Comment répondre à l’angoisse par l’action entrepreunariale

L'angoisse et l'action - Catherine Barba

Comment la directrice de “We love Entrepreneurs” à répondu à l’angoisse par l’action

En 2004, il fallait oser, pour se lancer dans le cash back, un concept encore peu connu et peu rassurant à l’époque. C’est pourtant dans cette aventure que s’est lancée Catherine Barba en fondant le site Cashstore.fr, qu’elle revendra au groupe Plebicom en 2010.

Tout nous invite à créer des entreprises. Et tout nous invite au contraire à ne pas le faire devant la somme de responsabilités, de contraintes et d’obligations afférentes à ces créations d’entreprises. Cependant, d’aucuns pensent qu’il y a moyen de répondre à l’angoisse par l’action entrepreneuriale.

Beaucoup de gens qui n’ont jamais créé leur entreprise semblent imaginer un mode idéal fait de réussite et de pluie d’argent. Ces mêmes personnes qui imaginent une chose dont elles ignorent beaucoup n’imaginent pas l’angoisse de la ou du chef d’entreprise.

Chacun d’entre nous exprime sa réponse par rapport à l’angoisse. Certains feignent de l’ignorer ce qui, je me permets de vous le rappeler, entretient ou favorise l’angoisse. D’autres s’en occupent à coups de sur-activité. Ils se remplissent pour ignorer ce qu’ils vivent comme un problème, voire comme une tare. Ne pas savoir être, ne pas savoir faire. D’autres encore, les moins nombreux, finissent par accorder de l’intérêt à l’angoisse au sens où ils choisissent de s’en occuper, et de consulter des professionnels compétents.

Dans tous les cas, l’angoisse du chef d’entreprise n’est pas une plaisanterie. Que ce soit en France, comme dans tous les autres pays du monde, l’angoisse d’une personne qui crée son entreprise est une réalité qui, parfois, participe à l’arrêt d’une activité choisie.

Nous vivons dans une société de plus en plus contrôlée où la suspicion, voire la paranoïa administrative, le dispute à la crise économique. En effet, les employeurs ont des responsabilités de plus en plus fortes. Q’il s’agisse du Droit du Travail, de la sécurité sur le site, des obligations administratives, des obligations sociales et financières, des relations avec ces charmants banquiers, tout est fait pour que le chef d’entreprise, la manager, vive dans l’angoisse.

Si l’on ajoute à cela que l’angoisse ne pas fait collecter suffisamment de chiffre d’affaires, tout est là pour générer des émotions dont l’angoisse remporte le titre de lauréat. Pas d’argent, pas de C.A, pas de salaires, pas de pérennité, alors que les charges courent et que tout le système s’impatiente.

Quand vous faites le choix de créer une entreprise, il est donc nécessaire, dès le départ, d’être au clair quant à l’angoisse que va sans aucun doute susciter votre activité. Comme dans tous domaines, il y a beaucoup d’appelés et… peu d’élus.

Le contexte économique actuel invite de plus en plus de gens, licenciés pour la plupart pour des raisons économiques, à créer leur propre emploi. Au delà du statut juridique qu’ils choisissent, ces nouveaux entrepreneurs seront très rapidement confrontés à une somme de contraintes et d’obligations qui vont mettre à mal leur désir d’affirmer leurs compétences comme d’espérer afficher leur réussite.

De fait, répondre à l’angoisse par l’action est une solution au stress ambiant. En tous cas, ce fut celle de Catherine Barba. Quelle a été la votre ou quelle sera la votre ou encore quelle serait la votre? Pour le savoir, le présent article nous éclaire à ce propos.

En attendant, si, vous aussi, comme bien des gens avant vous, vous souhaitez traiter les angoisses dont vous êtes victime et, ainsi, retrouver confiance en vous, je vous invite à cliquer sur le lien ci-dessous. Vous accéderez ainsi à une vidéo dont le contenu vous intéressera surement:

JE REGARDE LA VIDÉO SUGGÉRÉE PAR FRÉDÉRIC >>

 |  Frédéric Arminot

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Défiler vers le haut