Comment traiter l’angoisse de séparation en moins de 2 mois

Qu’est-ce que l’angoisse de séparation? Cela se “résume” à la peur de perdre quelque chose ou quelqu’un. Et plusieurs personnes (enfant, parent, compagne, compagnon, ou n’importe qui d’autre) peuvent s’inquiéter d’être séparées de l’objet de leur intérêt. Pourquoi? Parce qu’elles ne peuvent pas vivre sans lui.

L’angoisse de séparation produit une peur incontrôlée qui, non seulement induit une dépendance, mais pousse à cette même dépendance. Une angoisse de séparation repose donc sur une situation qui fait perdre la liberté de penser et d’agir par soi-même. C’est un mal être qui fait de sa victime l’ombre de la personne ou de la chose dont elle ne veut pas se détacher.

La seule chose qui rassure la personne affectée, c’est la présence de ce à quoi elle tient. L’objet de son attachement. Chez les enfants, cette douleur de séparation se manifeste par un affolement lié à la peur de l’abandon, et de la solitude. L’enfant a peur d’être délaissé, négligé, quitté ou oublié par ses parents, au pire des cas.

Généralités sur l’angoisse de séparation

Qu’il s’agisse d’une enfant, d’un parent, d’une compagne, d’un compagnon, et de je ne sais qui ou quoi encore, un nombre très important de personne peuvent avoir peur, être angoissé, à l’idée de perdre “l’objet” de leur investissement. C’est une angoisse de séparation qui les fait souffrir. La peur de perdre “l’autre”, objet de leur attachement (cf: “Théorie de l’attachement“).

Une angoisse de séparation sous tend que la personne qui en est affectée perd son autonomie. Elle ne sait pas, ou ne peut pas, fonctionner, vivre, sans l’autre. Cela pose donc la question de l’inter dépendance, voire d’une sorte de dépendance affective.

Quelles que soient les raisons qui expliquent, ou justifient, une angoisse de séparation, il est important de définir de quoi il retourne, ce que ce sont les symptômes d’une angoisse de séparation, comme ses causes, et bien sur, quelles sont les solutions à l’angoisse de séparation.

Autant de sujets que je vais m’employer à développer à la faveur du présent article. Par ailleurs, si vous souhaitez partager votre expérience avec nous tous, ou nous apporter votre témoignage quant à la façon dont vous avez souffert d’une angoisse de séparation et, plus encore, comment vous avez traité votre angoisse de séparation, n’hésitez pas à le faire en utilisant l’espace commentaires en page de cette page.

Définition de l’angoisse de séparation

L’angoisse de séparation est une forme d’angoisse qui est présente aussi bien chez les enfants que chez les adultes. Elle se caractérise par une forte peur d’être séparé(e) d’une personne, ou d’un lieu particulièrement sécurisant.

Une angoisse angoisse de séparation produit une sensation d’angoisse, de peur incontrôlée, plus ou moins précise, mais particulièrement désagréable. Comme je l’écrivais précédemment, une angoisse de séparation engendre une perte d’autonomie. La présence d’une autre personne devient nécessaire pour rassurer la personne affectée.

Chez les enfants, cette angoisse de séparation se manifeste par une peur panique de l’abandon, et de la solitude. En effet, c’est une crainte d’être délaissé, négligé, quitté ou, pire, oublié par ses parents.

C’est un vide d’affection qui est difficile à rationaliser pour l’enfant à cause de son jeune âge. Il n’arrive pas à objectiver, et devient prisonnier de sa peur. Il élabore alors des scénarios dramatiques dans lesquels il est seul et sans repères.

Les manifestations de l’angoisse de séparation

Les manifestations d’une angoisse de séparation chez l’enfant sont multiples. En voici cependant quelques exemples:

  • Pleurs (Ex: quand l’enfant ne voit plus sa mère)
  • Difficulté à s’endormir
  • Cauchemars à répétition dont les thèmes sont relatifs à la séparation
  • Maux de tête, maux de ventre, vomissements (dès que l’enfant pressent une séparation à venir)
  • Changement soudain de comportement
  • Réactions excessives par rapport à certaines situations
  • Incapacité de rester seul dans une pièce
  • Comportement trop “collant”
  • Exiger la présence d’une personne pour l’accompagner dans une autre pièce de la maison
  • Quête permanente d’attention
  • Demandes excessives

L’angoisse de séparation est une pathologie présente chez environ 4 % d’enfants, et chez les jeunes adolescents. Pour déclarer l’angoisse de séparation chez l’enfant, les symptômes doivent être présents depuis au moins 4 semaines. Les enfants souffrant de ce trouble du comportement affectif refusent souvent d’aller à l’école.

Une angoisse de séparation chez l’adulte est assez invalidante. Cela peut avoir des conséquences sur l’ensemble des domaines de sa vie. Il est essentiel de traiter un problème d’angoisse de séparation au plus tôt par souci que cela ne dégénère pas en une dépression nerveuse.

Les causes de l’angoisse de séparation

Une angoisse de séparation peut être causée par différents facteurs:

Angoisse de séparation: Le divorce
Angoisse de séparation. Le divorce est un facteur aggravant

Le divorce est l’un des éléments participant à l’angoisse de séparation. Autant chez les parents que chez les enfants.

Plus précisément, chez le jeune enfant dont les parents se séparent, la disparition soudaine de l’un ou l’autre des deux parents provoque une modification de la routine quotidienne. Un sentiment d’insécurité.

Ce changement entraîne chez l’enfant une incompréhension, et une désillusion car, pour lui, sa famille était immuable.

Par extension, cela suscite des questionnements à propos de la pérennité des autres liens émotionnels importants.

Le parent ayant la garde principale devient alors plus précieux pour l’enfant. Il a constamment peur de se séparer de lui.

Angoisse de séparation: La difficulté d’adaptation

Tout changement autour de l’enfant provoque une modification de la perception de son environnement, ce qu’il a du mal à accepter.

Un déménagement, même s’il est proche de l’ancien domicile. Un changement d’école. La mort d’un parent, ou d’un membre de la famille éloignée. Ou encore une maladie. Autant de facteurs qui peuvent causer de fortes angoisses.

La dépendance et l’hyper attachement

Dans le processus de la croissance, il est essentiel pour un enfant d’être, à un moment donné, séparé de ses parents pour apprendre à voler lui-même, de ses propres ailes (cf. autonomie – Classe verte). Une fois cette période arrivée, et si, précédemment, l’enfant avait développé une dépendance totale vis-à-vis de ses parents, ce même enfant peut souffrir d’angoisses.

La sensation de vide

Chez l’adulte, l’angoisse de séparation se manifeste lorsque, par exemple, une femme entre dans la vie d’un homme seul (ou inversement). Cette nouvelle relation peut combler un manque dans un domaine de la vie de la personne concernée, comme l’amitié et, partant, générer une peur de l’abandon au regard des bénéfices induit par cette nouvelle relation.

En effet, la présence de cette femme – ou de cet homme – “soigne” la pathologie de la personne, laquelle, se sentant mieux, a toutes les raisons de craindre de se retrouver de nouveau seule.

L’intensité du lien qui se développe est donc fonction du vide éprouvé par cet homme ou cette femme, sans pour autant dépendre de la qualité des moments partagés. La présence d’une personne trompe un ennui latent, une solitude, et pousse à développer un attachement.

Cela développe une illusion de satisfaction relationnelle, sans combler les véritables besoins de l’homme ou de la femme. Dès que l’un ou l’autre des deux arrête d’occuper une place dans la vie de l’autre, l’angoisse de séparation devient alors visible.
Bénéficiez du meilleur traitement de l'angoisse de séparation

Les symptômes de l’angoisse de séparation chez l’adulte

Les symptômes d’une angoisse de séparation chez l’adulte sont multiples (ces symptômes d’angoisse de séparation se manifestant autant de façon physique que psychique):

  • Tachycardie
  • Troubles respiratoires
  • Hausse subite de la transpiration
  • Tremblements
  • Sensation d’avoir une boule dans l’estomac
  • Gêne thoracique
  • Douleurs abdominales
  • Vertiges accompagnés de l’impression de s’évanouir
  • Fourmillements et engourdissements dans les mains et dans les pieds
  • Peur de perdre le contrôle
  • Peur de mourir
  • Sensation d’être séparé(e) de son corps (dépersonnalisation – Dé réalisation)
  • Image négative de soi
  • Idées suicidaires
  • Méfiance
  • Inhibition de l’action
  • Accès de rage – Violence
  • Ruptures à répétition
  • Faible niveau de conscience des sensations, sentiments et besoins
  • Baisse de l’intelligence émotionnelle, et relationnelle
  • Faible capacité de mensualisation, et d’élaboration
  • Sentiment de honte
  • Culpabilité permanente
  • Ruptures permanentes
  • Sentiment chronique de vide, d’ennui, de solitude, de désespoir, de perte de sens
  • Humeur dépressive
  • Hypersensibilité à l’abandon
  • Faible tolérance à la frustration
  • Manque d’affirmation de soi

Il convient de préciser que tous ces symptômes ne sont pas décelables, ou ne s’expriment pas, dans le même temps. En général, ces symptômes d’une angoisse de séparation ne se manifestent que pour une partie d’entre eux. Comme souvent, cela est spécifique à chacun(e). Pour diagnostiquer une angoisse de séparation, il faut au la présence de quatre des dits symptômes, au minimum.

Chez l’adulte, l’angoisse de séparation peut affecter l’ensemble des domaines de sa vie. Si ce trouble obsessionnel n’est pas traité à temps, il y a risque de dépression. Les symptômes de l’angoisse de séparation chez l’adulte sont multiples et variés, oscillant entre le physique et le psychique. En voici la liste non exhaustive:

Bien évidemment, tous ces symptômes ne s’expriment pas en même temps. Seule la manifestation consécutive de quatre d’entre eux permet de déceler l’angoisse de séparation.

Symptômes de l’angoisse de séparation chez l’enfant

Les manifestations de l’angoisse de séparation chez l’enfant sont multiples. En voici quelques une:

  • Pleurs quand l’enfant ne voit plus sa mère
  • Difficulté à s’endormir
  • Cauchemars répétés et surtout relatifs à la séparation
  • Maux de tête
  • Maux de ventre, vomissements (particulièrement dès que l’enfant pressent une séparation à venir)
  • Changement soudain de comportement
  • Réactions excessives par rapport à certaines situations
  • Incapacité à rester seul dans une pièce
  • Comportement “collant”
  • Exigence de la présence d’une personne pour l’accompagner, même à l’intérieur de la maison
  • Quête permanente d’attention
  • Demandes excessives
  • Etc.

Environ 4 % d’enfants, et de jeunes adolescents, souffrent de cette pathologie. Cependant, avant de déclarer qu’un enfant manifeste de l’angoisse de séparation, il est indispensable que les symptômes perdurent depuis au moins 4 semaines.

Traitement de l’angoisse de séparation chez l’enfant

Votre enfant est hanté à l’idée de vous laisser? Il s’inquiète même qu’un danger puisse vous arriver, causant votre perte ou la disparition définitive d’un autre être cher? Dès lors, en votre qualité de parent, que pouvez-vous faire pour aider votre enfant à faire face à sa prémonition, et à l’épouvante qui s’en suit?

La seule façon pour votre enfant de surmonter son anxiété, c’est d’apprendre à être séparé de vous. Ainsi, par lui-même, il va découvrir que rien d’effroyable ne va arriver. Enseignez-lui des habiletés d’adaptation couplées avec une séparation progressive.

Comment faire avec votre enfant?

  • Parlez-lui de ses peurs en les comparant à ce qu’il est capable de faire par lui-même. Démontrez-lui combien ses capacités, et ses ressources personnelles, surpassent l’objet de sa crainte. Et combien sont grandes ses chances de réussir seul, sans peine
  • Aidez votre enfant à penser différemment. Quand il lui arrive de voir toutes les occasions sous l’angle de la séparation d’avec vous, en tant que parent, fournissez-lui des raisons de penser et de croire autrement. Apprenez-lui à remplacer ses pensées négatives par des pensées plus positives, et plus réalistes
  • Apprenez-lui à parler plutôt de ce qu’il désire, et non de ce qui lui fait peur. Aidez-le à pratiquer plusieurs fois cet exercice quotidiennement. Soyez toujours là pour l’encourager à persévérer. À force de pratiquer, il finira par gagner l’habitude de parler sainement de sorte à se rassurer lui-même
  • Donnez à votre enfant la preuve qu’il peut vous faire confiance pour exprimer ses tourments, et ses appréhensions, sans courir le risque d’être jugé ou repris. Ne lui donnez pas l’impression que vous banalisez le motif de sa détresse. En effet, s’il se sent menacé par le parent qu’il croyait pouvoir rendre attentif à ses inquiétudes, alors l’enfant perdra totalement confiance, et son doute s’amplifiera
  • Soyez patient et rassurant. Parlez-lui. Soyez positif concernant sa capacité à faire face aux situations qui provoquent de l’anxiété. Ne vous attardez surtout pas sur ses faiblesses, mais regardez ses efforts d’adaptation et encouragez-le. Récompensez-le s’il le faut
  • Maîtrisez vos propres inquiétudes. Ne laissez pas vos soucis empiéter sur les efforts de votre enfant au point de les anéantir. Soyez un modèle que votre enfant peut copier pour vivre sa vie sans crainte

Il est nécessaire de vous investir auprès de votre enfant

  • Exposez – de façon imaginaire – votre enfant à ce qui lui fait peur. S’il a peur d’être confronté et vaincu, vous pourriez commencer à jouer avec lui pour lui faire accepter, positiver et transcender l’échec. Il apprendra alors à savourer sa victoire, même si le résultat escompté n’est pas atteint
  • Gardez-vous d’engager des conversations difficiles entre parents en présence de votre enfant. En situation de dispute, ou de violence verbale, l’enfant pourrait rapidement développer une inquiétude,à propos de laquelle il lui serait difficile d’objectiver, à plus forte raison suivant son âge, son expérience, et à sa capacité de raisonnement
  • Veillez à la bonne santé physique et mentale de votre enfant. Veillez à ce qu’il ait une alimentation équilibrée, de bonnes habitudes de sommeil, et une bonne condition physique grâce à l’exercice sportif par exemple. Dégagez du temps pour les loisirs et la relaxation de votre enfant
  • Si, malgré vos efforts, votre accompagnement n’aboutit pas, demandez de l’aide pour arracher l’enfant, au plus tôt, à la crainte et à l’anxiété. Par exemple, envisagez de parler de votre enfant à son enseignant et à d’autres adultes (entraîneurs, instructeurs) qui ont une relation interpersonnelle peut-être plus fluide avec lui. Vous pourriez apprendre beaucoup plus que vous ne l’imaginez, ou en savez
  • Trouvez des livres et des sites web qui pourraient vous aider, ainsi que votre enfant, voire d’autres membres de la famille, à mieux comprendre ce qu’il éprouve
  • Contactez votre médecin de famille, votre pédiatre ou un psychologue spécialiste de l’enfant. Ces professionnels seront utiles pour éliminer peur et anxiété de la vie de votre enfant
Traitement de l’angoisse de séparation chez l’adulte – Méthode 1

L’anxiété de séparation chez les adultes peut s’aggraver jusqu’au point d’engendrer des complications sociales et professionnelles. Voici quelques méthodes pour surmonter les troubles liés à l’angoisse de séparation.

Informez vous! Renseignez-vous à propos des symptômes de l’angoisse de séparation. Dès que vous savez les reconnaître, vous pouvez mieux les combattre. Seul(e), il est à craindre que vous ne puissiez aboutir à un résultat concluant. Rejoindre un groupe de soutien, ou un groupe de parole, peut s’avérer trés utile.

Le groupe de soutien permet à ses membres de partager leurs expériences (symptômes, sentiments, solutions appliquées…) entre eux, et d’y puiser la force nécessaire pour s’affranchir. Votre médecin pourrait vous trouver un groupe de soutien près de chez vous. Discutez-en avec lui.

Outre le groupe de soutien, un thérapeute spécialisé dans l’angoisse de séparation chez les adultes, ou un programme thérapeutique en ligne, peut vous être indispensable. Il est réputé pour vous recommander des techniques qui vont vous apaiser lorsque vous êtes inquiet.

Traitement de l’angoisse de séparation chez l’adulte – Méthode 2

Neutralisez vos pensées négatives! Dans un premier temps, tenez un journal dans lequel vous mentionnerez toutes les pensées négatives, les suppositions, et les croyances, qui vous hantent, et ce aussi souvent que vous vous retrouvez en situation de paniquer.

Deuxièmement, prenez la peine de remplacer ces pensées négatives par des pensées positives. Ainsi, vous parviendrez à vous calmer. À ce sujet, la thérapie cognitive et comportementale peut énormément vous aider. Votre médecin ou votre thérapeute sont à même de vous renseigner à ces sujets.

Enfin, divertissez-vous! Pour éviter de ruminer les mêmes pensées négatives, soumettez votre esprit à d’autres occupations plus relaxantes. Par exemple, vous pourriez vous adonner à votre passe-temps favori, ou vous concentrer sur une tâche que vous aviez laissée en suspens. Allez vous promener, ou faites un exercice sportif si cela vous chante. Visitez un lieu, ou allez au cinéma.

Traitement de l’angoisse de séparation chez l’adulte – Méthode 3

N’hésitez pas à pratiquer des techniques de relaxation et de gestion de vos émotions pour vous détendre. La technique de respiration ventrale est une excellente façon pour soulager le stress. De quelle manière ? Quand vous sentez l’inquiétude monter en vous, inspirez lentement par le nez pendant 5 secondes.

L'angoisse de séparation. Exercices de relaxation

Angoisse de séparation – Vidéo de relaxation

Concentrez votre attention sur la perception que vous avez du mouvement de l’air pendant que vous respirez. Posez votre main sur votre poitrine pour la sentir se gonfler quand vous respirez.

Deuxièmement, faites de la méditation au moins cinq minutes par jour. Son but est de vous concentrer sur votre respiration tout en faisant le vide dans votre tête.

Asseyez-vous dans une position confortable. Commencez quelques exercices de respiration. Concentrez votre attention sur votre respiration. Toutes pensées que vous pourriez avoir dans cette posture, ne les jugez pas, ne les rejetez pas, et essayez de ne pas les ressassez.

Troisièmement, visualisez ce qui est bien, bon, beau et agréable. Cela peut réduire votre effroi. Comment cela se passe-t-il ?

Commencez avec quelques minutes d’exercices de respiration et de méditation. Fermez les yeux et imaginez une situation calme et relaxante. Par exemple, imaginez l’eau d’un fleuve qui ruisselle sans bruit aucun. Utilisez votre imagination pour vivre tous les détails possibles de cette expérience. Lorsque vous vous sentez vidé de stress et rempli de paix, ouvrez les yeux.

Conformément à l’image au-dessus à gauche du présent paragraphe, je vous invite à regarder l’une de mes vidéos sur YouTube. Je vous y propose certains exercices de relaxation: “Exercices pour gérer le stress” (vidéo)

Traitement de l’angoisse de séparation chez l’adulte – Méthode 4

Cette technique consiste à exposer une personne à la chose dont elle a le plus peur. Dans le cas de l’angoisse de séparation, vous devez faire face à la peur de la séparation.

Traitement de l'angoisse de séparation par des exercices d'exposition paradoxale

Angoisse de séparation. S’exposer de façon paradoxale

Vous allez vous exposer, petit à petit, à une situation qui provoque de l’anxiété. Il y a plusieurs techniques. Vous pourriez commencer en pensant à la séparation d’avec vos proches pour décrire ce que vous ressentez.

Plus tard, vous pourriez vous entraîner à être séparé(e) de votre maison, ou de vos proches, sur des périodes qui augmentent de plus en plus, afin d’exprimer ce que vous ressentez.

À défaut d’un spécialiste qualifié, demandez à vos proches de vous aider à pratiquer  cet exercice d’exposition. Pour commencer, demandez à votre proche de se tenir dans une autre pièce pendant que vous pratiquez les techniques de relaxation (respiration, médiation…). Puis augmentez petit à petit la distance et le temps que vous passez loin de vos proches.

Vous pouvez aussi utiliser l’exercice du pire qui est lui des piliers du Programme thérapeutique en ligne ARtUS.

L’angoisse de séparation chez le bébé. Comment faire?

L’angoisse de séparation chez le bébé est aussi appelée angoisse du 8ème mois. C’est un phénomène normal. L’angoisse de séparation est indispensable pour l’élaboration mentale et la compréhension des choses chez le bébé. Elle se manifeste par une peur des visages inconnus, et le désir de l’enfant d’être toujours dans les bras de sa maman. Dès lors, comment calmer les angoisses de bébé?

Commencez par le rassurer. Surtout, ne le laissez pas hurler. Prenez-le dans vos bras. Il éprouve un réel besoin de se sentir rassuré, et de savoir que vous êtes attaché à lui.

Jouez à cache cache pour traiter l'angoisse de séparation

Angoisse de séparation?
Jouez à cache cache!

Jouez au jeu de cache-cache. Pour le bébé, tout ce qui n’est pas dans son champ de vision n’existe pas, ou cesse d’exister. Ainsi, lorsqu’il ne vous voit plus, la crainte de ne plus jamais vous voir se manifeste en lui. D’où l’importance de jouer avec lui.

Jouez à cache cache!

Le cache-cache est un jeu plein de vertus ! Commencez par dissimuler un objet sous un tissu. Puis, cachez votre visage avec vos mains. Allez même jusqu’à disparaître totalement de sa vue.

Avec le temps, bébé va réaliser que les choses qui disparaissent continuent tout de même d’exister et peuvent, de la même façon, réapparaître sans avoir changé pour autant.

Cependant, vous devez éviter les absences prolongées, répétitives, et soudaines. Pendant cette période liée à l’angoisse de séparation, le fait de confier votre bébé à une nounou, ou à la crèche, n’est pas une bonne idée. Le bébé a besoin d’un contact plus intime.

Parlez à votre bébé. Si vous êtes dans l’obligation de partir, ne partez jamais en douce. Il est important de prévenir bébé avant de le faire. Le tout-petit ne comprend pas certains mots de vocabulaire. Mais il comprend les intonations, et les tons. Prenez donc le temps de discuter avec lui, et de lui donner des explications sur votre départ.

Angoisse de séparation: Comment faire?

Qu’il s’agisse d’une angoisse plus conventionnelle, ou d’une angoisse de séparation, il existe une stratégie simple et rapide pour soigner une angoisse de séparation.

Cette stratégie repose sur l’approche systémique de Palo Alto ou, pour être plus simple, sur la thérapie comportementale.

La stratégie utilisée est développée de façon très pratique dans un programme thérapeutique en ligne composé de 5 modules. Chaque module contient un certain nombre d’exercices et de vidéos explicatives. A l’aide d’une telle méthode comportementale, vous êtes assuré(e) de trouver une solution à votre angoisse de séparation en moins de 8 semaines.

Que faire si vous souffrez d’angoisse de séparation?

  • Vous souffrez d’angoisse de séparation
  • Vous souhaitez bénéficier d’une stratégie comportementale pour retrouver confiance en vous, et mettre un terme définitif à votre angoisse de séparation. En bref, vous souhaitez retrouver votre autonomie

Je vous invite à cliquer sur l’image ci-dessous:

Traitement de l'angoisse de séparation
Pour toutes questions ou commentaires, n’hésitez pas à utiliser l’espace réservé pour vous en dessous de cet article.

 |  Frédéric Arminot

Comment reprendre le contrôle de votre vie facilement et rapidement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Défiler vers le haut