Angoisse - Anxiété - Phobie - Dépression - Toc - Une solution comportementale simple et rapide

Phobie d’impulsion – C’est quoi au juste

Phobie d'impulsion

Phobie d’impulsion – Qu’est-ce que c’est au juste

La phobie d’impulsion est une variété d’obsessions caractérisées, par la crainte d’un objet ou d’un animal, ou encore d’acte non déterminé. L’acte que le malade redoute de commettre repose sur un interdit parce que ridicule, odieux, sacrilège, nuisible voire criminel … Il est donc question d’anxiété et d’épouvante chez la personne confrontée à cette pathologie.

Phobie d'impulsion

La phobie d’impulsion – Une phobie obsessionnelle

S’il est une phobie très perturbante, c’est bien la phobie d’impulsion. Entre la peur de faire du mal, ou de se faire du mal, et ce sentiment très confus d’avoir toutes les peine s du monde à résister à ce que nous pourrions appeler une pulsion, est particulièrement pénible.

La phobie d’impulsion repose sur des schémas comportementaux qui ont à voir avec le sentiment d’illégitimité, l’estime de soi, la confiance en soi et, bien sur, tout un lot d’angoisses.

Mais, plus que de simples mots, je vais essayer de vous donner mon sentiment à propos de cette dernière. La phobie d’impulsion correspond à la peur d’une pulsion de se faire du mal ou de faire du mal aux autres. La peur de se jeter sous un train, la peur de planter l’un de ses proches avec un couteau, la peur de sauter par la fenêtre. La particularité de cette phobie est qu’elle est la fois une pulsion, mais aussi une peur, une répulsion. Les personnes qui en sont victimes sont confrontées à un paradoxe terrifiant. Celui d’envie de laisser libre cours à ce désir si difficilement contrôlable – la personne a conscience de la gravité d’un tel acte – sans comprendre pourquoi, et celui d’avoir peur de passer à l’acte.

La phobie d’impulsion est caractérisée par son aspect obsessionnel dans la mesure où les personnes qui en souffrent essaient de contrôler cette pulsion tout en l’ayant quasiment sans cesse à l’esprit. La peur et l’obsession sont donc le lot quotidien des personnes qui souffrent de phobie d’impulsion.

Tout au long de ma pratique, et depuis plus de 20 ans que je m’occupe de personnes qui souffrent de phobie d’impulsion, force m’a été de remarquer que les personnes en question sont celles là mêmes qui souffrent d’un déficit important d’estime de soi et de confiance en soi. En effet, être affecté par une phobie d’impulsion signifie pour elles qu’elles sont de mauvaises personnes, car une bonne personne n’aurait pas ce problème de phobie d’impulsion.

Très fréquemment, les personnes victimes de phobie d’impulsion ont été victimes d’angoisses voire d’angoisses chroniques et de différentes difficultés, ou pathologies, dont elles ont eu ou, ont encore, toutes les peines du mode à se sortir.

En conséquence, nous pouvons imaginer que ces mêmes personnes s’estimant incapables de gérer leurs émotions et alors qu’elles ont tout tenté pour bien faire, elles ont fini par perdre le contrôle d’elles mêmes sur la foi du caractère pathogène et anxiogène de la phobie d’impulsion. Elles s’estiment donc illégitimes à être de bonnes personnes. Elles ne le méritent car une bonne personne n’aurait pas de ce type de pensée obsessionnelle, la phobie d’impulsion.

Source

Frédéric Arminot

6 Commentaires: “Phobie d’impulsion – C’est quoi au juste”

  1. Bonjour Virginie,

    Il est toujours conseillé de parler à nos compagnons ou à nos compagnes des difficultés que nous rencontrons si… nous pensons qu’ils sont à même de l’entendre.

    Si vous craignez la réaction de votre compagnon au sujet de votre problème de phobie d’impulsion, mieux vaut bénéficier du Programme Thérapeutique en Ligne, et en parler ensuite à votre compagnon, quand vous irez mieux.

    En utilisant ce programme, vous pourrez définitivement éliminer vos phobies d’impulsions, et retrouver confiance, voire progressivement cesser de prendre des médicaments (ATTENTION: tout sevrage nécessite un suivi médical).

    Je vous invite à prendre connaissance du programme thérapeutique pour traiter votre phobie d’impulsion: “Comment Traiter La Phobie d’Impulsion

    N’hésitez pas à me solliciter si vous avez des questions. Bien à vous.

  2. Montamat virginie dit :

    Bonjour,
    Je souffre de phobies d impulsions depuis 5 ans. Phobies portées le plus souvant sur mon fils. Cela met en peril ma vie de couple car je suis tjrs angoissé fatiguée et sur la défenssive… comment aborder le sujet avec mon conjoint? Faut il le faire? Je suus sous traitement proxetine depuis 15 ans pour TAG et sous depamide depuis 5 ans apres la naissance de mon enfant. Merci de toutes vos explications , ça soulage de savoir que l on est pas seuls et pas des monstres!

  3. * un geste fait exprès

    Un geste non contrôlé sans grande conséquence…

  4. Bonjour,

    La notion de désir associée à la phobie d’impulsion trouve sa source dans le mot “pulsion”. Une pulsion est un désir, compréhensible ou incompréhensible, souhaité ou non. Je peux avoir une pulsion de meurtre et ne pas passer à l’acte pour des raisons éducatives, sociales, etc. Je peux avoir cette même pulsion, et avoir peur de passer à l’acte au regard des conséquences psycho sociales de ce même acte. Ce serait donc une phobie d’impulsion, à la condition que cela se renouvelle fréquemment.

    La notion de désir liée à la phobie d’impulsion a dèjà fait couler beaucoup d’entre sur ce blog. Une encre très noire. Je me suis fait admonester par quelques personnes, lesquelles ont mal vécu cette réalité. Mon intention n’était pas de semer le trouble, quoique cela aurait pu s’entendre dans un cadre stratégique. Mon intention était simplement de mettre en lumière une réalité.

    Chez certaines personnes tristes, malheureuses voire victimes de dépression, il peut y avoir une pulsion suicidaire. Le désir de mettre fin à ses jours. Le désir de contrôler sa mort puisque on ne peut pas, ou plus, contrôler sa vie. Dans le même temps, la dimension soudaine voire inattendue de la pulsion peut générer une peur du passage à l’acte qui fait oublier la notion de désir, laquelle notion n’est pas nécessairement consciente.

    Au contraire de ce qu’on voulu m’asséner un certain nombre de personnes, je ne nie pas que, rationnellement parlant, les gens n’ont surement pas envie de se faire du mal, ou de faire du mal à leurs proches et, ainsi, de laisser libre cours à leur pulsion. Pour autant, nous pouvons envisager, qu’un instant, cette pulsion a exprimé un désir, fou dans son irrationalité, et immédiatement dénié par la peur du passage à l’acte, et la souffrance induite.

    Les personnes qui souffrent de phobie d’impulsion, et elles sont nombreuses, ont d’elles une image très négative. Fortement angoissées, elles considèrent qu’elles sont folles parce que des gens normaux n’auraient pas de pareilles idées. Il ne s’agit pas de vivre avec cette idée, mais bien de la réduire à néant, c’est à dire de débloquer ce mécanisme qui n’a de cesse de vous renvoyer à vous même, de vous angoisser, et de vous dire que vous n’êtes pas “normal”. Si vous saviez ce que les gens normaux peuvent faire comme “trucs de dingues”, vous seriez édifié.

    Quand vous écrivez, je cite: “La notion de désir dont vous parlez ne serait-ce pas plutôt de la frustration refoulée liée à des désirs non- assouvis dans d’autres contextes ?, peut-être avez-vous raison. Mais, d’expérience, tant que vous cherchez une explication logique, vous n’êtes pas prêt de trouver la solution.

    Le meilleur moyen de supprimer cette idée intrusive à tendance obsessionnelle et, partant, la solution, c’est d’utiliser la bonne stratégie. Celle là même que j’utilise avec succès depuis plus de 20 ans de pratique comportementale.

    Si cela vous intéresse, je vous invite alors à regarder cette vidéo: Traiter les phobies d’impulsions

    P.S: il ya un nombre considérable de bonnes personnes qui sont convaincues d’être de mauvaises personnes, et un nombre tout aussi important de gens qui se pensent “bons” alors qu’ils sont d’une toxicité absolue…

  5. Diel dit :

    * un geste fait exprès.

  6. Diel dit :

    Bonjour,

    J’avais déjà laissé un commentaire sur votre article “la dictature du bonheur” que j’avais trouvé très juste.
    En revanche je ne comprends pas très bien celui-ci, pouvez-vous éclairer ma lanterne ?
    Je souffre de phobies d’impulsions vraiment terrifiantes et envahissantes. Or je ne saisis pas cette notion de désir ?
    Personnellement je crois avoir l’envie de passer à l’acte mais pourtant je n’ai pas envie de le faire 😉
    La notion de désir dont vous parlez ne serait-ce pas plutôt de la frustration refoulée liée à des désirs non- assouvis dans d’autres contextes ? Si j’ai le désir de passer à l’acte cela signifie forcément que je suis une mauvaise personne ? Il m’arrive même de joindre le geste à la pensée, mais un geste en suspend qui me tétanise. Comment vivre avec cette idée ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Défiler vers le haut
UNE QUESTION?