Phobie d’impulsion: Pourquoi a-t-on peur de perdre le contrôle?

Les origines de la phobie d’impulsion ne sont pas toujours faciles à cerner. Chez beaucoup de patients, cette peur panique de perdre le contrôle est le résultat d’un événement traumatisant ou d’un changement brutal dans le quotidien.

Résultat, un désir de reprendre le contrôle émerge et il provoque la phobie d’impulsion, c’est-à-dire la crainte irrationnelle de perdre le contrôle.

Qu’est-ce que la phobie d’impulsion?

La phobie d’impulsion est la peur de perdre le contrôle de soi-même. Les personnes qui en souffrent vivent avec la crainte obsédante de faire du mal à autrui ou à eux-mêmes dans un coup de folie irrépressible.

Parfois, la peur de perdre le contrôle s’attache à des événements moins dramatiques, comme le fait de quitter son travail ou sa famille.

À cause de ses caractéristiques très particulières, les médecins considèrent la phobie d’impulsion non pas comme une phobie, mais plutôt comme un trouble obsessionnel compulsif.

Le patient souffre d’idées obsédantes impossibles à oublier (la crainte de perdre le contrôle) et va multiplier les gestes compulsifs pour alimenter son impression de garder le contrôle.

Elle va également mettre en place des rituels de contrôle pour s’assurer de n’avoir blessé personne.

Un exemple typique de ce genre de comportement consiste à refaire plusieurs fois le même trajet en voiture pour s’assurer que l’on n’a renversé personne sur la route sans s’en rendre compte.


“COMMENT VAINCRE LA PHOBIE D’IMPULSION?“

LA + EFFICACE DES SOLUTIONS COMMENCE ICI

Regardez la vidéo de présentation de la méthode comportementale

16 CAS RÉSOLUS SUR 17

Cette méthode offre un véritable espoir à celles et ceux qui pensaient ne jamais s’en sortir


Exactement comme une personne anxieuse vérifiant cinquante fois qu’elle a bien pensé à prendre ses clés.

Les personnes souffrant de cette crainte de perdre le contrôle finissent souvent par s’isoler, de peur de commettre l’irréparable. Elles deviennent incapables de mener une vie normale.

Les symptômes de la phobie d’impulsion

Comme toutes les autres phobies, la phobie d’impulsion se caractérise par deux types de symptômes distincts: les symptômes physiques et les symptômes psychiques.

Comme nous le disions juste avant, les symptômes psychiques de la phobie d’impulsion sont:

  • Une peur de commettre l’irréparable sur un coup de folie
  • La peur de faire du mal à un proche ou un inconnu à cause d’une pulsion agressive
  • La crainte de se blesser soi-même
  • Une très grande peur face à tous les médicaments et les substances (légales ou non) qui altèrent le discernement et la capacité de contrôle:
    anxiolytiques, psychotropes, substances hallucinogènes, etc.
  • La multiplication des stratégies d’évitement, notamment l’isolement social

Symptômes physiques et symptômes psychiques de la peur de faire du mal à ses proches

Du reste, lors d’une crise de phobie d’impulsion, on retrouve chez beaucoup de patients les symptômes physiques typiques de la phobie:

Peur de perdre le contrôle: D’où vient la phobie d’impulsion?

La phobie d’impulsion est une phobie encore mal connue parce qu’elle n’est pas très répandue.

D’ailleurs, son classement parmi les TOC est relativement récent et ne fait pas encore parfaitement consensus.

La science n’a donc pas encore définitivement tranché la question des origines d’une telle phobie.

Certaines études poussent à considérer les différentes comorbidités très souvent observées.

Un patient souffrant de phobie d’impulsion souffre souvent aussi d’un syndrome maniaco-dépressif, d’un trouble bipolaire ou d’un autre trouble anxieux particulièrement prononcé.

Néanmoins, une phobie d’impulsion n’apparaît pas par-dessus ces troubles sans raison.

Dans beaucoup de cas, la peur panique de perdre le contrôle vient justement d’un désir inhabituel de contrôle.

Beaucoup de patients ont vécu un événement traumatisant ou se trouvent dans une situation difficile où ils subissent l’autorité et le désir des autres.

Ils souhaitent donc inconsciemment reprendre le contrôle de leur vie et ont très peur de le perdre à nouveau.

Ce qu’ils craignent également, c’est de laisser libre cours à toutes les émotions violentes qui les traversent.

Comment soigner ce genre de phobie?

Pour soigner tous les types de phobies, on conseille désormais systématiquement d’avoir recours aux thérapies comportementales et cognitives (TCC).

Elles sont menées par un comportementaliste professionnel et correctement formé. Avec des outils comportementaux et cognitifs, il aide le patient à analyser et à comprendre les origines de sa phobie.

Ensuite, il l’expose mentalement – jamais physiquement –  progressivement à l’objet de sa phobie pour l’entraîner à modifier sa réaction jusqu’à ce que la peur disparaisse.

La première étape de la thérapie comportementale pour lutter contre la phobie d’impulsion, c’est la contextualisation.

Le comportementaliste invite le patient à identifier et observer minutieusement les pensées qui font monter sa crainte de blesser quelqu’un d’autre.

Comment traiter la phobie d'impulsion, la peur de faire du mal aux autres?

L’objectif de cette analyse, c’est de révéler la dimension irrationnelle de ces pensées pour que le patient en reprenne le contrôle.

Ensuite, quand le patient est prêt, il pourra progressivement vivre, sans se mettre de pression, des situations qui provoquent la montée de ses craintes.

Par exemple, prendre la voiture pour rouler 500 mètres sans se retourner.

Si le travail de déconstruction des pensées irrationnelles porte ses fruits, le patient devient progressivement capable de résister à ce sentiment d’urgence de la vérification.

Phobie d’impulsion: Se tester

Il existe de très nombreux tests en ligne pour tenter de déterminer si vous souffrez d’un trouble anxieux.

Certains sont suffisamment bien faits pour vous permettre de savoir précisément de quel trouble anxieux vous souffrez.

Dans le cas de la phobie d’impulsion, une telle démarche ne semble pas vraiment justifiée.

Effectivement, la crainte de perdre le contrôle est une phobie si particulière et hors-norme que la plupart des patients s’auto-diagnostique très facilement dès qu’ils en entendent parler.

À l’inverse, un trouble anxieux généralisé et une phobie sociale peuvent parfois se mêler et rendre le diagnostic difficile.

Néanmoins, il ne faut pas oublier qu’un diagnostic obtenu sur Internet ne sera jamais une preuve en soi.

Si vous souhaitez comprendre les origines du mal-être que vous ressentez, vous devez vous tourner vers un professionnel (cliquez ci-dessous).


“COMMENT NE PLUS AVOIR PEUR DE PERDRE LE CONTRÔLE?“

LA + EFFICACE DES SOLUTIONS COMMENCE ICI

Regardez la vidéo de présentation de la méthode comportementale

16 CAS RÉSOLUS SUR 17

Cette méthode offre un véritable espoir à celles et ceux qui pensaient ne jamais s’en sortir


Article rédigé par Frédéric Arminot, coach comportemental

Qui est Frédéric Arminot, coach comportemental?Spécialisé dans le traitement des problèmes d‘angoisse, d’anxiété, de dépression, de phobie, et de toc, il exerce depuis plus de 25 ans en qualité de comportementaliste.

Ancien grand anxieux, et victime d’angoisses aux multiples conséquences des années durant, il a créé un programme de thérapie comportementale en ligne:

Le Programme ARtUS

Cette méthode thérapeutique résout 16 cas sur 17, soit + 95 % de résultats.

Pour regarder la vidéo de présentation de ce programme, vous êtes invité(e) à cliquer sur le lien ci-dessous:

« Je Souhaite Regarder La Vidéo De Présentation Du Programme ARtUS »



Frédéric Arminot

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Défiler vers le haut