Horloge biologique: Pourquoi est-elle un facteur d’anxiété?

Horloge biologique et anxiété

Les facteurs d’anxiété sont multiples et différents. Ils varient en fonction de nos personnalités respectives. J’en éprouve moi même tout le sel dans la mesure où certains éléments personnels me ramènent depuis peu à ma réalité.

Dans cet article, j’essaye de faire le point sur ces facteurs d’anxiété et le lien qui existe entre ces facteurs et l’horloge biologique. Pour ce faire, je vous parle de ma propre horloge biologique. De son évolution. Partant, des conséquences anxieuses que cela a eu pour moi. Comme sur ma vision des choses.

Horloge biologique: Une question d’âge

Il y a quelques années, je commence à me plaindre d’un problème d’audition. Parfois, je n’entends pas ce que les gens me disent. C’est au pont que je suis contraint, et désolé, de leur demander de se répéter. Un comble au regard de mes activités de coach comportemental. Mon métier consiste à entendre les gens qui me parlent…

Au début, je n’y prête que peu d’attention. Les années passent. Le problème se fait plus prégnant. Plus handicapant même. Un jour, invité par mes proches à faire quelque chose, je consulte un ORL pour faire un audiogramme. C’est à ce moment là que je ressens les prémisses de mon anxiété. Celle de mon âge. Celle qui me fait penser à cette phrase de Chateaubriand dans “Les mémoires d’Outre-tombe“. Je cite: “La vieillesse est un naufrage“.

Horloge biologique: Le début de la fin

Je fais court. Au sortir de cette consultation chez l’ORL, il est avéré que je perds  60% d’audition à une oreille. Je me rappelle dans quelle condition je perds cette acuité auditive. Adolescent, je suis en vacances à l’étranger. Je suis avec mon oncle, ma tante, mes cousins et cousines. Nous accompagnons quelqu’un à l’aéroport. Dans l’attente du décollage, nous nous installons très à proximité du tarmac.

A l’époque, les aéroports ne sont pas ce qu’ils sont aujourd’hui. Accoudé à une petite barrière, un avion a fait demi tour devant. Puis, il décolle. Plein gaz. Mon oreille se souvient encore de la douleur que je ressens à ce moment là.

Pendant la consultation, le médecin me dit, non sans un grand sourire: “Mon pauvre monsieur, votre horloge biologique s’est mise en route“.

Je sors du cabinet médical très… circonspect. Je ressens une grande détresse devant le rappel de mon horloge biologique. C’est comme cela que je ressens une certaine anxiété quand aux mouvements de mon horloge biologique. Quant à la nécessité de répondre de façon adaptée à certains de ses oscillations.

Horloge biologique: Les différents facteurs d’anxiété

L’âge aidant, il y a différentes domaines de votre vie qui impactent votre horloge biologique. Ces domaines sont des facteurs d’anxiété. Ils la favorisent. A compter du moment où j’apprends que mon horloge biologique s’est mise en route, je ressens une certaine anxiété dont je ne prends pas toute la mesure. Cela vient avec le temps. Petit à petit, je sens une angoisse sourde m’envahir. De quoi ais-je peur? De vieillir je pense.

Je deviens plus attentif aux changements de mon corps. A mes comportements alimentaires. Comme à la qualité de mon sommeil. A mes émotions. J’évalue mon état de fatigue. J’en viens même à être plus attentif à mes relations avec les autres. Je souhaite que ma vigilance soit plus fine quant aux émotions que je ressens. Que ceci soit ou pas un lien avec mon horloge biologique.

L’âge aidant, je me rends compte que je suis moins patient. Que je deviens plus fatigable. Plus exigeant aussi à propos de certains domaines de ma vie. Je prends acte que j’ai besoin de plus de chaleur. Ou de lumière. Jusqu’à il y a peu, jamais je ne me suis intéressé à ces éléments.

Horloge biologique: Harmoniser les comportements

Aujourd’hui, je suis plus à l’écoute de moi même. Je pense que, sciemment ou non, je recherche une certaine harmonie du corps et de l’esprit. En fait, j’ai l’impression d’être devenu un peu comme une souris. J’essaie de m’adapter à mon environnement. De moins y faire face qu’avant. Au sens de la confrontation et du conflit.

Les conflits ne me gênent nullement. Mais je crois avoir tendance à désormais les éviter. Je me souviens d’un tailleur avec lequel j’avais eu un conflit à propos d’une marchandise qu’il refusait de m’échanger. Il m’avait dit qu’avec l’âge, il y avait des choses qui lui semblaient devenir moins importantes que d’autres.

Autant, des années durant, il faisait tout pour éviter un conflit avec un client. Autant, au jour où lui et moi sommes en conflit, il me signifie que ma colère ne le dérange pas. Que, vu son âge, le même que le mien aujourd’hui, il prend beaucoup de distance avec çà.

Moralité. Pour vous “harmoniser”, mieux vaut accepter ces choses que vous ne pouvez changer. Mieux vaut vous adapter à cette nouvelle vision de vous même. Comme des choses qui vous environnent. Votre horloge biologique vous en est déjà reconnaissante. Et vous êtes quitte, au début en tous cas, pour un peu d’anxiété.

Horloge biologique: Accepter c’est évoluer

C’est juste une question de temps et de comportement. Si vous acceptez ces modifications, ces nouvelles perceptions, si vous lâchez prise, vous vous adaptez à votre horloge biologique. Laquelle vous signifie simplement qu’elle a besoin que vous preniez en compte de nouveau paramètres. Vous agissez en vous adaptant? Alors, tout va pour le mieux.

Chez les mammifères, la lumière est un élément indispensable au bon fonctionnement de l’organisme. Cette réaction à la lumière est gouvernée dans notre organisme par une horloge biologique.

 |  Frédéric Arminot

Comment reprendre le contrôle de votre vie facilement et rapidement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Défiler vers le haut