La conférence à laquelle j’assiste commence par une statistique frappante : « La France est le plus petit consommateur de consultations psy ».

Cette phrase met en lumière la réticence notable des Français à consulter des professionnels de la santé mentale, contrairement à des pays comme la Belgique ou les États-Unis, où les consultations psychologiques sont intégrées dans la vie quotidienne.

En Belgique, par exemple, les institutions utilisent régulièrement des comportementalistes pour aider les familles en difficulté, les adolescents en rupture sociale, et les adultes en crise, démontrant une ouverture d’esprit et une approche proactive pour traiter les troubles mentaux.

En France, en revanche, la psychologie est souvent associée à la folie, ce qui engendre une méfiance généralisée envers les consultations psychologiques.

L’expression commune « Je ne vais pas chez le psy, je ne suis pas fou » illustre parfaitement cette stigmatisation. Cette peur d’être jugé ou découvert par des tiers, notamment par des employeurs, accentue encore cette réticence.

La peur de consulter un psy : l’exemple de Mademoiselle K.

L’histoire de Mademoiselle K. illustre bien cette crainte.

Cette jeune femme, malgré ses problèmes émotionnels, refuse de consulter un thérapeute de vive voix et préfère communiquer par écrit, tout en pensant que les psychologues n’acceptent pas ce mode de communication. Cette anecdote montre à quel point la peur de consulter peut être liée à la peur de l’exposition personnelle et du changement.

Démystifier la fonction de psychothérapeute

Il s’agit donc de démystifier le rôle des psychothérapeutes et à expliquer que la peur de consulter n’est qu’une manifestation de déni et d’orgueil, masquant la peur d’être vulnérable et de devoir changer.

Les psychothérapeutes sont, au choix, psychologues, psychothérapeutes, psychanalystes ou psychiatres, et ont tous suivi des études spécifiques en plus d’avoir eux-mêmes suivi une thérapie personnelle pour mieux aider leurs patients (du moins, on l’espère…).

Les défis des psychothérapeutes

Les psychothérapeutes doivent aussi surmonter leurs propres peurs et limitations. Par exemple, une thérapeute ne pouvait consulter sans la présence rassurante de sa compagne chez elle. Cela montre que même les professionnels de la santé mentale doivent faire face à leurs propres défis personnels pour être efficaces.

Comprendre et aider le patient

Le rôle d’un thérapeute est d’aider les patients à comprendre leurs problèmes en lien avec leur histoire de vie et leurs relations.

Cependant, la peur que certains thérapeutes jugent ou imposent leurs propres idées peut aggraver les angoisses des patients. Les mauvais thérapeutes qui n’écoutent pas correctement peuvent renforcer cette peur de la consultation.

Humaniser le thérapeute

Les psychothérapeutes sont eux-mêmes humains, avec leurs propres émotions et problèmes. Ils doivent être empathiques et ouverts d’esprit pour exercer efficacement leur métier.

Ils ne sont pas là pour juger, mais pour aider les patients à aller mieux. Les consultations doivent être vues comme une opportunité de recevoir une aide précieuse, plutôt que comme une intrusion dans l’intimité.

La peur du changement

Souvent, la peur de consulter un psy est liée à la peur du changement et à l’orgueil de ne pas vouloir admettre qu’on a besoin d’aide.

Cette résistance au changement est naturelle, mais il est crucial de comprendre que les consultations thérapeutiques offrent des bénéfices significatifs pour la santé mentale.

Confidentialité et confiance

La relation de confiance entre le patient et le thérapeute est fondamentale.

Les psychothérapeutes sont soumis au secret professionnel, ce qui garantit que les informations partagées restent confidentielles. La peur de consulter peut être surmontée en reconnaissant cette confidentialité et en se concentrant sur les bénéfices de la thérapie.

Surmonter la peur de consulter un psy est un processus qui implique de reconnaître la valeur de la thérapie et de faire confiance aux professionnels de la santé mentale.

Il est important de dépasser les stigmatisations culturelles et de voir les consultations psychologiques comme une opportunité de croissance et de mieux-être.



La + efficace des solutions commence ici.

Reprenez le contrôle de votre vie en moins de 2 mois, sans médicaments, avec un taux de réussite supérieur à 95%.

Profitez de cette chance extraordinaire tout comme celles et ceux qui, avant vous, pensaient ne jamais s’en sortir.


Frédéric Arminot
Frédéric Arminot

Ancien grand anxio-dépressif, et victime d’angoisses aux multiples conséquences des années durant, je suis spécialisé dans le traitement des problèmes d'angoisse, d'anxiété, de dépression, de phobie, et de toc, et exerce depuis plus de 25 ans en qualité de comportementaliste (coach comportemental).   Mes compétences dans les domaines de l'approche systémique de Palo Alto (approche stratégique et brève orientée solution) me permettent de résoudre 16 cas sur 17 en moins de 2 mois (95 % de résultats).   Pour en savoir +, je vous invite à prendre connaissance du programme comportemental en ligne que j'ai conçu.   Si vous le souhaitez, vous pouvez aussi bénéficier de consultations thérapeutiques en cliquant sur ce lien :   Consultations thérapeutiques

Leave a Reply

Your email address will not be published.