L’agoraphobie est une forme d’anxiété marquée par une peur aiguë et souvent irrationnelle de situation où l’on peut se sentir vulnérable, ou en situation d’impossibilité d’échapper, comme dans des espaces ouverts, des lieux publics, ou lors d’utilisation des transports en commun.

Les individus atteints peuvent expérimenter des crises de panique et des symptômes physiques intenses tels que palpitations, sueurs et tremblements, rendant l’expérience profondément angoissante. Cette condition peut significativement affecter les aspects quotidien, social et professionnel de la vie, poussant certains à éviter ces situations redoutées.

La bonne nouvelle, c’est qu’il existe des stratégies éprouvées qui aide à traiter la peur des lieux publics, permettent aux patients concernés de surmonter leurs peurs et de retrouver le contrôle sur leur vie.

Qu’est-ce que l’agoraphobie ?

Le trouble agoraphobique est essentiellement un trouble anxieux caractérisé par une peur intense et irrationnelle de situations où l’on pourrait se sentir vulnérable, piégé, ou sans possibilité de secours.

Cette peur peut surgir dans des espaces ouverts, des zones publiques, au sein des transports en commun, ou même en faisant la queue.

Une caractéristique marquante tout agoraphobe est la possibilité de subir des – des moments de peur extrême – accompagnés de symptômes comme des palpitations cardiaques, des sueurs, des tremblements, et une angoisse paralysante.

Les personnes concernées redoutent de se retrouver dans des situations d’où elles ne peuvent s’échapper ou où elles ne peuvent pas être aidées, ce qui les mène à éviter ces scénarios, ou à les endurer avec une grande souffrance.

Dans les cas extrêmes, cela peut les conduire à rester cloîtrées chez elles, coupées du monde extérieur.

Évaluation médicale et diagnostic

Si l’agoraphobie vous concerne, consulter un médecin ou un professionnel de santé mentale est important pour bénéficier d’un diagnostic précis et un traitement sur mesure.

Bien qu’il n’y ait pas de test spécifique, le professionnel de santé vous interrogera sur vos symptômes, antécédents personnels et familiaux, et mode de vie.

Un examen physique peut aussi être réalisé pour exclure d’autres causes à vos symptômes, tels que des problèmes de cœur ou de respiration.

Le diagnostic s’appuie sur les critères du DSM-5, lesquels incluent :

  • Une peur ou anxiété intenses et persistantes (≥ 6 mois) dans deux situations ou plus parmi : l’usage des transports en commun, la présence dans des espaces ouverts ou clos, faire la queue ou être dans une foule, et le fait d’être seul hors de chez soi.
  • La crainte que ces situations provoquent des symptômes de panique ou d’autres symptômes gênants ou handicapants, ou l’impossibilité de fuir ou de trouver de l’aide.
  • L’évitement actif de ces situations, leur confrontation avec une grande détresse, ou la nécessité d’un accompagnateur de confiance.
  • Une peur ou anxiété disproportionnée par rapport au danger réel de ces situations.
  • Une perturbation significative de la vie quotidienne, sociale, ou professionnelle due à cette peur, anxiété ou évitement.
  • Ces manifestations ne s’expliquent pas mieux par un autre trouble mental, comme une phobie spécifique, trouble obsessionnel-compulsif ou trouble de stress post-traumatique.

L’importance de rechercher de l’aide

L’agoraphobie peut gravement impacter votre bien-être, estime de soi, relations, et fonctionnement global.

Sans aide, le risque est grand de s’isoler davantage, de développer une dépression, une dépendance à l’alcool ou aux drogues, ou d’autres troubles anxieux.

Cela peut aussi entraver l’exécution de tâches quotidiennes, le travail, les études, les voyages, ou la jouissance de loisirs.

Voilà pourquoi il ne faut pas souffrir en silence, mais solliciter l’assistance d’un professionnel qualifié. Un traitement approprié peut diminuer votre peur et anxiété, vous encourager à affronter les situations évitées, à reprendre le contrôle de votre vie, et à améliorer significativement votre qualité de vie.

Méthodes thérapeutiques pour traiter l’agoraphobie

Thérapie systémique de Palo Alto

La thérapie comportementale dite brève et orientée solutions constitue une approche psychologique efficace visant à transformer les pensées et les comportements problématiques associés à l’agoraphobie.

Elle est fondée sur le principe selon lequel les peurs irrationnelles motrices de l’anxiété peuvent être surmontées en identifiant, contestant et réorientant ces pensées à l’aide de stratégies thérapeutiques particulièrement efficaces.

En utilisant des stratégies paradoxales lesquelles influencent les modes de communication interne du cerveau, la thérapie comportementale de Palo Alto ouvre la voie à une réduction significative de l’anxiété, renforce l’estime de soi et permet aux patients de reprendre les rênes de leur existence en quelques semaines seulement.

Exposition graduelle : la TCC

Intégrée à la TCC (thérapie cognitive et comportementale), l’exposition graduelle est une stratégie visant à confronter le patient aux situations redoutées de manière progressive et maîtrisée.

L’objectif est double : démystifier la perception du danger et enseigner des techniques de gestion de l’anxiété.

Que l’exposition se déroule par la visualisation, la réalité virtuelle ou dans la vie réelle, cette méthode s’avère assez efficace pour atténuer les symptômes d’agoraphobie et pour accroître la résilience face à l’anxiété.

Cependant, il convient de noter qu’en cas d’échecs à suivre les prescriptions thérapeutiques inhérentes à la TCC, le patient risque de se bloquer ce qui induit de nouveaux blocages.

Pratiques de relaxation et de mindfulness

En complément, les techniques de relaxation et de pleine conscience (mindfulness) se révèlent être d’excellents outils pour réguler l’anxiété et améliorer le bien-être général.

La relaxation, à travers la respiration profonde, la relaxation musculaire progressive ou le yoga, contribue à apaiser le corps et l’esprit, à diminuer le stress, et promeut une sensation de paix intérieure.

La pleine conscience, quant à elle, incite à vivre l’instant présent de manière objective, sans jugement ni réaction automatique.

Cette pratique encourage à adopter une perspective bienveillante envers soi-même et les situations vécues, permettant ainsi une meilleure gestion des pensées et émotions déstabilisantes.

La relaxation et la pleine conscience, pratiquées seules ou en groupe, avec ou sans accompagnement, constituent des ressources précieuses pour toute personne confrontée à l’agoraphobie.

J’émets pourtant une réserve à ces sujets : en effet, si ces méthode de relaxation permettent de vous détendre, et de limiter les conséquences immédiates de l’agoraphobie, elles ne constituent en rien une solution pérenne. Sinon, pourquoi recommencer à méditer ou à se relaxer aussi souvent ?

Traitements pharmacologiques de l’agoraphobie

Antidépresseurs et anxiolytiques

Les antidépresseurs et les anxiolytiques constituent une option de traitement pour l’agoraphobie, en soutien d’une thérapie psychologique.

Les antidépresseurs modifient la chimie du cerveau en augmentant les niveaux de neurotransmetteurs comme la sérotonine, jouant un rôle important dans le contrôle de l’humeur et de l’anxiété.

De leur côté, les anxiolytiques réduisent l’activité du système nerveux central, procurant ainsi un effet apaisant et relaxant. Ces médicaments peuvent aider à atténuer des symptômes tels que les crises de panique, les pensées négatives, l’évitement des situations stressantes et l’angoisse.

Il y a plusieurs catégories d’antidépresseurs et d’anxiolytiques disponibles, chacun avec ses propres avantages et inconvénients.

Les plus fréquemment prescrits pour l’agoraphobie sont les inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRS), tels que la fluoxétine ou la sertraline, et les benzodiazépines, comme le diazépam ou le lorazépam.

Leur prescription doit être réalisée sous strict contrôle médical, le médecin déterminant la posologie, la durée du traitement et la méthode d’administration la plus appropriée pour chaque patient.

Mais, demeurons vigilants : les effets secondaires de ces médicaments comprennent somnolence, nausées, maux de tête, prise de poids, baisse de la libido ou risque de dépendance.

Dès lors, la question se pose. Mieux vaut-il s’abstenir de prendre ces médicaments et ne s’intéresser qu’à une prise en charge comportementale (lire en bas de cet article).

Reste la question des bêta-bloquants.

Bêta-bloquants

Les bêta-bloquants sont des médicaments agissant principalement sur le cœur et les vaisseaux sanguins, en réduisant la fréquence cardiaque, la pression artérielle et le rythme respiratoire.

Utilisés dans le traitement de l’hypertension, de l’angine de poitrine et de certains troubles du rythme cardiaque, ils peuvent également servir dans la gestion de l’agoraphobie.

En effet, ils aident à diminuer les symptômes physiques de l’anxiété tels que palpitations cardiaques, tremblements, transpiration excessive et essoufflement.

Le propranolol et l’aténolol sont parmi les bêta-bloquants les plus couramment employés pour l’agoraphobie.

Leur administration doit être surveillée par un professionnel de santé qui ajustera la dose et la durée du traitement selon les besoins spécifiques du patient.

Les effets secondaires potentiels incluent fatigue, vertiges, troubles digestifs, perturbations du sommeil ou aggravation de l’asthme.

Faire face aux rechutes et aux défis du quotidien

L’agoraphobie, bien que traitable, exige un engagement continu et une motivation sans faille.

Il est fréquent de rencontrer des périodes de rechute, durant lesquelles les symptômes peuvent réapparaître ou s’aggraver. Ces moments difficiles peuvent être provoqués par du stress, des changements significatifs dans votre vie, des problèmes de santé ou les effets secondaires de certains médicaments.

Face à ces rechutes, il est crucial de rester positif et de ne pas se blâmer. Continuez d’employer les techniques apprises en thérapie, telles que des exercices de respiration, de relaxation, la pleine conscience, l’exposition ou la restructuration cognitive.

N’hésitez pas à solliciter du soutien auprès de votre thérapeute, de votre médecin ou de vos proches. Prendre soin de soi est aussi essentiel : adoptez un mode de vie sain, faites régulièrement de l’exercice, accordez-vous des loisirs, fixez-vous des objectifs atteignables et célébrez vos succès.

Conseils pour les proches

L’agoraphobie touche également l’entourage de la personne concernée, qui peut se sentir désemparé, frustré ou incompris.

En tant que proche d’une personne agoraphobe, il est fondamental de s’informer sur ce trouble, de faire preuve de compréhension, d’empathie et de respect.

Écoutez sans juger ni critiquer et encouragez la recherche d’aide et la poursuite du traitement. Soutenez-la dans ses efforts et progrès et apportez-lui du réconfort lors des crises, tout en respectant ses limites et son rythme.

Évitez de devenir une présence constante qui pourrait encourager l’évitement et la dépendance. Favorisez plutôt une approche qui l’incite à affronter ses peurs de manière progressive et autonome et félicitez là pour ses victoires, mêmes petites.

Il est tout aussi important de veiller à votre propre bien-être : accordez-vous du temps, maintenez une vie sociale active, cherchez de l’aide si nécessaire, et ne vous négligez pas pour autrui.

Si vous êtes agoraphobe, je vous suggère de recourir au programme en ligne que j’ai conçu pour traiter l’agoraphobie. Il vous assure 95% de réussite en moins de 3 mois.

Pour découvrir cette méthode comportementale, je vous invite à cliquer sur le lien ci-dessous.


La + efficace des solutions commence ici.

Reprenez le contrôle de votre vie en moins de 2 mois, sans médicaments, avec un taux de réussite supérieur à 95%.

Profitez de cette chance extraordinaire tout comme celles et ceux qui, avant vous, pensaient ne jamais s’en sortir.


Ressources


Frédéric Arminot
Frédéric Arminot

Ancien grand anxio-dépressif, et victime d’angoisses aux multiples conséquences des années durant, je suis spécialisé dans le traitement des problèmes d'angoisse, d'anxiété, de dépression, de phobie, et de toc, et exerce depuis plus de 25 ans en qualité de comportementaliste (coach comportemental).   Mes compétences dans les domaines de l'approche systémique de Palo Alto (approche stratégique et brève orientée solution) me permettent de résoudre 16 cas sur 17 en moins de 2 mois (95 % de résultats).   Pour en savoir +, je vous invite à prendre connaissance du programme comportemental en ligne que j'ai conçu.   Si vous le souhaitez, vous pouvez aussi bénéficier de consultations thérapeutiques en cliquant sur ce lien :   Consultations thérapeutiques

Leave a Reply

Your email address will not be published.