Traitement à distance: De la virtualité à la réalité thérapeutique

Traitement à distance et thérapie comportementale

Peut-être regardez-vous la page de présentation du Programme comportemental ARtUS. J’espère que cela vous intéresse. Que vous y trouvez des réponses à vos questions. Et que, du coup, vous faites le choix d’en bénéficier. A ce sujet, beaucoup de personnes s’étonnent qu’un seul programme thérapeutique existe pour le traitement à distance d’un certain nombre de problèmes émotionnels.

Pendant que j’y pense, une petite aparté. Pour partager votre expérience ou un commentaire à propos des étapes du deuil, je vous suggère d’utiliser le formulaire “Commentaires” en-dessous de cet article.

Ceci étant écrit, revenons au traitement à distance associé à l’approche comportementale. J’écris donc que beaucoup de gens sont rétifs au traitement à distance. Autant dans le domaine médical qu’à propos d’une prise en charge psy de type coaching comportemental.

Non pas que ces mêmes personnes soient circonspectes quant à une telle démarche. Elles cherchent à comprendre sur quel postulat je me fonde pour mettre en avant ce programme en ligne alors qu’il existe depuis plusieurs années maintenant. D’aucuns sont convaincus que c’est juste une question d’argent. D’autres que c’est une escroquerie.

D’autres enfin doutent du bien fondé d’une telle démarche. Ils ou elles en sont restés aux bonnes vieilles consultations en cabinet. Point de traitement à distance. Et ceci bien que la virtualité fasse désormais partie de notre monde.

D’autres sont soupçonneux quant à ce traitement à distance qui inspire mon programme thérapeutique. Ils considèrent que les consultations au cabinet rapportent bien plus d’argent. Or, quand on considère le faible tarif du programme thérapeutique, ils doutent de l’honnêteté de la démarche.

Traitement à distance: De la virtualité à la réalité

Cela me fait penser à ce que disent certains chasseurs: “Quand on veut tuer son chien (parce-qu’il n’est plus “bon” pour la chasse), on dit qu’il a la rage“.

Sur la foi de ces jugements assez rétrogrades bien que compréhensibles, peut-être certaines de ces personnes sont “branchées” sur leur Smartphone dernier cri. Ou passent leur vie à attendre fiévreusement qu’on s’intéresse à eux sur Facebook. Chacun d’entre nous a les contradictions qu’il peut… Ooouuuhhh, je suis méchant… Mais vous savez quelle aversion je nourris à l’égard de FB.

Il y a plus de 20 ans, quand je commence à consulter en thérapie comportementale. Ceci alors que j’interviens beaucoup en entreprise sur la prévention des risques psycho-sociaux. Je suis convaincu que seules les consultations en cabinet sont envisageables. La question du traitement à distance se profile. Mais je ne souhaite point l’entendre. Je n’en démords des années durant. Et j’ai tort.

Le traitement à distance s’inscrit dans un changement. Un changement d’époque mû par une évolution culturelle et éducative. Il n’y a donc pas, ou plus, à se poser la question. Cela répond à une demande. Tout en étant la suite logique de ce que je fais déjà au sein de mon cabinet de coaching comportemental à Paris.

Avec le temps, et eu égard au quartier de Paris dans lequel je consulte, je me rends rapidement compte combien il est nécessaire de changer ma vision des choses. En termes professionnels. Un certain nombre de mes patients se déplacent souvent. Que ce soit en France, ou à l’étranger. Du coup, il leur arrive de manquer une consultation. Il me faut donc m’adapter. Et ceci bien que, je l’avoue, cela m’agace fortement pendant un petit moment. Je suis à la peine avec le traitement à distance.

Traitement à distance: Gratitude

Nonobstant mon courroux, je me rend bien évidemment compte que ces déplacements, parfois soudains, rajoutent à la difficulté de certains patients. D’aucuns s’enquièrent rapidement de savoir si je peux leur adresser leurs exercices par mail. D’autres, voire les mêmes, expriment leur besoin de consultations par téléphone.

Nous faisons donc fait l’un et l’autre. Mettre en place des consultations par téléphone. Adresser des exercices par mail. Mais il y a mieux encore. La visio-conférence. Mais, à l’époque, les communications via Skype ne fonctionnent pas trés bien. Malgré quelques incidents techniques répétés, ces consultations à distance rencontrent un franc succès.

Ce type de traitement à distance a d’autant plus eu du succès que des études font clairement apparaitre des résultats identiques, voire meilleurs qu’en cabinet.

Le temps aidant, au terme de chaque consultation, je rédige des exercices spécifiques à chaque patient. C’est un peu la contrainte du traitement à distance. Une fois rédigé, je les leur adresse par mail. A la faveur de consultations au cabinet, ou de traitement à distance (Skype), nous faisions le point et avançons ainsi grâce à la stratégie comportementale choisie dès la première consultation.

C’est comme cela que, progressivement, se créé une sorte de programme, de méthode. C’est le fruit des stratégies dont mes patients profitent. Que cela soit été ou non dans le cadre d’un traitement à distance.

Traitement à distance. Le meilleur moyen de gagner du temps et de l'argent tout en gagnant en efficacité

Traitement à distance: Quand l’histoire et la culture favorisent le changement

A bien y réfléchir, ce sont mes patients qu’il faut remercier. Ce sont eux qui permettent la création du Programme ARtUS. Tel qu’il existe aujourd’hui. Ce sont bien ces mêmes personnes qui me permettent de mettre un pied dans cette virtualité des échanges thérapeutiques. Les mêmes qui font que le traitement à distance passe de la virtualité à la réalité.

Il me semble important de faire le lien entre ce qui justifie le traitement à distance, et mon programme en ligne. Des années auparavant, Je règle mes problèmes d’anxiété, d’angoisses et de phobies. En plus de mes problèmes de dépendance aux substances psychoactives. A l’époque, je m’intéresse naturellement à la thérapie classique. J’entends par là, la psychologie clinique. Et la psychanalyse. Il y a plus de trente ans. Déjà…

Pendant toutes ces années où je souffre tant, je consulte beaucoup de psy en tous genres. Et toujours dans leur cabinet. Consulter me demande une effort alors que je travaille. Je prends rendez-vous en fonction de mes disponibilités. Tant personnelles que professionnelles,. Comme en fonction des disponibilités du ou de la thérapeute.

Bien sur, je dois prendre en compte mon déplacement pour satisfaire à ce rendez-vous pour. Pour, in fine, ne m’y trouver que pour 30 minutes maximum. Tout cela a une espèce de côté immuable. Incontournable. En plus d’une dépense énergétique considérable. Dans le même temps, cela fait partie des contraintes qui alimentent une sorte d’engagement thérapeutique. Lequel ne dit pas son nom. Mais il exprime un désir de changement.

Traitement à distance: Spectre large pour intervention ciblée

Je sais très bien que si je ne défère pas à ces consultations, potentiellement, je peux aller plus mal que je ne vais. Le risque est patent de m’attirer les foudres des médecins. Des psys. Des mes proches. Lesquels, tous autant qu’ils sont, à ‘époque, ne sont jamais avares d’une remarque désobligeante. Laquelle me ramène à moi même. A cette humiliation constante que je ressens.

Je parle d’humiliation, de honte et de culpabilité. J’en parle parce-que, à l’époque, et je pense que c’est toujours le cas aujourd’hui, une grande phrase résonne dans ma tête. Cette même phrase prononcée par toutes ces personnes auxquelles on suggère de consulter un psy. Ces personnes qui, en pareille situation, opposent, outragés: “Je ne veux pas consulter un psy, je ne suis pas fou“. Fou je suis, puisque je consulte.

Quand je termine ma prise en charge thérapeutique, je résous en 8 semaines ce que je “traine” depuis plus de 20 ans. A ce moment là, l devenir comportementaliste à mon tour s’impose à moi. Comme une évidence. Une vocation. Si, si. Comme si je l’ai toujours su mais jamais pris en compte.

Sans doute, en l’espèce, ais-je satisfait à une injonction paradoxale sur lequel je reviendrais une autre fois: “Fais ce que tu veux mais… gagne de l’argent“. C’est ainsi que je perds plus de 20 ans de ma vie. Je fais un métier que je réprouve. Dans lequel je me sens fort malheureux. Mais… je gagne de l’argent…

Je décide d’agir de sorte à écouter ma “petite voix intérieure”. Devenir thérapeute. Et cela bien que je résolve mes problèmes grâce à la seule thérapie comportementale. Cependant, il me semble important de commencer par ce que je considère être le socle culturel de toute prise en charge thérapeutique.

Traitement à distance: Un postulat thérapeutique

J’entame un long processus de formation fondé sur la psychanalyse et la psychologie clinique. J’apprends énormément de choses. Ce cursus se montre intéressant mais pénible. Voire besogneux. C’est comme çà que je me rends compte que notre culture fait la part belle à une seule question. Celle du “pourquoi”. Et je me rend rapidement compte que c’est une grossière erreur.

La plupart des gens dont je m’occupe depuis plus de 25 ans n’arrête pas de se poser cette question: “Pourquoi?”. En toute bonne foi, elles pensent que trouver la réponse à la question de savoir pourquoi elles souffrent, va les aider à aller mieux. Le problème c’est qu’elles cherchent légitimement à se rassurer. Mais, ensuite, elles se trouvent piégés. Et c’est surement ce qu’il vous arrive aussi.

Effectivement, ces personnes ne trouvent jamais vraiment la réponse qui les rassure vraiment. Même si elles ont parfois l’impression d’en trouver une. Laquelle, rapidement, est suivie d’une autre question. Et çà ne s’arrête jamais. Comme une sorte de rumination. Ou de pensée obsessionnelle.

Pendant ce temps, les gens se perdent en circonvolutions. En questionnement divers. Perte d’énergie. De temps. D’argent. Aggravation des symptômes. Et j’en oublie.

Traitement à distance: “Comment” et non “Pourquoi”

Quand je conçois le Programme ARtUS, j’ai pour objectif de vous épargner ces pertes de temps, d’argent, et d’énergie. Je veux aller à l’essentiel. Et si j’en crois le nombre croissant de personnes qui deviennent membres de ce programme thérapeutique, je réussis.

Alors, bien sur, il y a toujours des puristes pour m’agonir de leurs reproches. Parce que cette méthode est pragmatique. Qu’elle ne repose pas sur les fondements de la psychanalyse et de la psychologie. En termes généraux.  J’entends. Mais pendant que ces personnes valorisent une approche qui n’a que peu – voire pas – évolué depuis plus d’un siècle, je me dis que si les gens me font confiance et utilisent la Méthode ARtUS c’est qu’il y a une raison.

C’est ce même type de motivation qui justifie que je choisisse de créer un programme thérapeutique en ligne. En effet, beaucoup de gens de province et d’étranger se retrouvent démunis. Elles souffrent et hors les psychiatres, les médecins généralistes et les médicaments, point de salut. Pas de comportementaliste non plus. Que ce soit en province, ou si peu. Idem à l’étranger. Ou, dans un cas comme dans l’autre, concentrés sur les grandes agglomérations.

C’est donc pour vous faciliter la vie, vous faire économiser votre énergie et votre argent, et aussi pour répondre aux personnes thérapeutiquement démunies dans le reste de l”hexagone comme à l’étranger, que je choisis de concevoir un traitement à distance comme le Programme ARtUS.

Traitement à distance: Le meilleur moyen de gagner la guerre est de ne pas la faire

Aujourd’hui, ce qui me semble important, c’est que je demeure animé par un souci d’équité et de bienveillance. Partant, de répondre de la même façon au plus grand nombre. Qu’il soit à Paris, en province, ou à l’étranger. Dès lors, je ne suis pas là, à vos côtés, pour vous faire prendre des vessies pour des lanternes. Ou pour vous dire – et vous répéter comme le font beaucoup de personnels soignants – qu’il vous faut être une grande personne. Et assumer, quelle que soit la nature de votre problème.

Je ne suis pas là non plus pour vous raisonner. Et encore moins pour vous juger. En bref, je ne suis pas là pour vous obliger à être la personne que vous ne voulez pas être. Et si un traitement à distance vous y aide, c’est mieux que tant mieux.

Mon boulot, avec votre aide, c’est d’aller au plus simple pour résoudre votre problème, Ma responsabilité, c’est de vous aider en quelques semaines seulement à éliminer vos symptômes, et à retrouver rapidement confiance en vous.

C’est pour toutes les raisons invoquées précédemment que le Programme ARtUS existe. Vous permettre de retrouver autonomie et bien être facilement et rapidement grâce à un traitement à distance adapté à votre cas.

En ce qui concerne cette méthode  comportementale, elle est très simple d’utilisation. Il vous suffit de suivre les prescriptions thérapeutiques telles que je vous les présente. Et le tour est joué. Enfin, bon… Il faut quand même vous investir un minimum, n’est-ce pas. 10 minutes par jour. Autant dire rien!

Vous faites çà et, en moins de 10 jours, vos symptômes diminuer de 40%. Puis de 60% en moins d’1 mois. De 80% en 5 à 6 semaines. Et totalement en moins de 8 semaines.

Traitement à distance et programme en ligne

Ce que je viens d’écrire ne relève pas du miracle. C’est juste de la stratégie comportementale.

Comme le disait Sun Tzu:

Le meilleur moyen de gagner la guerre, c’est de ne pas la faire“.

C’est sur cette maxime géniale que le Programme ARtUS se fonde. C’est sur cette maxime que je prône le traitement à distance depuis des années. Vous n’êtes bien évidemment pas obligés de partager mon point de vue. Mon postulat conserve à ce type de relation à distance toute son humanité. Je demeure joignable constamment. Alors que, reconnaissez-le, c’est loin d’être le cas de la plupart des psy.

Vous souhaitez bénéficier de ce type de traitement à distance, plutôt que de perdre votre temps? Mais attention, les portes d’accès au Programme ARtUS peuvent se fermer à tout moment. En effet, comme j’assure le suivi personnalisé de chaque membre, je ne peux pas laisser trop de personnes s’inscrire. Dans le cas contraire, je fais mal mon boulot, et ça, c’est hors de question. A tout de suite?

Traitement à distance. Un programme adapté à votre cas

| Frédéric Arminot

Comment reprendre le contrôle de votre vie facilement et rapidement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Défiler vers le haut