Psychiatre et psychologue: Quelles sont les différences?

Dans la plupart des pays européens, la différence entre psychiatre et psychologue est assez claire. Je ne pense pas que ce soit le cas en France. Vous souhaitez résoudre un problème d’ordre psychique, qu’il s’agisse de stress, l’anxiété ou de phobie, mais vous ne savez pas à qui vous référer.

Quand un ami vous conseille d’aller voir un psy, vous conseille t’il un psychiatre ou un psychologue? Qui est le plus efficace entre psychiatre et psychologue?

Pour le savoir, et prendre la décision de consulter l’un ou l’autre en toute connaissance de cause, je vous apporte “mes lumières” à leur sujet. Sans oublier, bien sûr, de vous parler de la psychanalyse laquelle, bien que je sois comportementaliste, est chère à mon cœur.

Sommaire

Le psychiatre: Un champ médical non nécessairement thérapeutique

Le psychiatre est médecin de formation. Contrairement au psychologue, il fait 6 ans d’études de médecine, et une spécialisation en psychiatrie (internat: 4 ans). Le psychiatre est autorisé à poser des diagnostics. A prescrire des médicaments. Et administrer des traitements. Précision importante: le psychiatre n’a pas nécessairement suivi une thérapie à titre personnel. Je pense à une cure psychanalytique, par exemple.

C’est la raison pour laquelle, trop souvent, le psychiatre se contente de prescrire. Pas de faire un vrai travail thérapeutique au sens psy du terme. C’est le “piège” thérapeutique dans lequel beaucoup de gens tombent (je ne vais pas me faire des potes…).

Le psychiatre fait autorité pour hospitaliser un(e) malade à la demande d’un tiers. Qu’il s’agisse de la famille. Du Préfet. D’un Maire. Ou d’un autre médecin. Ou sur la foi de sa propre autorité. Et ce, et uniquement, s’il considère le malade en danger pour lui même. Ou que ce malade représente un danger pour la société.

Le psychiatre est spécialisé dans le traitement des troubles graves du comportement et de la personnalité. Je pense aux maladies mentales et à la dépression. En plus de son cursus médical général, il suit une formation supplémentaire de quatre ans pendant laquelle il se concentre sur les maladies mentales. Il faut noter que le médecin psychiatre est considéré – à tort – comme le seul spécialiste des maladies mentales.

Le psychiatre: Ses différents outils de travail

Seul le psychiatre pose un diagnostic basé sur une évaluation complète. Celle-ci inclue un examen mental et physique. Des analyses de laboratoire. De l’imagerie médicale. Et une histoire psychosociale détaillée. Les outils utilisés par le psychiatre sont les psychothérapies. Et aussi, les médicaments, les techniques de neurostimulation, et les interventions sociales.

Le psychiatre peut également se spécialiser en psychiatrie pour enfants et adolescents. C’est ce que l’on appelle la pédopsychiatrie. S’il le souhaite, ce médecin intervient en psychiatrie pour adultes, et personnes âgées. En ce dernier cas, cela s’appelle la gérontopsychiatrie. Cette spécialisation ne l’empêche néanmoins pas d’intervenir sur tous les groupes d’âge.

Le psychiatre travaille également en équipe. Avec des infirmières. Des psychologues. Et aussi, des ergothérapeutes, et des travailleurs sociaux. Le psychiatre est susceptible de vous suggérer de rencontrer un thérapeute comportemental. De faire de la sophrologie, de la relaxation, etc.

Champs de compétences du psychiatre

Le psychologue: Formation et compétences

Le psychologue est titulaire d’une maîtrise ou d’un doctorat en psychologie (DESS – Bac + 5). Il ne reçoit aucune formation médicale. Il apporte une aide verbale dans les cas de stress. Mais aussi de déprime . Ou de mal-être général. Le psychologue a pour rôle d’aider le patient à surmonter une épreuve douloureuse. A comprendre la raison de cette souffrance. A gérer ses problèmes relationnels. Enfin, à reprendre sa vie en mains.

Ce type de suivi prend plusieurs années. Pour un résultats de l’ordre de 5 cas résolus sur 17 ans, sur une moyenne de 5 ans (chiffre INSERM).

Le travail du psychologue consiste à écouter, analyser, observer et conseiller. Pour aider ses patients, le psychologue propose des séances de psychothérapie individuelle, familiale, ou de groupe.

Au cours des entrevues, le psychologue observe les comportements de son patient. Qu’il s’agisse d’intonations. De gestuelle. Ou encore d’expression du visage. Il est à votre écoute pour vous accompagner et vous conseiller au mieux. A court, moyen ou long terme. Cela dépend de la complexité du problème psy.

Les patients du psychologue sont des enfants, des adolescents ou des adultes.

Comme outils d’intervention thérapeutique, le psychologue propose des exercices d’objectivation. Ou des des jeux de rôle. Cela permet d’observer les réactions des sujets, et de les qualifier. Le psychologue pratique aussi de la relaxation. Tout comme le psychiatre, il est aussi susceptible de vous inviter à pratiquer la méditation. Si cela vous convient, bien sûr.

Ce n’est pas parce que psychiatre et psychologue vous prescrivent tel ou tel traitement que vous êtes obligé(e) de le suivre.

Psychiatre et psychologue: Des règles à respecter

Dans le cadre de ces deux spécialités, il s’agit traiter des sujets en lien avec la vie privée. Ou des problèmes comportementaux. Dès lors, psychiatre et psychologue doivent de respecter le secret professionnel, et des règles de déontologie.

Ainsi, le psy ne crée pas de liens sociaux ou affectifs avec son ou sa patiente(e). Psychiatre et psychologue psychologue ne prennent pas de café avec leurs patients. Ils ne les embrassent pas non plus. En conséquence, psychiatre et psychologue ne doivent pas partager une quelconque intimité avec leurs patients. Psychiatre et psychologue doivent s’en tenir au vouvoiement. Ces quelques règles de bases sont des garde-fous qui protègent patient et thérapeute.

Il appartient à chaque thérapeute de s’organiser pour être facilement joignable. Ou, à défaut, indiquer les structures d’urgence en cas de besoin.

Psychiatre et psychologue sont censés avoir fait un travail thérapeutique personnel pour envisager s’occuper des autres en thérapie. Bien que très inégalement satisfaite, cette règle du travail thérapeutique personnel, et la supervision thérapeutique, est la garante de l’objectivité du thérapeute.

Psychiatre et psychologue: Et l’empathie bordel!

Les thérapeutes, quelle que soit la formation dont ils se prévalent, acquièrent une certaine force mentale afin de supporter les différents cas auxquels leurs fonctions les confrontent. Cela est nécessaire à la fois  pour que psychiatre et psychologue ne sombrent pas dans la dépression, mais aussi pour protéger leurs patients. Ou encore ne pas abuser de personnes dites vulnérables.

Les compétences du thérapeute ne dépendent pas uniquement de ses diplômes. Ils dépendent aussi de son expérience. De ses travaux. De ses recherches personnelles. Pas besoin d’être un surhomme pour reconnaître un passionné. Sa passion se voit à travers sa sympathie. Son magnétisme. Sa facilité à mettre le patient en confiance. A le satisfaire. Comme à faire preuve d’écoute active et bienveillante. Bref, à faire preuve d’empathie.

C’est à vous de choisir votre thérapeute en fonction de certaines affinités. ou de leur réputation. Et aussi d’éléments d’appréciation propre à chaque patient. Ne fondez pas le choix de votre thérapeute sur la fréquence de livres qu’il publie. Ou sur de publicités travaillées. Ou bien amenées.

Prenez tout votre temps pour choisir le ou la thérapeute avec qui vous vous sentez bien. N’hésitez surtout pas à en changer si vous vous êtes insatisfait(e) de la relation thérapeutique.

Psychiatre et psychologue: Les différences

Le psychiatre et le psychologue ont tous les deux fait des études universitaires. Ils relèvent de deux ordres professionnels différents. Le psychologue a fait ses études en psychologie tandis que le psychiatre a d’abord étudié la médecine avant de se spécialiser en psychiatrie.

Le psychologue n’est pas médecin de formation. il n’est pas autorisé à prescrire des médicaments. Le psychiatre, lui, prescrit des médicaments et des traitements. Pour information, certains états américains projettent d’accorder le droit aux psychologues de prescrire des médicaments. Sous certaines conditions.

Dans la plupart des cas, un psychiatre est spécialisé dans le traitement de maladies mentales. A ce sujet, je vous renvoie au DSM V, la bible des maladies mentales. C’est l’American Psychiatric Association. Ainsi, un psychiatre s’occupe des pathologies les plus graves. Il applique donc des traitements médicamenteux adaptés en référence au DSM.

En revanche, les psychologues sont des spécialistes de la santé mentale, et du développement personnel. Ils fournissent souvent des traitements sous forme de psychothérapie. C’est à dire des exercices thérapeutiques conventionnels. Ou des exercices d’exposition. Ils préconisent aussi de la relaxation, des lectures, etc.

Si vous avez des questions, des préoccupations de n’importe quel type, ou des expériences à partager quant à ses différences entre psychiatre et psychologue, je vous invite à utiliser le formulaire “Commentaires” en bas du présent article.

Si vous désirez en apprendre davantage sur la différence entre psychiatre et psychologue, je vous suggère de lire l’article suivant: “Dans l’univers des psychologues“.

Psychologue: Quels sont les tarifs et qu’en est-il des remboursements?

Quelle que soit votre démarche thérapeutique, et quel que soit le ou la professionnel(le) que vous choisissez de consulter, il est important de connaître les tarifs des psychologues afin de ne pas avoir de mauvaises surprises. Je me permets de vous en parler, moi qui ai consulté tant de psychologues dans le passé.

Il est tout aussi important que vous sachiez sur quelle base de tarifs des psychologues la Sécurité Sociale, ou les Mutuelles, vous rembourse. Quand ils remboursent. En effet, la politique sociale est au déremboursement. Ou à une forte limitation de nombre de consultations dans l’année. Mieux vaut savoir de quoi il retourne.

C’est pour ces raisons que je vous invite à découvrir une présentation complète des tarifs des psychologues. Ainsi, vous pouvez choisir en toute connaissance de cause.

Je vous rappelle que le métier de psychologue n’a rien à voir avec le métier de coach comportemental. En effet, les psychologues travaillent sur la durée. 3 à 5 ans minimum. A raison d’une consultation par semaine. Ils axent leur intervention sur le lien à identifier entre votre problème et votre histoire familiale. Le résultat de ce type de travail est de l’ordre de 5 cas résolus sur 17.

L’approche comportementale (approche systémique de Palo Alto) est une thérapie brève. 5 à 10 consultations maximum. Cette approche travaille sur le “comment”. Pas sur le “pourquoi”. Cette approche thérapeutique résout 16 cas sur 17 en moins de 6 mois.

Les informations dont vous allez prendre connaissance ont donc une fonction informative.

Tarifs des psychologues

Plusieurs critères définissent les tarif des psychologues. Pour choisir un psy ou un autre, il est important que vous preniez en compte le trouble que vous souhaitez traiter. Et ceci quelle que soit sa spécialité.

En règle générale, et devant l’absence d’une fédération de ces informations, le premier réflexe consiste à consulter votre médecin traitant. Celui-ci est à même de vous recommander un spécialiste. Néanmoins, cela ne vous empêche pas de chercher et de choisir vous même un type de psychothérapie plutôt qu’une autre. Par exemple, vous pouvez consulter juste pour apprendre à gérer vos émotions. Ce qui n’est pas la spécialité de tous les intervenants.

Vous pouvez aussi prendre le temps de réfléchir après des recherches sur internet. Ou en bénéficiant du bouche à oreille. Cependant, en France, dire que l’on consulte un psy n’est pas très bien vu. Au contraire des États-Unis où vous pouvez en faire mention sur un CV!

Pour en revenir aux tarifs des psychologues, ceux-ci ne sont soumis à aucune règle à propos des tarifs qu’ils appliquent pour leurs consultations.

Chacun d’entre eux fixe librement le prix d’une séance. Pour ce faire, il tient compte de ses coûts fixes, comme de la situation professionnelle et économique du patient. Les coûts fixes ont une place importante dans la façon de choisir un tarif. Il peut s’agir de différents coûts liés aux locaux. Au mobilier. Ou au secrétariat. De fait, les tarifs des psychologues en province sont toujours moins élevés qu’à Paris, ou en région parisienne.

Psychiatre et psychologue: Des différences de tarifs importantes

Les cabinets présents dans les grandes villes sont les plus chers en raison des coûts liés au foncier. Certains psychologues, plus célèbres, fixent leurs tarifs de consultations en tenant compte de leur notoriété. Ci-dessous, les tarifs des psychologues comme d’autres spécialités:

  • Un(e) psychiatre fixe le prix de la séance entre 30 et 100 euros (voire plus, les tarifs sont libres)
  • Un psychanalyste vous facture entre 30 et 80 euros pour une séance allant de 2 à 30 minutes (j’ai bien écrit 2 minutes!)
  • Le tarif d’un psychologue varie entre 40 et 80 euros pour une consultation de 20 à 30 minutes
  • Attention: Les consultations vont de 30 minutes à une heure. Le tarif de ces professionnels dépend aussi de savoir s’il s’agit d’une consultation individuelle, de groupe, de couple, ou de thérapie familiale

Psychologue: Remboursement des consultations

Si vous êtes couverts par une assurance privée, votre mutuelle peut vous rembourser selon les conditions définies dans votre contrat. Voici une liste des mutuelles pour vous renseigner:

  • Aplatis – Formule Clara – 25 euros remboursés par séance pour un maximum de 5 séances par an, et par bénéficiaire
  • Allianz – 4 séances à 70 euros remboursés par an et par bénéficiaire
  • AG2R rembourse 200 euros par an et par bénéficiaire
  • April – Formule Senior Plus – Remboursement de 25 à 50 euros par séance pour un maximum de 5 séances par an, et par bénéficiaire
  • MAIF – Remboursement intégral jusqu’à 10 séances à la suite d’un accident corporel
  • MATMUT rembourse de 50 à 120 euros par an et par bénéficiaire
  • Néo – 40 euros par séance pour un maximum de 3 séances par an et par bénéficiaire
  • MGEN – 8 euros par séance dans la limite de 150 séances par an et par bénéficiaire.

Beaucoup de personnes n’arrivent pas à suivre les thérapies en raison des tarifs des psychologues. Contrairement aux séances assurées par un psychiatre, la Sécurité sociale ne rembourse pas celles suivies chez un psychologue.

Certains centres médico psychologiques, ou médico psycho pédagogiques (CMP) proposent des consultations gratuites pour des personnes en difficulté financière.

Dans tous les cas, vous pouvez négocier les tarif des psychologues avec celle ou celui que vous vous apprêtez à consulter. Le code de déontologie vous le permet. Ainsi, vous pouvez bénéficier de quelques allègements si, par exemple, vous êtes en situation de chômage.

Plusieurs praticiens proposent la première séance gratuite. Profitez-en!

Les CMP

Quel psychologue choisir?

Parfois, dans le métier de psychologue, comme dans tous les métiers du monde, il vous arrive de “tomber” non seulement sur quelqu’un d’incompétent, mais d’aussi peu ou mal formé. En plus de pratiquer des tarifs suspects.

Quel que soient les tarifs des psychologues, il est important de comprendre qu’en réalité, ce que vous payez, ce n’est pas la parole du psy, Cette parole n’a pas de prix! Ce que vous payez, ce sont les études qu’il ou elle a faites. Le  temps qu’il vous consacre. Et les compétences dont il ou elle fait preuve pour vous aider (son niveau d’études a, bien sur, son importance).

Pour éviter les mauvaises surprises, avant le premier rendez-vous chez le psychologue, exigez que le psychologue vous communique ses tarifs. Si la première séance est gratuite, tant mieux. Mais profitez-en pour vous faire confirmer le tarifs des consultations suivantes.

Assurez-vous de cette gratuité dès le début de cette première consultation. Et faites vous confirmer le coût des consultations suivantes.

Vous avez des doutes quant aux réelles compétences du psychologue que vous consultez pour la première fois? Consultez des annuaires de professionnels et accédez aux tarifs des psychologues.

Les annuaires professionnels

Je vous invite à faire des recherches auprès de l’ARS (Agence Régionale de Santé) pour vérifier si ce praticien est répertorié au Registre officiel. Partant, s’il dispose des diplômes et autorisations requis pour exercer. Vérifiez bien qu’il dispose d’un numéro ADELI.

Attention! Ne confondez pas le Registre National des Professionnels de Santé qui n’est pas encore disponible sur Internet, et la Fédération française de psychothérapie et de psychanalyse qui se sert des mêmes termes pour apparaître dans les moteurs de recherches (Google, Bing, Yahoo, etc.).

Le vrai Registre National des Psychothérapeutes est mis en place depuis 2011. Il est en cours de création par l’Agence régionale de santé. C’est l’institution qui vérifie les diplômes de chaque praticien. Vous retrouvez l’ARS de votre région en cliquant sur ce lien: ARS

N’hésitez pas à demander quels sont les diplômes et formations du psychologue afin de vérifier que ce ne sont pas des formations non officielles (DESS, Bac + 5). Pour effectuer votre vérification, consultez le site de l’Agence régionale de santé. Ou contactez celle de votre région (voir paragraphe précédent). D’une façon générale, leur réponse est assez rapide.

Pour certaines zones, il existe une liste régulièrement mise à jour. Si vous continuez à avoir des doutes, notez le lieu mentionné sur le diplôme. Puis, contactez l’université en question. Ainsi, vous saurez si votre praticien a bien obtenu son diplôme dans cette université.

En fonction de sa méthode et de l’efficacité des séances, vous jugerez si les frais demandés sont justifiés ou surévalués.

La vigilance s’impose

Bien qu’en ce qui concerne une intervention thérapeutique, il ne s’agisse pas d’un objet ou d’une relation commerciale, n’hésitez pas à faire jouer la concurrence. Si vous ne vous sentez pas à votre aise avec le premier praticien consulté, ou que vous trouvez la relation non harmonieuse, changez d’interlocuteur. Vous n’êtes pas marié(e) au psy.

Faites attention aux praticiens qui vous font miroiter des témoignages qui vous semblent rédigés par une autre personne que le patient lui même. Soyez vigilant(e) à propos de certains psychologues qui vous parlent de chakras, d’astrologie, d’ésotérisme, de chamanisme, ou d’équilibre énergétique pour vous traiter. Idem en ce qui concerne les tarifs des psychologues en question. Et oui, certains psychologues ont aussi le droit d’aller mal. Au point de parfois s’égarer en profitant de leur statut pour vous proposer des interventions non réglementées, voire… douteuses.

Pour finir, un praticien au fait de ses compétences ne dénigre jamais le travail de ses consœurs ou de ses confrères. Tout au plus exprime t’il une incompréhension, ou une interrogation.

Pour conclure, faites attention à ceux qui vous promettent des résultats certains. Et ceci quel que soit votre problème. Soyez vigilant à propos des psychologues qui se montrent paternalistes. Qui vous rabrouent comme un enfant de 5 ans. Ou vous incitent à ne pas vous informer en dehors de leurs propres cercles. Pire encore, si l’un de ces psychologues vous pousse à couper toute relation sociale, familiale, affective, sentimentale, etc.

Comme à l’accoutumée, si vous avez des commentaires à formuler, ou avez besoin de précisions, je vous invite à utiliser le formulaire en dessous du présent article.

Choisissez bien, choisissez mieux

Oui. Je sais. Je n’aurais pas du écrire un tel titre. Mais, avouez que c’est tentant. Vous êtes échaudé(e) par les tarifs de psychologues? Vous souhaitez redevenir autonome rapidement et facilement? Alors, je vous invite à utiliser le programme thérapeutique en ligne que j’ai conçu.

A l’aide de ce programme, point de surprises quant aux tarifs des psychologues. Tout est clair. Je vous explique tout dans la page de présentation du programme. Pour y accéder, je vous invite à regarder la vidéo. Juste en dessous.

Psychologue: Ses différents domaines d’intervention

Les domaines d’intervention des psychologues sont variés. La plupart des psychologues sont installés en profession  libérale. Les psychologues sont plus spécialisés en psychologie clinique. En bilan psychologique, et en psychothérapie.

Un psychologue intervient dans le monde du travail. Il participe à des recrutements. Réalise des bilans de compétences. S’implique dans la formation des adultes. Ou l’organisation des entreprises.

J’attire votre attention quant au socle de formation initiale commun au psychiatre et psychologue. En effet, leur cursus de base est fondée sur l’approche psychanalytique. Ce qui diffère de l’approche comportementale. Laquelle se veut très pragmatique et s’intéresse au “comment faire” et non au “pourquoi”. Le psychiatre et le psychologue se doivent de respecter certaines règles.

Je suis toujours étonné par la difficulté qu’éprouve la plupart de gens gens à propos des différents métiers de psychologue. Ou de psychothérapeute. Plus que la différence de pratique, il s’agit de la différence des fonctions de psychologue que la plupart des gens ne savent pas faire. Comme des environnements dans lesquels ce métier de psychothérapeute est exercé. Est-ce une question de communication? Un peu comme ce manque d’informations délibérées à propos du métier d’enseignant.

Beaucoup de gens s’égarent dans ces métiers de la santé mentale. Ou se laissent égarer par un manque d’informations patent quant à la nécessité de recourir à un psychologue. C’est comme cela que certaines personnes consultent des psychiatres ou certains psychothérapeute sans savoir de quoi il retourne.

Ce manque d’informations qualifiées n’est pas sans conséquences. Perte de temps. D’énergie et d’argent. Et d’objectifs thérapeutiques. C’est donc par souci de vous guider au mieux de vos intérêts que je souhaite porter à votre connaissance tous les types de psychologue qui existent. Il s’agit de savoir exactement celui – ou celle – qu’il vous faut pour trouver une réponse au problème dont vous souffrez.

Ainsi, il existe donc différents types de psychologue. Ils diffèrent selon les aspects de la vie humaine qu’ils abordent. Et de leur méthode de travail. Comme dans tous les autres corps de métier, il vous faut choisir un praticien qui vous convienne vraiment pour traiter la pathologie dont vous souffrez. Voici un exposé détaillé de 8 types de psychologue pour vous aider.

Psychologue clinicien

Le psychologue clinicien est spécialisé dans le traitement des troubles mentaux et émotionnels. Ceux-là mêmes qui entraînent des crises de courte ou de longue durée.

Ce professionnel est formé pour régler tous les problèmes que vous lui présentez. Cependant, des spécialisations peuvent s’avérer nécessaire en fonction des types de cas cliniques qu’il souhaite traiter.

Le psychologue clinicien, ou psychothérapeute, intervient efficacement dans les troubles de la dépression. Mais aussi les troubles alimentaires. Ou les troubles de la personnalité. Il s’occupe aussi de dépendances à la drogue, au sexe, à l’alcool, etc. Il élabore régulièrement de nouvelles méthodes d’approche. Et de soins. Il a fonction d’aider toute personne à retrouver son bien être. Il conçoit et met en place un ensemble d’actions préventives et curatives.

La plupart du temps, il travaille au sein d’instituts spécialisés. Hôpitaux publics. Clinique. CMP (Centre Médico Psychologique, ou Psycho-pédagogique). La seule difficulté que je connaisse à propos du psychologue clinicien, c’est la durée de la prise en charge. Plusieurs années. Et le côté normatif et rationnel de l’intervention thérapeutique. Sans que cela remette en cause ses compétences.

Psychologue de l’éducation

Le psychologues de l’éducation est spécialiste des méthodes d’apprentissage. Il travaille au sein d’établissements éducatifs en tant que conseiller d’orientation. Ou apporte un soutien aux étudiants souffrent de troubles de l’apprentissage.

Il aide les enfants à apprendre, et à acquérir, les ressources nécessaires pour compenser leurs différentes faiblesses.

Le psychologue de l’éducation conçoit et met à la disposition des enseignants de tous les niveaux des résultats scientifiques qui permettent d’améliorer les méthodes et les techniques pédagogiques. Le but est de promouvoir une pédagogie du succès. Comme de réduire les échecs de l’apprentissage.

Avis très personnel qui n’engage que moi. Quand je constate l’inégalité des chances qui existent dans notre beau pays, je ne suis pas certain que cela fonctionne.

Neuropsychologue

Le neuropsychologue est un chercheur qui développent son activité professionnelle autour de la rééducation cognitive, comportementale et émotionnelle des personnes qui souffrent de dommages au cerveau.

Il diagnostique et prend en charge de manière précoce les démences. La maladie d’Alzheimer par exemple. Il est à mi chemin entre la neurologie, et la psychologie. Utilise des techniques d’imagerie cérébrale pour détecter les traumatismes. Le neuropsychologue travaille sur la base de la relation qui existe entre le cerveau et l’esprit.

La neuropsychologie

Psychothérapeute

Le psychothérapeutes est un psychologue chargé d’offrir un soutien psychologique à ses patient. Il leur apprend des techniques pour améliorer leur qualité de vie. Les problèmes qu’il traite ne sont pas aussi graves que ceux traités en psychologie clinique.

Le psychothérapeute se concentre sur les problèmes du quotidien. Il gère l’ensemble des problèmes émotionnels qui perturbent les relations. Traite surtout les cas de stress et d’anxiété. Ainsi, il aide à se libérer des traumatismes du passé. Sa limite est qu’il ne traite pas les symptômes de pathologies lourdes. Par exemple, la schizophrénie (bien que cela évolue au moment où j’écris ces lignes).

Psychologue social

Le psychologue social est un spécialiste des comportements humains. Il étudie, et essaie de trouver des solutions aux facteurs psychologiques qui peuvent affecter l’environnement social d’une personne.

Le psychologue social est spécialisé dans les relations interpersonnelles. La culture, et les relations que vous avez avec d’autres personnes autour de vous.

Les séances se déroulent généralement en groupe. Le psychologue social conçoit des programmes pour aider les personnes vivant dans des milieux défavorisés. Ou des personnes victimes de discrimination. Il s’occupe aussi de l’insertion de nombreuses personnes dans la société.

Psychologue du travail

Comme son nom l’indique, le psychologue intervient dans le domaine de la santé au travail. Il est parfois sollicité pour exercer son expertise dans la sélection de personnel. Mais aussi dans les domaines de la formation.

Grâce à ses connaissances approfondies en motivation et en management, il aident les personnes à améliorer leur productivité au travail.

Psychologue criminologue

Le psychologue criminologue est un professionnel à consulter pour des questions légales. Il est essentiel pour les tribunaux. En effet, il aide les magistrats à rendre des sentences justes. Fondées sur la vérité.

Le psychologue criminologue aide à comprendre les motifs qui conduisent une personne à commettre le délit ou le crime dont on l’accuse.

Il permet également d’innocenter les personnes coupables. Il étudie également les personnalités des personnes accusées pour élaborer un traitement adapté. Une extension du travail du psychologue criminologue est le métier de “profiler“. Il me semble qu’il en existe 2 (!) en France, au sein de la gendarmerie.

Psychologue sportif

Dans le domaine du sport, il existe également le psychologue sportif. Il est chargé de travailler avec les sportifs. Leur(s) entraîneur(s), et toute l’organisation de l’équipe.

Les objectifs du psychologue sportif consiste à faire émerger le potentiel individuel ou du groupe. De motiver l’ensemble. Comme de les aider à surmonter le stress de manière efficace.

Le psychologue sportif apprend à chaque membre de l’équipe que les limites n’existent que dans la tête (ah bon…).

Le comportementaliste

Le coach comportemental, ou psychothérapeute comportemental est équipé de multiples notions issues de la recherche scientifique. Ce coach développe des méthodes stratégiques pour résoudre différentes sortes de problèmes comme la dépression. L’anxiété. Le stress. La colère. L’angoisse. les toc (Trouble Obsessionnel Compulsif). Etc.

Le thérapeute comportemental a un insigne avantage. Il sait s’adapter à toute forme de situation. A tout type d’environnement.

Il intervient aussi bien pour les individus que pour les groupes. Ce thérapeute comportemental est également efficace pour résoudre des problèmes liés au travail. Ici, je parle de stress au travail. De souffrance au travail. Ou de burnout.

La particularité de la démarche du thérapeute comportemental se trouve dans le fait qu’il n’est pas le seul à se prononcer sur le problème de son patient.

Son principal but est d’aider le patient à comprendre son propre problème à travers des méthodes. Il s’agit de méthode de questionnement. D’évaluation des croyances. Ou d’apprentissage de techniques d’objectivation.

Le coach agit avec empathie, cordialité et authenticité. Son objectif n’est pas de dicter comment penser ou se sentir. Plutôt aider à juger soi-même les sentiments éprouvés. De définir comment on veut se sentir dans le futur. Tout le déroulement de la thérapie est basé sur les buts personnels à atteindre.

Le thérapeute comportemental est un psychologue qui donne des techniques efficaces pour reprendre une vie normale. Il accompagne également la mise en pratique. Son but n’est pas de rendre le patient dépendant de lui. Son objectif est d’aider la personne à se prendre en charge. Les séances sont de courte durée.

Psychologue comportemental

Si vous souhaitez bénéficier des apports de la thérapie comportementale, je vous invite à regarder la vidéo ci-dessous. Son contenu vous présente un programme en ligne.

Adapté à votre cas, ce programme comportemental vous offre de résoudre n’importe quel problème issu des troubles suivants:

Pourquoi consulter un psychologue ou aller chez le psy?

Vous vous demandez pour quelles raisons et quand aller voir un psy ? Vous hésitez à aller voir un psy pour la première fois ? Voici quelques exemples de situations qui devraient vous amener à consulter parce que vous estimez avoir besoin d’un psy.

Il y a quantité de problèmes qui peuvent vous amener à vous dire ” j’ai besoin d’un psy ” et à recourir à un soutien thérapeutique. C’est presque impossible d’en faire une liste exhaustive compte tenu des particularités inhérentes à chaque personne.

Dès lors, il convient de préciser que vous n’avez besoin d’un psy que si vous rencontrez un problème. Vous pouvez également consulter quand vous ressentez le besoin de vivre différemment. Que vous ayez envie de développer vos potentiels. De choisir une nouvelle carrière professionnelle. D’évoluer sur des aspects de votre vie. Ou encore de prendre des décisions importantes. Dès lors, il existe divers programmes thérapeutiques pour vous aider à gérer votre évolution.

C’est dans cet esprit que l’ai créé le Programme ARtUS pour traiter définitivement les problèmes d’angoisse, d’anxiété, de phobie, de toc, ou de dépression.

Difficultés personnelles

Quand vous traversez une mauvaise passe de votre vie, que les choses ne se passent pas comme elles devraient se passer normalement selon vous, ce concours de circonstances n’est pas sans effet sur votre état émotionnel. Et vécue sur la durée, ce type de situation peut malheureusement ouvrir la porte à des troubles et pathologies psychiques plus ou moins graves.

Comme beaucoup de personnes dans votre situation, sans doute commencez-vous par vous dire – à défaut de vous convaincre –  que vous vous en sortirez tout(e) seul(e. Mais, le temps aidant, vous convenez que cela n’a rien d’évident. Le soutien de vos amis et de votre famille peut vous aider mais est loin d’être suffisant.

Vous avez besoin du soutien d’un professionnel pour vous aider à sortir de la mauvaise période que vous traversez puis reprendre votre vie en main. Dans ce type de situation, il est tout à fait légitime d’envisager de consulter un psy, mais cette solution n’est pas la seule (cf : plus d’informations en bas du présent article) !

Surmonter les épreuves de la vie

Vous pensez avoir besoin d’un psy ? Il y a des événements de la vie particulièrement difficiles à vivre et lors desquels il est peut être compliqué de faire face : le décès d’un proche, la perte d’un emploi, un burn out, un échec dans un domaine où vous avez fondé d’importants espoirs ou encore une déception amoureuse.

Ces situations constituent autant d’événements sources de peines émotionnelles dont vous pouvez avoir grand mal à vous débarrasser et qui expliquent pourquoi voir un psy.

En de pareilles situations, il est urgent pour vous d’utiliser les bons outils thérapeutiques afin de tourner la page de ces rudes épreuves. La seconde étape consiste à instaurer des changements positifs et constructifs, ceux-là même qui ouvrent la voie à une vie qui vous convienne.

Difficultés relationnelles

Vous pouvez trouver mille et un prétextes pour justifier les problèmes que vous rencontrez. Ainsi, vous pouvez en imputer la responsabilité à votre entourage : à votre famille, votre conjoint(e) ou encore à votre environnement professionnel. Dans tous les cas, cette situation n’est pas normale et il faut l’accepter: vous avez besoin d’un psy.

Ou, pour être plus exact, vous avez besoin d’outils thérapeutiques qui ont fait leurs preuves pour franchir cette étape. Ces différents outils ont vocation à vous aider à être moins seul(e) et isolé(e) et surtout à être en mesure de tisser des relations plus saines avec les autres.

Dans le même esprit, si vous soupçonnez – ou considérez – qu’une personne au profil de pervers narcissique par exemple vous manipule et abuse de vous, il est bénéfique pour vous d’avoir recours à un programme thérapeutique adapté à votre situation émotionnellement parlant.

Dans ce genre de situation, la personne qui s’estime victime d’une manipulation pense qu’elle va gérer ou qu’elle gère la situation à son avantage.

Cette même personne est convaincue qu’elle sait comment ne pas ” se faire avoir “. Mais, en réalité, chaque jour un peu plus, le bourreau resserre son étau autour de sa victime puis se débrouille pour qu’elle ne se rende compte de rien.

Alors, dès que vous soupçonnez qu’il y a une personne qui essaie de vous manipuler, de se servir de vous pour atteindre ses objectifs, utilisez les bonnes stratégiques. Je n’ai de cesse de parler dans ce blog. Ainsi, nul n’a besoin d’un psy pour résoudre ce type de problèmes.

Problèmes de sexualité

Ce type de problème peut avoir une origine psychique et pas nécessairement organique. Si vous avez du mal à avoir une sexualité épanouie, surtout si cela est dû à des traumatismes du passé, avoir besoin d’un médecin psychologue est compréhensible. Celui dernier vous aide à soigner les blessures laissées par les abus sexuels que vous avez peut-être subis au cours de votre enfance ou de votre adolescence. Les bons soins d’un psy compétent en matière de troubles sexuels vous aident à surmonter également toutes les formes de peurs liées à la sexualité.

La psychologie clinique: Ses objectifs

Il y a une longue bataille que je ne connais que trop. Celle qui oppose les divers courants thérapeutiques. Dans le cadre de mes problèmes personnels, c’est la psychologie clinique qui a majoritairement accompagné mon parcours thérapeutique. Je ne parle pas là de parcours professionnel mais personnel. J’estime qu’il y a beaucoup à dire, ou à écrire, sur la psychologie clinique.

En effet, au contraire de ce que ses défenseurs en disent, cette approche ne résout aucun problème. Ou si peu. Elle consiste majoritairement en une longue visite de sa propre histoire. En termes parentaux et familiaux. Elle favorise ainsi l’identification de la genèse d’un problème. Pas sa solution.

Or, force est de constater que la culture française est beaucoup plus encline à un suivi thérapeutique issue de la psychologie clinique qu’aux thérapies dites alternatives. A plus forte raison quand il s’agit de travailler sur les émotions.

Par alternatives, j’entends toute thérapie qui sort quelque peu du champ clinique habituel. Scientifiquement balisé. Notre culture exige des approches qui fassent leurs preuves. Des thérapies cliniques qui soit scientifiquement prouvées. La psychologie clinique fait partie de ce cadre.

Dès lors, la psychologie clinique est pratiquée par des hommes et des femmes titulaires d’un DESS. Un Diplôme d’Études Supérieures Spécialisées en psychologie. Le titre de psychologue «ouvre droit» à un numéro ADELI. Lequel numéro d’enregistrement officialise le titre de psychologue. Il autorise donc la pratique de la psychologie clinique. En cabinet ou au sein d’une institution.

La pratique de la psychologie clinique s’accompagne de différentes méthodes. Elles aident le patient à ne plus souffrir. Mais qu’en est-il dans la pratique?

Processus de la psychologie clinique

Quand vous consultez un(e) psychologue, vous parlez de votre problème. Ensuite, le ou la psychologue vous aide à faire des liens entre votre problème et votre histoire de vie.

Par exemple, ce professionnel de l’approche clinique vous pose des questions. Qu’on le veuille ou pas, ces questions sont orientées. Il s’agit là de comprendre le mécanisme névrotique qui explique votre problème.

Qu’il s’agisse d’angoisse, d’anxiété, crise d’angoisse, crise de panique. Ou de tout autre sujet émotionnel que vous vivez comme un facteur de mal-être. A raison d’années de travail thérapeutique, et d’une séance de 30 minutes par semaine, vous arrivez, ou non, à comprendre ce qui se passe pour vous. C’est cela la psychologie clinique.

La psychologie clinique repose sur ce que l’on appelle le processus d’identification. Ce processus est éminemment important. Il faut du temps pour prendre la mesure de ce qu’il vous arrive. Pour étayer mon propos, prenons le cas d’un malade alcoolique.

Entre le moment où cette personne identifie qu’elle est malade, et le moment où elle intègre la nécessité d’une logique de soins, il se passer des années. Parfois, une vie entière.

Pourquoi autant de temps passé? C’est assez simple. Au début, vous parlez de votre seul problème. Rapidement, vous dérivez vers l’expression de vos ressentis au quotidien. Donc des autres problèmes que vous subissez.

Ainsi, vous parlez à bâtons rompus de votre vie professionnelle, affective, familiale, sentimentale, etc. Des joies et des peines qui sont les vôtres. Dès lors, le temps s’étire.

Du temps passé ou du temps perdu?

Le cabinet de psychologie clinique devient rapidement un lieu au sein duquel vous «déposez votre sac». D’où cette expression: «vider son sac». Votre quotidien en est plus léger. Mais vous ne résolvez pas votre problème.

Petite précision au passage. Il faut que vous soyez en confiance avec la personne que vous consultez dans un cabinet de psychologie clinique. N’oubliez jamais. Il est une chose très importante. L’alchimie. L’harmonie, entre vous même et le professionnel que vous consultez.

Votre sac vous soit plus léger, c’est une bonne chose. Que cela vous permette de vous sentir mieux aussi. Qu’enfin la personne que vous consultez soit bienveillante, c’est le minimum requis en pareille situation. C’est son métier. Vous aider. Pas vous juger. Mais une chose est fondamentale. Vitale. Primordiale.  Vous poser les bonnes questions.

Et là, ça pêche. Car, si bonnes questions il y a, encore faut-il formuler des réponses qui soient exploitables.

Ré investir votre enfance

A question ouverte, c’est à dire qui puisse apporter une multitude de réponses, réponses ouvertes. Dès lors, vous tournez autour de votre problème. Sans lui apporter de solutions. C’est normal. Vous ne savez par quel bout aborder votre problème. Dès lors, le psy vous engage à parler de votre enfance. Stratégiquement, c’est une erreur.

Avant de faire le lien entre votre histoire personnelle et le problème pour lequel vous consultez, que de temps passé. Imaginez. Vous êtes là pour traiter les angoisses dont vus êtes victime.  Le psychologue investit votre enfance. Mais ce thérapeute est dans son rôle. C’est la fonction même de la psychologie clinique que de ré investir ce qu’il associe surement à une névrose d’angoisse. Un peu comme un psychiatre qui, pour le même sujet, vous prescrit des médicaments. Ce sont des réponses. Mais sont-ce vraiment les bonnes pour vous?

La psychologie est une approche est très intéressante. La difficulté réside dans le temps que vous y passez. Très souvent, des personnes viennent me consulter au cabinet en se plaignant d’avoir travaillé avec des psy des années durant. Sans résultats probants.

C’est normal de rencontrer cet écueil. A bien y réfléchir, la psychologie clinique a t-elle pour vocation à vous aider à traiter votre problème d’angoisse? A vous aider à vous ré approprier votre histoire de vie en trouvant des explications cartésiennes à ce qui vous pose problème ?

Une alternative: La thérapie comportementale

Sans doute tout cela à la fois. Et bien d’autres choses encore. En bref, la psychologie clinique a plus pour vocation de vous aider à “régler” des problèmes d’identité. Des questions de sens. Qui suis-je? Où vais-je? Quel est le sens à ma vie? Et, accessoirement, pour citer l’une des expressions favorites de mon défunt père: “Dans quel étage erre?“.

C’est d’ailleurs la raison pour laquelle, beaucoup  de gens, en plus de consulter en psychologie, consultent un psychiatre pour voir soignés les symptômes de leurs angoisses. Laquelle démarche induit une prise régulière de médicaments. Mais il existe une alternative à ces thérapeutiques longues et coûteuses.

Comme vous le savez peut-être, de toutes les démarches thérapeutiques que j’ai entrepris, c’est l’approche comportementale qui m’a “sauvé”. Après 20 ans d’angoisse, d’anxiété, et de dépression, j’ai réglé mon problème en 2 mois.

Mais, avant cette solution, nonobstant le fait d’être passé “entre les mains” de psychiatre et de psychologues, je me suis – aussi – intéressé à la psychanalyse. Ja’i donc suivi une cure psychanalytique pendant plus de 10 ans.

Intéressant, mais…

La psychanalyse: 1 travail thérapeutique intéressant, mais semé d’embûches

La psychanalyse a été conçue par Sigmund Freud entre le 19ème et le 20ème siècle. La psychanalyse est l’une des thérapies utilisées dans le traitement de nombreuses maladies psychiques. C’est aussi celle qui alimente tous les fantasmes, et fait se poser beaucoup de questions.

C’est aussi celle sur laquelle se fonde notre culture psychologique. A tout le moins en France. A titre d’exemple, le cursus psy des études de médecine ne se fonde que sur la psychanalyse.

Depuis plus de 25 ans que je pratique la thérapie comportementale, alors que ma culture psy est plutôt d’ordre psychanalytique, je suis toujours assailli de questions diverses à propos de la psychanalyse.

Bien sur, ces personnes ont une idée derrière la tête en me posant leurs questions. Celle de savoir et comprendre les différences existantes entre la psychanalyse et la thérapie comportementale. Et pourquoi une telle question? Simplement, parce que je vous offre des solutions simples et rapides à vos problèmes. Ces solutions ont vocation à traiter l’angoisse, contrôler une crise d’angoisse, vaincre l’anxiété, ou encore soigner une phobie. C’est trés rapide, alors qu’avec la psychanalyse, il est notoire que c’est très long.

Mais là n’est pas l’important. L’important c’est que peu de gens savent de façon précise ce qu’est la psychanalyse. Quels en sont les grands principes. Comment çà marche? C’est l’objectif même de cet article. Vous expliquer la psychanalyse.

Définition de la psychanalyse

La psychanalyse permet à une personne de mieux se connaître. Ceci grâce à une introspection et à une exploration de son inconscient. C’est une thérapie qui prend en compte l’ensemble des rêves. Et aussi les souvenirs et associations d’idées d’une personne. Ceci pour expliquer et résoudre ses conflits intérieurs.

Selon le Dictionnaire Larousse, la psychanalyse est, je cite: “Une méthode d’investigation psychologique visant à élucider la signification inconsciente des conduites, et dont le fondement se trouve dans la théorie de la vie psychique formulée par Freud“.

La définition de la psychanalyse la plus complète est celle donnée par Sigmund Freud en 1923 dans Encyclopedia Britanica. Elle se présente sur 3 niveaux inter liés:

  • “Un procédé d’investigation des processus psychiques inconscients qui autrement seraient difficilement accessibles”
  • “Une méthode de traitement des troubles névrotiques, méthode qui se fonde sur les résultats de cette investigation”
  • “Un ensemble de conceptions psychologiques acquises par ces moyens et qui, réunies, forment une discipline scientifique nouvelle”

Déroulement de la cure en psychanalyse

La thérapie psychanalytique commence par une mise en position de relaxation. Vous pouvez être allongé sur un divan. Ou confortablement assis dans un fauteuil. Le plus important est que vous soyez à l’aise. Et loin de la vue du thérapeute.

En effet, il s’agit de vous libérer du regard du thérapeute. Partant, de vous protéger de tout réajustement de votre part en fonction de ce que vous pressentez chez ce dernier.

Les séances se déroulent sur une fréquence hebdomadaire régulière. Elles durent de 2 à 30 minutes chacune. J’ai vu des séances qui ne durait que 3 minutes parce-que le psychanalyste souhaitait que son patient réfléchisse, sciemment ou pas, à un mot prononcé.

Ces séances peuvent avoir lieu 1 à 2 fois par semaine. A titre d’exemple, Françoise Dolto suivait une cure psychanalytique à raison de 4 séances par semaine.

Au démarrage, vous êtes invité à exprimer librement tout ce qui émerge dans votre esprit. Tout ce qui vous passe par la tête. Il arrive bien souvent qu’à cette étape, de multiples résistances se forment dans votre esprit. Au point de vous empêcher de vous exprimer.

C’est là que le thérapeute intervient pour essayer de dénouer ces liens. Pour vous permette une expression. Une verbalisation plus libre et fluide.

Psychanalyse et liberté d’expression

Une fois cette liberté d’expression mise en place, le (la) psychanalyste oriente la discussion dans un sens ou dans un autre. Il interprète ce que vous dites. Ce faisant, le psychanalyste reste neutre, et ne donne aucun avis subjectif à vos paroles. Il ne donne pas de conseil. N’exprime aucune injonction. Il laisse libre cours à votre esprit afin qu’il s’exprime librement.

Cure psychanalytique. Définition et objectifs de la psychanalyse

Selon Freud, la relation qui lit le thérapeute à son patient est à l’image de la relation qui liait ce dernier à ses parents au cours de son enfance. C’est sur cette base que le psychanalyste intervient par une démarche structurée.

Elle tend à puiser dans votre inconscient l’ensemble des solutions à vos problèmes. Ceci par la mise en lumière de conflits intra psychiques liés aux traumatismes de votre enfance.

Différences entre psychanalyse et approche comportementale

Précédemment, je vous expliquais que je fais souvent l’objet de questions à propos de la différence entre la psychanalyse et la thérapie comportementale. Ces questions sont d’autant plus importantes que les thérapies brèves sont en plein essor. Surtout la thérapie comportementale.

Il convient de préciser que la psychanalyse n’est pas un traitement dangereux comme certaines personnes veulent vous le faire croire. Elle est efficace dans de nombreux cas. A l’exception, pour les personnes fragiles. J’ai d’ailleurs l’habitude de dire, et d’écrire, que pour suivre une psychanalyse, il est nécessaire d’être en bonne santé… mentale. Il subsiste cependant un léger problème.

Ce problème est la principale limite de la psychanalyse. Laquelle limite se trouve dans la durée de la cure psychanalytique. C’est une thérapie longue. Très longue. Elle peut durer plus de 10 ans. Ce qui est considérable en matière d’investissements personnels et financiers.

Les résultats prennent aussi énormément de temps à éclore. Et à se mettre en place. Dans certains cas, ils impliquent une déstabilisation dans la vie de couple. Comme dans la vie sociale ou professionnelle.

Chez de nombreuses personnes, on constate également une difficulté à se détacher de leur thérapeute. A reprendre leur vie en main. Ce qui est normal puisqu’ils passent des années à écouter et échanger avec la même personne. Cela crée un lien.

C’est comme cela que j’entends parfois des patients me demander de “ne pas les abandonner”.

La thérapie psychanalyste est un chemin très long dont le résultat n’est pas forcément garanti. Dès lors, la question suivante se pose. “Pourquoi suivre une psychanalyse, alors que vous pouvez guérir en 6 à 8 semaines, sans médicaments?”.

Un programme thérapeutique et comportemental en ligne personnalisé

Au contraire de la psychanalyse, il est tout à fait possible de guérir de toutes formes de stress, d’anxiété, d’angoisse, de phobies en 6 à 8 semaines grâce à la thérapie comportementale.

Les premiers résultats sont visibles dès l’équivalent des 3 premières séances.  Dès lors, au bout de 6 à 8 semaines, toute personne, qu’elle ait une personnalité forte ou fragile, retrouve un état de santé normal. Au sens de la confiance en soi et de l’autonomie.

Un tel parcours thérapeutique est favorisé grâce au programme thérapeutique et comportemental en ligne que j’ai conçu.

Ces résultats rapides sont le fruit de cette méthode. Et de mes 25 années de pratique de la thérapie comportementale au sein de mon cabinet. Dès le 1er Module, vous effectuez un bilan de votre situation psychique comme physique. Chaque détail  détail compte. Qu’il s’agisse de votre environnement familial, social ou professionnel.

Ensuite, grâce à un cheminement structuré, ce programme vous précisez les réelles sources de vos problèmes. Vous découvrez que les causes de vos troubles psychiques ou physiques ne se situent pas toujours là où vous le pensez.

Ce programme comportemental en ligne vous aide à les identifier. En toute objectivité. Puis à définir des objectifs à atteindre dans un temps précis.

Des différences fondamentales avec la psychanalyse

Dans le même temps, le Programme ARtUS vous aide à traiter les situations anxiogènes grâce à des exercices spécifiques. A ce sujet, vous bénéficiez de mon soutien thérapeutique en temps réel. Vous pouvez me contacter à loisir à l’aide de votre espace personnel.

En effet, j’ai construit ce programme de sorte à ce que l’inter action constante entre vous et moi soit constante. Il est donc personnalisé.

Chaque exercice de ce programme est conçu dans une logique thérapeutique et stratégique. Ceci a pour objectif de vous aider à reprendre le contrôle de votre vie. Facilement et rapidement.

Progressivement, vous créez des schémas de pensées et de comportements adaptés à votre réalité. En très peu de temps, vous retrouvez toute votre autonomie.

La thérapie comportementale ne comporte aucun danger pour votre organisme. Elle n’implique aucun bouleversement dans votre vie. En suivant chaque prescription telle qu’elle vous est indiquée, les éventualités de rechute sont quasi nulles. A plus forte raison, si vous ne manquez pas de me solliciter quand vous avez des doutes ou des questions.

Ce qu’il est important de retenir, c’est donc la différence fondamentale qui existe entre la psychanalyse et la thérapie comportementale. Dans la première approche, vous cheminez seul, et faites de libres associations entre votre histoire de vie, vos névroses, et votre problème.

Dans le second cas, la thérapie comportementale vous aide de façon constante à l’aide d’exercices structurés. Lesquels s’inscrivent dans une démarche stratégique. Il y a donc un début et une fin. Un parcours tout au long duquel je suis à vos côtés. Comme si nous sommes l’un à côté de l’autre. Vous n’êtes jamais livré à vous même quand il s’agit de thérapie comportementale.

Psychanalyse ou approche comportementale: Quel mode thérapeutique choisir?

En 6 à 8 semaines, vous faites ce que la psychanalyse ne permet souvent pas en 10 ans. La psychanalyse, si intéressante qu’elle soit, vous permet d’identifier beaucoup de raisons à votre problème. Mais, elle ne vous offre pas la solution. Le Programme ARtUS remplit cette fonction.

Pour faire bref, la psychanalyse c’est pourquoi. La thérapie comportementale c’est comment.

Article publié par:

Frédéric Arminot, Coach comportemental

Spécialisé dans le traitement des problèmes d'angoisse, d'anxiété, de dépression, de phobie, et de toc, il exerce depuis plus de 25 ans en qualité de comportementaliste.

Ancien grand anxieux, et victime d’angoisses aux multiples conséquences des années durant, il a créé un programme de coaching comportemental en ligne:

Le Programme ARtUS

Cette méthode de coaching résout 16 cas sur 17, soit + 95 % de résultats.

8 commentaires à propos de: “Psychiatre et psychologue: Quelles sont les différences?”

  1. Bonsoir Carlos,

    Merci pour votre message.

    Je suis désolé d’apprendre que vous êtes victime de ces problèmes.

    Je vous envoie un mail avec plus d’informations.

    Belle soirée à vous.

  2. Bonjour monsieur.
    Il y a 9 ans jai fais une dépression. Surmenage. Je suis suivis par une psychologue
    L’année passée, j’ai changé de poste de travail qui m’a conduit à burn Out.
    Anxiété sévère et trouble de la personnalité
    Je suis sous sipralexa 20 mg, trazodone et somnifères
    Je n’ai plus de prise sur mes symptômes.
    Ma psy m’a conseillé de me faire hospitalisée

  3. Bonsoir Thérèse,

    Je viens de vous adresser un mail pour, avec votre aide, essayer de mieux comprendre votre problème et, partant, vous offrir une solution.

    A ce propos, vous faites allusion à votre difficulté à choisir entre un psychiatre et un psychologue. C’est comme si vous deviez choisir entre la peste et le choléra (j’entends mes détracteurs crier au scandale).

    Je ne vois pas non plus de quelle façon les médicaments prescrits vont vous aider à traiter définitivement votre problème. Et ce d’autant moins, que vous ne les supportez pas. C’est une chance Thérèse pour la femme dynamique que vous êtes que de ne pas perdre votre autonomie du fait de prescriptions médicamenteuses.

    Si vous répondez à mon mail, je pourrais vous proposer des solutions efficaces à votre problème de crise d’angoisses et de dépression. Ainsi, vous permettre, de façon efficace et pérenne de reprendre confiance en vous.

    A bientôt Thérèse. Dans l’intervalle, prenez bien soin de vous.

  4. Je suis en arrêt pour dépression depuis 1mois ( du au travail, crises d’angoisses et perte de confiance en soi avec une sensation de perdre mes moyens ) . Mon médecin traitant ma prescrit effexor 75, stresam et xanax au coucher et je ne l’ai pas supporter AD. A ce jour il ma prescris Zoloft 50 et une ordonnance pour un rendez vous mais je ne sais pas qui choisir psychiatre ou psychologue. A savoir que mes crises d’angoisses ont débuté à l’âge de 19 ans. Aujourd’hui j’ai 37 ans, je suis cadre et femme très active et j’aimerais surmonter rapidement ce problème qui me “bouffe ” la vie. Merci

  5. Bonjour Cassandre,

    Il n’est pas impossible que faisant des stages vous soyez confrontée au handicap (mental ou physique). Si cela vous pose un problème, rien ni personne ne saurait vous obliger à travailler dans le secteur du handicap mental. Rien non plus ne vous contraint à travailler en milieu hospitalier avec des personnes déficientes mentales (ce que l’on appelle plus communément les “fous”, ou des personnes schizophrénes, psychotiques, etc.).

    Il existe différentes voies professionnelles pour exercer vos compétences. Je pense, par exemple, à la neuropsy. Sans doute est-ce au gré de l’avancée de vos études, que votre projet professionnel s’affinera.

  6. Bonjour, j’ai bien compris que les Psychiatre sont plus spécialisés dans les problèmes mentaux que les Psychologue…mais les Psychologue sont t-ils tout de même amenés à traiter des personnes malades mentalement.
    Je demande car j’envisage d’être psychologue mais les handicapés mentaux me mettent un peu mal à l’aise et je ne pense pas pouvoir supporter ça.

  7. je veux savoir la chose que le psychologue peuve la faire mais que le psychiatre ne peuve pas la faire ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

top