L’anxiété concerne des millions de Français. Malgré cela, elle est encore très souvent confondue avec l’angoisse. Trouble de l’anxiété, personnalité anxieuse, anxiété sociale ou généralisée : la multiplicité des syndromes et des symptômes de l’anxiété comme diverses tensions nerveuses n’aide pas à la reconnaître.

Alors, comment savoir si l’on souffre d’anxiété ? Comment savoir si l’on est une personne anxieuse et comment soigner naturellement un trouble anxieux ?

Comment reconnaître qu’on est anxieux ?

La première étape pour comprendre si l’on est une personne anxieuse, c’est d’apprendre à reconnaître lorsque l’on est anxieux et, par conséquent, comment traiter l’anxiété.

En effet, l’anxiété est un sentiment très répandu et très fréquent, et la ressentir de manière ponctuelle ne fait pas de vous une personne anxieuse.

Cependant, l’un des points habituels de reconnaissance de l’anxiété consiste à évaluer si votre cerveau tourne en boucle.

Néanmoins, il est possible de développer une personnalité anxieuse sur le tard, d’où l’importance d’apprendre à en reconnaître les symptômes. Au-delà des symptômes que je détaille dans cet article, l’anxiété se caractérise par un sentiment envahissant de peur et d’inquiétude qu’il est difficile de combattre d’autant plus que s’installe durablement un mal-être intérieur.

Ces sensations psychologiques peuvent avoir des conséquences physiologiques plus ou moins importantes. Lorsqu’une personne équilibrée est placée face à une situation stressante, il est tout à fait naturel qu’elle ressente de l’anxiété.

On parle alors aussi de stress. Il est d’ailleurs possible de travailler et d’améliorer son seuil de tolérance au stress.

En revanche, lorsqu’une personne ressent de l’anxiété à propos de quelque chose dont elle ne sait rien, on commence à parler de trouble de l’anxiété.

Parfois, le sujet va ressentir de l’anxiété devant des situations qu’il est le seul à juger stressantes. On parle alors toujours de trouble anxieux, et le praticien s’appuie sur la nature de ces situations pour démarrer un travail thérapeutique.


personne anxieuse : une solution rapide et des résultats prouvés

Comment savoir si je fais de l’anxiété ?

Pour savoir si vous souffrez d’anxiété, il faut évaluer l’importance des symptômes et les situations qui les font apparaître. Après un événement traumatisant, certaines personnes souffrent d’anxiétés profondes. Néanmoins, il est inapproprié de parler de troubles de l’anxiété.

Il s’agit plutôt alors d’un choc post-traumatique.

Pour savoir si vous faites de l’anxiété, interrogez donc vos sensations et vos sentiments. Si vous ressentez une inquiétude démesurée face à une situation, vous souffrez probablement d’anxiété.

De même, si vous repoussez constamment certaines obligations, plus par crainte que par paresse, votre décision est sans doute motivée par l’anxiété. Évidemment, la question du contexte dans lequel vous ressentez cette inquiétude est importante. De même, l’impact de votre anxiété doit être pris en compte.

Souffrir d’un important stress avant un examen majeur, c’est normal. Rater son examen ou refuser de s’y rendre à cause de l’anxiété, c’est un problème.

Dans la même veine, avoir mal au ventre en pareille situation peut être normal à la condition que cela ne soit pas chronique.

Comment identifier une personne souffrant d'anxiété

Quelles personnalités sont exposées à l’anxiété ?

Chez beaucoup de personnes anxieuses, l’anxiété reste vécue en silence pendant de longues années. Souvent, c’est l’ignorance qui empêche les personnalités anxieuses de mieux se comprendre et de se soigner.

C’est de cette façon que beaucoup de personnes focalisent leur attention sur des problèmes de rythme cardiaque irrégulier alors que cela n’a rien de médical et que ce n’est donc qu’un symptôme d’anxiété.

Dès lors, il est donc très important de connaître et de comprendre ces symptômes. Surtout, il est essentiel de garder à l’esprit qu’il est rare d’être seulement anxieux.

Les hyperactifs, les personnalités surdouées, les dépressifs et bien d’autres personnalités souffrent d’anxiété.

Peut-on faire un test pour savoir si on a de l’anxiété ?

Beaucoup de personnes anxieuses vivent très longtemps sans mettre de mot sur le mal qui les ronge. Habituées à fuir les obligations et à procrastiner, elles se sont habituées à endosser l’habit du paresseux.

En réalité, il n’est pas rare que les personnes anxieuses souffrent également d’hyperactivité cognitive. Leur anxiété pourrait leur servir de moteur intellectuel, mais elle se présente en si grande quantité qu’elle devient paralysante, et c’est d’ailleurs dans ce contexte qu’il est probable que la personne souffre d’anxiété généralisée.

Découvrir que l’on souffre d’un trouble de l’anxiété est donc le premier pas pour s’en sortir. Bien souvent, poser un diagnostic (même s’il n’est pas médical ou psychiatrique) apaise déjà partiellement la douleur quotidienne.

Surtout, cela donne les armes nécessaires pour affronter les conséquences de l’anxiété. Des conséquences douloureuses impossibles à combattre quand on ignore leur origine.

Sur Internet, il existe de nombreux tests qui permettent de déterminer si l’on est une personne anxieuse ou non. Ces tests reposent tous sur le principe de l’autoévaluation.

En répondant à des questions le plus sincèrement possible, vous permettez au site internet de déterminer si vous souffrez d’un trouble anxieux. Ce n’est donc pas parfaitement fiable mais c’est un bon début.

Bien sûr, cela ne remplace pas le diagnostic d’un médecin ou d’un comportementaliste qualifié.

Qu’est-ce que l’échelle d’appréciation de l’anxiété d’Hamilton ?

L’échelle d’appréciation de l’anxiété d’Hamilton est un outil utilisé par les professionnels de santé et par certains comportementalistes. Elle ne permet pas de déterminer la présence ou non d’un trouble anxieux. Elle est utilisée une fois que le diagnostic de l’anxiété a été posé.

Elle permet alors d’évaluer l’intensité des symptômes liés à l’anxiété et à la dépression. C’est un outil efficace pour mieux cerner les besoins d’un patient anxieux. Comme je le disais un peu plus tôt, il est rare que l’anxiété se présente seule.

Bien souvent, elle est stimulée par d’autres problèmes, d’autres pathologies ou des particularités liées à la personnalité du patient. Dans ce cas-là, l’échelle d’Hamilton permet de comprendre plus précisément l’impact et la place du trouble anxieux dans les problèmes que rencontre la personne anxieuse.

Il est possible de trouver des tests utilisant l’échelle d’Hamilton sur internet.

En revanche, ils présentent un intérêt très limité pour les patients. Son résultat sera surtout utile aux professionnels de santé. Certaines questions s’adressent même directement au professionnel de santé (notamment au sujet du comportement pendant l’entretien) et non pas à la personne anxieuse.

Comment reconnaître une personne anxieuse ?

Parmi ceux qui s’intéressent à l’anxiété, il n’y a pas que ceux qui en souffrent. À cause de leurs particularités et des souffrances qu’ils supportent au quotidien, les anxieux sont parfois difficiles à vivre pour leur entourage.

Ils sont également nombreux à ne pas avoir posé de diagnostic sur le mal qui les ronge. Résultat, c’est souvent l’entourage qui entame le travail nécessaire pour nommer et traiter le problème.

Voilà pourquoi il est important de savoir reconnaître une personne anxieuse. Reconnaître l’anxiété chez quelqu’un d’autre n’est pas toujours chose aisée.

Il faut commencer par se concentrer sur les symptômes les plus visibles.

Les symptômes d’une personne anxieuse

  • L’incapacité à lâcher prise,
  • Des réactions qui semblent parfois paranoïaques,
  • Une agitation excessive,
  • Pertes d’équilibre,
  • Une tendance à procrastiner excessivement,
  • L’incapacité à se concentrer longuement sur une tâche ou un projet,
  • Une chute de la libido (perte de l’érection chez certains hommes),
  • Ou, au contraire, une hyper sexualité compensatrice,
  • Se sentir déréalisé(e) ou dépersonnalisé(e).

Ces signes physiques peuvent vous donner de premières indications. Ils sont des indices qui vous donnent une première piste, mais il faudra entamer un dialogue avec la personne concernée.

Si elle admet ressentir les symptômes psychiques liés à l’anxiété, alors il faut la pousser à en parler avec un professionnel.

Comment se comporter avec une personne anxieuse ?

Vivre avec une personne qui souffre d’une forte tension intérieure n’est pas facile. Il est normal de vouloir être présent et d’essayer d’aider la personne qui souffre. Malheureusement, les personnes qui ont du mal à être présentes à elles-mêmes ne prennent pas toujours la mesure des efforts de leurs proches pour les aider.

Il faut alors savoir se protéger soi-même pour ne pas être blessé(e) par les comportements parfois inconsidérés des anxieux. Avant toute chose, pour aider un proche anxieux, il faut se renseigner sur le problème qu’il rencontre.

Il faut s’informer longuement pour comprendre les mécanismes derrière l’anxiété. Ensuite, il faut en discuter avec la personne concernée et essayer de l’amener à reconnaître le problème.

Comment faire avec une personne anxieuse

Si c’est déjà fait, il faut le guider vers un traitement, puis soutenir ce traitement au quotidien. Attention tout de même à ne pas essayer de se substituer à un suivi professionnel. Certaines personnes anxieuses refusent l’aide des médecins et d’un comportementaliste.

Leurs inquiétudes et leur procrastination prennent le dessus. C’est un problème majeur, mais vous ne pouvez pas prendre le risque de vous épuiser pour soutenir quelqu’un qui ne fait aucun effort.

Il est absolument essentiel de prendre soin de soi pour pouvoir prendre soin des autres.

Le cas de l’anxiété d’anticipation

Pour comprendre l’anxiété et bien la cerner quand elle se présente à vous, il est intéressant de connaître ses formes les plus courantes. L’anxiété d’anticipation est sans doute la forme d’anxiété la plus fréquemment ressentie et rencontrée.

Comme son nom l’indique, cette anxiété se manifeste principalement sous la forme d’une peur permanente et oppressante du futur. Plus que de craindre l’avenir, la personne anxieuse va constamment solliciter une quantité d’énergie intellectuelle massive pour anticiper.

Elle vit dans la crainte permanente d’une catastrophe imminente et s’y prépare constamment. Elle se manifeste très souvent autour de la parentalité ou de la vie professionnelle. Pour les enfants qui la subissent, elle est difficile à vivre et plutôt contagieuse.

Un parent angoissé éduque souvent ses enfants dans l’angoisse. Dans la vie professionnelle, elle est à double tranchant. Elle permet à la personne anxieuse d’obtenir des résultats bien meilleurs que les autres grâce à l’énergie déployée pour réussir.

En revanche, elle peut mener rapidement à des symptômes de burnout si on n’y prend pas garde.

Le cas de l’anxiété sociale

Le trouble de l’anxiété sociale compte également parmi les plus répandus. Il se manifeste généralement par une inquiétude permanente liée à nos performances. Trop souvent associé à la timidité, il en est pourtant très différent.

Celui qui en souffre ne peut jamais se débarrasser de la crainte pesant sur chacune de ses interactions sociales. Dans sa tête, c’est la tempête. Il craint de faire des erreurs et d’être jugé alors il perd tous ses moyens.

Ce trouble de l’anxiété sociale se manifeste dans tous les aspects des relations sociales. Il peut rapidement empoisonner la vie de celui qui en souffre. Son quotidien devient un ensemble de stratégie d’évitement pour ne pas se retrouver confronté(e) à des situations gênantes pour lui/elle, mais normales pour les autres.

Bien sûr, ces situations varient d’une personne à l’autre. Certains ne supportent pas de manger en public quand d’autres s’en accommodent très bien. Afin de déterminer si vous souffrez de ce trouble, il existe un test développé en 1987 par le chercheur en psychologie Michael Liebowitz.

Sobrement appelé test de Liebowitz, il ne prend que quelques minutes et permet de poser un début de diagnostic sur votre problème.

Personnalité anxieuse : Le trouble de la personnalité évitante

Pour finir, concluons sur le trouble de la personnalité évitante. Ce trouble est caractérisé par l’évitement des activités et des relations humaines en général, mais plus précisément celles qui sont source d’anxiété.

C’est donc un trouble très répandu chez la personne anxieuse, mais à des degrés divers. Les conséquences de ce trouble sont aussi variées, car l’évitement n’a pas toujours les mêmes conséquences selon le degré d’anxiété.

S’il s’agit seulement de ne pas aimer les manifestations avec beaucoup de monde, ce n’est pas un grand problème. Si cela mène à l’isolement et à la dépression, alors c’est un problème. Les personnalités évitantes peuvent être difficiles à gérer et frustrer leur entourage.

Il est donc important de les comprendre pour ce qu’elles sont : le symptôme d’un problème plus large qu’est celui de la personnalité anxieuse. Un problème avec ses solutions et ses spécialistes.

Comment faire pour ne plus être une personne anxieuse ?

Comme vous l’avez compris, il existe plusieurs « courants » thérapeutiques pour ne plus être une personne anxieuse. Les 4 principales sont :

  • La psychologie clinique,
  • La psychiatrie,
  • La psychanalyse,
  • La thérapie brève,

Chacune correspond à une demande, à une recherche spécifique. Dès lors, ne plus être une personne anxieuse repose sur le mode d’investissement souhaité.

Dès lors, de multiples questions s’imposent à vous, cette personne anxieuse :

  • Souhaitez-vous comprendre et cheminer à votre rythme ?
  • Préférez-vous faire des liens entre votre une histoire de vie et vos troubles anxieux ?
  • Plutôt faire des liens entre vos relations intra familiales (papa et maman) et votre anxiété ?
  • Prendre des médicaments ce qui n’est pas une façon naturelle de soigner l’anxiété ?
  • Ou, enfin, ne pas travailler sur le « pourquoi » mais sur le « comment » et dès lors, arriver à retrouver la sérénité en moins de 2 mois ?

Je vous laisse le soin de répondre à ces questions à l’aide de tous les article que vous trouverez dans ce blog.

Si vous connaissez déjà la réponse à la question de savoir comment ne plus être une personne anxieuse, je vous invite à cliquer sur le lien ci-après :


La + efficace des solutions commence ici.


Article mis à jour le 20 octobre 2023 par Frédéric Arminot.


Frédéric Arminot
Frédéric Arminot

Ancien grand anxio-dépressif, et victime d’angoisses aux multiples conséquences des années durant, je suis spécialisé dans le traitement des problèmes d'angoisse, d'anxiété, de dépression, de phobie, et de toc, et exerce depuis plus de 25 ans en qualité de comportementaliste (coach comportemental). Mes compétences dans les domaines de l'approche systémique de Palo Alto (approche stratégique et brève orientée solution) me permettent de résoudre 16 cas sur 17 en moins de 2 mois (95 % de résultats). Pour en savoir +, je vous invite à prendre connaissance du protocole de résolution de problèmes en ligne que j'ai conçu. Si vous le souhaitez, vous pouvez aussi bénéficier de consultations thérapeutiques en cliquant sur ce lien : Consultations thérapeutiques

Leave a Reply

Your email address will not be published.