Angoisse - Anxiété - Phobie - Dépression - Toc - Une solution comportementale simple et rapide

Peur en voiture – Angoisse de conduire – Symptômes et traitement

Peur en voiture. Angoisse de conduire

Peur en voiture – Angoisse de conduire – Quels symptômes – Quel traitement

La peur en voiture est un problème dont j’ai eu la chance de ne jamais souffrir. Il m’est bien arrivé de me sentir légèrement angoissé à ce propos mais cette angoisse diffuse ne durait jamais. A tout le moins, je n’en n’ai jamais conçu un handicap au point que je sois incapable de prendre le volant, ou de me laisser conduire ou de monter sur ma moto.

Par contre, j’ai été très étonné – les premiers temps de mes consultations thérapeutiques – de constater le nombre de personnes croissantes victimes de peur en voiture. Beaucoup de personnes qui m’ont contacté au cabinet à propos de leur peur en voiture étaient toutes confrontées aux mêmes symptômes.

Qu’elles conduisent, ou soient passager – ou passagère -, la peur en voiture repose sur des symptômes bien plus compliqués qu’il n’y paraît. Conduire, ou être conduit, signifie non seulement se déplacer d’un point à un autre mais aussi s’investir dans ce déplacement.

Cela signifie qu’aucun déplacement n’est insignifiant. Chaque déplacement, en voiture, en, train, en avion, induit un changement, même provisoire, qui indique à la personne concernée de s’adapter au changement.

Il apparaît donc que la peur en avion, la peur en train, la peur en bateau, la peur à deux roues, relèvent d’une même problématique et d’un même mécanisme émotionnel, tout comme la peur en voiture.

Les objectifs à satisfaire, dans un contexte social, économique ou professionnel, peuvent être une cause de la peur en voiture laquelle se meut en angoisse en voiture à compter du moment ou confiance en soi et résistance au changement se télescopent.

Cet article a donc pour vocation de vous expliquer ces mécanismes d’une part, et comment traiter la peur en voiture ou s’assurer le meilleur traitement de l’angoisse de conduire d’autre part.

Symptômes de la peur en voiture

J’ai souvenir d’un monsieur d’une cinquantaine d’années. Homme très calme, très raisonné. Récemment, il a subi un triple pontage coronarien. Ce problème médical l’a invité à avoir une hygiène de vie encore plus fine que celle qu’il avait avant cette intervention chirurgicale. Il ne fume plus depuis des années. Cadre supérieur, il conduit depuis des années du fait de ses activités commerciales. Il encadre des commerciaux sur l’ensemble du territoire français.

Symptômes de la peur en voitureDepuis quelque temps, il s’est rendu compte de son incapacité à conduire sur des grandes routes (départementale, nationale, autoroute). Il n’arrive que difficilement à conduire qu’en ville. Il évite tous les grands axes routiers. Il me précise essayer d’éviter de rouler sur le périphérique parisien et préfère aller de ville en ville.

Cela accroît considérablement ses temps de déplacements mais c’est le seul comportement d’évitement qu’il ait pu trouver pour éviter sa peur en voiture. Il me consulte car cela commence à lui poser de plus en plus de problèmes dans sa vie tant à titre personnel que professionnel.

Ses symptômes comportementaux sont les suivants:

  • Peur projective à la seule idée de conduire
  • Recule au maximum le moment où il va être contraint de conduire
  • Réfléchi beaucoup à toutes les voies de circulation qu’il souhaite éviter par peur
  • Est pré occupé en permanence par son problème d’angoisse en voiture
  • Passe beaucoup de temps à chercher des solutions sans y parvenir
  • Dépense beaucoup d’énergie pour s’éviter toute situation qui l’obligerait à se déplacer en voiture

Ses symptômes physiques

  • Transpiration
  • Mains moites
  • Douleurs abdominales
  • Accélération du rythme cardiaque
  • Conduite parfois dangereuse (hyper tendu)
  • Tensions et raideurs musculaires
  • Douleurs musculaires
  • Angoisses diffuses
  • Peurs projectives
  • Anxiété

Florilège de tentatives de solutions utilisées par les personnes souffrant de peur en voiture

Il est particulièrement fréquent que ces problèmes de peur en voiture se déplacent vers d’autres sujets comme les transports en commun. Dans une société industrielle comme la nôtre, les distances sont de plus en plus longues, en termes de distance comme en temps passé. Nous sommes devenus contraints de nous déplacer dans un véhicule dénommé véhicule terrestre à moteur. Faire sans, c’est s’exposer à des situations d’inconfort parfois importantes, ou à des pertes d’énergie et de temps toutes aussi conséquentes. Quand ce n’est pas s’exposer aussi à des situations de conflits avec des proches ou des collaboratrices ou collaborateurs.

Par exemple, pour éviter ce type de désagrément, mon patient essayaient de déléguer certains déplacements à d’autres. Il appréciait d’être conduit par une tierce personne.

Malheureusement pour lui, ces personnes n’étaient pas toujours disponibles ou n’avaient pas toujours envie de conduire. Ce qui l’obligeait, ou à surseoir à son déplacement, ou à trouver une solution différente, ou à… prendre le volant donc à affronter sa peur en voiture.

Ce patient a bien souvent reconnu qu’à l’encontre de sa vision des choses, il lui était arrivé de manipuler certaines personnes pour éviter sa peur en voiture. Il s’en voulait beaucoup mais ne pouvait pas faire autrement. Alors qu’il était, et est toujours, un adulte responsable, honnête et scrupuleux, il était très triste d’en arriver à ce qu’il vivait comme des extrémités. En colère après lui, il se désolait aussi d’être incapable (dixit) d’affronter sa peur en voiture au point de ne pouvoir conduire ses petits enfants, même sur de courtes distances.

A force d’explorer son problème, nous en sommes arrivés à découvrir des choses particulièrement intéressantes à propos de ce qui pouvait soutenir sa peur en voiture, sa peur de conduire.

Conduire – Une mission à fort taux de responsabilités

Quand vous conduisez, il est convenu que vous devez agir de façon responsable. Cela signifie que non seulement vous devez être responsable de votre conduite au sens où vous respectez le Code de la Route, de même qu’au sens où vous devez faire attention aux autres, gens et véhicules, dans un rayon de 360°.

Si vous êtes victime de peur en voiture, et donc d’une certaine angoisse ou anxiété à l’idée de la responsabilité qui est la votre à chaque fois que vous prenez une décision, et à plus forte raison quand la vie des autres est en jeu, il est compréhensible que vous ayez peur à l’idée de conduire.

Pour preuve, j’en veux les réactions parfois très violentes qu’ont certains conducteurs au moindre petit accrochage ou à la moindre faute de conduite de l’autre. Car, souvenons nous: ce n’est jamais de sa faute à soi mais toujours de la faute de l’autre!

La peur d’être agressé et tenu pour responsable d’un tel évènement a de quoi angoisser préventivement quiconquePeur en voiture - Angoisse aurait peur de conduire. De fait, être responsable d’un accident, même mineur, nécessite que l’on rende des comptes, que l’on soit comptable de l’évènement ce qui majore d’autant toute peur de conduire.

Il est vain d’essayer de rassurer une personne qui a peur en voiture quant à ce qu’un accident peut arriver à tout le monde et que ce n’est pas grave. Beaucoup de ces mêmes personnes ne peuvent pas assumer une telle responsabilité et l’envisage beaucoup trop douloureusement.

En ce qui concernait ce monsieur qui était venu me consulter, il semblait qu’un récent malaise au volant ait achevé d’inscrire sa peur de conduire en lui de façon violente. Il craignait d’avoir un malaise plus grave et, par conséquent, d’être responsable de blesser ou tuer un ou plusieurs automobilistes ou piétons. De même qu’il avait très peur, s’il était blessé ou tué, des conséquences que cela auraient pour sa famille.

Il avait donc toutes les raisons d’avoir peur en voiture. Sa peur de conduire reposait sur son désir d’agir de façon responsable tant vis de lui même que des autres et les membres de sa famille. Or, en ré agissant de la sorte, en ne pouvant conduire que fort peu, voire pas du tout, il mettait malgré tout les autres en danger. Ce monsieur faisait l’objet d’une double contrainte. Il était coincé de toutes parts et ne voyait bien évidemment pas comment trouver une solution à sa peur en voiture.

Peur en voiture – La peur d’être conduit

Être conduit par d’autres que soi, et à plus forte raison quand l’on est soi même victime de la peur de conduire, nécessite un niveau de confiance en soi comme en l’autre particulièrement important. Or, comment voulez vous faire confiance à quelqu’un qui vous conduit alors que vous avez peur en voiture? Sacré dilemme!

Les personnes qui ont peur en voiture ont toutes les raisons d’avoir peur quand on sait qu’elles sont affectées des mêmes maux que ceux que j’explique dans le chapitre précédent. Cette peur d’être conduit a un lien avec l’angoisse de mort laquelle peut se traduire par une phobie des transports.

Passager - Peur en voitureLes symptômes de la peur d’être en voiture conduit par une tierce personne sont en bien des points identiques à la peur de conduire. Si ces symptômes s’organisent ou s’expriment de façons parfois différentes, cela relève toujours de la peur de ne pas être parfait, de la peur de subir quelque chose dont on ne serait pas responsable, donc de la peur d’être une victime, ou de la peur du contraire: être responsable directement d’un accident et donc d’être… bourreau.

Dans tous les cas, la peur de la perte de maitrise de soi constitue un facteur aggravant de la peur en voiture. Et, une fois n’est pas coutume, nul n’est besoin de tenter de se sécuriser ou d’objectiver. Les personnes concernées sont confrontées à un double blocage.

Si elles conduisent et que les choses se passent mal elles devront assumer. Alors, elles essaient de ne pas conduire ou se forcent à conduire et en deviennent parfois dangereuses pour elle même comme pour les autres.

Si elles ne conduisent pas, elles se ferment la porte de la satisfaction de leurs objectifs ou, à tout le moins, en rendent la réalisation plus difficile voire douloureuse. Elles subiront d’autant plus un conflit intra psychique qu’elles seront victimes de honte et de culpabilité.

Dans les deux cas, ces personnes aspirent à être parfaites et responsables mais n’y arrivent pas. Comment agir en pareille situation.

Traitement de la peur en voiture – Traitement de la phobie des transports

Une certaine logique voudrait qu’en cas d’angoisses ou crise d’angoisse, qu’elles aient ou non un lien avec la phobie des transports, le premier réflexe soit de prendre des médicaments (anxiolytique) ou d’essayer de se raisonner pour traiter ce problème de peur en voiture.

Si vous me connaissez et avez lu certains des articles de ce Blog, vous aurez compris que je ne suis favorable ni à l’un ni à l’autre tout simplement parce que cela n’apportera aucune solution à votre problème de peur en voiture. Au mieux, cela vous permettra d’apaiser vos symptômes d’angoisses mais, en aucun cas, cela ne va résoudre votre problème.

Pour commencer à traiter votre problème d’angoisse de conduire ou de peur en voiture, il est important de contextualiser le problème. C’est à dire d’en délimiter et d’en préciser tous les modes de fonctionnement. Je vous invite donc à répondre aux questions suivantes:

  • En quoi est-ce un problème?
  • Que faites vous quand vous y êtes confronté?
  • Que puissiez vous craindre de pire si vous ne trouviez pas une solution à votre angoisse?
  • Quelle est la plus petite et la toute première chose qui, si elle existait, pourrait vous permettre de commencer à avoir moins peur?

Et n’oubliez pas:

“La solution est dans le problème” (Gregory Bateson)

Comment vaincre une phobie de conduire

REGARDEZ CETTE VIDÉO AVANT DE QUITTER CETTE PAGE >>

 |  Frédéric Arminot

48 Commentaires: “Peur en voiture – Angoisse de conduire – Symptômes et traitement”

  1. Bonjour Céline,

    Merci de votre intérêt et de votre confiance. J’espère que la vidéo vous a intéressé. Je reste à votre écoute pour vous apporter toutes les précisions complémentaires que vous souhaiteriez. Je vous souhaite une agréable journée.

  2. céline dit :

    Bonjour,

    Je viens de trouver votre blog (je suis au boulot, donc parcouru en diagonale, mais ce soir je vais non seulement voir la vidéo mais bien tout relire).
    Voilà 22 ans que je vis avec la peur de la voiture aussi bien en tant que conductrice que passagère. Mon stress est tel que je fais des crises d’angoisses. J’ai tenté énormément de chose : l’EMDR, un psy, l’hynpose en vain.
    J’ai hâte d’être ce soir pour pouvoir me consacrer à votre blog. J’espère qu’il m’aidera.

    Cordialement

  3. Bonsoir Chantal,

    Il semble que vous anticipiez à propos de toutes les situations qui vous procurent de l’angoisse, et qui ont un lien avec un accident potentiellement mortel. Cela fait aussi écho à la dimension insupportable pour vous, me semble t’il, de ne pas avoir le contrôle.

    Vous pouvez traiter ce problème aisément et, ainsi, retrouver confiance, dans ce type de situation pour enfin retrouver votre autonomie. A cette fin, je vous invite à regarder cette vidéo:

    Comment ne plus avoir peur en voiture

    N’hésitez pas à me solliciter si vous avez des questions.

  4. delersy dit :

    Bonjour,
    Je vous explique mon problème : je suis passagère et je ne sais pas conduire ; mais c’est de plus en plus insupportable de voyager en voiture.
    Même en ligne droite sans circulation , a vitesse normale , je vois la voiture quitter la route et foncer sur la droite ( arbre , mur ) ou autre obstacle. Peur des camions, des autres voitures, de la vitesse, bien entendu , de passer sur un pont je pense que nous allons tomber, et dans les tunnels, je vois la voiture attirée vers les murs .
    Cela empire et pour finir, je décommande des rdv ou des hobby par crainte et peur .
    Pouvez-vous me dire quoi faire ?
    Merci
    Chantal D

  5. Bonsoir Christophe,

    Merci de votre confiance quant à avoir partagé votre problème avec nous tous. Une petite précision. Plus vous allez vous contraindre, plus vous courrez le risque d’entretenir voire d’aggraver votre problème. Votre cerveau bloque, sur la fois d’un ou plusieurs évènement vécus et subis ayant une des conséquences traumatiques.

    Donc, à chaque fois que vous vous trouvez dans un environnement analogue au(x) traumatisme(s), votre cerveau réactive ses fonctions d’alerte. C’est son boulot! Plus vous irez contre cela, pire cela risque d’être. C’est courageux de votre part mais improductif.

    Il existe une méthode bien plus soft qui vous assure de totalement éliminer votre problème (+94 % d’efficacité). Je vous invite à découvrir cette méthode en regardant la vidéo ci-dessous.

    Bien que, je reste à votre écoute pour répondre à toutes les questions que vous souhaiteriez me poser.

    Comment ne plus avoir peur de conduire

  6. christophe dit :

    Bonjour,
    Je me retrouve complétement dans les symptômes présentés dans cet article.
    J’ai 44 ans et je roule depuis l’âge de 22 ans.
    J’ai parcouru plus de 500.00 km (pro et perso) toujours avec beaucoup de plaisir et sans aucun stress bien au contraire la voiture était une forme de prolongement de moi même où je me sentais bien avec l’impression rassurante de ressentir le véhicule en permanence et de comprendre ses réactions sur la route. J’ai toujours eu une conduite calme et sans excès n’étant pas attiré par le vitesse ou le besoin de sensations fortes ….
    Je n’ai eu que deux accidents mais aucun de grave.

    J’ai eu une fatigue (émotionnelle sans doute) il y a un an qui m’a amené à presque perdre connaissance au volant mais j’ai néanmoins réussi à maintenir le véhicule sur la route et à rentrer chez moi. Pas rassuré par cette expérience j’ai pu recommander à rouler normalement avec juste quelques appréhensions quand j’arrivais à l’endroit où ces produits cet événement (j’y passais tous les jours).
    Finalement j’ai fini par “prendre le dessus” et à pouvoir rouler à nouveau normalement sans peur ou angoisse particulière jusqu’à il y a trois semaines où j’ai vécu le même phénomène sur autoroute et j’ai là du m’arrêter de rouler plusieurs heures avant de reprendre le volant et de pouvoir rentrer chez moi en panique totale.
    Depuis dès que je sais que je dois prendre la voiture je suis anxieux. Le simple fait d’en parler me fait peur. Je me force à rouler mais tout est difficile et plus j’accélère plus c’est dur et les sensations sont fortes (peur, sensation de vertige,…etc). J’ai l’impression de m’ auto-conditionner (je n’arrive pas à penser à autre chose au volant même quand ça a l’air d’aller) qu’il va se passer quelque chose de grave (évanouissement, perte de contrôle du véhicule,…etc)

    Finalement je retrouve un peu d’aisance sur les petites routes, moins sur les nationales et carrément aucune sur les autoroutes…Rien que de l’écrire j’ai des manifestations de vertiges et de peur. J’ai fais des examens qui montrent que je suis en bonne santé physique même si je suis émotionnellement épuisé et stressé.

    Je ne sais pas comment me sortir de cette situation où un moment de plaisir (conduire) s’est transformé en souffrance.

  7. Bonjour Guillaume,

    Le problème que vous rencontrez est surement le symptôme d’un autre problème. Vous “bloquez” sur la conduite automobile alors que, peut-être, est-ce le lieu d’activation de votre attaque de panique et, du coup, pas le problème, ce qui vous induit en erreur.

    Plutôt que de chercher de quoi il retourne, il existe une méthode simple et rapide pour mettre fin à votre problème. Pour cela, je vous invite à regarder cette vidéo: “Comment ne plus avoir peur en voiture

  8. Guillaume dit :

    Bonjour Frederic.
    Tout d’abord merci pour votre analyse et vos réponses à vos commentaire.
    J’ai conduis sans souci pendant 10 ans sans souci en faisant des trajets longs ( bordeaux – Quimper par exemple)
    Un jour , en Rentrant de Quimper , j’ai fais une attaque de panique en voiture alors que je ne conduisais pas.
    Suite à cela, il a été compliqué de reconduire même si j’ai essayé…
    J’ai été suivi par un psy comportementaliste, en faisant du petit à petit , mais plus j’allais vite , plus c’était compliqué ( surtout les douleurs …)
    Bref, je conduis sans trop de souci sur des routes à maxi 60 mais après ça devient compliqué …
    Je suis aussi dans l’anticipation, détournement …
    je plains vraiment les personnes qui ont ce genre de problème.
    Bon j’arrête la même si ca n’a pas été facile d’écrire tout ça ( merci l’hypersensibilité ) 🙂
    Merci de votre aide et je vous souhaite une bonne soirée /journée,
    Guillaume

  9. Bonjour Pascal (ou Pierre?),

    Pour résoudre facilement votre problème de peur en voiture et retrouver votre autonomie comme la sérénité, je vous invite à suivre ce lien. Bien sur, je reste à votre écoute pour vous apporter toutes les précisions que vous souhaiteriez: “Comment ne plus avoir peur en voiture

  10. pierre dit :

    peur de conduire en voiture que faire

  11. Bonjour Brianna,

    Avant toute chose, merci de votre confiance et d’avoir partagé votre expérience avec nous tous. Effectivement, les problèmes d’angoisse au volant ou de peur en voiture sont généralement mal perçus et tout aussi mal compris. Et pourtant, c’est un vrai problème pour les personnes qui en sont victimes et qui en conçoivent honte et culpabilité. Mais, à tout problème, sa solution!

    Pour retrouver votre autonomie, pour retrouver confiance en vous et, ainsi, ne plus avoir peur au volant, ou ne plus stresser en voiture, je vous invite à regarder cette vidéo. La solution qui vous y est proposée est simple et rapide: “Comment ne plus avoir peur en voiture

    N’hésitez pas à me solliciter si vous avez des questions ou besoin de précisions.

    Je vous souhaite un agréable WE.

    Frédéric

  12. Brianna dit :

    Bonjour,
    Tout d’abord merci pour votre article qui peut aider les gens en difficulté ! C’est un thème qui est vraiment tabou dans notre société vu que la conduite semble être quelque chose d’assez évident et accessible à tous.

    J’ai passé le permis en 2008 sous la pression de mon entourage (j’avais 27 ans alors). Je l’ai obtenu sans soucis mais j’étais très stressée et crispée pour la conduite (mal au ventre avant chaque leçon…). Le moniteur m’a d’ailleurs glissé une petite phrase lorsque je suis passée lui dire que j’avais obtenu le permis “vous avez eu vraiment un coup de chance” !
    Il est vrai que j’avais loupé les créneaux… Mais je crois que ça a contribué à mon manque de confiance et à établir la sensation que je n’étais pas capable de conduire seule.

    Bref depuis je n’ai jamais conduis sauf quelques fois accompagnée. J’ai eu des enfants entre temps et j’ai trop peur de conduire si ils sont dans la voiture avec moi donc ça me donne une bonne excuse !

    Maintenant je dois chercher du travail et comme nous avons déménagé en province il va me falloir conduire et je suis au pied du mur. J’ai conduit un peu avec un ami qui trouve que je conduis très bien mais que je manque énormément de confiance en moi.

    Voici mes sensations au volant :
    – impression de ne pas maîtriser ni comprendre mon véhicule
    – impression de ne pas maîtriser ce qui m’entoure (les priorités, faire attention aux piétons, à ma vitesse, à la signalisation, aux autres voitures… ça me semble trop dur)
    – peur de causer un accident, de faire du mal à quelqu’un
    – peur des réactions des autres usagers (si j’avance pas assez vite, si j’ai des réactions absurdes comme un freinage intempestif)
    – peur de ne pas arriver à me garer quand j’arrive à destination (eh oui !!)
    – peur de me perdre sur un trajet non connu, de ne pas arriver à trouver mon chemin

    Avec la somme de toutes ces peurs, me voilà coincée. Je n’arrive pas à me motiver même à faire le tour du quartier avec la voiture de mon mari 🙁

    Auriez-vous des conseils à me donner pour dépasser mes angoisses et me libérer de ce poids ? Je me sens coupable, idiote, et dépendante.

    Merci

    Brianna

  13. Bonjour Emilie,

    Je vous trouve un peu dure avec vous même. Exiger de vous de conduire dans une circulation très dense au terme d’une longue période sans conduire, n’est-ce pas le meilleur moyen de vous faire du mal?

    Je pense opportun que vous repreniez le volant, de façon souple et progressive, sur des petites routes pour commencer, sans vous forcer. Puis, le temps aidant, quand vous reprendrez de l’assurance, de prendre des voies rapides mais pour un temps très limité, en des moments où la circulation est fluide.

    Enfin, quand vous vous sentirez prête, d’envisager de reprendre l’autoroute en direction de Lille, de chez vous à la première sortie, puis de retourner chez vous. Enfin, de tenter cette expérience chaque jour en roulant jusqu’à la deuxième sortie, puis la troisième, etc… Chaque jour un peu plus, si vous vous sentez en capacité de ile faire. Dans le cas contraire, ne vous forcez surtout pas. Enfin, en roulant sur des voies rapides à des heures où la la circulation est fluide puis de moins en moins fluide.

    Vous prendriez ainsi le temps de vous acclimater aux risques anxiogènes de la circulation. Ne pas agir de la sorte serait comme d’exiger de vous de satisfaire aux épreuves du baccalauréat alors que vous êtes en CE1…

    Si le problème persiste, informez l’en et nous verrons quoi faire. Vous nous tenez au courant? Bon WE Emilie.

  14. Waterlot Emilie dit :

    Bonjour,

    J’ai 23 ans et j’ai eu mon permis le 14 février sur Lille. Je viens d’acheter ma première voiture hier et mon premier trajet pour aller jusqu’au travail (que de l autoroute) ne s’est pas bien passé: beaucoup de trafic, difficulté à me faire à la voiture (j’ai une C2 alors que j’ai appris à conduire sur une Clio 4 que je maîtrisais très bien), trajet que je ne connaissais pas. Il est vrai que je ne suis pas aidée car sur Lille le trafic est très dense et souvent dangereux…surtout pour des jeunes conducteurs. Depuis que j’ai eu mon permis, je suis angoisée de conduire seule car au départ je n’arrivais pas à conduire la voiture de mon copain à cause du passage diesel/essence auquel je n’ai jamais réussi à me faire (du coup j’ai quasiment pas conduis depuis l’obtention de mon permis)…cela à créé une angoisse chez moi car je ne me sentais pas en sécurité. Je pensais qu’en m’achetant ma voiture cela irait mieux mais tout à l’heure je suis rentrée en larmes chez moi car mon trajet a été éprouvant moralement. J’ai peur de rester sur cette mauvaise expérience et de ne plus arriver à conduire. J’aimerai me sentir plus à l’aise au volant et de ne plus avoir peur de causer un accident.

  15. Bonjour Franck,

    De la façon dont vous posez le problème, et comme souvent dans des situations analogues à la votre, s pose la question de l’affirmation de soi. Ensuite, celle de vos symptômes physiques facteurs d’angoisses.

    Je comprends que vous soyez tenté de vous convaincre que plus vous ferez de quelque chose, mieux vous irez. Permettez moi cependant de douter d’une telle action, ou phrase magique. C’est un peu comme si vous disiez: “Si j’arrive à pied au feu rouge avant cette voiture, je ne serais pas angoissés”.

    Sur la foi de ce que vous m’écrivez vous êtes confronté à un blocage récurrent, lequel réactivé de façon plus ou mois régulière, les angoisses dont vous me dites être victime. In fine, et quelle que soit votre bonne volonté, le problème n’est pas résolu.

    Vous pouvez envisager un suivi thérapeutique mais il est à craindre que pour bénéficier d’une pris en charge, donc d’un remboursement – très partiel -, vous soyez “obligé” d’en passer par un médecin psychiatre, et des médicaments. Charge à vous d’assumer une certaine perte d’autonomie et d’effets secondaires.

    Vous pouvez aussi faire le choix d’utiliser le programme thérapeutique en ligne que j’ai conçu, lequel ne vous prendra pas plus de 15 minutes par jour, et vous offre 94 % de réussite.

    Pour regarder la vidéo de présentation de ce programme, je vous invite à cliquer sur ce lien: Peur de conduireUn programme thérapeutique adapté à votre cas

    Bien sur, je suis à votre disposition pour vous apporter toutes les précisions que vous souhaiteriez.

  16. franck dit :

    Bonjour,

    Cela fait 12 ans que j’ai le permis sans avoir eu aucun accident. En décembre j’ai été en vacances et c’est mon frere qui a conduit. Une conduite sportive à 110 130 derrière le cul d’une voiture sur autoroute sans respect de la distance de sécurité. Je regardais la route et j’avais envie de freiner. J’ai angoissé pendant 5 heures à l’aller et 5 heures au retour. Puis j’ai eu une otite qui a empiété sur les lobes occipitaux j’avais des problèmes de vision dans l’espace j’avais des vertiges et à partir de ces deux évenemments j’ai développé une angoisse. aujourd’hui ma vue est redevenue normale mais l’angoisse que j’avais développé à ces deux moment là perdure encore. J’angoisse continuellement à la maison mais je ne peux pas ne plus conduire. Il y a des jours où la conduite se passe bien et d’autre ou je perds tout mes moyens mais je garde mon sang froid mais ce n’est pas plaisant, ou je m’interroge sur comment tourner le volant des choses qui étaient automatique autre fois. je ne suis pas tellement d’accord sur votre idée d’arreter de conduire je suis prudent et je reste en ville à 50 km h.

    J’ai le sentiment que plus je conduirai plus ca ira mieux. En effet j’ai remarqué qu’au bout d’un petit moment sur la route mes angoisses disparaissent et la conduite redevient un plaisir. Mais les périodes d’angoisse restent imprimé dans ma mémoire toute la journée .quand je reviens en voiture les angoisses ont disparu puis au bout de quelques heures elles reviennent.. je pense qu’il faut multiplier les expériences positives en voiture pour réhabituer le cerveau à associer plaisir automatisme et conduite. Mais voila j’aimerai savoir s’il y a un moyen de contacter une autoécole pour faire des balades en voiture mais cela à un cout. savez vous si il y a une prise en charge de cette phobie.

  17. Bonjour Ronny,

    Avant tout je vous suis reconnaissant de vos encouragements. Pour répondre à votre question quant à votre peur en voiture, il semble que vous soyez victime d’un problème d’anticipation, ce qui est le propre des angoisses. Imaginer sans savoir.

    De fait, la peur de perdre le contrôle, et/ou de ne pas avoir le comportement adapté en situation renforce votre peur ce qui génère des modes de communication intra psychique et inter relationnel (avec votre épouse) difficile et douloureux. Dans les 2 cas,vous cherchez à satisfaire un besoin que vous n’arrivez pas à maitriser d’une part, et qui n’est pas entendu, donc compris et accepté, d’autre part.

    Plutôt que de vous faire un long discours sur le sujet, je vais me permettre de vous adresser un mail afin de vous préciser quoi faire.

    Je vous souhaite une belle journée. Bien à vous.

  18. Ronny dit :

    Bonjour
    Article intéressant. Je vous soumets mon problème : j’aime bien voyager même si une petite angoisse y est toujours associée. En tous cas j’adore prendre le train et l’avion ! La terre est si belle et si diverse vue d’en haut. Mon problème c’est la voiture. Je suis toujours inquiet que je sois passager ou conducteur. Mon problème est de constament penser à anticiper les erreurs que d’autres usagesrs pourraient commettre. Je me dis souvent ,”si quelqu’un sort de ce virage en face de moi, ou dois je jeter la voiture?”. Du coup je conduis plutôt lentement et mon épouse dis que je conduis comme une femme, ce que perso je prends comme un compliment. Par ailleurs, je suis très inquiet sur autroute en raison de la vitesse. 125/130 maxi me conviennent encore, mais mon épouse a le pied lourd et en Allemagne elle peut rouler à 160. Cela me rend physiquement malade et génére des tensions entre nous quand je lui demande de ralentir… Que faire? Merci. Ronny

  19. Bonjour Iléon,

    Je vous suis reconnaissant de votre témoignage comme de vos encouragements.

    A la lecture de votre commentaire, il y a de fortes présomptions pour que votre problème soit le symptôme d’un autre problème. Conduire induit souvent une exacerbation de nos responsabilités. Un peu comme lorsque l’on est à moto. Cela nécessite d’être vigilant à 360° (et pas seulement si l’on considère les conséquences psycho sociales d’un accident).

    D’ailleurs, vous l’écrivez vous même. Lorsque vous êtes seule sur la route, tout va bien, le plaisir de conduire est là. Ce qui laisse entendre que dès que d’autres véhicules sont présents et proches de vous, votre hypersensibilité et votre hyper vigilance s’éveillent. Or, plutôt que de vous permettre de vous sécuriser, ces facteurs génèrent l’effet inverse. Cela est parfois si violent qu’il vous est arrivé de craindre de vous évanouir au volant, écrivez vous.

    Votre anticipation constante a fait que ce qui pouvait être une solution hier, est devenu un problème aujourd’hui. Vous avez perdu le contrôle du contrôle. Le fait que vous ayez subi une opération n’est peut-être que le point de départ de symptômes plus importants, et sans lien effectif avec votre problème (même si un-e- psychanlyste s’empresserait de dire que la sphère abdominale est le siège des émotions, ce qui n’est pas faux).

    Il existe une solution simple à votre problème. Laquelle solution peut vous aider à retrouver confiance en vous dans ce type de situation anxiogène, et vous permettre de conserver du plaisir à conduire, même dans des situations de tension.

    L’idée globale consiste à faire de votre besoin de vous sécuriser un outil constructif, et non quelque chose qui se retourne contre vous. Ou, pour le formuler autrement, agir de sorte à ce que votre hypersensibilité soit un élément d’épanouissement et non plus un problème.

    A cette fin, je vous suggère donc de regarder cette vidéo: Peur de conduire – Une solution simple et rapide

    Bien sur, je reste à votre entière disposition pour vous apporter toutes les précisions que vous souhaiteriez. Je vous souhaite un excellent WE Iléon.

  20. Iléon dit :

    Bonjour,
    Merci d’avoir créé ce site d’informations sur une problématique totalement méconnue.
    J’ai 45 ans et souffre depuis 15 ans de crises de panique très violentes en voiture.
    Mes symptômes sont tellement intenses que je me sens perdre connaissance au volant. Je rejoins le témoignage de la personne qui craint de causer un accident, des morts….j’arrive à visualiser la scène funeste !
    Je ne peux conduire que sur de petites nationales. Dès lors que celles- ci deviennent trop droites et qu’il s’agit de rouler vite (90km/h ) je sens apparaître les symptômes.
    Si aucune voiture ne me suit, que je suis seule sur la route, je suis extrêmement à l’aise . Aucun problème….un véritable plaisir.
    Avant mes 30 ans je n’avais aucun souci. Tout est apparu après une lourde opération chirurgicale intestinale suite à laquelle je perdais régulièrement connaissance par faiblesse(manque de nutriments). Je me pose la question si cela ne pourrait pas être physiologique.
    Actuellement tout est stabilisé au niveau de mes prises de sang….mais le probleme perdure et s’accentue.
    Je suis de nature anxieuse en constante hypervigilence et hypersensible …mais j’arrive à maîtriser ces états là sans souci.
    Merci de votre réponse et bravo pour ce site.
    Iléon

  21. Bonjour Marine,

    Je vous suis reconnaissant d’avoir partagé votre expérience avec nous tous. Quoi de plus normal d’avoir peur en voiture après ce que vous avez vraisemblablement vécu comme un traumatisme.

    De fait, je ne pense pas que vous paniquez pour rien. En effet, à chaque fois que vous êtes en voiture, et sans que les conducteurs (votre maman ou votre compagnon) ne soient en cause, vous revivez l’évènement initial, et avez peur de le revivre encore une fois, voire que les conséquences de cette nouvelle fois soit pire que la première. Comment ne pas être crispée dans ces conditions?

    Cela ne pourra s’atténuer, et disparaître, qu’à la seule condition que vous soyez aidée à débloquer ce traumatisme anxiogène. A cette fin, et si cela vous intéresse, je vous invite à regarder une vidéo pour traiter votre peur en voiture.

    Bien sur, je reste à votre disposition pour vous apporter toutes les précisons que vous jugeriez nécessaires.

    Bien à vous.

    Vidéo – Traitement de la peur en voiture

  22. Marine dit :

    Bonjour
    Il y a 6 mois mon conjoint a fait une sortie de route pour éviter la voiture devant nous, moi, enceinte de 2mois, mon conjoint et ma fille de 14mois nous sommes retrouvés dans le fossé. Bien que n’ayant que des dégâts matériels, j’ai maintenant très peur en voiture.
    Quand on arrive sur des routes de campagne avec des fossés je suis complètement crispée et s’il s’approche selon moi un peu trop près du bord je panique, et fait, en même temps, paniquer le conducteur qui n’est autre que mon conjoint, imaginez quand on croise une voiture sur les route étroites !
    J’ai peur également quand il double ou quand on nous double sur les grandes routes, peur qu’on se prenne la rembarde de sécurité de gauche,
    Il est encore conducteur novice et me fait parfois des frayeurs n’ayant pas les mêmes réflexes qu’un conducteur expérimenté.
    Encore avant hier on a failli rentrer dans un camionnette dans l’entrée d’un rond point car il n’a l’avais pas vu, et hier sur l’autoroute sans s’en rendre compte il sortait de sa ligne et allait vers la gauche, resserrant la voiture qui nous doublait jusqu’à ce que je lui demande ce qu’il faisait. Et pourtant ça ne nous empêche pas de rouler et d’aller se promener de partir ,je n’ai pas peur de monter en voiture.
    Par contre en ville tout va bien, je n’ai pas eu trop de crispations.
    Je n’ai pas encore le permis j’attends l’accouchement pour reprendre mes heure de conduite mais j’ai déjà fait 20h et tout se passe bien si ce n’est que les fossés que je n’aime pas serrer et ou j’y roule un peu trop lentement sur ces petites routes, d’après mon moniteur. Je n’ai eu l’occasion que de doubler une seule fois sur une voie express et je n’étais as rassurée d’autant que c’était un camion donc j’imagine que ça reste encore normal.
    Cette nuit, et d’ailleurs je n’arrive plus à dormir à l’heure ou j’écris, j’ai rêvé en boucle 5-6 fois la même image, celle de gratter la rembarde de sécurité à gauche.
    Si j’ai peur même dans mon lit, ça devient très dur maintenant.
    Je pensais n’avoir peur en voiture qu’avec lui mais ayant fait de la route avec ma maman qui a pourtant 30 ans de permis, excellente conductrice et conductrice de bus au quotidien, si l’on se retrouve dans ces situations ( route de campagne, doubler sur grandes routes…) Je suis crispée aussi, alors qu’avant je dormais comme un bébé en voiture avec elle. Est ce moi qui panique pour rien ? Est ce que ça va s’atténuer quand j’aurai accouché sachant qu’on aura les 2 bébé à l’arrière ?

  23. Bonjour Liliane,

    Vraisemblablement, vous êtes dans une anticipation constante quand il s’agit de conduire. Cela fait écho à ce traumatisme issu de l’accident dont vous parlez. Un peu comme si vous redoutiez constamment que la même scène, avec les mêmes conséquences, se reproduise et que, comme la première fois, le contrôle de la situation, comme de ne pas arriver à défendre vos droits (constat), vous échappe, voire pire.

    Le seul moyen de retrouver la paix, la seule possibilité de retrouver votre autonomie, et de ne plus avoir peur quand vous conduisez, est d’utiliser la bonne méthode pour mettre fin à ce traumatisme. Pour ce faire, je vous invite à regarder cette vidéo:

    Comment retrouver le plaisir de conduireComment ne plus être angoissé en voiture

    N’hésitez pas à me contacter si vous avez besoin de précisions. Je vous souhaite une belle journée Liliane.

  24. paoume dit :

    bonjour il y a presque 3ans qu’un monsieur m’a racroche ma voiture j(etais a l’arret au feu qui ne fonctionnait plus a cause d’un accident arrive dans la nuit un monsieur presse par des clakons m’a depasse au carrefour au moment ou je démarrait le constat mal fait les assurances on conclut 50 /50 et depuis ce jour j’ai une angoisse terrible quand je dois prendre ma voiture ce qui me bloc chez moi je ne la prend que lorsque je ne peut pas faire autrement qui peut me dire quesque je dois allez voir pour me retirer cette angoisse j’ai mon permis depuis mars 1980 merci de me dire ce que je peux faire cordialement

  25. Bonjour,

    Votre problème de crise de panique initiale semble être associé à un déménagement. Nous pourrions donc hypothéquer une peur projective liée à cet emménagement puis, de fait, que cette peur en voiture est surement le symptôme d’un autre problème. Mais ce n’est qu’une explication.

    Conduire, et donc se déplacer en auto, laisse entendre plein de choses, et la façon dont nous percevons ces choses (responsabilité, engagement, accidentologie, satisfaction d’objectifs, etc.).

    Pour trouver une solution à ce problème qui me semble assez simple à résoudre, malgré toutes les difficultés évidentes qu’il représente pour vous, je vous suggère de regarder la vidéo ci-dessous:

    Comment ne plus avoir peur de conduire

    N’hésitez pas à me contacter si vous avez besoin de précisions complémentaires.

    Je vous souhaite une excellente journée.

  26. Cadeau dit :

    Bonjour,
    Jeune, l’idée d’apprendre à conduire m’angoissais. En effet, je n’ai pas peur en voiture avec quelqu’un d’autre. Mais, je suis angoissé quand je suis au volant. J’ai eu le permis très difficilement mais je l’ai eu. Je prenais confiance petit à petit à dans ce nouveau rôle. Il y a deux ans, j’ai réalisé un voyage long toute seule pour un déménagement pendant ce voyage, j’ai fait une crise de panique au point d’être à deux doigts de faire un malaise. Après cet événement, j’ai eu une peur bleu de conduire au point d’en pleurer avant de prendre la route. Je faisais une crise pour que mon mari prenne le volant. J’essaye petit à petit à reprendre le volant mais toute seule, je n’y arrive pas. Aujourd’hui, pour des raisons professionnelles, je suis en région parisienne. Ce contexte ne favorise pas le fin de cette peur. J’ai vraiement besoin d’aide car j’aimerais que la voiture devienne un plaisir et pouvoir faire des trajets seules sans peur, sans angoisse et sans panique.
    J’attends vos conseils,
    Cordialement, Coralie

  27. Bonjour,

    Situation assez classique que celle où tout le monde a peur, du conducteur au passager, le premier ne comprenant pas le second, qui en éprouve plus de peur encore, alors que le second a toutes les peines du monde à expliquer le pourquoi du comment, et se sent d’autant moins compris qu’il ou elle se sent coupable. Avec un biais, et pas des moindres, la relation de couple, ou quand les sentiments relationnels participent au problème et pose la question du respect de chacun. Pas simple, et pourtant plus simple que vous ne le pensez à résoudre.

    Pour trouver la solution, retrouver la paix, tant en voiture, que dans votre couple, je vous invite à regarder cette vidéo: Peur en voiture

    Bien à vous.

    Bien à vous.

  28. daumas dit :

    bonjour
    des que je monte en voiture avec mon epoux j ‘ai toujours peur d ‘avoir un accident on se dispute a chaque sortie
    j ‘ai peur a un rond point qu il coupe la route ,il me dit que j ai un probléme de vu, en faite j ‘ai souvent l ‘impréssion que les voitures viennent sur nous quand on croise une voiture!! donc je crie ou je freine a sa place tout en etant a ma place coté passager je suis crispé et beaucoup angoissé,nous sommes arrivé ou il refuse de prendre le volant
    a mes cotés car il monte dans les tours s “énerve et quand c est comme ca il accélere de colére va se garé sur le coté de la route en me donnant le volant et vu que moi meme je n ‘arrive pas a lui expliquer pourquoi je suis dans cette etat peut etre par peur on se dispute méchament j ‘ai vraiment besoin de vos consils pour savoir qui consulter car cette situation est en train de briser notre couple merci beaucoup

  29. Bonjour,

    Je pense que vos comportements de panique sont liés à vos anticipations. Sans doute avez-vous peur de ne pas savoir tout gérer, rétros, angle mort, débrayage, passage de vitesse, etc.) et, du coup, vous n’arrivez plus à faire ce que vous savez faire.

    Pour résoudre ce problème et, du coup, retrouver votre calme, votre détermination et, partant, votre autonomie, je vous invite à regarder la vidéo suivante:

    Peur de conduire – Angoisse au volant

    Bien sur, je suis à votre disposition pour vous apporter toutes les précisions que vous souhaiteriez. Merci pour votre confiance.

  30. PIERLOT dit :

    Bonjour,

    Je suis une maman de quatre enfants. J’ai passé l’examen du code il y a deux semaines, je l’ai obtenu du premier coup. La conduite s’avère plus compliquée. Je suis à la huitième heure et j’oublie encore de débrayer avant de changer de vitesse… j’ai peur d’accélérer et quand je fais une bêtise je perds tous mes moyens et mes mains tremblent, c’est horrible! Le fait de devoir faire plusieurs choses en même temps (rétros, angle mort, débrayer, passer la vitesse…) me fait paniquer ensuite c’est n’importe quoi! Le souci c’est que je n’avance pas beaucoup dans l’apprentissage et que je commence à appréhender les leçons de conduite. Je connais bien les étapes mais lorsque je suis au volant, tout s’envole.

  31. Bonjour Vincent,

    Je vous exprime toute ma gratitude pour la richesse de votre partage. Les crises d’angoisses dont vous souffrez peuvent être contrôlées. Vous pouvez, si vous le désirez, sortir de cette prison que vous évoquez.

    Pour ne plus jamais avoir l’impression d’être emprisonné, je vous invite à regarder cette vidéo: Comment ne plus avoir peur en voiture

  32. Bonjour,

    Je suis ravi que vous ayez vu, je cite, “une lueur d’espoir”. Er ce d’autant plus que j’ai appris dans l’intervalle que vous vous étiez inscrite à la méthode comportementale ACT pour traiter votre problème.

    Vous allez constater de rapides progrès. Bravo pour votre courage.

    Bien à vous.

  33. Pierre dit :

    Bonjour,

    Depuis tout jeune, j’aime bouger. J’ai souvent voyagé en voiture, et en train. Je me souviens de ces interminables trajets en voiture qu’il fallait endurer pour rejoindre la Côte d’Azur depuis Paris. Ils étaient longs, mais ne me dérangeaient pas. Durant mon enfance, j’ai subis un traumatisme lié à la vitesse (un tour en Porsche qui ferais rêver plus d’un gosse, sauf que l’effet n’a pas fonctionné sur moi, au contraire). Depuis cela, il m’est arrivé de faire des “mini crises d’angoisses” à chaque fois que la personne qui me conduisait prenais quelques libertés avec la pédale de droite. Mise à part ça, rien a signaler jusqu’au jour où il est venu le temps de passer le permis.
    Durant mes heures de conduite, des symptômes sont arrivés. Absolument pas au courant d’être “atteint” par les troubles évoqués dans l’article, j’ai donc entamé mes premières heures sans aucune appréhension mais rapidement, des symptômes sont arrivés (principalement sur les grands axes). Quand j’y pense, je ne serais même pas capable de repasser mon permis…

    Je pense que le pire dans notre mal-être, est de devoir le cacher aux autres, de devoir tout faire, pour ne pas se retrouver dans des situations qui pourraient déclencher une crise ou autre. J’ai souvenir peu après avoir passé le permis, avoir emmené ma mère et ma soeur quelque part et sur l’autoroute, à l’approche d’une importante descente, j’ai été victime d’une crise foudroyante. Je suis passé de la file de gauche à la bande d’arrêt d’urgence d’un coup, traversant 3 voies et manquant de peu de heurter toutes les voitures qui se trouvaient sur la route. Suite à cela, j’ai décidé de ne plus reprendre les autoroutes. Mais voila, mon travail comme beaucoup de gens, m’a contraint a prendre la route (il faut savoir qu’au début j’y allais en train, mais suite à des crises d’angoisses répétées, je ne peux plus monter non plus à bord d’un train). Alors pour faire mes 50km, je n’ai jamais pris l’autoroute non, j’ai emprunté un mélange complexe de départementales, et de villes encombrées. Aller au travail relevait du parcours du combattant. Apres un an j’ai fini par quitter mon travail car ce mal-être qui était partit d’une simple angoisse au volant ronge désormais ma vie et fait de moi ce qu’il veut. J’ai du mal à conduire, je n’ose plus monter dans un train, un avion ? n’en parlons même pas et je suis aussi sujet à des crises dans des lieux fermés comme des salles de concert, ou encore des centres commerciaux.

    Bref, comme une autre personne l’a dit avant moi, j’ai l’impression d’être emprisonné. Le plus terrible est que je suis quelqu’un qui aime voyager, découvrir, partir à l’aventure mais tous ces symptômes sont en totale contradiction avec mon caractère. Je n’en peux plus de mentir, trouver des excuses pour ne pas sortir trop loin en voiture, sans cesse regarder google map pour voir si le trajet comporte des grands axes etc… Ce mal-être nous empêche de vivre, le temps passe et j’ai l’impression que rien ne bouge. Pour preuve, un ami m’a proposé de faire l’aller-retour en voiture en Belgique dans la journée afin d’aller modifier sa voiture, mon coeur dis oui, mais tout le reste me dit “tu auras peur, tu vas criser, il ne va pas comprendre ton attitude…” et donc qu’ai-je fait ? J’ai refusé, encore une fois.

    Bref, courage !

  34. Xmeux dit :

    Bonsoir
    Depuis mon adolescence je suis sujette aux crises de paniques qui je focalisent variablement sur telles ou telles situation.
    Depuis plusieurs annees c’est sur la conduite que se sont ancrees mes angoisses. Autrefois je pouvais effectuer les trajets que je voulais mais ayant eu des crises de panique au volant tres traumatisantes pour moi jai de plus en plus restreint ma capacite a conduire pour ne pouvoir me deplacer seule que dans ma petite ville… dès que je passe le panneau barré je commence a ressentir tous les symptômes de la crise dangoisse et a paniquer…. toutes mes tentatives de confrontation avec ma peur echouent et se terminent en crise d’angoisse… je ne sais plus que faire et suis desesperee de pouvoir guerir un jour. Je suis sous antidépresseur et ai suivi un paquet de psychotherapie en vain… je ne crois plus au miracle mais votre site me redonne une lueur d’espoir…

  35. Bonjour Brigitte,

    Merci pour votre partage! Je vous invite à cliquer sur le lien ci-après afin de découvrir la solution à votre problème: http://larevolutionmentale.com/angoisse/

  36. DESITTER dit :

    Pour la première fois j ose le dire j ai peur de conduire depuis 20 ans ! Je connais bien toutes les ruses pour éviter ou contourner un trajet ! Et quel énergie pour donner le change ! Car personne ne comprend ☹️
    Bref ce “véhicule “qui peut être synonyme de liberté pour les autres… Me réduit à être en “prison” chez moi.
    JE VEUX ÊTRE LIBRE !

  37. Bonjour Patrick,

    Je vous suggère de regarder une vidéo qui peut vous aider à traiter votre problème. Une fois regardée, je vous invite à reprendre contact avec moi par mail (barre rouge en bas à droite de votre écran quand vous êtes sur mon blog).

    Pour regarder la vidéo, je vous invite à cliquer sur le lien suivant: Angoisse en Voiture

    Bien à vous. Frédéric

  38. ALBOUY dit :

    Bonjour Monsieur Aminot,
    J’ai une phobie au volant depuis plus de 15 ans malgré plusieurs années de psychothérapie, des séances en sophrologie, un accompagnement en thérapie biodynamique et il n’y a pas très longtemps en hypnose, n’ont pas apporté d’amélioration bien au contraire….Aujourd’hui je ne sais pas quoi faire et je ressens un grand désespoir. Pouvez-vous me conseiller ?
    Merci d’avance
    Cordialement,
    Patrick

  39. Bonjour,

    Je vous suis reconnaissant de votre confiance et de votre partage d’expérience. Pour répondre à votre question, je crains qu’une fois vos douleurs guéries, cela ne suffise pas à apaiser vos peurs, ou mieux, à les neutraliser. Il sera sans doute nécessaire que vous bénéficiiez d’une prise en charge comportementale adaptée pour traiter votre traumatisme et vos peurs issues de cet accident.

    Je reste à votre écoute pour vous apporter toutes les précisions que vous souhaiteriez. Bien à vous.

    Frédéric

  40. Lsly dit :

    Bonjour
    Victime d’un accident de la route il y a 8 mois je suis restée immobile pendant 1 mois donc je n’ai pas pu reprendre le volant aussitôt ce qui a conduit à un stress post traumatique en voiture…. A force de dépassement de soi j’ai réussi à recommencer à conduire en ville dans la zone de confiance bien délimité …. Sortir de cette zone m’est très difficile si mon conjoint n’est pas à mes côtés pour me calmer et me rassurer. On m’a mis sous seroplex 20mg et direction un psychiatre et un psychologue …. Mais ma peur elle est toujours au même niveau …. Mais le principal souci de cette peur c’est que je suis commerciale sur plusieurs départements ce qui implique bcp de voiture, d’autoroutes, sortir de ma zone de confiance sans mon conjoint … Juste d’y penser j’en ai une boule au ventre… Depuis l’accident je suis en Arrêt de travail car il y a des complications médicales en plus de cette peur … Qu’en pensez vous ? Est ce qu’une fois mes douleurs guéri la peur va s’estomper au fur et à mesure que j’oublierai l’accident ?

  41. Bonjour Yannick,

    Afin de vous conseiller et vous orienter au mieux de vos intérêts, je vous invite à bénéficier d’une consultation gratuite de diagnostic. Pour bénéficier de cette consultation gratuite, cliquez sur ce lien: https://fredericarminot.com/calendrier/

    A bientôt Yannick.

  42. Dehoux Yannick dit :

    Bonjour,

    je m’appelle Yannick et j’ai 23 ans. Depuis mes 18 ans je sais que je peux passer mon permis de conduire. Mais je l’ai toujours reporté, sans raison. je suis en couple depuis 4 ans avec une personne qui a son permis et qui me pousse a le passer. j’ai passé 4x le code depuis et je l’ai raté parce que je me mets une pression monstre sur les épaules. je m’imagine au volant d’un véhicule et je panique. Quand je suis en voiture, j’ai des maux de ventre et la tete qui tourne. J’ai besoin de mon permis pour trouver un emploi. Que puis-je faire pour trouver la ou les raison(s) de ma peur en voiture.

    Merci à vous

  43. Bonjour Célia,

    Je comprends l’importance pour vous d’obtenir votre permis de conduire, en plus du fait que cela vous offrirait une autonomie certaine et… une image positive d e vous même.

    Par souci de vous conseiller et vous orienter au mieux de vos intérêts, je vous invite à bénéficier d’une consultation gratuite de diagnostic. Pour bénéficier de cette consultation, je vous invite à claquer sur le lien suivant: https://fredericarminot.com/calendrier/

    Dans l’attente. Bien cordialement.

  44. Lmr dit :

    Bonsoir,

    Je vous remercie de votre réponse et de votre attention.
    Ce serait en effet un problème de reporter le permis, j’en ai besoin pour me déplacer jusqu’au lieu de mes études à la rentrée prochaine et mes parents ne pourront pas toujours m’emmener… je peux toujours prendre le bus, mais je refuse de trouver à chaque fois une alternative au permis. Si je reprends l’année prochaine voire encore plus tard, mon code ne sera plus valable, et je ne voudrais pas non plus que mes parents paient une nouvelle fois l’ensemble “code + permis”. Je dois l’obtenir au mieux cette année, mais en ayant le dessus sur cette peur et cette pression, comme vous l’avez justement vue.

    Cordialement,

    Célia

  45. Bonjour Célia,

    Serait-ce un problème pour vous que d’accepter que vous n’êtes pas prête à conduire? Que peut-être, il serait mieux de reporter le passage de votre permis à une date ultérieure? Je crains qu’en vous mettant la pression comme vous le faites, en plus de celle que vous subissez (courroux de vos parents), vous craignez de ne pas être à la hauteur qu’inconsciemment vous participez à votre problème.

    Dans l’attente de votre réponse. Bien à vous.

    Frédéric.

  46. Lmr dit :

    Bonsoir,

    Je m’appelle Célia et je vais avoir 20 ans, j’ai obtenu mon code il y a deux ans et j’ai fini mes 20heures de conduite réglementaires l’année dernière. J’ai répondu aux questions que vous avez numérotées plus haut, et le problème qui revient souvent concerne “les autres”.
    Je m’explique :
    Tous les jeunes (de mon âge, plus, ou pire, moins…) autour de moi ont le permis. J’ai vu et félicité tous mes amis, ma soeur, mon copain, des amis d’enfance… et je me projetais quelque part en me demandant quand je l’aurai à mon tour. Mais lorsqu’il a fallu conduire, j’avais très peur de ce que les moniteurs pourraient penser de ma conduite, et lors du “bilan” de fin de cycle de conduite, j’ai explosé en larmes lorsque le moniteur a annoncé que j’étais très loin d’un niveau permis, et je cite. Je savais bien que ma conduite n’était pas excellente, et pourtant j’étais très déçue. Reprendre le volant est très difficile, je recule toujours et toujours, au point que mes parents désespèrent et me font de temps en temps des remarques lasses dans des soupirs d’exaspération. Au volant, je déteste quand quelqu’un est derrière moi, me “colle”, j’ai peur qu’on me klaxonne, de rentrer dans quelqu’un, d’exister, en somme, sur la route, en tant que conductrice. J’ai honte de moi, et de ne pas avoir de conviction assez forte pour arriver à dépasser cette peur et me rendre fière, ainsi que mon entourage. J’ai même peur d’aborder le sujet du permis quand je suis avec les parents de mon copain…
    Le problème est que je n’ai pas de fameux déclic, je sais que c’est une nécessité, j’ai conscience que mes parents paient cher et que j’en ai besoin pour une autonomie et indépendance future. Mais je ne trouve rien pour me motiver, ma soeur me dit que c’est la perspective d’en finir avec le permis qui l’a, elle, motivée. Mais moi je recule…

    Après des heures et des heures de noeuds dans l’esprit, j’avais besoin d’en parler, merci pour votre article et peut être merci d’avance pour votre réponse,

    Cordialement

  47. Bonjour Brigitte,

    Votre situation de stress au volant s’apprenne à des crises de panique au cours desquelles vous êtes émotionnellement sidérée au point d’oublier tout ce que vous avez appris, et savez faire, en matière de conduite automobile.

    En matière de solution, je suis entrain de travailler à un Programme qui permet d’éliminer ce type de problèmes plus communément appelés “Peur de conduire” ou “Peur d’être passager (ère) et qui a pour objectif que les gens conduisent en toute situation de façon émotionnellement normale et adaptée à leur environnement.

    Votre âge n’y est pour rien. Peut-être votre traumatisme infantile vous fait-il redouter le pire si, à votre tour, vous renversiez quelqu’un, un enfant par exemple? Vous avez donc toutes les raisons de ne pas courir un tel risque et encore moins de le faire courir aux autres.

    Vous lancer ce défi est très courageux mais il ne vaut mieux pas s’y prendre à la seule force de votre conviction. Vous risquez de vous faire du mal pour rien. Si utiliser la méthode dont je vous parle vous intéresse, je vous propose de m’en informer.

    Par ailleurs, pourquoi cette notion d’échec que vous évoquez ne serait-elle pas plutôt celle de votre compagnon comme celle de l’auto école qui n’auront pas su vous rassurer? Enfin, comme j’aime à dire, pourriez-vous envisager que l’échec est le début de la réussite?

    N’hésitez pas à me solliciter si vous le souhaitez.

    Bien cordialement.

    Frédéric

  48. mauguin brigitte dit :

    Bonjour,

    je me permet de laisser ce message pour une phobie en voiture .

    Pour la petite histoire je vais avoir 52 ans je me suis lancé dans un défit de vouloir passer mon permis de voiture cela va faire 3 ans en aout que j’ai eu mon code .
    Pendant donc plus d’un an avec mon auto école puis avec mon mari en conduite supervisée mais aujourd’hui même si je me suis un peu amélioré j’arrive pas à avancer plus je suis pas maitre de mes émotions de cette peur qui me tiraille et qui me fait enlever toute concentration que nous devons avoir en voiture étant en situation de stresse j’en perd les moyens donc cela se traduit par des confusions de compréhension je sais pourtant quoi faire si je suis pas en voiture mais en situation de conduite j’oublie ce que j’ai appris j’ai la tête dans le brouillard mon mari ne comprend pas l’auto école encore moins .
    Cela remonte à ma petite enfance dans mes souvenirs une voiture m’a renversées mais je me souviens pas du reste …
    J’ai gardé une phobie sans trop savoir le pourquoi en tant que passagère je me suis jamais sentie très bien déjà pour moi mètre la clé du contact dans une voiture était le l’impossible .

    Je sais comment faire pour être à l’aise en voiture je doute surement trop de moi .
    Alors je sais pas ou m’adresser pour pouvoir parler de tout cela oui je sais il y a aussi l’âge qui rentre en compte mais quand même après autant d’heures de conduite quel échec pour moi .

    Je sais que les miracles existes pas mais bon voilà javais envie de m’exprimer pour cela.

    Cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Défiler vers le haut
UNE QUESTION?