L’angoisse existentielle: Qu’est-ce que c’est et comment la reconnaître?

langoisse-existentielle-cest-quoi.jpeg

L'ANGOISSE EXISTENTIELLE

L’angoisse existentielle est une forme d’angoisse difficile à diagnostiquer, même si, je le reconnais bien volontiers, on la reconnait assez facilement.

Contrairement à d’autres troubles anxieux correspondant à des situations bien précises, comme la phobie sociale par exemple, l’angoisse existentielle est une anxiété diffuse et constante qui remet en question passé et avenir.

L’angoisse existentielle: Tentative de définition

On aborde souvent l’angoisse existentielle sous l’angle de la crise.

Ainsi, on parle souvent de crise existentielle, même si on a toujours du mal à savoir qui de la crise ou de l’angoisse apparaît en premier.

Un peu comme le problème de la poule et de l’œuf…

Quoiqu’il en soit, l’angoisse existentielle se caractérise, presque toujours, par cette anxiété diffuse, avec parfois des pics, et un très fort sentiment de mélancolie.

Beaucoup d’auteurs et de scientifiques ont souligné le caractère atemporel (qui n’est pas concerné par le temps) de la mélancolie.

En effet, la personne mélancolique présente souvent un rapport paradoxal au temps.

Il remet constamment en question son passé, alors que son futur lui semble joué d’avance.

En d’autres termes, il doute de ses réussites, pourtant passées et bien réelles, et est convaincu que l’avenir ne lui réserve plus rien de bon.

Cet aspect atemporel de la mélancolie permet de mieux comprendre l’angoisse existentielle.

Celle-ci apparaît souvent à des moments charnières de l’existence propices à la mélancolie.

L’angoisse existentielle est aussi plus courante à mesure que nous vieillissons.

Sans doute parce que vieillir nous donne l’impression de ne plus être à la hauteur de ce que nous fûmes et nous donne la certitude que les choses empirent avec le temps.

Pourquoi se pose-t-on des questions existentielles?

Les questions existentielles sont un symptôme fréquent de la crise existentielle, mais elles ne sont pas systématiques.

Ces questions existentielles sont généralement très vagues, très profondes et sans réponse:

  • Dieu existe-t-il?
  • Pourquoi l’univers existe-t-il?
  • Y a-t-il une raison à mon existence?
  • Etc.

Ces questions ou pensées obsessionnelles peuvent rapidement devenir angoissantes, voire vous empêcher de vivre normalement.

La personne souffrant d’angoisses existentielles a souvent l’impression que ces questions empoisonnent son quotidien et qu’elles sont à la source de son angoisse existentielle.

Pourtant, il faut généralement regarder ailleurs pour trouver la cause de nos malheurs.

Quand on se pose des questions sur le sens de sa vie.

Ces questions existentielles ne sont pas une cause de l’angoisse, mais – seulement – un de ses symptômes.

Certains psychiatres considèrent même que les questions existentielles sont une manière d’évacuer nos angoisses existentielles mal refoulées.

Au sens de certains (psychologue, psychiatre, psychanalyste), la vraie et seule question à se poser, c’est de savoir pourquoi on se retrouve confronté(e) à une crise existentielle à ce moment précis de notre vie?

je ne suis pas convaincu de l’intérêt d’un tel questionnement. En effet, il n’y a pas de réponse à une question qui n’a pas de sens.

Je développerais ce sujet à la faveur d’un prochain article.

Comment reconnaître une crise existentielle?

La crise existentielle se caractérise avant tout par un mal-être général et une angoisse permanente.

La personne qui souffre d’angoisse existentielle ne prend plus de plaisir, même dans les activités qui lui plaisaient autrefois.

Souvent, cela s’accompagne également d’une grande fatigue, d’irritabilité, d’hyperémotivité et d’un dérèglement de l’appétit.

Tous ces symptômes sont également ceux de la dépression.

Alors, comment reconnaître l’angoisse existentielle et la distinguer de la dépression?

La crise existentielle s’accompagne toujours de questionnements nombreux et importants.

Beaucoup de dépressifs s’isolent, mais ils ne se demandent pas s’ils devraient abandonner leur travail et leur couple.

Ils ne s’interrogent pas non plus subitement sur leur place dans l’univers.

Souvent, la crise existentielle ne s’accompagne pas non plus d’un abattement généralisé.

La personne qui en souffre ne prend plus de plaisir dans les activités qu’elle aimait.

Alors, elle change ses habitudes.

D’un point de vue extérieur, celui ou celle qui traverse une crise existentielle régresse et retourne à l’adolescence.

Le cliché le plus répandu sur la question est sans doute celui du quinquagénaire quittant femme et enfant pour revivre l’adolescence qu’il pense avoir raté la première fois.

Comment redonner du sens à sa vie?

Pourquoi fait-on des crises existentielles?

La crise existentielle intervient presque toujours à des moments charnières de l’existence.

Un changement important, même symbolique, nous pousse à reconsidérer notre existence et la manière dont nous avons mené notre vie, et dont nous la poursuivons.

Si le cliché concerne souvent les quadragénaires ou les quinquagénaires, c’est bien parce que cette période de la vie marque l’entrée dans un nouvel âge potentiellement effrayant: celui du vieillissement.

Parfois, un mariage, un divorce ou la perte d’un travail suffit à provoquer une crise existentielle.

La perte d’un proche est plus rarement à l’origine d’une angoisse existentielle, mais c’est tout à fait possible.

On le remarque surtout chez les patients qui ont une relation conflictuelle à un parent décédé et réalisent soudainement qu’ils ne pourront jamais régler tous les différends qu’ils avaient avec le défunt.

L’angoisse existentielle est-elle un signe de folie?

L’angoisse s’accompagne parfois de l’impression et de la crainte de devenir fou.

Pourtant, une personne anxieuse n’est certainement pas folle.

Certes, ses angoisses altèrent sa perception de la réalité, mais pas au point de la qualifier de folie.

Dans la majorité des cas, l’anxiété n’empêche pas de distinguer le réel de l’imaginaire et la personne anxieuse sait bien que ses peurs sont exacerbées et, accessoirement, excessives.

Les troubles anxieux sont classés parmi les troubles psychiques.

Je ne saurais donc que vous suggérer de demander de l’aide à des professionnelles pour les vaincre et vous en débarrasser.

En revanche, vous n’êtes pas obligé(e) de vous adresser à un psychiatre.

Un comportementaliste professionnel sait vous débarrasser de vos angoisses en quelques semaines grâce à une thérapie comportementale correctement menée.

Une angoisse existentielle peut-elle nous faire devenir fou ou folle?

Enfin, puisque ce sont presque toujours des événements extérieurs qui provoquent l’angoisse existentielle, on ne la considère pas comme un signe de folie.

Elle est une réaction normale et répandue à des situations courantes dans la vie de chacun.

En revanche, même si ce n’est pas un signe de folie, c’est un trouble à prendre au sérieux pour ne pas souffrir inutilement.

N’hésitez pas à demander de l’aide si vous souffrez d’angoisse existentielle.

La crise existentielle peut-elle être positive?

Plusieurs théories psychanalytiques perçoivent la crise existentielle comme positive.

Elles considèrent que les moments de crises correspondent à une destruction partielle et nécessaire du psychisme qui favorise l’édification d’une meilleure personnalité, plus adaptée à cette nouvelle étape de la vie.

En effet, la crise existentielle, comme une crise d’angoisse, est souvent ponctuelle et passagère.

Les angoisses existentielles, en revanche, reviennent et restent longtemps si on ne les traite pas.

On peut donc considérer positivement la crise existentielle, mais à condition de ne pas se complaire dans la spirale auto-destructrice qu’elle produit parfois.

Comme toutes les crises, c’est en la traversant que l’on en fait quelque chose de positif.

Encore faut-il ne pas avoir peur du changement d’une part, et être accompagné(e) en conséquence.

En effet, gardez vous de faire, seul(e), les questions et les réponses. Faites vous aider, ou aidez-vous d’un programme comportemental (voir ci-dessous).


COMMENT DIAGNOSTIQUER ET TRAITER
L’ANGOISSE EXISTENTIELLE?

LA + EFFICACE DES SOLUTIONS COMMENCE ICI

Traiter une angoisse existentielle

16 CAS RÉSOLUS SUR 17

Cette méthode offre un véritable espoir à celles et ceux qui pensaient ne jamais s’en sortir


Si vous souhaitez partager votre expérience liée à l’angoisse existentielle, ou m’adresser un message, je vous invite à utiliser le formulaire en-dessous du présent article.


Article rédigé par Frédéric Arminot, coach comportemental

Comment vaincre une angoisse mélancolique?Spécialisé dans le traitement des problèmes d‘angoisse, d’anxiété, de dépression, de phobie, et de toc, il exerce depuis plus de 25 ans en qualité de comportementaliste.

Ancien grand anxieux, et victime d’angoisses aux multiples conséquences des années durant, il a créé un programme de thérapie comportementale en ligne:

Le Programme ARtUS

Cette méthode thérapeutique résout 16 cas sur 17, soit + 95 % de résultats.


A propos de Frédéric Arminot
Frédéric Arminot

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Défiler vers le haut