche systémique de Palo Alto, une approche comportementale stratégique et brève orientée solution est considérée comme une intervention de choix.

Elle aide les individus à identifier, comprendre et gérer leurs obsessions et compulsions.

Les comportementalistes, dont je suis, travaillent avec leurs patients pour développer des stratégies permettant de faire face à l’anxiété et de réduire puis de totalement éliminer les comportements compulsifs en quelques semaines seulement.

Les livres

De nombreux livres de qualité traitent des troubles obsessionnels compulsifs et de leur gestion.

Certains titres populaires comme « Le Pouvoir de la Volonté » de Jeffrey M. Schwartz et « Brain Lock » de Jeffrey M. Schwartz et Beverly Beyette.

Ces livres – en anglais – offrent des informations précieuses et des conseils pratiques.

Les podcast

Les podcasts sont une source d’inspirations et d’informations pour les personnes concernées.

Il vous suffit de chercher sur internet les différentes plates-formes de podcast qui existent et qui traitent de problèmes de santé mentale.

Les groupes de soutien

Les groupes de soutien en personne ou en ligne permettent aux personnes en souffrance de partager leurs expériences, d’obtenir des conseils pratiques et de se sentir moins seules dans leur lutte contre le problème dans lequel ils sont comme enfermés.

Des organisations telles que l’Association Internationale des Toc (IOCDF) – en anglais – fournissent des ressources pour trouver des groupes de soutien.

Les médicaments

Dans certains cas, des médicaments, tels que les inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRS), sont prescrits pour réduire l’anxiété. Il est important de discuter de cette éventualité avec votre médecin psychiatre ou généraliste.

Attention cependant, se contenter de prendre des médicaments et ne pas suivre ou effectuer un travail thérapeutique n’a aucun sens, en plus d’être un traitement voué à l’échec.

Les vidéos éducatives

Des vidéos éducatives en ligne peuvent aider à expliquer les toc de manière visuelle. Des chaînes YouTube spécialisées et des vidéos créées par des experts en santé mentale offrent des informations utiles.

Les sites web ou les blog fiables

Des sites web de confiance, tels que ceux de l’AFTOC (Association Française de Personnes Souffrant de Troubles Obsessionnels Compulsifs) fournissent des informations détaillées quant aux traitements et aux ressources.

Le présent blog et , partant, les articles qu’il contient, comme l’accès à un programme thérapeutique pour traiter les tocs vous sera aussi trés utile.

L’erreur à ne pas faire en matière de troubles obsessionnels compulsifs

Sans doute avez-vous commis cette erreur dont je m’apprête à vous parler.

La plupart du temps, la plupart des personnes victimes de tocs essaient de contrôler leur toc, c’est à dire de s’empêcher d’y laisser libre cours.

En réagissant de la sorte, vous vous contraignez à ne pas passer à l’acte. Pour le dire autrement, alors que vous êtes déjà une personne anxieuse, vous aggravez votre anxiété en vous contraignant à la frustration.

Ainsi, vous raisonnez, vous intellectualisez en vous disant que vous n’allez pas laisser vos troubles obsessionnels vous submerger, prendre le pas sur vous.

Je comprends, mais cette réaction d’opposition est le pire des comportements que vous puissiez avoir.

Il ne faut pas vous empêcher de « vivre » vos tocs. Si vous en éprouvez le besoin, irrépressible ou léger, laissez vous aller.

Vous avez raison de craindre que votre problème vous dépasse et vous prenne du temps et de l’énergie. Mais en vous empêchant de le vive pour ce qu’il est, vous vous frustrez d’une façon telle que vous ne faites qu’enrichir le problème.

Vos tocs sont un symptôme d’anxiété et ce n’est donc qu’en traitant l’anxiété elle-même que vous éliminerez facilement vos tocs.

Je vous explique ci-après quel est le meilleur traitement des tocs et comment en bénéficier.

Traitement des troubles obsessionnels compulsifs

L’approche thérapeutique dénommée thérapie comportementale (approche systémique de Palo Alto orientée solutions) est l’une des approches les plus efficaces.

Elle consiste à travailler avec un thérapeute, ou une méthode thérapeutique en ligne, pour identifier les obsessions, comprendre comment elles influencent les compulsions, et développer des stratégies pour les éliminer totalement.

Le traitement optimal varie d’une personne à l’autre, et une approche personnalisée est, le plus souvent, nécessaire.

C’est la raison pour laquelle j’ai créé un programme personnalisé en ligne pour traiter les tocs.

Avec ce protocole thérapeutique, vous pouvez bénéficier de consultations en ligne comme si vous me consultez à mon cabinet.

Ainsi, je vous accompagne tout au long de votre parcours thérapeutique et vous n’êtes jamais seul(e) face aux exercices.

Par exemple, dans le Module 2 du programme qui en compte 5, vous accédez à un exercice trés contre-intuitif qui vous permet de contrôler vos tocs en quelques minutes seulement.

Encore une fois, il ne s’agit nullement de magie mais d’une stratégie comportementale qui a fait ses preuves et qui vous assure plus de 95% de réussite.

Travailler ainsi vous garantit d’excellents résultats dans un délai de 3 mois maximum.

Pour prendre connaissance de ce protocole thérapeutique et, ainsi, vaincre vos troubles obsessionnels compulsifs, je vous invite à cliquer sur le lien ci-après :


La + efficace des solutions commence ci.

Reprenez le contrôle de votre vie en moins de 2 mois, sans médicaments, avec un taux de réussite supérieur à 95%.

Profitez de cette chance extraordinaire tout comme celles et ceux qui, avant vous, pensaient ne jamais s’en sortir.


Dernière précision : si vous souhaitez exprimer un commentaire ou partager votre expérience, n’hésitez pas à utiliser le formulaire « Commentaires » en bas du présent article.


Article mis à jour le 12 novembre 2023 par Frédéric Arminot.


Frédéric Arminot
Frédéric Arminot

Ancien grand anxio-dépressif, et victime d’angoisses aux multiples conséquences des années durant, je suis spécialisé dans le traitement des problèmes d'angoisse, d'anxiété, de dépression, de phobie, et de toc, et exerce depuis plus de 25 ans en qualité de comportementaliste (coach comportemental).   Mes compétences dans les domaines de l'approche systémique de Palo Alto (approche stratégique et brève orientée solution) me permettent de résoudre 16 cas sur 17 en moins de 2 mois (95 % de résultats).   Pour en savoir +, je vous invite à prendre connaissance du programme comportemental en ligne que j'ai conçu.   Si vous le souhaitez, vous pouvez aussi bénéficier de consultations thérapeutiques en cliquant sur ce lien :   Consultations thérapeutiques

Leave a Reply

Your email address will not be published.