Les causes de la peur de parler en public (glossophobie)

peur-de-parler-en-public-pourquoi.jpg

PEUR DE PARLER EN PUBLIC

La peur de parler en public est extrêmement commune. Elle est particulièrement prononcée chez les enfants, les adolescents et les jeunes adultes. Au cours de la formation universitaire et de la vie professionnelle, la plupart des adultes gagnent en confiance. Ils apprennent à s’exprimer publiquement sur des sujets qu’ils maîtrisent bien. Cependant, chez certaines personnes, cette peur ne disparaît jamais, voire empire jusqu’à devenir incapacitante.

Comment s’appelle la peur de parler en public?

La médecine moderne appelle la peur de parler en public « glossophobie« . Du grec Glossa, la langue, et de Phobos, la peur, la glossophobie est extrêmement répandue. Près de 75 % des Français en souffriraient, à des degrés variés. Dans l’immense majorité des cas, le terme de phobie est une exagération des symptômes. Le trac et le stress ne doivent pas être confondus avec la phobie.

En effet, une phobie est une peur irrationnelle qui active certaines zones du cerveau à l’excès jusqu’à les saturer. Les personnes souffrant de phobies ne peuvent pas affronter l’objet de leur peur. La simple idée de se retrouver à une situation dont ils ont la phobie suffit à provoquer des crises de panique ou à les rendre incapables de bouger. Une simple inquiétude, même importante, avant un examen oral important n’est donc pas une glossophobie.

Peur de prendre la parole en public, un trouble anxieux commun à 75% des français

Pour savoir si vous êtes glossophobe ou non, il suffit de vous demander si vous arrivez à vous forcer à parler en public. Si vous êtes mal à l’aise, que votre voix tremble et que vous n’êtes pas doué(e) pour parler en public, vous n’êtes pas glossophobe pour autant. Vous êtes simplement inquiet, comme 75 % des Français. C’est une bonne nouvelle et vous pouvez toujours travailler avec un comportementaliste pour améliorer votre rapport à l’expression en public.

Quelles sont les causes de la peur de parler en public?

Les causes de la glossophobie, comme pour toutes les autres phobies sont nombreuses et multifactorielles. Chez certains patients, l’apparition de cette peur paralysante est facile à relier à un traumatisme. Néanmoins, dans l’immense majorité des cas, la glossophobie émerge et croît sur la base d’un trouble anxieux ou d’une autre phobie.

Il est donc important de relativiser la dichotomie que nous avons faite entre la peur de parler en public et la glossophobie. Beaucoup de personnes auront peur de parler en public toute leur vie sans développer de glossophobie. Néanmoins, certains patients souffrant de troubles anxieux développent une glossophobie à force d’être confrontés à la nécessité de parler en public. Chacune de ces mauvaises expériences s’accumule pour former une phobie.

Si vous avez le trac avant de parler en public, ce n’est pas très grave et vous pouvez vivre avec. En revanche, si vous êtes d’une nature anxieuse et que vous souffrez d’anxiété généralisée, il n’est jamais bon de laisser les choses traîner. Plus vous agissez tôt sur vos anxiétés, plus vous limitez les risques de développer des phobies, en plus de vous faciliter grandement le quotidien.

Les symptômes de la glossophobie

Les symptômes de la glossophobie sont les mêmes que ceux des autres phobies:

  • Sueurs
  • Tremblements
  • Nausées, vomissements, diarrhées
  • Peur paralysante
  • Réaction violente
  • Vertiges
  • Trouble de la vision

Certains symptômes de la glossophobie lui sont un peu plus propres en cela qu’on ne les retrouve pas dans toutes les phobies. La peur de parler en public se déclenche souvent avant que le patient ne soit confronté au public. Dans les cas les plus avancés, la simple idée de parler en public suffit à provoquer des crises de panique. Enfin, la glossophobie provoque presque systématiquement la mise en place de nombreuses stratégies d’évitement pour ne pas parler en public.

Les médicaments pour gérer la glossophobie

D’un point de vue médical, la glossophobie est souvent associée à la phobie sociale. Ce trouble anxieux provoque une inquiétude constante du jugement des autres. Ceux qui en souffrent n’osent parfois même plus manger devant quelqu’un d’autre. La glossophobie est donc souvent considérée comme une forme de phobie sociale s’appliquant à des situations particulières.

Les traitements médicamenteux de la glossophobie sont souvent les mêmes que ceux de la phobie sociale et des troubles anxieux en général. Les benzodiazépines anxiolytiques permettent une prise en charge rapide de la phobie. Ils ne sont pas conseillés sur le long terme, et ils ne permettent pas de vaincre la peur et l’anxiété. Seulement de les apaiser temporairement.

Traitement de la glossophobie avec la thérapie comportementale

Chez les patients dont l’anxiété et la phobie sont issues d’une dépression, la prise d’antidépresseurs à long terme peut aider. Enfin, les bêtabloquants sont des médicaments très efficaces pour faciliter la prise de parole en public. Ils permettent une meilleure gestion du stress dans toutes les situations. Malheureusement, ce n’est pas non plus une solution à long terme, mais une aide salvatrice avant certains examens pour les personnes très anxieuses.

Vaincre la peur de parler en public grâce à la thérapie comportementale

Contre la peur de parler en public et toutes les phobies en général, la meilleure solution aujourd’hui, c’est la thérapie comportementale et cognitive (TCC). Un comportementaliste professionnel saura vous guider progressivement pour vous aider à objectiver vos peurs.

La thérapie comportementale a rapidement gagné en popularité depuis un peu plus d’une dizaine d’années. Elle doit son succès à son efficacité. En quelques semaines seulement, elle permet aux patients de vaincre leurs phobies, là où des thérapies plus conventionnelles nécessitent des années (formulaire ci-après)..

DANS CETTE VIDÉO...Je vous explique comment vaincre définitivement votre problème grâce à 1 méthode stratégique et brève.

Ce dont je vous parle est une véritable chance pour celles et ceux qui pensaient ne jamais s'en sortir.

Dans cette vidéo, je vous explique comment faire diminuer vos symptômes de:

  • 40% en moins d'1 semaine
  • 60% en 3 à 4 semaines
  • 100% en moins de 2 mois

Confiez moi votre E-mail et recevez cette vidéo dans votre messagerie (accès immédiat).


Article rédigé par Frédéric Arminot, coach comportemental

Qui est Frédéric Arminot, coach comportemental?Spécialisé dans le traitement des problèmes d‘angoisse, d’anxiété, de dépression, de phobie, et de toc, il exerce depuis plus de 25 ans en qualité de comportementaliste.

Ancien grand anxieux, et victime d’angoisses aux multiples conséquences des années durant, il a créé un programme de thérapie comportementale en ligne:

Le Programme ARtUS

Cette méthode thérapeutique résout 16 cas sur 17, soit + 95 % de résultats.



Frédéric Arminot

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Défiler vers le haut