Glossophobie: N’ayez plus peur de parler en public en 4 semaines

Glossophobie

Je ne sais pas encore que la jeune femme qui arrive vient me consulter pour traiter un problème de glossophobie. Quand Anne passe la porte de mon cabinet, je ressens immédiatement une femme pleine d’autorité. Elle en impose par sa présence physique malgré une voix douce . Laquelle sait se montrer ferme et assurée. En tous cas devant un interlocuteur unique. J’ai l’impression d’avoir devant moi une personne qui sait ce qu’elle veut,. Qui sait où elle va. Et qui sait comment satisfaire ses volontés.

Mes premières impressions sont fausses puisqu’il est vrai que dans la mesure où Anne vient me consulter, c’est qu’il y a un problème. Son problème est qu’à l’idée de parler en public, ses certitudes s’effondrent. A l’idée de prendre la parole en public, Anne est prise de symptômes qui sont à la fois de l’ordre physique, psychique et relèvent aussi de l’évitement.

En bref, Anne est victime de glossophobie. Mais, la glossophobie est-elle une phobie comme les autres? C’est ce que nous allons voir ensemble. Tout comme je vous explique comment traiter la glossophobie de façon simple et rapide.

Définition de la glossophobie

La peur de parler en public, ou glossophobie, se réfère donc à une difficulté, voire à une impossibilité, à s’exprimer devant un public. On considère que public il y a à partir de 2 personnes. Cela induit aussi une peur associée à un espace ouvert. Grand. Large. Rempli de monde qui sont autant de paires d’yeux braqués sur vous! Autant dire une terrible pression surtout dans la situation de Anne.

La pression des regards accentue le trouble au point, parfois, si ce n’est souvent, de générer des crises de panique. Il y a donc une impossibilité accessoirement chronique chez la personne qui est victime de glossophobie à prendre place. A s’affirmer. A occuper l’espace. Bref, à prendre la parole.

Symptômes de la glossophobie

Être atteint de glossophobie, ou avoir peur de parler en public, se traduit par les symptômes physiques suivants:

  • Transpiration
  • Accélération du rythme cardiaque
  • Jambes en coton
  • Difficultés à respirer
  • Mains moites
  • Difficultés à articuler
  • Problèmes à faire porter sa voix
  • Nécessité de boire beaucoup

La glossophobie se manifeste aussi au travers de divers symptômes psychiques:

La glossophobie, une phobie comme les autres

Le principe d’une phobie, c’est l’utilisation d’une peur qui en masque une autre plus importante. Je m’explique. La phobie consiste à éviter quelque chose qui vous inquiète. Consciemment ou pas, vous focalisez votre attention sur votre objet phobique. Ainsi, vous pouvez souffrir de la phobie des avions, de la peur des oiseaux, d’aquaphobie ou encore d’astraphobie (peur du tonnerre) et… je m’arrête là (ce sont juste des exemple).

Vous allez focalisez votre attention – au point d’être particulièrement stressé – pour éviter tout ce qui peut vous mettre au contact de près ou de loin à votre phobie. Vous allez donc vous employez à stratégiquement mettre en place tous les comportements possibles pour vous protéger.

Découvrez une solution simple pour vaincre la glossophobie

La glossophobie – ou peur de s’exprimer en public – relève du même problème. De fait, la peur de parler en public est une phobie – une peur – comme toutes les autres.

A ceci près, vous l’aurez bien compris, que cette phobie a pour objet de vous protéger d’un problème plus important, plus grave, que la phobie dont vous êtes affecté. Et c’est précisément ce que Anne, et moi, allons nous employer à débusquer pour que, si tel est le choix de cette patiente, elle puisse parler en public en toute confiance.

La glossophobie et les démons du passé

Anne a 42 ans. Depuis 8 ans, elle est Directrice Générale d’une mutuelle. Elle a des responsabilités professionnelles importantes, est souvent en déplacement. Tout se passe très bien pour elle. Elle s’estime dûment récompensée d’années d’études. Elle estime avoir réussi mais craint pour son avenir. Encore récemment, elle a été confrontée à un problème récurrent. Son impossibilité à prendre la parole devant un parterre de représentants locaux et régionaux.

Glossophobie ou peur de parler en public

La glossophobie

Jusqu’à il y a peu, à force d’anxiolytiques et de bêtabloquants, elle a, à peu près, pu gérer la situation. Elle est convaincue que ce public, comme ses plus proches collaborateurs et collaboratrices, ne sont pas dupes de sa situation émotionnelle. Dit en devenir paranoïaque dans la mesure où elle a cru entendre des remarques désobligeantes la concernant à la suite de sa dernière intervention. Puis commence à pleurer.

Je lui demande de me raconter cette dernière réunion. Elle me parle de ses émotions avant, de ses émotions pendant, de ses émotions après. De son épuisement par la suite. C’est d’ailleurs ce qui l’a invité à me consulter. Elle veut que cela cesse, rapidement, car, à son sens, les enjeux sont importants. Elle craint pour son poste.

Après m’avoir expliqué toutes ses tentatives de solutions pour éviter sa glossophobie, Anne, à ma demande, m’explique que ce problème a toujours été présent. Nous commençons à avancer de façon rétro active. J’entends par là que je trouve intéressant de visiter l’histoire de cette femme en lien avec le problème de phobie dont elle me parle.

Les causes de la glossophobie. Un état de sidération

Fille ainée d’une famille peu aisée, Anne a réussi à force d’amour et de sacrifices. Elle a exigé d’elle même cette réussite. C’était sa réponse à l’amour et aux sacrifices de ses parents. Ses propres sacrifices s’étant exprimés par peu de sorties, peu de relations sociales, quasiment pas de relations sentimentales. Jeune, elle s’est toujours employée à travailler d’arrache-pied, toujours inquiète de réussir, d’être la première. Nous commençons à toucher le problème. Celui de la légitimité.

Anne m’explique combien il lui aura fallu se battre pour arriver là où elle est. Joli appartement, bon boulot, joli carnet d’adresses, beaux vêtements mais… bien seule… Presque phobique sociale ce qui, dans sa situation professionnelle, constitue un sacré paradoxe!

A l’école, comme à l’université, Anne a toujours été anxieuse à l’idée de prendre la parole. peur de mal dire, peur de mal faire, peur d’échouer. Cela fait des années que cette femme se protège avec moult médicaments mais force est de constater qu’ils n’ont plus les effets escomptés.

Pour faire court, Anne a toujours essayé de contrôler son problème d’illégitimité. Elle a pris et repris le contrôle de son problème jusqu’à ce que cela ne fonctionne plus et la plonge dans ce qu’elle cherchait précisément à éviter. Son passé l’aura donc rattrapé. Celui-là même qu’elle appellera “mes démons”.

Traitement de la glossophobie

Afin d’aider Anne à faire la paix avec son passé, je lui propose d’utiliser un langage qui lui permette de mettre son cerveau en paix d’une part, et d’en cesser avec ses peurs d’anticipation d’autre part. Un langage hypnotique. J’explique à Anne de quoi il retourne.

Je reconnais qu’il a été délicat de convaincre Anne d’agir de la sorte mais elle avait un tel désir de ne plus souffrir de cette glossophobie qu’elle a fini par accepter. Dans le même temps, j’ai demandé à cette personne de faire certains exercices de sorte à ce que la petite fille laisse en paix la femme – l’adulte -, de sorte à ce que chacune soit à sa place et puisse vivre sa vie en… paix de l’autre. Son problème d’illégitimité la faisait réagir de façon infantile alors qu’elle est une adulte.

Effectivement, à chaque fois que Anne devait parler en public, ses peurs d’enfant qui s’exprimaient et barraient le passage à l’adulte accomplie. Celle-là même qui, dans la plupart des circonstances de sa vie, tant personnelles que professionnelles, savait faire preuve, et acte, de confiance en soi et d’affirmation de soi. Alors qu’en situation d’exposition, de façon quasi automatique, la glossophobie de Anne ré apparaissait.

Anne a cessé de venir me consulter après la 3ème séance. L’année dernière, j’ai lu dans un journal qu’elle avait pris la présidence du groupe de mutuelles pour lequel elle travaille. J’ai imaginé que cette promotion signifiait que tout allait bien pour elle, qu’elle avait pu consolider sa solution à sa glossophobie, sa peur de parler en public. Peut-être me fais-je des idées?

Traiter la glossophobie de façon simple et rapide

Rien ne sert de vous exposer. J’entends pas là de vous mettre à l’épreuve du feu. Vous confronter à votre problème en vous obligeant à prendre la parole en public. C’est contre-productif en plus d’être un manque de respect vis à vis de vous. Il existe une solution bien plus simple, rapide et efficace. Rien ne sert de consommer force béta-bloquants pour contrôler et inhiber vos émotions. Vous ne faites que reculer le problème, en plus de contraindre votre corps par la chimie.

Ce que je vous offre, c’est une solution en 4 actes. Il vous suffit de faire ce que je vous suggère. Vous bénéficiez de toutes les consignes pédagogiques dont vous avez besoin. Il y a aussi des vidéos pédagogiques. En plus d’un soutien personnalisé. Cas par cas. La première semaine, vous êtes assuré(e) de faire diminuer vos symptômes d’au moins 30 à 40%. 6 semaines plus tard, il faudra couper le micro! Vous parlerez en public avec tellement de plaisir. Point de miracle pour traiter la glossophobie. Que de la stratégie comportementale.

Découvrez une solution comportementale personnalisée à la glossophobie

 |  Frédéric Arminot

Comment reprendre le contrôle de votre vie facilement et rapidement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Défiler vers le haut