TRAITEZ ANGOISSE, ANXIÉTÉ, PHOBIE ET TOC DE FAÇON PERSONNALISÉE ET REPRENEZ LE CONTRÔLE DE VOTRE VIE EN MOINS DE 2 MOIS!

  • Êtes-vous fatigué(e) de consulter des psy, comme de dépenser de l'énergie et de l'argent pour rien?
  • En avez-vous marre de prendre des médicaments, et de subir leurs effets secondaires?
  • Aimeriez-vous accéder à des techniques comportementales simples et puissantes pour ne plus souffrir?
  • Aimeriez-vous reprendre le contrôle de votre vie?
  • Oui? Alors, NE RATEZ SURTOUT PAS CETTE VIDÉO >>
Découvrez Le Programme ARtUS pour traiter l'angoisse, contrôler une crise d'angoisse, soigner l'anxiété, vaincre une phobie - Frédéric Arminot Comportementaliste

La dépression – Principaux symptômes par type de dépression

La dépression - Les symptômes de la dépression classés par type

La dépression – Principaux symptômes par type de dépression

Connaissez-vous la dépression et ses symptômes? Êtes-vous curieux de découvrir les divers types du syndrome dépressif? Cela vous intéresse t’il de découvrir les manifestations communes, et spécifiques, aux diverses catégories de la dépression?

Si tel est le cas, la lecture attentive du présent article va vous être d’une grande utilité.

La dépression – Des informations importantes

La dépression provient d’un dérèglement de l’humeur. Ses symptômes premiers sont une fatigue importante au niveau psychologique, ou de sentiments de tristesse et de mélancolie.

C’est une pathologie psychosomatique, un mal être profond, un trouble de l’humeur, qui handicape la vie quotidienne et nécessite un traitement médicamenteux, et un suivi thérapeutique. C’est une humeur durablement et anormalement triste, associée à un ralentissement psychomoteur (manque général de tonus, d’énergie, de concentration).

La maladie dépressive est l’un des maux les plus fréquents de notre époque, et curieusement l’un des moins bien soignés. Elle survient généralement sous forme de périodes dépressives pouvant durer des semaines, des mois, voire des années.

Selon l’intensité des symptômes, la dépression sera qualifiée de légère, modérée ou majeure (grave). Dans les cas les plus graves, cela peut conduire au suicide.

La dépression ne touche pas seulement les adultes. Cette pathologie s’attaque aussi aux nourrissons, aux enfants, aux adolescents et aux personnes âgées. Elle peut avoir des conséquences désastreuses sur leur quotidien, et leur avenir.

C’est un sérieux problème de santé qui affecte des milliers de personnes dans le monde entier, et qui s’exprime au travers de l’humeur, des pensées, du comportement, et du corps.

Bien qu’il existe plusieurs types de maladie dépressive, certaines manifestations leur sont communes.

La dépression – Symptômes communs à tous les types de dépression

Neuf symptômes caractérisent la dépression, quel qu’en soit le type. Ils sont variables d’un malade à l’autre. Il suffit que le patient en manifeste cinq de manière récurrente pour être qualifié de dépressif.

Ces symptômes, communs à tout type de syndrome dépressif, se présentent comme suit:

  • Une grande tristesse, une humeur triste et mélancolique

Le premier signe de l’état dépressif est une profonde tristesse, un sentiment que tout va mal, que tout est noir, et que rien de positif ne peut advenir.

Cette tristesse s’exprime presque tous les jours. Elle est souvent plus prononcée le matin que le soir, et aboutit parfois à des crises de larmes sans motivation.

La tristesse persiste chez la personne dépressive, et ne passe pas. Le patient est enfermé dans sa douleur. Après un évènement traumatisant tel que le deuil d’un proche, elle n’arrive pas à surmonter son chagrin dans les six mois qui suivent.

Ce sentiment rend tout plus difficile et compliqué. Chaque petit événement du quotidien semble insurmontable.

  • Perte d’intérêt pour les activités habituelles – Perte de motivation et de facultés de décision

Pour la personne dépressive, tous les petits plaisirs du quotidien semblent ne plus avoir de saveur. Cette perte d’intérêt peut toucher tous les domaines de la vie, depuis les loisirs antérieurs (aller au cinéma, lire, faire les magasins, etc.) jusqu’aux activités quotidiennes que le malade appréciait (ex: cuisiner, effectuer divers travaux, jouer avec les enfants, etc).

La maladie dépressive annihile toutes les sensations. La personne qui en souffre se sent vide de l’intérieur, comme si elle n’avait plus d’émotions, et que les choses qui la concernent ne la touchaient plus. Elle n’éprouve plus de sensation de bonheur. Comme si ses sentiments étaient déconnectés, et avaient laissé la place au vide émotionnel.

  • Une diminution générale du plaisir et du désir

Progressivement, l’état dépressif fait disparaître la notion de plaisir et de désir, de même que la libido. Le patient ne se sent pas bien, et préfère – souvent – passer sa journée au lit. Elle n’a pas une haute opinion d’elle même et, par conséquent, il lui est difficile de s’ouvrir complètement à son partenaire. Il a moins d’envie, voire pas d’activité sexuelle.

  • Des troubles alimentaires et du sommeil

En cas de trouble dépressif, l’envie de manger sainement disparaît. Manger devient un moyen de se réconforter, de calmer ses angoisses et ses soucis. La nourriture n’est plus associée à un plaisir. De ce fait, certaines personnes vont perdre beaucoup de poids, alors que d’autres vont en prendre beaucoup.

Les troubles du sommeil quant à eux peuvent se manifester par une insomnie ou une hypersomnie. En cas d’insomnie, la personne dépressive a des difficultés à s’endormir, elle se réveille plusieurs fois par nuit ou très tôt le matin.

Le sommeil est souvent mauvais, peu profond, très court, et peu réparateur. Le petit matin (de 3 à 5 heures du matin) est souvent marqué par un réveil précoce, avec impossibilité de se rendormir, et une grande souffrance morale (angoisse matinale).

Le patient atteint d’hypersomnie éprouve l’envie fréquente de dormir, la volonté consciente – ou inconsciente – de trouver refuge dans le sommeil. Il va beaucoup dormir, sans ressentir les effets réparateurs du repos.

Les troubles du sommeil écourtent les nuits et donnent la sensation de ne jamais être bien reposé. Toute tentative du malade d’y trouver une solution aboutit à plus de tracas. Un cercle vicieux se crée. Les troubles du sommeil peuvent déclencher des soucis, et vice versa. Certains malades peuvent aussi systématiquement choisir de rester au lit plus longtemps parce qu’ils se sentent fatigués.

  • Grande fatigue, léthargie, baisse d’énergie, difficulté à faire des efforts

La personne dépressive se sent constamment épuisée. Elle semble porter un énorme fardeau sur les épaules. Elle a de moins en moins envie de faire certaines activités. Elle préfère passer la journée au lit. Ni le repos, ni le sommeil n’atténuent cette fatigue.

  • Dévalorisation de soi, doute systématique et exagéré sur la valeur de ses actes ou de ses idées

Le dépressif supporte difficilement les critiques. Il se sent irritable, trouve qu’il est moche, peu attirant, bête, inintéressant. Il a l’impression de ne pas avoir de valeur en tant que personne, et a du mal à se projeter dans l’avenir.

Si la personne dépressive établit une liste de toutes les choses qu’elle aimerait changer en elle, cette liste semble être sans fin. Ce qui ne lui donne pas non plus une bonne image d’elle même. Elle se sent donc inutile, et il lui est difficile de trouver quelque chose de bon – ou de bien – en elle.

Pratiquement, elle perd goût à la vie, et ne perçoit plus l’utilité de certaines choses. Elle pense que sa vie est inutile, que tout ce qu’elle fera ne servira à rien, et ne changera rien. Elle manifeste de l’indécision face aux choix les plus simples.

Soigner la dépression avec la thérapie comportementale

VOIR LA VIDÉO

  • Culpabilisation vis-à-vis de l’entourage

Le dépressif se sent – et se dit – coupable de tout. Toute chose qui va de travers dans sa vie, et/ou celle de ses proches, est de sa faute. Même si l’intéressé pense que, parfois, cela n’a rien à voir, d’une façon ou d’une autre, quelqu’un, ou son cerveau, va lui faire considérer comme une évidence que c’est pourtant de sa faute.

Cette même personne éprouve constamment des sentiments de culpabilité et d’anxiété. Elle pense que, désormais, elle doit faire attention à tout ce qu’elle dit ou fait, de peur de commettre encore des erreurs. Cette personne dépressive est tendue en permanence. Du fait de la dépression, il lui est donc particulièrement difficile de relativiser les choses, ou de banaliser tel ou tel évènement ou information.

  • Ralentissement ou agitation psychomoteurs

La personne dépressive peut sentir dans ses fonctions motrices une sorte de lenteur ou, à contrario, de l’agitation. Le ralentissement psychomoteur se traduit souvent par des difficultés de concentration, des baisses de vigilance, des trous de mémoire, des difficultés à suivre ou à participer à une conversation.

Ainsi, il peut lui arriver de rester à regarder dans le vide, et à perdre la notion du temps pendant des heures, sans rien faire. A l’opposé, cette personne peut manifester une agitation des fonctions motrices, comme d’avoir la sensation de ne pas bien maîtriser son corps.

Dans ce cas, le patient a du mal à rester tranquille. Il parle très vite, et fait des mouvements rapides avec les mains et les pieds.

  • Sentiment de désespoir – Pensées récurrentes de mort – Idées suicidaires

Le dépressif pense qu’il n’est bon à rien, et ne cultive plus aucune estime positive de lui-même. Il éprouve en permanence un sentiment d’échec, aussi bien dans le domaine professionnel que familial. La personne dépressive pense qu’elle ne mérite pas sa vie de famille, et que l’amour que les autres lui portent n’est pas justifié.

Si tels sont les symptômes communs à toutes formes de dépression, quels sont les symptômes qui permettent de catégoriser la dépression?

La dépression – Symptômes caractéristiques de chaque type de dépression

La dépression ressemble plus à une série de symptômes, nombreux et aléatoires, qu’à un syndrome précis et unique. C’est une maladie qui échappe à toute tentative de catégorisation. J’ai pour habitude de dire qu’il y a autant de symptômes de dépression que de personnes dépressives.

Cependant, des efforts louables ont été accomplis pour les regrouper selon certains critères bien précis:

  • La durée
  • Le nombre d’épisodes dépressifs
  • La gravité et la persistance de ces épisodes
  • Le temps séparant deux épisodes dépressifs consécutifs
  • La tranche d’âge de la personne dépressive

Ces travaux ont permis de constituer différents types de dépression. Chacun de ces types touche des personnes différentes, ce qui induit un traitement adapté. Chaque type a ses spécificités, ses facteurs de risques, et ses traitements.

Outre les symptômes communs mentionnés ci-dessus, on constate aussi des manifestations spécifiques à chaque catégorie de personnes.

Dans la suite de cet article, vous accèderez aux développements liés à la classification des maladies dépressives selon la tranche d’âge d’émergence de la maladie. Selon cette catégorisation, il en existe quatre types:

  1. Nourrisson
  2. Enfant
  3. Adolescent
  4. Personne âgée
  • Les symptômes spécifiques chez le nourrisson

La dépression du nourrisson, encore appelée hospitalisme, survient généralement lorsque le bébé a été brusquement séparé de sa mère, et que l’environnement est pauvre en stimulations affectives.

→ NE FAITES PAS L’ERREUR DE PARTIR SANS REGARDER CETTE VIDÉO >>

Les symptômes caractéristiques de la dépression du nourrisson sont les suivants:

  • Pleurs prolongés
  • Troubles du sommeil
  • Absence de prise de poids
  • Anorexie
  • Régurgitation
  • Comportement de balancement et de rythmies
  • Les symptômes spécifiques à l’enfant

Il est souvent difficile de reconnaître les signes de la dépression nerveuse chez l’enfant. En effet, ce dernier n’exprime pas beaucoup ses sentiments, en particulier lorsqu’il ne se sent pas bien. Mais certains indicateurs peuvent confirmer que l’enfant est dépressif.

A court terme, une dépression chez l’enfant se manifeste par les facteurs ci-après:

  • Chute des résultats scolaires
  • Troubles du comportement
  • Troubles de la conduite sociale
  • Ralentissement moteur
  • Sagesse excessive
  • Les symptômes de la dépression propres à l’adolescent

Douleurs physiques, difficultés scolaires ou refus scolaires, conduites à risque, énurésie, sont des signes qui masquent souvent la dépression chez l’adolescent, et lui permettent d’évoluer et de s’épanouir en toute discrétion.

Les manifestations caractéristiques chez l’adolescent dépressif sont:

  • Repli sur soi
  • Irritabilité
  • Isolement
  • Colère
  • Idées de suicide avec parfois des passages à l’acte
  • Les symptômes de la dépression spécifiques à la personne adulte

Bien que l’état dépressif affecte toutes les tranches d’âges, les jeunes adultes (moins de 45 ans) semblent les plus touchés. Hormis les symptômes communs à toutes les tranches d’âge, la dépression chez l’adulte se caractérise par les phénomènes suivants:

  • Agressivité inhabituelle
  • Humeur instable
  • Refus de faire des projets
  • Anxiété ou une inquiétude excessive
  • Douleurs diffuses, maux de dos, de tête, de ventre, etc.
  • Vertiges
  • Les symptômes spécifiques de la dépression chez la personne âgée

Il est courant de sous-estimer le syndrome dépressif chez la personne âgée. Une idée répandue voudrait qu’avec l’âge, elle devienne triste, fatiguée, voire abattue. Pourtant, cette maladie est assez fréquente chez cette catégorie de personnes, et s’exprime de la façon suivante:

  • Agressivité
  • Irritabilité
  • Insomnies
  • Symptômes parfois confondus avec des signes de démence ou de sénilité (pertes de mémoire, confusion)

La dépression – Catégorisation selon la gravité des troubles dépressifs

Les symptômes de la dépression caractérisant sa gravité sont utilisés pour classer, à l’intérieur de chaque classe d’âge, les personnes souffrant de maladie dépressive.

Ainsi, on distingue:

  • Les maladies dépressives les moins graves

On peut citer:

  • La dysthymie

Ce terme désigne une morosité et une lassitude constante. Bien que n’affectant pas le déroulement normal de la vie courante, il est nécessaire de soigner ce symptôme pour éviter d’éventuelles complications.

  • L’état dépressif saisonnier

Il survient en hiver. Il est dû à la baisse de la luminosité, lorsque le soleil se fait rare. En général, cet état dure tout l’hiver et s’estompe avec l’arrivée du printemps. Pour parler d’une maladie dépressive saisonnière, il faut qu’il n’y ait pas eu d’épisode dépressif pendant les deux hivers précédents. Il est recommandé d’établir un suivi psychologique dès le début des symptômes de la dépression, afin d’éviter de passer un hiver morne et froid.

  • Les maladies dépressives spécifiques

Au titre de ces maladies, on peut citer:

Elle touche environ 15% des jeunes mamans qui viennent d’accoucher. Elle est due au chamboulement hormonal causé par la grossesse, et surtout aux nouvelles responsabilités auxquelles la jeune mère doit désormais faire face.

  • La maladie dépressive professionnelle

Elle survient dans le cadre professionnel. Elle est due à un excès de stress et de pression au quotidien dans l’exercice d’une profession. Par exemple, ce qu’il est convenu d’appeler l’angoisse du lundi est souvent présente chez les personnes qui souffrent de maladie dépressive professionnelle.

  • Le syndrome dépressif dû à une maladie

Certaines affections, comme le diabète, la maladie de Parkinson, la mononucléose, l’anorexie, ou un handicap physique, peuvent conduire à un trouble dépressif.

Cela peut provenir de la maladie elle-même, au cas où cette dernière a un impact direct ou indirect sur le cerveau. Les conséquences de cette maladie, qui sont mentalement pénibles à vivre, peuvent être responsables d’un syndrome dépressif. La drogue et l’alcool peuvent également conduire à une maladie dépressive.

  • Les maladies dépressives sévères

Dans cette catégorie sont classés:

  • Le trouble dépressif bipolaire de type 1 ou trouble maniaco dépressif

C’est une maladie au cours de laquelle la personne dépressive subit des humeurs très dissemblables. Cette pathologie est caractérisée par une alternance entre des phases dépressives, des phases d’humeur normale, et des phases dites maniaques.

Les phases maniaques sont caractérisées par une humeur excessivement élevée, (surexcitation, hyperactivité, colère, hystérie, mélancolie intense) accompagnée d’agitation, et d’un besoin de sommeil réduit.

Durant les périodes de forte euphorie, le patient se sent “le roi du monde”, et/ou s’irrite facilement. Il fait des choses irrationnelles, comme, par exemple, des achats qu’il ne peut se permettre.

La manie affecte la pensée, le jugement et le comportement social et, par conséquent, cause des problèmes et des difficultés sévères.

  • Le trouble dépressif bipolaire de type 2

Les personnes souffrant de cette maladie semblent, à première vue, ne présenter que des phases d’humeur triste.

La personne affectée par ce syndrome subit des épisodes dépressifs répétés, ponctués par l’hypomanie, c’est-à-dire un état euphorique modéré qui est beaucoup moins intense que la manie. L’hypomanie peut être facilement confondue avec une humeur normale ou la joie.

  • Le syndrome dépressif psychotique ou délirant

Au cours d’un tel épisode dépressif, le patient a des hallucinations. Il voit ou entend des choses qui ne sont pas réelles. Il peut aussi avoir des idées délirantes, ou des croyances erronées.

Les personnes souffrant d’une maladie dépressive psychotique ont presque toujours besoin de soins psychiatriques en milieu hospitalier.

  • La dépression majeure

En pareille situation, les symptômes sont ceux communs à toute forme de dépression. Ils se manifestent durant une seule période, pendant au moins deux semaines. Mais cette période peut s’étendre sur plusieurs années.

  • L’état dépressif atypique

Ce sont les symptômes de la dépression qui sont atypiques. Le malade va énormément dormir, beaucoup manger, être exagérément actif. Il est également capable de vivre en société sans éveiller d’inquiétude dans son entourage. C’est un état dépressif qui se décèle difficilement, autant par la personne concernée que par son entourage.

  • Le syndrome dépressif chronique

Le patient traverse plusieurs périodes dépressives. Les épisodes dépressifs sont séparés d’une période d’au moins deux mois durant lesquels le dépressif n’éprouve aucun symptôme de la dépression.

J(‘espère que toutes ces précisions relatives aux symptômes de la dépression vous auront aidé. Si vous souhaitez bénéficier d’un traitement de la dépression personnalisé (adapté à votre cas), je vous invite à consulter la page de présentation du programme thérapeutique en ligne que j’ai conçu.

Non content de traiter vos symptômes dépressifs, ce programme en 5 étapes vous permettra, en moins de 8 semaines, de retrouver la joie et la sérénité auxquelles vous aspirez et… avez droit.

Pour regarder cette vidéo, je vous invite à cliquer sur ce lien:

→ REGARDEZ CETTE VIDÉO AVANT DE PARTIR >>

Pour vos commentaires, ou questions spécifiques afférentes à votre situation (vous souffrez de dépression, ou c’est le cas d’un proche), je vous invite à utiliser le formulaire ci-dessous.


Frédéric Arminot

TRAITEZ ANGOISSE, ANXIÉTÉ, PHOBIE ET TOC DE FAÇON PERSONNALISÉE ET REPRENEZ LE CONTRÔLE DE VOTRE VIE EN MOINS DE 2 MOIS!

  • Êtes-vous fatigué(e) de consulter des psy, comme de dépenser de l'énergie et de l'argent pour rien?
  • En avez-vous marre de prendre des médicaments, et de subir leurs effets secondaires?
  • Aimeriez-vous accéder à des techniques comportementales simples et puissantes pour ne plus souffrir?
  • Aimeriez-vous reprendre le contrôle de votre vie?
  • Oui? Alors, NE RATEZ SURTOUT PAS CETTE VIDÉO >>
Découvrez Le Programme ARtUS pour traiter l'angoisse, contrôler une crise d'angoisse, soigner l'anxiété, vaincre une phobie - Frédéric Arminot Comportementaliste

Laisser un commentaire

scroll to top