fbpx

Bonnes résolutions: Comment faire pour arrêter de se manquer de respect

Les bonnes résolutions - Comment faire?

Nous sommes à l’aube d’une nouvelle année. Celle qui arrive à son terme nous a réservé son lots de rebondissements. Son lot de crise sociale. De peurs. D’angoisse. D’incompréhension. De colère aussi. Les inégalités se creusent. Que nous réserve l’année à venir?

Pour répondre à cette question, tous les ans, chacun d’entre nous essaie de se référer à soi. De démarrer la nouvelle année en réfléchissant à ce qui est bon pour soi. C’est ainsi que, chaque année, chacun d’entre nous y va de ses bonnes résolutions:

  • En cette nouvelle année, je m’engage à faire attention à moins manger de sucreries
  • Cette nouvelle année, j’arrête de fumer
  • Dès lundi, je fais un régime
  • En cette nouvelle année, je m’affirme
  • Dès demain, je  travaille ma confiance en moi
  • Dès après les fêtes, j’exige une augmentation
  • Je refais la décoration de mon appartement
  • Dès ce week-end, je range ma maison
  • Dès la semaine prochain,e je m’engage à faire le ménage 2 fois par semaine

et j’en passe et des meilleures quant au chapitre des bonnes résolutions.

Le problème ne réside pas tant dans le fait de prendre de bonnes résolutions. Le problème se trouve dans la difficulté de respecter tous les engagements que vous prenez vis à vis de vous même. Imaginons alors que pendre de bonnes résolutions est une erreur de comportement. Et si, prendre de bonnes résolutions, et ne pas y satisfaire, ne fait qu’accroître la mauvaise image que vous avez de vous? En plus de générer de la honte et de la culpabilité d’avoir tant de mal à y arriver.

Parce-que c’est bien ce que m’évoque cette question des décisions, qu’inlassablement, nous essayons de prendre chaque année. Comme une sorte d’injonction. Alors que nous savons, qu’une fois encore, nous aurons toutes les peines du monde à les satisfaire? Pourquoi? Simplement parce-que cela ne repose pas sur un réel désir. Juste, peut-être, parce-que cela fait partie de nos coutumes. De notre culture. Et, peut-être est-ce là que le bât blesse?

Les bonnes résolutions, qu’est-ce que c’est?

Les bonnes résolutions, c’est le choix que vous faites de bien faire quelque chose. Cet acte, cette résolution, cette bonne intention, vous permet d’avoir de vous une image positive. Et, par extension, d’avoir confiance en vous.

Les bonnes résolutions, c’est la tâche que vous vous imposez. Ce que vous vous obligez à faire pour être conforme à votre idée du bien être. A cette conception du bien faire dans tout ou partie des domaines de votre vie. Réagir de la sorte, n’est-ce pas une façon de ne pas être bienveillant avec soi?

Qu’il s’agisse d’hygiène alimentaire, d’hygiène de sommeil, de relations sociales, de relations sentimentales, d’activité professionnelle, vous vous imposez d’agir de sorte à rétablir un équilibre. De telles injonctions – ces bonnes résolutions – ont un objectif. Répondre favorablement à des critères sociaux et culturels qui vous protègent du jugement des autres. Qui favorise une image positive de vous même. En bref, vous permette de retrouvez l’amour de vous même, sans angoisse ni peur.

Ouais… Si c’était si simple et facile à mettre en place, vous le sauriez et n’auriez nul besoin, année après année, de reprendre le chemin escarpé des bonnes résolutions.

Les bonnes résolutions sont-elles un piège?

Nous sommes tous d’accord quant au fait que si vous éprouvez le besoin de prendre de bonnes, et sages, résolutions, c’est donc que des choses dans votre vie ne vous conviennent pas. Vous souhaitez donc agir pour modifier cela. D’où l’intérêt – relatif – des bonnes résolutions.

En prenant de bonnes résolutions, vous participez à alimenter un processus d’injonctions qui va vraisemblablement plus vous plonger dans la culpabilité que dans la résolution. Un peu comme la procrastination. En effet, s’il était aussi facile d’arrêter de procrastiner en s’en donnant – simplement – l’ordre, peu de gens procrastinerait. Et il n’y aurait pas, ou plus, de problèmes. Il n’y aurait donc pas de bonnes résolutions à prendre à ce propos.

En vous donnant un ordre de changement soudain – ces sacrées bonnes résolutions -, et sans avoir préparé le terrain, vous courrez droit à l’échec. Une réaction d’ordre de changement va automatiquement générer une réaction de blocage émotionnel. A plus forte raison si vous n’arrivez pas à changer. Ce blocage est ce qu’il est convenu d’appeler la peur du changement ou résistance au changement.

En exprimant, de façon soudaine et non préparée, une volonté de changement, vous participez à ne pas prendre acte de vous. Les bonnes résolutions sont un piège dans lequel vous allez vous enfermez car vous vous manquez de respect. Vous niez votre réalité.

Pour qu’il y ait un vrai changement, un changement de fond, il faut qu’il y ait un vrai désir. Pas un désir de circonstance parce-que cela se fait. Il faut aussi de se donner les moyens du changement. Dans la vie, pour minorer les risques d’échec, et potentialiser la réussite, mieux vaut se préparer. Ou à l’un, ou à l’autre.

Dans le cas contraire, vous serez victime de mésestime de vous même après avoir subi bien des stress en vous imposant des actes que vous avez toutes les peines du monde à satisfaire. Si, par exemple, il vous était si facile de manger moins, ou de ne plus fumer, vous le feriez et ne seriez pas là, tendu(e) voire hypertendu, en essayant de contrôler vote frustration. Vous n’éprouveriez aucun besoin de prendre de bonnes résolutions.

A l'aube de cette nouvelle année, comment aborder les bonnes résolutions, et se faire confiance

Pourquoi arrêter les bonnes résolutions

Changer est un processus long. La conduite du changement nécessite de se préparer de façon progressive à certaines modifications de comportement. Par ailleurs, la seconde difficulté dans le changement est de l’opérer seul(e).

Mieux vaut être accompagné(e) par un professionnel ou par des méthodes comportementales diffusées par des professionnels . Et non par quelques personnes qui se présentent comme des gourous du développement personnel alors qu’ils ne font qu’amalgamer des idées pompées sur des professionnels.

En plus du fait qu’eux aussi passent leur temps à vous vendre des ordres. Voilà, çà c’est fait. C’était ma petite vacherie de ce début d’année 🙂

Changer c’est avant tout s’accepter soi. Cela signifie être au clair sur vos côtés sympa et ceux qui le sont moins. Cela signifie donc vous accepter tel que vous êtes.

Et non pas vouloir donner de vous aux autres une image qui vous permette d’obtenir de ces mêmes autres une approbation que vous avez bien des difficultés à vous donner à vous même.

Les bonnes résolutions ce sont les pires moyens, ou les meilleurs, pour vous faire du mal. J’en veux pour preuve une citation que j’ai un jour entendu dans un groupe thérapeutique:

“Donnez moi le courage d’accepter les choses que je ne peux changer, le courage de changer celles que je peux et la sagesse d’en connaître la différence”

Bonnes résolutions: Comment faire pour se faire confiance

Je ne saurais que trop vous inviter à vous accepter comme vous êtes. Donc: foin des bonnes résolutions! Ce qui signifie que, oui, vous pouvez prendre acte de ce que vous aimeriez changer en vous. Mais, faites le de façon progressive. Agissez pas à pas. Une chose à la fois. Ou d’heure en heure.

Ne vous imposez rien. Dans le cas contraire, c’est comme si, du jour au lendemain, sans aucune préparation, vous vous imposiez de faire le marathon de Paris. Je vous laisse imaginer les conséquences.

Ne soyez pas radicaux dans vos changements. Éventuellement, faites des listes de ce que vous aimeriez changer en vous. Mais surtout, ignorez cette liste en l’état si vous ne préparez aucun moyen. Ou si vous n’envisagez aucun axe de progrès à votre changement.

Si vous n’agissez pas de façon constructive, honnête et responsable, quand aux bonnes résolutions, vous allez ressentir de la honte et de la culpabilité à échouer. Je me rappelle d’un patient qui en était arrivé à ressentir des angoisses parce qu’il n’arrivait pas à faire ce qu’il s’imposait. Quel dramatique manque de respect de soi.

Une dernière petite chose, mais grande chose, que vous pourriez faire pour changer vraiment. Une chose qui vous apporterait bien être, équilibre et développement personnel:

Vous accepter tel(le) que vous êtes et d’arrêter de vouloir faire comme tout le monde. Apprenez à cultiver votre différence.

Et si, in fine, être bien, c’est être soi? Vraiment. Et si les seules bonnes résolutions possible consistaient à cesser de vous imposer la dictature du bien faire. La dictature du bonheur. La dictature de la perfection.

Enfin, vous faites comme vous voulez.

Comment tenir ses bonnes résolutions

Comme vous l’avez compris, je ne suis pas certain que s’imposer de bonnes résolutions soit une bonne chose. Pas au sens moral du bien ou du mal. Je parle d’une bonne chose, au sens du respect de soi. Dès lors, si vous souhaitez vraiment adopter certains changements dans votre vie, allez-y doucement. Ne forcez rien. Prenez tout le temps dont vous avez besoin.

Il n’y a de changements que ceux réellement désirés pour soi, par rapport à soi. Et non par rapport aux autres. Prenez le temps de réfléchir aux outils et moyens dont vous avez besoin pour satisfaire vos désirs. Ne vos précipitez pas. Il n’y a de changements que dans la durée.

Ne cherchez pas non plus à éprouvez du bien-être immédiatement. Laissez aux choses le temps de s’installer. Comme le plaisir, laissez le s’installer à son rythme. Comme une montée progressive. N’oubliez pas. Vous n’êtes pas devenue la personne que vous êtes du jour au lendemain.

Bonnes résolutions: Comment être bienveillant avec soi

Comme vous l’avez compris, j’ai une nature assez réfractaire aux contraintes. Les bonnes résolutions ne sont pas mon souci premier à l’aube de chaque nouvelle année. En fait, ce que j’essaie de vous expliquer depuis le début de cet article, c’est la nécessité d’être bienveillant avec vous.

C’est quoi l’intérêt de vous imposer quelque chose qui ne vous vient pas naturellement? C’est une façon de chercher l’approbation? Une manière d’être et de faire pour vous préserver de votre peur de ne pas être à la hauteur? Allons. Apprenez à être gentil avec vous. Apprenez à vous caresser la joue avec tendresse. A ne pas vous en demander plus que vous ne pouvez en supporter.

Y a t ‘il de bonnes ou de mauvaises résolutions

Il n’y a de mauvaises résolutions que celles que vous prenez contre vous même. Les mauvaises résolutions sont celles qui vous contraignent. Celles que vous vous obligez à suivre.

A l’inverse, les bonnes résolutions sont celles que vous prenez avec l’idée, constante, de prendre soin de vous. Par choix. Par désir. Et ce quelque soit le sujet des changements désirés. Prendre une bonne résolution, c’est aussi exprimer sa limite. Dans le respect et l’amour de soi.

Quelles sont vos bonnes résolutions?

Bine sur, vous n’êtes pas obligé d’être d’accord avec moi. Vous pouvez ressentir une vraie envie de prendre de bonnes résolutions. Dès lors, dans quel domaine de votre vie souhaitez-vous agir en tout premier lieu?

Car effectivement, dans les changements que vous souhaitez, il est important de dresser une liste des priorités. Ainsi, vous pouvez avancer de façon progressive. sans rien forcer. Vous organiser de sorte à passer d’une bonne résolution à une autre. A ce propos, j’ai une suggestion à vous faire.

Comment prendre de bonnes résolutions?

Pour prendre de bonnes résolutions, je vous invite à dresser une liste. De façon spontanée, je vous invite à écrire tout ce que vous avez envie de changer dans votre vie. Ne vous censurez pas. Écrivez tout ce qu’il vous passe par la tête. Sans chercher à savoir si c’est opportun ou non. Ensuite, de façon naturelle, dressez une liste de priorité.

Une fois la liste dressée, attribuez à chaque sujet une note d’intensité entre 0 et 10. Cette dernière notre est la plus forte. Vous aurez ainsi un classement naturel de vos priorités.

La liste est faite. Maintenant, commencez par le sujet auquel vous avez attribué la note la plus importante. La plus proche de 10. Et commencez à imaginez tout ce dont vous avez besoin pour satisfaire ce premier et plus important changement. Une fois que vous estimez en avoir fini avec tout ce dont vous avez besoin pour satisfaire cette première bonne résolution, commencez à vous resneigner pour savoir comment faire.

Imaginons par exemple, que vous décidiez de vous mettre au sport. Vous allez donc chercher des informations sur les différents sports qui vous intéressent, ou les différentes salles de sport qui vous attirent. Prenez le temps d’en choisir plusieurs sur la foi de vos critères personnels. Ensuite, téléphonez pour vous renseigner auprès de celles que vous avez pré sélectionné. Une fois fait, assurez-vous que vous pouvez faire des séances d’essais. Enfin, choisissez la salle ou le lieu de votre pratique sportive. Et n’oubliez pas que vous pouvez en changer. Rien n’est jamais définitif. Sauf si vous voulez vous faire du mal.

 

A l'aube de cette nouvelle année, comment aborder les bonnes résolutions, et se faire confiance

| Frédéric Arminot

[rev_slider alias="Fredul"]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Défiler vers le haut