Dépression majeure – Définition, symptômes et traitement

Dépression majeure

Dépression majeure: définition, symptômes et traitement de la dépression majeure

Quand j’ai commencé mes activités de thérapeute comportemental, j’avais préalablement été informé des diverses formes de dépression, et avais eu l’occasion d’y réfléchir, et d’y travailler. C’est comme cela que j’ai appris que la dépression majeure est la forme la plus sévère de l’état dépressif (je vous concède que c’est une vérité de La Palice…). Ce que j’ai appris aussi, c’est que le diagnostic de la dépression majeure n’est pas évident, dans la mesure où celle-ci s’installe de manière graduelle.

Du coup, non seulement diagnostiquer une dépression majeure est difficile, mais identifier les symptômes de dépression majeure l’est tout autant. Enfin, je ne vous explique pas la difficulté de traiter la dépression majeure dans la mesure où les symptômes évoluent. Mais, avec le temps, avec l’expérience, et avec le bon traitement, vous pouvez arriver à sortir d’une dépression majeure.

Je vous explique tout çà dans cet article.

Qu’est-ce qu’une dépression majeure?

La dépression majeure est un état de tristesse qui se prolonge dans le temps. La dépression majeure diffère d’une simple déprime passagère par sa durée, et par l’intensité de ses symptômes. La dépression majeure a des conséquences importantes aussi bien sur la santé psychique que sur la santé physique de la personne qui en est victime.

Au-delà du critère de la durée, et du fait que les femmes sont deux fois plus touchées par la dépression majeure que les hommes, on parle de dépression majeure lorsque:

  • Les symptômes ne sont pas causés par une maladie, ou par la présence d’une substance étrangère dans l’organisme
  • Les symptômes ne sont pas dus au décès d’un proche
  • La victime ne souffre pas de manie, de schizophrénie, ou de tout autre trouble de la personnalité

Les symptômes de dépression majeure

On parle de dépression majeure lorsque la plupart des symptômes suivants sont présents depuis au moins deux semaines:

  • Humeur dépressive – La personne est triste tout le temps. Même quand des événements heureux surviennent dans sa vie, elle ne manifeste aucune émotion positive. Dans les cas où tout son entourage exprime de la joie, elle reste abattue. Elle se sent vide, délaissée, et pleure fréquemment, quand ce n’est pas tout le temps
  • Perte d’intérêt – La personne victime de dépression majeure perd de vue l’engouement qu’elle nourrissait auparavant à l’endroit de certaines activités qui lui procuraient bien-être et plaisir. Cette même personne ne ressent plus aucun désir de sortir de chez elle, de rencontrer du monde, de travailler, de se distraire, etc. Toutes ces choses deviennent pour elle sans intérêt, voire sont un véritable fardeau
  • Troubles alimentaires – Perte ou un gain de l’appétit. La personne dépressive a tendance à ne plus se nourrir du tout, ou à utiliser la nourriture pour combler le vide intérieur qu’elle ressent. Il s’en suit généralement une perte ou un gain de poids avoisinant 5 % du poids corporel en un mois (données médicales: “Le Quotidien du médecin“)
  • Troubles du sommeil – Sans avoir fait d’efforts particuliers qui pourraient le justifier, une personne victime de dépression majeure a tendance à dormir bien plus que de besoin. J’e garderais comme souvenir celui de l’un de mes amis qui, victime d’une dépression nerveuse, dormait jusqu’à 16H/jour…. Bien sur, au réveil, l’intéressé(e) se sent épuisée, et manque d’énergie

Pour d’autres personnes, les symptômes de dépression majeure peuvent être tout à fait contraire à ceux précédemment cités. Elles passent de longues nuits blanches, car leur cerveau est constamment préoccupé (ruminations). Elles n’arrivent à fermer l’œil que très tôt le matin. Leur temps de sommeil n’est pas profond et n’excède pas 2 heures. Elles peuvent aussi avoir à support les symptômes de dépression majeure suivant:

  • Ralentissement de la vie – Une personne dépressive a l’impression que tout autour d’elle (amis, activités, relations, famille, etc.) va trop vite. Du coup, elle ne réagit plus, ne parle plus, ne s’implique plus dans l’animation de la vie sociale, etc.
  • Problèmes de concentration – La dépression majeure est également marquée par une fatigue intellectuelle. La personne qui en souffre n’arrive plus à rester focaliser sur une tâche pendant longtemps, et est fort distraite. Elle éprouve d’énormes difficultés à mémoriser des détails importants, et a des trous de mémoire (en plus de ceux liés aux médicaments)
  • Baisse d’estime de soiManque de confiance en soi – La personne concernée est convaincue  qu’elle n’est bonne à rien. Elle se dévalorise constamment. Elle se fixe sur ses défauts, et en parle constamment. Elle a l’impression d’échouer dans tout ce qu’elle entreprend. Elle est par ailleurs certaine de ne pas mériter sa vie de famille, de ne pas mériter l’amour et la présence de ses proches, ou dit ne pas être aimée des autres

En bref, cette personne se sent abandonnée, inutile, et seule au monde. Elle pense qu’elle n’a rien à dire qui puisse intéresser les autres. Elle ne participe que peu, voire pas, aux échanges sociaux, et s’abstient d’exprimer son avis sur un sujet ou sur un autre. Cette même personne victime de dépression majeure peut aussi avoir à subir les problèmes suivants:

  • Pensées de mort récurrentes – Il ne s’agit pas d’une simple peur de mourir, mais d’une envie de passer de vie à trépas par ses propres moyens. La victime est constamment envahie par des idées suicidaires, a un plan précis dans sa tête, et essaie même de l’exécuter
  • Problèmes physiquesMigraine, douleurs articulaires, problèmes digestifs, hypertension artérielle, bouffées de chaleur, etc.

Comment traiter une dépression majeure

Comme je l’écrivais plus haut, le traitement d’une dépression majeure n’est pas des plus simples. Cependant, deux principaux traitements sont généralement utilisés dans le cadre d’une dépression majeure.

Le traitement médicamenteux

C’est généralement la première option à laquelle se réfèrent les personnes souffrant de dépression majeure. Prescrits par un médecin, psychiatre le plus souvent, les antidépresseurs ont pour but de calmer les différents symptômes liés à cette pathologie pour redonner au patient un état de bien-être (relatif dans un 1er temps). Les médicaments plus utilisés sont les ISRS, les IMAO, et les antidépresseurs atypiques.

Leurs effets ne sont visibles qu’après 6 à 12 semaines de prise régulière. Ils sont de moins en moins conseillés en raison de leurs effets secondaires (diarrhée, perte de poids, sécheresse buccale, baisse de la libido, constipation, etc. – un vrai bonheur quoi… -). De plus, ils présentent des risques importants de dépendance, et d’accoutumance.

La psychothérapie

En matière de psychothérapie, la thérapie comportementale est une thérapie brève, particulièrement efficace, et généralement utilisée dans le traitement des troubles psychiques. Elle permet de traiter les causes profondes de l’état dépressif.

Comme vous le savez sans doute, j’ai créé un programme thérapeutique comportemental issu de l’approche systémique de Palo Alto pour traiter les problèmes de dépression (entre autre).

Le 1er Module vous permet de dresser un état des lieux quant à la réalité de votre situation. Le travail qui vous est demandé appartient à ce qu’il est convenu la contextualisation. Cela permet d’avoir une vision beaucoup plus objective de votre dépression majeure. Ainsi, vous dressez un historique de votre trouble, quand et comment il est apparu, et précisez ce qui le maintient à votre sens. Je précise que ce type de travail ne nécessite aucune introspection particulière. Il vous suffit de répondre à diverses questions.

Une fois ce travail mené à bien, vous “attaquez” le seconde module, lequel requiert votre assentiment thérapeutique. Cela signifie qu’il faut que vous soyez d”accord pour commencer à agir pour traiter la dépression majeure dont vous êtes victime. Cette sorte de contrat thérapeutique est un engagement de vous avec vous.

Ni le programme ni moi n’avons à intervenir pour vous contraindre, ou nous substituer à vous. C’est votre pleine et entière décision que d’agir conformément aux exercices proposés. J’en profite pour vous rappeler que ces exercices ne sont jamais, j’ai bien écrit JAMAIS, des exercices d’exposition. Ah mais…

Vous progressez ainsi au gré du temps que vous consacrez à chaque exercice, sachant que vous bénéficiez de toutes les consignes pédagogiques dont vous avez besoin, ainsi que de vidéos pédagogiques. Enfin, au sein même du programme, un forum interne (sécurisé) permet d’assurer un suivi personnalisé du travail que vous menez courageusement pour devenir acteur, ou actrice, de votre vie.

Si un tel programme pour vaincre une dépression majeure vous intéresse, je vous invite à cliquer sur le lien ci-dessous. Vous accéderez ainsi à la vidéo de présentation de mon programme thérapeutique et comportemental lequel vous agrandit une réussite supérieure à 94%, sans médicaments, et en 2 mois maximum.

Et non, ce n’est pas un miracle ou une vaste fumisterie pseudo thérapeutique! C’est une simple question de bon sens alliée à une stratégie comportementale. Cela fonctionne très bien, si vous êtes prêt(e) à vous accorder 15 minutes par jour. Maintenant, je vous invite à cliquer sur le lien ci-dessous:

JE REGARDE LA VIDÉO SUGGÉRÉE PAR FRÉDÉRIC >>

P.S: j’oubliais. Désolé. Si vous avez une expérience à partager au sujet de la dépression majeure, ou un commentaire à exprimer, je vous invite à utiliser le formulaire en dessous du présent article.

Merci de votre intérêt et de votre confiance.

 |  Frédéric Arminot

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Défiler vers le haut