Phobies: Quelle est l’origine de ces peurs excessives?

La phobie est un trouble anxieux particulièrement difficile à vivre au quotidien. Elle peut accompagner d’autres troubles anxieux et on la traite généralement par une thérapie comportementale.

L’une des premières étapes pour se débarrasser des phobies, c’est de comprendre d’où elles viennent mais, surtout, quel est le mécanisme. Ainsi, il est possible de façon rapide et simple de  mettre un terme aux peurs excessives dont elles sont l’écho.

La peur, un outil pour notre survie?

La théorie la plus répandue sur l’existence de nos peurs, c’est qu’elles nous aident à survivre. Sans elles, nous serions incapables d’anticiper le danger et d’y réagir promptement. Nous serions donc plus facilement tués et la survie de l’espèce serait menacée.

Selon cette logique, les personnes les plus facilement apeurées auraient survécu plus longtemps que les autres. Elles se seraient donc reproduites plus largement, transmettant les éventuelles caractéristiques génétiques et environnementales à l’origine d’un tempérament plus apeuré.

Oui, mais alors pourquoi être trop anxieux, voire phobique, est-il néfaste? Parce que la peur provoque une réaction dite « réponse combat-fuite ». Face à un danger, notre cerveau est tiraillé entre la fuite et le combat. Quand la peur est excessive, cette réponse n’arrive jamais et la phobie paralyse. Résultat, la peur ne protège plus du danger.

D’où viennent les phobies, ces peurs excessives?

Les phobies sont donc dangereuses et mettent en péril notre survie. Heureusement, nous ne sommes plus soumis aux mêmes dangers et la phobie ne tue personne. Néanmoins, on peut légitimement se demander pourquoi les phobies apparaissent si elles sont l’usage excessif d’un outil pourtant efficace, la peur.

Parfois, la phobie est facilement associée à un événement traumatisant. Les accidents graves ou les agressions physiques et/ou sexuelles provoquent souvent des troubles anxieux phobiques que le patient doit absolument traiter en thérapie.


“POUR EN FINIR AVEC LES PEURS EXCESSIVES »

LA + EFFICACE DES SOLUTIONS COMMENCE ICI

Regardez la vidéo de présentation de la méthode comportementale

16 CAS RÉSOLUS SUR 17

Cette méthode offre un véritable espoir à celles et ceux qui pensaient ne jamais s’en sortir


Cependant, de nombreuses études récentes révèlent que la majorité des phobies ne survient pas après un événement traumatisant. Elles deviennent alors difficiles à traiter, car le comportementaliste doit aider le patient à retrouver leur origine pour modifier sa réaction cognitive et comportementale devant l’objet de sa peur.

Les origines biologiques de la phobie

Aucun gène de la phobie n’a été découvert, mais certains individus souffriraient de prédispositions génétiques à la phobie. Ces prédispositions pourraient tout à fait être héréditaires, même s’il ne faut jamais sous-estimer l’importance du rôle de l’environnement offert par les parents dans l’apparition d’une phobie. L’environnement affectif.

En fait, les réseaux neuronaux en charge de la peur relient le cortex (la partie externe du cerveau – la surface) à la partie sous-corticale (sous le cortex, donc plus profonde). C’est notamment là que se trouve le cerveau reptilien, le plus instinctif et celui qui nous permet de réagir sans réfléchir à une situation dangereuse.

Les origines psychiques des phobies

Chez certains patients, ces réseaux neuronaux fonctionnent trop bien, ce qui provoque des peurs excessives et constantes. C’est une caractéristique fréquente chez les personnes souffrant d’anxiété généralisée. À l’inverse, plusieurs études ont montré qu’il était possible de supprimer la peur en limitant le fonctionnement de ces réseaux.

Les origines psychiques des phobies

Quand je parle d’origine psychique des phobies, je fais allusion à une phrase que je prononce souvent: « Comment voulez-vous savoir faire ou savoir être quelque chose ou quelqu’un qu’on ne vous a pas appris à faire ou à être? ».

J’entends par là que vous avez été élevé(e) (que vous avez grandi) dans un environnement affectivement insécure, vous ne pouvez pas naturellement avoir confiance. Confiance en vous, confiance dans les autres. Vous ne pouvez que reproduire ce que l’on vous a appris: vous méfiez, être à l’affût. En bref nourrir anxiété et, accessoirement, comportements phobiques.

Comment nait une phobie?

En effet, il est probable que nourri à la peur de l’autre (parent, référent social), vous aurez tôt fait d’essayer de contrôler vos peurs excessives lesquelles deviendront des phobies. En voulant être à la hauteur d’une exigence culturelle, familiale, ou sociale, en voulant répondre à un ordre en conséquence, vous n’aurez eu de cesse d’enrichir un trouble anxieux qui, dès lors, donnera naissance à des phobies. Tôt ou tard.

C’est donc bien la preuve que l’éducation reçu participe pour beaucoup aux phobies.

Phobies: Le rôle de l’éducation

Certains patients développent donc une phobie, parfois même plusieurs, simplement parce que le fonctionnement biologique de leur cerveau les y prédispose. Cette biologie est fort probablement héritée de leurs parents, dont le cerveau fonctionnerait de la même manière.

Néanmoins, le rôle de l’éducation serait plutôt la véritable origine des phobies.

En fait, les peurs excessives des parents se transmettent à l’enfant qui les reçoit beaucoup plus violemment qu’un adulte. Une légère peur face à une situation banale pour un adulte anxieux pourra ressembler à l’effondrement du monde et de ses certitudes pour un enfant.

Des nourrissons jusqu’aux adolescents, les enfants s’en remettent aveuglément à leurs parents. S’ils vacillent, la peur de l’enfant grossira bien au-delà de ce qu’un adulte peut imaginer.

Résultat, des parents simplement anxieux peuvent produire de nombreux troubles anxieux phobiques chez leurs enfants sans le savoir. En s’inquiétant en permanence, ils intiment des consignes de sécurité et de prudence excessives en permanence.

L’enfant grandit dans la crainte constante d’une menace qu’il ne comprend pas, ne saisit pas et ne peut même pas constater puisqu’il en est protégé à l’avance.

Comment se déclenche une phobie?

La phobie peut donc se déclencher pour différentes raisons: biologiques, environnementales, traumatisantes, etc. Ces raisons peuvent se mélanger et s’autoalimenter. Par exemple, un environnement anxiogène pendant l’enfance peut favoriser une surstimulation biologique des réseaux neuronaux de la peur. Ils fonctionneront ensuite toujours à l’excès.

Pour des raisons encore mal comprises aujourd’hui, cette sursollicitation des réseaux neuronaux de la peur s’attache souvent à des objets, des lieux ou des animaux particuliers. Certaines théories estiment que la phobie serait une méthode de survie face à un traumatisme ou un trouble anxieux trop important.

Elle sert à catalyser toute l’angoisse pour éviter que le patient n’ait peur de tout tout le temps. La peur diffuse qu’il devrait ressentir jaillit d’un coup et de manière intense.

Les peurs excessives: les phobies

Une crise phobique se déclenche ensuite dès lors que le patient est en contact avec l’objet de la phobie. Chez les personnes les plus anxieuses, l’éventualité d’être confronté(e) à l’objet de sa peur peut déjà commencer à stimuler la phobie. L’anxiété est donc tout de même très souvent présente et diffuse.

Avons-nous tous une phobie?

Nous avons tous des peurs plus ou moins irrationnelles. Quand nous y sommes confrontés, nous ressentons un malaise bien naturel et tout à fait désagréable. Ce n’est pas pour autant une phobie, car celle-ci se caractérise par une peur exagérée, voire panique, entraînant l’évitement de certaines situations, même si cela a un poids social important.

Par exemple, détester la foule et préférer aller au supermarché aux heures les plus creuses n’est pas une phobie. En revanche, si vous retrouver dans une foule vous pousse à agir le plus vite possible pour en sortir sans parvenir à vous préoccuper des conséquences (courses mal faites, bousculades, etc.), alors on peut commencer à parler de phobie.

Par ailleurs, tous les patients ne souffrent pas de la même intensité de phobie.

Comment se débarrasser des phobies?

Se débarrasser des phobies est bien plus simple qu’il n’y parait. Depuis des années, je m’occupe de soigner des personnes phobiques. Il suffit simplement de comprendre le mécanisme d’une phobie pour, ensuite, mettre en place, une stratégie comportementale qui a pour objectif de neutraliser cette peur excessive, cette peur irrationnelle.

Bien sur, comprendre l’origine de la phobie peut aider, mais ce n’est pas l’essentiel. Il faut d’abord travailler de sorte à éliminer les symptômes des phobies. En règle générale, sauf à ce que le patient qui consulte ait quelques résistances au changement, traiter une phobie prend moins de 2 mois.

Je vous invite à découvrir comment se débarrasser d’une phobie en regardant la vidéo ci-dessous. Si vous avez des commentaires à exprimer, n’hésitez pas à utiliser le formulaire en-dessous du présent article.


“COMMENT TRAITER LES PHOBIES RAPIDEMENT? »

LA + EFFICACE DES SOLUTIONS COMMENCE ICI

Regardez la vidéo de présentation de la méthode comportementale

16 CAS RÉSOLUS SUR 17

Cette méthode offre un véritable espoir à celles et ceux qui pensaient ne jamais s’en sortir


Article rédigé par Frédéric Arminot, coach comportemental

Qui est Frédéric Arminot, coach comportemental?Spécialisé dans le traitement des problèmes d‘angoisse, d’anxiété, de dépression, de phobie, et de toc, il exerce depuis plus de 25 ans en qualité de comportementaliste.

Ancien grand anxieux, et victime d’angoisses aux multiples conséquences des années durant, il a créé un programme de thérapie comportementale en ligne:

Le Programme ARtUS

Cette méthode thérapeutique résout 16 cas sur 17, soit + 95 % de résultats.

Pour regarder la vidéo de présentation de ce programme, vous êtes invité(e) à cliquer sur le lien ci-dessous:

« Je Souhaite Regarder La Vidéo De Présentation Du Programme ARtUS »



Frédéric Arminot

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Défiler vers le haut