Comment maîtriser sa peur du vide (acrophobie)?

maitriser-sa-peur-du-vide-comment-faire.jpeg

MAITRISER SA PEUR DU VIDE

La peur du vide est une réaction naturelle et parfaitement saine.

Face au danger, notre cerveau réagit et tente de nous préserver.

Malheureusement, cette peur entraîne parfois des effets secondaires indésirables, comme des vertiges (symptômes de peur du vide).

Dans les cas extrêmes, cela provoquer des crises de panique, des vomissements voire des évanouissements.

On parle alors de phobie.

Quel que soit le degré d’appréhension, il est nécessaire d’apprendre à maîtriser sa peur du vide.

Faire la différence entre vertige et peur du vide

La peur du vide et les vertiges ne sont pas du tout la même chose.

La peur du vide et de la hauteur, que l’on appelle acrophobie dans ses formes pathologiques, provoquer des vertiges.

Mais on peut avoir des vertiges sans acrophobie.

Il est vital de faire la différence entre les deux, car les traitements varient selon la pathologie.

Le vertige correspond à une sensation de déplacement du corps par rapport à l’environnement et inversement.

L’environnement semble pris dans des mouvements incontrôlables auxquels le corps ne peut pas s’adapter malgré tous vos efforts.

En d’autres termes, et pour simplifier grossièrement, la tête vous tourne.

Les vertiges sont un symptôme de la phobie des hauteurs

L’acrophobie de son côté, c’est-à-dire la peur du vide, se manifeste quand vous vous trouvez en hauteur ou près du vide.

Même si la simple idée du vide peut vous donner une attaque de panique, elle a besoin d’un élément déclencheur, ce qui n’est pas toujours le cas des vertiges.

En fait, la peur du vide est une phobie.

C’est donc un trouble anxieux et psychique qui nécessite une solution sur le plan psychologique.

Les vertiges peuvent être le résultat d’un problème neurologique, d’une pathologie à l’oreille interne, d’une arthrose cervicale, etc.

Ce sont donc deux problèmes bien distincts.

Les symptômes de l’acrophobie

La peur du vide est une peur plutôt répandue.

Ses symptômes sont assez classiques et correspondent aux symptômes de presque toutes les phobies.

Cependant l’objet de la phobie implique quelques originalités, comme la sensation d’être irrésistiblement attiré par le vide.

Voici donc les symptômes de l’acrophobie:

Les personnes qui souffrent d’acrophobie redoutent l’apparition d’une crise.

Elles évitent donc généralement toutes les situations susceptibles d’alimenter la phobie:

  • Vacances à la montagne
  • Déjeuner sur un balcon
  • Visite d’un appartement ou d’un bureau au sommet d’une tour
  • Etc.

Parfois, la simple appréhension d’une situation de ce genre provoque les premiers symptômes de la phobie.

Déconditionner la phobie grâce à la thérapie comportementale

Il n’existe pas de médicaments contre la phobie.

Au mieux, les médecins prescrivent des anxiolytiques pour permettre au patient de passer une épreuve difficile.

Par exemple, si vous avez une phobie de l’avion, prendre un anxiolytique facilite un voyage de quelques heures sans paniquer.

Ce n’est malheureusement pas une solution à long terme.

En effet, la phobie reste et les anxiolytiques provoquent une accoutumance rapide et une forte dépendance.

Pour vaincre définitivement ses phobies, la meilleure solution reste la thérapie comportementale ou la TCC.


“COMMENT MAITRISER SA PEUR DU VIDE?“

LA + EFFICACE DES SOLUTIONS COMMENCE ICI

Comment traiter l'acrophobie?

16 CAS RÉSOLUS SUR 17

Cette méthode offre un véritable espoir à celles et ceux qui pensaient ne jamais s’en sortir


Le comportementaliste vous accompagne pour désensibiliser progressivement votre cerveau à l’objet de sa peur.

L’objectif consiste à l’aider à neutraliser ses réactions face à des situations considérées comme dangereuses.

Votre cerveau les considère comme telles sur la foi de son expérience, c’est à dire d’éléments constituants votre histoire de vie et qu’il a gardé en mémoire.

Dans un premier temps, il s’agit de neutraliser toute crise de panique éventuelle.

Dans un second temps, d’évaluer et d’objectiver le danger de sorte à prendre de la distance par rapport au stress perçu par vous.

Pour cela, la première partie de la thérapie est théorique, voire didactique.

Elle vous invite à observer et à analyser le mécanisme d’apparition de vos peurs et leur développement.

L’objectif est d’identifier les pensées irrationnelles à la source de votre panique.

Une fois que vous avez clairement identifié de quoi il retourne, vous vous désensibilisez progressivement de votre peur des hauteurs grâce à des techniques comportementales.

Grâce à celles-ci, jamais, au grand jamais, vous n’êtes obligé(e) de vous confronter physiquement à votre peur des hauteurs, à vous mettre à l’épreuve donc, pour vous forcer à dépasser votre phobie des hauteurs.

Dans le cas contraire, c’est comme si on vous obligeait à être hétéro alors que vous êtes homo ou l’inverse.

Grâce à la thérapie comportementale, le respect de vous même vous est garanti.

Ainsi, progressivement, vous lâchez prise sur des situations anxiogènes et les abordez sereinement.

Vous pouvez aussi faire le choix de vous en tenir à l’écart considérant alors que vous n’avez pas envie de vous faire du mal.

C’est à dire de faire un problème un problème.

Et vous pouvez faire la même chose si, d’aventure, vous avez le vertige en voiture.

Pourquoi a-t-on le vertige en voiture?

Les vertiges en voiture ne sont pas forcément liés à une peur du vide ou des hauteurs.

En fait, avoir la tête qui tourne et mal au cœur en voiture est plutôt normal.

Quand nous sommes dans une voiture ou un véhicule en mouvement, notre corps est immobile.

Pourtant, notre cerveau perçoit de nombreuses informations visuelles qui lui indiquent qu’il est en mouvement.

Ce conflit va provoquer une réaction de peur, d’où les vertiges et la nausée.

Ces effets empirent quand on lit en voiture, car le paradoxe s’intensifie pour le cerveau.

Le corps bouge très peu, mais le cerveau capte des informations de mouvement.

En plus, en vous concentrant sur votre lecture, vous lui ordonnez de s’intéresser à quelque chose d’immobile, alors même qu’il perçoit un mouvement constant qu’il analyse comme dangereux.

La sensation de balancement en auto provient d'un trouble visuel et de l'équilibre de l'oreille interne

Pour régler le problème, on conseille de se concentrer justement sur l’extérieur en fixant un point à l’horizon.

Pensez également à ouvrir les fenêtres en voiture ou à vous lever pour marcher dans le train.

Enfin, ces vertiges sont aggravés pour certains en voiture ou proche d’immeubles imposants.

Pour quelle raison?

Parce que ces figures immenses se voient de loin et semblent bouger à un rythme différent du reste puisqu’elles sont grandes.

Une autre information contradictoire difficile à gérer pour notre cerveau.

Comment ne plus avoir le vertige en montagne (escalade)?

Faire de l’escalade quand on a le vertige, c’est comme de vouloir conduire une voiture en état d’ivresse.

C’est dangereux!

Il y a de fortes probabilités qu’une fois en montagne, vous soyez attiré(e) par le vide. J’en connais un rayon sur le sujet puisque… j’ai le vertige.

Je suis à la fois fasciné et attiré par ce qu’il y a… en-dessous.

Du coup, je sais que j’anticipe et que mon vertige est généré par cette sorte d’attirance et de répulsion anxieuse que j’ai pour le vide.

Entendons nous bien. Je ne suis pas acrophobe. J’ai le vertige tout simplement.

Je ressens cette sensation pénible quand je suis en montagne, ou sur une falaise au bord de la mer. Il n’y a rien pour me protéger d’une éventuelle chute.

Je n’éprouve absolument pas çà quand je suis en haut de la Tour Eiffel.

En altitude (montagne/falaise) j’ai à la fois peur de tomber et je me sens attiré par ce qu’il y a en contrebas.

Comme une sorte de pulsion morbide.

Depuis le temps que c’est comme çà, je sais quoi et comment faire pour éviter le vertige.

C’est comme pour trouver quelque chose dans mon frigidaire…

Je recule de quelques pas et le vertige disparait.

Ainsi, je profite de la situation, de la vue, et du paysage.

Quoiqu’il en soit, je trouve dommage de vous interdire tout ce qui est susceptible de vous procurer du plaisir au motif de ces vertiges en altitude.

Dans le même temps, se forcer à aller en montagne alors qu’on a peur du vide, n’est pas une solution.

Du coup, comment et quoi faire quand on a le vertige lié à l’escalade ou à la marche en montagne?

Vous préparer, tout simplement.

Se débarrasser de l'acrophobie grâce à la thérapie comportementale

Dès lors, ne vous imposez pas ce que vous ne pouvez pas supporter.

Commencez par gravir des montagnes ou à pratiquer l’escalade qui sont à votre portée.

Progressez lentement, sans jamais regarder en bas. Regardez toujours à la hauteur de vos yeux, droit devant vous.

Si, pendant votre escalade, vous sentez les vertiges venir, arrêtez-vous et prenez le temps de reprendre vos esprits.

Surtout, ne forcez rien.

En cas de vertiges plus ou moins importants liés à l’altitude, si vous vous contraignez à progresser, vous risquez de vous bloquer.

Cela signifie, non seulement, ne pas profiter du paysage mais, en prime, vous faire trés peur pour une ascension plus conséquente quand vous vous sentirez prêt(e).

En plus d’avoir de vous une image dégradée, de vous sentir coupable, et d’altérer votre confiance en vous.

Les vertiges en montagne sont alors à appréhender comme un processus de croissance.

Vous n’êtes pas devenu(e) la personne que vous êtes du jour au lendemain n’est-ce pas?

Alors, laissez vous du temps, et respectez vos limites.

Vous êtes courageux(se), c’est déjà énorme!

Dès lors, ne soyez pas téméraire du fait d’un orgueil démesuré ou par peur du jugement des autres.

L’expérience aidant, peut-être que votre limite sera de vous contenter du Semnoz en acceptant que vous ne pourrez pas escalader la chaine des alpes 😊.

Vous avez le vertige en escalade alors que d’autres ne ressentent aucun vertiges.

C’est comme çà. Vous ne pouvez rien y changer et l’accepter est le meilleur positionnement que vous pouvez avoir.

Pourquoi certaines personnes ne souffrent-elles pas de la peur des hauteurs?

La science n’a pas encore totalement élucidé ce mystère.

Certaines personnes sont totalement immunisées contre la peur des hauteurs et tous ses effets secondaires.

Ils peuvent escalader des gratte-ciel sans crainte et marcher en équilibre au bord d’un précipice sans peur.

Pourquoi?

Plusieurs études ont comparé le fonctionnement cérébral de ces personnes avec celui de patients souffrant d’acrophobie. Des similitudes existent.

Elles permettent de conclure – temporairement – que les zones dédiées à la peur sont moins stimulées chez ceux qui ne craignent pas les hauteurs.

Ils ont donc moins peur que la normale, même quand cela n’a rien à voir avec la hauteur.

Pourquoi ont-ils cette particularité cérébrale?

On ne le sait pas.

On imagine cependant que ces individus ont été naturellement éliminés de la population il y a plusieurs millénaires.

En effet, la peur permet de survivre face à nos nombreux prédateurs.


“COMMENT NE PLUS AVOIR LA PHOBIE DES HAUTEURS?“

LA + EFFICACE DES SOLUTIONS COMMENCE ICI

Comment se débarrasser de l'acrophobie?

16 CAS RÉSOLUS SUR 17

Cette méthode offre un véritable espoir à celles et ceux qui pensaient ne jamais s’en sortir


Si vous souhaitez partager votre expérience liée à la façon de maitriser sa peur du vide (acrophobie) ou de la phobie du vide, ou m’adresser un message, je vous invite à utiliser le formulaire en-dessous du présent article.


Article rédigé par Frédéric Arminot, coach comportemental

Traitement de la peur du videSpécialisé dans le traitement des problèmes d‘angoisse, d’anxiété, de dépression, de phobie, et de toc, il exerce depuis plus de 25 ans en qualité de comportementaliste.

Ancien grand anxieux, et victime d’angoisses aux multiples conséquences des années durant, il a créé un programme de thérapie comportementale en ligne:

Le Programme ARtUS

Cette méthode thérapeutique résout 16 cas sur 17, soit + 95 % de résultats.

Pour regarder la vidéo de présentation de ce programme, vous êtes invité(e) à cliquer sur le lien ci-dessous:

« Je Souhaite Regarder La Vidéo De Présentation Du Programme ARtUS »


A propos de Frédéric Arminot
Frédéric Arminot

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Défiler vers le haut