Le stress au travail – Des chiffres alarmants, et la nécessité d’un changement durable

Le stress au travail

Le stress au travail – Des données inquiétantes qui invitent à traiter le stress au travail

Tout au long de ma pratique au sein de mon cabinet de thérapie comportementale, j’ai rencontré un certain nombre de personnes qui me disaient combien le stress au travail était éprouvant.

Objectifs toujours plus importants. Tâches de plus en plus compliquées. Contraintes de reporting. Participation à des réunions de plus en plus longues, et sans intérêts (surtout le lundi matin et le vendredi soir…). Gestion des inter actions – des relations – de plus en plus conflictuelles. Gestion des conflits liés à ce qu’il désormais, il est convenu d’appeler la relation client, ou expérience client. Agressivité des clients. Agressivité des collaborateurs. Perversité, ou présumée telle, de certains responsables hiérarchiques. Peur de ne pas être à la hauteur. Peur d’être licencié(e). Sentiment d’insécurité patent. Sentiment récurrent d’être tout le temps contraint de “se battre”. Absence de reconnaissance.

Autant d’éléments qui justifient le stress au travail. D’ailleurs savez-vous combien de personnes souffrent de de stress au travail? Savez-vous comment soigner le stress au travail de façon vraiment efficace?

C’est à ces deux questions que je vais répondre, en articulant cet article de la façon suivante:

  • Le stress au travail – La réalité d’inquiétantes données statistiques
  • Stress au travail et conséquences psycho sociales et professionnelles
  • Comment traiter le stress au travail

Les données qui suivent sont d’autant plus graves que les états, ou pays, concernés par ces données sont dument informés, puisque c’est généralement ces mêmes états qui ont commandé ces études. Mais c’est à se demander ce qu’elles font, ou ne font pas, pour traiter le stress au travail. A croire, ou qu’elles s’en moquent éperdument, ou qu’elles y trouvent un intérêt. La production donc l’argent? Allez savoir…

Cela me rappelle ces années où je faisais des audits sociaux en milieu de travail. C’était fort intéressant mais particulièrement frustrant. Une fois présentés, ces audits et leurs préconisations finissaient, immanquablement, dans un placard fermé à double tour.

Le stress au travail – Des chiffres alarmants

Vous n’avez pas idée du nombre de personnes souffrant du stress au travail dans le monde et les dépenses qui y sont liées.

En France, selon l’Institut national de Recherche et de Sécurité, 1 % à 1,4 % de la population active est touchée par le stress au travail. Soit 220 500 à 335 000 sur 23,53 millions de personnes.

15 % (moyenne) des dépenses de la branche accident du travail/maladies professionnelles de la sécurité sociale sont affectées aux dépenses pour traiter le stress au travail. Le coût total de cette maladie est compris entre 830 et 1 656 millions d’euros… Une paille!

Le stress au travail touche 4 salariés sur 10. Il est en nette augmentation dans les catégories supérieures. Selon une enquête de l’ARACT (Association Régionale Amélioration des Conditions de Vie au Travail) dont les résultats ont été communiqués lors de la 6e semaine pour la qualité de vie au travail en juin 2009, plus de 57 % des cadres supérieurs en souffrent.

Le stress au travail, et toutes ses conséquences (cf. troubles anxieux, angoisses au travail, troubles musculo squelettiques, etc.)  est à la base de 50 à 60 % des journées de travail perdues selon l’European Agency for Safety and Health at Work, 1999 – Source: The economic effects of occupational safety and health in the Member States of the European Union. Bilbao, European Agency.

Selon la même agence, une estimation faite par certains États membres de l’Union européenne affirme que 2,6 à 3,8% de perte du PIB, soit 185 à 269 milliards d’euros, pour l’ensemble des États membres, est enregistrée par an.

Le stress au travail cause à lui seul 30 % des arrêts maladie en Europe (Agence européenne pour la Sécurité et la Santé au Travail, 2001). 11 % des salariés ont eu 1 ou plusieurs arrêts de travail en lien avec le stress au travail  dans leur carrière (Médical santé).

Le stress au travail – Conséquences sur vos performances professionnelles

Le stress au travail est le résultat d’un décalage entre les demandes et les pressions exercées sur vous d’une part, et vos connaissances et vos capacités d’autre part. Il remet en cause votre capacité à accomplir efficacement vos tâches.

Le stress au travail intervient également lorsque vos connaissances, et capacités, ne sont pas suffisamment utilisées, et que cela vous met en difficulté.

Avant d’affecter vos performances professionnelles, le stress au travail vous affecte d’abord personnellement. Il vous rend déprimé et irritable.

Vous êtes alors incapable de vous relaxer, et de vous concentrer, sur des choses importantes.

Votre capacité à penser de manière logique, et à prendre des décisions, est affectée.

Vous avez l’impression d’être moins apprécié(e) dans votre environnement professionnel, et votre niveau d’implication diminue voire chute.

Vous vous sentez fatigué(e), déprimé(e) et anxieux(se). Vous souffrez de troubles du sommeil. Si vous souffrez d’un stress professionnel, vous connaîtrez des problèmes physiques graves comme les troubles cardiaques, les troubles digestifs, un accroissement de votre tension artérielle, des migraines, des lombalgies, etc.

Le stress au travail peut même affecter votre système immunitaire, et porter atteinte à votre capacité à lutter contre les infections.

Dans la même veine, vous pouvez être victime de différents types d’angoisses, de crises d’angoisses, voire de phobies ou de toc (trouble Obsessionnels Compulsifs).

Vos performances professionnelles sont automatiquement affectées. Votre taux d’absentéisme augmente, vous aurez par conséquent une baisse au niveau de vos résultats. Vos réveils matinaux deviennent alors très difficiles.

Vous aurez du mal à tenir dans les délais qui vous sont attribués pour l’exécution des tâches spécifiques. Si vous êtes stressé(e) au boulot, votre niveau de productivité baisse considérablement. Les plaintes des clients et des consommateurs augmentent. L’image de votre entreprise est atteinte. Vous aurez de la difficulté à prendre des initiatives. À la longue, l’entreprise va vous incriminer, et vous risquez de perdre votre emploi.

Et ce n’est pas tout! Le stress au boulot peut également conduire au dopage. A ce sujet, je vous invite que j’avais rédigé à ce sujet il y a quelques temps: “Dopage des cadres- Une situation alarmante en milieu de travail

Traiter le stress au travail grâce à l’approche comportementale

Autant vous l’écrire tout de suite. L’approche comportementale est la meilleure forme de traitement contre le stress au travail. En effet, à contrario de toutes les autres approches thérapeutiques (psychologie, psychanalyse), la thérapie comportementale est la seule qui vous garantit plus de 90 % de résultats en moins s de 8 semaines!

Pourquoi est-ce que je vous apporte ce chiffre (en plus de tous ceux dont vous venez de prendre connaissance)?

Parce qu’il est très important que vous n’évitiez pas le problème, et ne continuiez pas à agir tout comme si le stress au travail ne vous concernait pas.

Si vous avez identifié certains des symptômes évoqués précédemment, faites dès maintenant le choix de bénéficier d’un programme thérapeutique adapté à votre cas.

Cela vous aidera à trouver les solutions pour réduire les tensions au travail. Avec l’approche comportementale, traiter le stress au travail, vous n’aurez à prendre aucun médicament. C’est donc une façon de vous soigner qui est non seulement naturelle, mais ne génère aucun risque d’effets secondaires ou de dépendance.

A la faveur de ce programme thérapeutique, vous allez mieux comprendre, et donc maîtriser, les mécanismes déclenchant l’ensemble de vos symptômes. Ainsi, traiter le stress au travail est bref en plus d’être efficace.

Cette méthode comportementale est fondée sur un apprentissage progressif de nouveaux comportements à partir de l’élaboration de pensées plus adéquates, plus objectives. Cela vous permettra de réussir plus facilement, puisque vous exprimerez vos limites, et vous respecterez, sans difficultés aucune. L’idée étant de vous redonner confiance en vous.

Dans un premier temps, vous effectuerez une analyse objective et fonctionnelle de votre problème, une mise à jour de l’ensemble des déclencheurs symptomatiques. C’est ce que nous appelons la contextualisation de votre problème.

Ensuite, vous serez amené à utiliser des exercices qui vont vous permettre de désamorcer toutes les sources de stress internes et externes. Ne vous inquiétez pas, il ne vous sera jamais demandé de faire un exercice sous la contrainte, ou de réaliser un exercice de confrontation. Je pense à ces odieux exercices d’exposition qui, le plus souvent, rajoutent à votre stress, en plus d’aggraver votre peur de l’échec.

L’action de ce programme thérapeutique inter agit avec vous au sens où vous pouvez me solliciter aussi souvent que vous le souhaitez. Pour être bref, c’est exactement comme si vous me consultiez au cabinet. L’objectif de l’ensemble de la démarche étant de vous permettre de retrouver rapidement estime de soi et autonomie.

L’avantage de l’approche comportementale sur les autres formes de traitement se situe à 3 principaux niveaux:

  1. L’accent est mis en particulier sur les causes actuelles de votre stress professionnel
  2. Le changement durable de votre comportement est évalué, et considéré comme un critère important de réussite
  3. Toutes les procédures de traitement sont décrites avec objectivité (format textes + vidéos)

Avec l’approche comportementale, vos performances professionnelles augmenteront à nouveau, car vous serez libéré de tout stress, en plus d’avoir retrouvé confiance en soi.

Si ce programme vous intéresse, je vous suggère de cliquer sur l’image ci-dessous et de regarder la vidéo de présentation.

Soigner le stress au travail, et prévenir le burn out

voir la vidéo


Frédéric Arminot

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

scroll to top