Espace Solutions - Angoisse - Anxiété - Phobie - Toc - Dépression

Bonnes résolutions – Chaque nouvelle année, le nième chapitre des bonnes résolutions

Bonnes résolutions

Bonnes résolutions – Ont-elles un autre intérêt que d’alimenter la culpabilité et d’achever de donner une mauvaise image de soi?

Chaque année, chacun d’entre nous y va de ses bonnes résolutions: “En cette nouvelle année, je m’engage à faire attention à moins manger de sucreries” – “Cette nouvelle année, j’arrête de fumer” – “Dès lundi, je fais un régime” – “En cette nouvelle année, je vais m’affirmer” – “Dès demain, je vais travailler ma confiance en moi” – “Dès après les fêtes, je vais exiger une augmentation” – “Je vais refaire la décoration de mon appartement” – “Dès ce week end, je vais ranger ma maison” – “Dès la semaine prochain,e je m’engage à faire le ménage 2 fois par semaine”, et j’en passe et des meilleures quant au chapitre des bonnes résolutions.

Le problème ne réside pas tant dans le fait de prendre de bonnes résolutions mais dans la difficulté de respecter tous les engagements que vous prenez vis à vis de vous même. Et si, prendre de bonnes résolutions était une erreur de comportement? Et si, prendre de bonnes résolutions, et ne pas y satisfaire, ne faisait qu’accroître la mauvaise image que vous auriez de vous en plus de générer de la honte et de la culpabilité d’avoir tant de mal à y arriver?

Bonnes résolutions – Définition

Les bonnes résolutions, c’est le choix que vous faites de bien faire quelque chose qui va vous permettre d’avoir de vous une image positive et, par extension, d’avoir confiance en vous.

Les bonnes résolutions, c’est la tâche que vous vous imposez pour faire quelque chose qui soit conforme au bien être et au bien faire dans tout ou partie des domaines de votre vie.

Qu’il s’agisse d’hygiène alimentaire, d’hygiène de sommeil, de relations sociales, de relations sentimentales, d’activité professionnelle, vous vous imposez d’agir de sorte à rétablir un équilibre. L’objectif de telles injonctions – ces bonnes résolutions – étant, bien sûr, de répondre favorablement à des critères sociaux et culturels qui vous protègent du jugement des autres, favorise une image positive de vous même, en bref,  vous permette de retrouvez l’amour de vous même, sans angoisse.

Ouais… Si c’était si simple et facile à mettre en place, vous le sauriez et n’auriez nul besoin, année après année, de reprendre le chemin escarpé des bonnes résolutions.

Les bonnes résolutions sont-elles un piège?

Nous sommes tous d’accord quant au fait que si vous éprouvez le besoin de prendre de bonnes, et sages, résolutions, c’est donc que des choses dans votre vie ne vous conviennent pas. Vous souhaitez donc agir pour modifier cela; d’où l’intérêt – relatif – des bonnes résolutions.

En prenant de bonnes résolutions, vous participez à alimenter un processus d’injonctions qui va vraisemblablement plus vous plonger dans la culpabilité que dans la résolution. Un peu comme la procrastination. En effet, s’il était aussi facile d’arrêter de procrastiner en s’en donnant – simplement – l’ordre, peu de gens procrastinerait et il n’y aurait pas, ou plus, de problèmes. Il n’y aurait donc pas de bonnes résolutions à prendre à ce propos.

En vous donnant un ordre de changement soudain – cette sacrée bonne résolution -, et sans avoir préparé le terrain, vous courrez droit à l’échec. Une réaction d’ordre de changement va automatiquement générer une réaction de blocage émotionnel, à plus forte raison si vous n’arrivez pas à changer. Ce blocage est ce qu’il est convenu d’appeler la peur du changement ou résistance au changement.

En exprimant, de façon soudaine et non préparée, une volonté de changement, vous participez à ne pas prendre acte de vous. Les bonnes résolutions sont un piège dans lequel vous allez vous enfermez car vous vous manquez de respect, vous niez votre réalité.

Pour qu’il y ait un vrai changement, un changement de fond, il faut non seulement qu’il y ait un vrai désir mais il faut aussi de se donner les moyens du changement. Dans la vie, pour minorer les risques d’échec, et potentialiser la réussite, mieux vaut se préparer ou à l’un ou à l’autre.

Dans le cas contraire, vous serez victime de mésestime de vous même après avoir subi bien des stress en vous imposant des actes que vous avez toutes les peines du monde à satisfaire. Si, par exemple, il vous était si facile de manger moins, ou de ne plus fumer, vous le feriez et ne seriez pas là, tendu(e) voire hypertendu, en essayant de contrôler vote frustration. Vous n’éprouveriez aucun besoin de prendre de bonnes résolutions.

Pourquoi vous ne devez vous imposer de bonnes résolutions

Changer est un processus long. La conduite du changement nécessite de se préparer de façon progressive à certaines modifications de comportement. Par ailleurs, la seconde difficulté dans le changement est de l’opérer seul(e).

Mieux vaut être accompagné(e) par un professionnel ou par des méthodes comportementales diffusées par des professionnels (et non par quelques personnes qui se présentent comme des gourous du développement personnel alors qu’ils ne font qu’amalgamer des idées pompées sur des professionnels. En plus du fait, qu’eux aussi passent leur temps à vous vendre des ordres – Voilà, çà c’est fait. C’était ma petite vacherie de ce début d’année -)

Changer c’est avant tout s’accepter soi. Cela signifie être au clair sur vos côtés sympa et ceux qui le sont moins. Cela signifie donc vous accepter tel que vous êtes. Et non pas vouloir donner de vous aux autres une image qui vous permettre d’obtenir de ces mêmes autres une approbation que vous avez bien des difficultés à vous donner à vous même.

Les bonnes résolutions ce sont les pires moyens, ou les meilleurs, pour vous faire du mal. J’en veux pour preuve une citation que j’ai un jour entendu dans un groupe thérapeutique:

Donnez moi le courage d’accepter les choses que je ne peux changer, le courage de changer celles que je peux et la sagesse d’en connaître la différence

Bonnes résolutions – Comment faire pour conduire un changement positif et naturel

Je ne saurais que trop vous inviter à vous accepter comme vous êtes. Donc: foin des bonnes résolutions ! Ce qui signifie que, oui, vous pouvez prendre acte de ce que vous aimeriez changer en vous. Mais, faites le de façon progressive, agissez pas à pas, une chose à la fois. Ou d’heure en heure.

Ne vous imposez rien. Dans le cas contraire, c’est comme si, du jour au lendemain, sans aucune préparation, vous vous imposiez de faire le marathon de Paris ! Imaginez les conséquences…

Ne soyez pas radicaux dans vos changements. Éventuellement, faites des listes de ce que vous aimeriez changer en vous. Mais surtout, ignorez cette liste en l’état si vous ne préparez aucun moyen ou n’envisagez aucun axe de progrès à votre changement.

Si vous n’agissez pas de façon constructive, honnête et responsable, quand aux bonnes résolutions, vous allez ressentir de la honte et de la culpabilité à échouer. Je me rappelle d’un patient qui lui en était arrivé à ressentir des angoisses parce qu’il n’arrivait pas à faire ce qu’il s’imposait. Quel manque de respect de soi !

Il y a une dernière petite chose, mais grande chose, que vous pourriez faire pour changer vraiment. Une chose qui vous apporterait bien être, équilibre et développement personnel:

Vous accepter tel(le) que vous êtes et d’arrêter de vouloir faire comme tout le monde !

Et si, être bien, c’était être soi, vraiment. Et si les seules bonnes résolutions possible consistaient à cesser de vous imposer la dictature du bien faire, la dictature du bonheur, la dictature de la perfection ?

Enfin, vous faites comme vous voulez…

 |  Frédéric Arminot

Espace Solutions - Angoisse - Anxiété - Phobie - Toc - Dépression

8 Commentaires: “Bonnes résolutions – Chaque nouvelle année, le nième chapitre des bonnes résolutions”

  1. Bonjour Muriel,

    Je vous suis reconnaissant de vos encouragements. Prenez bien soin de vous, et meilleurs voeux en cette imminente nouvelle année.

  2. Muriel MONTEIL dit :

    Bonjour Frederic
    C’est vraiment curieux comme vos mots apaisent
    J’ai un peu le même parcours que celui que vous racontez de vous même et le seul fait de vous entendre et de vous lire donne un peu d’espoir. Et ce petit peu d’espoir c’est déjà du bonheur dans ce qui pour nous s’apparente trop souvent à une survie quotidienne
    Merci à vous et portez vous bien

  3. Ne vous inquiétez pas, je ne me sens nullement dédaigné de, ou par, vous. J’avais bien compris ce que vous exprimiez à propos du renouveau spirituel. Vous êtes tout à fait clair. Et deux précisions valent mieux qu’une.

    frédéric

  4. F.ARMIdable dit :

    Monsieur m’ira bien…
    Je me suis mal fait comprendre pardonnez moi.
    Je ne parlais ni de vous ni de vos confrères.
    Je parlais plutôt de dérives sectaires qui emploient les expressions “renouveau spirituel” “nouvelle voie” à outrance.
    Mon pseudo ne démontre pas de dédain pour vous que je sache…?

  5. Madame ? Monsieur ?

    Internet est un mode de communication prodigieux mais il est vrai qu’il en va de la responsabilité de chacun(e) d’entre nous de séparer le grain de l’ivraie. Partant, d’exercer son libre arbitre.

    Le gourous, ou présumés tels, ne font qu’utiliser la candeur de certaines personnes. C’est une triste réalité mais une réalité quand même…

    Je ne saurais dire si le marché de la psy est très juteux. Je pense que le marché auquel vous faites allusion ne relève pas du marché psy. Dans le cas contraire, je le saurais au sens où j’en aurais le bénéfice…

    Ce dont il s’agit, à mon sens, c’est du marché du marketing sachant que la France est le pays en Europe qui consomme le moins de la chose psy. Les français n’aiment pas la psy, ils ne sont pas fous… eux !

    Frédéric

  6. F.ARMIdable dit :

    “(et non par quelques personnes qui se présentent comme des gourous du développement personnel alors qu’ils ne font qu’amalgamer des idées pompées sur des professionnels. En plus du fait, qu’eux aussi passent leur temps à vous vendre des ordres – Voilà, çà c’est fait. C’était ma petite vacherie de ce début d’année -)”

    en effet, le marché des malades psys est très juteux.
    certains s’en frottent les mains.
    la chasse aux naïfs est ouverte.

  7. Bonsoir Abdeslem,

    Merci de votre gentillesse. A mon tour de vous souhaiter le meilleur en cette nouvelle année. Qu’elle vous apporte la paix et la joie de vivre.
    Bien à vous.

    Frédéric

  8. Abdeslem dit :

    Bonne et heureuse année 2014. Meilleurs vœux de santé, de paix, de prospérité et de réussite en cette occasion.
    Un grand merci pour pour tout vos bons conseils.

    Bonne continuation.

    IDDIR Abdeslem.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Défiler vers le haut