Sortir de la dépression: Comment soigner un symptôme dépressif?

La dépression est un trouble délicat à aborder et à combattre. Beaucoup de patients en souffrent sans le savoir, car le syndrome dépressif peut se manifester lentement et discrètement. Il devient alors très difficile de leur proposer de l’aide. D’ailleurs, on dit souvent que la première étape pour sortir de la dépression, c’est d’admettre que l’on a besoin d’aide. Alors, comment faire précisément pour sortir de la dépression?

Comment savoir si l’on fait une dépression?

La première chose à faire pour sortir de la dépression, c’est de prendre conscience que l’on souffre de dépression. Il faut donc être capable de reconnaître les symptômes du syndrome dépressif. Dans l’immense majorité des cas, les syndromes de la dépression sont:

  • L’irritabilité
  • Une tristesse importante et une humeur changeante
  • Perte du plaisir dans des activités pourtant appréciées
  • De l’anxiété
  • Un sommeil troublé (insomnies, hypersomnie, cauchemars, etc.)
  • Fatigue et manque d’énergie
  • Perte d’appétit (ou, au contraire, compensation par la nourriture)
  • Troubles de la mémoire
  • Difficultés à se concentrer
  • Désespoir
  • Culpabilité et dépréciation
  • Un sentiment de perte de contrôle
  • Des idées noires et suicidaires

Il n’est pas nécessaire d’avoir tous les symptômes de cette liste pour être dépressif. D’ailleurs, la liste n’est pas exhaustive. Quand plusieurs symptômes de la dépression cohabitent en même temps pendant une période de plus de deux semaines, on parle alors de dépression.


“COMMENT GUÉRIR UNE DÉPRESSION? »

LA + EFFICACE DES SOLUTIONS COMMENCE ICI

Regardez la vidéo de présentation de la méthode comportementale

16 CAS RÉSOLUS SUR 17

Cette méthode offre un véritable espoir à celles et ceux qui pensaient ne jamais s’en sortir


Être attentif à ces symptômes et à leurs manifestations permet également de définir la nature de la dépression. La dépression saisonnière, par exemple, revient chaque année à une période particulière. La dépression sévère quant à elle, peut durer plusieurs années. Cela permet aussi de déterminer si la dépression n’accompagne pas un autre problème comme de l’anxiété ou une maladie mentale.

Comment faire face à la dépression?

Faire face à la dépression peut s’avérer extrêmement compliqué. La fatigue, la dévalorisation de soi et la perte de plaisir à faire certaines activités poussent le patient vers l’enfermement et l’immobilisme. Pourtant, vaincre la dépression est un processus, parfois long, qu’il faut mener étape par étape sans se décourager.

En fait, on conseille généralement de se fixer des objectifs quotidiens facilement atteignables. En réalisant chaque jour les tâches que l’on s’est données, on reconstruit peu à peu son estime de soi et sa motivation. Parfois, la tâche du jour peut être aussi simple que de nettoyer sa douche. Cela permet au patient de reprendre progressivement le contrôle de son quotidien et de son esprit.

Bien sûr, face aux dépressions les plus graves, il faut demander de l’aider à son entourage, mais aussi à des professionnels. Parfois, un soutien médicamenteux est nécessaire pendant les premières semaines, voire les premiers mois, pour aider le patient à reprendre le contrôle.

Comment sortir de la dépression quand on est seul?

En fait, personne ne devrait avoir à sortir de la dépression seul. Bien sûr, tout le monde n’a pas un entourage soudé et compréhensif pour l’aider. D’ailleurs, on conseille généralement de ne pas se reposer trop lourdement sur son entourage pendant une dépression.

Ce n’est pas le rôle de nos proches de nous soigner. Au mieux, ils peuvent nous soutenir, mais jamais au prix de leur propre santé et de leur bonheur.

Comment faire pour soigner une dépression quand il n'y a personne pour nous aider?

Pour ne pas affronter seul la dépression, il faut donc se tourner vers des professionnels. Il en existe de tous les types pour vous aider. Certains patients trouveront un grand réconfort dans la psychothérapie, alors que d’autres préféreront la thérapie comportementale et cognitive.

Thérapies personnelles ou cercles de paroles, il y en a pour tous les profils. En plus, il existe de nombreuses solutions à des tarifs tout à fait accessibles. Certaines sont même gratuites.

Les activités pour sortir de la dépression

Pour sortir de la dépression, nous avons déjà évoqué l’idée de se fixer quotidiennement un objectif. Cette stratégie est la pierre angulaire d’une méthode beaucoup plus large pour sortir de la dépression. En fait, en remplissant quotidiennement l’objectif que vous vous êtes fixé, vous vous donnez indirectement le droit de vous reposer et de vous faire du bien le reste de la journée sans culpabiliser.

La dépression est une maladie pernicieuse. Elle envahit tous les aspects de la vie, même les plus heureux. Elle est très fréquente chez les personnes surmenées, parce que même quand elles sont trop fatiguées pour travailler, elles culpabilisent d’être en train de se détendre. Résultat, elles perdent le goût des loisirs et ne se reposent jamais.

Finalement, il n’y a pas d’activité miracle qui vous permettra de sortir de la dépression. En revanche, faites tout ce que vous aimez: lire un livre, aller au cinéma, vous promener en forêt, etc. Faites-le après avoir rempli un objectif quotidien satisfaisant et atteignable.

Bien sûr, il est parfois difficile de résister à la tentation de se fixer un objectif très élevé. Dans ce cas-là, découpez simplement cet objectif en plusieurs dizaines d’étapes à remplir progressivement.

Les traitements contre la dépression

Pour certaines dépressions sévères ou quand le patient en montre l’envie et le besoin, il est possible de prescrire des solutions médicamenteuses. C’est ce que l’on appelle communément des antidépresseurs. Il existe des centaines de traitements différents plus ou moins lourds. Il est essentiel qu’un médecin qui vous connaît bien vous le prescrive.

Les différents antidépresseurs ne fonctionnent pas tous de la même manière. Certains vont saturer les récepteurs de sérotonine pour rééquilibrer l’humeur, quand d’autres vont utiliser des traitements plus lourds à base de benzodiazépines pour supprimer l’anxiété et améliorer le sommeil.

Dans le cadre d’un traitement contre la dépression, il est important que vous soyez bien conscient des effets précis d’un médicament. Il est également parfaitement normal d’être réticent à se soigner de cette manière-là. C’est tout à fait courant chez les personnes dépressives et d’autres solutions existent.

Les signes d’une guérison de la dépression

La dépression majeure se caractérise par l’apparition d’épisodes dépressifs durant généralement plusieurs mois. Entre deux épisodes, le patient se sent souvent mieux. Il croit parfois qu’il est guéri et la rechute n’en est que plus cruelle. La guérison complète d’une dépression se fait en trois étapes:

  • Réponse
  • Rémission
  • Guérison

On parle de réponse quand un traitement ou une thérapie commence à diminuer l’intensité des symptômes dépressifs. Voire à en supprimer quelques-uns. La rémission, c’est quand la quasi-totalité des symptômes a disparu pendant au moins deux semaines. Les symptômes restants sont beaucoup moins intenses qu’avant la prise en charge.

Enfin, on parle de guérison quand le patient n’a ressenti presque aucun symptôme pendant au moins quatre mois. Malheureusement, cette étape n’est souvent que le signe que le traitement peut être adapté. Une rechute n’est jamais à exclure totalement.

Pourquoi fait-on une dépression?

Les causes de la dépression ont fait l’objet de nombreuses théories et de nombreuses études. Aujourd’hui encore, les raisons qui produisent une dépression ne sont pas parfaitement claires et connues. Néanmoins, il semblerait bien que la dépression soit une maladie multifactorielle reposant notamment sur des facteurs biologiques et des facteurs environnementaux.

Les causes de la dépression

Les causes de la dépression sont donc multiples. Tant et si bien, que chaque patient dépressif aurait des causes légèrement différentes. On retrouve néanmoins presque toujours la même liste de facteurs :

  • Les facteurs biologiques
  • Les facteurs psychologiques
  • Les facteurs héréditaires
  • Les facteurs environnementaux et familiaux
  • Les drogues et l’alcool

Là où les causes de la dépression deviennent complexes à analyser précisément, c’est qu’il est tout à fait possible de retrouver plusieurs facteurs chez un seul individu. Ces facteurs peuvent interagir et s’aggraver l’un au contact de l’autre. Ils peuvent également produire d’autres facteurs.

Par exemple, les facteurs biologiques peuvent tout à fait être des facteurs héréditaires. L’enfant grandira donc dans une famille avec un ou plusieurs proches eux-mêmes dépressifs. Une telle situation donnera donc des facteurs familiaux propices qui aggraveront les facteurs psychologiques. Enfin, les personnes dépressives ont souvent plus tendance à se tourner vers l’alcool et la drogue, ce qui aggrave leurs risques dépressifs.

Les facteurs biologiques

Les facteurs biologiques de la dépression semblent avoir un rôle essentiel dans le développement d’un syndrome dépressif. Surtout, il semble bien que la dépression modifie le fonctionnement biologique du cerveau, ce qui augmente alors les risques de faire une dépression sévère.

En fait, les facteurs biologiques de la dépression forment un cercle vicieux auquel il faut être attentif.

La dépression se manifeste souvent par une perte du sommeil ou, au contraire, une hypersomnie. Le patient a également du mal à se concentrer et à prendre du plaisir dans certaines activités qu’ils aiment. Tous ces symptômes s’expliqueraient par une série d’anomalies dans la fabrication et la régulation des neurotransmetteurs.

Chez les patients les plus sévèrement atteints, ces anomalies seraient continues. Chez d’autres, elles seraient ponctuelles et apparaîtraient en réaction à une situation difficile ou traumatisante.

Les facteurs psychologiques de la dépression

Il semblerait que la dépression soit plus fréquente chez les personnes ayant développé une série de défenses psychologiques. Ces défenses les maintiennent isolées et souvent dans l’inquiétude ou la conviction de leur propre insuffisance. Ces croyances négatives peuvent se transformer en anxiété et provoquer un syndrome dépressif.

Quand l'hérédité explique les troubles dépressifs

Ces facteurs psychologiques peuvent prendre racine dans l’enfance, suite à un traumatisme, une violence ou une expérience particulièrement marquante, parfois répétées. Ils peuvent aussi apparaître beaucoup plus tard, à l’âge adulte, suite à un traumatisme, un deuil, une agression ou un cas de harcèlement moral, etc.

Parfois, le patient dépressif constate que certains événements du quotidien provoquent une aggravation de son état dépressif sans comprendre pourquoi. Les facteurs psychologiques sont alors enfouis et une thérapie comportementale et cognitive peut être une bonne solution pour s’en sortir.

Les facteurs héréditaires

L’aspect héréditaire de la dépression semble avoir été empiriquement prouvé. Les cas de patients dépressifs ayant des parents souffrant eux-mêmes de dépression sont extrêmement nombreux. Néanmoins, aucune étude n’est parvenue à découvrir un gène en particulier qui serait à l’origine de la dépression.

Actuellement, l’hypothèse la plus probable est double. La dépression serait une caractéristique héréditaire dont de nombreux gènes seraient responsables. Ces gènes seraient probablement à l’origine de certains facteurs biologiques.

Par ailleurs, les enfants de parents dépressifs héritent du même trait de caractère aussi parce qu’ils grandissent dans un environnement marqué par la dépression.

Les facteurs environnementaux et familiaux

Les facteurs environnementaux et familiaux de la dépression sont très nombreux et extrêmement variés. Ils dépendent aussi parfois de la sensibilité de chacun. L’infidélité d’un partenaire, par exemple, plongera certaines personnes dans une profonde dépression, alors que d’autres parviendront plus facilement à avancer.

Les facteurs familiaux pendant l’enfance semblent compter parmi les plus importants. Un enfant élevé dans la violence physique ou psychologique permanente développera plus facilement un syndrome dépressif.

D’une manière générale, les enfants dont les parents sabotent le développement de l’estime personnelle finissent souvent dépressifs.

Enfin, à l’âge adulte, c’est souvent l’environnement de travail qui produit les syndromes et les épisodes dépressifs. Les syndromes d’épuisement au travail sont très nombreux, notamment dans les entreprises qui banalisent le harcèlement moral de leurs employés.

L’impact des drogues et de l’alcool sur la dépression

Le rapport entre la drogue, l’alcool et la dépression est complexe et difficile à cerner précisément. Chez certains alcooliques et toxicomanes, la consommation de drogues et d’alcool est une manière de masquer ou de combattre un été dépressif mal diagnostiqué.

En revanche, la consommation de drogue et d’alcool peut également entraîner un état dépressif. Elle participe à modifier les facteurs biologiques, mais également environnementaux, et toujours pour le pire. Pis encore, l’alcool et la drogue peuvent interagir avec les traitements contre la dépression et aggraver le syndrome dépressif.

Quelles sont les différentes phases de la dépression?

La dépression n’est pas une maladie monolithique. Il existe différents sous-types, de l’épisode dépressif isolé durant quelques semaines à la dysthymie durant plus de deux ans. Quoi qu’il en soit, la durée des symptômes est un élément clé de la classification d’un syndrome dépressif.

Beaucoup de patients et certains psychologues tentent alors de déterminer les différentes phases de la dépression. Pourtant, il est difficile de parler de phases en tant que telles.


“COMMENT SOIGNER UNE DÉPRESSION NATURELLEMENT? »

LA + EFFICACE DES SOLUTIONS COMMENCE ICI

Regardez la vidéo de présentation de la méthode comportementale

16 CAS RÉSOLUS SUR 17

Cette méthode offre un véritable espoir à celles et ceux qui pensaient ne jamais s’en sortir


Les cinq phases de la dépression (ou peut-être sept)

Sur Internet, il est possible de trouver un peu partout des questions au sujet des cinq phases de la dépression. Parfois, on trouve même certaines questions et certains articles évoquant les sept phases de la dépression.

En fait, la dépression ne se constitue de phases que nous pourrions classer aussi précisément. Alors, d’où vient cette histoire des cinq phases de la dépression ?

En fait, c’est une réinterprétation bancale du modèle de Kübler-Ross, que l’on appelle souvent: les cinq étapes du deuil. Ces cinq étapes décriraient le comportement typique d’un patient réagissant à un deuil (quelle que soit sa nature). On y retrouve, dans l’ordre, le déni, la colère, le marchandage, la dépression et enfin l’acceptation. On voit donc que la dépression est elle-même une phase du déni.

Cependant, il ne faut pas non plus en déduire que la dépression n’évoluerait pas pour autant par phase, ou plutôt par palier. C’est simplement que les symptômes de la dépression sont très nombreux et varient d’un patient à l’autre.

Les étapes d’un syndrome dépressif peuvent donc aussi varier énormément d’une personne à l’autre. Certaines récurrences peuvent néanmoins être considérées.

Quels sont les premiers symptômes de la dépression?

Le premier symptôme qui se manifeste le plus fréquemment, c’est une intense fatigue, accompagnée parfois d’insomnie ou d’hypersomnie. Dans tous les cas, le patient est constamment fatigué et ne parvient pas à se reposer. Soit il est incapable de dormir suffisamment, soit il dort énormément, mais cela ne change rien à son état de fatigue.

La lassitude et une grande fatigue peuvent être des symptômes dépressifs

Généralement, les symptômes qui suivent sont la perte d’intérêt pour des activités autrefois appréciées, la baisse de la libido et l’apparition d’une grande tristesse et d’une grande lassitude. La plupart des patients font le lien entre leur fatigue et tous les symptômes qui s’en suivent.

Ils pensent que le manque d’énergie explique leur lassitude généralisée. Souvent, ils ne relient pas cet état avec un syndrome dépressif.

Bien sûr, chaque patient étant très différent l’un de l’autre, il ne faut pas prendre ces généralités au pied de la lettre. Chez certaines personnes, les premiers symptômes seront très différents de ceux habituellement constatés.

Les 10 signes de la dépression qui ne trompent pas

Généralement, on résume la dépression par dix signes qui ne trompent pas et qui doivent alerter le patient et son entourage. Parmi ces signes, on retrouve évidemment les symptômes qui apparaissent souvent en premier lors d’un syndrome dépressif ou d’un épisode dépressif (isolé ou non).

Voici la liste complète la plus souvent citée :

  • Une grande tristesse et une intense lassitude
  • La perte d’intérêt pour de nombreuses activités appréciées
  • Insomnies ou hypersomnie
  • Grande fatigue
  • Baisse de la libido
  • Diminution de l’estime de soi, culpabilité irrationnelle et peur de l’échec
  • La perte de l’appétit ou une compensation par la nourriture
  • Difficulté à se concentrer, parfois même à formuler des pensées complexes
  • Hypersensibilité et hypersusceptibilité
  • La vie quotidienne est ralentie par la dépression qui rend l’organisation difficile

Dépression: Pourquoi se sent-on mieux le soir?

Les personnes dépressives remarquent parfois qu’elles se sentent mieux le soir, à condition évidemment de ne pas souffrir d’anxiétés nocturnes. En fait, plutôt que de se sentir mieux le soir, c’est surtout que le matin est souvent le moment le plus difficile pour les personnes dépressives.

En comparaison, le soir semble donc plus agréable, même chez les patients souffrant d’insomnies.

Cette variation étonnante s’explique assez simplement par le cycle hormonal. Le cortisol est l’hormone que l’on qualifie souvent d’hormone du stress. Elle est effectivement libérée en grande quantité face au stress et elle est à l’origine de beaucoup d’inconfort chez les personnes anxieuses.

Pendant une dépression, le taux de cortisol est souvent anormalement élevé en comparaison des autres hormones comme la sérotonine (hormone du bonheur).

Or, le cortisol est l’hormone du stress parce qu’elle maintient notre corps éveillé. Le cycle hormonal prévoit donc de limiter la quantité de cortisol produite le soir pour aider à l’endormissement. Le matin, il en produit en grande quantité pour réveiller l’organisme.

Voilà pourquoi les personnes dépressives se sentent souvent mieux le soir et très mal le matin.

Un comportement typique et marquant de ce fonctionnement hormonal chez les personnes dépressives consiste à organiser sa journée du lendemain le soir. Le patient prévoit alors ses activités, le cœur souvent plus léger qu’à l’ordinaire et parfois plein d’espoir.

Le lendemain matin, l’enthousiasme de la veille a disparu et l’abattement empêche souvent de s’attaquer à toutes ces tâches que l’on avait prévues.

J’espère que cet article vous aura aidé quant à savoir comment sortir de la dépression. Si vous souhaitez poser une question, ou partager une expérience, je vous invite à utiliser le formulaire « Commentaires » ci-dessous.

Comment traiter un symptôme dépressif?

Pour sortir de la dépression, il faut donc soigner le symptôme dépressif. Bien sur, les médicaments de type antidépresseurs ou anxiolytiques peuvent vous aider. Mais n’oubliez ni leurs effets secondaires, ni leur danger à moyen voire long terme.

En effet, si les médicaments permettent de contrôler les symptômes de la dépression, ils ne peuvent s’envisager  que sur un terme assez court, et pas sans suivi thérapeutique. Je ne saurais donc que trop vous conseiller un travail thérapeutique associé à la prescription médicamenteuse. Ne pas l’envisager est une erreur qui peut être lourde de conséquences.

Pour sortir de la dépression, nul n’est besoin d’envisager un travail long, ingrat et fastidieux comme la psychologie ou la psychanalyse. J’ai bien conscience qu’en écrivant cela je vais encore me faire des ennemis. Mais, j’ai la prétention de savoir de quoi je parle. En tout, j’ai fait près de 20 ans de consultations de psychanalyse et de psychologie clinique (sans compter celles en psychiatrie et en psychothérapie).

Cela m’a aidé à envisager certaines choses sous un angle plus objectif mais pas à résoudre mon problème de fond. Savoir que je n’étais pas l’enfant de l’amour m’a permis de comprendre mais pas de ne plus souffrir de dépression.

C’est grâce à la thérapie comportementale que j’ai su quoi faire et comment faire pour traiter un symptôme dépressif. Partant, comment reprendre pied dans ma vie et enfin agir de sorte à être acteur de ma vie.


“COMMENT SORTIR DE LA DÉPRESSION? »

LA + EFFICACE DES SOLUTIONS COMMENCE ICI

Regardez la vidéo de présentation de la méthode comportementale

16 CAS RÉSOLUS SUR 17

Cette méthode offre un véritable espoir à celles et ceux qui pensaient ne jamais s’en sortir


Article rédigé par Frédéric Arminot, coach comportemental

Qui est Frédéric Arminot, coach comportemental?Spécialisé dans le traitement des problèmes d‘angoisse, d’anxiété, de dépression, de phobie, et de toc, il exerce depuis plus de 25 ans en qualité de comportementaliste.

Ancien grand anxieux, et victime d’angoisses aux multiples conséquences des années durant, il a créé un programme de thérapie comportementale en ligne:

Le Programme ARtUS

Cette méthode thérapeutique résout 16 cas sur 17, soit + 95 % de résultats.

Pour regarder la vidéo de présentation de ce programme, vous êtes invité(e) à cliquer sur le lien ci-dessous:

« Je Souhaite Regarder La Vidéo De Présentation Du Programme ARtUS »



Frédéric Arminot

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Défiler vers le haut