La peur de la mort d’un proche est une émotion naturelle, ressentie par tous, nous connectant ainsi à la précieuse valeur de la vie.

Cette peur, lorsqu’elle devient envahissante et excessive, est connue sous le nom de thanatophobie. Cette phobie de la mort peut concerner à la fois la crainte de notre propre fin ou celle d’être séparé d’un être cher.

Les origines de la thanatophobie varient, incluant des facteurs comme les traumatismes, les maladies, les pertes ou les angoisses existentielles.

Elle se traduit souvent par de l’anxiété, de la dépression, de l’insomnie, et favorise des comportements d’évitement. Cette phobie peut également affecter nos liens avec nos proches, à travers une dépendance affective ou une tendance à la surprotection.

Comprendre la peur de la mort d’un proche

Pour mieux appréhender la peur de perdre un être cher, il est crucial d’identifier l’origine de cette angoisse et ses répercussions sur notre quotidien.

La crainte de perdre un proche est une réaction naturelle, partagée par tous, qui souligne l’importance de la vie et de l’amour. Cette peur peut émerger pour plusieurs raisons :

  • Expériences traumatisantes : perte d’une personne aimée, accident, maladie grave, agression, catastrophe naturelle, etc.
  • Questionnements existentiels : réflexions sur le sens de la vie, la mort, l’inconnu, l’au-delà, etc.
  • Anticipations négatives : pensées sur la souffrance, la solitude, le regret, l’oubli.
  • Empathie : se mettre à la place de celui qui souffre ou qui est en danger, et ressentir ses émotions.
  • Sentiments de culpabilité : reproches de ne pas avoir été assez présent, de ne pas avoir pleinement exprimé ses sentiments.

Ainsi, ces facteurs peuvent intensifier notre peur de la mort de ses parents, au point de développer une thanatophobie.

peur de la mort d'un proche : comprendre pourquoi

Les symptômes de la peur de perdre l’un de ses proches

La peur de perdre quelqu’un peut engendrer plusieurs impacts négatifs sur notre existence :

  • Symptômes d’anxiété : palpitations, sueurs, tremblements, nausées, vertiges, difficultés respiratoires, etc.
  • Signes de dépression : sentiment de tristesse constant, perte d’intérêt, fatigue, baisse de l’estime de soi, pensées sombres, etc.
  • Troubles du sommeil : insomnies, cauchemars, réveils fréquents.
  • Évitement comportemental : fuir les lieux et situations rappelant la mort.
  • Comportements de surprotection : excès de présence, d’inquiétude, de dépendance, de possessivité vis-à-vis des proches, risquant de les repousser.

Ces symptômes et comportements peuvent nuire à notre qualité de vie, à notre bien-être, à notre santé, aussi bien au travail que dans nos relations, nous empêchant de vivre le moment présent.

Accepter et verbaliser sa peur

Comprendre les origines et les effets de la peur de la mort d’un être cher est une chose, mais accepter et verbaliser cette peur en est une autre, cruciale pour surmonter l’angoisse et retrouver la paix intérieure.

Reconnaître sa peur : le premier pas

Admettre que l’on craint la mort d’un être cher est essentiel.

Cette peur, tout à fait normale et justifiable, ne doit pas être sujet à l’auto-jugement ou à la culpabilisation. Accueillez-la comme une partie intégrante de vous qui mérite attention et respect.

L’accueillir avec bienveillance et compassion est la clé pour la désamorcer, rendre son emprise moins intimidante et la relativiser.

Cette prise de conscience permet de constater que notre peur est influencée par nos pensées, nos croyances et nos émotions, des éléments sur lesquels nous avons le pouvoir d’agir.

Ainsi, nous commencerons à transformer notre approche de la mort et de la vie.

Exprimer sa peur : le pouvoir de la parole

Le second pas implique de partager notre appréhension de la mort d’un proche avec une personne de confiance. La parole, par sa puissance libératrice, joue un rôle déterminant dans l’allègement de l’angoisse et le sentiment de solitude.

En parlant, nous prenons du recul, clarifions et comprenons mieux notre peur. Cela nous aide à identifier les détails précis de nos craintes et de déterminer ce qui peut apporter un soulagement.

Exprimer notre peur est aussi un moyen d’obtenir soutien, compassion et empathie. Que ce soit auprès d’un ami, d’un professionnel, d’un groupe de soutien, ou même au travers d’un journal intime, trouver le canal adéquat pour verbaliser est vital.

Se concentrer sur le présent

Après avoir reconnu et exprimé nos craintes liées à la perte d’un proche, il est vital de se tourner vers l’étape suivante : vivre pleinement le présent.

Cette approche est cruciale pour surmonter nos angoisses de mort et d’apprécier pleinement chaque moment de la vie.

Vivre l’instant

La peur de perdre quelqu’un peut malheureusement nous maintenir captif du passé ou anxieux vis-à-vis du futur, nous noyant dans des souvenirs douloureux ou anticipant les pires scénarios.

Ce faisant, nous perdons de vue la beauté de l’instant présent, le seul temps où le bonheur et la paix sont véritablement accessibles.

Pour embrasser pleinement le moment présent, concentrons-vous sur vos sensations actuelles, sur nos actions, et sur notre environnement immédiat. Apprenons à apprécier les petites joies du quotidien, exprimons votre gratitude, et partageons des instants précieux avec nos proches.

Il est essentiel de lâcher prise sur les éléments hors de votre contrôle, de faire confiance au cours de la vie, et de nous ouvrir à de nouvelles découvertes.

S’ancrer dans le présent est une stratégie efficace pour diminuer l’anxiété, augmenter notre bien-être, et nous sentir plus épanoui, joyeux et apaisé.

Nous reconnaîtrons ainsi la beauté de la vie, malgré l’ombre de la mort, et découvrirons de nombreuses raisons de la célébrer.

Accepter l’incertitude

La peur liée à la mort d’un proche est souvent amplifiée par l’incertitude.

L’inconnu concernant le « quand », le « comment » et le « pourquoi » de la mort, ainsi que la manière dont nous réagirons ou survivrons, provoque une angoisse profonde. L’incertitude quant à l’après-vie et la possibilité de retrouvailles accroît ce malaise.

Pour accueillir l’incertitude, il est primordial d’apprendre à lâcher prise sur les aspects de la vie que nous ne pouvons ni prévoir ni changer.

Accepter que la mort est un élément naturel et inéluctable de l’existence, imprévisible et définitif, est essentiel. Reconnaître que nous n’avons pas le contrôle absolu, et que certaines questions resteront sans réponse, est une étape vers la sérénité.

Accepter l’incertitude facilite la réduction du stress, augmente la résilience, et permet de se sentir plus libre, courageux et confiant. Nous réalisons ainsi que, malgré l’inévitabilité de la mort, la vie regorge de surprises merveilleuses et offre abondamment de raisons d’y croire fermement.

Techniques et thérapies pour surmonter sa peur

Accepter et verbaliser notre peur de perdre un être cher est un premier pas. Maintenant, il est fondamental d’adopter des techniques et des thérapies adéquates pour surmonter cette peur.

Diverses méthodes peuvent vous aider à apaiser notre anxiété et à retrouver la stabilité émotionnelle.

Voici un aperçu des options disponibles :

  • Relaxation et méditation : ralentir notre esprit et détendre notre corps à travers ces pratiques. Elles nous aideront à calmer la respiration, réduire le stress, et favoriser une présence ancrée au moment présent, libérée des pensées négatives. Ces techniques de relaxation peuvent être pratiquées à domicile grâce à diverses ressources (applications, livres, vidéos) ou auprès de centres avec l’accompagnement d’instructeurs qualifiés.
  • Hypnose : accédez au subconscient pour transformer nos perceptions autour de la peur de la mort. L’hypnose peut faciliter le déblocage émotionnel, accroître la confiance en soi et changer la perception de la mort. Elle peut être expérimentée avec un hypnothérapeute professionnel ou par des séances d’auto-hypnose à la maison.
  • Thérapie cognitivo-comportementale (TCC) : cette approche aide à identifier, défier et restructurer des pensées irrationnelles et des comportements nuisibles liés à la peur de la mort. En remplaçant les pensées négatives par des affirmations positives, nous apprenons à gérer nos émotions plus sainement. Un psychologue spécialisé dans la TCC peut nous accompagner à travers des exercices et des techniques concrètes. Attention cependant, cette approche est trés normative.
  • Approche systémique et thérapie brève : explorer et améliorer les dynamiques relationnelles qui peuvent accentuer notre peur. Cette méthode favorise une meilleure communication, la résolution de conflits et le renforcement des liens avec nos proches. Une thérapie avec un spécialiste induit un changement rapide et efficace.
  • Travail anticipé de deuil : se préparer à la perte d’un proche en anticipant les étapes du deuil. Cela aide à exprimer nos sentiments, à faire nos adieux, à réfléchir sur notre relation, à conserver les souvenirs et à envisager l’avenir avec sérénité.

Cette liste n’est pas exhaustive, d’autres méthodes peuvent également mieux correspondre à vos besoins et préférences.

L’essentiel est de choisir la technique qui vous convient le mieux. N’hésitez pas à rechercher plus d’informations, à demander de l’aide et à vous faire accompagner par un professionnel compétent.

Faire appel à un soutien émotionnel

Après avoir exploré différentes techniques et thérapies pour affronter la peur de perdre un être cher, il est crucial de passer à la phase suivante : chercher un soutien émotionnel.

Ceci implique de s’entourer d’individus capables de nous écouter, de nous comprendre, de nous consoler et de nous accompagner dans cette difficile période.

Le rôle du soutien familial et amical

Le soutien de la famille et des amis est vital pour dépasser la peur de perdre quelqu’un d’important. Il contribue à réduire les sentiments de solitude, d’isolement et d’angoisse.

Il offre un espace pour partager émotions, angoisses, incertitudes et espoirs. Il nous procure amour, compassion, empathie et encouragement. Il maintient et renforce les liens avec nos proches, construisant ainsi des souvenirs précieux.

Pour tirer le meilleur parti de ce soutien, il est essentiel d’être transparent et sincère avec nos proches.

Il ne faut pas hésiter à partager nos craintes avec eux, notre besoin de leur présence, de leur écoute et de leur soutien.

Il est aussi important de respecter leur propre manière de gérer leurs angoisses et leur besoin d’espace.

L’aide professionnelle

Il se peut que le soutien de nos proches ne suffise pas pour dépasser notre thanatophobe.

Dans ce cas, il devient nécessaire de consulter un professionnel, tel qu’un psychologue ou un conseiller spécialisé dans le deuil. Ces experts sont formés pour nous guider tout au long de notre parcours de guérison.

Leur aide vous offre un lieu neutre, confidentiel et sécurisé où nous pouvez nous exprimer sans crainte de jugement, de critique ou de rejet. Ils nous fournissent une perspective extérieure, objective et bienveillante qui peut être cruciale pour prendre du recul, analyser nos pensées, changer nos croyances et résoudre nos conflits intérieurs.

peur de la mort d'un proche : un soutien thérapeutique avec l'approche comportementale

Ces professionnels proposent un accompagnement sur mesure, adapté à nos besoins, objectifs et progrès.

Pour bénéficier pleinement de l’aide professionnelle, il convient d’être motivé et engagé dans la démarche. Il est important de choisir le bon spécialiste, en considérant sa formation, sa spécialité, sa méthode de travail, ses honoraires et notre compatibilité avec ce ou cette professionnel(le) de la santé mentale.

La confiance, l’échange, le feedback et la patience sont des éléments clefs, car le chemin vers le changement est progressif.

La relaxation et la méditation

La relaxation et la méditation offrent de formidables outils pour apaiser l’esprit, régulariser la respiration, détendre le corps et alléger le stress.

Elles nous aident à vivre pleinement l’instant présent, à nous détacher de vos pensées négatives et à cultiver une attitude positive.

Ces pratiques s’avèrent particulièrement bénéfiques pour gérer la peur de perdre un être cher, en nous aidant à :

  • Diminuer anxiété et angoisse, en concentrant notre attention sur la respiration, les sensations corporelles et nos émotions, sans jugement.
  • Accepter la réalité de la mort, en prenant conscience de l’éphémère, de la fragilité de la vie, et de l’importance de chérir chaque moment.
  • Encourager la gratitude, en se réjouissant des petites joies quotidiennes, reconnaissant les dons de la vie, et exprimant notre gratitude envers nos proches.
  • Renforcer les liens avec notre entourage, en partageant des pensées positives, en démontrant notre affection, et vivant des moments précieux ensemble.
  • Faire la paix avec nous-même, en nous pardonnant nos erreurs, en lâchant prise sur nos regrets, et en nous aimant et nous respectant.

Il est possible de pratiquer la relaxation et la méditation chez soi grâce à des applications, des livres, des vidéos ou des audios, ou dans des centres spécialisés avec des instructeurs chevronnés.

Avec un éventail de méthodes telles que la relaxation progressive, la respiration profonde, la méditation de pleine conscience, la méditation transcendantale, il y a forcément une pratique adaptée à nos besoins, préférences et objectifs.

L’essentiel est de s’engager dans une pratique régulière, idéalement quotidiennement pour au moins dix minutes.

Les bienfaits, tant physiques que mentaux de la relaxation et de la méditation sont considérables, et sont susceptibles de jouer un rôle clé dans la manière de gérer la peur de la mort d’un proche.

Approche systémique et thérapie brève

L’approche systémique et la thérapie brève offre des stratégies efficaces pour mieux comprendre et transformer les dynamiques relationnelles qui contribuent à la peur de la mort.

Les méthodologies correspondantes sont conçues pour améliorer notre façon de communiquer, d’exprimer vos besoins, de gérer les conflits et de consolider nos relations.

Elles s’avèrent particulièrement utiles dans le cadre de la gestion de la peur de perdre un être cher, grâce à leur capacité à :

  • Considérer l’ensemble des facteurs – familiaux, sociaux, culturels, historiques – qui façonnent ou intensifient notre peur de la mort d’un proche parent ou d’un enfant, ou notre propre mort.
  • Identifier les dynamiques destructrices, comme les cycles répétitifs de comportements ou pensées négatives, qui alimentent notre peur et impliquent souvent nos proches.
  • Modifier notre perception et notre rôle face à la peur de la mort, en adoptant un point de vue plus ouvert, flexible et créatif.
  • Explorer de nouvelles solutions et comportements susceptibles de briser le cycle de la peur, avec le soutien actif de notre entourage.
  • Tirer parti des ressources et des forces que nous et notre entourage détenons pour surmonter et transcender nos peurs.

L’accompagnement par un thérapeute familial spécialisé en approche systémique et thérapie brève peut faciliter un changement rapide et efficient.

Il existe plusieurs variantes de ces approches, telles que l’approche de Palo Alto, l’intervention systémique brève, ou encore la thérapie brève systémique intégrée.

Le choix dépend de nos aspirations, préférences et objectifs personnels. L’élément clé est notre engagement actif et notre volonté de coopérer avec le thérapeute, afin de nous ouvrir au changement.

En fin de compte, l’approche systémique et la thérapie brève procurent des avantages remarquables, affectant positivement nos relations et notre développement personnel, tout en nous équipant pour affronter la réalité.

Faire un travail anticipé de deuil

Le travail anticipé de deuil est un processus préparatoire qui vous aide à accepter et à faire face à la mort d’une personne chère en envisageant les différentes phases du deuil.

Cette démarche vous permet de diminuer la crainte liée à la perte, en nous donnant l’opportunité de :

  • Partager nos émotions, peurs, espoirs, regrets et remords avec la personne en fin de vie, tout en recevant ses dernières volontés, messages et témoignages d’affection.
  • Prendre congé du futur défunt en exprimant notre amour, gratitude, pardon et en affirmant notre engagement à poursuivre notre vie dans le bonheur et en lui rendant honneur.
  • Revoir la nature de notre relation avec le futur défunt, en valorisant son apport à notre vie, ses enseignements, et en faisant la paix avec les non-dits ou les situations non résolues.
  • Conserver le souvenir du défunt à travers des objets, photos, vidéos, écrits qui rappellent les moments vécus ensemble, et en créant des rituels ou lieux spéciaux qui symbolisent le lien éternel que nous entretenons.
  • Imaginer notre vie sans cette personne, en prenant pleinement conscience de sa mort, de la finitude de l’existence et des incertitudes futures, tout en adoptant une perspective positive et ouverte au changement.

Ce processus peut être accompagné par un professionnel spécialisé qui vous fournira un environnement bienveillant pour exprimer vos sentiments et trouver du soutien.

Cela peut être un psychologue, un thérapeute spécialisé en deuil, un bénévole associatif ou le représentant d’une religion, chacun correspondant à vos préférences personnelles et croyances.

L’important est de se sentir en sécurité et respecté dans son expérience. Le travail anticipé de deuil est flexible : il peut se vivre individuellement, en couple, en famille, ou en groupe, et s’adapter à notre rythme et à notre lieu de vie ou de soins.

Il n’est en aucun cas obligatoire, mais représente une option constructive pour ceux qui ressentent le besoin ou le désir de s’y engager.

La peur de perdre quelqu’un que nous aimons est un sentiment profondément humain, nous rappelant à quel point la vie et l’amour sont précieux.

L’essentiel est de trouver ce qui nous convient, en tenant compte de nos besoins et de nos aspirations. Ne nous retenons pas d’explorer, de nous informer, de solliciter de l’aide et de nous faire accompagner par des professionnels qualifiés.

Vaincre la peur de la mort d’un proche est possible. Il ne tient qu’à nous de franchir cette première étape vers la guérison et l’autonomie.

A cette fin, je vous invite à cliquer sur le lien ci-dessous.


La + efficace des solutions commence ici.

Reprenez le contrôle de votre vie en moins de 2 mois, sans médicaments, avec un taux de réussite supérieur à 95%.

Profitez de cette chance extraordinaire tout comme celles et ceux qui, avant vous, pensaient ne jamais s’en sortir.


  • L’anxiété face à la mort – Résultats d’un sondage d’opinion – Joseph Josy Lévy, André Dupras et Jean-Marc Samson – Santé Mentale Québec

Frédéric Arminot
Frédéric Arminot

Ancien grand anxio-dépressif, et victime d’angoisses aux multiples conséquences des années durant, je suis spécialisé dans le traitement des problèmes d'angoisse, d'anxiété, de dépression, de phobie, et de toc, et exerce depuis plus de 25 ans en qualité de comportementaliste (coach comportemental).   Mes compétences dans les domaines de l'approche systémique de Palo Alto (approche stratégique et brève orientée solution) me permettent de résoudre 16 cas sur 17 en moins de 2 mois (95 % de résultats).   Pour en savoir +, je vous invite à prendre connaissance du programme comportemental en ligne que j'ai conçu.   Si vous le souhaitez, vous pouvez aussi bénéficier de consultations thérapeutiques en cliquant sur ce lien :   Consultations thérapeutiques

Leave a Reply

Your email address will not be published.