TRAITEZ ANGOISSE, ANXIÉTÉ, PHOBIE ET TOC DE FAÇON PERSONNALISÉE ET REPRENEZ LE CONTRÔLE DE VOTRE VIE EN MOINS DE 2 MOIS!

  • Êtes-vous fatigué(e) de consulter des psy, comme de dépenser de l'énergie et de l'argent pour rien?
  • En avez-vous marre de prendre des médicaments, et de subir leurs effets secondaires?
  • Aimeriez-vous accéder à des techniques comportementales simples et puissantes pour ne plus souffrir?
  • Aimeriez-vous reprendre le contrôle de votre vie?
  • Oui? Alors, NE RATEZ SURTOUT PAS CETTE VIDÉO >>
Découvrez Le Programme ARtUS pour traiter l'angoisse, contrôler une crise d'angoisse, soigner l'anxiété, vaincre une phobie - Frédéric Arminot Comportementaliste

Angoisse – L’angoisse a t’elle un sens

Angoisse – L’angoisse a t’elle un sens

Qui pose la question du sens, pose la question de la connaissance. Au delà du côté douloureux de l’angoisse, voire de son côté odieux en terme émotionnel, être angoissé nous apprend il quelque chose sur nous même, les autres ou notre environnement (social, affectif, économique, professionnelle)?

Autant que vous le sachiez tout de suite. A la question de savoir si l’angoisse a un sens, la réponse est: oui ! Maintenant, reste à savoir ce que cette émotion d’angoisse nous apprend sur nous même et comment nous pouvons tirer profit de l’angoisse.

Angoisse et connaissance de soi

Avoir, ou ressentir, des émotions est normal. Cela fait de vous, comme de moi, des êtres humains. Tout être (humain ou animal) sur terre doté d’un système nerveux central, d’un cerveau, si petit soit-il, a des émotions. Même les psychopathes ou les sociopathes ont des émotions. La difficulté ne réside pas dans le fait d’avoir des émotions mais dans l’utilité que vous pouvez y trouver d’une part, et dans le comportement qu’elles vous invitent à avoir d’autre part. La question est donc de savoir ce que l’angoisse vous apprend sur vous?

L’émergence de l angoisse signifie que quelque chose ne fonctionne plus comme vous pouviez l’envisager. CelaAngoisse et connaissance de soi signifie que par rapport à votre carte du monde vous êtes face à une situation qui ne correspond pas à une situation, ou à une perception, que vous contrôlez. Ne maitrisant pas une situation, votre cerveau vous informe d’un danger potentiel et vous invite à reprendre la maitrise du sujet. Or, vous ne pourrez prendre le contrôle de l’évènement qu’en fonction de ce que votre personnalité vous autorise à faire.

Votre personnalité s’est construite dans 6 à 7 premières années de votre vie. Un certain nombre d’éléments ont participé à cette construction. Pour n’en citer que quelques unes, l’éducation, les modes de vie, l’environnement (social, affectif, économique) comme les expériences de vie, ont participé à construire des éléments cognitifs qui paramètrent vos réactions émotionnelles en fonction de facteurs liés à la perception que vous avez d’un évènement “X” dans une environnement “Y” ramenés à vous même “M”.

En fonction de l’image que vous avez de vous (le Moi) et d’interdits sociaux et parentaux (le Surmoi) que vous avez intégré vous allez réagir d’une façon ou d’une autre. Les deux comportements les plus convenus sont la fuite ou le combat.

Toute situation ou perception qui participe à votre angoisse participe, de fait, à vous déséquilibrer. D’où la notion de crise et, par extension , la notion de crise d’angoisse.

Sur la foi des éléments pré cités est donc normal que vous perceviez une angoisse quand quelque chose ne va pas ou plus par rapport à la perception de votre propre équilibre de sorte à ce que vous agissiez pour retrouver l’équilibre dont vous avez besoin. Un peu comme si, à votre domicile, les choses se retrouvaient dans un tel désordre que cela vous déplaise, voire vous fasse souffrir au point que ce ne soit qu’en rangeant, conformément à votre vision d’une maison en ordre, que vous pouvez retrouver bien être et sérénité. En ce sens, l’angoisse a un sens. Mais il est d’autres facteurs qui participent à vos angoisses et leur confèrent un sens de sorte à ce que vous agissiez afin de rétablir l’ordre.

L’angoisse et les cinq sens

Au gré de la construction de votre personnalité, cinq de vos sens croissent sur la foi de vos expériences, qu’elles soient agréables ou désagréables. Ces cinq sens sont les suivants:

  1. Visuel
  2. Auditif
  3. Kinesthésique
  4. Olfactif
  5. Gustatif

Ces cinq sens constituent le V.A.K.O.G bien connu de tous les psy ou thérapeutes divers. Chacun de sens sens est facteur d’émotion agréable ou désagréable. Chacun de ces cinq sens vous apporte plaisir ou frustration en fonction de la perception que vous en avez et des réactions que cela vous invite à avoir.

A titre d’exemple, quand j’étais enfant, chaque vendredi, ma chère maman préparait du poisson pour satisfaire à son éducation religieuse comme à la mienne. C’était le fameux vendredi saint. A l’époque, nous étions une famille nombreuse et manger de la sole chaque vendredi était assez exceptionnel. Mes frères et sœurs comme moi même étions plutôt des habitués du haddock…

Comme ma mère n’exerçait aucune activité rémunérée (j’en profite pour préciser que je trouverais normal de rémunérer les mères au foyer au regard de leur investissement auprès de leurs enfants comme pour l’énergie qu’elle dépense au profit de leur famille), comme ma mère ne travaillait pas donc, j’avais la chance de ne pas déjeuner à la cantine et de rentrer chez moi à chaque déjeuner.

Mais chaque vendredi était un supplice et un facteur d’angoisses importantes.

En termes alimentaires, tant au niveau du goût que de l’odeur, je déteste le poisson. Or, ma mère m’imposait chaque vendredi de manger jusqu’à ce que je termine mon assiette. Et comme je respectais ma chère maman, je m’exécutais non sans essayer de contrôler mes envies permanentes de régurgiter. Confronté au choc entre mon moi et mon surmoi, j’avais toutes les peines du monde à m’affirmer sans craindre le courroux maternel.

Çà c’était le cours de l’histoire. Le problème démarrait avant. Quand je me réveillais le matin, je sentais une boule d’angoisse croître au fur et à mesure que l’heure du repas avançait. Je savais que le moment du déjeuner serait très pénible et que ce serait encore un conflit entre ma mère et moi. Conflit dont, bien évidemment, je ne sortais jamais vainqueur. Il me faudra attendre des années pour m’affirmer et refuser de manger ce joli produit de la mer.

Les deux sens qui conditionnaient mes angoisses comme mes réactions étaient donc le “O” de Olfactif et le “G” de Gustatif. Aujourd’hui, cet espèce de trauma demeure. Je déteste toujours autant l’odeur et le goût de cet aliment. Le simple fait de savoir qu’il puisse y en avoir chez moi ou chez quelqu’un qui m’invite à déjeuner ou à diner peut participer à m’angoisser. Même si cela peut paraître excessif (il est vrai que manger du poisson vaut mieux que ne rien manger du tout), je ressens toujours ce pincement qui va nécessiter que je m’adapte à la situation et essaye de m’affirmer sans créer de conflit ou sans froisser la personne qui aura préparé le repas. Dans le même sens, plus quelqu’un essaiera de me convaincre de l’intérêt nutritionnel de cet aliment, plus ma tension (anxiétéaugmentera.

Vous l’aurez donc compris, vos cinq sens, en fonction de la façon dont ils se sont alimentés au gré de vos expériences de vie, donnent sons sens à l’angoisse dans la mesure où cette dernière vous contraint à agir de sorte à retrouver équilibre émotionnel et confiance c’est à dire sécurité. Or, cela n’est pas toujours facile à satisfaire.

En quoi l’angoisse est-elle un problème

A compter du moment où vous ressentez une angoisse, votre cerveau vous donne l’ordre de retrouver l’équilibre. Sur la foi des éléments qu’il détient et de ce qu’il sait être bon ou mauvais pour vous, votre système nerveux central veut éviter une crise, c’est à dire un dysfonctionnement.

Le moment ou les angoisses deviennent un problème c’est quand, de façon durable, cet équilibre est rompu et qu’il ne peut être retrouvé rapidement ou de façon durable. L’angoisse est un problème à compter du moment où, la crise d’angoisse aidant par exemple, vous n’arrivez pas à retrouver votre calme et que, malheureusement, vous vous dirigez tout droit, et à grande vitesse, vers une peur de parler en public.

C’est donc en amont qu’il… faudrait… intervenir. Facile à dire avant parce qu’une fois que l’on est dedans c’est bien plus difficile! C’est un autre problème qui s’ajoute au premier, à l’angoisse elle même. En effet, nombreuses sont les personnes qui conçoivent de la honte et de la culpabilité de ne pas arriver à gérer leurs émotions. Qu’elles se pardonnent, elles ne le font pas exprès!

Quand et pourquoi faut il traiter l’angoisse

Plutôt que de fuir sa névrose d’angoisse (nous sommes tous névrosés) en essayant bon an mal an de trouver des solutions qui relèvent du contrôle, il est important de traiter l’angoisse à compter du moment où cette émotion revient de façon plus ou moins régulière d’une part et à compter du moment où, objectivement, vous vous rendez compte qu’elle devient toxique.

La toxicité d’une angoisse se révèle par le transfert d’une angoisse à une anxiété par exemple. Cette angoisse révèle sa gravité à compter du moment ou les symptômes d’angoisses se font de plus en plus lourds, douloureux.

Le fait de tomber malade, d’avoir une peur constante de certaines situations sans pouvoir objectiver, le fait de souffrirTraiter l'angoisse de phobie (symptôme d’angoisse), d’angoisse nocturne ou encore d’anxiété sociale, même minime, sont le signe de la nécessité de soigner l’angoisse.

Tout au long de ce blog, des solutions vous sont proposées. Je vous invite à lire les articles correspondants à vos recherches. Je vous invite aussi à me poser toutes vos questions et à m’adresser vos commentaires.

Je sais que je l’ai écrit maintes fois mais, je vous lirais avec plaisir et prendrais le temps nécessaire pour vous répondre de façon circonstanciée de sorte à ce que vous ne soyez plus victime d’angoisses.

J’oubliais le sens même de cet article. Je vous confirme que l’angoisse a un sens. L’angoisse vous permet de vous protéger. L’angoisse vous permet de mieux vous connaître et, par conséquent, de mieux reconnaître vos limites. Alors, soyez gentil avec vous. Pourquoi supporter l’insupportable? Pourquoi vous contraindre à jouer un rôle qui n’est pas taillé pour vous? Vous accepter vous même n’est-il pas le premier pas à réaliser pour ne plus être angoissé? Une question se pose, me direz vous: “Comment faire pour s’accepter soi même”? J’y viendrais dans un prochain article.

En attendant, postez vos commentaires! Merci de votre attention et de votre intérêt.

→ NE FAITES PAS L’ERREUR DE PARTIR SANS AVOIR REGARDÉ CETTE VIDÉO >>

Frédéric Arminot

TRAITEZ ANGOISSE, ANXIÉTÉ, PHOBIE ET TOC DE FAÇON PERSONNALISÉE ET REPRENEZ LE CONTRÔLE DE VOTRE VIE EN MOINS DE 2 MOIS!

  • Êtes-vous fatigué(e) de consulter des psy, comme de dépenser de l'énergie et de l'argent pour rien?
  • En avez-vous marre de prendre des médicaments, et de subir leurs effets secondaires?
  • Aimeriez-vous accéder à des techniques comportementales simples et puissantes pour ne plus souffrir?
  • Aimeriez-vous reprendre le contrôle de votre vie?
  • Oui? Alors, NE RATEZ SURTOUT PAS CETTE VIDÉO >>
Découvrez Le Programme ARtUS pour traiter l'angoisse, contrôler une crise d'angoisse, soigner l'anxiété, vaincre une phobie - Frédéric Arminot Comportementaliste

5 Commentaires: “Angoisse – L’angoisse a t’elle un sens”

  1. VALERIE PARIS dit :

    oui je vais travailler sur cette peur, je vais rester quelques jours encore sur le module 2 avant de passer au 3
    merci pour vos conseils, bonne journée

  2. Bonjour Valérie,

    Je comprends votre demande et n’ai qu’une seule suggestion à vous faire. Laisser du temps au temps. Inscrite au programme depuis peu, il est bien compréhensible que vous ayez envie d’aller vite puisque vous avez exprimé votre désir de changement. Mais il est nécessaire de laisser les choses évoluer naturellement.

    Dans le cas contraire, ce serait comme d’avoir une vie bouleversée par un gain maximum à l’Euromillions ou au Loto. Bien des gagnants, non préparés et “tombés” dans une richesse soudaine, y ont laissé leur équilibre mental et ont fini par tout perdre, voire perdre plus que ce qu’ils avaient avant.

    La vie est un processus naturel qu’il est important de respecter. En travaillant chaque étape du programme, vous allez progresser à votre rythme, et en fonction de ce que vous êtes à même d’accepter. Vouloir aller plus vite, c’est comme vouloir devenir une “grande personne” à 12H, alors qu’il est 11H et que… vous avez 5 ans.

    C’est votre peur de ne pas y arriver qui vous fait réagir ainsi. Ecoutez votre peur, travaillez sur elle grâce aux exercices et tout ira bien. L’impatience est votre meilleure ennemie Valérie.

  3. VALERIE PARIS dit :

    Bonjour Mr Arminot, je me retrouve un peu dans le commentaire de SASA” le manque de confiance en soi”, je ne suis pas timide mais je doute toujours, j’attend toujours un retour positif des autres sinon je rumine.
    Comment m’accepter comme je suis ; j’en perd ma personnalité j’ai l’impression ; je suis au module 2, quelle précision vous pouvez me donner pour aller mieux plus vite, merci

  4. Bonjour Sarah,

    Je suis toujours ravi quand quelqu’un retire un intérêt personnel aux articles que je publie dans mon blog. Il est vrai que le contrôle que vous exprimez à propos de votre problème est une stratégie qui aurait plus vocation à entretenir voire à aggraver votre problème. Il y a des façons de procéder simples et efficaces qui peuvent vous permettre d’aller mieux plus vite. A trop focaliser sur vos objectifs, vous en oubliez l’essentiel, vous même! Si vous avez besoin de précisions quant à la façon dont vous pouvez mettre un terme à votre timidité, n’hésitez pas à me contacter.

  5. sasa dit :

    bonjour, le texte m’as appris des choses mais pas la totalité, le pire sentiment que j’éprouve en ce moment je n’arrive pas a etre moi meme dans toutes les circonstances par peur d’avoir des problemes donc je me fonds dans la foule quand c’est necessaire. J’espere rétablir ce probléme au plus vite car je vois de plus en plus que je m’efface des qu’une personne s’approche de moi, alors que au départ je ne suis pas si timide que ca, je me mets beaucoup de barriere et je reflechis beaucoup meme de trop avant de passer a l’acte, ce qui me mets dans un état mal. Je suis tellement focaliser de réussir mes objectifs que ca me fais peur. merci

Laisser un commentaire

scroll to top