Autonomie: 3 conseils pour retrouver bonheur et indépendance

Autonomie - Bien-être - 3 Conseils

Quand on parle de comportement, on fait souvent référence à 2 principes fondamentaux. Autonomie et bien-être. Et ceci, bien que ce ne soit pas toujours clairement écrit ou signifié. C’est donc implicite.

Or, si vous lisez mon blog depuis un certain et à plus forte raison si c’est la première fois, je me permets de vous rappeler que j’exerce le métier de comportementaliste, ou thérapeute comportemental, depuis 25 ans. Je suis spécialisé dans la prise en charge de problèmes d’angoisse, d’anxiété, de phobie, de toc, et de dépression. Les questions liées à ces deux postulats que sont autonomie et bien-être sont donc mon quotidien.

Après 20 années de souffrances personnelles, lesquelles ont fortement minoré mon autonomie comme mon bien-être, j’ai découvert l’approche comportementale. C’est donc naturellement que je ferais de cette approche mon métier.

Après 5 années d’études systémiques liées à l’approche comportementale (Palo Alto), et 12 années de cure psychanalytique, j’ai ouvert mon cabinet en 1995. Aujourd’hui, je travaille exclusivement sur la conception de programmes thérapeutiques en ligne. Cela signifie que j’accompagne, à distance, les personnes qui font le choix de me faire confiance et suivent un programme comportemental pour traiter et éliminer – définitivement – les problèmes évoqués précédemment. La vocation de tels programmes, ou méthodes, étant précisément de faciliter autonomie et bien-être.

En effet, j’imagine que puisque vous lisez ce blog, composé de près de 400 articles, c’est que vous cherchez une solution à ce que vous vivez comme un problème, voire un handicap. Dans ce cadre, je souhaite vous communiquer 3 conseils de sorte à satisfaire autonomie et bien être.

Autonomie: Conseil N°1

Ne vous y trompez pas… En cas de problèmes d’angoisse, d’anxiété, de phobie, comme de toc ou de dépression, le premier réflexe de la personne qui en souffre est d’essayer de contrôler ce qui est vécu comme un problème. La volonté en l’espèce étant d’essayer de retrouver, ou de maintenir, une certaine autonomie de comportement (au sens adulte du terme).

Je reviens plus tard sur cette question relative au contrôle. Ce qu’il est important de noter dès maintenant, c’est la notion culturelle liée à la façon dont vous serez “soigné(e)”. Partant, comment retrouver autonomie et bien-être.

A cet instant, je fais allusion à la pratique thérapeutique telle qu’elle est exercée et préconisée en France. C’est beaucoup moins le cas dans des pays comme la Belgique, l’Allemagne, les pays Nordiques, etc.

Notre culture (latine) fait la part belle à trois approches:

  1. La psychologie
  2. La psychiatrie
  3. La psychanalyse

Autonomie: La psychologie

La psychologie est une sorte de pratique bis de la psychanalyse. A ceci près que, le plus souvent, le ou la psychologue intervient de façon très rationnelle auprès du patient. Il ou elle essaie de l’aider – pour ne pas écrire le contraindre – à relativiser par rapport à ses problèmes.

La plupart du temps, le ou la psychologue “oriente” le patient pour l’aider à faire des liens entre sa relation à ses parents et son problème, partant, son histoire de vie. Une telle démarche prend donc beaucoup de temps (plusieurs années). Or, beaucoup de patients se lassent,. La plupart estime passer trop de temps à dépenser de l’énergie. Du temps, et de l’argent. Et  ce pour une solution qui ne vient pas! Dès lors, ils ont toujours leur autonomie en ligne de mire mais voit celle-ci s’éloigner. Une fois de plus.

De fait, énormément de patients interrompent leur prise en charge. Laquelle dure parfois depuis des années. D’autres se lassent de leur thérapeute. Ils passent d’un psy à un autre. Dans tous les cas, cela les empêche de trouver une solution à leur problème.

Autonomie: La psychanalyse

Freudienne ou Lacanienne, pour les plus connues, elles durent des années à raison d’une à deux séances par semaine. Je vous rappelle que j’ai moi même suivi une cure psychanalytique pendant 12 ans. Au cours de ces séances, la patient est allongé. Le thérapeute se place derrière lui. Pourquoi?

Tout simplement, pour préserver le patient d’un regard. Ou d’un comportement quelconque, qui peut le déranger. L’empêcher de s’exprimer. Et de quoi le patient parle t’il? Le patient a pour objectif de faire des liens entre son histoire de vie et son problème. Qu’il s’agisse d’angoisse, d’anxiété, de phobie ou de toc.

Cela prend beaucoup de temps. A la fois parce que le patient chemine sans l’intervention du thérapeute. Et aussi parce que, souvent, le patient exprime des situations. Des émotions. Ou tout autre sentiment qui n’ont pas nécessairement de liens avec le problème à propos duquel il consulte.

En résumé, la psychanalyse consiste à se ré approprier son histoire de vie. C’est prodigieusement intéressant mais très ingrat. Ne fasse hurler les puristes, j’ai pour habitude de dire pour qu’il faut être dans un excellent état mental pour suivre une cure psychanalytique. La psychologie clinique, comme la psychanalyse, demande beaucoup de temps, d’investissements personnel et… d’argent.

Aujourd’hui, il existe une approche beaucoup plus rapide, laquelle vous offre plus de 90 % de résultats positifs en moins de 2 mois!

Comment retrouver autonomie et confiance en soi rapidement?

Autonomie: Faire le bon choix

Puisque votre autonomie et votre bien-être sont importants pour vous, je vous invite à ne pas choisir une approche thérapeutique à la légère. Je tiens cependant à vous préciser que je n’ai absolument rien contre la psychologie et la psychanalyse. Bien au contraire.

Cependant, je ne saurais que trop attirer votre attention sur vos objectifs de mieux être et d autonomie. Pour ce faire, devez-vous y passer plus de 10 ans de votre vie? Sans certitudes d’amélioration? Ou 2 mois avec un taux de réussite de l’ordre de 16 cas résolus sur 17 pour un coût inférieur de… 6000%?

Autonomie: Conseil N°2

Je vous conseille que ce qui suit est un peu brutal mais… arrêtez de vous comporter de façon rationnelle! A l’inverse, vous aurez toutes les peines du monde à obtenir autonomie et bien-être.

Maintenant, attendez vous à prendre connaissance de quelque chose qui va à l’encontre de toutes les idées reçues à propos de l’angoisse, de l’anxiété, des phobies, comme des tocs ou de la dépression. Et, partant, de l’autonomie et du bien-être. Je vous explique de quoi il retourne.

Nous avons tous une personnalité. Celle-ci s’est créée sur la foi des diverses expériences que vous avez vécu depuis votre plus jeune âge. Autre élément de construction de votre personnalité: l’éducation que vous avez reçu.

Autonomie: La recherche d’approbation

Chacun de ces facteurs, pris isolément ou globalement, a posé les bases de votre vision de l’échec. Comme de la réussite (vision des choses – carte du monde). Vous pouvez donc, à tout moment, et à quelque sujet que cela soit, avoir peur de ne pas être à la hauteur d’une situation. Et d’ainsi, perdre en autonomie et en bien-être.

Afin de satisfaire à un certain nombre d’ordres éducatifs que vous avez perçu comme tels dans votre enfance, vous pouvez tenter de contrôler une ou des émotions par rapports à des situations données. Et que vous vivez comme un problème.

Vous allez donc vous contraindre – vous obliger – à être à la hauteur d’une situation. Ceci par crainte d’être jugé(e). Ou par peur de perdre l’approbation des autres. Dès lors, vous avez toutes les raisons de perdre cette autonomie tant chérie et le bien-être qui l’accompagne.

En contrôlant votre comportement, en inhibant la réalité de vos émotions, vous adressez un message à votre cerveau. Ce message est très toxique. Votre cerveau comprend que vous ne prenez pas la mesure de la gravité des messages qu’il vous adresse.

Pour vous faire comprendre la nécessité d’avoir un comportement adapté, votre système nerveux central va augmenter l’intensité de votre problème. Partant, plus vous chercherez à éviter honte et culpabilité, plus vous ressentez honte et culpabilité. Et moins, vos chances de satisfaire autonomie et bien-être vont diminuer.

Autonomie: Être à 180° de toute tentative de solution

Plus vous rationaliserez, plus vous serez dans le contrôle. Et pire votre problème sera. Si cette façon d’être et de faire pour prendre la maitrise de votre problème vous avait aidé, vous ne seriez pas entrain de lire cette page.

Rationaliser ou intellectualiser un problème consiste à essayer de le comprendre. Comprendre “pourquoi”. Plus vous réagissez de la sorte, plus vous tentez de contrôler le problème, plus vous l’enrichissez! Je sais, j’insiste.

Alors, que faire me direz-vous sans doute? Essayez d’accepter l’émotion que vous ressentez. Que vous ressentiez angoisse, anxiété, ou soyez victime de phobie, de toc ou de dépression, essayez de ne pas lutter contre.

Il existe une technique comportementale extrêmement puissante pour reprendre le contrôle de n’importe quel problème en 2 minutes! Cette technique consiste à imaginer le pire (eh oui!) mais pas n’importe comment. Les résultats de cet exercice sont magiques! Et c’est ce même exercice qui constitue une porte grande ouverte vers autonomie et bien-être.

Pour savoir comment éliminer votre problème, cesser de vouloir contrôler l’incontrôlable, et vous diriger d’un pas assuré vers votre autonomie votre bien-être, en bénéficiant de l’exercice du pire, je vous invite à regarder cette vidéo (voir en bas du présent article).

Autonomie: Conseil N°3

Faites le bon choix! Comme vous l’avez compris, il n’existe qu’une seule approche thérapeutique pour vous éliminer votre problème. C’est l’approche comportementale. C’est la plus rapide. La plus facile. Et celle dont les effets sont définitifs.

L’approche comportementale ne se pré occupe pas du “pourquoi” vous avez un problème. Plutôt de “comment” le résoudre. Du moins dans un premier temps. En effet, s’il est intéressant de se poser des questions quant à ce qui motive votre problème, vous allez perdre un temps considérable. Les réponses que vous allez trouver ne vont pas vous rassurer en suffisance. En plus de ne pas être une solution. La question du pourquoi en coaching comportemental arrive dans un temps 2. Elle doit être abordée avec les bons outils. C’est un peu comme si votre voiture tombait en panne.

Imaginez que vous téléphonez au garagiste. Il vous demande pourquoi vous avez acheté cette marque de voiture. Avec ce type d’options. De cette couleur. Avec ces garnitures de sièges. Etc. Ainsi, il estime qu’il y a un lien de cause à effet. Pendant que vous discutez de tout çà, la voiture reste en panne! Et cela risque de durer longtemps. Ce comportement, c’est celui de la psychanalyse ou de la psychologie clinique.

Retrouver votre autonomie en moins de 8 semaines

Imaginez que je sois le garagiste. Je vous demande ce qu’il s’est passé avant que la voiture ne soit en panne. Ce qu’il s’est passé pendant. C’est à dire: “qu’avez vous essayé de faire pour la dépanner?” -. Enfin, comment la voiture est tombée en panne. Je vais donc identifier le mécanisme du problème.

Ensuite, je procède par élimination. Jusqu’à trouver le problème qui empêche la voiture de fonctionner normalement. C’est le processus de contextualisation, et de mise en place de stratégie de résolution. De fait, vous et moi allons agir. Et non penser, de sorte à débloquer rapidement la situation douloureuse dans laquelle vous êtes. Et c’est précisément cette démarche contextuelle qui vous offre de rapidement satisfaire votre désir d’autonomie et bien-être!

Cela fonctionne dans plus de 90% des cas! Et ceci, quel que soit le temps depuis lequel vous êtes en difficulté! C’est exactement ce que vous pouvez faire avec le Programme thérapeutique comportemental que j’ai conçu à votre intention. Ainsi, vous saurez comment contrôler votre problème en 2 mn.
Autonomie: Prendre son envol

En moins de 8 semaines, le coaching comportemental permet de résoudre un problème, alors que la plupart des gens qui souffrent comme vous n’y arrivent pas en en plusieurs années. Comment font-ils? Ils utilisent les bonnes méthodes! Ils se servent des bonnes ressources!

Contrôler angoisse, anxiété, phobie, toc ou dépression en 2 minutes nécessite juste un peu d’investissement personnel de votre part. Alors? Êtes-vous prêt(e) à vous consacrer 15 minutes par jour pendant 1 mois?

  • Consentez-vous à utiliser des outils scientifiquement approuvés pour neutraliser votre problème en utilisant une méthode paradoxale?
  • Acceptez-vous d’utiliser un tout petit objet, d’une façon très amusante, pour retrouver un comportement adulte et, partant, retrouver estime de vous même et confiance en vous, et donc autonomie et bien-être?
  • D’une façon très pragmatique, à découvrir comment faire la paix avec votre passé et, ainsi, cesser de vous en vouloir, cesser de vous sentir coupable, parce que vous avez le plus souvent peur d’avoir peur comme un enfant?

Autonomie: Êtes-vous prêt à agir le changement?

Je sais que cela fait des semaines, voire des mois ou des années, que vous cherchez une solution à votre problème d’angoisse, d’anxiété, de phobie, de toc ou de dépression.

Je sais aussi que vous avez tout essayé. Psy en tous genres, médicaments, médecines alternatives, etc, et que les résultats ne sont pas à la hauteur de vos attentes.

Je sais que vous avez passé beaucoup de temps, et dépensé beaucoup d’énergie (et sans doute aussi de l’argent) pour trouver la meilleure solution à votre problème. Puisque vous lisez cette page, force est de constater que cela ne fonctionne pas pour vous. Effectivement, si je vous dis: “Comment voulez-vous savoir faire quelque chose qu’on ne vous a pas appris?“, cela vous évoque quoi?

Dès lors, comment faire? La réponse se trouve dans mon 3è conseil.

Autonomie: La barre à gauche toute!

Faites le choix de devenir un adulte qui agit autant pour son autonomie que pour son bien être! Pour satisfaire à cet objectif, ô combien respectable et courageux, j’ai quelques questions à vous poser:

  • Pourriez-vous arrêter de vous perdre en vaines tentatives de solutions?
  • Aimeriez-vous enfin faire le bon choix pour vous?
  • Peut-être pour la 1ère fois depuis que vous souffrez, pourriez-vous faire vraiment confiance et VOUS faire confiance?

Si vous avez répondu “Oui”, ne serait-ce qu’à une de ces 3 questions, alors vous êtes prêt(e) à regarder cette vidéo.

A tout de suite. Je vous exprime toute ma gratitude pour votre intérêt, et votre confiance.

P.S: Si vous ne faites pas ce qu’il faut pour retrouver autonomie et bien-être, il ne se passera rien. Vous avez le droit de vous auto manipuler. Voire de vous auto-saboter.

N’oubliez jamais que si, pour vous même, vous pensez, avec humilité, être la personne la plus importante sur terre, vous vous devez, à vous même donc, de prendre soin de vous. Et de faire ce qu’il faut pour faciliter votre autonomie et votre bien être.

Si vous ne le voulez pas, vous allez le droit de préférer votre souffrance à un vrai changement, opportun et durable. Mais, à ce propos, ne dit-on pas: “Choisir, c’est renoncer”?

Retrouver autonomie et confiance en soi facilement et rapidement

| Frédéric Arminot

Comment reprendre le contrôle de votre vie facilement et rapidement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Défiler vers le haut