Adolescent – Les bénéfices de la thérapie comportementale

adolescent.jpg

La thérapie comportementale au profit des adolescents

Adolescent – Cet adulte en devenir

Le mot adolescent signifie « jeune homme ». C’est une période bouleversante de la vie.

L’adolescence est un moment où tout se prépare, tout s’organise et tout vole en éclats. L’adolescent vit une période qui sera plus ou moins longue et difficile, et parsemée de bouleversements émotionnels et sociaux considérables (cf. anxiété sociale).

La crise d’adolescence

D’aucun appelle cette période la crise d’adolescence. Cette même crise où l’enfant va cesser de l’être, ou l’enfant aspire à être un adulte, ou l’enfant en devenir de jeune homme – ou de jeune femme – aspire à l’indépendance, à l’autonomie sans en avoir ni les moyens ni l’expérience.

La crise d’adolescence est à la fois une nécessité et en même temps un problème. Il requiert de l’adolescent qu’il sache se situer, se positionner, qu’il sache aller au conflit, qu’il sache s’affirmer alors que désir et peur sont intimement mêlés, qu’il apprenne à prendre des risques pour exister.

L’adolescent en devenir d’adulte est confronté à la nécessité douloureuse de « faire le deuil » de son statut d’enfant et de s’inscrire dans une démarche d’affirmation de lui même afin de devenir autonome. Pour y arriver, l’adolescent va s’affirmer par le conflit, ce qui se nomme un principe d’élation.

S’affirmer par le conflit

adolescentL’adolescent est en crise relationnelle avec celles et ceux qu’il aimait hier et l’inssupportent aujourd’hui. L’adolescent est en crise avec son corps qu’il ne reconnaît pas. Ce corps qui meut, qui s’ouvre à de nouveaux désirs. Ce corps qui l’oblige à se comporter de façon différente (ex: tenue vestimentaire), d’une façon moins innocente.

Chaque mot, chaque geste, chaque mouvement « va dire » qui est l’adolescent qui, au surplus, va devoir prendre des risques pour s’inscrire dans de nouvelles démarches sociales et affectives qui le troublent.

Ce passage – initiatique s’il en est – est trés perturbant. L’adolescent évolue en plein paradoxe, dans une situation de peur et d’excitation mêlés qui participent à son trouble mais constituent le seul moyen qu’il ait d’exister.

Il convient d’être vigilant à ces propos car l’adolescent ne verbalisera pas aisément les problèmes qu’il rencontre. L’adolescent ne pas va pas partager ses turpitudes avec un adulte dont il pense qu’il ne comprendra rien !

Un adolescent trop sage rencontre sans doute des problèmes. Un adolescent trop revendicatif en rencontre aussi. L’adolescent va honnir ses demandes d’approbation d’hier pour en chercher de nouvelles auprès de ceux qu’il vit comme obéit de son désir d’adulte.

Les problèmes de l’adolescent peuvent s’exprimer au travers de différents symptômes tels que: angoisse, anxiété, phobie, dépression, addiction [alcool, stupéfiant], comportements asociaux [agressivité, violence], trouble du comportement alimentaire [anorexie, boulimie].

Pour appartenir à un ou des groupes, l’adolescent peut prendre des risques dont il il ne appréciera mal ou pas la gravité. Un peu comme un enfant, l’adolescent fonctionne de façon impune. Ainsi, l’adolescent prend le risque d’obtenir un résultat inversement proportionnel à l’effet désiré.

Pour exister comme un être nouveau et affirmé, l’adolescent fuira ses amours d’hier pour en trouver de nouveaux au prix de déchirements et de douleurs parfois dangereuses pour son équilibre mental, social et affectif.
La vigilance est de mise

Il est important de guetter les signes avant coureurs de problèmes chez l’adolescent. Les problèmes d’endormissement, de sommeil, les troubles alimentaires, l’agressivité voire la violence, les difficultés scolaires, sont autant d’éléments sur lesquels il faut s’appuyer pour évaluer les problèmes d’un ado.

Des solutions existent qui permettent aux adolescents de prendre acte de leur propre évolution, de gérer leurs paradoxes affectifs et sociaux, ainsi, de prévenir et gérer tout dysfonctionnement qui deviendrait majeur et rendrait un équilibre à venir précaire voire impossible s’il n’était pas pris en compte.

Il est fréquent d’entendre les parents répéter et souffrir à l’envi que leurs enfants se comportent de façon ingrate. Tout cet amour et ce temps offert à nos progénitures pour être aussi peu récompensés.

Ce qui est difficile pour les parents, et aussi trés déconcertant, c’est qu’ils ont du mal à imaginer et accepter que la charmante tête blonde – ou brune – qu’ils aiment et choient depuis toujours n’a pas, loin s’en faut, le comportement social et affectif qu’ils aimeraient lui prêter au moment de l’adolescence.

Beaucoup de parents sont perturbés par les différences de comportement de leur enfant et ne savent pas comment faire. Certains parents renforcent le rapport à l’autorité, d’autres parents deviennent plus souples et essaient de s’adapter au mouvement, d’autres encore agissent… selon en faisant, parfois, le contraire de ce qu’ils prônaient la veille.

Sanctionner et accompagner

Entre les excès d’une ligne de conduite et l’absence de ligne de conduite, créer un équilibre est difficile dans la mesure où l’adolescent existe par le conflit et trouve donc son intérêt à le créer.

En fonction du contexte, les parents peuvent autant avoir raison qu’adopter un comportement inadapté. Il est fortement conseillé aux parents de consulter un professionnel afin de savoir quels comportements relationnels conviennent plus que d’autres.

Apprendre à trouver la bonne mesure, dans le bon contexte et le bon environnement entre sanction et accompagnement bienveillant.

Non pas que les parents aient besoin de soins, mais les parents d’adolescent peuvent aussi avoir besoin d’aide pour apprendre à valoriser l’éducation qu’ils veulent pour leur adolescent tout en apprenant à respecter cet adulte en devenir.

Vaste programme…


Frédéric Arminot

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *