Amina a peur de faire du mal à ses enfants: la peur d’être pédophile

Peur de faire du mal à ses enfants. Une phobie d'impulsion sexuelle

Comme souvent en pareille situation, la jeune femme qui passe la porte de mon cabinet semble avoir peur. Peur que je la juge? Que je lui dise qu’elle est folle? Que son cas est désespéré? Je ne sais pas. Mais, ce que je comprends très vite, c’est que Amina (prononcez Yamina) est victime de phobie d’impulsion sexuelle. Amina a peur de faire du mal sexuellement à ses enfants. Elle a peur d’être pédophile.

Mère de 2 enfants, mariée depuis moins de 10 ans, Amina se sent particulièrement honteuse et coupable de la phobie d’impulsion qu’elle subit. En effet, sa phobie d’impulsion s’expriment par une excitation et un désir sexuel à l’endroit de ses enfants. Et, bien sur, Amina a peur de passer à l’acte. Je parle du cas d’Amina dans une vidéo sur youtube.

Angoissée en permanence, Amina évite toutes les situations où elle est susceptible d’être en contact physique avec l’un de ses enfants. Ils ont 7 et 9 ans. Ce qui est d’autant plus difficile dans la mesure où les enfants de cet âge ont envie de monter sur les genoux de leur maman. En toute innocence.

Cette femme est mortifiée à l’idée de les éviter. Voire de leur interdire d’agir de la sorte. Amina a tellement peur que son corps réponde sexuellement qu’elle limite tout contact avec ses enfants. Elle cherche à éviter que la phobie d’impulsion n’apparaisse. Cela devient une obsession. Un toc.

Amina se sent profondément coupable et honteuse d’avoir de telles pensées. Alors, je lui demande de me parler d’elle. De m’expliquer ce qu’il se passe. Et c’est grâce à ses explications que nous comprenons pourquoi, et comment, est née cette peur d’être pédophile. Et pourquoi, vraisemblablement, cette peur de faire du mal à ses enfants se fixe au niveau sexuel.

Quand la peur de faire du mal à ses enfants s’invite dans la vie d’un couple

Yamina est mariée depuis près de 10 ans avec un monsieur dont c’est le second mariage. J’irais jusqu’à dire le troisième. Vous allez comprendre pourquoi. De sa précédente union, le mari de Amina a eu plusieurs filles avec lesquelles il semble entretenir une relation assez fusionnelle.

Ce monsieur exerce une activité professionnelle dite de “services”. Ce qui l’amène à rentrer tard la nuit, voire tôt le matin. Ses horaires de vie sont donc décalés par rapport à ceux de son épouse et de leurs enfants. Les moments d’intimité sont rares. Ou, à tout le moins, pas aussi fréquents qu’Amina pourrait le souhaiter.

Elle m’explique qu’elle rencontre son mari dans leur pays d’origine. Lui vit déjà en France et vient de divorcer. Elle “tombe” amoureuse assez rapidement.

Il y a 10 ans d’écart entre eux. Ce qui ne pose pas de problèmes particuliers. Rapidement, l’idylle naissante, Amina se rend compte que son futur mari est assez indépendant. Elle en conçoit une certaine peur. Celle de voir l’homme qu’elle aime vivre sa vie. Et se désintéresser de son épouse.

Comment ne plus avoir peur de faire du mal à ses enfants, et d'être pédophile

Peur de faire du mal à ses enfants: Il y a une raison à tout

Arrivés en France, les nouveaux époux s’installent à Paris. Au début, tout va pour le mieux. Assez rapidement, un premier enfant naît de cette union. Puis un second. Amina cultive pourtant le sentiment d’être peu ou moins aimée par son compagnon. Elle s’en sent responsable. En fait, celui-ci s’occupe assez souvent de ses enfants issus d’un premier lit. Cette situation déplait à Amina. Elle s’en plaint à son mari. Celui-ci la rassure quant à ses intentions. Il n’a nul désir de la quitter. Pour lui, tout va bien.

Amina ne peut s’empêcher d’être jalouse. Jalousie motivée par le temps que ses beaux-enfants prennent à ses enfants à elle. Jalouse du temps et de l’amour qu’elle pense que son mari n’accorde pas à sa propre famille. Celle du couple marié. Amina se plaint. Son mari s’agace. Elle s’angoisse. Dort mal.

Amina a des désirs que son époux n’entend pas toujours satisfaire. Il est seul à travailler et quand il est rentré tard, ou tôt, du travail, il convient de ne pas le réveiller. Et quand Amina et lui sont seuls, et susceptibles de partager des moments d’intimité, il part travailler. Amina se sent frustrée. elle s’en veut de penser ce qu’elle pense de son couple. Elle est malheureuse.

Peur de faire du mal à ses enfants: La peur d’être pédophile

Un jour, Amina se rend compte que la présence de son fils sur ses genoux génère chez elle quelque chose qui la dérange. La première fois, elle passe outre. Pas la seconde. Et ce d’autant moins que Amina se sent presque envahie de désir comme avec son mari. Elle est très perturbée. Elle n’ose bien évidemment pas en parler à son compagnon. Cette situation se renouvelle de plus en plus souvent.

Bien que de façon très irrégulière. Yamina se sent sale. Mauvaise. Elle se répugne me dit-elle. Et ce d’autant plus que sa jalousie à l’endroit de ses beaux-enfants va grandissant. Elle est de plus en plus en colère après ce mari qui n’entend pas. Elle se dit qu’elle n’est pas normale.

Jusqu’à ce qu’un évènement aggrave ce qui nourri sa peur de faire du mal à ses enfants. Sa peur d’être pédophile. Amina est informée d’un choix culturel et affectif de son mari. Et ce choix ancre, encore plus, que Amina n’est pas une bonne personne. C’est le propre de la phobie d’impulsion.

Peur de faire du mal à ses enfants: L’évènement de trop

Un après-midi, le mari de cette patiente l’informe qu’il va être absent pendant plus de 3 semaines. Le mari de Amina décide de prendre une seconde épouse au pays (cf. bigamie). Cette femme vit là-bas. Lui fera des allers retours entre la France et ce pays.

Amina est effondrée. Elle considère qu’elle a désormais la preuve que, non seulement, son mari a désinvesti la relation de couple et de famille, mais qu’elle n’est pas une bonne épouse. Dans le cas contraire, pourquoi son mari irait-il allé “voir ailleurs”?

Comme à l’accoutumée, je me garde bien de rassurer Yamina sur les intentions de son époux. Délibérément, j’en reviens à la phobie d’impulsion, et m’enquiers de savoir comment fait cette femme quand elle y est confrontée. Yamina m’expose ses tentatives de solutions, toutes plus improductives les unes que les autres.

Entre la colère, la tristesse, les angoisses, la certitude d’être non seulement une mauvaise femme mais aussi une mauvaise mère, et la phobie d’impulsion, Amina a toutes les raisons d’être dévastée. Elle se pense pédophile. Et les solutions que nous allons être en place vont être difficiles pour ma patiente. Je  lui demande de faire tout le contraire de ce qu’elle fait pour contrôler son problème.

Une stratégie étonnante pour soigner la peur d’être pédophile de Yamina

Amina ne cesse de contrôler ses comportements comme ses émotions. Elle fait tout pour ne pas être confrontée à sa phobie d’impulsion, à sa prétendue pédophilie. Ce qui ne la protège nullement d’angoisses. Voire de symptômes d’anxiété.

Progressivement, je demande à Yamina de laisser libre cours à tout ce qui lui pose problèmes. Ce qui ne signifie pas que je lui demande de se livrer à des attouchements sur ses enfants! Je lui demande d’adopter une stratégie comportementale particulière. Laquelle a vocation à éliminer ses symptômes de pédophilie.

En l’espèce, je demande à cette patiente de délibérément explorer les contrées noires de ses problèmes. De s’imaginer pédophile. Je sais, c’est de la folie, mais c’est une question stratégique. Ce n’est pas une mise à l’épreuve. Il faut du temps avant que les effets d’une telle stratégie émergent. Amina s’accroche.

Elle s’accroche d’autant plus que force lui est de constater que ses symptômes de phobies diminuent. Même s’il est vrai que, dès qu’Amina minore un symptôme, son problème revient avec plus de force. Dans l’intervalle, ses relations avec son mari s’installent dans une sorte de statu quo. Jusqu’au jour où Yamina prend acte de sa dépendance tant affective que matérielle à son mari.

Peur de faire du mal à ses enfants: Incomprise et courageuse

A mon grand étonnement, alors que je pense qu’il est prématuré que cette femme courageuse envisage les moyens de son autonomie, elle s’inscrit à une formation professionnelle. Son mari n’en voit pas l’intérêt. Voire tente à diverses reprises de l’en dissuader. Au bout de quelque mois, Yamina trouve un travail. Ses relations avec ses enfants sont plus apaisées. Elle a moins peur et ses symptômes de pédophilie sont archivés au rayon des vieux souvenirs.

Les consultations s’espacent jusqu’à ne plus exister. Un jour, Yamina me téléphone. Elle ne va pas bien. Elle décide de quitter son mari. Lequel se montre de plus en plus distant. Pas concerné. C’est d’autant plus difficile pour Amina que, jamais, sauf à moi, elle ne parle de sa peur d’être pédophile à qui que ce soit.

Peur de faire du mal à ses enfants: La honte et la culpabilité

Trop de honte. Trop de culpabilité. A plus forte raison quand on sait que le désir exprimé à l’endroit d’un enfant mineur est fortement réprimé dans les sociétés modernes (ou prétendues telles…). Il est important de savoir qu’Amina n’exprime pas réellement un désir sexuel pour ses enfants. Elle n’est pas du tout pédophile. Elle exprime sa peur de ressentir du désir. Ce qui la ramène à sa propre frustration. Laquelle la culpabilise.

Amina comprend confusément que sa confiance en soi ne peut se reconstruire qu’en reprenant non seulement sa liberté mais son autonomie. C’est ce qu’elle fait 1 an après sa dernière consultation. Quelque temps plus tard, elle m’adresse un mail pour me dire que si la vie n’est pas toujours rose. Mais tout va beaucoup mieux.

Amina retrouve d’elle une image positive. Sa peur d’être pédophile a disparu. Elle apprend à se faire plus confiance. S’affirme. Prend des risques. Ne subit plus. En un mot, elle vit! Quel courage! C’est sa victoire. Elle peut en être fière.

Comment ne plus avoir peur de faire du mal à ses enfants, et d'être pédophile

| Frédéric Arminot

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Défiler vers le haut