Phobie des insectes: Comment ne plus avoir peur des insectes

Phobie des insectes - Comment faire?

Depuis le temps, en tous cas en France, que nous attendons qu’il fasse beau, que le soleil illumine nos journées, là, depuis quelques jours, nous sommes servis! 28°, 29°, voire plus de 30° C. Du coup, çà va être chaud en matière de phobie des insectes.

Les estivants en profitent et… les insectes aussi ! Il y en a partout. Dedans, dehors. A croire qu’ils se sont donnés le mot. Ils volent, ils rampent. La nuit, le jour. Nous les chassons, ils reviennent. Certains les tuent juste parce qu’ils se sentent importunés. D’autres demandent à d’autres de les occire. Ou les tuent eux même pour régler leur problème. Non sans être terrorisés. Et leur problème c’est quoi. C’est la phobie des insectes, ou entomophobie.

Phobie des insectes: Définition d’un insecte

Désolé pour celles et ceux que cela terrifie mais en matière de peur des insectes.Il s’agit de mouches, d’abeilles, de guêpes, d’araignées. Les insectes sont caractérisés par leur nombre de pattes. 3 paires le plus souvent. Six pattes donc, voire bien plus. Et un corps en trois parties (tête, thorax et abdomen). Sans oublier deux paires de deux ailes chacune. Et enfin, deux antennes.

Les insectes sont de taille variable et leur dangerosité (piqûre) diffère d’un animal à l’autre. Aucun, en tous cas en Europe, n’est mortel. Quoique. Avec les frelons asiatiques, il semble que la donne change. Pour autant, agrandissons la définition de l’insecte à tous les insectes rampants. Je pense auxPhobie des insectes cafards dont certains volent et d’autres non.

Quand j’étais dans la Marine Nationale, nous avions fait escale à l’Ile de la Réunion. Je m’y suis offert 15 jours de permission. C’était génial! Ce qui l’était moins, c’était la taille de certains insectes. Les cafards précisément mesuraient jusqu’à plusieurs centimètres. Et quand ils volaient, j’avais l’impression d’entendre une formation de l’armée de l’air.

Bien que je ne sois pas entomologiste, je pense que la notion d’insectes s’étend à tout animal qui vole ou rampe. Et que chacun d’entre nous puisse assimiler à un insecte. Mais, je ne vous oblige bien évidemment pas à être d’accord avec moi.

Définition de la phobie des insectes

Comme je l’explique souvent, la phobie est une réaction de peur que l’on peut assimiler à une angoisse. Voire à une angoisse chronique. Les personnes phobiques ont ce que je nomme un objet phobique. Leurs angoisses sont comme centrées ou focalisées sur cet objet. Les personnes qui sont affectées font tout pour mettre en place des processus d’évitement. Cela signifie qu’elles mettent en place des stratégies parfois très élaborées mais aussi très compliquées pour ne pas être confrontées à l’objet de leurs peurs.

Aujourd’hui je vous parle de la phobie des insectes. Mais une telle phobie peut tout autant concerner, les chiens, les chats, ou tout autre animal. A ceci près qu’il est peut-être plus facile de contrôler la présence d’un chat ou d’un chien que celle d’un insecte.

Qui parle d’insecte parle d’un animal le plus généralement volatile. On ne sait jamais quand il vient. Et encore moins ce qu’il fait. Ou va faire. Le sait-il lui même? En conséquence la notion d’imprévisibilité rend cette phobie encore plus conséquente. Encore plus douloureuse.

Je me souviens d’une patiente qui a la phobie des serpents. Son mari et elle gagnent très très bien leur vies. Lui souhaitait souvent se rendre à l’étranger. Mais il est très fréquemment frustré à ce propos car son épouse ne peut pas envisager de voyager dans un ou des pays dans lesquels la présence de serpents en nombre est connu.

Plus que la dangerosité de l’animal, c’est l’animal lui même qui est objet de phobie.

Comment traiter la phobie des insectes de façon simple et rapide

Phobie des insectes: Une particularité liée à la peur des insectes

Ce qui va suivre, je crois l’avoir déjà écrit. Ne dit-on pas que la pédagogie consiste à répéter les mêmes choses en utilisant un langage différent jusqu’à ce que le message porte?

Dans ma pratique, j’ai toujours observé que chaque phobie a une genèse. C’est à dire que sa naissance coïncide toujours avec un évènement traumatique vécu comme tel par la personne affectée par une phobie.

Ce qui encore plus intéressant à observer c’est que l’objet phobique n’a pas nécessairement de lien direct avec cet évènement traumatique. Il peut très bien  se trouver là au moment du trauma. Je me rappelle d’une jeune fille atteinte de phobie des transports. Il ne lui est jamais rien arrivé dans les transports. Pas d’agression. Pas de conflit. Par contre, c’est le moyen de transport qu’elle utilise qu’il l’ confronté à un évènement traumatique. Dès lors, elle ne peut supporter l’idée de prendre le train, le bus, ou encore le métro.

Il en va de même quant à la phobie des insectes. Parmi ma patientèle, un jour je reçois une jeune femme qui en est victime. Nous contextualisons son problème. Je parle de cet outil spécifique au coaching comportemental, ô combien important, dans la prise en charge d’un problème. C’est ainsi qu’en contextualisant son problème que nous découvrons que son VRAI problème n’est pas l’insecte en soi. Plutôt ce qu’il véhicule potentiellement. La phobie des insectes de cette personne tient en la peur d’avaler un insecte. Et que cet animal lui fasse du mal. Qu’elle tombe malade. Voire qu’elle meure.

Elle convient rapidement que cette dernière éventualité est peu probable. ais que l’idée d’avoir ce “truc”, comme elle l’appelle, dans la gorge puis dans l’estomac, la terrorise. Elle en est parfois quitte pour des crise d’angoisse terribles.

Existe t’il des solutions à la phobie des insectes?

Ce qui rend donc cette jeune femme phobique c’est une absence de contrôle de la chose ingérée. En conséquence, qu’elle peut redouter. Maladie, contamination, décès. De fait, pour contrôler sa peur de la maladie, de la contamination et plus encore de sa propre mort, elle organise autour une espèce de champ stérile qui rend sa vie encore plus infernale qu’elle n’est déjà à l’idée d’être victime d’un insecte.

Bien évidemment, la chaleur aidant, l’été aidant, les personnes qui sont affectées d’entompohobie ont toutes les raisons d’être en hyper vigilance. Ce qui ne fait que faire croître leurs peurs.

Bien sûr qu’il existe des solutions pour traiter la phobie des insectes. A ceci près que tout est une question de contexte et de personne. Soigner la phobie, en général, et ceci quel que soit son nom, pose la question du changement.

Quand vous traitez un problème, inéluctablement, vous changez de regard sur votre environnement. Sur votre façon d’être et de faire. Comme sur les autres. Ou vous même. Être malade, ou se considérer comme tel, peut avoir d’insignes avantages.

Traitement de la phobie des insectes

Je me rappelle qu’enfant, j’avais grand plaisir à être souffrant. Et ceci bien que, paradoxalement, j’ai parfois vraiment mal quelque part. Être malade, ou être considéré comme tel pour une durée même limitée m’évitait un problème. Je n’avais pas envie d’aller à l’école. Je voulais bien voir mes potes, mais pas travailler. D’où l’intérêt d’être malade. Mon problème scolaire avait plus de place dans ma vie, au sens de la douleur, que le fait de ne pas voir mes amis.

Traiter la phobie des insectes

Phobie des insectes

Partant, soigner une phobie signifie qu’il ne suffit pas de s’en plaindre. J’écris cela sans aucune intention moqueuse. Mais cesser de souffrir, c’est accepter de se comporter en conséquence,. C’est à dire ne plus se satisfaire des ses propres stratégies d’évitement.

Traiter un problème de phobie, de phobie des insectes, comme de toutes les phobies, c’est apprendre – et accepter – à porter un autre regard sur soi et son environnement.

Je confirme donc qu’il existe des solutions. Le traitement de l’entomophobie nécessite un comportement responsable au sens où, avec le temps, les intéressés apprennent à gérer les inter actions les concernant de façon plus adulte. Encore faut-il le pouvoir. Ou le vouloir. Encore faut-il que le nouveau bénéfice compense la perte.

Une phobie est donc l’expression d’une angoisse liée à la peur de perdre le contrôle. Et à propos des insectes, il est quand même très difficile, voire impossible, de contrôler un animal dont on ne sait jamais ce qu’il va faire. Ni où il va se rendre. Il faut donc trouver d’autres solutions qui font appel à d’autres langages, à d’autres logiques.

Vous pouvez découvrir ces logiques à l’aide du programme que je vous invite à découvrir ci-après.

Traiter l’entomophobie

Il existe des moyens simples, rapides et particulièrement efficaces pour traitement la peur des insectes, ou vous assurer un traitement de l’entomophobie adapté à votre cas. Je vous invite à découvrir cette solution comportementale en cliquant sur le lien ci-dessous.

Je vous explique comment traiter la peur des insectes

 |  Frédéric Arminot

Comment reprendre le contrôle de votre vie facilement et rapidement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Défiler vers le haut