Timidité: Comment ne plus être timide et devenir sûr de soi

Timidité - Une solution existe

J’ai longtemps souffert de timidité. Sans que pour autant je fasse le lien entre mes problèmes personnels et leurs conséquences. Ce n’est que dans mon adolescence que je prends acte de cette réalité. J’apprends à composer avec elle. Et c’est de façon bien surprenante que ce qui est un problème depuis longtemps devient une solution. Je vous explique comment dans cet article comment de timide devenir quelqu’un de sûr de soi.

Définition de la timidité

Jeune, je suis timide de façon presque maladive. Au sens où cela m’empêche d’avoir des relations agréables et sereines avec les autres. Dès qu’une personne à laquelle je me compare intervient dans ma vie, et ce qu’elle qu’en soit la façon, je suis incapable de conserver la place sociale et ou affective qui est la mienne. Je deviens incapable de m’affirmer. De participer à la vie en général.

Timidité - Symptômes de la timidité

Timidité – Les symptômes

Je reste en retrait. Souffre de voir les autres exister et vivre sans difficultés apparentes. Je n’envisage le bien être que lorsque ces personnes qui m’intimident quittent mon environnement.

L’autre est toujours mieux. Plus à l’aise. Plus cultivé. Mieux bâti. Sait faire rire. Amuser les autres. Et tutti quanti. Je suis comme fasciné par leur aisance. Les envie. Je suis jaloux de leur capacité à séduire. A créer des liens. Je me sens gauche. Ridicule. Bête. Je déteste ma timidité. Même à mes propres yeux, du moins pendant un temps assez long, je n’ai aucun intérêt.

La timidité: Un symptôme d’anxiété

Pour me protéger, je finis par cultiver ma différence de façon toxique. J’adopte une attitude très en dehors. Quand j’observe les autres, je me tiens à distance. J’essaie de de me convaincre que je suis au dessus de tout cela. Que nenni.

Les années passent. Je me rends bien compte que les autres avancent. Construisent. Prennent des risques. Alors que je demeure au même point. Seul et triste. Toujours timide. Timoré.

Je m’intéresse à la psychologie. C’est comme cela que je découvre et comprends que la timidité n’est pas autre chose qu’un symptôme d’angoisse. Je me rappelle combien j’ai peur de dire ou de faire des bêtises dans mes relations avec les autres. Combien je suis dans la peur du jugement. Inéluctablement, cela affecte ma confiance en moi. M’empêche de m’affirmer. Et, quand je m’affirme, je le fais parfois avec agressivité. Quand ce n’est pas, plus généralement, avec une telle maladresse liée à ma timidité, que j’obtiens l’inverse de ce que je recherche. Sans pour autant faire un lien de cause à effet.

Timidité: Une source d’angoisses

A l’idée d’une invitation que je souhaite, en fonction des personnes que je sais être présentes, je décline l’offre qui m’est faite sous des prétextes futiles. Quand je ne motive pas mon départ précipité d’un lieu où je suis invité, et invente des mensonges totalement infantiles.

Longtemps, je pense que mes justifications convainquent les autres par leur dimension plus ou moins dramatiques. Pour quitter un lieu dans lequel je me sens mal à l’aise, j’évite le problème en prétextant tout un tas de difficultés dont je ne suis jamais responsable. Mais toujours victime. Autant de symptômes criants de ma timidité.

Bien sûr, j’espère que les personnes présentes fassent tout leur possible pour me retenir. Ce qui me renvoie de moi une image positive. Mais, parfois, il me faut attendre longtemps. Quand ce n’est pas éternellement.

Mes angoisses liées à ma timidité rendent certains moments sociaux douloureux. Ils ne cessent que lorsque que je commence à m’éloigner du lieu. L’épicentre de mes turpitudes. Plus je m’éloigne, plus je me sens en sécurité. Mais plus ma tristesse grandit. Au fur et à mesure de mon éloignement géographique. Las, je me retrouve seul. Plus en sécurité affective parce qu’accompagné de moi seul. Seul avec… ma timidité.

Ce faisant, je me manipule. Je me convainc du bien fondé de ma solitude. Mon image de moi même s’altère. J’essaie de me faire violence pour me confronter à des situations que je redoute. Cela ne fonctionne pas.

Timidité: Des prises de risques dangereuses

Découvrez la vidéo de présentation du Programme en ligneJe n’excelle que dans l’affrontement. Dans la prise de risques imbéciles. J’espère que cela donne de moi aux autres une meilleure image. Parfois, j’aime en silence. Dans la douleur et la frustration.

La seule idée de tenter de séduire ou d’être séduit me terrorise. Je ne peux m’en ouvrir à personne. Non pas que je ne le veuille pas. Mais j’ai peur d’être jugé à ce propos. Que cela me mette encore plus à l’écart que je ne m’y mets moi même.

C’est à la faveur d’un moment social que j’essaye de prendre mon problème en main. De faire de ma timidité un avantage. Aujourd’hui encore, il m’arrive d’être confronté à des “résidus” de timidité.

A ceci près que je me contente de le remarquer. Puis d’agir de sorte à ce que cela n’altère pas mon développement personnel. Ou les relations sociales ou affectives au point que je souffre d’anxiété sociale ou de phobie sociale.

C’est grâce à des techniques simples que je finis par faire de ma peur d’échouer un élément moteur. L’élément qui me donne la force de réussir et m’affirmer. Et c’est ainsi que je peux, aidé par certaines personnes bienveillantes, identifier les symptômes de la timidité et en faire une arme de séduction massive.

Les symptômes de la timidité

Ces symptômes sont autant physiques que psychiques.

Les symptômes physiques de la timidité

  • Difficulté à respirer normalement (calmement)
  • Transpiration
  • Bégaiement
  • Douleurs stomacales
  • Douleurs abdominales
  • Mains moites
  • Vomissement
  • Diarrhées
  • Boule au ventre
  • Tremblements

Les symptômes psychiques de la timidité

  • Peur
  • Angoisse
  • Anxiété
  • Agressivité
  • Isolement social ou affectif
  • Manque d’affirmation de soi
  • Manque de confiance en soi
  • Anxiété sociale
  • Phobie sociale
  • Tristesse
  • Mélancolie
  • Dépression

Ces symptômes sont l’expression commune à la timidité comme à un certain nombre d’autres sujets liés à la confiance en soi comme au développement personnel, l’angoisse ou encore la phobie comme symptôme d’angoisse.

Timidité: Comment être sûr de soi

In fine, être timide est une nature. De fait, ne pas être sûr de soi n’est un problème que si on le veut bien. Je m’explique. Aujourd’hui, il existe tout un tas de méthodes diverses et variées pour vous apprendre à ne plus être timide. Il nous est donc expliqué que la timidité doit ^ter vaincue. Qu’elle peut être surmontée. Dont acte.

Ce qui vous est proposé pour vaincre la timidité, c’est de recourir à des expériences qui vous exposent. Cela signifie qu’il vous est demandé de vous mettre à l’épreuve. Par exemple, aller chez le boucher pour lui demander de vous vendre une boite d’aspirine. Ce type de démarches, au-delà de son côté décalé, a pour fonction de vous montrer que vous êtes capable de dépasser cette peur de vous affirmer. Soit.

Vous contraindre à vous surpasser, c’est vous faire courir le risque d’un nouveau blocage. En effet, être timide repose sur un mécanisme qui associe l’image de soi, l’affirmation de soi, la confiance en soi. 3 éléments susceptibles d’alimenter la peur de ne pas être à la hauteur et d’en assumer les o-conséquences. Le réflexe des personnes timides est donc d’éviter ce qui leur pose problème. Avec toutes les conséquences que l’on peut imaginer. Je parle là d’isolement.

Contraindre une personne à faire quelque chose qui ne lui est pas naturel est un manque de respect. De sa part à soi, vis à vis de soi. Comme de la part des autres. C’est comme de contraindre une personne homo à devenir hétéro. Ou l’inverse. Point n’est besoin de se normaliser pour être sûr de soi. Il existe une méthode bien plus respectueuse que de jouer à celle ou celui qu’on est pas.

Timidité: Comment ne plus en faire un problème

Je connais un tas de personnes timide et qui ne cherchent pas à être quelqu’un d’autre. Leur personnalité est empreinte de cette timidité qui fait leur charme. Ils ne cherchent pas à changer pour devenir la personne qu’ils ne sont pas. En bref, ils s’acceptent. Mais, pour être honnête, cela ne s’est pas fait sans mal. Alors, comment font-ils?

Quand nos parents sont timides et timorés, il semble vain d’envisager d’être une personne conquérante. Une personne qui s’affiche comme l’on dit dans le langage commun. Mais on peut ne pas avoir envie de trainer le poids de sa propre histoire. Il s’agit donc de se défaire de ses liens. Ceux-là mêmes qui vous empêchent de vivre votre sensibilité.

Pour y réussir, il est nécessaire de comprendre les mécanismes émotionnels qui justifient votre timidité. Ensuite, d’identifier comment vous inhiber vos comportements. Dès lors, identifier les différents contextes et situations au cours desquels vous n’arrivez pas à vous affirmer.

Ensuite, vous identifiez ce que vous vivez comme des évènements traumatiques. Ceux-là mêmes qui s’activent de façon récurrente à chaque fois que vous avez peur. Un peu comme s’ils vous disent en pareille circonstance: “Souviens toi”. Du coup, vous êtes en retrait. Vous n’osez pas.

Pour traiter la timidité, il faut donc travailler les points qui précèdent. Ensuite, travailler à inhiber vos réactions. En quelques semaines, sans aucune contrainte, vous prenez place dans certaines situations que vous évitez. Ce qui hier est un handicap, devient une force demain. La règle est simple. Vous accepter pour qui vous êtes comme vous êtes.

Comment ne plus être timide

Pour en arriver là, il faut utiliser les bons outils. Du matériel qui fait ses preuves. Des techniques simples et rapides. A la portée de tous. Et, enfin, mettre cela en musique. Alors, je vous propose de créer une belle symphonie. Je vous offre de transformer un frein en ressources. Ainsi de participer activement à votre développement personnel.

Pour faire une solution de ce qui est un problème, je vous invite à travailler sur la périphérie du problème. La timidité, c’est comme la séduction. Si on va trop vite, on se plante. Idem si vous allez trop lentement. Grâce à une méthode qui a fait ses preuves, vous progressez pas à pas. Naturellement.

Vous partez large, et resserrez votre étreinte autour du problème. Vous devenez un problème pour le problème. Lequel, du coup, perd de sa superbe, puis s’efface. Pour découvrir comment redevenir le ou la chef d’orchestre de votre vie, je vous invite à cliquer sur l’image ci-dessous. Vous allez comprendre en agissant sur vos troubles anxieux aujourd’hui, comment vous devenez un(e) timide heureux et épanoui(e) demain.

Merci de votre confiance et prenez bien soin de vous. N’oubliez pas. S’accepter pour qui l’on est, comme on est.

Comment vaincre la timidité?

| Frédéric Arminot

Comment reprendre le contrôle de votre vie facilement et rapidement

4 Commentaires: “Timidité: Comment ne plus être timide et devenir sûr de soi”

  1. Bonjour,

    Je suis ravi que vous ayez trouvé un intérêt dans cet article, et des réponses en lien avec votre problème. Conformément à votre demande, pour accéder à la solution de votre problème de timidité, je vous invite à cliquer sur ce lien: “Solution Timidité“.

    Je reste à votre écoute si vous avez des questions, et vous souhaite une belle journée.

  2. Bollier dit :

    Bonjour Monsieur,

    Je découvre votre article et je l’ai vraiment apprécié.

    Pouvez-vous m’indiquer la page / le lien qui concerne les solutions ?

    Je vous remercie,

    MB

  3. Bonjour,

    Le mieux serait que votre petit ami regarde la vidéo ci-après. S’il le souhaite votre ami pourra avoir une vie “normale” en utilisant les outils proposés. Pour ce faire, il suffit cliquer sur ce lien: https://fredericarminot.com/programme/

  4. mendes dit :

    bonjour j ais mon petit ami qui et timide comment faire pour l aide a se débarrasse de sa et pour vivre une vie normal

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Défiler vers le haut